Vaincre : définition de vaincre


Vaincre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VAINCRE, verbe trans.

A. − L'emporter sur quelqu'un par les armes.
1.
a) [Le compl. d'obj. désigne une/des pers., une armée, un peuple] Remporter par les armes un avantage décisif sur un ennemi (singulier ou collectif) qui attaque ou se défend, dans un combat, dans une bataille, à la guerre. Synon. abattre, anéantir, battre1, déconfire, défaire, écraser, mettre en déroute*/en fuite*, terrasser, triompher de; anton. céder, se soumettre.Vaincre un adversaire, l'ennemi, ses ennemis; être vaincu dans un combat, dans un duel, dans une lutte; être vaincu à son tour; réussir à vaincre qqn; (qqn) difficile à vaincre. Leur général [des Romains] était alors le bouillant Marcellus, héros des temps barbares, fier de sa force et de sa bravoure, célèbre pour ses combats singuliers, qui avait jadis vaincu les Gaulois (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 31).Avant d'arriver à Homs, sur la gauche du chemin de fer, on voit dans la plaine le Tell de Kadesh qui marque le point où les Égyptiens vainquirent les Hittites (Barrès, Cahiers, t. 11, 1914, p. 25).
[Le compl. d'obj. désigne une ville ou un pays] Vaincre Carthage, Rome. On croyait à une continuation acharnée de la guerre; car si l'Autriche était battue par la Prusse, elle avait vaincu l'Italie, à Custozza (Zola, Argent, 1891, p. 204).
Loc. Vaincre (qqn) en bataille rangée. Les troupes suisses furent vaincues en bataille rangée (Staël, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 507).
[P. méton. du suj., celui-ci désignant une chose, une arme, un moyen employé] Lord Glenarvan succombait à la lutte, et ce courageux chercheur, que les éléments conjurés n'avaient pu arrêter dans les pampas, la perversité des hommes venait de le vaincre sur le continent australien (Verne, Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 255).De ce que cent piques peuvent vaincre de mauvais mousquets, il ne suit pas que cent fusils de chasse puissent vaincre un bon avion (Malraux, Espoir, 1937, p. 529).
Absol. Synon. avoir le dessus (v. dessus2), dominer, l'emporter, gagner, triompher; anton. battre en retraite (v. battre1), capituler, céder, reculer, renoncer, se rendre, se soumettre.Vaincre à son tour, à tout prix; (être) décidé, résolu à vaincre, capable, certain, sûr de vaincre; (avoir) la certitude, le désir, l'espoir, la volonté de vaincre; n'avoir aucune chance de vaincre; vouloir vaincre; apprendre à vaincre; s'efforcer, tenter de vaincre. Vaincre, c'est avancer, disait-on. On eût pu dire: vaincre, c'est convaincre (Valéry, Variété IV, 1938, p. 61).
[P. méton., le suj. désigne une partie du corps ou une arme] Et, tandis que leur bras a vaincu sans secours, Dirai-je à mes tribus de terminer leurs jours? (Baour-Lormian, Ossian, 1827, p. 105).
Vaincre par + subst. désignant la manière, le moyen.Vaincre par force, par ruse (Ac.). L'avion ne paierait pas si la guerre n'avait pas besoin d'avions. Mais toute méthode qui cherche à vaincre par la vitesse est réellement une méthode de guerre (Alain, Propos, 1932, p. 1082).
Expressions
Vaincre ou mourir. [Consigne donnée par les chefs romains à leurs soldats pour les encourager à la bravoure] Il faut être victorieux ou succomber glorieusement au combat. Il songeait: « Nous disions: Vaincre ou mourir. Nous nous trompions, c'est vaincre et mourir qu'il fallait dire (...) » (A. France, Dieux ont soif, 1912, p. 278).Var. littér. Mourir ou vaincre. Mais, quand ils furent sur le champ où il fallait mourir ou vaincre, ils connurent un autre drapeau (Claudel, Tête d'Or, 1890, 2epart., p. 73).P. métaph. Il sait parfaitement qu'il a engagé sa personne (...), la vie de sa femme et de ses enfants (...) dans l'entraînement de cette vie terrible... Donc, il n'y a pas à marchander, il faut vaincre ou mourir, faire fortune ou se jeter à l'eau (Michelet, Peuple, 1846, p. 116).
[P. allus. hist. ou littér.]
Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu. [Veni, vidi, vici, phrase que César aurait prononcée pour résumer sa victoire très rapide contre Pharnace II] Eh! bien, mon cher, dit Lucien à Petit-Claud à deux heures du matin en revenant à pied: je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu! (Balzac, Illus. perdues, 1843, p. 691).
Tu sais vaincre, Hannibal, mais tu ne sais pas profiter de ta victoire. [Phrase que Maharbal aurait adressée à son chef Hannibal pour lui reprocher, après sa victoire à Cannes, de ne pas aller attaquer Rome] P. anal. Une centaine de navires représentent la France: étrange destinée d'un peuple qui sait vaincre la nature mais ne sait pas profiter de ses victoires! (Albitreccia, Gds moyens transp., 1931, p. 119).
Par ce signe tu vaincras. [Devise lat. in hoc signo vinces, phrase accompagnant, selon la tradition, une croix, que Constantin a vue, ainsi que son armée, avant la bataille contre Maxence et qu'il fit peindre sur son étendard; grâce à cette croix il fut vainqueur; sert à désigner, p. ext., ce qui aide à surmonter un obstacle, à remporter un avantage] C'est le signe qui n'annonce rien que lui-même; aussi rappelle-t-il l'homme à l'homme. Toutes les grandes idées se terminent là, et l'image du juste crucifié n'y ajoute rien; le signe parle plus haut. Dans la solitude, mieux; rustique, mieux. Parmi tant de supplices, celui-là a vaincu par le signe (Alain, Beaux-arts, 1920, p. 183).
Tu as vaincu, Galiléen! V. galiléen1C 1.
À vaincre sans péril on triomphe sans gloire. V. péril A 2.
[P. méton. du compl. d'obj., celui-ci désigne une action coll.] Bouvard et Pécuchet représentèrent à Gorju qu'il ne serait jamais assez fort pour vaincre la coalition des paysans et des bourgeois (Flaub., Bouvard, t. 2, 1880, p. 29).
Empl. pronom. réciproque, rare. Nous vivons, tous les deux, comme deux monarques voisins, qui connaissent leurs forces respectives, ne peuvent se vaincre l'un l'autre, et sont fatigués des batailles inutiles du passé (Lautréam., Chants Maldoror,1869, p. 216).
b) Rare. [Le compl. d'obj. désigne Dieu] L'emporter sur Dieu, triompher avec Dieu d'une épreuve. Sachez donc ceci, vents, flots, esprits: Tant qu'il me restera dans les mains ces trois armes, Je vaincrai Dieu; matin, tu verseras des larmes; L'être qui vit sous terre et moi, nous lutterons (Hugo, Fin Satan, 1885, p. 781).
2.
a) Dominer quelqu'un qui résiste, le soumettre à son emprise pour lui imposer sa volonté. Synon. dompter, maîtriser, mater, réduire* à sa merci; anton. céder.Il arrive qu'un tyran triste, et qui semble n'aimer point la joie d'autrui, est souvent vaincu et conquis par ceux en qui la joie est plus forte que tout (Alain, Propos, 1923, p. 480).
P. anal. [Le compl. d'obj. désigne un animal] Synon. capturer, dompter.Ce long enchaînement de désastres que les premières générations durent éprouver avant d'être parvenues à harponner le poisson, à allumer le feu, à vaincre l'ours, le loup et le chevreuil (Crèvecœur, Voyage, t. 1, 1801, p. 94).
b) Littér. ou vieilli, dans le domaine de l'amour, de la galanterie. [Le compl. d'obj. désigne la pers., l'objet aimé ou p. méton. son cœur] Conquérir, séduire. Synon. charmer, envoûter.Vaincre le cœur de qqn. Nous forcerons Eudore d'aimer une Vénitienne; nous voulons vaincre vos belles Romaines.C'est en effet chez vous, Madame, ai-je répondu, que l'on devient amoureux (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 382).
Empl. abs. Et la jolie fille d'en face, une Française de quinze ans, boude, a l'air un peu fâchée; elle semble gronder son vainqueur, qui l'en trouve encore plus jolie et veut vaincre encore davantage (Michelet, Journal, 1857, p. 370).
3. [Par affaiblissement de sens] Fléchir, convaincre, persuader. Synon. attendrir, émouvoir, toucher1.Être vaincu à force de (qqc.), grâce à (qqn), par les instances de qqn. Commander aux eaux, dompter les fleuves, ah! le grand métier, et sûrement les pauvres gens d'Iguape retiendraient le nom de M. l'ingénieur et dans beaucoup d'années encore le prononceraient dans leurs prières. D'Arrast, vaincu par tant de charme et d'éloquence, remercia (Camus, Exil et Roy., 1957, p. 1661).V. objurgation ex. 3.
Se laisser vaincre à (vx), par qqc.Céder à. [Les Cimbres] jouirent du ciel et du sol italien, et se laissèrent vaincre aux douceurs de la belle et molle contrée (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 160).Elle s'est laissée vaincre par les prières de mon grand-père et de ma grand'mère et par les larmes de Cecco (Lamart., Confid., Graziella, 1849, p. 243).
B. − L'emporter sur quelqu'un dans une compétition.
1. Remporter un avantage sur un adversaire, un concurrent, un rival, une équipe adverse, dans une compétition, une joute, une rivalité, notamment dans le domaine des jeux et des sports. Synon. battre1, écraser, damer le pion (v. damer1), rosser, éclipser, enfoncer, l'emporter sur, surclasser, surpasser.Vaincre un adversaire; vaincre qqn aux échecs; vaincre aux points, au finish. Ne m'apercevant pas des difficultés, je les avais surmontées (...). Quoi qu'il en fût, j'étais premier [de ma classe], j'avais vaincu Radel, Laperlière et Maurisset (A. France, Vie fleur, 1922, p. 364):
Boulle a eu deux manières, comme Raphaël en a eu trois. Dans la première, il mariait le cuivre à l'ébène; et, dans la seconde, contre ses convictions, il sacrifiait à l'écaille; il a fait des prodiges pour vaincre ses concurrents, inventeurs de la marqueterie en écaille. Balzac, Cous. Pons,1847, p. 52.
[Le compl. d'obj. désigne une ville] Hong-Kong devait nécessairement vaincre Macao dans une lutte commerciale (Verne, Tour monde, 1873, p. 100).
Absol. Synon. gagner, l'emporter, avoir l'avantage/le dessus (v. dessus2); anton. perdre.Si vous voulez sauter un fossé un peu au delà de ce que vous avez coutume de faire, c'est le premier essai qui est le bon. Pour la prise de lutte aussi; il faut vaincre au premier effort (Alain, Propos, 1933, p. 1143).
2. Vaincre qqn en + subst. abstr. désignant un domaine, une vertu.Surpasser, par une sorte d'émulation entre les personnes. Synon. l'emporter sur.Un monarque est terrible quand il est vaincu en magnanimité: la puissance, par un instinct sublime, prétend à la vertu (Chateaubr., Martyrs, t. 2, 1810, p. 144).P. anal. Si l'on admet que les œuvres de Dieu ne puissent être vaincues en magnificence par l'imagination de l'homme, il suffit de concevoir des myriades de créatures spirituelles possibles, pour conclure qu'elles sont (Ozanam, Philos. Dante, 1838, p. 190).
C. − Être plus fort qu'une réalité intérieure ou extérieure à soi-même.
1. Être plus fort qu'une réalité, qu'une force naturelle.
a) [Le compl. d'obj. désigne une réalité concr.] Surmonter par sa volonté, par sa ténacité (une force, une réalité puissante, hostile, nuisible ou déroutante). Synon. dominer, franchir, renverser, se rendre maître de (v. maître1), avoir raison de, venir à bout* de; anton. contourner, éluder, éviter, fuir.Sa muraille à franchir le rendait toujours joyeux; il eût peut-être été moins ardent sans cette muraille qui lui donnait la joie d'accomplir des prodiges d'agilité et de vaincre un danger (Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p. 26).Il leur fallait donner de grandes secousses, et, tous leurs muscles tendus, vaincre la force centrifuge des pales (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p. 208).
SYNT. Vaincre l'/les apparence(s), l'assaut de qqc., le destin, une/la difficulté, (toutes) les difficultés, l'ennui, la fatalité, le génie de (qqn/qqc.), une loi, la mer, la nuit, un/l'obstacle, des/tous les obstacles, l'ombre, une/la résistance (de qqc.), le temps; difficulté(s), obstacle(s), résistance(s) à vaincre; (qqc.) difficile, impossible à vaincre; renoncer à, réussir à vaincre qqc.
Vx. Vaincre des épreuves, des périls. Méry, chêne au milieu d'arbustes rabougris, A vaincu les épreuves; Il est majestueux et fort sous son poil gris Comme les dieux des fleuves (Banville, Odes funamb., 1859, p. 180).
En partic. [Le compl. d'obj. désigne une réalité abstr. relevant de l'adversaire, de la pers. autre que le suj.] Venir à bout de. Vaincre la conscience, le courage, l'inertie, les instincts, l'obstination, l'opposition, l'orgueil, la/les résistance(s), la/les révolte(s), les scrupules, le silence, la volonté de qqn; vaincre une/des hésitation(s), un/des préjugé(s); être vaincu par un raisonnement. Il avait calculé ses chances, pesé les avantages, les risques, résigné qu'il était par avance aux humiliations nécessaires, assuré de vaincre l'ironie ou la médisance à force de patience ou d'effacement (Bernanos, Joie, 1929, p. 629).
[Le suj. désigne un phénomène naturel] Il (...) s'assit devant le feu, ne voulant pas dormir (...). Pourtant le sommeil vainquit cette ivresse, et quand ma bonne m'éveilla pour partir, nous vîmes Hippolyte (...) qui dormait sur le carreau (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 381).
b) Dans le domaine mor.[Le compl. d'obj. dir. désigne une force intérieure hostile ou réprouvable, un sentiment, un instinct, une passion, un penchant, une tendance] Dominer, maîtriser, par un effort de volonté. Synon. dompter, contrôler, gouverner, surmonter; anton. céder à.Laisse-t-il entendre qu'il faut immoler ses préférences personnelles, vaincre les inclinations de sa nature et, par exemple, si on a le cœur trop sensible, s'appliquer à le durcir et oublier que l'on fut nourri, dès l'enfance, du lait de la tendresse humaine? (Mauriac, Bâillon dén., 1945, p. 424).
SYNT. Vaincre un amour, une aversion, la/sa chair, la/sa douleur, l'envie, sa faiblesse, une hésitation, ses instincts, une lâcheté, son orgueil, une/les/ses passion(s), un penchant, la/sa peur, sa/ses répugnance(s), ses scrupules, un sentiment, le sommeil, une tentation, sa timidité.
Au passif. Être vaincu par la douleur, par l'émotion, par la fatigue, par la jalousie, par la nature, par la pitié, par le sommeil. La première surprise vaincue, Chantal éprouvait pour lui autant d'horreur que de pitié (Bernanos, Joie, 1929, p. 576).
Empl. pronom. réfl. Dompter sa/ses passion(s), ses sentiments; acquérir la maîtrise de soi. Synon. se dominer, se contrôler, se maîtriser.Il résolut de se vaincre une fois encore (...). Après une nuit de travail, voilà le pauvre prêtre marchant de long en large à travers la chambre (...), retenant son haleine comme un lutteur qui ménage ses forces, s'appliquant à penser de son mieux (Bernanos, Soleil Satan, 1926, p. 161).
[Le suj. désigne un sentiment] Elle déclara qu'elle ne savait pas si elle pourrait le quitter jamais (...). Cependant il lui fallut enfin céder; et cet amour divin, qui est fort comme la mort, vainquit dans ces deux tendres et nobles cœurs l'amour de la créature (Montalembert, Ste Élisabeth, 1836, p. 131).
c) Venir à bout de, faire reculer ou disparaître une réalité puissante hostile ou nuisible.
α) Qqn vainc qqc./qqn.Synon. enrayer, supprimer, terrasser, triompher de.Vaincre une maladie. Pasteur a vaincu la rage sans la communiquer à personne (Curel, Nouv. idole, 1899, i, 1, p. 159).Les Dubardeau, (...) liés dans le souvenir des générations au venin qu'ils avaient vaincu, au gaz qu'ils avaient domestiqué, à la doctrine qu'ils avaient libérée (Giraudoux, Bella, 1926, p. 52).
RELIG. CHRÉT. [Le suj. désigne le Christ ou ses adeptes] Synon. détruire, triompher de.Vaincre le péché, Satan. Jésus n'a vaincu le monde qu'« en espérance », et il est le Pauvre (Bloy, Journal, 1895, p. 179).Le Christ a vaincu la Mort, non seulement en réprimant ses méfaits, mais en retournant son aiguillon (Teilhard de Ch., Milieu divin, 1955, p. 84).
Absol. La Providence vous a fait voir le Christianisme naissant par toute la terre (...). Soldat de Jésus-Christ, vous êtes destiné à combattre et à vaincre pour la foi (Chateaubr., Martyrs, t. 2, 1810, p. 127).
Vaincre qqc. par qqc.Puisque le gouvernement méconnaissait leurs droits, elles [les femmes] devaient vaincre la force par la force (Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 124).C'est par la violence qu'il faut les guérir, car on ne peut vaincre le mal que par un autre mal (Sartre, Mouches, 1943, ii, 1ertabl., 4, p. 56).
β) Qqc. vainc qqc.Il se demandait comment la vapeur allait vaincre la distance et le temps, le vent et la mer, et rendre inutile l'homme de mer expérimenté dans l'art de tromper le vent par la voile et les mâts (Vigny, Journal poète, 1828, p. 886).Le son offre un timbre qui est propre à l'instrument et quelquefois à l'artiste, par où le son tient à la nature. De là des jeux plus sauvages, où le rythme est le principal, où les timbres essaient toujours de vaincre les sons, et qui sont le propre de l'orchestre (Alain, Beaux-arts, 1920, p. 127).
Au passif. C'était la semaine de Pâques. Jour voilé. Le dernier assaut de l'hiver était vaincu. Le chaud printemps couvait (Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1415).
2. ALPIN., lang. usuelle [Le compl. désigne un sommet, une montagne] Atteindre le premier le sommet d'une montagne. Vaincre l'Everest. Les Français seront les premiers à vaincre la paroi Nord du Petit-Dru (P. Allain et R. Leininger en 1935) (Jeux et sports, 1967, p. 1654).
Prononc. et Orth.: [vε ̃:kʀ ̭], (il) vainc [vε ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Conjug. ne prend pas de t final à la 3epers. du sing. de l'ind. prés. mais garde la cons. c du rad. p. anal. avec les 1reet 2epers.: je vaincs, tu vaincs (id. pour convaincre); devant toute voy. autre que u, le c se change en qu (vaincre mais vainquons). Ind. prés.: je vaincs, tu vaincs, il vainc, nous vainquons, vous vainquez, ils vainquent; imp.: je vainquais ...; passé simple: je vainquis ...; fut.: je vaincrai ...; passé comp.: j'ai vaincu ...; p.-q.-parf.: j'avais vaincu ...; passé ant.: j'eus vaincu ...; fut. ant.: j'aurai vaincu ...; cond. prés.: je vaincrais ..., passé: j'aurais vaincu ...; subj. prés.: que je vainque ..., imp.: que je vainquisse ..., passé: que j'aie vaincu, p.-q.-parf.: que j'eusse vaincu ...; impér. prés.: vaincs, vainquons, vainquez, passé: aie vaincu, ayons vaincu, ayez vaincu ...; part. prés.: vainquant, passé: vaincu, -ue. Étymol. et Hist. 1. a) α) Fin ixes. veintre « dominer et réduire à sa merci, imposer sa volonté à (quelqu'un) » (Cantilène Eulalie, 3 ds Henry Chrestomathie, p. 3: Voldrent la veintre li Deo inimi); fin xes. (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 374: [Jesus] fort Satanān alo venquit; 497: [Satan] nuˑls vencera); β) 1601 pronom. « acquérir la maîtrise de soi, dominer ses instincts, ses passions » (Charron, Sagesse, éd. 1797, p. 346: se vaincre soy-mesme); b) ca 1100 veintre « l'emporter par les armes sur (un ennemi) » (Roland, éd. J. Bédier, 2211: Pur orgoillos veintre e esmaier); 1130-40 vaincre (Wace, Vie Ste Marguerite, éd. E. A. Francis, 326 [ms. de 1267]: vaincre cest felon); 1160-74 (Id., Rou, éd. A. J. Holden, IIepart., 4043: nos anemiz vaincre); 2emoit. xiiies. absol. (Roland, texte de Châteauroux, éd. W. Foerster, p. 272: se ge puis vencre); 2. 1176-84 « être plus fort que (une force naturelle), faire reculer ou disparaître » (Gautier d'Arras, Eracle, éd. G. Raynaud de Lage, 5041: li biens vaintra); fin xiies. (Chastelain de Couci, Chansons, éd. A. Lerond, p. 72: S'amours ne vaint raison); 3. 1538 « l'emporter sur (un adversaire, un concurrent) dans une compétition pacifique » (Est., s.v. supero: Superare, Surmonter, Vaincre, Passer aucun en quelque chose); 1538 vaincre qqn en qqc. (ibid.: Aliquem dolis superare, Le vaincre en cas de tromperie). Du lat. vincere « vaincre à la guerre; vaincre dans des luttes diverses (jeux, procès, vente, discussion); triompher de, venir à bout de, surpasser »; fig. « vaincre, surpasser, dominer ». D'abord veintre en a. fr., puis vaincre d'apr. le part. passé vencu, vaincu (Fouché Morphol., p. 132). Fréq. abs. littér.: 1 962. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 985, b) 2 492; xxes.: a) 2 636, b) 2 875. Bbg. Ascoli (C. I.). Saggiuoli diversi. Archivo glottologico italiano. 1890, t. 11, pp. 440-447. − Lanly (A.). Morphol. hist. des verbes fr. Paris, 1977, pp. 276-278.

Vaincre : définition du Wiktionnaire

Verbe

vaincre \vɛ̃kʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Remporter la victoire sur un ennemi, sur un rival, sur un concurrent.
    • Dans cette lutte, naturellement, les plus forts et les plus chanceux devaient vaincre, et, de différentes manières, exploiter et opprimer les vaincus. — (Errico Malatesta, Le Programme anarchiste,)
    • Les Romains ont vaincu les plus belliqueuses nations de la terre.
    • Vaincre en bataille rangée.
    • Il faut vaincre ou mourir.
    • Vaincre quelqu’un à la course, à la lutte.
    • Vaincre ses rivaux.
  2. (Vieilli) Surpasser, lorsqu’il y a une sorte d’émulation entre les personnes.
    • Vaincre les autres en générosité, en politesse.
  3. Surmonter un obstacle.
    • Il a vaincu sa mauvaise fortune.
    • Il a vaincu tous les obstacles qui lui étaient opposés.
    • J’ai vaincu sa résistance, son obstination.
  4. Surmonter, dompter une passion.
    • Vaincre sa colère, son dépit, son amour, son ambition.
    • Se vaincre soi-même : dompter sa passion, ses passions.
    • Se laisser vaincre à la pitié, à des raisons,
    • ’'Se laisser vaincre : se laisser toucher, se laisser persuader.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vaincre : définition du Littré (1872-1877)

VAINCRE (vin-kr'), je vaincs, tu vaincs, il vainc, nous vainquons, vous vainquez, ils vainquent ; je vainquais, nous vainquions ; je vaincrai ; je vaincrais ; je vainquis, nous vainquîmes ; vaincs, vainquons, vainquez ; que je vainque, que nous vainquions ; que je vainquisse ; vainquant, vaincu v. a.
  • 1Remporter à la guerre un grand avantage sur les ennemis. S'il [César] les vainc [ses ennemis], s'il parvient où son désir aspire, Corneille, Pomp. II, 4. Ceux que ni les armes n'avaient pu vaincre ni les conseils ramener, sont revenus tout à coup d'eux-mêmes, Bossuet, Reine d'Anglet. Malgré le mauvais succès de ses armes infortunées, si on a pu le vaincre [Charles Ier], on n'a pu le forcer, Bossuet, ib. Il tenait pour maxime qu'un habile capitaine peut bien être vaincu, mais qu'il ne lui est pas permis d'être surpris, Bossuet, Louis de Bourbon. Annibal l'a prédit, croyons-en ce grand homme : Jamais on ne vaincra les Romains que dans Rome, Racine, Mithr. III, 1. Allons au Capitole remercier les dieux de ce qu'en un jour semblable à celui-ci, je [Scipion] vainquis Annibal et les Carthaginois, Fénelon, Dial. des morts anc. Dial. 35. [Peuples] qui n'ont rien à perdre si vous les vainquez, et tout à gagner s'il vous vainquent, Rollin, Hist. nat. Œuv. t. II, p. 127, dans POUGENS. C'était le mot du sire de Coucy au roi Charles V, que les Anglais ne sont jamais si faibles ni si aisés à vaincre que chez eux ; c'est ce qu'on disait des Romains : c'est ce qu'éprouvèrent les Carthaginois, Montesquieu, Esp. IX, 7.

    Absolument. À vaincre sans péril on triomphe sans gloire, Corneille, Cid, II, 2. Tu sais vaincre, disait un brave Africain au plus rusé capitaine qui fut jamais, tu ne sais pas user de ta victoire, Bossuet, Reine d'Anglet. Il chasse l'ennemi, il vainc sur mer, il vainc sur terre, La Bruyère, XII.

    Fig. Je suis vaincu du temps, je cède à ses outrages, Malherbe, II, 12.

  • 2Avoir l'avantage sur ses concurrents. Vaincre à la course. Vaincre dans la dispute. Toute l'assemblée avoua que j'avais vaincu [dans une interprétation] le sage Lesbien ; et les vieillards déclarèrent que j'avais rencontré le vrai sens de Minos, Fénelon, Tél. v. Vers la soixantième olympiade, 540 ans avant Jésus-Christ, Pindare fut vaincu cinq fois par Corinne, Condillac, Hist. anc. IV, 5.
  • 3Surpasser, quand il s'agit d'une sorte d'émulation entre les personnes. …Me vaincre en générosité, Corneille, Pomp. IV, 4. Il [Omphis] fit de magnifiques présents à Alexandre, qui ne se laissa pas vaincre en générosité, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 496, dans POUGENS.
  • 4Surmonter, venir à bout de. Il a vaincu tous les obstacles. Voilà les ennemis [la révolte, l'hérésie] que la reine a eu à combattre, et que ni sa prudence ni sa douceur ni sa fermeté n'ont pu vaincre, Bossuet, Reine d'Anglet. Un moment a vaincu mon audace imprudente, Racine, Phèdre, II, 2. Vous aimez ; on ne peut vaincre sa destinée, Racine, ib. IV, 6.

    Absolument. On ne vainc qu'en combattant, Rotrou, St Gen. v, 1. Il ne conviendrait pas que ces messieurs vainquissent par une femme, Maintenon, Lett. au duc de Noailles, t. v, p. 249, dans POUGENS.

    En amour. Près du sexe tu vins, tu vis et tu vainquis ; Que ton sort est heureux ! allons, saute, marquis ! Regnard, le Joueur, IV, 10.

  • 5Il se dit des sentiments, des passions dont on triomphe. Apprends sur mon exemple à vaincre ta colère, Corneille, Cinna, v, 3. Elle gémissait dans son incrédulité qu'elle n'avait pas la force de vaincre, Bossuet, Anne de Gonz. Et qu'un héros vainqueur de tant de nations Saurait bien tôt ou tard vaincre ses passions, Racine, Bérén. II, 2.
  • 6Se laisser vaincre, se laisser toucher, fléchir. Se laisser vaincre à la pitié. Ce cœur se laisse vaincre aux vœux que j'ai formés, Corneille, Tois. d'or, Prol. sc. 1. Sensible jusqu'à la fin à la tendresse des siens, il [Condé mourant] ne s'y laissa jamais vaincre, et au contraire il craignait toujours de trop donner à la nature, Bossuet, Louis de Bourbon.
  • 7Vaincre un cheval, le dompter.
  • 8Se vaincre, v. réfl. Maîtriser ses passions, ses sentiments. Domitian : Qui se vainc une fois peut se vaincre toujours… - Tite : Qui se vainc une fois sait bien ce qu'il en coûte, Corneille, Tite et Bérén. II, 2. Faisons-nous violence, et vainquons-nous d'abord ; Tout deviendra facile après ce grand effort, Corneille, Imit. I, 11. Il mettait la grandeur non à s'élever, mais à se vaincre, à ne faire rien de bas, Fénelon, Tél. XII.

REMARQUE

De l'amour aisément on ne vainc pas les charmes : je n'insiste pas sur ce mot vainc, qui ne doit jamais entrer dans les vers, ni même dans la prose ; on doit éviter tous les mots dont le son est désagréable, et qui ne sont qu'un reste de l'ancienne barbarie, Voltaire, Comm. Corn. Rem. Ariane, IV, 4. Le fait est que vainc est peu usité ; mais Voltaire est tellement aveuglé par la prévention et par son idée d'une prétendue barbarie, qu'il déclare désagréable un son contre lequel il n'a aucune objection dans vin, vain, vingt, vint.

HISTORIQUE

Xe s. Voldrent la veintre li deo inimi [les ennemis de Dieu], Eulalie.

XIe s. Li reis Marsile est de guere vencud, Ch. de Rol. XVI. Mais ço ne set li quels veint, ne quels nun, ib. CLXXXII. À icest colp est li esturs vencut, ib. CCLXXXVIII. Quant Tierris ad vencue sa bataille, ib. CCLXXXIV.

XIIe s. Si vainquerons, que Jhesus nous aïe, Ronc. p. 136. Pour voir [vrai] vous di que rois Charles vaincra, ib. p. 138. Vainque pitiez, douce dame, et Amors, Couci, VII. S'amours ne vaint raison, j'i doi faillir, ib. VIII. Quant veit li reis Henris que veincre nel purra [Thomas de Canterbury], Ne que les clercs forfaiz desfaire ne lerra, Mult durement vers lui en ire s'enflambla, Th. le mart. 28.

XIIIe s. Par l'aide de Dieu, si avint que les vainquirent li Franc et desconfirent, Villehardouin, CXXXII. Bien m'avez reschaufée et moult bien repeüe ; Grant mestier [besoin] en avoie, toute estoie vaincue, Berte, LII. Ainsinc sunt ars avant venues, Car tutes choses sunt veincues Par travail, par povreté dure, la Rose, 20376. Et par ce dit on : convenence loi vaint, exceptées les convenances qui sont fetes par malveses causes, Beaumanoir, XXXIV, 2.

XIVe s. Concupiscences teles que plusieurs ne les pourroient vainquir, Oresme, Eth. 218. Mal vaint qui se repent de sa victoire, Ménagier, I, 9.

XVIe s. Le vaincre par force est moins glorieux que par…, Montaigne, I, 24. Le vray vaincre a pour son roolle l'estour, non pas le salut, Montaigne, I, 244. Le françoys ne se vainc que par le françoys mesme, Sat. Mén. p. 212. À la fin vaincu de la honte et du deshonneur que ce luy estoit, Amyot, Cat. d'Utiq. 45. Caesar ne faisoit pas grande chose, ains estoit Antonius qui vainquoit tousjours, Amyot, Anton. 25.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VAINCRE. - REM. Ajoutez :

2. Corneille a employé tu vaincs : Plus tu vaincs la nature et l'oses maltraiter, Plus cette grâce abonde…, Corneille, Imit. III, 5877. À l'occasion il convient de suivre son exemple.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vaincre »

Étymologie de vaincre - Wiktionnaire

Du latin vincere (« vaincre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de vaincre - Littré

Provenç. vencer, venser ; espagn. vencer ; ital. vincere ; du lat. vincere, que les étymologistes rattachent à vincire, lier, vinculuni, lien : vaincre, ce serait enchaîner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vaincre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vaincre vɛ̃kr play_arrow

Conjugaison du verbe « vaincre »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe vaincre

Citations contenant le mot « vaincre »

  • (Lake Buena Vista) Kyle Lowry a amassé 33 points et 14 rebonds pour aiders les Raptors de Toronto à vaincre les Lakers de Los Angeles 107-92, samedi soir. La Presse, Kyle Lowry aide les Raptors à vaincre les Lakers
  • Se vaincre, en plein triomphe, est triompher deux fois. De Publius Syrus / Sentences
  • Qui se vainc une fois peut se vaincre toujours. De Pierre Corneille / Tite et Bérénice
  • Nous pouvons arriver à vaincre la pesanteur. Pas la paperasserie. De Wernher von Braun
  • A vaincre sans péril on triomphe sans gloire. De Pierre Corneille / Le Cid
  • Celui qui sait vaincre n'entreprend pas la guerre. De Proverbe chinois
  • La plus belle victoire est de vaincre son coeur. De Jean de La Fontaine
  • A vaincre sans barils, on triomphe sans boire. De Carlos
  • L'homme doit vaincre, toujours vaincre... Avant d'être vaincu lui-même. De Jean-Michel Wyl / Les chiens de Satan
  • Attaquer hardiment, c’est vaincre à demi. De Proverbe basque
  • On ne peut vaincre sa destinée. De Jean Racine / Phèdre
  • Si tu veux vaincre la colère, elle ne peut te vaincre. Tu commences à vaincre si tu la fais taire. De Sénèque / De la colère
  • Se vaincre soi-même, rendre à son cœur l'honnêteté qu'il tenait de la nature, voilà la vertu parfaite […]. Il dépend de chacun d'être parfaitement vertueux. Confucius en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong], Entretiens, VI, 12 (traduction S. Couvreur)
  • Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts. Paul Reynaud,
  • Tu vaincras par ce signe. Anonyme,
  • Celui qui sait se vaincre dans la victoire est deux fois vainqueur. Publius Syrus, Sentences, 103
  • Qui livre un plus rude combat que celui qui s'efforce de se vaincre soi-même ? Geert Groote dit Gérard le Grand, Imitation de Jésus-Christ, II, 18Imitation de Jésus-Christ
  • Faut-il tant de fois vaincre avant que triompher ? Pierre Corneille, Polyeucte, V, 3, Polyeucte
  • À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Pierre Corneille, Le Cid, II, 2, le comte
  • Grand roi, cesse de vaincre, ou je cesse d'écrire. Nicolas Boileau dit Boileau-Despréaux, Épîtres
  • J'aime qu'à mes desseins la fortune s'oppose : Car la peine de vaincre en accroît le plaisir. Jean Bertaut, Stances

Images d'illustration du mot « vaincre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vaincre »

Langue Traduction
Corse cunquistà
Basque konkistatzeko
Japonais 征服する
Russe покорять
Portugais conquistar
Arabe يغزو
Chinois 征服
Allemand erobern
Italien conquistare
Espagnol conquistar
Anglais conquer
Source : Google Translate API

Synonymes de « vaincre »

Source : synonymes de vaincre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vaincre »



mots du mois

Mots similaires