Succomber : définition de succomber


Succomber : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SUCCOMBER, verbe trans. indir.

A. − Fléchir, s'affaisser, s'écrouler sous un poids, une charge qu'on n'a plus la force de soutenir, sous l'effet d'un choc.
[Avec compl. introd. par sous] Succomber sous le faix. De pauvres femmes juives à demi vêtues, et succombant sous l'énorme fardeau d'un sac de haillons (Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 395).Mon esprit est pareil à la tour qui succombe Sous les coups du bélier infatigable et lourd (Baudel., Fl. Mal, 1859, p. 92).
[Plus rarement, avec compl. introd. par à] Dans le verger la branche au poids des fruits succombe (Sully Prudh., Vaines tendr., 1875, p. 224).L'Alpe! Certaines de ses montagnes, des calculs prouvent que logiquement, l'écorce terrestre à leur poids succombe (Cocteau, Potomak, 1919, p. 340).
Absol. Et mon espoir se brise et s'abîme sous l'onde, Comme succombe un mât par la tempête arqué (Sully Prudh., Justice, 1878, p. 180).
[Le compl. désigne une chose abstr.] Je vis la jeune fille qui, pâle et les yeux éteints, succombait sous le poids de la fatigue, du malaise et du trouble. En un clin d'œil elle fut sur mes bras, et je la transportai sur le lit (Toepffer, Nouv. genev., 1839, p. 286).
B. − Au fig.
1. Être profondément éprouvé, perdre ses forces (physiques et/ou morales), son intégrité, ses capacités sous l'effet d'une épreuve, de difficultés.
[Avec compl. introd. par sous]
[Le suj. désigne une pers.] Succomber sous le poids des soucis, des avanies, des arguments, des preuves, sous une tâche impossible, sous le travail, sous l'émotion, la fatigue. Le roi succombant sous la lèpre et, malgré sa haute valeur, annihilé le plus souvent par sa hideuse maladie (Grousset, Croisades, 1939, p. 221).
[Le suj. désigne un attribut de la pers.] Je bénis intérieurement M. de Bonald d'être venu interrompre un premier regard où la raison pouvait succomber sous l'ivresse. C'était un de ces moments où l'âme a besoin de cette glace que l'accent d'un sage jette sur l'incendie des sens, pour retremper le ressort d'une énergique résolution (Lamart., Raphaël, 1849, p. 251).
[Le suj. désigne une chose, une entité] Pays succombant sous le poids des armements. Et ne croyez pas qu'Avignon succombe sous le poids de l'histoire, cette ville est tissée de légendes, chaque jour y ajoute un fil, ici chacun est Pétrarque, chacune est Laure (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 49).J'étais destinée aux maisons difficiles. Goëllo est en vente, succombant sous les hypothèques (La Varende, Dern. fête, 1953, p. 199).
[Avec compl. introd. par à]
[Le suj. désigne une pers.] Succomber à l'émotion, à la fatigue, à la tâche. Je succombe au travail, au défaut de tranquillité, à mille ennuis matériels qui me dévorent, et surtout à un désir que rien n'étanche (Balzac, Corresp., 1836, p. 47).Il n'était jamais arrivé à Jean-Louis de se montrer tendre avec lui. C'était tellement inattendu, qu'il dut succomber à la surprise. Ses larmes jaillirent, il étreignit son frère comme un noyé (Mauriac, Myst. Frontenac, 1933, p. 172).
[Le suj. désigne un attribut de la pers.] Raison succombant à des épreuves; santé succombant au travail. Je crains que les nerfs de Madame n'aient succombé à tant d'émotions. Ce n'est pas qu'elle soit précisément dérangée, mais elle a reçu un coup, elle est fixée, ses idées ne bougent plus (Claudel, Soulier, 1929, 2ejournée, 2, p. 718).
[Le suj. désigne une entité, une chose] La France de l'ancien régime aurait succombé à la millième partie des maux que la France nouvelle a supportés (Staël, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 225).
[Avec compl. introd. par d'autres prép.] Nous avons marché en silence par de longs circuits (...). Salem succombait de fatigue en portant une partie de notre bagage (Latouche, L'Héritier, Lettres amans, 1821, p. 22):
... je me suis laissée honteusement duper, et c'est la vie d'Émile qui tenait au bout de vos mensonges: (...) je vous avais devinés, mais j'ai manqué de courage! Oh! dire que j'ai succombé devant les sermons ridicules de cet abbé et de ce juge qui est votre amant à vous! Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p. 347.
Absol. En apprenant le départ d'Aurore, Théodore avait reçu un coup dont il avait été accablé. Déjà épuisé par les souffrances des temps précédents, il avait succombé et était tombé gravement malade (Gobineau, Pléiades, 1874, p. 344).Ne pouvait-il me laisser un seul cœur fidèle? une seule Véronique pour m'y cacher la face afin que nul ne la voie, à cette heure où le cœur succombe? (Claudel, Otage, 1911, iii, 2, p. 284).
2. Succomber à qqc.Ne pas pouvoir résister, s'opposer à quelque chose.
a) Se laisser aller à un état, un sentiment après avoir vainement lutté. Succomber à la colère, au désespoir, au désir, à un accès de lyrisme, à un mouvement d'humeur, à une faiblesse d'un moment. M. Octave ne dissimula pas ses sentiments devant son domestique; au contraire, succombant à son animosité, il en fit presque parade (Montherl., Célibataires, 1934, p. 815).Le scrupuleux succombe à la maladie du doute et à ses conséquences, l'aboulie, l'asthénie et l'apraxie (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 206).
Rare. Succomber dans.Tomber dans. Une foule de nobles cœurs ont succombé dans le découragement, convaincus que leur cause était perdue (Guizot, Hist. civilis., leçon 7, 1828, p. 21).
[L'état, le sentiment n'est pas exprimé] Se laisser aller à un penchant coupable, funeste, etc. (dont la nature est suggérée par le cont. ou un compl. prép.). Celui qui succombe à la vue de l'or, à la vue d'une belle femme ou des autres objets des passions terrestres, n'a pas la foi (Senancour, Obermann, t. 2, 1840, p. 98).
Absol. Nous tous, les Pasquier, nous devons compter avec le démon de la colère (...). Moi, je suis le plus calme de tous, et, quelquefois, pourtant, je me sens chanceler, je succombe (Duhamel, Combat ombres, 1939, p. 85).
b) Se laisser aller, céder à une sollicitation, à l'attrait de quelque chose, de quelqu'un; se laisser séduire par quelque chose, quelqu'un. Succomber à l'attrait du sacrifice, aux douceurs du sommeil, à la séduction des mauvais lieux. Pendant le voyage de Paris à Valladolid, Blanché aurait succombé aux séductions de son beau-frère (Mérimée, Don Pèdre Ier, 1848, p. 170).J'avais rendez-vous avec deux étrangers que je voyais par acquit de conscience (...). J'ai succombé à ce qu'on pourrait appeler le vertige de l'ennui. Je voulais quitter ces braves gens au plus vite; je les ai au contraire retenus (Green, Journal, 1933, p. 132).
Succomber à la tentation (de + subst. ou inf.), aux tentations. Les mauvais succombent à la tentation du mal, de faire du mal (...); mais les bons, ceux qui étaient bons, succombent à une tentation infiniment pire: à la tentation de croire qu'ils sont abandonnés de vous (Péguy, Myst. charité, 1910, p. 9).À perdre ainsi la messe et les sacrements, elle risquait de succomber un jour aux tentations: on se croit tout esprit et soudain on se voit tout chair (Pourrat, Gaspard, 1925, p. 218).[P. réf. au Notre Père] Tous ces désirs que nous traînons à la remorque, à quoi servent-ils donc? « Ne nous laissez pas succomber à la tentation... » Non. Cette traduction arrangée me déplaît. J'aime mieux dire: « Ne nous induisez pas en tentation... » et laisser tout son mystère à cette phrase troublante. L'esprit qui tentait Saül venait de Dieu (Green, Journal, 1936, p. 54).
Succomber au démon de + subst. Il était victime de l'absurde vie moderne, et comme beaucoup d'employés enchaînés à leurs bureaux, succombait au démon de l'hypocondrie (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 236).
3. Être vaincu.
a) Subir une défaite dans une bataille, dans une lutte.
[Avec compl. introd. par sous] Il fut immédiatement appréhendé par les agents de police, auxquels il opposa la plus désespérée résistance. Il en abattit une multitude à ses pieds; mais il succomba sous le nombre (A. France, Île ping., 1908, p. 244).
[Avec compl. introd. par à] Missolonghi, défendu par quatre ou cinq cents hommes encore en état de porter les armes, a succombé à un assaut qui a dû coûter la vie à plusieurs milliers d'assaillants (Delécluze, Journal, 1826, p. 336).
P. anal. Se laisser prendre à une ruse, un piège. Thisbé va bien? demanda mademoiselle de Pen-Hoël au chevalier dès que les cartes furent données (...). Pour imiter sa chienne (...) le chevalier laissa voir son jeu à sa voisine (...). C'était une première finesse à laquelle il succomba (Balzac, Béatrix, 1839, p. 47).Moi qui ai tout vaincu de mes instincts et de mes passions, moi! je succombe aux embûches de l'orgueil, lorsque ma science de l'histoire m'éblouit (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 205).
[Avec compl. introd. par par] Ce feu (...) bat si énergiquement l'arrière de vos lignes que la défense est en danger de succomber par manque de munitions, de vivres, de secours de toute espèce (Valéry, Variété IV, 1938, p. 78).
Absol. L'Europe entière se lève en masse; elle le met hors la loi. Onze cent mille hommes marchent contre sa seule personne; il succombe; on le jette dans les fers (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 578).Aucun fort n'avait succombé et (...) la place, en excellent état de défense, promettait de tenir longtemps (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 247).
b) Échouer dans ce que l'on entreprend. Succomber dans qqc.Un ouvrage que je serai fier d'avoir tenté, même en succombant dans cette entreprise (Balzac, Corresp., 1831, p. 591).Jean, appelé à subir l'examen (...) s'embrouilla (...)« J'ai le regret (...) de vous annoncer que vous avez totalement succombé dans les épreuves qui vous étaient imposées » (A. France, Servien, 1882, p. 155).
Absol. [Les] dépens (...) sont toujours à la charge de la partie qui succombe (Durkheim, Divis. trav., 1893, p. 79).M. Darzac s'était juré qu'il ferait taire cet Américain, soit par la terreur, soit par la force (...)! Mais M. Darzac n'était pas de force, et il aurait succombé sans ce brave petit bonhomme de Rouletabille (G. Leroux, Myst. ch. jaune, 1907, p. 153).
c) [Le suj. désigne une femme] Céder, se donner à un homme après avoir essayé de résister. Il semble (...) qu'une fille, lorsqu'une fois elle a succombé aux attaques des hommes, est moins à ménager (Restif de La Bret., M. Nicolas, 1796, p. 59).Les femmes succombent plus souvent qu'on ne croit, par pitié, par besoin d'être bonnes (Zola, M. Férat, 1868, p. 20).
[P. méton.] Elle allait venir (...) dans l'ineffable séduction de la vertu qui succombe (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 85).
C. −
1. [Le suj. désigne un animé] Mourir (par suite de quelque chose, sous l'effet de quelque chose).
[Avec compl. introd. par sous] Succomber sous la hache du bourreau; succomber sous le fer, le poignard de qqn. Son mari a été massacré le 2 septembre; sa fille aînée a péri dans l'hôpital d'une prison; sa fille cadette (...) a succombé sous le poids de ses regrets avant trente ans (Staël, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 151).On voit parfois les corneilles ou les daims succomber sous des épidémies inexplicables (Giraudoux, Électre, 1937, i, 3, p. 41).
[Le plus souvent avec compl. introd. par à] Succomber à une maladie, à une embolie, à une indigestion, à un ulcère, à l'apoplexie, à l'asphyxie, à la famine, au froid, à la misère, au chagrin. Les médecins parlèrent de méningite, d'encéphalite, on ne sut rien de précis. S'agissait-il d'une maladie contagieuse, d'un accident? ou Zaza avait-elle succombé à un excès de fatigue et d'angoisse? (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 359).
Succomber à la tâche, à la peine. Mourir d'épuisement en effectuant une tâche. Nous, le peuple des travailleurs (...), depuis notre enfance, nous épuisons à la tâche pour gagner de quoi ne pas mourir de faim, et (...) souvent voyons les meilleurs succomber à la peine (Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1289).Crise d'épuisement, comme ses aînés dans le corps des guides, un Brantschen, un Carrel, un Biner, dont il parlait toujours, et qui, eux, avaient succombé à la tâche, trouvant sur leur montagne leur agonie (Peyré, Matterhorn, 1939, p. 234).
[Avec compl. introd. par de] Nous apprenons avec un vif regret que M. Charles Swann a succombé hier à Paris, dans son hôtel, des suites d'une douloureuse maladie (Proust, Prisonn., 1922, p. 199).Une petite employée de la maison (...) avait succombé, assez brusquement, d'une grippe soignée trop tard (Martin du G., Taciturne, 1932, i, 9, p. 1262).
[Avec compl. prép. indiquant une situation, une circonstance] Succomber dans un duel, dans un guet-apens. (...) Et il y a cette mort du pauvre vieux Boutin...Oh! (...) un épileptique qui a succombé dans une crise congestive! (Zola, Dr Pascal, 1893, p. 43).
Absol. Curieuse épidémie incompréhensible (...). Des gens, des femmes surtout, tombent, pris d'un mal subit et succombent presque aussitôt (Gide, Retour Tchad, 1928, p. 939).
[Dans une tournure impers.] Il succombait ici quinze à dix-sept personnes chaque jour (Latouche, L'Héritier, Lettres amans, 1821, p. 76).
2. [Le suj. désigne une chose] Disparaître, être anéanti, ruiné par quelqu'un.
[Avec compl. introd. par sous] Nobles et rois se sont enrichis des dépouilles de la liberté primitive; elle a succombé sous leurs attaques (Guizot, Hist. civilis., leçon 3, 1828, p. 3).Combien d'exemples pourrait-on citer de cette faculté défensive, adaptative, de la vie, sans quoi d'ailleurs la vie eût depuis longtemps succombé sous l'assaut des forces de la matière inerte! (J. Rostand, La Vie et ses probl., 1939, p. 151).
[Avec compl. introd. par à] Tous les gouvernements n'ont péri en France que par leur faute; Louis XVI a pu vingt fois sauver sa couronne et sa vie; la république n'a succombé qu'à l'excès de ses crimes (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 783).Si Saint Augustin, durci par Jansénius et par Saint-Cyran, avait triomphé dans l'Église, elle eût succombé à cette terreur spirituelle: la théologie eût enfanté le désespoir (Mauriac, Mém. intér., 1959, p. 153).
Absol. La gaieté française et tourangelle succomba chez le comte; il devint morose, tomba malade (Balzac, Lys, 1836, p. 58).La Compagnie, atteinte par la crise, était bien forcée de réduire ses frais, si elle ne voulait pas succomber (Zola, Germinal, 1885, p. 1284).
REM.
Succombant, -ante, part. prés. en empl. adj.Qui s'affaiblit. Meurs! tour à tour ta voix, ta force succombante, Ton œil où décroît l'horizon S'éteignent (Hugo, Tout la lyre, t. 2, 1885, pp. 75-76).
Prononc. et Orth.: [sykɔ ̃be], (il) succombe [-kɔ ̃:b]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Fig. 1. « être vaincu, subir une défaite dans une partie engagée » [1356 succomber en procès (Ord., III, 134 ds Gdf. Compl.; le texte n'a pu être retrouvé ds Ordonnances des rois de France de la 3erace ni à la réf. indiquée, ni pour l'année 1356)] 1376 subcomber en la cause d'appel (Arch. nat. X1a9182, fol. 164 ro, ibid.) 1512 spéc. en parlant d'une femme qui se donne après avoir résisté (J. Lemaire de Belges, Illustrations de Gaule, I, XXV ds Œuvres, éd. J. Stecher, t. 1, p. 183); 2. 1486 [date de l'impression] « mourir » (R. de Presles, Cité de Dieu, V, Exp. sur le ch. 81 ds Gdf. Compl.); 3. a) 1662 succomber sous sa faiblesse (Corneille, Sertorius, I, 1); b) 1664 succomber à « être écrasé par une tâche difficile » (Molière, Princesse d'Elide, I, 2); c) 1680 « céder à une force plus puissante que sa volonté » succomber à [la tentation de] (Mmede Sévigné, lettre 2 févr. ds Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 825). B. 1549 « s'affaisser sous un poids » (Est.). Empr. au lat.succumbere « s'affaisser sous; (fig.) succomber, se laisser abattre; céder à, être vaincu par ». Fréq. abs. littér.: 1 355. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 093, b) 1 578; xxes.: a) 1 815, b) 1 181.

Succomber : définition du Wiktionnaire

Verbe

succomber \sy.kɔ̃.be\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Être accablé sous un fardeau que l’on porte.
    • Ce crocheteur succombait sous le poids. Succomber sous le faix.
  2. (Figuré) Ne pouvoir résister ; être vaincu ; céder.
    • Ce temple a succombé sous l’effort du temps, et la cellule d’un solitaire est demeurée debout sur ses débris ! — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1811)
    • Il fallait réfléchir à la tactique que nous devrions adopter pour ne point succomber devant l'adversité. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Se souvenant de la fatigue qui l'avait assommée, pour ne point y succomber, elle s’injectait de la volonté. Toutefois, pour s’économiser, elle ralentit l'allure. — (Christian Paviot, Les fugitifs, 2006, page 69)
  3. (Absolument) Mourir ; périr.
    • Non loin de là se trouvent des hybrides Bouschet qui succombent à l’Anthracnose ; les moins malades sont ceux greffés sur Solonis. — (M. A. Bouchard, Une Mission viticole, imprimerie Lachèse & Dolbeau, Angers, 1891, page 30)
    • […], elles établirent que le crapaud succombe assez promptement à la privation totale d'oxygène, […]. — (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
    • […] ; après une résistance désespérée, son père, couvert de blessures, n’avait pas tardé à succomber ; […]. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Mouley El-Hassan mourut le 4 juin 1894. Parti de Marrakech pour se rendre à Fez, il ne parvint que jusqu'à l'Oued El-Abid, au Tedla, où il succomba subitement à une maladie qui le minait sournoisement depuis longtemps. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 60)
  4. (Figuré) Avoir le dessous en quelque entreprise.
    • Une vingtaine d’archers succombèrent à cette première épreuve, et se retirèrent honteux et accompagnés des rires des spectateurs […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Succomber : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUCCOMBER. v. intr.
Être accablé sous un fardeau que l'on porte. Ce crocheteur succombait sous le poids. Succomber sous le faix. Il s'emploie figurément et signifie Ne pouvoir résister, être vaincu, céder. Succomber sous le poids des affaires, sous le travail. Succomber sous les efforts de ses ennemis. Succomber à la fatigue, à la douleur, à la tentation. Il signifie absolument Mourir, périr. Le malade a succombé. Tous ceux qui succombèrent dans cette épidémie. Il signifie encore, figurément, Avoir le dessous en quelque entreprise. Vous attaquez un homme trop puissant, vous succomberez. La malheureuse entreprise où il a succombé.

Succomber : définition du Littré (1872-1877)

SUCCOMBER (su-kon-bé) v. n.
  • 1Être accablé sous un fardeau. Ce crocheteur succombait sous le poids.
  • 2 Fig. Être accablé par le poids de quelque chose que l'on compare à un fardeau. Il succombait sans moi sous sa propre faiblesse, Corneille, Sertor. I, 1. Il n'est pas honteux à l'homme de succomber sous la douleur, et il lui est honteux de succomber sous le plaisir, Pascal, Pens. div. 47, édit. FAUGÈRE. Je commence à succomber aux reproches amers de M. de la Trousse qui me dit…, Sévigné, 19 janv. 1680. Le roi même que pouvait-il, lui qui succombait à la douleur avec toute sa puissance et tout son courage ? Bossuet, Duch. d'Orl. J'avoue, messieurs, que je succombe ici sous le poids de mon sujet, Fléchier, Turenne. Je crains que M. d'Argenson ne succombe à la vie qu'il mène, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 16 fév. 1718. Est-ce ainsi que vous soutenez Télémaque contre le vice auquel il succombe ? Fénelon, Tél. VII. Je me meurs… je succombe à l'excès de ma rage, Voltaire, Zaïre, IV, 5. Maintenant qu'on veut connaître à fond les nègres d'Angola et les Samoïèdes, le Chili et le Japon, la mémoire succombe sous le poids immense dont la curiosité l'a chargée, Voltaire, Pol. et lég. Fragm. hist. Inde, 31. Depuis Alexandre le Grand, la Grèce asservie paraît sans force ; elle succombe sous les révolutions qui se succèdent, et on oublie qu'elle a été libre, Condillac, Hist. anc. II, 12. Harassé, fatigué, je succombe au sommeil, Delille, Convers. 1. Ma santé, à la fin, succomba à tant de violentes agitations, Genlis, Vœux témér. t. I, p. 207, dans POUGENS.

    Absolument. J'ai une si grande habitude à être faible, que, malgré vos bonnes leçons, je succombe souvent, Sévigné, 5 juin 1675. Les tourments font succomber le vieil Osias, autrefois le soutien de l'Église, Bossuet, Hist. I, 11. Je croyais ma vertu moins prête à succomber, Racine, Bérén. v, 6. Je suis bien heureux d'avoir un cœur dur, j'aurais succombé, Champfort, Marchand de Smyrne, sc. 9.

  • 3Ne pas résister, se laisser aller à. Succomber à l'envie de vous entendre discourir, Sévigné, 2 fév. 1680. À la tentation succombez donc de grâce, Destouches, Glor. II, 2.

    Succomber à, avec un infinitif, ne pas résister au désir de. Ce contraste [entre les vertus de M. de la Trappe et les désordres de D. Gervaise] m'a paru si effrayant et si complet que j'ai succombé à l'écrire, Saint-Simon, 61, 33.

  • 4 Absolument, il se dit d'une femme qui cède à la séduction. Elle a eu le malheur de succomber avec un indigne roi d'Egypte, Voltaire, Princ. de Babylone, chap. 5. Jamais femme ne succombe qu'elle n'ait voulu succomber, Rousseau, Hél. IV, 13. Oh ! n'insultez jamais une femme qui tombe ! Qui sait sous quel fardeau la pauvre âme succombe ? Hugo, Crépusc. XI.
  • 5 Fig. Avoir du désavantage dans une lutte ou dans ce qui est comparé à une lutte. Mais aujourd'hui qu'il faut que l'une ou l'autre tombe, Qu'Albe devienne esclave ou que Rome succombe, Corneille, Hor. I, 1. Peut-être en ce dessein pourriez-vous succomber, Corneille, Sophon. II, 3. Le parti de Witt a succombé sous celui de la maison d'Orange, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 217. Malgré la justice et les lois, le faible succombe presque toujours, Bourdaloue, Jugem. dern. 2e avent, p. 370. Le philosophe grec [Socrate] périt par la haine des sophistes, des prêtres et des premiers du peuple ; le législateur des chrétiens succomba sous la haine des scribes, des pharisiens et des prêtres, Voltaire, Pol. et lég. Tolérance, si l'intolérance, etc.
  • 6 Absolument. Mourir, périr. Monsieur Purgon dit que je succomberais, s'il était seulement trois jours sans prendre soin de moi, Molière, Mal. imag. III, 3. Doux bocage, adieu, je succombe, Tu m'avertis de mon destin, De ma mort la feuille qui tombe Est le présage trop certain, Millevoye, Chute des feuilles.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

REMARQUE

Succomber se construit avec les prépositions sous et à.

HISTORIQUE

XVIe s. Que nul ne mesure la grandeur d'icelui à mes paroles, qui sont si debiles, qu'elles succombent beaucoup au dessous, Calvin, Instit. 1098.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SUCCOMBER. - HIST. Ajoutez : XVe s. Certain procès auquel ladite dame est subcombée, Mantellier, Glossaire, Paris, 1869, p. 60.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Succomber : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUCCOMBER, v. neut. manquer de la force qu’il faut. On succombe sous un fardeau ; on succombe sous le poids du malheur ; on succombe à la tentation ; on succombe dans une affaire, dans une entreprise, dans une dispute, dans un combat, au travail, à la honte, à la prospérité.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « succomber »

Étymologie de succomber - Littré

Lat. succumbere, de sub, sous, et cumbere, s'enfoncer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de succomber - Wiktionnaire

Du latin succumbere, « s'affaisser sous, succomber ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « succomber »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
succomber sykɔ̃be play_arrow

Conjugaison du verbe « succomber »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe succomber

Citations contenant le mot « succomber »

  • Oubliez Confucius, oubliez Deng Xiaoping, le père du miracle économique chinois. Ce qui est en train de se jouer dans la Chine d’aujourd’hui est une histoire vieille comme le monde : un État peut-il monter fortement en puissance sans succomber à la tentation impérialiste ? , COMMENTAIRE. Le prix de la puissance chinoise - La Roche sur Yon.maville.com
  • A elle seule, l’Afrique du Sud compte plus de la moitié des cas de nouveau coronavirus sur le continent africain. Elle recense 503.290 cas confirmés, a déclaré samedi le ministre de la Santé, Zweli Mkhize. De 40.000 à 50.000 personnes pourraient y succomber d’ici la fin de l’année dans le pays, selon des projections officielles. Courrier picard, Coronavirus: vers une «très longue» pandémie
  • L'homme succombera tué par l'excès de ce qu'il appelle la civilisation. De Jean Henri Fabre
  • Il est navrant de songer qu’après avoir survécu aux invasions barbares, à l’Inquisition, à la peste noire... l’humanité finira par succomber, pour avoir pulvérisé à l’aide de bombes aérosols, ces chlorofluorocarbures fatals à la couche d’ozone. De Antoine de Caunes / Almanach
  • Il faudrait arriver à n'avoir que des tentations relativement nobles. Et à ce moment-là, il est urgent d'y succomber. Même si c'est dangereux. Même si c'est impossible. Surtout si c'est impossible. De Jacques Brel
  • La peur n'est pas le pire. L'atroce, c'est la honte de se regarder succomber à la peur. De Pierre Gélinas / Les vivants, les morts et les autres
  • Tous ceux que nous avons longtemps fait attendre dans l'antichambre de notre faveur finissent par fermenter et succomber à l'aigreur. De Friedrich Nietzsche / Humain, trop humain
  • Certains individus ne sont pas faits pour la souffrance ; ce seront les premiers à succomber à l'épreuve. De David Gilbert / Les Marchands de vanité
  • Ne nous laissez point succomber au diagnostic, mais délivrez-nous des maux de la santé. De Ivan Illich / Le Monde diplomatique - Mars 1999
  • Le meilleur moyen de faire cesser la tentation, c'est d'y succomber. De Tristan Bernard / Le Cordon bleu
  • Marcher au Paradis ou dans l’Eden, O tentation : Accorde-moi une seconde pour succomber. De Kate Bush / The Rare flower
  • Le plus grand des péchés est ne de pas succomber au plaisir ! De Anonyme
  • Il n’est pas honteux pour l’homme de succomber sous la douleur et il est honteux de succomber sous le plaisir. De Blaise Pascal / Pensées

Traductions du mot « succomber »

Langue Traduction
Corse succumbare
Basque succumb
Japonais 屈する
Russe поддаваться
Portugais sucumbir
Arabe خضع
Chinois 屈服
Allemand erliegen
Italien soccombere
Espagnol sucumbir
Anglais succumb
Source : Google Translate API

Synonymes de « succomber »

Source : synonymes de succomber sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « succomber »



mots du mois

Mots similaires