Victoire : définition de victoire


Victoire : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VICTOIRE, subst. fém.

A. −
1. Succès remporté à l'issue d'un combat, d'une bataille, d'une guerre. Synon. réussite, triomphe; anton. défaite, échec, insuccès, revers.Toutes les vieilles femmes de la campagne, bien loin de songer encore à cette étonnante victoire de Marengo qui avait changé les destinées de l'Italie, et reconquis treize places fortes en un jour, n'avaient l'âme occupée que d'une prophétie de saint Giovita (Stendhal, Chartreuse, 1839, p. 12).C'est sur la base de la fidélité à l'alliance, coûte que coûte, avec la Grande-Bretagne, dans le but d'une victoire commune, que le général De Gaulle a construit toute son entreprise (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 658).
SYNT. Belle, éclatante victoire; victoire complète, décisive, facile; victoire aérienne, navale; victoire des alliés, de l'armée française, de Napoléon; victoire contre un ennemi; victoire sans lendemain; bulletin, communiqué de victoire; jour de victoire; hymne, lauriers de la victoire; aller, marcher, voler à la victoire; assurer, donner, obtenir, remporter la victoire; être l'artisan de la victoire; mener ses troupes à la victoire.
Victoire finale. Avantage décisif marquant l'achèvement d'une guerre. Il faut bien alimenter sans cesse la foi de la nation en sa victoire finale (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 810).
HIST. Le Père la Victoire. [Surnom de Georges Clemenceau] Sur la candidature de Clemenceau à la Présidence de la République. Maurras était contre Clemenceau. J'étais pour. Nous avons chacun défendu notre point de vue, et, en fin de compte, c'est Maurras qui l'a emporté, puisque le Père la Victoire a échoué (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p. 100).
Loc., p. anal. ou au fig.
Aller, voler... de victoire(s) en victoire(s). Obtenir facilement et rapidement un grand nombre de succès. Napoléon, allant de victoires en victoires à travers l'Europe, réalisa trop tard que la stratégie anglaise (...) finirait par l'emporter dès que la France serait épuisée par ses triomphes (Billotte, Consid. strat., 1957, p. 40-02).Si (...) l'action immédiate est liée aux fins lointaines, ce n'est pas parce que le syndicat peut voler de victoire en victoire, augmenter toujours les salaires et réduire toujours les heures, c'est parce que « l'émancipation des travailleurs » commence tout de suite (Reynaud, Syndic. en Fr., 1963, p. 62).
Chanter, crier victoire. Se prévaloir bruyamment d'un succès encore peu assuré. Le Tiers État cria victoire et affecta de considérer le vote par tête comme acquis (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 123).
S'empresser, voler... au secours de la victoire. Se ranger tardivement aux côtés du parti, du camp qui est en train de triompher. Quelle force (...) vient aux forts de l'universelle lâcheté des faiblesfonctionnaires, politiciens, moines, ou troupeau de moindress'empressant au secours de la victoire! (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 48).Quand l'U. R. S. S. (...) comprendra qu'un dictateur fasciste et un parti conservateur ont sincèrement volé au secours de sa victoire, je doute qu'elle leur soit très reconnaissante (Sartre, Mains sales, 1948, 4etabl., 4, p. 155).
Victoire à la/de Pyrrhus. [P. allus. aux victoires, coûteuses en vies humaines, remportées par Pyrrhus] Victoire si chèrement acquise que celui qui l'obtient ne peut s'en réjouir. L'industrie moyenne a dévoré la petite industrie. Victoires de Pyrrhus! car voilà qu'elle est dévorée à son tour par l'industrie en grand (L. Blanc, Organ. trav., 1845, p. 5).Il ne s'était pas trompé: son succès était une victoire à la Pyrrhus. (...) par une ironie des choses qui n'est point rare, il se trouvait patronné, cette fois, par ses vieux ennemis, les snobs, les gens à la mode (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1483).
2. [Par personnification] Divinité allégorique qui porte avec elle la réussite. La victoire sourit aux audacieux. La victoire, pour ainsi dire encore parée des trois couleurs, s'est réfugiée dans la tente du duc d'Angoulême (Chateaubr., Polém., 1818-27, p. 371).
BEAUX-ARTS. Représentation iconographique de cette divinité (généralement sous les traits d'une femme ailée, tenant dans une main une palme, dans l'autre une couronne de laurier). Victoire de Délos, d'Olympie; temple de la Victoire aptère. La figure humaine se réfugie dans des divinités nues, drapées à l'antique: victoire porteuse de palmes ou de couronnes (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 132).
B. − P. ext.
1. Avantage décisif remporté sur un adversaire lors d'une compétition, d'une lutte.
a) Domaine sportif.Victoire individuelle, d'équipe; victoire aux points, par K.O.; victoire en deux manches; avoir, inscrire de nombreuses victoires à son palmarès. Un nombre important de nations nouvelles venues qui, comprenant l'importance publicitaire d'une victoire olympique, cherchent à détecter et à former des élites (Jeux et sports, 1967, p. 1236).
b) Domaine pol., relig., soc., etc.Victoire du candidat libéral. La ruine de la bourgeoisie et la victoire du prolétariat sont également inévitables (Jaurès, Ét. soc., 1901, p. xvi).Majorités sans cesse plus orientées vers la gauche aboutissant à la victoire du Front populaire en 1936 (Lidderdale, Parlement fr., 1954, p. 38).
2. Domaine intellectuel, affectif, moral, etc.Fait de vaincre une difficulté, un obstacle; en partic., fait de vaincre ses instincts, ses passions.
a) [À propos d'une pers.] Remporter une victoire intérieure, morale. Ce fut sans doute avec une profonde sagesse que les Romains appelèrent du même nom la force et la vertu. Il n'y a en effet point de vertu proprement dite, sans victoire sur nous-mêmes, et tout ce qui ne nous coûte rien, ne vaut rien (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 246).Cet amant infirme [Rousseau], dont la vie sentimentale connut si peu de victoires, nous a laissé de son premier amour cette peinture d'une fraîcheur éternelle (Mauriac, Trois gds hommes dev. Dieu, 1947, p. 74).
b) [À propos d'une caractéristique intellectuelle] Victoire de l'esprit, de l'intelligence sur l'ignorance, sur l'obscurantisme. La comtesse l'emporta. La victoire du bon sens sur la folie calma ses plaies, elle oublia ses blessures (Balzac, Lys, 1836, p. 133).La liberté n'est plus (...) cette victoire de la raison sur les passions qui fut toujours une marque de la pensée bourgeoise (Nizan, Chiens garde, 1932, p. 227).
C. − En interj. [Pour exprimer la joie d'avoir triomphé dans un domaine quelconque] Victoire! Jean, accourant tout essoufflé. Victoire!... victoire!... nous l'emportons! (Scribe, Bertrand, 1833, ii, 9, p. 164).C'est bien, mon vieux! Au vote! Au vote!Victoire! s'exclamait Decraemer (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 135).
Prononc. et Orth.: [viktwa:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 victorie « avantage remporté sur l'ennemi à la guerre » (Roland, éd. J. Bédier, 3512: Avrum nos la victorie del champ?); 1160-74 victoire (Wace, Rou, II, 1501, éd. A. J. Holden, t. 1, p. 65: joie out de la victoire); b) 1834 expr. victoire de Pyrrhus (Sainte-Beuve, Volupté, t. 2, p. 57); 1912 victoire à la Pyrrhus (Rolland, loc. cit.); c) 1899 venir au secours de la victoire (Clemenceau, Iniquité, p. 352); 1922 voler au secours de la victoire (Proust, Temps retr., p. 784); 2. a) ca 1220 « avantage remporté sur un adversaire, un concurrent, un rival, dans une lutte quelconque, une compétition, une épreuve, etc. » (Gui de Cambrai, Barlaham, éd. C. Appel, 1936: en sa victoire iert [mort] dont vaincue); 1552 (Ronsard, Œuvres compl., éd. P. Laumonier, t. 4, p. 81: mon cuœur [...] Pour eviter le feu de ta victoire); b) 1680 chanter victoire (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 802); 1759 crier victoire (Voltaire, Hist. de l'Empire de Russie, éd. 1761, t. 1, p. 342); 3. 1551 « avantage moral remporté sur soi-même, sur ses passions » (Ronsard, op. cit., t. 3, p. 67: Et la victoire parfaitte Que l'Esprit en avoit eu [sur la Chair]); 1588 (Montaigne, Essais, III, 8, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 925: la victoire que je gaigne sur moy); 4. 1555 « déesse, vierge ailée symbolisant la victoire » (Ronsard, op. cit., t. 8, p. 45: ô déesse Victoire); 1558 « statue la représentant » (J. Du Bellay, Le Premier livre des antiquitez de Rome, Songe ds Œuvres poét., éd. H. Chamard, t. 2, p. 32); 1690 « peinture la représentant » (Fur.); 5. 1624 interj. (Urfé, Astrée, t. 4, p. 267: criant: victoire, victoire, nous avons obtenu victoire!). Empr. au lat.victoria « victoire (à la guerre); succès, triomphe; la déesse Victoire, statue de la Victoire »; dér. de victor « vainqueur », et celui-ci de vincere (vaincre*). Fréq. abs. littér.: 5 026. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 604, b) 5 017; xxes.: a) 6 255, b) 8 436.

Victoire : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VICTOIRE, subst. fém.

A. −
1. Succès remporté à l'issue d'un combat, d'une bataille, d'une guerre. Synon. réussite, triomphe; anton. défaite, échec, insuccès, revers.Toutes les vieilles femmes de la campagne, bien loin de songer encore à cette étonnante victoire de Marengo qui avait changé les destinées de l'Italie, et reconquis treize places fortes en un jour, n'avaient l'âme occupée que d'une prophétie de saint Giovita (Stendhal, Chartreuse, 1839, p. 12).C'est sur la base de la fidélité à l'alliance, coûte que coûte, avec la Grande-Bretagne, dans le but d'une victoire commune, que le général De Gaulle a construit toute son entreprise (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 658).
SYNT. Belle, éclatante victoire; victoire complète, décisive, facile; victoire aérienne, navale; victoire des alliés, de l'armée française, de Napoléon; victoire contre un ennemi; victoire sans lendemain; bulletin, communiqué de victoire; jour de victoire; hymne, lauriers de la victoire; aller, marcher, voler à la victoire; assurer, donner, obtenir, remporter la victoire; être l'artisan de la victoire; mener ses troupes à la victoire.
Victoire finale. Avantage décisif marquant l'achèvement d'une guerre. Il faut bien alimenter sans cesse la foi de la nation en sa victoire finale (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 810).
HIST. Le Père la Victoire. [Surnom de Georges Clemenceau] Sur la candidature de Clemenceau à la Présidence de la République. Maurras était contre Clemenceau. J'étais pour. Nous avons chacun défendu notre point de vue, et, en fin de compte, c'est Maurras qui l'a emporté, puisque le Père la Victoire a échoué (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p. 100).
Loc., p. anal. ou au fig.
Aller, voler... de victoire(s) en victoire(s). Obtenir facilement et rapidement un grand nombre de succès. Napoléon, allant de victoires en victoires à travers l'Europe, réalisa trop tard que la stratégie anglaise (...) finirait par l'emporter dès que la France serait épuisée par ses triomphes (Billotte, Consid. strat., 1957, p. 40-02).Si (...) l'action immédiate est liée aux fins lointaines, ce n'est pas parce que le syndicat peut voler de victoire en victoire, augmenter toujours les salaires et réduire toujours les heures, c'est parce que « l'émancipation des travailleurs » commence tout de suite (Reynaud, Syndic. en Fr., 1963, p. 62).
Chanter, crier victoire. Se prévaloir bruyamment d'un succès encore peu assuré. Le Tiers État cria victoire et affecta de considérer le vote par tête comme acquis (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 123).
S'empresser, voler... au secours de la victoire. Se ranger tardivement aux côtés du parti, du camp qui est en train de triompher. Quelle force (...) vient aux forts de l'universelle lâcheté des faiblesfonctionnaires, politiciens, moines, ou troupeau de moindress'empressant au secours de la victoire! (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 48).Quand l'U. R. S. S. (...) comprendra qu'un dictateur fasciste et un parti conservateur ont sincèrement volé au secours de sa victoire, je doute qu'elle leur soit très reconnaissante (Sartre, Mains sales, 1948, 4etabl., 4, p. 155).
Victoire à la/de Pyrrhus. [P. allus. aux victoires, coûteuses en vies humaines, remportées par Pyrrhus] Victoire si chèrement acquise que celui qui l'obtient ne peut s'en réjouir. L'industrie moyenne a dévoré la petite industrie. Victoires de Pyrrhus! car voilà qu'elle est dévorée à son tour par l'industrie en grand (L. Blanc, Organ. trav., 1845, p. 5).Il ne s'était pas trompé: son succès était une victoire à la Pyrrhus. (...) par une ironie des choses qui n'est point rare, il se trouvait patronné, cette fois, par ses vieux ennemis, les snobs, les gens à la mode (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1483).
2. [Par personnification] Divinité allégorique qui porte avec elle la réussite. La victoire sourit aux audacieux. La victoire, pour ainsi dire encore parée des trois couleurs, s'est réfugiée dans la tente du duc d'Angoulême (Chateaubr., Polém., 1818-27, p. 371).
BEAUX-ARTS. Représentation iconographique de cette divinité (généralement sous les traits d'une femme ailée, tenant dans une main une palme, dans l'autre une couronne de laurier). Victoire de Délos, d'Olympie; temple de la Victoire aptère. La figure humaine se réfugie dans des divinités nues, drapées à l'antique: victoire porteuse de palmes ou de couronnes (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 132).
B. − P. ext.
1. Avantage décisif remporté sur un adversaire lors d'une compétition, d'une lutte.
a) Domaine sportif.Victoire individuelle, d'équipe; victoire aux points, par K.O.; victoire en deux manches; avoir, inscrire de nombreuses victoires à son palmarès. Un nombre important de nations nouvelles venues qui, comprenant l'importance publicitaire d'une victoire olympique, cherchent à détecter et à former des élites (Jeux et sports, 1967, p. 1236).
b) Domaine pol., relig., soc., etc.Victoire du candidat libéral. La ruine de la bourgeoisie et la victoire du prolétariat sont également inévitables (Jaurès, Ét. soc., 1901, p. xvi).Majorités sans cesse plus orientées vers la gauche aboutissant à la victoire du Front populaire en 1936 (Lidderdale, Parlement fr., 1954, p. 38).
2. Domaine intellectuel, affectif, moral, etc.Fait de vaincre une difficulté, un obstacle; en partic., fait de vaincre ses instincts, ses passions.
a) [À propos d'une pers.] Remporter une victoire intérieure, morale. Ce fut sans doute avec une profonde sagesse que les Romains appelèrent du même nom la force et la vertu. Il n'y a en effet point de vertu proprement dite, sans victoire sur nous-mêmes, et tout ce qui ne nous coûte rien, ne vaut rien (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 246).Cet amant infirme [Rousseau], dont la vie sentimentale connut si peu de victoires, nous a laissé de son premier amour cette peinture d'une fraîcheur éternelle (Mauriac, Trois gds hommes dev. Dieu, 1947, p. 74).
b) [À propos d'une caractéristique intellectuelle] Victoire de l'esprit, de l'intelligence sur l'ignorance, sur l'obscurantisme. La comtesse l'emporta. La victoire du bon sens sur la folie calma ses plaies, elle oublia ses blessures (Balzac, Lys, 1836, p. 133).La liberté n'est plus (...) cette victoire de la raison sur les passions qui fut toujours une marque de la pensée bourgeoise (Nizan, Chiens garde, 1932, p. 227).
C. − En interj. [Pour exprimer la joie d'avoir triomphé dans un domaine quelconque] Victoire! Jean, accourant tout essoufflé. Victoire!... victoire!... nous l'emportons! (Scribe, Bertrand, 1833, ii, 9, p. 164).C'est bien, mon vieux! Au vote! Au vote!Victoire! s'exclamait Decraemer (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 135).
Prononc. et Orth.: [viktwa:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 victorie « avantage remporté sur l'ennemi à la guerre » (Roland, éd. J. Bédier, 3512: Avrum nos la victorie del champ?); 1160-74 victoire (Wace, Rou, II, 1501, éd. A. J. Holden, t. 1, p. 65: joie out de la victoire); b) 1834 expr. victoire de Pyrrhus (Sainte-Beuve, Volupté, t. 2, p. 57); 1912 victoire à la Pyrrhus (Rolland, loc. cit.); c) 1899 venir au secours de la victoire (Clemenceau, Iniquité, p. 352); 1922 voler au secours de la victoire (Proust, Temps retr., p. 784); 2. a) ca 1220 « avantage remporté sur un adversaire, un concurrent, un rival, dans une lutte quelconque, une compétition, une épreuve, etc. » (Gui de Cambrai, Barlaham, éd. C. Appel, 1936: en sa victoire iert [mort] dont vaincue); 1552 (Ronsard, Œuvres compl., éd. P. Laumonier, t. 4, p. 81: mon cuœur [...] Pour eviter le feu de ta victoire); b) 1680 chanter victoire (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 802); 1759 crier victoire (Voltaire, Hist. de l'Empire de Russie, éd. 1761, t. 1, p. 342); 3. 1551 « avantage moral remporté sur soi-même, sur ses passions » (Ronsard, op. cit., t. 3, p. 67: Et la victoire parfaitte Que l'Esprit en avoit eu [sur la Chair]); 1588 (Montaigne, Essais, III, 8, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 925: la victoire que je gaigne sur moy); 4. 1555 « déesse, vierge ailée symbolisant la victoire » (Ronsard, op. cit., t. 8, p. 45: ô déesse Victoire); 1558 « statue la représentant » (J. Du Bellay, Le Premier livre des antiquitez de Rome, Songe ds Œuvres poét., éd. H. Chamard, t. 2, p. 32); 1690 « peinture la représentant » (Fur.); 5. 1624 interj. (Urfé, Astrée, t. 4, p. 267: criant: victoire, victoire, nous avons obtenu victoire!). Empr. au lat.victoria « victoire (à la guerre); succès, triomphe; la déesse Victoire, statue de la Victoire »; dér. de victor « vainqueur », et celui-ci de vincere (vaincre*). Fréq. abs. littér.: 5 026. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 604, b) 5 017; xxes.: a) 6 255, b) 8 436.

Victoire : définition du Wiktionnaire

Nom commun

victoire \vik.twaʁ\ féminin

  1. Avantage qu’on remporte sur les ennemis dans une guerre, dans une bataille.
    • On chantait presque tous les mois des Te Deum pour quelque nouvelle victoire, et le canon de l’arsenal tirait ses vingt et un coups, qui vous faisaient trembler le cœur. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Au début de l'année 1918, ils ont mené l'offensive, ils ont déployé toutes leurs forces, et ils méritaient de gagner, ils méritaient la victoire, comme le vieux Pindur et son grand-père Otto Magnor, à la bataille de Sedan. — (Szczepan Twardoch, Drach, traduit du polonais par Lydia Waleryszak, Les Éditions Noir sur Blanc, 2018, chap. 9)
  2. (Par extension) Personnification du succès dans le combat.
    • La victoire s’est déclarée pour lui.
    • La victoire le suit partout.
    • Les palmes, les trophées de la victoire.
  3. (Antiquité) Divinité représentée sous la figure d’une femme ayant des ailes et tenant une couronne d’une main, une palme de l’autre.
    • […] ; des Victoires aux ailes dorées portant des lances de trois mètres, au bout desquelles s’arrondissaient des cassolettes de parfums ; […] — (Pierre Louÿs, Une fête à Alexandrie, 1896, dans Archipel)
    • Derrière la statue du prince il y a une victoire qui lui pose sur la tête une couronne de laurier.
  4. Avantage qu’on remporte sur un rival, sur un concurrent, etc.
    • Drumont comptait sans doute sur la victoire du boulangisme pour faire triompher sa doctrine et imposer aux juifs une législation moyenâgeuse ? — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Après une longue discussion, il a remporté la victoire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Victoire : définition du Littré (1872-1877)

VICTOIRE (vi-ktoi-r' ; prononcé vitoire au XVIe siècle, Palsgrave, p. 61) s. f.
  • 1Avantage remporté sur les ennemis dans une bataille, dans un combat. Sparte, pour qui j'allais de victoire en victoire, Corneille, Agésil. III, 1. Un homme qui a de l'esprit disait l'autre jour à Rennes qu'il n'avait jamais vu, ni entendu parler d'une pleine victoire sur la mer depuis la bataille d'Actium, et que tous les combats s'y passent en coups de canon, en dissipation de vaisseaux que l'on croit avoir coulés à fond, et qui se retrouvent au bout d'un mois, Sévigné, 577. Il avait remporté l'année précédente une victoire signalée sur le général Essex, Bossuet, Reine d'Anglet. Je ne vous raconterai pas la suite trop fortunée de ses entreprises [de Cromwell], ni ses fameuses victoires dont la vertu était indignée, Bossuet, ib. Si jamais le prince de Condé parut un homme extraordinaire, s'il parut voir tranquillement toutes choses, c'est dans ces rapides moments d'où dépendent les victoires, Bossuet, Louis de Bourbon. Qu'est-ce à dire, à votre avis, que parcourir les provinces par des victoires ? n'est-ce pas porter partout le carnage et la pillerie ? Bossuet, Sermons, Bonté, 1. Un jeune prince du sang qui portait la victoire dans ses yeux, Bossuet, Louis de Bourbon. Quelques-uns le félicitant [Pyrrhus] sur sa victoire, il répondit : Si nous en remportons encore une autre pareille, nous sommes ruinés, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 395, dans POUGENS. Et sous le beau nom de victoire Le meurtre usurpe les lauriers, Lamotte, Odes, t. I, p. 69, dans POUGENS. Quand on lit l'histoire moderne, la victoire de Lépante fait souvenir de celle de Salamine, et on compare don Juan d'Autriche et Colonne à Thémistocle et à Eurybiade, Voltaire, Mél. hist. Pyrrh. hist. 7. Il [Charles XII, dans sa campagne contre les Moscovites], disait que c'était aller à la chasse plutôt que faire la guerre, et se plaignait de ne point acheter la victoire, Voltaire, Charles XII, 3.
  • 2Il se dit de l'avantage remporté dans un combat singulier. Trop peu d'honneur pour moi suivrait cette victoire [sur Rodrigue], Corneille, Cid, II, 2. Son vainqueur [un coq] sur les toits S'alla percher, et chanter sa victoire, La Fontaine, Fabl. VII, 13.

    Fig. et familièrement. Chanter victoire, se glorifier du succès. Toutes les espérances de vendredi [pour un malade] étaient augmentées ; on chantait victoire, la poitrine était dégagée, la tête libre, la fièvre moindre, Sévigné, 413.

  • 3 Fig. Triomphe quelconque. On a vu des chrétiens, après avoir enduré pour l'Évangile de cruels supplices… s'oublier eux-mêmes à la vue d'un ennemi, et, sur le point de consommer la victoire, céder à un ressentiment, et perdre avec la foi la couronne du martyre, Bourdaloue, Dominic. 21e dim. après la Pentec. Pardon des injures.

    Remporter une haute, une grande victoire, faire beaucoup, obtenir beaucoup. Seigneur, c'est remporter une haute victoire, Que de rendre un amant capable de me croire, Corneille, Nicom. v, 2. Tu ne remportais pas une grande victoire, Perfide, en abusant ce cœur préoccupé, Qui lui-même craignait de se voir détrompé, Racine, Baj. IV, 5.

    Gain d'un procès. Nous avons remporté ce matin une jolie victoire ; c'est en votre nom, ma chère fille, que nous avons combattu et battu vos ennemis, Sévigné, 531.

    Avantage remporté sur un rival, sur un concurrent, etc. C'est peu qu'il ait sur moi remporté la victoire, Racine, Esth. III, 1.

  • 4 Fig. Action de faire céder ses passions, ses sentiments à quelque devoir, à quelque obligation. Qui veut vaincre est déjà bien près de la victoire ; Se faisant violence, on s'est bientôt dompté, Et rien n'est tant à nous que notre volonté, Rotrou, Vencesl. II, 3. S'il y a quelques difficultés à surmonter et quelques victoires à remporter sur moi, j'en serai bien dédommagé par l'onction divine qu'on y goûte, Bourdaloue, Dominic. 21e dim. après la Pentec. Pardon des injures.
  • 5Divinité des païens, représentée sous la figure d'une femme ayant des ailes et tenant une couronne d'une main et une palme de l'autre ; en cette acception il prend un grand V. Statue de la Victoire.

    Fig. et par personnification, mais sans V majuscule. Enchaîner la victoire. Et lorsqu'il est tombé sanglant sur la poussière, Les mains de la victoire ont fermé sa paupière, Tristan, Panthée, v, 1. Avoir le prince de Condé entre ses mains, c'était y avoir la victoire même, qui le suit éternellement dans les combats, Bossuet, le Tellier.

  • 6Pierre de victoire, sorte de talisman chez les anciens peuples scandinaves. Les talismans ou pierres de victoire des sagas scandinaves n'étaient probablement pas autre chose que des serpentines, A. Demmin, Journ. offic. 20 fév. 1869, p. 222, 1re col.
  • 7Victoire de Maestricht, variété d'œillet.

HISTORIQUE

XIe s. Averum nus la victorie del champ ? Ch. de Rol. CCLVI.

XIIe s. Mis peres [mon père] ad la terre trublée, e la victorie desturbée, Rois, p. 49.

XIIIe s. [Au jugement dernier] Forche de mort sera perdue, Et sa victoire ier [sera] dont vaincue, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 52. Ge te di bien que tu ne puez pas longuement durer après ceste victoire que tu auras eue de ceste bataille, Merlin, f° 69, verso. Dames si cortoises seront, Que bien nous en aquiteront, Jà n'i querés autres victaires, la Rose, 10939.

XIVe s. Et tel bien en medecine ce est sanité, en chevalerie vittoire, en edification la maison estre faite, Oresme, Éth. VII, 13. L'exposant regardoit à jouer à la folesuye le jour d'une victoire [réjouissance publique], Du Cange, victoriosus.

XVe s. Las ! s'il plaisoit ore à ma chiere dame, Au mal qui m'entame Envoiier victore [guérison], Froissart, Poésies mss. p. 237. dans LACURNE.

XIVe s. Emporter la victoire, Amyot, Eumènes, 35.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Victoire : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VICTOIRE, s. f. (Art milit.) c’est l’événement heureux d’un combat, ou le gain d’une bataille ; c’est l’action la plus brillante d’un général, lorsqu’elle est le fruit de ses dispositions & de ses manœuvres, & qu’il peut dire comme Epaminondas, j’ai vaincu les ennemis. Voyez Tactique.

Ce qui fait le prix & la gloire d’une victoire, ce sont les obstacles qu’il a fallu surmonter pour l’obtenir. Ce ne sont pas toujours, dit M. Defolard, les victoires du plus grand éclat, qui produisent les grandes gloires, & qui illustrent le plus la réputation des grands capitaines, mais la maniere de vaincre, c’est-à-dire, l’art avec lequel on a fait combattre les troupes, le nombre, & la valeur de celles de l’ennemi, & les talens du général que l’on a vaincu. Lorsque la victoire n’est dûe qu’à la supériorité du nombre des troupes, à leur bravoure, & au peu d’art & d’intelligence du général opposé, elle ne peut produire qu’une gloire médiocre ; à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Il faut donc que la victoire, pour illustrer véritablement le général, soit attribuée à ses bonnes dispositions, à la science de ses manœuvres, à la maniere dont il a su employer ses troupes ; & que d’ailleurs il ait eu en tête un général habile, à-peu-près égal en force. Comme ces circonstances concourent rarement ensemble, il s’ensuit que toutes les victoires ne sont pas également glorieuses. Aussi n’est-ce point le gain d’une seule bataille qui fait la réputation des généraux ; mais la continuité des succès heureux ; parce qu’on suppose qu’ils sont le fruit des talens & de la science militaire. Il y a eu des généraux, tels que le fameux amiral de Coligny & le prince d’Orange, Guillaume III. roi d’Angleterre, qui, sans avoir gagné de batailles, n’en ont pas moins été regardés comme de grands capitaines. & qui l’étoient effectivement. Ils commandoient, au-moins le premier, des troupes dont ils n’étoient point absolument les maîtres ; ils avoient différens intérêts à concilier, différens chefs avec lesquels il falloit se concerter ; ce qui est susceptible de bien des inconvéniens dans le commandement des armées ; mais la maniere dont ils se tiroient de leurs défaites, mettoit leurs talens militaires dans le plus grand jour ; de-là cette réputation justement acquise & méritée de grands capitaines.

Nous avons observé, article Bataille, que M. le maréchal de Puysegur pensoit que les batailles étoient assez souvent la ressource des généraux peu intelligens, qui se sentant incapables de suivre un projet de guerre sans combattre, risquoient cet événement au hasard de ce qui pouvoit en arriver. Des généraux de cette espece peuvent gagner des batailles, sans que leur gloire en soit plus grande.

Le gain d’une bataille ou la victoire étant toujours incertaine, & la perte des hommes toujours très considérable, la prudence & l’humanité ne permettent de se livrer à ces sortes d’actions que dans le cas de nécessité absolue, & lorsqu’il est impossible de faire autrement sans s’exposer à quelque inconvénient fâcheux. Lorsqu’on le peut, on n’est point excusable de hasarder la vie de tant de braves soldats, dont la perte est irréparable.

Cependant la plûpart des généraux d’armées, dit M. de Folard, n’y font pas assez d’attention. « Il semble qu’ils comptent pour rien la vie de leurs soldats & de leurs officiers : qu’ils soient assommés par milliers, n’importe ; ils se consolent de leur perte s’ils peuvent réussir dans leurs entreprises exécutées sans conduite ou sans nécessité. Auguste ne put se consoler de la défaite de ses légions taillées en pieces en Allemagne. Il sentit si vivement cette perte, qu’il s’écrioit à tout moment, Varrus, rens-moi mes légions, & Varrus avoit péri avec elles ; tant il reconnoissoit qu’il n’est pas au pouvoir des plus grands princes de rétablir une infanterie d’élite qu’on vient de perdre ; on ne la recouvre pas avec de l’argent.

« Il y a un art de ménager la vie des troupes, mais il s’est perdu avec M. de Turenne. Il y en a un autre de les rendre invincibles, de former de bons officiers, & des hommes capables d’être à la tête des armées par l’excellence de la discipline militaire : seroit-il enterré avec les Romains ? Ne seroit-il pas plus aisé de le ressusciter, que de trouver des gens assez dociles pour approuver ce qui n’est pas sorti de leur tête ?

« Le général Banier, qui étoit sans contredit un des plus grands guerriers de son siecle, ne pensoit jamais à aucun dessein tant soit peu considérable, qu’il ne songeât en même tems à ménager la vie des soldats. Il détestoit les voies meurtrieres, & blâmoit hautement les généraux qui sacrifioient tout à leur réputation. Il se vantoit de n’avoir janais hasardé ni formé aucune entreprise, sans une raison évidente. Encore que César dans la guerre d’Afranius, fût assuré de la victoire, il ne voulut jamais hasarder une bataille contre lui, pour épargner la vie de ses troupes, que lorsqu’il s’apperçut que l’armée ennemie tiroit à sa ruine, lui ayant non-seulement coupé les vivres, mais encore l’eau ; il la réduisit enfin par une sage circonspection, à mettre les armes bas ». Comment. sur Polybe, tome IV. page 411.

Ce qui peut, suivant M. le maréchal de Puysegur, contribuer à la victoire, c’est l’avantage de la situation des lieux pour attaquer & pour se défendre ; la supériorité du nombre ; la force dans l’ordre de bataille ; le secret de faire combattre à-la fois un plus grand nombre de troupes que l’ennemi ne peut le faire ; le plus de courage dans les troupes, & le plus d’art pour combattre. Quand ces différentes parties se trouvent réunies, on peut, dit cet illustre maréchal, être assuré de la victoire : mais elles se trouvent souvent partagées ; d’ailleurs il est peu de généraux qui ne fassent des fautes plus ou moins importantes, qui donnent beaucoup d’avantage à l’ennemi qui sait en profiter, & qui décident quelquefois de la victoire. En effet, selon M. de Turenne, il arrive souvent à la guerre aux capitaines les plus expérimentés, des accidens sur lesquels on auroit raison de discourir beaucoup, si l’expérience ne faisoit pas voir que les plus habiles sont ceux qui font le moins de fautes ; fautes que, comme il l’observe, il est plus aisé de remarquer que de prévenir. César lui-même n’en est pas toujours exempt ; c’est ce que M. le maréchal de Puysegur entreprend de démontrer dans son livre de l’art de la guerre, tome II. chap. xj. art. 4.

Il n’est pas rare de voir des victoires équivoques, ou que les deux parties s’attribuent également ; mais le tems & les suites font bien-tôt découvrir quel est le parti qui est véritablement victorieux. Chez les Grecs le succès des batailles n’étoit pas également incertain. L’armée qui redemandoit ses morts s’avouoit vaincue ; alors l’autre avoit le droit d’élever un trophée pour servir de monument de sa victoire.

Lorsque la victoire est acquise, il y a un art de savoir en profiter, & d’en tirer tous les avantages qui peuvent en résulter. Peu de généraux savent cet art ou veulent en profiter. Tout le monde sait ce que Maherbal dit à Annibal, voyant que ce grand homme ne marchoit point à Rome après la bataille de Cannes. Vincere scis, Annibal, sed victoriâ uli neseis. On a fait le même reproche à Gustave Adolphe, après le gain de la bataille de Léipzic, de n’avoir pas marché à Vienne dans l’étonnement où cette bataille avoit jetté la cour impériale.

Il est certain que pour peu qu’on donne de loisir à l’ennemi vaincu ; il peut, avec des soins & de la diligence, réparer ses pertes, faire revenir le courage à ses soldats, à ses alliés, & trouver le moyen de reparoître pour arrêter ou suspendre les progrès du victorieux. Mais il est vraissemblable que dans le moment de satisfaction que produit une victoire, on s’en trouve pour ainsi dire enivré ; que comme on n’a pû compter absolument sur cet événement, les mesures qu’il faut prendre pour en tirer tout le fruit possible, ne se présentent pas d’abord à l’esprit. D’ailleurs, on ignore souvent la grandeur & l’importance de la victoire, la perte qu’elle a causée à l’ennemi, & quel est le découragement & la dispersion de son armée. On vient d’acquérir une très-grande gloire ; on craint de la compromettre par de nouvelles entreprises dont le succès ne paroit pas assuré. Telles sont peut-être, les différentes considérations qui empêchent quelquefois de tirer des victoires, tous les avantages qui devroient en résulter. Lorsqu’on est bien informé de tout ce qui concerne l’ennemi & qu’on veut agir contre lui, on trouve qu’il n’est plus tems. Les esprits sont revenus de leur premiere frayeur, l’ennemi a reçu de nouveaux secours ; ses soldats dispersés sont rassemblés sous leurs drapeaux. Alors, s’il n’est point assez fort pour tenter de nouveau l’événement d’un combat, au-moins peut-il le soutenir dans un bon poste, ou sous la protection du canon de l’une de ses places. Par-là, on se trouve arrêté & gèné dans toutes les opérations qu’on voudroit faire, & il arrive que la victoire ne produit guere d’autre avantage que le gain du champ de bataille, & la gloire, si l’on veut, d’avoir battu l’ennemi. On n’éprouve point cet inconvénient lorsqu’on poursuit, comme le dit M. le maréchal de Saxe, l’armée ennemie à toute outrance, & qu’on s’en défait pour une bonne fois ; mais bien des généraux, dit-il, ne se soucient pas de finir la guerre si-tôt.

Immédiatement après la bataille, ou dès que la victoire est assurée, le général fait partir un officier de marque avec une lettre pour apprendre au souverain l’heureux succès du combat, & l’instruire fort en gros, des principales circonstances de l’action. Vingt ou trente heures après, on fait partir un second officier avec une relation plus détaillée, où l’on marque la perte qu’on a faite & celle de l’ennemi.

La politique ne permet pas toujours d’employer l’exacte vérité à cet égard dans les relations que l’on rend publiques. Il est assez ordinaire d’y diminuer sa perte & d’augmenter celle de l’ennemi ; mais comme chaque parti publie des relations du même combat, il est aisé, en les comparant les unes avec les autres, de juger à-peu-près de la vérité.

Nous observerons à cette occasion, qu’une relation bien faite, bien claire & bien précise, fait juger avantageusement des talens du général. Si elle est mal dirigée & mal conçûe, on a de la peine à croire qu’il ait eu des idées bien nettes de sa besogne. Cette sorte de travail, au reste, ne doit être fait que par lui seul. Ce ne doit point être l’ouvrage d’un secrétaire, mais de celui qui a été l’ame de toute l’action. On a vû des relations, qui bien entendues, imputoient elles-mêmés des fautes d’inadvertance à ceux qui les avoient fait dresser. Avec un peu d’habitude de penser & d’écrire, on n’agraveroit pas au-moins ses fautes, en les avouant sans s’en appercevoir. Qu’il nous soit permis de citer ici une relation qui nous a paru répondre à la beauté de l’action ; c’est celle de la bataille de Berghen.

Il est du devoir du victorieux après la bataille, de retirer les blessés du champ de bataille, de les faire conduire dans les hôpitaux, & de veiller à ce qu’ils soient bien traités. On doit avoir également soin de ses soldats & de ceux de l’ennemi ; c’est un devoir que prescrit l’humanité, & qu’on n’a pas besoin de recommander aux généraux françois. On fait aussi enterrer les morts le lendemain de la bataille, afin qu’ils n’infectent point l’air par leur corruption.

Pendant que les gens commandés pour cette opération y procédent, on suit l’ennemi, & on le fait harceler autant qu’on le peut par différens détachemens de l’armée qui le poursuivent, jusqu’à ce qu’il ait pris quelque position où il soit dangereux de le forcer.

Ce qui doit caractériser une victoire complette & en être la suite, c’est l’attaque des places de l’ennemi. Le gain de plusieurs victoires, dit M. le chevalier de Folard, ne sert de rien, s’il n’est suivi de la prise des forteresses ennemies. Ce n’est que par-là qu’on peut compter sur un établissement solide dans le pays ennemi, sans quoi une seule défaite peut faire perdre les avantages de plusieurs victoires.

Quel que soit le brillant d’une victoire, on ne doit pas s’en laisser éblouir, & se livrer à ce qu’elle a de flateur, sans songer aux suites d’une défaite.

Polybe fait sur ce sujet les réfléxions suivantes, par lesquelles nous terminerons cet article.

« La plûpart des généraux & des rois, dit cet auteur célebre, lorsqu’il s’agit de donner une bataille générale, n’aiment à se représenter que la gloire & l’utilité qu’ils tireront de la victoire ; ils ne pensent qu’à la maniere dont ils en useront avec chacun, en cas que les choses réussissent, selon leurs souhaits : jamais ils ne se mettent devant les yeux les suites malheureuses d’une défaite ; jamais ils ne s’occupent de la conduite qu’ils devront garder dans les revers de fortune ; & cela parce que l’un se présente de soi-même à l’esprit, & que l’autre demande beaucoup de prévoyance. Cependant cette négligence à faire des réfléxions sur les malheurs qui peuvent arriver, a souvent été cause que des chefs, malgré le courage & la valeur des soldats, ont été honteusement vaincus, ont perdu la gloire qu’ils avoient acquise par d’autres exploits, & ont passé le reste de leurs jours dans la honte & dans l’ignominie. Il est aisé de se convaincre, qu’il y a un grand nombre de généraux qui sont tombés dans cette faute, & que c’est aux soins de l’éviter, que l’on reconnoît sur-tout combien un homme est différent d’un autre. Le tems passé nous en fournit une infinité d’exemples ». Hist. de Polybe, liv. XI. ch. j. Voyez Bataille, Guerre & Retraite. (Q)

Victoire actiaque, (Hist. rom.) actiaca victoria ; victoire qu’Auguste, ou pour mieux dire son général, remporta sur Marc-Antoine auprès du cap de la ville d’Actium. Ce prince pour rendre recommandable à la postérité la mémoire de cet événement, fit bâtir la ville de Nicopolis. Il agrandit le vieux temple d’Apollon, où il consacra les rostres des navires ennemis ; enfin il y augmenta la magnificence des jeux solemnels nommés actiaques, qui se donnoient de cinq ans en cinq ans à la maniere des jeux olympiques.

Victoire, jeux. de la, (Antiq. greq. & rom.) on appelloit jeux de la victoire, les jeux publics célébrés aux réjouissances faites à l’occasion d’une victoire. Les auteurs grecs les nomment ἐπινίκιοι ἀγῶνες, les jeux de la victoire, ou ἐπινίκιος ἑορτὴ, féte de la victoire, & les inscriptions latines ludos victoriæ. Les Romains à l’imitation des Grecs, célebrerent les fêtes & les jeux de la victoire, qui se faisoient d’abord après les jeux capitolins, Auguste après la bataille d’Actium, Septime Severe après la défaite de Pescenius Niger. La ville de Tarse fit frapper à cette occasion des médaillons sur lesquels on voit les symboles des jeux publics, & l’inscription greque qui signifioit jeux de la victoire, célébrés en l’honneur de Septime Severe, sur le modele des jeux olympiques de la Grece.

L’an 166, Lucius Vérus revint à Rome de son expédition contre les Parthes, le sénat lui décerna, & à Marc-Aurele, les honneurs du triomphe ; les deux empereurs firent leur entrée triomphante dans Rome, vers le commencement du mois d’Août de la même année ; la cérémonie fut suivie de jeux & de spectacles magnifiques, du nombre desquels furent les jeux de la victoire ἐπινίκια, mentionnes sur le marbre de Cyzique. On éleva dans Rome plusieurs monumens, en mémoire des victoires des armées romaines sur les Parthes. Les médailles nous en ont conservé la plûpart des desseins, je n’en rappelle qu’un seul gravé au revers d’un beau médaillon de bronze, de Lucius Verus ; ce prince y est représenté offrant la victoire à Jupiter Capitolin, & couronné par la ville de Rome. La célebration des jeux fut de la derniere magnificence ; un pancratiaste Corus y combattit, & y gagna un prix en or. La ville de Thessalonique fit graver sur ses monnoies les symboles des jeux de la victoire, qui furent célébrés en réjouissance des victoires que Gordien Pie remporta sur les Perses. Nous avons un marbre de Cyzique qui nous apprend qu’on célébra à Rome des jeux de la victoire, sous le regne de Marc-Aurele. (D. J.)

Victoire, (Mythol. & Litterat.) les Grecs personifierent la Victoire, & en firent une divinité qu’ils nommerent νίκη ; Varron la donne pour fille du Ciel & de la Terre ; mais Hésiode avoit eu une idée plus ingénieuse, en la faisant fille du Styx & de Pallante. Tous les peuples lui consacrerent des temples, des statues & des autels.

Les Athéniens érigerent dans leur capitale un temple à la Victoire, & y placerent sa statue sans aîles, afin qu’elle ne pût s’envoler hors de leurs murs ; ainsi que les Lacédémoniens avoient peint Mars enchaîné, afin, dit Pausanias, qu’il demeurât toujours avec eux. A ce même propos, on lit dans l’Anthologie, deux vers qui sont écrits sur une statue de la Victoire, dont les aîles furent brûlées par un coup de foudre. Voici le sens de ces vers. « Rome, reine du monde, ta gloire ne sauroit périr, puisque la Victoire n’ayant plus d’aîles, ne peut plus te quitter ».

Les Romains lui bâtirent le premier temple durant la guerre des Samnites, sous le consulat de L. Posthumius, & de M. Attilius Régulus. Ils lui dédierent encore, selon Tite-Live, un temple de Jupiter très-bon, après la déroute de Cannes, pour se la rendre propice ; enfin dans le succès de leurs armes contre les Carthaginois & les autres peuples, ils multiplierent dans Rome, & dans toute l’Italie le nombre des autels à sa gloire. Sylla victorieux, établit des jeux publics en l’honneur de cette divinité.

On la représentoit ordinairement comme une jeune déesse avec des aîles, tenant d’une main une couronne de laurier, & de l’autre une palme ; quelquefois elle est montée sur un globe, pour apprendre qu’elle domine sur toute la terre. Domitien la fit représenter avec une corne d’abondance. Les Egyptiens la figuroient sous l’emblème d’un aigle, oiseau toujours victorieux dans les combats qu’il livre aux autres oiseaux.

Nous avons encore un assez grand nombre de statues de la Victoire, dans les divers cabinets d’antiquités ; ce sont en petit des copies, dont les originaux embellissoient les temples & les places de Rome. On en trouvera quelques représentations dans M. de la Chausse, le P. Montfaucon, & autres antiquaires. On n’offroit en sacrifice à cette divinité, que les fruits de la terre, c’est qu’elle les consomme. Une Victoire posée sur une proue de navire, désigne une victoire navale. Ce sont de nos jours celles qui sont les plus glorieuses & les plus utiles. C’est à l’Angleterre qu’appartiennent ces sortes de triomphes. (D. J.)

Victoire, (Iconol.) on la représente communément assise sur un trophée d’armes, ayant des aîles, & tenant une couronne de laurier d’une main, & de l’autre une branche de palmier. Voyez Victoire, Mythol.

Victoire, (Art numism.) la figure de la Victoire, est un des types les plus fréquens sur les médailles de tous les empereurs. Elle y est représentée en cent manieres différentes ; on y voit souvent avec elle le bouclier, tantôt suspendu à une colonne, tantôt entre les mains de la déesse, & les mots abrégés S. P. Q. R. quelquefois en légende sur le contour de la médaille, quelquefois gravés sur le bouclier même. Nous avons entre les consécrations d’Auguste, une médaille, où, d’un côté, est la tête d’Auguste, avec la légende divus Augustus pater ; au revers, la Victoire, sans autre légende que S. C. Dans une autre médaille de cet empereur, on voit la Victoire gravée sur le revers, ayant le pié sur un globe, les aîles étendues comme pour voler, portant de sa main droite une couronne de laurier, & de sa gauche l’étendart du prince. Dans une troisieme médaille du même empereur, on voit la Victoire assise sur les dépouilles des ennemis, ayant un trophée planté devant elle, & portant un bouclier, avec ces mots victoriæ Augusti. Sur le revers d’une médaille d’argent de L. Hostilius, la Victoire se trouve dépeinte portant d’une main le caducée, qui est la verge de paix de Mercure, & de l’autre un trophée des dépouilles des ennemis. Voilà la vraie Victoire, digne d’éloges. (D. J.)

Victoire de S. Michel sur le diable, (Peinture.) fameux tableau de Raphaël. Dans les conférences de l’académie de peinture recueillies par Félibien, la premiere traite des perfections du dessein & de l’expression de cet admirable tableau. J’y renvoie les curieux. Ils y trouveront en même tems d’excellentes remarques, qui ne peuvent qu’être utiles aux gens de l’art, & très-agréables aux amateurs, surtout s’ils ont sous les yeux quelque estampe choisie du tableau. Mais pour doubler le plaisir, il faut y joindre la description sublime que Milton fait du combat & de la victoire de S. Michel sur le diable, dans son paradis perdu, paradise lost. Book vj. v. 300, &c.

For likest Gods they seem’d,
Stood they or mov’d, in stature, motion, arms,
Fit to decide the empire of great Heanv’n.
Now wav’d their fiery swords, and in the air
Made horrid circles ; two broad suns their shields
Blaz’d opposite, while expectation stood
In horror : from each hand with speed retir’d,
Where erst was thictkest fight, th’angelic throng ;
And lest large field, unsafe within the wind
Of such commotion : such as (to set forth
Great thinks by small) is natur’s concord broke,
Among the constellations ware were sprung,
Two planest rushing from aspect malign
Of fiercest opposition, in mid-sky,
Should combat, and their jarring sphears confound
.....

« Ils ressembloient à des dieux, soit qu’ils se tinssent de pié ferme, soit qu’ils allassent en avant ; leur stature, leurs mouvemens, & leurs armes, montroient qu’ils étoient propres à décider du grand empire du ciel. On les voyoit tourner avec une rapidité incroyable leurs épées flamboyantes, qui traçoient par les airs d’horribles spheres de feu. Leurs boucliers, tels que deux grands soleils, resplendissoient vis-à-vis l’un de l’autre. Ce grand spectacle suspendit le mouvement des deux partis, saisis d’horreur, &c.... »

Je donne le reste a traduire aux plus habiles.

Victoire, (Sculpt. antiq.) petite statue d’or, d’ivoire, & autres matieres, que les anciens mettoient ordinairement dans la main de leurs idoles. Il y en avoit entr’autres une fort belle que Verres avoit détachée à Enna d’une grande statue de Cérès. Il en avoit ôté plusieurs autres d’un ancien temple de Junon bâti sur le promontoire de Malte. Denys l’ancien ne se faisoit point aussi de scrupule d’enlever de semblables petites victoires d’or que les dieux tenoient à la main, & qu’à l’entendre ils lui présentoient eux mêmes. Je ne les prends pas, disoit-il, je les accepte. C’est être doublement coupable, de voler les dieux, & d’en rire. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « victoire »

Étymologie de victoire - Littré

Provenç. et espagn. victoria ; ital. vittoria ; du lat. victoria, de victor, vainqueur, dérivé du radical vic, et tor, qui fait les noms d'agent (voy. VAINCRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de victoire - Wiktionnaire

Du latin victoria, dérivé de victor (« vainqueur »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « victoire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
victoire viktwar play_arrow

Citations contenant le mot « victoire »

  • Mais encore faut-il vaincre l'ogre parisien. "Après autant de temps sans jouer, il est difficile d'analyser ce PSG, observe Gasperini. Ils pourraient avoir un déficit de rythme ou d'automatismes, mais en même temps ils risquent aussi d'avoir un énorme appétit. C'est en tout cas une équipe très talentueuse, Paris fait partie des candidats à la victoire finale en Ligue des champions. Cela dépendra aussi de Mbappé, s'il joue ou non. Mais nous avons nos chances." RMC SPORT, PSG-Atalanta: « Paris est un candidat à la victoire finale », estime Gasperini
  • Le PSG disputait ces deux premiers match officiels depuis mars dernier avec cette finale de Coupe de France, remportée 1-0 face à l’AS Saint-Étienne et cette finale de Coupe de la Ligue. Au niveau de la forme, cette équipe parisienne ne pouvait donc pas être flamboyante. Mais il faut retenir ces succès. Cette équipe est très talentueuse, mais lorsque la forme n’est pas là, il faut se battre et aller puiser dans les ressources afin de décrocher la victoire. Cela montre donc d’autres qualités chez cette équipe du PSG, toutes aussi importantes que les autres. ParisFans, Alonzo souligne l'importance "mentalement et physiquement" de la victoire du PSG
  • Et cela avec le plein de confiance, comme l’indique le Bianlout : « Je suis très content de ma journée et de mes sensations. Cette victoire est le fruit d’un bon travail du team. » , Sport lorrain | Romain Febvre renoue avec la victoire !
  • L’opposition de la Plate-forme civique avait contesté la victoire du conservateur, arrivé en tête du scrutin, le 12 juillet, avec 51 % des voix. Le Monde.fr, La Cour suprême polonaise valide la victoire d’Andrzej Duda à la présidence du pays
  • GP de Grande-Bretagne de F1: victoire d'Hamilton in extremis devant Verstappen, le Monégasque Charles Leclerc 3e Var-Matin, GP de Grande-Bretagne de F1: victoire d'Hamilton in extremis devant Verstappen, le Monégasque Charles Leclerc 3e - Var-Matin
  • Les anciens de la SEITA remportent une victoire. Licenciés en 2015 par le géant Imperial Tobacco, ils ont obtenu gain de cause auprès de la cour d'appel de Rennes. France Bleu, Carquefou : les anciens de la SEITA remportent une victoire devant la justice
  • La victoire représente le plus efficace des passeports. De Claude Lelouch / Itinéraire d'un enfant très gâté
  • Chaque mot écrit est une victoire contre la mort. De Michel Butor / Entretiens avec Georges Charbonnier
  • Où la victoire est impossible, il est vain de combattre. De Joost Van Den Vondel / Gysbreght Van Aemstel
  • Se battre pour une cause juste est déjà une victoire. De Anonyme
  • Dans une guerre civile, la victoire même est une défaite. De Lucain / Pharsale
  • Un instant de patience est déjà une victoire. De Abi Taleb
  • Le pardon est la plus belle fleur de la victoire. De Proverbe arabe
  • La plus belle victoire est de vaincre son coeur. De Jean de La Fontaine
  • La victoire sur soi est la plus grande des victoires. De Platon
  • Une victoire est une victoire. C'est le résultat qui compte. De Suzanne Martel / Premières armes
  • Aucune victoire ne vaut un mort. De Anonyme
  • La victoire aime l'effort. De Catulle
  • Le butin proclame la victoire. De François Cavanna / La hache et la croix
  • Seule la victoire est belle. De Peggy Bouchet
  • Que nul n'attribue à soi-même les victoires qu'il doit à la grâce. Nous n'avons de force que pour le mal : tout le bien vient de Dieu en acte ou en volonté. Edmund Spenser, La Reine des fées, I, 10 The Faerie Queene, I, 10
  • Lutte, échec, nouvelle lutte, nouvel échec, nouvelle lutte encore, et cela jusqu'à la victoire - telle est la logique du peuple. Mao ZedongMao Tsö-tongMao Tsé-toung, Citations du président Mao Tsé-Toung, V
  • Les peuples apprennent plus d'une défaite que les rois de la victoire. Alessandro Manzoni, Lettre à Charles-Albert
  • Évidemment, les dieux n'ont pas tout donné au même homme ; tu sais vaincre, Annibal, mais tu ne sais pas profiter de la victoire. Tite-Live en latin Titus Livius, Histoire romaine, XXII, 51
  • Celui qui sait se vaincre dans la victoire est deux fois vainqueur. Publius Syrus, Sentences, 103
  • La victoire a beau grandir, elle ne réussit plus à rattraper les morts. Jules Romains pseudonyme littéraire devenu ensuite le nom légal de Louis Farigoule, Les Hommes de bonne volonté, Vorge contre Quinette , Flammarion
  • Ô Mort, où est ta victoire ? Gérard Labrunie, dit Gérard de Nerval, Aurélia Nouveau Testament, I Corinthiens, chapitre 15, verset 55
  • [Il y a] des pertes triomphantes à l'envi des victoires. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, I, 31
  • Ah ! que la victoire demeure avec ceux qui auront fait la guerre sans l'aimer ! André Malraux, Les Noyers de l'Altenburg, Gallimard
  • La victoire ne rend un grand prince louable, Ains* la cause qu'il va par armes débattant. Guillaume de Salluste, seigneur Du Bartas, Le Triomphe de la Foi
  • À une belle défaite selon les règles, la naïve enfant* préfère une victoire fautive. Joseph Delteil, Jeanne d'Arc, Grasset
  • La victoire en chantant nous ouvre la barrière La liberté guide nos pas […]. Marie-Joseph de Chénier, Le Chant du départ (musique de Méhul)
  • À l'issue d'une longue guerre nationale, la victoire bouleverse comme la défaite. Léon Blum, À l'échelle humaine, Gallimard
  • Si l'on vit assez longtemps, on voit que toute victoire se change un jour en défaite. Simone de Beauvoir, Tous les hommes sont mortels, Gallimard
  • La victoire s'use par ses excès ; on ne réussit véritablement qu'à force de patientes défaites. Alexandre Arnoux, Faut-il brûler Jeanne ?, Gallimard

Images d'illustration du mot « victoire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « victoire »

Langue Traduction
Corse vittoria
Basque garaipena
Japonais 勝利
Russe победа
Portugais vitória
Arabe فوز
Chinois 胜利
Allemand sieg
Italien vittoria
Espagnol victoria
Anglais victory
Source : Google Translate API

Synonymes de « victoire »

Source : synonymes de victoire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « victoire »



mots du mois

Mots similaires