Dominer : définition de dominer


Dominer : définition du Wiktionnaire

Verbe

dominer \dɔ.mi.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se dominer)

  1. Commander souverainement, avoir une puissance absolue.
    • C'est alors que les musulmans tombèrent sous l'autorité directe ou indirecte des infidèles, qui les dominèrent et les assujettirent. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.94)
    • Alexandre domina sur l’Asie. — Ce peuple, cette puissance domine sur les mers.
  2. Maitriser ; exercer son autorité, son influence sur quelqu’un ou sur quelque chose ; avoir de la prépondérance ; prévaloir.
    • Ce n'est rien d'ordonner des actes, si préalablement on n'est pas maître des pensées ; pour gouverner le monde des corps, il faut dominer celui des esprits. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.262)
    • Il veut dominer sur tout le monde. — Un cœur où l’ambition domine. — Le goût qui domine maintenant.
  3. Paraitre le plus parmi d’autres choses, se faire le plus remarquer, être le plus fort.
    • Toute l'histoire classique est dominée par la guerre conçue héroï­quement ; les institutions des républiques grecques eurent, à l'origine, pour base l'organisation d'armées de citoyens ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.231)
    • Il est essentiel de considérer que les conditions montagnardes sont dominées par la question de la raréfaction de l'air. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.143)
    • A la station du Sambuc le ségonal du Grand Rhône se présentait en 1960 comme une véritable forêt riveraine où dominaient Populus et Salix avec adjonction d’Amorpha fruticosa le long de la digue du Rhône. — (Bulletin de la Société zoologique de France, vol. 109, 1984, p. 250)
    • (Transitif)Le fracas de l'orchestre leur arrivait, assourdissant. Par instants, les violons dominaient le vacarme qu'ils semblaient apaiser, caresser, contenir, mais le saxo, le piston, la clarinette et surtout la trompette […] se mettaient ensemble à mugir et à pétarader de telle sorte que personne ne parlait plus. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  4. Être plus élevé que d'autres choses que l'on tient en sujétion ; surplomber. — Note : La forme transitive de ce verbe domine nettement aujourd'hui.
    • Nous profitons de la clarté pour faire l’ascension d'une montagne de 400 mètres de hauteur qui domine Thorshavn. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.35)
    • Durtal aboutissait à une terrasse dominant la ville et il s’accoudait à une balustrade de pierre grise, sèche, trouée […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Des hauteurs de Bon-Secours on distingue, dans la brume, la glorieuse cathédrale comme un dreadnought à l'ancre, comme une caravelle fantastique dominant une flotte enfumée. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  5. (Transitif) Maîtriser, gouverner, tant au propre qu’au figuré.
    • […], car les Anglais se distinguent par une extraordinaire incompréhension de la lutte de classe ; leur pensée est restée très dominée par des influences médiévales : la corporation, […], leur apparaît toujours comme l'idéal de l'organisation ouvrière ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, p.162)
    • Une colère sourde et terrible, qu’il tentait vainement de refréner, l’envahit et le domina. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Il s’est toujours laissé dominer par les femmes. — Cet homme veut dominer tout le monde. — Un homme que la passion domine. — Savoir dominer les événements, les circonstances.
  6. (Transitif) (Économie) (Sport) Montrer sa supériorité sur un adversaire.
    • Depuis quelques années, cette entreprise domine ses concurrents.
    • Ce champion domine la compétition depuis deux ans.
  7. (Transitif) Connaitre une matière en profondeur, en embrasser tous les aspects.
    • Le conférencier a parfaitement dominé son sujet.
  8. (Pronominal) Rester maître de soi-même.
    • Dans cette circonstance, il sut se dominer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dominer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DOMINER. v. intr.
Commander souverainement, avoir une puissance absolue. Alexandre domina sur l'Asie. Ce peuple, cette puissance domine sur les mers. Il signifie aussi, tant au propre qu'au figuré, Exercer de l'empire, de l'influence sur quelqu'un ou sur quelque chose, ou Avoir de la prépondérance, prévaloir. Il veut dominer sur tout le monde. Il aime à dominer. Un cœur où l'ambition domine. Le goût qui domine maintenant. Il se dit particulièrement de Ce qui paraît le plus parmi d'autres choses, de ce qui se fait le plus remarquer, de ce qui est le plus fort. Cette figure domine dans le tableau. Le bleu domine dans cette étoffe. Le goût de poivre domine dans cette sauce. Il se dit encore figurément des Choses plus élevées que d'autres, et surtout des Lieux élevés d'où l'on découvre une plus ou moins grande étendue de pays, ou qui en tiennent d'autres en sujétion. Il domine, sa tête domine au-dessus de la foule. Ce château, cette tour domine sur toute la plaine. La citadelle domine sur la ville. Il s'emploie aussi comme verbe transitif dans l'acception précédente. Une colline dominait la plaine. La citadelle domine la ville. Il s'emploie également comme verbe transitif, dans le sens de Maîtriser, gouverner, tant au propre qu'au figuré. Il s'est toujours laissé dominer par les femmes. Cet homme veut dominer tout le monde. Un homme que la passion domine. Savoir dominer les événements, les circonstances. Se dominer, Être maître de soi-même. Dans cette circonstance, il sut se dominer.

Dominer : définition du Littré (1872-1877)

DOMINER (do-mi-né) v. n.
  • 1Exercer la domination. Cette puissance domine sur les mers. Les Francs n'admettent point de femme à dominer, Corneille, Attila, I, 2. Les hommes veulent être esclaves quelque part et puiser là de quoi dominer ailleurs, La Bruyère, VIII. L'Arabe impérieux domine en Italié, Voltaire, Tancr. IV, 2. Le czar partageait avec Charles XII la gloire de dominer en Pologne, Voltaire, Russie, I, 14. Mais on veut dominer aussitôt qu'on est libre, Saurin, Spartac. V, 5.

    Dominer sur. Un gueux a un chien pour avoir un être sur qui dominer, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuvres, t. IV, p. 173, dans POUGENS. Le hardi Soliman insolemment domine Sur les fertiles champs couronnés par l'Etna, Voltaire, Tancr. I, 1. Le Francais domine sur toutes les régions, pour ce qui est d'agrément ou de magnificence, et son art de plaire est un des secrets de sa fortune et de sa puissance, Raynal, Hist. phil. XIX, 5.

  • 2Avoir la prépondérance, prévaloir. Il domine au conseil, dans la compagnie. De la même main dont ce grand homme [Richelieu] sapait les fondements de la monarchie d'Espagne, il a daigné jeter ceux de votre établissement, et confier à vos soins la pureté d'une langue qu'il voulait faire entendre et dominer par toute l'Europe, Corneille, Disc. de récept. à l'Acad. Dieu ne veut pas d'un cœur où le monde domine, Corneille, Poly. I, 1. Prince, que voulez-vous d'un cœur préoccupé Sur qui domine encor l'ingrat qui l'a trompé ? Corneille, Tois. d'or, II, 5. Dominer sur la nature, Pascal, dans COUSIN. En laissant dominer les sens, Bossuet, Hist. II, 11. Deux sortes de gens fleurissent dans les cours, et y dominent dans divers temps, les libertins et les hypocrites, La Bruyère, XVI. Je ne sais quoi qui la met [l'âme] au-dessus des craintes, des espérances, de la réputation et des opprobres et de tout ce qui domine sur la conduite du reste des hommes, Massillon, Confér. Fuite. Vos lois laissent tout à l'aîné et rien aux cadets, c'est l'intérêt qui a dicté cette loi bizarre ; apparemment les aînés l'ont faite, ou les pères ont voulu que les aînés dominassent, Voltaire, Dial. 8.
  • 3Être le plus apparent, avoir le plus de force, en parlant des choses. Cette figure domine dans le tableau. Pour moi j'aime surtout que le poivre domine, Boileau, Sat. III. Cette humilité profonde qui domine si fort dans son caractère, Massillon, St Franc.
  • 4Dépasser en hauteur ce qui environne. Sa tête domine au-dessus de la foule. Notebourg était une place très forte, bâtie dans une île du lac Ladoga, et qui, dominant sur ce lac, rendait son possesseur maître du cours de la Neva, Voltaire, Russie, I, 12.
  • 5 v. a. Tenir en domination, maîtriser. Les ambitieux n'ont aucun moyen de se distinguer ni par leur naissance, ni par leur grandeur, ni par leur esprit, puisque la mort, qui égale tout, les domine de tout côté avec tant d'empire, et que, d'une main si prompte et si souveraine, elle renverse les têtes les plus respectées, Bossuet, Duch. d'Orl. Vous dominerez sur plusieurs nations, et nul ne vous dominera, Sacy, Bible, Deutéron. XV, 16.

    Il se dit des choses qui prennent de l'empire. Je ne veux point que la mauvaise honte et la timidité dominent votre cœur, Fénelon, Tél. XXIII. La mode domine les provinciales ; mais les Parisiennes dominent la mode et la savent plier chacune à son avantage, Rousseau, Hél. II, 21. Les plus grandes contradictions que le czar éprouva quand il voulut créer un empire et former des hommes, vinrent de sa femme ; elle était dominée par la superstition, si souvent attachée à son sexe, Voltaire, Russie, II, 10.

  • 6Avoir, par sa hauteur, une sorte de domination sur l'espace environnant. Une hauteur qui domine le cours de la rivière. Ce Grec dont l'œil au loin observe nuit et jour L'horizon de nos mers que domine la tour, Lemercier, Agamemn. I, 4.
  • 7Se dominer, v. réfl. Se commander à soi-même. En cette pénible circonstance il sut se dominer.

REMARQUE

Pascal a dit dominer à, pour dominer sur : Qui eût dit à vos généraux [des jésuites] qu'un temps était proche où ils domineraient en mœurs à l'Eglise universelle ? Pascal, dans COUSIN. C'est un archaïsme comme on peut voir dans l'historique.

HISTORIQUE

XVIe s. Si c'est promesse, où en est l'accomplissement, veu que Cain a esté veincu de peché, auquel il devoit dominer ? Calvin, Instit. 245. Pour monstrer la grande convoitise d'avoir qui dominoit en luy, on allegue deux principaux argumens, Amyot, Crass. 2. Sans cette hemoragie il n'auroit pu se morigener à cause du sang bouillant qui le dominoit naturellement, D'Aubigné, Vie, XXVII. La Tartarie est dominée par le Cham, D'Aubigné, Illst. I, 42.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dominer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* DOMINER, (Manuf. en soie.) se dit d’une couleur qui se montre trop dans une étoffe, ou qui s’y montre plus que les autres, soit par nécessité, soit par défaut.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Dominer : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « dominer » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « dominer »

Étymologie de dominer - Wiktionnaire

(Xe siècle) : Du latin dominor (« être maître, dominer, commander, régner ») dérivé de dominus (« maître »), lequel dérive de domus (« maison »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de dominer - Littré

Lat. dominari, dominer, de dominus seigneur (voy. DOM).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dominer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dominer dɔmine play_arrow

Conjugaison du verbe « dominer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe dominer

Évolution historique de l’usage du mot « dominer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dominer »

  • “Je n’avais jamais vu quelqu’un dominer des matchs de basket comme il l’a fait durant tout le tournoi. Nous le faisions jouer ailier fort, et c’était comme s’il avait été un stretch-4 avant même que tout le monde s’y mette. Les équipes ne savaient pas qui mettre sur lui. Il mesure 2m13, il peut scorer à l’intérieur et à l’extérieur. C’est une démonstration de basket qui, je pense, est sous-estimée parce que nous n’avions pas encore un très grand nom, mais il l’est devenu.” Andre Iguodala Basket Infos, Andre Iguodala : "Je n'avais jamais vu quelqu'un dominer des matchs de basket comme il l'a fait durant tout le tournoi"
  • Alors, allez vous essayer ce M13 sur Warzone ? C'est peut-être la future arme qui va dominer Verdansk dans ces prochaines semaines. Dexerto.fr, NICKMERCS révèle la meilleure classe M13 pour dominer la S4 de Warzone | Dexerto
  • Il n'y a pas d'obstacle dans la vie pour un homme qui sait se dominer. De Françoise Loranger / Mathieu
  • Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre. De Pierre de Coubertin
  • Pessimisme, signe d'impuissance : on est pessimiste parce qu'on se sent incapable de dominer la vie. De Marbeau / Remarques et pensées
  • La soif de dominer est celle qui s'éteint la dernière dans le coeur de l'homme. De Nicolas Machiavel
  • Le problème de la vie publique, c'est d'apprendre à dominer la terreur, celui de la vie conjugale d'apprendre à dominer l'ennui. De Gabriel Garcia Marquez / L'Amour au temps du choléra
  • L'amitié... Une invention des hommes pour dominer leur vieille peur de la femme. De Marie-Odile Métral / Le Mariage : les hésitations de l'Occident
  • Les hommes veulent être esclaves quelque part, et puiser là de quoi dominer ailleurs. De Jean de La Bruyère / Caractères
  • Le devoir des grands Etats est de servir et non de dominer le monde. De Harry Truman / Discours
  • Le rêve, s'il doit avoir un sens, devrait dominer la vie des hommes. De Pierre Karch / Noëlle à Cuba
  • Le courage consiste à dominer sa peur, non pas à ne pas avoir peur. De François Mitterrand / Mémoire à deux voix
  • L’homme qui en a compris un autre est en état de le dominer. De Baltasar Gracian y Morales / Le Héros
  • Le désir de dominer est une passion dévorante qui étouffe tout sentiment. De Tacite
  • On n'est pas homme tant qu'on se laisse dominer par la colère. De Proverbe oriental
  • Créer, non posséder ; oeuvrer, non retenir ; accroître, non dominer. De Lao-Tseu
  • La vérité plane et ne se laisse jamais dominer. De Le Coran
  • On se lasse de dominer, on ne se lasse point d'être dominé. Paul, dit Tristan Bernard, Féerie bourgeoise, Flammarion

Images d'illustration du mot « dominer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dominer »

Langue Traduction
Corse duminà
Basque menderatzeko
Japonais 支配する
Russe властвуй
Portugais dominar
Arabe تسيطر
Chinois 支配
Allemand dominieren
Italien dominare
Espagnol dominar
Anglais dominate
Source : Google Translate API

Synonymes de « dominer »

Source : synonymes de dominer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dominer »


Mots similaires