Succomber : définition de succomber


Succomber : définition du Wiktionnaire

Verbe

succomber \sy.kɔ̃.be\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Être accablé sous un fardeau que l’on porte.
    • Ce crocheteur succombait sous le poids. Succomber sous le faix.
  2. (Figuré) Ne pouvoir résister ; être vaincu ; céder.
    • Ce temple a succombé sous l’effort du temps, et la cellule d’un solitaire est demeurée debout sur ses débris ! — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1811)
    • Il fallait réfléchir à la tactique que nous devrions adopter pour ne point succomber devant l'adversité. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Se souvenant de la fatigue qui l'avait assommée, pour ne point y succomber, elle s’injectait de la volonté. Toutefois, pour s’économiser, elle ralentit l'allure. — (Christian Paviot, Les fugitifs, 2006, page 69)
  3. (Absolument) Mourir ; périr.
    • Non loin de là se trouvent des hybrides Bouschet qui succombent à l’Anthracnose ; les moins malades sont ceux greffés sur Solonis. — (M. A. Bouchard, Une Mission viticole, imprimerie Lachèse & Dolbeau, Angers, 1891, page 30)
    • […], elles établirent que le crapaud succombe assez promptement à la privation totale d'oxygène, […]. — (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
    • […] ; après une résistance désespérée, son père, couvert de blessures, n’avait pas tardé à succomber ; […]. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Mouley El-Hassan mourut le 4 juin 1894. Parti de Marrakech pour se rendre à Fez, il ne parvint que jusqu'à l'Oued El-Abid, au Tedla, où il succomba subitement à une maladie qui le minait sournoisement depuis longtemps. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 60)
  4. (Figuré) Avoir le dessous en quelque entreprise.
    • Une vingtaine d’archers succombèrent à cette première épreuve, et se retirèrent honteux et accompagnés des rires des spectateurs […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Succomber : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUCCOMBER. v. intr.
Être accablé sous un fardeau que l'on porte. Ce crocheteur succombait sous le poids. Succomber sous le faix. Il s'emploie figurément et signifie Ne pouvoir résister, être vaincu, céder. Succomber sous le poids des affaires, sous le travail. Succomber sous les efforts de ses ennemis. Succomber à la fatigue, à la douleur, à la tentation. Il signifie absolument Mourir, périr. Le malade a succombé. Tous ceux qui succombèrent dans cette épidémie. Il signifie encore, figurément, Avoir le dessous en quelque entreprise. Vous attaquez un homme trop puissant, vous succomberez. La malheureuse entreprise où il a succombé.

Succomber : définition du Littré (1872-1877)

SUCCOMBER (su-kon-bé) v. n.
  • 1Être accablé sous un fardeau. Ce crocheteur succombait sous le poids.
  • 2 Fig. Être accablé par le poids de quelque chose que l'on compare à un fardeau. Il succombait sans moi sous sa propre faiblesse, Corneille, Sertor. I, 1. Il n'est pas honteux à l'homme de succomber sous la douleur, et il lui est honteux de succomber sous le plaisir, Pascal, Pens. div. 47, édit. FAUGÈRE. Je commence à succomber aux reproches amers de M. de la Trousse qui me dit…, Sévigné, 19 janv. 1680. Le roi même que pouvait-il, lui qui succombait à la douleur avec toute sa puissance et tout son courage ? Bossuet, Duch. d'Orl. J'avoue, messieurs, que je succombe ici sous le poids de mon sujet, Fléchier, Turenne. Je crains que M. d'Argenson ne succombe à la vie qu'il mène, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 16 fév. 1718. Est-ce ainsi que vous soutenez Télémaque contre le vice auquel il succombe ? Fénelon, Tél. VII. Je me meurs… je succombe à l'excès de ma rage, Voltaire, Zaïre, IV, 5. Maintenant qu'on veut connaître à fond les nègres d'Angola et les Samoïèdes, le Chili et le Japon, la mémoire succombe sous le poids immense dont la curiosité l'a chargée, Voltaire, Pol. et lég. Fragm. hist. Inde, 31. Depuis Alexandre le Grand, la Grèce asservie paraît sans force ; elle succombe sous les révolutions qui se succèdent, et on oublie qu'elle a été libre, Condillac, Hist. anc. II, 12. Harassé, fatigué, je succombe au sommeil, Delille, Convers. 1. Ma santé, à la fin, succomba à tant de violentes agitations, Genlis, Vœux témér. t. I, p. 207, dans POUGENS.

    Absolument. J'ai une si grande habitude à être faible, que, malgré vos bonnes leçons, je succombe souvent, Sévigné, 5 juin 1675. Les tourments font succomber le vieil Osias, autrefois le soutien de l'Église, Bossuet, Hist. I, 11. Je croyais ma vertu moins prête à succomber, Racine, Bérén. v, 6. Je suis bien heureux d'avoir un cœur dur, j'aurais succombé, Champfort, Marchand de Smyrne, sc. 9.

  • 3Ne pas résister, se laisser aller à. Succomber à l'envie de vous entendre discourir, Sévigné, 2 fév. 1680. À la tentation succombez donc de grâce, Destouches, Glor. II, 2.

    Succomber à, avec un infinitif, ne pas résister au désir de. Ce contraste [entre les vertus de M. de la Trappe et les désordres de D. Gervaise] m'a paru si effrayant et si complet que j'ai succombé à l'écrire, Saint-Simon, 61, 33.

  • 4 Absolument, il se dit d'une femme qui cède à la séduction. Elle a eu le malheur de succomber avec un indigne roi d'Egypte, Voltaire, Princ. de Babylone, chap. 5. Jamais femme ne succombe qu'elle n'ait voulu succomber, Rousseau, Hél. IV, 13. Oh ! n'insultez jamais une femme qui tombe ! Qui sait sous quel fardeau la pauvre âme succombe ? Hugo, Crépusc. XI.
  • 5 Fig. Avoir du désavantage dans une lutte ou dans ce qui est comparé à une lutte. Mais aujourd'hui qu'il faut que l'une ou l'autre tombe, Qu'Albe devienne esclave ou que Rome succombe, Corneille, Hor. I, 1. Peut-être en ce dessein pourriez-vous succomber, Corneille, Sophon. II, 3. Le parti de Witt a succombé sous celui de la maison d'Orange, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 217. Malgré la justice et les lois, le faible succombe presque toujours, Bourdaloue, Jugem. dern. 2e avent, p. 370. Le philosophe grec [Socrate] périt par la haine des sophistes, des prêtres et des premiers du peuple ; le législateur des chrétiens succomba sous la haine des scribes, des pharisiens et des prêtres, Voltaire, Pol. et lég. Tolérance, si l'intolérance, etc.
  • 6 Absolument. Mourir, périr. Monsieur Purgon dit que je succomberais, s'il était seulement trois jours sans prendre soin de moi, Molière, Mal. imag. III, 3. Doux bocage, adieu, je succombe, Tu m'avertis de mon destin, De ma mort la feuille qui tombe Est le présage trop certain, Millevoye, Chute des feuilles.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

REMARQUE

Succomber se construit avec les prépositions sous et à.

HISTORIQUE

XVIe s. Que nul ne mesure la grandeur d'icelui à mes paroles, qui sont si debiles, qu'elles succombent beaucoup au dessous, Calvin, Instit. 1098.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SUCCOMBER. - HIST. Ajoutez : XVe s. Certain procès auquel ladite dame est subcombée, Mantellier, Glossaire, Paris, 1869, p. 60.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Succomber : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUCCOMBER, v. neut. manquer de la force qu’il faut. On succombe sous un fardeau ; on succombe sous le poids du malheur ; on succombe à la tentation ; on succombe dans une affaire, dans une entreprise, dans une dispute, dans un combat, au travail, à la honte, à la prospérité.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Succomber : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « succomber » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « succomber »

Étymologie de succomber - Littré

Lat. succumbere, de sub, sous, et cumbere, s'enfoncer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de succomber - Wiktionnaire

Du latin succumbere, « s'affaisser sous, succomber ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « succomber »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
succomber sykɔ̃be play_arrow

Conjugaison du verbe « succomber »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe succomber

Citations contenant le mot « succomber »

  • Oubliez Confucius, oubliez Deng Xiaoping, le père du miracle économique chinois. Ce qui est en train de se jouer dans la Chine d’aujourd’hui est une histoire vieille comme le monde : un État peut-il monter fortement en puissance sans succomber à la tentation impérialiste ? , COMMENTAIRE. Le prix de la puissance chinoise - La Roche sur Yon.maville.com
  • A elle seule, l’Afrique du Sud compte plus de la moitié des cas de nouveau coronavirus sur le continent africain. Elle recense 503.290 cas confirmés, a déclaré samedi le ministre de la Santé, Zweli Mkhize. De 40.000 à 50.000 personnes pourraient y succomber d’ici la fin de l’année dans le pays, selon des projections officielles. Courrier picard, Coronavirus: vers une «très longue» pandémie
  • L'homme succombera tué par l'excès de ce qu'il appelle la civilisation. De Jean Henri Fabre
  • Il est navrant de songer qu’après avoir survécu aux invasions barbares, à l’Inquisition, à la peste noire... l’humanité finira par succomber, pour avoir pulvérisé à l’aide de bombes aérosols, ces chlorofluorocarbures fatals à la couche d’ozone. De Antoine de Caunes / Almanach
  • Il faudrait arriver à n'avoir que des tentations relativement nobles. Et à ce moment-là, il est urgent d'y succomber. Même si c'est dangereux. Même si c'est impossible. Surtout si c'est impossible. De Jacques Brel
  • La peur n'est pas le pire. L'atroce, c'est la honte de se regarder succomber à la peur. De Pierre Gélinas / Les vivants, les morts et les autres
  • Tous ceux que nous avons longtemps fait attendre dans l'antichambre de notre faveur finissent par fermenter et succomber à l'aigreur. De Friedrich Nietzsche / Humain, trop humain
  • Certains individus ne sont pas faits pour la souffrance ; ce seront les premiers à succomber à l'épreuve. De David Gilbert / Les Marchands de vanité
  • Ne nous laissez point succomber au diagnostic, mais délivrez-nous des maux de la santé. De Ivan Illich / Le Monde diplomatique - Mars 1999
  • Le meilleur moyen de faire cesser la tentation, c'est d'y succomber. De Tristan Bernard / Le Cordon bleu
  • Marcher au Paradis ou dans l’Eden, O tentation : Accorde-moi une seconde pour succomber. De Kate Bush / The Rare flower
  • Le plus grand des péchés est ne de pas succomber au plaisir ! De Anonyme
  • Il n’est pas honteux pour l’homme de succomber sous la douleur et il est honteux de succomber sous le plaisir. De Blaise Pascal / Pensées

Traductions du mot « succomber »

Langue Traduction
Corse succumbare
Basque succumb
Japonais 屈する
Russe поддаваться
Portugais sucumbir
Arabe خضع
Chinois 屈服
Allemand erliegen
Italien soccombere
Espagnol sucumbir
Anglais succumb
Source : Google Translate API

Synonymes de « succomber »

Source : synonymes de succomber sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « succomber »


Mots similaires