La langue française

Couleur

Définitions du mot « couleur »

Trésor de la Langue Française informatisé

COULEUR, subst. fém.

I.− Qualité de la lumière que renvoie un objet et qui permet à l'œil de le distinguer des autres objets, indépendamment de sa nature et de sa forme :
1. « Personne ne peut être sûr de voir les couleurs comme les voit son prochain ». [Rosenstiehl, Traité de la couleur, in-8o, 1913] Ch. Coffignier, Couleurs et peintures,1924, p. 17.
A.− [P. réf. à l'ensemble des couleurs, y compris le blanc, le noir, le gris, dites couleurs achromatiques]
1. Usuel. Couleur blanche, noire; couleur lumineuse; couleur (de) chair; les (sept) couleurs de l'arc en ciel et abs. les sept couleurs. Le ciel, en essuyant ses pleurs, Déroule avec Iris l'écharpe aux sept couleurs (Banville, Cariat.,1842, p. 19).
Spéc., MÉD. [En parlant d'un être humain] Les pâles couleurs. Synon. chlorose*.Elle mourut à quatorze ans des pâles couleurs (Balzac, Paysans,1844, p. 248).P. métaph. L'âne, aux hommes : Votre philosophie est une vieille prude, Votre bigoterie a les pâles couleurs (Hugo, Âne,1880, p. 324).
Syntagmes
a) Couleur + nom spécifiant la nuance (après un subst. le mot prend une valeur adj. inv.).
Couleur + nom désignant une couleur.Couleur bleu de roi; couleur (d')argent, (d')or; couleur (de) pourpre; la couleur noisette de ses yeux.
Couleur + nom d'obj. dont la couleur est prise comme variété de couleur.Couleur d'encre, de neige; couleur de rose; des gants couleur beurre frais, un manteau couleur de muraille. Dans les circonstances actuelles qui ne sont pas couleur de rose (Barb. d'Aurev., Memor.1, 1838, p. 182):
2. J'ai vu sept femmes très belles, vêtues de robes d'or et d'argent et de manteaux couleur du soleil, couleur de la lune et couleur du temps, ... A. France, Le Petit Pierre,1918, p. 111.
Couleur + nom abstr.Couleur de crépuscule, couleur de nuit. Couleur du temps. Bleu ciel. L'eau roule à ses pieds, couleur du temps, livide (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1470).C'est la blonde insouciance, Aux yeux bleus, couleur du temps (Bouilhet, Dern. chans.,1869, p. 165).
Rem. Couleur est masc. dans ces loc. elliptiques, le couleur de feu, le couleur de rose, de chair, de citron, etc... Ce ruban est d'un beau couleur de feu (Ac. 1835, 1878).
b) Couleur + adj.Couleur bleue; couleur cuivrée, dorée; couleur chatoyante, criarde, dégradée, éclatante, éteinte, fanée, sombre, unie, etc.
Couleur chaude, froide :
3. ... le rouge, lié à l'apparence du feu, du métal en fusion, est couleur chaude; le bleu est couleur froide, celle de l'eau, de la glace. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, p. 43.
Couleur pure (saturée, cf. Bergson, Essai donn. imm., 1889, p. 52), couleur lavée (rompue); couleur claire, foncée; couleur vive (pure et claire), couleur pâle (claire et lavée); couleur profonde (pure et foncée); couleur rabattue (foncée et lavée).
c) Subst. + couleur.Association, combinaison, contraste de couleurs; la gamme, la palette des couleurs; harmonie, intensité de couleurs; orgie, symphonie de couleurs; effet de couleurs :
4. ... les diverses intensités d'une couleur correspondent à autant de nuances différentes comprises entre cette couleur et le noir, les degrés de saturation sont comme des nuances intermédiaires entre cette même couleur et le blanc pur. Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience,1889, p. 52.
d) Verbe + couleur(s).Altérer, assortir, combiner les couleurs; être de la couleur de.
Changer de couleur; être, devenir de toutes les couleurs.
[En parlant d'un être humain] Pâlir, rougir sous l'effet d'une émotion. Il suffisait d'un mot pour la faire changer de couleur; c'était une sensitive (Sartre, Huis clos,1944, 5, p. 142).
P. métaph. ou au fig. :
5. ... les samedis pour moi ont changé de couleur depuis que je sais que je ne te trouverai pas le soir en venant dîner. Rivière, Correspondance[avec Alain-Fournier], 1909, p. 139.
Spéc., COIFFURE. Faire une couleur. Faire une coloration*.
Loc. proverbiales, fig.
Des goûts et des couleurs on ne peut disputer. On ne peut discuter de ce qui est purement subjectif.
Parler de quelque chose comme un aveugle des couleurs. Parler de ce que l'on ne connaît pas. Il est vain de condamner le mal que l'on n'a pas fait. C'est en parler comme l'aveugle des couleurs (Valéry, Suite,1934, p. 76).
(Ne pas) connaître, (ne pas) voir la couleur de quelque chose. (Ne pas) connaître, voir cette chose. Je n'ai pas encore vu la couleur de votre argent (Audiberti, Femmes Bœuf,1948, p. 125).
En (faire) voir (à qqn) de toutes les couleurs. (Lui faire) subir des épreuves, des tracasseries. Le vieux roublard, qui en a vu de toutes les couleurs et qui est revenu de tout (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 13).
En dire de toutes les couleurs. Faire toutes sortes d'avances ou de propositions, parfois grossières. À l'heure où les ouvrières rentrent... bien des jeunes gens vont les voir passer, et leur en content de toutes les couleurs (Mérimée, Carmen,1847, p. 30).
2. PHYS. Phénomène visible conditionné par la longueur d'onde de la lumière émise, réfléchie, transmise ou diffusée par un objet. Théorie des couleurs, vision des couleurs :
6. La couleur existe parce que notre œil est constitué de telle sorte qu'il transmet au cerveau, sous forme de couleur, les diverses façons dont les corps absorbent et décomposent, suivant leur constitution chimique, les rayons lumineux qui les frappent. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Lettre d'un fou, 1885, p. 1005.
Syntagmes
a) Couleur + subst.Couleur de polarisation (cf. Lapparent, Minér.,1899, p. 497).
Couleurs du prisme, du spectre. Couleurs principales que l'on obtient par décomposition de la lumière blanche à travers un prisme. On a comparé quelquefois l'échelle des couleurs du spectre solaire à la gamme des tons musicaux (Cournot, Fondem. connaiss.,1851, p. 155):
7. Le grand peintre, séduit par les mirages chromatiques qui entourent les choses plutôt que par la matière même, songera aux sept couleurs du spectre plutôt qu'à celle de la terre ou du bois. Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 69.
b) Couleur + adj.
Couleur complémentaire
[D'une couleur du spectre] Couleur mixte composée de toutes les autres couleurs du spectre et dont le mélange avec la première donne de la lumière blanche par addition de l'ensemble des radiations colorées.
[D'un pigment, d'un colorant] Couleur dont le mélange avec la première donne du noir par absorption (ou soustraction) de l'ensemble des mêmes radiations colorées :
8. Le rouge du drapeau s'éteint et jaunit, parce qu'il se détache sur le bleu du ciel, dont la couleur complémentaire, l'orangé, se combine avec le rouge. Zola, L'Œuvre,1886, p. 207.
Couleur fondamentale (ou primaire). Chacune des trois couleurs à partir desquelles l'on peut reproduire toutes les autres par des mélanges en proportion convenable. Ce principe scientifique qui fait découler des trois couleurs primaires, le jaune, le rouge, le bleu, les trois couleurs secondaires, l'orange, le vert, le violet (Zola, L'Œuvre,1886p. 270).
c) Subst. + couleur
Indice de couleur. ,,Différence entre la magnitude visuelle et la magnitude photographique d'un objet céleste``(cf. Muller 1966).
Température* de couleur (cf. Hist. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 546).
3. PEINT. (cf. coloris A). [La couleur envisagée du point de vue de l'effet esthétique qu'elle doit produire] La couleur anglaise importée par Delacroix dans le Massacre de Scio (Goncourt, Journal,1893, p. 420):
9. ... la couleur est posée non plus comme un simple adjuvant du dessin, mais comme une ressource toute différente de l'art de peindre que l'on compare à la musique et à son action. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, p. 207.
P. méton. Effet produit par les couleurs d'un tableau et p. ext. impression générale qui s'en dégage. La couleur est heureuse. La couleur de Van Gogh, si belle qu'elle paraisse encore, n'est qu'une morte par rapport à ce qu'elle fut (Lhote, Peint.,1942, p. 136).
Couleur locale. ,,Couleur propre à chaque objet, indépendamment de la distribution particulière de la lumière et des ombres`` (Ac. 1835, 1878) et p. ext. peinture exacte d'un personnage, d'un paysage :
10. J'aime ce tableau, me dit-elle, en me montrant l'Arabe qui pleure sur son coursier; cet homme est profondément affligé; ce cheval est bien mort. (...) − Ne trouvez-vous pas qu'il y a là un sentiment bien vrai de la couleur locale? Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 3, 1813, p. 342.
Fig. Ensemble des détails caractéristiques d'un lieu ou d'une époque. C'est le quartier de plaisir pour étrangers en quête de couleur locale, le pittoresque pour touristes sans initiative (T'Serstevens, Itinér. esp.,1933, p. 109).
Rem. On rencontre aussi couleur locale associée à couleur historique (cf. Proust, Guermantes 1, 1920, p. 189) et temporelle (cf. Dumesnil, Hist. théâtre lyr., 1953, p. 113).
4. [Les couleurs en tant que symboles] :
11. Les couleurs expressives de la lumière et du ciel seront toujours solidaires des idées de pureté, de vertu, de sagesse divine. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, p. 270.
a) [En tant que symbole relig.] Couleurs liturgiques. Couleurs des ornements liturgiques adoptées par l'Église pour chaque moment de l'année :
12. ... on rit un tantinet d'elle, dans le village et dans l'abbaye, à cause de sa manie de porter sur sa toilette les couleurs liturgiques du jour; elle est un ordo vivant, un calendrier qui marche; ... Huysmans, L'Oblat,t. 1, 1903, p. 31.
b) [En tant que symbole profane]
D'une nation, d'une collectivité publique, etc. Les couleurs nationales. Gare, (...) pavoisée aux couleurs françaises (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 356):
13. La plupart des courtisans, (...) étaient enrôlés sous le drapeau tricolore : presque tous avaient fait la guerre d'Amérique et barbouillé leurs cordons des couleurs républicaines. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 236.
Absol. Les trois couleurs (du drapeau français). Et le vent des combats dénouait en jouant L'écharpe aux trois couleurs qui ceignait ce géant (Quinet, Napoléon,1836, p. 189).
P. méton. Les couleurs. Drapeau, pavillon aux couleurs officielles. Amener, faire flotter, hisser les couleurs :
14. Certains [vaisseaux] arborent le pavillon tricolore. Les autres naviguent sous les couleurs britanniques, hollandaises, polonaises, belges. De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 98.
D'une personne en vue ou d'une collectivité. Arborer, porter les couleurs de qqn; faire triompher les couleurs d'un club, d'une écurie. Cravates et (...) porte-cartes en soie aux couleurs des clubs ou des régiments (Morand, Londres,1933, p. 171).Porter les couleurs d'une dame. ,,Porter des couleurs semblables à celles que cette dame affectionne le plus`` (Ac.) et au fig. ,,se mettre parmi ses adorateurs`` (Ac.).
P. méton. Nos sujets vêtus, (...) chacun de la couleur de sa profession (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 197).
Spéc. Couleurs héraldiques. Couleurs particulières utilisées dans l'art du blason. ,,Elles sont au nombre de sept, dont deux métaux et cinq émaux`` (Bach.-Dez. 1882).
B.− [P. réf. à un sous-ensemble de couleurs excluant le blanc, le noir, le gris] :
15. C'était beau. Tout était gris. Maintenant, tu ne peux pas savoir, tout est déjà rose, jaune vert. C'est devenu une carte postale. Il faut te lever plus tôt, nourrice, si tu veux voir un monde sans couleurs. Anouilh, Antigone,1946, p. 138.
1. [Couleur p. oppos. au blanc] Craie de couleur. Toute couleur tend à s'évanouir dans le blanc, tout objet à se résorber dans l'absence d'objet (Béguin, Âme romant.,1939, p. 382).
a) [En parlant d'êtres humains]
Couleur(s) du visage (cf. bonne, mauvaise mine*). Les premiers fruits, le bon air, les ébats des champs, rendront à Félix ses belles couleurs (Lamennais, Lettres Cottu,1824, p. 156).P. brachylogie. Avoir (un visage qui a) de belles couleurs :
16. Sa mère mourut peu de jours après sa naissance, succombant sans doute à une affection tuberculeuse. Il héritait d'elle « une toux sèche et une couleur pâle qu'il a gardée jusqu'à l'âge de plus de vingt ans ». Valéry, Variété V,1944, p. 211.
La coloration vive, éclatante du visage (cf. bonne mine) p. oppos. à la pâleur. Perdre, prendre des couleurs. Son visage, toujours sans couleur sous la poudre, blêmit encore (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 351).
(Visage) haut en couleur. Très coloré. Son teint haut en couleur (G. Leroux, Roul. tsar,1912, p. 15).C'était un grand paysan du pays de Caux, haut en couleur, gros de poitrine et de ventre, et perché sur de longues jambes (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, St-Antoine, 1883, p. 194).
Fig. Voici un de ses compatriotes qui est plus haut en couleur et plus mordant (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 12, 1863-69, p. 96).Leurs récits étaient si hauts en couleur (Mounier, Traité caract.,1946, p. 130).
Rem. On rencontre ds la docum. l'expr. fort en couleur avec le même sens.
P. anal. Teinte finale obtenue par la nature ou par l'art. Prendre (de la) couleur; les raisins ont pris de la couleur.
Prendre couleur
ART CULIN., PÂTISS. Prendre une teinte dorée. Faites cuire avec feu dessus et dessous; vingt minutes suffisent pour prendre couleur (Champfl., Souffr. profess. Delteil,1853, p. 84).
Fig. a) L'affaire prend couleur. Se précise, prend tournure. Ça prend couleur, (...); voyons où il veut en venir (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 43). b) Prendre couleur. Être marqué comme appartenant à un clan ou à un parti :
17. − Monsieur l'abbé, répondit-il [Albert] il m'est impossible de me charger des intérêts de la maison Fatteville, et vous allez comprendre pourquoi ... je ne veux pas prendre couleur, et dois rester une énigme jusqu'à la veille de mon élection... Balzac, Albert Savarus,1842, p. 98.
Homme, race de couleur p. oppos. à la race blanche. Les Français blancs et de couleur (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 258).
b) Étoffe, et plus particulièrement linge de couleur, p. oppos. au linge blanc. On ne met pas du linge de couleur à sécher au soleil (Renard, Journal,1903, p. 843).Abs. Les couleurs, p. oppos. au blanc. Laver les couleurs.
2. [Les couleurs dites chromatiques p. oppos. aux couleurs achromatiques] Les daltoniens complets, individus aveugles à toutes les couleurs, voient le monde en noir, blanc, gris (Camefort, Gama, Sc. nat.,1960, p. 248):
18. ... Biondetta, renonçant aux couleurs, aux parures, à « l'arc-en-ciel des vanités », souhaite pour elle des vêtements noirs comme le corbeau qui quitta l'arche, blancs comme la colombe qui revint avec le rameau d'olivier. Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 291.
P. métaph. Il n'y a pas de couleurs dans mes livres, il n'y a que du blanc et du noir, des effets de lumière et d'ombres (Green, Journal,1935-39, p. 198).
Spéc., B.-A., ARTS APPL. De (en) couleur. (Capable de produire une image) autre qu'en noir, blanc (et gris) exclusivement. Gravure, impression, lithographie en couleur; photographie, tirage en couleur; film en couleur. La télévision en couleurs est arrivée actuellement à l'état expérimental (Matras, Radiodiff. et télév.,1958, p. 108).
Absol. La couleur. Faire de la (photographie en) couleur; avoir la (télévision en) couleur.
II.− P. méton. (cf. aussi supra I A 3)
A.− Substance qui sert à donner de la couleur. Marchand de couleurs. Qui vend des couleurs, p. ext. droguiste. Crayon de couleur. Crayon qui sert à colorier. Ses façades peintes de couleurs vives (Billy, Introïbo,1939, p. 14):
19. Il vit sur la palette les couleurs qui avaient séché, (...); il vit dans sa boîte à couleurs le désordre des tubes jetés là pêle-mêle. Ramuz, Aimé Pache, peintre vaudois,1911, p. 163.
Syntagmes
1. Couleur + subst.Couleur « à l'aquarelle » (cf. Rousset, Trav. pts matér., 1928, p. 172), à l'huile; couleur en poudre; couleur d'aniline.
2. Couleur + adj. (cf. aussi supra I A 1).Couleur chimique, minérale, organique (naturelle ou synthétique), pigmentaire. Couleur écaillée; couleur inaltérable, indélébile; couleur opaque, transparente, vitrifiable.
3. Subst. + couleur(s).Pistolet à couleur; charge, couche, touche de couleur; mélange de couleurs; pot, tube de couleur; fabricant de couleurs.
4. Verbe + couleur(s).Appliquer, broyer, délayer, mélanger, préparer les couleurs; mettre en couleur, passer à la couleur; prendre de la couleur.
B.− JEUX
1. Jeu de cartes. Marque des quatre séries, trèfle, carreau, cœur, pique. Jouer dans la couleur.
Annoncer la couleur. Annoncer la série qui servira d'atout.
Fig. Annoncer ses intentions. Question galette, j'annonce la couleur : c'est florissant au possible. On peut tout se payer (Giono, Gds chem.,1951, p. 213).
2. Jeux de hasard (boule, roulette, etc). ,,Jouer la couleur... miser sur le rouge ou le noir, au lieu de miser sur les numéros`` (Lar. Lang. fr.).
C.− Arg. Soufflet (p. réf. à la couleur rouge qui marque l'endroit qui a reçu le soufflet). « J'bouscule l'usurpateur, Qui m'applique sur la face, Comm' on dit, une couleur ». Le Gamin de Paris, chanson, 184 (Larchey, Excentr. lang.,1865, p. 92).
III.− P. métaph. ou au fig.
A.− [P. réf. à la valeur distinctive des couleurs] Aspect distinctif, caractéristique. La couleur typique de qqc. La couleur générale de sa conversation (Stendhal, Rom. et nouv.,t. 1, 1842, p. 69).Ne voyez donc pas l'avenir sous des couleurs si noires (Lamennais, Lettres Cottu,1819, p. 48).Si Marie-Thérèse eût continué le récit à la place de Manuel, elle eût donné aux événements sa couleur propre (Green, Journal,1933, p. 134):
20. Don Juan I considérait : qu'une femme n'est qu'une note, un timbre, une couleur d'entre les couleurs, et que même on n'en jouit pas, on n'en tire, on ne lui donne toute sa valeur si on ne la place dans une gamme, une diversité d'autres, parmi lesquelles elle peut valoir et faire valoir ce qu'elle a d'unique... Valéry, Mauvaises pensées et autres,1942, p. 182.
1. Syntagmes
a) Couleur + subst.Couleur d'ensemble, de justesse; couleur de (l')amitié, de (l')espoir, de (la) haine, couleur de (la) vertu; une couleur de mélodrame; (avoir) la couleur d'un sot.
b) Couleur + adj.Couleur aimable, conventionnelle, cruelle, émotionnelle, épique, exacte, juste, moderne, monacale, morale, originale, paysanne, religieuse, romanesque...
c) Verbe + couleur(s).Peindre sans (avec) des couleurs; présenter (se) sous des couleurs...; prendre des couleurs; représenter sous des couleurs...
2. En partic.
a) MUSIQUE
[P. anal. avec la peint.] Couleur harmonique, instrumentale, musicale. Madame, (...) vous m'avez parlé souvent de la couleur de la musique et de ce qu'elle peignait (Balzac, Massimilla Doni,1839, p. 455).Beethoven a su conserver la couleur grave et sombre (...) [qui devait] dominer dans un tel sujet [la symphonie héroïque] (Berlioz, À travers chants,1862, p. 25):
21. ... à l'oreille d'un musicien deux motifs, matériellement composés de plusieurs des mêmes notes, peuvent ne présenter aucune ressemblance, s'ils diffèrent par la couleur de l'harmonie et de l'orchestration. Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 661.
Spéc. Timbre, tonalité. On ne classe pas les voix par leur étendue, c'est-à-dire par leur longueur, mais par leur timbre, leur couleur et leur tessiture (Arts et litt.,1935, p. 3610).
b) PHONÉTIQUE :
22. Couleur. Qualité du timbre d'une voyelle, appréciée d'après la correspondance qu'on croit percevoir entre les impressions acoustiques et les impressions visuelles; on distingue ainsi des voyelles claires (é), sombres (ou), ternes (eu), éclatantes (â), etc. Mar. Lex.1933, p. 58.
c) Opinion, tendance. Couleur politique; couleur démocratique, jacobine; la couleur d'un journal. Nous n'avions pas les mêmes pensées, mais nous avions des pensées de même couleur (Renard, Journal,1896, p. 364).
[P. oppos. à la banalité, à la neutralité des tons ordinaires] Vie, relief. Cela a beaucoup de couleur. Une voix sans couleur. Sur un fond gris d'existence, la plus légère impression fait couleur (Bourget, 2eamour,1884, p. 148).Ma femme sans qui rien n'a chanson ni couleur (Aragon, Crève-cœur,1941, p. 37).
En partic. [En parlant du style d'une œuvre littér., d'un aut.] Leur poésie était sans couleur et leur style sans harmonie (Marmontel, Essai,1799, p. 308).Relu un des contes des Seven Gothic Tales d'Isak Dinesen... il y a de la fantaisie, de la couleur et de la verve dans ces récits (Green, Journal,1942, p. 242).
B.− Péj. [P. réf. à la couleur en tant qu'elle masque ce qu'elle recouvre] Prétexte, mensonge. Sous prétexte de mariage ou autre couleur (A. France, Bonnard,1881, p. 482):
23. ... j'aimerais bien être son fils, ô tante Josette! ... j'aurais plus de liberté, mais d'un autre côté, je ne pourrais pas lui raconter les couleurs que je raconte à maman ... ça ne prendrait pas! ... Gyp, M. Fred,1891, p. 82.
Argot
Monter une couleur. Raconter des mensonges. Ne fais donc pas la bête : est-ce que tu crois que je veux te monter des couleurs? (Raban, Marco Saint-Hilaire, Mém. forçat,1828-29, p. 289).
Affranchir la couleur. Renseigner, mettre au courant. Tu vas foncer voir Ali pour lui affranchir la couleur (Le Breton, Rififi,1953, p. 74).
Vx. Ne pas être à la couleur. S'en laisser conter, être naïf (cf. être à la coule*). Si vous n'êtes pas à la couleur, [vous croyez ce mensonge que l'on vient vous débiter] (Poulot, Sublime,1872, p. 201).
Sous couleur de. Sous l'apparence de, sous prétexte de. M. Zola, sous couleur de critique littéraire, n'a jamais fait qu'ériger son goût personnel en principe (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 251).
Prononc. et Orth. : [kulœ:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Après un nom, s'emploie comme adj. inv. : Des écharpes couleur de feuillage; des joues couleur de lys et de rose. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1050 « sensation visuelle » (Alexis, éd. C. Storey, 4 : ici fig. perdre sa color « perdre son caractère »); 2. a) ca 1100 en parlant du visage, de la peau (Roland, éd. J. Bédier, 441); b) 1794 gens de couleur (Staël, Lettres div., p. 426); 3. 1393 « couleurs distinctives d'un personnage (livrée, etc.) » (Compte de la Cour de Charles VI, B.N. 6743, fo7 ds Gdf. Compl.); 4. 1694 « couleurs des cartes à jouer » (Ac.); 5. 1732 liturg. (Trév.). 6. 1790 couleurs nationales (Mirabeau, oct. ds Buchez, Roux, Hist. parlementaire de la Révolution fr., t. VII, p. 416 ds Brunot t. 9, p. 624). II. 1. Ca 1268 « substance colorante » (Étienne Boileau, Livre des métiers, LIV, I, éd. R. de Lespinasse et F. Bonnardot, p. 111); 2. a) 1699 peint. couleur locale (R. de Piles, Idée du Peintre Parfait, p. 36 ds Brunot t. 6, p. 738, note 8); b) 1772 p. ext. litt. (J.-F. de La Harpe, Eloge de Racine, p. 33 ds Mod. Lang. Notes, vol. LX [1945] p. 98). III. 1. xiiies. fig. [ms. fin du xiiies.] « relief (en parlant du style) » (De III dames qui troverent I. vit, 4 ds A. de Montaiglon et G. Raynaud, Fabliaux, t. 5, p. 32); 2. ca 1280 « raison spécieuse » (Couronnement de Renart, éd. A. Foulet, 2456); 3. 1794 « caractère d'une opinion » (Chamfort, Caract. et anecd., p. 135). Du lat. color « couleur, teint du visage » au fig. « aspect extérieur », « couleur, coloris du style; argument (donnant aux faits une couleur favorable) ». Fréq. abs. littér. : 11 330. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 15 184, b) 16 805; xxes. : a) 15 606, b) 16 838. Bbg. Gohin 1903, p. 367. − Gottsch. Redens. 1930, p. 142, 206, 336, 446. − Knauer (K.). Zur Psychologie und Grammatik der französischen Farbbezeichnungen. Sprachkunde. 1936, t. 8, pp. 18-21. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 208, 210, 404. − Le Breton Grandmaison. Le Monde de la limonade. Vie Lang. 1971, p. 635. − Lew. 1960, p. 170. − Malakis (E.). The First use of Couleur locale in french literary criticism. Mod. Lang. Notes. 1945, t. 60, pp. 98-99. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 104, 132, 238. − Pauli 1921, p. 44. − Richter (B.L.O.). Genesis and fortunes of the term couleur locale. Comparative literature studies. 1966, t. 3, no2, pp. 299-308. − Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 386. − Rog. 1965, p. 17, 138. − Sain. Lang. par. 1920, p. 389.

Wiktionnaire

Nom commun

couleur \ku.lœʁ\ féminin

  1. Caractéristique visuelle de la lumière visible donnée par la distribution de ses longueurs d’onde.
    • La gamme de couleurs où elle est baignée est d’une somptuosité que l’on ne peut décrire. Depuis le rouge et l’or jusqu’au violet céleste, toutes les teintes frappent ses murailles […]. — (Pierre Louÿs, La ville plus belle que le monument, dans Archipel, 1932)
    • Le surlendemain […] dans la soirée, la couleur bleue de l’eau, indice des grands fonds, m’apprenait ma sortie du golfe de Panama. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Vu la différence souvent considérable dans la couleur et la distribution spectrale d’énergie des rayonnements à comparer, toutes les difficultés théoriques et pratiques de la photométrie hétérochrome peuvent se présenter. — (M. J. Urbaneck, Résumé des travaux effectués dans les laboratoires des différents pays depuis 1931, dans Commission Internationale de l’Éclairage, 1935, p. 205)
    • Symptomatiquement, lorsque Goethe vers 1810 entreprend sa gigantesque enquête sur la couleur, il commence par déclarer qu'il faut jeter à bas le « château branlant » de la physique newtonienne, qui ne tient pas compte du sujet, de l'expérience personnelle, de la sensation, des sens […]. — (Jacques Aumont, De l'esthétique au présent, p.40, De Boeck Supérieur, 1998)
  2. Caractéristique visuelle de la matière donnée par la distribution des longueurs d’onde de l’absorption de la lumière blanche.
    • Sa tenture était un papier dont il eût été difficile de déterminer la couleur primitive; […]. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Des coteaux d’Arbois, de Poligny et de Salins, descendait, chaque automne, avec les cuves pleines, le beau vin couleur peau d’oignon, jailli des grappes de poulsard, […]. — (Louis Pergaud, La Disparition mystérieuse, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • C’est une féerie, une fantasmagorie de couleurs à donner la jaunisse à la Loïe Fuller, à faire sembler ternes les célèbres fontaines lumineuses. — (Fraipont; Les Vosges, 1923)
    • On préfère construire un roman, qu’on déroule à sa guise, au rythme que l’on choisit, on l’illustre d’images d’Épinal aux coloriages grossiers, aux violentes couleurs. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Les pois égouttés doivent présenter la couleur normale caractéristique des pois secs trempés en conserve, compte tenu de toute adjonction de colorants artificiels. — (FAO, Codex alimentarius, volume 5A, 1994, page 204)
  3. Ce qui n’est pas blanc ou noir.
    • Le linge de couleur et le blanc.
    1. (Vieilli) Qualifie les mulâtres, pour les distinguer des blancs ou des noirs.
      • Les hommes de couleur.
  4. (Héraldique) Ce qui n’est pas métallique.
    • Couleur sur métal.
    • Métal sur couleur.
  5. Couleur vive par opposition au noir, au gris, etc.
    • Le deuil de cette femme est trop récent pour qu’elle reprenne les robes de couleur.
    • Renoncer à la couleur, ne plus porter que le noir, ou d’autres couleurs peu éclatantes.
  6. Substance dont se sert pour colorer, coloris.
    • Pour réchampir les moulures, on broie les couleurs à l'huile de noix et on détrempe à l'essence; on applique deux couches généralement plus foncées que le fond. — (Eugène Aucamus, Menuiserie serrurerie, plomberie, peinture et vitrerie, Paris : chez P. Vicq-Dunod & Cie, 1898, p. 297)
    • Un régiment d’ouvriers et pas mal de jeunes apprentis colorent les images au pochoir. Armés d’un formidable pinceau, de forme spéciale, ils trempent d’un mouvement rythmé dans un pot de couleur pour le passer sur le patron, […]. — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1895, 1923)
    • Mettre un plancher, un parquet, etc., en couleur.
  7. (Figuré) (Peinture) Se dit du style, des expressions considérées comme étant, pour celui qui écrit ou qui parle, ce que la palette est pour le peintre.
    • Il peignit des plus vives couleurs la détresse dans laquelle ils étaient plongés.
    • On leur avait peint notre situation sous les plus fausses couleurs.
    • L’importance accordée à l’oral dans cet apprentissage nous a fait choisir la prononciation restituée, la plus à même,
      selon nous, de rendre au grec ancien ses couleurs sonores.
      — (Assimil, Le Grec ancien sans peine, 2003)
  8. (Par extension) (Figuré) Apparence, tournure que prennent les choses selon les circonstances.
    • Le récit prend, vers la fin, une couleur plus tragique.
    • L’auteur chargé de ce rôle a su lui donner une couleur nouvelle.
    • L’affaire prend couleur : on commence à en espérer un bon résultat.
    • Cette affaire commence à prendre une bonne, une mauvaise couleur : prendre figure, prendre une bonne, une mauvaise tournure.
    • On ne connaît pas la couleur de son argent : il ne paie pas ses dettes.
    • Je ne connais pas la couleur de ses paroles : je ne l’ai jamais entendu rien dire.
  9. (En particulier) Caractère propre à telle ou telle opinion.
    • Prendre couleur.
    • Ses opinions ont bien changé de couleur depuis que je ne l’ai vu.
    • La couleur de ce journal est encore indécise.
  10. Raison apparente dont on se sert pour couvrir et pallier quelque mensonge ou quelque mauvaise action, afin de persuader ce qu’on désire.
    • Une autre calomniatrice se joignit à elle, & sçut donner de telles couleurs a ses impostures qu'elle les fit croire enfin à plusieurs. — (Adrien Baillet, Les Vies des saints : disposées selon l'ordre des calendriers, page 386, 1701)
    • Revêtir un mensonge de belles couleurs.
    • Il sait donner une couleur plausible, une couleur spécieuse à ce qu’il dit, à ce qu’il fait de plus mal.
    • Donner des couleurs : alléguer des prétextes invoquer de mauvaises raisons.
  11. (Par ellipse) Teint du visage qui exprime une émotion ou la santé.
    • Les Liméniennes ont toutes de belles couleurs, les lèvres d’un rouge vif, de beaux cheveux noirs et bouclés naturellement, des yeux noirs d’une expression indéfinissable d’esprit, de fierté et de langueur ; […]. — (Flora Tristan; Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • Tu es malade. Tu es d’une drôle de couleur.
    • La montagne t’a réussi, tu as des belles couleurs.
  12. (Par ellipse) (Coiffure) Teinte artificielle des cheveux.
  13. (Cartes à jouer) Enseigne, symbole du jeu de cartes français que sont les cœurs (), carreaux (), trèfles () ou piques ().
    • J’ai des quatre couleurs dans mon jeu.
    • Je n’ai point de cette couleur.
    • Les cartes n’ayant pas l’un de ces symboles sont dites sans couleur.
  14. (Poker) Main contenant cinq cartes de la même couleur.
  15. Couleur de peau pour catégoriser les êtres humains, comme blanc, noir et jaune.
    • Le Sup∴ Cons∴ déclare en conséquence que la Maçonnerie n’admet comme condition de l’entrée d’un profane dans la famille Maçonnique, aucune distinction de couleur, de nationalité ou de croyance religieuse. — (La chaine d’union de Paris, 1874)
  16. (Par extension) Couleur de peau autre que le blanc.
    • Demain, j'irai faire un tour au « tata » sénégalais de Chasselay où sont enterrés cent et plus braves soldats de couleur, morts pour nous, à l’insu de tous, voire d’eux-mêmes, qui ne comprirent rien à rien. — (Pierre Molaine, L’œil au beurre noir, Éditions Atramenta, 2014, page 80)
  17. (Physique) Nombre quantique des quarks et des antiquarks.
    • Il existe trois charges de couleur pour les quarks : bleu, rouge et vert.
  18. (Au pluriel) Symbole.
    • C’était un noble jeune homme, vêtu aux couleurs du comte et portant ses armes sur la poitrine ; […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Les menaces visaient surtout les couleurs que portait le cavalier et non le cavalier lui-même. Ces couleurs, cette livrée, comme on disait alors, devait être bien détestée, car des regards de haine la suivaient, des poings se tendaient. — (Michel Zévaco, Le Capitan, ch. I, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    1. (En particulier) Drapeau national. (Marine) Pavillon.
      • La cérémonie des couleurs. - Hisser les couleurs.
  19. (Cartographie) Sensation psycho-physiologique résultant de la vision d’une surface colorée[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COULEUR. n. f.
Impression que fait sur l'œil la lumière réfléchie par la surface des corps et qui nous les rend diversement sensibles. Couleur naturelle. Couleur artificielle. Couleur claire. Couleur sombre, brune, obscure. Couleur éclatante. Couleur voyante. Couleur gaie. Couleur vive. Couleur triste, morne. Couleur chargée. Couleur fanée, passée, effacée, ternie. Couleur tirant sur le brun, sur le bleu. Couleur changeante. Couleur tranchante. Couleur noire, grise, rouge. Couleur vert-pomme, vert Nil. Couleur chair. Ce marbre est d'une belle couleur. Variété, mélange de couleurs. Les diverses nuances d'une même couleur. Assortir les couleurs. Couleur à la mode. Les couleurs primitives. Les couleurs simples. Les couleurs composées. Après un nom, le mot COULEUR, déterminé par un autre nom, s'emploie comme une sorte d'adjectif. Un ruban couleur de feu. Des souliers couleur de rose. Un maillot couleur de chair ou couleur chair. Fig., Juger, parler d'une chose comme un aveugle des couleurs. Voyez AVEUGLE. Fig. et fam., Voir tout couleur de rose, Voir tout en beau. On dit dans le même sens Tout lui paraît couleur de rose. Il n'a que des pensées couleur de rose. Fig. et fam., En faire voir à quelqu'un de toutes les couleurs, Abreuver quelqu'un de mauvais procédés, de tromperies, d'humiliations. On ne connaît pas la couleur de son argent, Il ne paie pas ses dettes. On dit dans un sens analogue Je ne connais pas la couleur de ses paroles, Je ne l'ai jamais entendu rien dire. Les hommes de couleur, Les mulâtres, les hommes provenant du mélange de la race blanche et de la race noire. En termes de Physique, Couleurs complémentaires. Voyez COMPLÉMENTAIRE. Les couleurs du drapeau, Les couleurs adoptées par chaque nation comme marque distinctive et reproduites sur le drapeau. On dit de même Les couleurs nationales. Spécialement, Les couleurs françaises. Dans la Marine, Les couleurs, Les pavillons. Hisser les couleurs. En termes de Blason, il se dit des Cinq couleurs, azur, gueules, sinople, sable et pourpre. Couleur sur métal. Métal sur couleur. Il se dit encore, en parlant d'Étoffes et d'habits, pour désigner Toute autre couleur que le noir, le gris, le blanc, etc. Le deuil de cette femme est trop récent pour qu'elle reprenne les robes de couleur. Renoncer à la couleur, Ne plus porter que le noir, ou d'autres couleurs peu éclatantes. En langage de Courses, Porter les couleurs d'une écurie. Porter les couleurs d'une dame, Porter dans son ajustement des couleurs semblables à celles que cette dame affectionne le plus ; et, figurément, Se mettre au rang de ses adorateurs. Couleurs symboliques, couleurs théologales, Couleurs adoptées par l'Église pour les ornements liturgiques. Il se prend aussi particulièrement pour le Teint, la couleur du visage. Couleur vermeille. Couleur pâle, blême. Couleur plombée, livide olivâtre, brune. Il est haut en couleur. Il se porte bien, la couleur lui est revenue. Il a repris ses couleurs. Cette personne a de belles couleurs. Elle n'a pas de couleurs. Il se dit également des Altérations subites qu'éprouve la couleur du visage par l'effet de quelque douleur ou de quelque émotion violente. Il entendit son arrêt sans changer de couleur. À cette nouvelle, il devint de toutes les couleurs. Elle tomba entre leurs bras, inanimée et sans couleur. Pâles couleurs. Voyez CHLOROSE. Il se dit aussi pour marquer l'Aspect que les viandes, le pain, les pâtisseries doivent prendre quand ces choses sont cuites comme il faut. Ce pain n'a pas de couleur. Cette croûte n'a pas assez de couleur. Ce rôti a bonne couleur. Fig., L'affaire prend couleur, se dit d'une Affaire dont on commence à espérer un bon résultat. On dit aussi Cette affaire commence à prendre une bonne, une mauvaise couleur. On dit mieux Prendre figure, prendre une bonne, une mauvaise tournure. En termes de jeu de Cartes, il se dit de Chacune des quatre marques appelées pique, trèfle, cœur et carreau. De quelle couleur tourne-t-il? J'ai des quatre couleurs dans mon feu. Je n'ai point de cette couleur. Il se dit encore des Substances dont on se sert pour donner aux objets une couleur artificielle. Broyer les couleurs. Mêler les couleurs. Préparer les couleurs. Mettre un plancher, un parquet, etc., en couleur. Cette étoffe prend bien la couleur. Teindre en couleur de... Cela est trop monté en couleur. L'air mange les couleurs. Il se dit particulièrement des Teintes employées dans un tableau ou dans quelque autre ouvrage du même genre. Appliquer, coucher les couleurs. Bien manier, bien employer les couleurs. Adoucir les couleurs. Amortir les couleurs. Ranimer les couleurs. Rehausser, relever les couleurs, l'éclat des couleurs. Peindre à pleine couleur, Peindre avec un pinceau très chargé de couleur. Couleurs amies, Couleurs qui s'accordent bien ensemble, dont l'union produit un agréable effet. Couleur locale. Voyez LOCAL. Il se prend aussi pour Coloris, en parlant d'un Tableau. Ce tableau est d'une composition défectueuse, mais il séduit le regard par la couleur. En termes de Gravure, Cette estampe, cette gravure est d'une belle couleur, On y a l'impression des couleurs du tableau d'après lequel elle a été faite, bien que l'artiste n'y ait employé que le noir et ses diverses teintes. Il se dit figurément du Style, des expressions considérées comme étant, pour celui qui écrit ou qui parle, ce que les couleurs sont pour le peintre. Il peignit des plus vives couleurs la détresse dans laquelle ils étaient plongés. On leur avait peint notre situation sous les plus fausses couleurs. Il se dit particulièrement du Style lorsqu'on désigne la Qualité qui le distingue. Style sans couleur. Ce récit a de la couleur. Il se dit aussi figurément de l'Apparence que prennent les choses selon les circonstances. Pour un esprit chagrin tout revêt de sombres couleurs. Le récit prend, vers la fin, une couleur plus tragique. L'auteur chargé de ce rôle a su lui donner une couleur nouvelle. Il se dit particulièrement du Caractère propre à telle ou telle opinion. Ses opinions ont bien changé de couleur depuis que je ne l'ai vu. La couleur de ce journal est encore indécise. Prendre couleur. Il se dit souvent, dans un sens plus restreint d'une Raison apparente dont on se sert pour couvrir et pallier quelque mensonge ou quelque mauvaise action, afin de persuader ce qu'on désire. Revêtir un mensonge de belles couleurs. Il sait donner une couleur plausible, une couleur spécieuse à ce qu'il dit, à ce qu'il fait de plus mal. On dit dans le même sens Donner des couleurs, Alléguer des prétextes invoquer de mauvaises raisons.

SOUS COULEUR DE, loc. prép. Avec l'apparence de. Il l'a trompé sous couleur d'amitié. Il s'est rendu maître de l'affaire sous couleur de le servir.

Littré (1872-1877)

COULEUR (kou-leur) s. f.
  • 1Sensation que produit sur l'organe de la vue la lumière diversement réfléchie par les corps. Les couleurs, ainsi que l'a démontré Newton, sont le produit de la décomposition de la lumière. Les couleurs ne sont pas dans les corps colorés, mais dans la lumière ; pour qu'on voie un objet, il faut qu'il soit éclairé, Rousseau, Ess. Orig. des langues, ch. 16.

    Couleurs primitives, les sept couleurs qui se montrent dans la décomposition de la lumière. Couleurs naturelles des corps, celles qui proviennent de la nature des rayons réfléchis ou réfractés par ces corps (ceux qui absorbent tous les rayons du spectre, moins le rayon rouge, qu'ils réfléchissent ou qu'ils laissent passer à travers leur substance, étant d'une couleur rouge, et ainsi de toutes les autres couleurs). Couleurs complémentaires, celles qui reproduisent la couleur blanche en se combinant à une autre couleur ; c'est ainsi que six couleurs du spectre solaire réunies sont toujours complémentaires de la septième couleur avec laquelle elles donnent naissance à la couleur blanche ; dans le système du contraste des couleurs, le mot complémentaire a une autre signification, il sert à indiquer la couleur qui est susceptible d'exhausser le ton d'une autre couleur.

    Juger, parler d'une chose comme un aveugle des couleurs, en parler sans la moindre connaissance.

    Couleur se prend au masculin dans les expressions comme celles-ci : Le couleur de rose, d'or, d'eau, de chair, de citron, etc. Le plumage tire sur le couleur de rose vers la racine, La Fontaine, Psyché, liv. I, p. 13. Leur laine était d'un couleur de feu si vif qu'il éblouissait la vue, La Fontaine, ib. II, p. 179. Je vous trouve les lèvres d'un couleur de feu surprenant, Molière, Impromptu, 3. Après un substantif ces locutions s'emploient comme un adjectif invariable : un ruban couleur de feu ; des souliers couleur de rose.

    Terme de métallurgie. Couleur d'eau, brillant violet du fer bien poli, qui a passé au feu. Fer de couleur, fer qui devient cassant à la couleur rouge cerise. Couleurs de recuit, couleurs qui indiquent le degré de carburation de l'acier.

  • 2Substance ou matière colorante dont on se sert en teinture, peinture, etc. Broyer, étendre des couleurs. Peindre à pleine couleur, peindre avec un pinceau très chargé de couleur. Couleurs amies, celles qui s'assortissent agréablement.

    Terme de peinture. Couleurs légères, celles qui sont comprises sous le blanc, c'est-à-dire sous la dénomination de couleurs blanches. L'outremer est compté parmi les couleurs légères. Couleurs pesantes, celles qui sont comprises sous le noir. Le brun-rouge, la terre d'ombre, le bistre, etc. sont des couleurs pesantes. Couleurs changeantes, celles qui dépendent de la situation des objets à l'égard de la lumière, comme celle des taffetas changeants, de la gorge des pigeons, etc. Couleurs noyées, celles qui s'affaiblissent insensiblement, comme sont celles qui forment les nuances. Couleurs rompues, couleurs trop vives que les peintres affaiblissent par le mélange d'autres plus sombres. Couleur générale, le résultat de l'ensemble des divers objets colorés qui sont dans un tableau.

    Couleur locale, la couleur propre à chaque objet indépendamment de la distribution de la lumière, et, par extension, couleur locale, art de représenter, soit en peinture, soit dans une composition littéraire, soit même dans une composition musicale, certains détails qu'on croit avoir caractérisé un pays, un temps, etc. Le procédé de la couleur locale a été particulièrement mis en usage par l'école romantique.

    Terme de peintre en bâtiment. Couleurs simples, celles qui viennent des végétaux et qui ne peuvent pas souffrir le feu.

    Mettre en couleur, peindre un carreau, un parquet, etc.

    Terme de teinturier. Couleurs matrices, cinq couleurs dont les autres dérivent.

  • 3En parlant des vêtements, toute autre couleur que le blanc et le noir. Elle avait une robe de couleur. Les gens de guerre portent des habits de couleur, les gens d'église en portent de noirs.

    Terme de liturgie. Se dit des ornements de l'Église suivant les fêtes qu'elle célèbre.

    Couleurs de blason ; on en distingue cinq : gueules ou le rouge ; azur ou le bleu ; sinople ou le vert ; sable ou le noir, et le pourpre qui est mélangé de gueules et d'azur. Ces couleurs sont dites émaux.

    Anciennement, livrées. Gens de couleurs, les pages, laquais, cochers et suisses. Cet homme a porté les couleurs, il a été laquais. Comment ! un aumônier portant vos couleurs ? Hamilton, Gramm. 7. Faire par les couleurs distinguer ses valets, Boileau, Sat. V. Tel aujourd'hui triomphe au plus haut de sa roue, Qu'on verrait, de couleurs bizarrement orné, Conduire le carrosse où l'on le voit traîné, Boileau, Sat. I.

    Porter les couleurs d'une dame, porter des couleurs semblables à celles qu'elle affectionne le plus. Je dois vaincre, j'ai de ma belle Et les chiffres et la couleur, Béranger, Charles VII. Aux couleurs, au carrosse il ne doute de rien ; Tout était à Lucrèce…, Corneille, Ment. III, 11. Les couleurs et les chiffres de Mme de Valentinois paraissaient partout, La Fayette, Princ. de Clèves, Œuvres, t. II, p. 1, dans POUGENS. Remettez-moi le soin de finir vos malheurs, J'irai dans les combats vaincre sous vos couleurs, Delavigne, Vêpres sicil. II, 3.

    Fig. Le mal n'a point d'excuse, il n'est espoir, surprise, Intérêt, amitié, faveur, crainte, malheurs, Dont le pouvoir nous autorise à rien faire ou penser qui porte ses couleurs, Corneille, Imit. I, 15.

  • 4Drapeau. Après un assaut acharné, les couleurs françaises flottèrent sur les remparts. Les couleurs nationales. Les trois couleurs, le drapeau ou la cocarde tricolore. … Qui pouvait répondre Que le ciel… N'eût point vu sur la tour de Londre Flotter en fin les trois couleurs ! Béranger, Cocarde. Quand secouerai-je la poussière Qui ternit ses nobles couleurs ? Béranger, Vieux drapeau.

    Terme de marine. Couleurs, s. f. plur. Pavillon, drapeau national.

  • 5 Fig. Caractère propre à telle ou telle opinion. Ses opinions ont complétement changé de couleur. La couleur de ce journal est encore indécise. Prendre couleur, se décider pour un parti politique. M. Judas … soutient avec chaleur Qu'il n'a joué qu'un seul rôle Et n'a pris qu'une couleur, Béranger, Judas.
  • 6Au jeu de cartes, le rouge et le noir, et chacune des quatre marques : pique, trèfle, cœur et carreau. De quelle couleur tourne-t-il ? Je n'ai point de cette couleur.

    Au lansquenet, prendre couleur, entrer au jeu et couper.

    Nommer la couleur, se dit, à l'hombre, pour signifier : faire la triomphe en indiquant la couleur.

    Jeu des trois couleurs, sorte de jeu de hasard que l'on joue avec un plateau et trois dés, portant chacun trois couleurs différentes.

  • 7Le teint, la couleur du visage. Déjà l'étonnement lui fait la couleur blême, Malherbe, I, 12. J'ai couru sur le lieu sans force et sans couleur, Corneille, Cid, II, 9. Est-ce vous, Ladislas, Dont la couleur éteinte et la vue égarée…, Rotrou, Vencesl. IV, 4. Je vous vois sans épée, interdit, sans couleur, Racine, Phèd. II, 6. Néron l'a vu mourir sans changer de couleur, Racine, Brit. V, 7. Vous changez de couleur [vous pâlissez], princesse ! Racine, Ath. V, 4. Son visage changeait à tout moment de couleur, Fénelon, Tél. V. Quelle étrange pâleur De son teint tout à coup efface la couleur ? Racine, Esth. II, 7. Longtemps sans mouvement, sans couleur et sans vie, Voltaire, Orphel. II, 7.

    Être haut en couleur, avoir la figure très colorée. La femme d'Harlay était extrêmement grosse et très haute en couleur, Saint-Simon, 37, 51. M. le duc d'Orléans était de taille médiocre au plus, fort plein sans être gros, l'air et le port aisé et fort noble, le visage large et agréable, fort haut en couleur, le poil noir et la perruque de même, Saint-Simon, 390, 2. Cunégonde était haute en couleur, fraîche, grasse, Voltaire, Cand. 1.

    Reprendre couleur, perdre sa pâleur, revenir à la vie ; et fig. rentrer en faveur, reparaître dans le monde.

    Un homme, une femme de couleur, un mulâtre, une mulâtre. Les gens de couleur.

    Terme de médecine. Les pâles couleurs, la chlorose. Les filles malades des pâles couleurs se croyaient possédées, Voltaire, Phil. V, 358.

  • 8 Terme de rôtisseur et de boulanger. Qualité colorée qu'on donne à la viande et au pain, par le moyen du feu. Ce rôti, ce pain a pris couleur.

    Fig. L'affaire prend couleur, tourne à bien, commence à bien aller. L'affaire du quiétisme, qui dormait un peu à la congrégation du saint-office, reprit couleur, et couleur qui commença à devenir fort louche pour M. de Cambrai, Saint-Simon, 56, 189.

  • 9Coloris, en parlant d'un tableau. Ce tableau est d'une bonne couleur.

    Terme de gravure. Cette estampe est d'une belle couleur, on y reconnaît la couleur du tableau.

    Fig. C'est à monseigneur à mettre la dernière couleur, Sévigné, 408.

  • 10Éclat, brillant du style. Son style a une couleur brillante. Ce morceau manque de couleur.

    Expressions considérées en tant qu'elles peignent. Mais je ne trouve pas de couleurs assez noires Pour en représenter les tragiques histoires, Corneille, Cinna, I, 3. Toutes les langues ont les couleurs entières de l'expression et n'ont pas les mêmes nuances, Marmontel, Élém. litt. Œuvres, t. X, p. 270, dans POUGENS.

    Terme de musique. Couleurs des sons, se dit quelquefois pour timbre.

  • 11Certain caractère des choses. Aux yeux du mélancolique, tout revêt de sombres couleurs. Voir tout couleur de rose, voir tout en beau. Ainsi nous séduisant d'une fausse couleur, Régnier, Sat. XI. Il m'a rendu ma gloire et préservé mon front Des infâmes couleurs d'un si mortel affront, Corneille, Théodore, IV, 6. Voilà de quelle couleur sont les réflexions d'une personne de mon âge, Sévigné, 182.

    Familièrement. J'ai fort causé avec Corbinelli, il est charmé du cardinal ; il n'a jamais vu une âme de cette couleur ; celles des anciens Romains en avaient quelque chose, Sévigné, 337.

    Je ne sais de quelle couleur est son argent, c'est-à-dire il ne m'a pas payé ce qu'il me devait, il ne m'a pas fait les gratifications qu'il était convenable qu'il me fît.

    On dit dans ce même sens : depuis huit jours je ne connais pas la couleur de ses paroles, il ne m'a parlé depuis huit jours.

  • 12Apparence, prétexte, raison palliée. Sous couleur d'aller voir une femme malade, Régnier, Sat. X. Ce traître… Entra dedans mon cœur sous couleur d'amitié, Régnier, Dial. Pour appuyer cette conjecture, on ne manque ni de preuves ni de couleurs, Patru, Plaid. II, dans RICHELET. Vous cherchez, Ptolémée, avecque trop de ruses, De mauvaises couleurs et de froides excuses, Corneille, Pomp. III, 2. Et tout ce qui pourra, sous quelque autre couleur, Autoriser ta haine et flatter ta douleur, Corneille, Héracl. I, 2. Mais si tu veux trahir, trouve du moins, ingrat, De plus belles couleurs dans les raisons d'État, Corneille, Perthar. I, 4. Sous couleur de punir un injuste attentat, Corneille, Cid, IV, 5. Sous une autre couleur lui faire ses adieux, Corneille, Sertor. I, 2. Sous couleur de lui servir d'appui, Le met hors du royaume et me répond de lui, Corneille, Perthar. V, 1. Et trouve occasion dessous cette couleur De venger le mépris qu'on fait de sa valeur, Corneille, D. San. II, 1. Vous ne manquerez jamais d'esprit pour donner de belles couleurs aux fautes que vous pourrez faire, Molière, Comtesse, 1. Sous couleur de changer de l'or que l'on doutait, Molière, l'Étour. II, 7. Leurs injustices [des Romains] étaient d'autant plus dangereuses, qu'ils savaient mieux les couvrir du prétexte spécieux de l'équité, et qu'ils mettaient sous le joug insensiblement les rois et les nations sous couleur de les protéger et de les défendre, Bossuet, Hist. univ. III, 6. S'ils s'en plaignent, c'est avec quelque couleur de justice, Bossuet, Serm. Sept. Des gens qui sachent donner au mensonge de belles couleurs, Bossuet, 1er avert. De quelque couleur qu'il se déguise, Bossuet, III, Pent. 2. On donne de mauvaises couleurs à leurs actions, Bossuet, Pensées, 29. Sous couleur de piété, on ne s'aperçoit pas qu'on veut dominer, Bourdaloue, Avent, Sur l'évang. 418. J'inventai des couleurs, j'armai la calomnie, Racine, Esth. II, 1. Ne prétendrais-tu point, par tes fausses couleurs, Déguiser un amour qui te retient ailleurs ? Racine, Baj. V, 4.

    Populairement, mauvaise raison, mensonge. Quelle couleur ! J'ai deviné la couleur.

  • 13Couleur, nom qu'on donnait, alors que les tulipes faisaient fureur, à celle qui n'était que d'une couleur.

SYNONYME

COULEUR, COLORIS. Proprement, couleur désigne une couleur particulière ; et coloris est l'effet qui résulte de l'ensemble et de l'assortiment des couleurs. Coloris ne peut pas se prendre pour couleur ; mais couleur peut se prendre pour coloris, couleur étant le terme générique et répondant à la sensation pure. Coloris est proprement un terme de peinture ; il se dit, au propre, de l'effet produit par la couleur dans un tableau, et, par extension, de la couleur du visage, de celle de quelques fruits et de celle du style.

HISTORIQUE

XIe s. Li reis Marsiles ad la culur muée, Ch. de Rol. XXXIII.

XIIe s. [Ils font] Engin de mainte color [espèce], Pour tourner joie en tristor, Couci, I. Bele Erembors à la fenestre, au jor, Sur ses genous tient paile de color, Romancero, p. 49.

XIIIe s. La colors n'estoit pas en semblance de choe [chouette], Berte, XXXIII. Quant li rois l'entendi, color [il] prit à muer, ib. CXII. Li bateurs d'estain puet taindre son estain de toutes manieres de couleurs, Liv. des mét. 76. Il iert biaus, et ele bele ; Bien resembloit rose novele De sa color…, la Rose, 843. Se leur messe [des ordres mendiants] vaut quatre, il ont bone couleur De dire que leur messe soit de greignor valeur, J. de Meung, Test. 996.

XIVe s. Ce que il dit eust aucune couleur, mais comme pourroit il coulourer son dit ? Oresme, Eth. 296.

XVe s. … Bon serviteur Sans couleur Vous a esté vrayement, Orléans, Requête à Cupidon. Lors quant de nous approucher je le vy, Couleur changay…, Orléans, 1. Combien que nous avons couleur de penser que le mareschal, comme dict est, en soit cause, Bouciq. Hist. III, ch. 5. Et fust ceste guerre depuis appellée le bien publique, pource qu'elle s'entreprenoit soubz couleur de dire que c'estoit pour le bien publique du royaulme, Commines, I, 2. La plus part [des églises] furent pillées soubz umbre et couleur de prendre des prisonniers, Commines, II, 13. Ce qu'ilz font et la couleur qu'ils veulent prendre en leurs lectres n'est que pour parvenir à leurs fins, Lettre de Charles VIII, Bulletin du comité de la langue, t. III, p. 587.

XVIe s. Ils desgorgent toutes les vilenies qu'ils peuvent contre nous, pensans avoir belle couleur de nous blasmer, en ce que…, Calvin, Instit. 145. Des peuples surprins soubs couleur d'amitié et de bonne foi, Montaigne, III, 6. Soubs couleur de quelque meurtre, il lui feit trencher…, Montaigne, I, 38. J'en ay veu engloutir du sable pour acquerir les pasles couleurs, Montaigne, I, 308. À quoy faire la provision des couleurs à qui ne sçait ce qu'il a à peindre ? Montaigne, II, 9. Cela donna occasion à Mago de souspeçonner quelque trahison, avec ce qu'il ne demandoit que quelque couleur pour s'en aller, Amyot, Timol. 30. Soubs couleur de faire ses preparatifs, et dilayant toujours, Amyot, Pélop. 53. De meschantes robbes rappiecées de drap de couleur, Amyot, Agésil. 49. Caesar changea sur l'heure de plusieurs couleurs, monstrant evidemment à la face qu'il sentoit toutes sortes de mouvemens en son cueur, Amyot, Cicéron, 50. Maintenant il nous faut traiter des palles couleurs, Paré, XVIII, 70. Or convient il de parler des exornations ou figures que l'on dict couleurs de rhetorique, Fabri, Art de rhétor. f° 84, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COULEUR. Ajoutez :
14 Terme de turf. Les couleurs, couleur de l'ensemble du costume porté par le jockey d'une écurie. Chaque écurie de course a ses couleurs particulières.
15 Terme de mine. La couleur, la teinte des résidus de lavage qui indique qu'un minerai contient de l'or. Ces essais, opérés grossièrement dans une calebasse, donnèrent la couleur, c'est-à-dire que le résidu des lavages contenait quelques parcelles d'or, Journ. offic. 28 fév. 1875, p. 1532, 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COULEUR, s. f. (Physiq.) suivant les Physiciens est une propriété de la lumiere, par laquelle elle produit, selon les différentes configurations & vîtesses de ses particules, des vibrations dans le nerf optique, qui étant propagées jusqu’au sensorium, affectent l’ame de différentes sensations. Voyez Lumiere.

La couleur peut être encore définie une sensation de l’ame excitée par l’action de la lumiere sur la retine, & différente suivant le degré de réfrangibilité de la lumiere & la vîtesse ou la grandeur de ses parties. Voyez Sensation.

On trouvera les propriétés de la lumiere à l’article Lumiere.

Le mot couleur, à proprement parler, peut être envisagé de quatre manieres différentes ; ou en tant qu’il désigne une disposition & affection particuliere de la lumiere, c’est-à-dire des corpuscules qui la constituent ; ou en tant qu’il désigne une disposition particuliere des corps physiques, à nous affecter de telle ou telle espece de lumiere ; ou en tant qu’il désigne l’ébranlement produit dans l’organe par tels ou tels corpuscules lumineux ; ou en tant enfin qu’il marque la sensation particuliere qui est la suite de cet ébranlement.

C’est dans ce dernier sens que le mot couleur se prend ordinairement ; & il est très-évident que le mot couleur pris en ce sens, ne désigne aucune propriété du corps, mais seulement une modification de notre ame ; que la blancheur, par exemple, la rougeur, &c. n’existent que dans nous, & nullement dans les corps auxquels nous les rapportons néanmoins par une habitude prise dès notre enfance : c’est une chose très-singuliere & digne de l’attention des Métaphysiciens, que ce penchant que nous avons à rapporter à une substance matérielle & divisible ce qui appartient réellement à une substance spirituelle & simple ; & rien n’est peut-être plus extraordinaire dans les opérations de notre ame, que de la voir transporter hors d’elle-même & étendre pour ainsi dire ses sensations sur une substance à laquelle elles ne peuvent appartenir. Quoi qu’il en soit, nous n’envisagerons guere dans cet article le mot couleur, en tant qu’il désigne une sensation de notre ame. Tout ce que nous pourrions dire sur cet article, dépend des lois de l’union de l’ame & du corps, qui nous sont inconnues. Nous dirons seulement deux mots sur une question que plusieurs philosophes ont proposée, savoir si tous les hommes voyent le même objet de la même couleur. Il y a apparence qu’oüi ; cependant on ne démontrera jamais que ce que j’appelle rouge, ne soit pas verd pour un autre. Il est au reste assez vraissemblable que le même objet ne paroît pas à tous les hommes d’une couleur également vive, comme il est assez vraissemblable que le même objet ne paroît pas également grand à tous les hommes. Cela vient de ce que nos organes, sans différer beaucoup entre eux, ont néanmoins un certain degré de différence dans leur force, leur sensibilité, &c. Mais en voilà assez sur cet article : venons à la couleur en tant qu’elle est une propriété de la lumiere & des corps qui la renvoyent.

Il y a de grandes différences d’opinions sur les couleurs entre les anciens & les modernes, & même entre les différentes sectes des Philosophes d’aujourd’hui. Suivant l’opinion d’Aristote, qui étoit celle qu’on suivoit autrefois, on regardoit la couleur comme une qualité résidante dans les corps colorés, & indépendante de la lumiere. Voyez Qualité.

Les Cartésiens n’ont point été satisfaits de cette définition ; ils ont dit que puisque le corps coloré n’étoit pas immédiatement appliqué à l’organe de la vûe pour produire la sensation de la couleur, & qu’aucun corps ne sauroit agir sur nos sens que par un contact immédiat ; il falloit donc que les corps colorés ne contribuassent à la sensation de la couleur, que par le moyen de quelque milieu, lequel étant mis en mouvement par leur action, transmettoit cette action jusqu’à l’organe de la vûe.

Ils ajoûtent que puisque les corps n’affectent point l’organe de la vûe dans l’obscurité, il faut que le sentiment de la couleur soit seulement occasionné par la lumiere qui met l’organe en mouvement, & que les corps colorés ne doivent être considérés que comme des corps qui réfléchissent la lumiere avec certaines modifications : la différence des couleurs venant de la différente texture des parties des corps qui les rend propres à donner telle ou telle modification à la lumiere. Mais c’est sur-tout à M. Newton que nous devons la vraie théorie des couleurs, celle qui est fondée sur des expériences sûres, & qui donne l’explication de tous les phénomenes. Voici en quoi consiste cette théorie.

L’expérience fait juger que les rayons de lumiere sont composés de particules dont les masses sont différentes entre elles ; du moins quelques-unes de ces parties, comme on ne sauroit guere en douter, ont beaucoup plus de vîtesse que les autres : car lorsque l’on reçoit dans une chambre obscure un rayon de lumiere FE (Pl. d’Optiq. fig. 5.) sur une surface réfringente AD, ce rayon ne se réfracte pas entierement en L, mais il se divise & se répand pour ainsi dire en plusieurs autres rayons, dont les uns sont réfractés en L, & les autres depuis L jusqu’en G ; ensorte que les particules qui ont le moins de vîtesse, sont celles que l’action de la surface réfringente détourne le plus facilement de leur chemin rectiligne pour aller vers L, & que les autres, à mesure qu’elles ont plus de vîtesse, se détournent moins, & passent plus près de G. Voyez Réfrangibilité.

De plus, les rayons de lumiere qui different le plus en réfrangibilité les uns des autres, sont aussi ceux qui different le plus en couleur ; c’est une vérité reconnue par une infinité d’expériences. Les particules les plus réfractées, par exemple, sont celles qui forment les rayons violets, & cela, selon toute apparence, à cause que ces particules ayant le moins de vîtesse, sont aussi celles qui ébranlent le moins la rétine, y excitent les moindres vibrations, & nous affectent par conséquent de la sensation de couleur la moins forte & la moins vive, telle qu’est le violet. Au contraire les particules qui se réfractent le moins, constituent les rayons de la couleur rouge ; parce que ces particules ayant le plus de vîtesse, frappent la rétine avec le plus de force, excitent les vibrations les plus sensibles, & nous affectent de la sensation de couleur la plus vive, telle qu’est la couleur rouge. Voyez Rouge.

Les autres particules étant séparées de la même maniere, & agissant suivant leurs vîtesses respectives, produiront par les différentes vibrations qu’elles exciter ont, les différentes sensations des couleurs intermédiaires, ainsi que les particules de l’air excitent suivant leurs différentes vibrations respectives les différentes sensations des sons. Voyez Vibrations.

Il faut ajoûter à cela que non-seulement les couleurs les plus distinctes les unes des autres, telles que le rouge, le jaune, le bleu, doivent leur origine à la différente réfrangibilité des rayons ; mais qu’il en est de même des différens degrés & nuances de la même couleur, telles que celles qui sont entre le jaune & le verd, entre le rouge & le jaune, &c.

De plus, les couleurs des rayons ainsi séparés ne peuvent pas être regardées comme de simples modifications accidentelles de ces rayons, mais comme des propriétés qui leur sont nécessairement attachées, & qui consistent, suivant toutes les apparences, dans la vîtesse & la grandeur de leurs parties ; elles doivent donc être immuables & inséparables de ces rayons, c’est-à-dire que ces couleurs ne sauroient s’altérer par aucune réfraction ou réflexion.

Or c’est ce que l’expérience confirme d’une maniere sensible ; car quelqu’effort qu’on ait fait pour séparer par de nouvelles réfractions un rayon coloré quelconque donné par le prisme, on n’a pas pû y réussir. Il est vrai qu’on fait quelquefois des décompositions apparentes de couleurs, mais ce n’est que des couleurs qu’on a formées en réunissant des rayons de différentes couleurs ; & il n’est pas étonnant alors que la réfraction fasse retrouver les rayons qu’on avoit employés pour former cette couleur.

De-là il s’ensuit que toutes les transmutations de couleurs qu’on produit par le mélange de couleurs de différentes especes, ne sont pas réelles, mais de simples apparences, ou des erreurs de la vûe, puisque aussi-tôt qu’on sépare les rayons de ces couleurs, on a les mêmes couleurs qu’auparavant : c’est ainsi que des poudres bleues & des poudres jaunes étant mêlées, paroissent à la vûe simple former du verd ; & que sans leur donner aucune altération, on distingue facilement, à l’aide d’un microscope, les parties bleues d’avec les jaunes.

On peut donc dire qu’il y a deux sortes de couleurs ; les unes primitives, originaires & simples, produites par la lumiere homogene, ou par les rayons qui ont le même degré de réfrangibilité, & qui sont composés de parties de même vîtesse & masse, telles que le rouge, l’orangé, le jaune, le verd, le bleu, l’indigo, le violet, & leurs nuances ; les autres secondaires ou hétérogenes, composées des premieres, ou du mélange des rayons de différente réfrangibilité.

On peut produire par la voie de la composition, des couleurs secondaires, semblables aux couleurs primitives, quant au ton ou à la nuance de la couleur, mais non par rapport a la permanence ou à l’immutabilité. On forme de cette maniere du verd avec du bleu & du jaune, de l’orangé avec du rouge & du jaune, du jaune avec de l’orangé & du verd jaunâtre ; & en général avec deux couleurs qui ne sont pas éloignées l’une de l’autre dans la suite des couleurs données par le prisme, on parvient assez facilement à faire les couleurs intermédiaires. Il faut savoir aussi que plus une couleur est composée, moins elle est vive & parfaite ; & qu’en la composant de plus en plus, on parvient jusqu’à l’éteindre entierement.

Par le moyen de la composition on peut parvenir aussi à former des couleurs qui ne ressemblent à aucune de celles de la lumiere homogene. Mais l’effet le plus singulier que peut donner la composition des couleurs primitives, c’est de produire le blanc ; il se forme en employant à un certain degré des rayons de toutes les couleurs primitives : c’est ce qui fait que la couleur ordinaire de la lumiere est le blanc, à cause qu’elle n’est autre chose que l’assemblage des lumieres de toutes les couleurs mêlées & confondues ensemble. Voyez Blancheur.

La réfraction que donne une seule surface réfringente, produit la séparation de la lumiere en rayons de différentes couleurs ; mais cette séparation devient beaucoup plus considérable, & frappe d’une maniere tout-à-fait sensible, lorsqu’on employe la double réfraction causée par les deux surfaces d’un prisme ou d’un morceau de verre quelconque, pourvû que ces deux surfaces ne soient pas paralleles. Comme les expériences que l’on fait avec le prisme, sont la base de toute la théorie des couleurs, nous allons en donner un précis.

1°. Les rayons du soleil traversant un prisme triangulaire, donnent sur la muraille opposée une image de différentes couleurs, dont les principales sont le rouge, le jaune, le verd, le bleu, & le violet. La raison en est que les rayons différemment colorés, sont séparés les uns des autres par la réfraction ; car les bleus, par exemple, marqués Pl. d’Opt. fig. 6. par une ligne ponctuée, après s’être séparés des autres en dd, par la premiere réfraction occasionnée par le côté ca du prisme abc (ou par la premiere surface du globe d’eau abc, fig. 7.), viennent à s’en écarter encore davantage en ee par la réfraction du même sens, que produit l’autre côté du prisme (ou la seconde surface du globe abc) : il arrive au contraire dans le verre plan abcf, figure 9. (ou sur le prisme glo, fig. 8. placé dans une autre situation), que les mêmes rayons bleus qui avoient commencé à se séparer par la premiere surface en dd, deviennent, par une seconde réfraction, paralleles à leur premiere direction, & se remêlent par conséquent avec les autres rayons.

2°. L’image colorée n’est pas ronde, mais oblongue, sa longueur étant environ cinq fois sa largeur, lorsque l’angle du prisme est d’environ 60 ou 65 degrés. La raison en est que cette image est composée de toutes les images particulieres que donne chaque espece différente de rayons, & qui se trouvent placées les unes au-dessus des autres, suivant la force de la réfrangibilité de ces rayons.

3°. Les rayons qui donnent le jaune, sont plus détournés de leur chemin rectiligne que ceux qui donnent le rouge ; ceux qui donnent le verd, plus que ceux qui donnent le jaune, & ainsi de suite jusqu’à ceux qui donnent le violet. En conséquence de ce principe, si on fait tourner autour de son axe le prisme sur lequel tombent les rayons du soleil, de maniere que le rouge, le jaune, &c. tombent successivement sur un autre prisme fixe placé à une certaine distance du premier, comme douze piés, par exemple ; & que les rayons de ces différentes couleurs ayent auparavant passé l’un après l’autre par une ouverture placée entre les deux prismes ; les rayons rompus que donneront ces différens rayons, ne se projetteront pas tous à la même place, mais les uns au-dessus des autres.

Cette expérience simple & néanmoins décisive, est celle par laquelle M. Newton leva toutes les difficultés dans lesquelles les premieres l’avoient jetté, & qui l’a entierement convaincu de la correspondance qui est entre la couleur & la réfrangibilité des rayons de lumiere.

4°. Les couleurs des rayons séparés par le prisme, ne sauroient changer de nature ni se détruire, quoique ces rayons passent par un milieu éclairé, qu’ils se croisent les uns les autres, qu’ils se trouvent voisins d’une ombre épaisse, qu’ils soient réfléchis, ou rompus d’une maniere quelconque ; d’où l’on voit que les couleurs ne sont pas des modifications dûes à la réfraction ou à la réflexion, mais des propriétés immuables & attachées à la nature des rayons.

5°. Si par le moyen d’un verre lenticulaire ou d’un miroir concave on vient à réunir tous les différens rayons colorés que donne le prisme, on forme le blanc ; cependant ces mêmes rayons qui, tous rassemblés, ont formé le blanc, donnent après leur réunion, c’est-à-dire au-delà du point où ils se croisent, les mêmes couleurs que celles qu’ils donnoient en sortant du prisme, mais dans un ordre renversé, à cause du croisement des rayons. La raison en est claire ; car le rayon étant blanc avant d’être séparé par le moyen du prisme, doit l’être encore par la réunion de ses parties que la réfraction avoit écartées les unes des autres, & cette réunion ne peut en aucune maniere tendre à détruire ou à altérer la nature des rayons.

De même si on mêle dans une certaine proportion de la couleur rouge avec du jaune, du verd, du bleu & du violet, on formera une couleur composée qui sera blanchâtre (c’est-à-dire à-peu-près semblable à celle qu’on forme en mêlant du blanc & du noir) & qui seroit entierement blanche, s’il ne se perdoit & ne s’absorboit pas quelques rayons. On forme encore une couleur approchante du blanc, en teignant un rond de papier de différentes couleurs, & en le faisant tourner assez rapidement pour qu’on ne puisse pas distinguer aucune des couleurs en particulier.

6°. Si on fait tomber fort obliquement les rayons du soleil sur la surface intérieure d’un prisme, les rayons violets se réfléchiront, & les rouges seront transmis : ce qui vient de ce que les rayons qui ont le plus de réfrangibilité, sont ceux qui se réfléchissent le plus facilement.

7°. Si on remplit deux prismes creux, l’un d’une liqueur bleue, l’autre d’une liqueur rouge, & qu’on applique ces deux prismes l’un contre l’autre, ils deviendront opaques, quoique chacun d’eux pris seul, soit transparent, parce que l’un d’eux ne laissant passer que les rayons rouges, & l’autre que les rayons bleus, ils n’en doivent laisser passer aucun lorsqu’on les joint ensemble.

8°. Tous les corps naturels, mais principalement ceux qui sont blancs, étant regardés au-travers d’un prisme, paroissent comme bordés d’un côté de rouge & de jaune, & de l’autre de bordures bleues & violettes ; car ces bordures ne sont autre chose que les extrémités d’autant d’images de l’objet entier, qu’il y a de différentes couleurs dans la lumiere, & qui ne tombent pas toutes dans le même lieu, à cause des différentes réfrangibilités des rayons.

9°. Si deux prismes sont placés de maniere que le rouge de l’un & le violet de l’autre tombent sur un même papier, l’image paroîtra pâle ; mais si on la regarde au-travers d’un troisieme prisme, en tenant l’œil à une distance convenable, elle paroîtra double, l’une rouge, l’autre violette. De même si on mêle deux poudres, dont l’une soit parfaitement rouge, & l’autre parfaitement bleue, & qu’on couvre de ce mélange un corps de peu d’étendue, ce corps regardé au-travers d’un prisme, aura deux images, l’une rouge, l’autre bleue.

10°. Lorsque les rayons qui traversent une lentille convexe, sont reçûs sur un papier avant qu’ils soient réunis au foyer, les bords de la lumiere paroîtront rougeâtres ; mais si on reçoit ces rayons après la réunion, les bords paroîtront bleus : car les rayons rouges étant les moins réfractés, doivent être réunis le plus loin, & par conséquent être les plus près du bord, lorsqu’on place le papier avant le foyer ; au lieu qu’après le foyer, c’est au contraire les rayons bleus réunis les premiers, qui doivent alors renfermer les autres, & être vers les bords.

L’image colorée du soleil, que Newton appelle le spectre solaire, n’offre à la premiere vûe que cinq couleurs, violet, bleu, verd, jaune & rouge ; mais en retrécissant l’image, pour rendre les couleurs plus tranchantes & plus distinctes, on voit très-bien les sept, rouge, orangé, jaune, verd, bleu, indigo, violet. M. de Buffon (mém. acad. 2743) dit même en avoir distingué dix-huit ou vingt ; cependant il n’y en a que sept primitives, par la raison qu’en divisant le spectre, suivant la proportion de Newton, en sept espaces, les sept couleurs sont inaltérables par le prisme ; & qu’en le divisant en plus de sept, les couleurs voisines sont de la même nature.

L’étendue proportionnelle de ces sept intervalles de couleurs, répond assez juste à l’étendue proportionnelle des sept tons de la Musique : c’est un phénomene singulier ; mais il faut bien se garder d’en conclure qu’il y ait aucune analogie entre les sensations des couleurs & celles des tons : car nos sensations n’ont rien de semblable aux objets qui les causent. Voyez Sensation, Ton, Clavecin oculaire, &c.

M. de Buffon, dans le mémoire que nous venons de citer, compte trois manieres dont la nature produit les couleurs ; la réfraction, l’inflexion, & la réflexion. Voyez ces mots. Voyez aussi Diffraction.

Couleurs des lames minces. Le phénomene de la séparation des rayons de différentes couleurs que donne la réfraction du prisme & des autres corps d’une certaine épaisseur, peut encore être constaté par le moyen des plaques ou lames minces, transparentes comme les bulles qui s’élevent sur la surface de l’eau de savon ; car toutes ces petites lames à un certain degré d’épaisseur transmettent les rayons de toutes les couleurs, sans en réfléchir aucune ; mais en augmentant d’épaisseur, elles commencent à réfléchir premierement les rayons bleus, & successivement après, les verds, les jaunes & les rouges tous purs : par de nouvelles augmentations d’épaisseur, elles fournissent encore des rayons bleus, verds, jaunes & rouges, mais un peu plus mêlés les uns avec les autres ; & enfin elles viennent à réfléchir tous ces rayons si bien mêlés ensemble, qu’il s’en forme le blanc.

Mais il est à remarquer que dans quelqu’endroit d’une lame mince que se fasse la réflexion d’une couleur, telle que le bleu, par exemple, il se fera au même endroit une transmission de la couleur opposée, qui sera en ce cas ou le rouge ou le jaune.

On trouve par expérience, que la différence de couleur qu’une plaque donne, ne dépend pas du milieu qui l’environne, mais seulement la vivacité de cette couleur. Toutes choses égales la couleur sera plus vive, si le milieu le plus dense est environné par le plus rare.

Une plaque, toutes choses égales, réfléchira d’autant plus de lumiere, qu’elle sera plus mince jusqu’à un certain degré, par-delà lequel elle ne réfléchira plus aucune lumiere.

Dans les plaques dont l’épaisseur augmente suivant la progression des nombres naturels 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, &c. si les premieres, c’est-à-dire les plus minces, réfléchissent un rayon de lumiere homogene, la seconde le transmettra ; la troisieme le réfléchira de nouveau, & ainsi de suite ; ensorte que les plaques de rangs impairs, 1, 3, 5, 7, &c. réfléchiront les mêmes rayons, que ceux que leurs correspondantes en rangs pairs, 2, 4, 6, 8, &c. laisseront passer. De-là une couleur homogene donnée par une plaque, est dite du premier ordre, si la plaque réfléchit tous les rayons de cette couleur. Dans une plaque trois fois plus mince, la couleur est dite du second ordre. Dans une autre d’épaisseur cinq fois moindre, la couleur sera du troisieme ordre, &c.

Une couleur du premier ordre est la plus vive de toutes, & successivement la vivacité de la couleur augmente avec l’ordre de la couleur. Plus l’épaisseur de la plaque est augmentée, plus il y a de couleurs réfléchies & de différens ordres. Dans quelques cas la couleur variera, suivant la position de l’œil ; dans d’autres elle sera permanente.

Cette théorie sur la couleur des lames minces, est ce que M. Newton appelle dans son Optique, la théorie des accès de facile réflexion & de facile transmission ; & il faut avoüer que toute ingénieuse qu’elle est, elle n’a pas à beaucoup près tout ce qu’il faut pour convaincre & satisfaire entierement l’esprit. Il faut ici s’en tenir aux simples faits, & attendre pour en connoître ou en chercher les causes, que nous soyons plus instruits sur la nature de la lumiere & des corps, c’est-à-dire attendre fort long-tems, & peut-être toûjours. Quoi qu’il en soit, voici quelques expériences résultantes des faits qui servent de base à cette théorie.

Anneaux colorés des verres. Si on met l’un sur l’autre deux verres objectifs de fort grandes spheres, l’air qui se trouve entre ces deux verres, forme comme un disque mince, dont l’épaisseur n’est pas la même par-tout : or au point de contact l’épaisseur est zéro, & on voit le noir en cet endroit ; ensuite on voit autour plusieurs anneaux différemment colorés, & séparés les uns des autres par un anneau blanc. Voici l’ordre des couleurs de ces anneaux, à commencer par la tache noire du centre :

Noir, bleu, blanc, jaune, rouge,
Violet, bleu, verd, jaune, rouge,
Pourpre, bleu, verd, jaune, rouge,
Verd, rouge.

Il y a encore d’autres anneaux, mais ils vont toûjours en s’affoiblissant.

En regardant les verres par-dessous, on verra des couleurs aux endroits où les anneaux paroissoient séparés, & ces couleurs seront dans un autre ordre. Voyez Musschenbroek, Ess. de Phys. §. 1134 & suiv.

On explique par-là les couleurs changeantes qu’on observe aux bulles de savon, selon que l’épaisseur de ces bulles est plus ou moins grande.

Couleurs des corps naturels. Les corps ne paroissent de telle ou telle couleur, qu’autant qu’ils ne réfléchissent que les rayons de cette couleur, ou qu’ils réfléchissent plus de rayons de cette couleur que des autres ; ou plûtôt ils paroissent de la couleur qui résulte du mélange des rayons qu’ils réfléchissent. Voyez Corps.

Tous les corps naturels sont composés de petites lames minces, transparentes ; & lorsque ces petites lames seront disposées les unes à l’égard des autres, de maniere qu’il n’y aura ni réfraction ni réflexion entre leurs interstices, les corps seront transparens ; mais si les interstices qui sont entre ces lames, sont remplis de matiere si hétérogene par rapport à celle des lames elles-mêmes, qu’il se fasse beaucoup de réfractions & de réflexions dans l’intérieur du corps, ce corps sera alors opaque. Voyez Transparence & Opacité.

Les rayons qui ne sont pas réfléchis par un corps opaque, pénetrent au-dedans de ce corps, & y souffrent une quantité innombrable de réfractions & de réflexions, jusqu’à ce qu’enfin ils s’unissent avec les particules de ce corps.

De-là il suit que les corps opaques s’échauffent d’autant moins, qu’ils réfléchissent plus de lumiere : aussi voyons-nous que les corps blancs, qui sont ceux qui réfléchissent le plus de rayons, s’échauffent beaucoup moins que les corps noirs, qui n’en réfléchissent presque point. Voyez Chaleur, Noir.

Pour déterminer la constitution de la surface des corps, d’où dépend leur couleur, il faut considérer que les corpuscules ou premieres parties dont ces surfaces sont composées, sont très-minces & transparentes ; de plus, qu’elles sont séparées par un milieu qui differe d’elles en densité. On peut donc regarder la surface de chaque corps coloré, comme un nombre infini de petites lames, dans le cas de celles dont nous venons de parler, & auxquelles on peut appliquer tout ce qu’on a dit à cette occasion.

De-là il suit que la couleur d’un corps dépend de la densité & de l’épaisseur des particules de ce corps, renfermées entre ses pores : que la couleur est d’autant plus vive & plus homogene, que ces parties sont plus minces ; & que, toutes choses égales, ces parties doivent être les plus épaisses dans les corps rouges, & les plus minces dans les violets : qu’ordinairement les particules des corps sont plus denses que celles du milieu qui remplit leurs interstices ; mais que dans les queues de paons, dans quelques étoffes de soie, & dans tous les corps dont la couleur dépend de la situation de l’œil, la densité des parties est moindre que celle du milieu ; & qu’en général la couleur d’un corps est d’autant moins vive, qu’il est plus rare par rapport au milieu que renferment ses pores.

De plus, ceux des différens corps opaques dont les lamelles sont les plus minces, sont ceux qui paroissent noirs, & les corps blancs sont ceux qui sont composés des lamelles les plus épaisses, ou de lamelles qui different considérablement en épaisseur, & sont par conséquent propres à réfléchir toutes sortes de couleurs. Les corps dont les lamelles seront d’une épaisseur moyenne entre ces premieres, seront ou bleus, ou verds, ou jaunes, ou rouges, suivant celle de ces couleurs qu’ils réfléchiront en plus grande quantité, absorbant les autres, ou les laissant passer.

C’est cette derniere circonstance de renvoyer ou de laisser passer les rayons de telle ou telle couleur, qui fait que certaines liqueurs, telles par exemple que celle de l’infusion de bois néphrétique, paroissent rouges ou jaunes par la réflexion de la lumiere, & qu’elles paroissent bleues lorsqu’on les place entre l’œil & la lumiere. Il en est de même des feuilles d’or, qui sont jaunes dans le premier cas, & bleues dans le second.

On peut encore ajoûter à cela que le changement de couleur qui arrive à quelques poudres employées par les Peintres, lorsqu’elles sont broyées extrèmement fin, vient sans doute de la diminution sensible des parties de ces corps produite par le broyement, de même que le changement de couleur des lamelles est produit par celui de leur épaisseur.

Enfin ce phénomene si singulier du mêlange des liqueurs d’où résultent différentes couleurs, ne sauroit venir d’une autre cause que des différentes actions des corpuscules salins d’une liqueur, sur les corpuscules qui constituent la couleur d’une autre liqueur : si ces corpuscules s’unissent, leurs masses en seront ou retrécies ou allongées, & leur densité par conséquent en sera altérée ; s’ils fermentent, la grandeur des particules sera diminuée, & par conséquent les liqueurs colorées deviendront transparentes ; si elles se coagulent, une liqueur opaque sera le résultat de deux couleurs transparentes.

On voit encore aisément par les mêmes principes, pourquoi une liqueur colorée étant versée dans un verre conique placé entre l’œil & la lumiere, paroît de différentes couleurs dans les différens endroits du verre où l’on la regarde : car suivant que la section du verre sera plus éloignée du bas ou de la pointe, il y aura plus de rayons interceptés ; & dans le haut du verre, c’est-à-dire à la base du cone, tous les rayons seront interceptés, & on n’en appercevra aucun que par la réflexion.

M. Newton prétend qu’on peut déduire l’épaisseur des parties composantes des corps naturels de la couleur de ces corps ; car les particules des corps doivent donner les mêmes couleurs que les lamelles de même épaisseur, pourvû que la densité soit aussi la même. Toute cette théorie est conjecturale.

Quant aux propriétés particulieres de chaque couleur, voyez Noir, Blanc, Bleu, &c. voyez aussi Arc-en-ciel.

Couleurs qui résultent du mêlange de différentes liqueurs, ou de l’arrangement de différens corps. Lorsqu’on fait infuser pendant un court espace de tems des roses rouges avec de l’eau-de-vie, & qu’on verse sur cette infusion encore blanche quelqu’esprit acide de sel, comme l’esprit de vitriol, de soufre, de sel marin, de nitre, ou de l’eau-forte, mais en si petite quantité qu’on ne puisse même y remarquer l’acide, l’infusion blanche deviendra d’abord d’un beau rouge-couleur-de-rose. Si on verse sur cette teinture rouge quelque sel alkali dissous, comme de la lessive de potasse, ou de l’esprit de sel ammoniac, elle se changera en un beau verd : mais si on verse sur l’infusion de roses du vitriol dissous dans de l’eau, il en naîtra d’abord une teinture noire comme de l’encre. Mussch. ess. de Phys.

Si on fait infuser pendant peu de tems des noix de gale dans l’eau, ensorte que cette infusion demeure blanche, & qu’on y verse du vitriol commun, ou qui ait été calciné au feu jusqu’à ce qu’il soit devenu blanc, ou qu’on l’ait réduit en colcothar rouge ; on aura d’abord une teinture noire. Si on verse sur cette teinture quelques gouttes d’huile de vitriol ou d’eau-forte, toute la couleur noire disparoîtra, & la teinture reprendra son premier éclat. Mais si on verse sur cette liqueur quelques gouttes de lessive de potasse, tout ce mêlange deviendra d’abord fort noir ; & pour lui faire perdre cette noirceur, il suffira de verser dessus un peu d’esprit acide.

Si on met sur du papier d’un bleu obscur un morceau de papier blanc, qui ait été auparavant légerement frotté d’eau-forte, le bleu deviendra roux, & ensuite pâle. La même chose arrive aussi lorsqu’on a écrit sur du papier bleu avec le phosphore urineux. Si on éclaircit du syrop violat commun avec de l’eau, & qu’on le verse dans deux différens verres, le syrop avec lequel on mêlera une liqueur acide deviendra rouge, & celui auquel on ajoûtera une liqueur alkaline ou du sel, deviendra verd : si on mêle ensuite ensemble ces deux syrops ainsi changés, on aura un syrop bleu, supposé qu’on ait employé autant d’acide que d’alkali : mais si l’alkali domine, tout ce mélange sera verd ; & si l’acide s’y trouve en plus grande quantité, le mêlange deviendra rouge. Lorsqu’on verse un peu de lessive de sel de tartre sur du mercure sublimé dissous dans de l’eau, ce mêlange devient rouge, épais, & opaque ; mais si on verse sur ce mêlange un peu d’esprit urineux ou de sel ammoniac, il redevient blanc.

Si on dissout aussi un peu de vitriol bleu dans une grande quantité d’eau, ensorte que le tout reste blanc & transparent, & qu’on verse ensuite dans cette liqueur un peu d’esprit de sel ammoniac, on verra paroître, après que ce mêlange aura été fait, une belle couleur bleue ; mais si on y verse un peu d’eau-forte, la couleur bleue disparoîtra sur le champ, & l’eau deviendra claire & blanche : enfin si l’on y joint encore de nouvel esprit de sel ammoniac, la couleur bleue reparoîtra de nouveau. Lorsqu’on verse une infusion de thé-bou sur de l’or dissous dans de l’esprit-de-vin éthéré, il s’y forme une chaux de couleur pourprée qui se précipite au fond. Lorsqu’on dissout de l’étain dans de l’eau régale, & qu’après avoir éclairci cette solution avec de l’eau on y verse quelques gouttes d’or fondu dans de l’eau régale, on voit paroître une belle couleur de pourpre fort agréable à la vûe. Ceux qui veulent voir un plus grand nombre d’expériences sur le changement des couleurs, doivent consulter la chimie de Boerhaave : on peut aussi en trouver d’autres dans l’ouvrage des philosophes de Florence : enfin on ne fera pas mal de consulter encore sur cette matiere les trans. philosoph. n°. 238. §. vj. Mussch. ibid.

L’infusion de noix de gale versée sur la solution de vitriol, produit un mêlange dont les parties absorbent toute la lumiere qu’elles reçoivent, sans en réfléchir que sort peu ou point du tout ; d’où il arrive que cette teinture paroît noire ; mais nous ignorons quel est l’arrangement de ces parties : lorsqu’on verse sur cette teinture quelques gouttes d’eau-forte, elle redevient aussi claire que l’eau, & la couleur noire disparoît ; parce que l’eau-forte attire d’abord à elle avec beaucoup de violence le vitriol qui se sépare des noix de gale, lesquelles nagent alors dans leur eau comme elles faisoient auparavant, en lui laissant toute sa clarté & sa transparence. Dès qu’on verse ensuite sur ce mêlange quelques gouttes de lessive de potasse, qui étant un sel alkali agit fortement sur l’acide, elles attirent sur le champ les parties acides de l’eau-forte, qui de son côté se sépare du vitriol qu’elle avoit attiré ; de sorte que le vitriol trouve encore par-là le moyen de se réunir avec les parties des noix de gale, & de produire la même couleur noire qu’auparavant.

Les parties de la surface d’un papier d’un bleu-violet, ont une épaisseur & une grandeur déterminées ; mais aussi-tôt que l’eau-forte les rend plus minces, ou qu’elles se séparent un peu des autres parties, il faut qu’elles écartent des rayons de lumiere qui ont une couleur différente de celle des premiers, ce qui fait que la couleur bleue se change en une couleur roussâtre ; & comme les particules du papier deviennent chaque jour plus minces, & qu’elles sont comme rongées par l’humidité de l’air qui se joint aux parties de l’eau-forte, il faut qu’elles rompent continuellement d’autres rayons colorés, & par consequent qu’elles fassent paroître le papier d’une autre couleur. Voyez Mussch. ess. de Phys. pag. 556. & suivantes, d’où ceci est extrait.

Couleurs accidentelles, sont des couleurs qui ne paroissent jamais que lorsque l’organe est force, ou qu’il a été trop fortement ébranlé. C’est ainsi que M. de Buffon, dans un mémoire fort curieux imprimé parmi ceux de l’académie des Sciences de 1743, a nommé ces sortes de couleurs, pour les distinguer des couleurs naturelles qui dépendent uniquement des propriétés de la lumiere, & qui sont permanentes, du moins tant que les parties extérieures de l’objet demeurent les mêmes.

Personne, dit M. de Buffon, n’a fait avant M. Jurin d’observations sur ce genre de couleurs ; cependant elles tiennent aux couleurs naturelles par plusieurs rapports, & voici une suite de faits assez singuliers qu’il nous expose sur cette matiere.

1. Lorsqu’on regarde fixement & long-tems une tache ou une figure rouge, comme un petit quarré rouge, sur un fond blanc, on voit naître autour de la figure rouge une espece de couronne d’un verd foible ; & si on porte l’œil en quelqu’autre endroit du fond blanc, en cessant de regarder la figure rouge, on voit très-distinctement un quarré d’un verd tendre tirant un peu sur le bleu.

2. En regardant fixement & long-tems une tache jaune sur un fond blanc, on voit naître autour de la tache une couronne d’un bleu pâle ; & portant son œil sur un autre endroit du fond blanc, on voit distinctement une tache bleue de la grandeur & de la figure de la tache jaune.

3. En regardant fixement & long-tems une tache verte sur un fond blanc, on voit autour de la tache verte une couronne blanche légerement pourprée ; & en portant l’œil ailleurs, on voit une tache d’un pourpre pâle.

4. En regardant de même une tache bleue sur un fond blanc, on voit autour de la tache bleue une couronne blanchâtre un peu teinte de rouge ; & portant l’œil ailleurs, on voit une tache d’un rouge-pâle.

5. En regardant de même avec attention une tache noire sur un fond blanc, on voit naître autour de la tache noire une couronne d’un blanc vif ; & portant l’œil sur un autre endroit, on voit la figure de la tache exactement dessinée, & d’un blanc beaucoup plus vif que celui du fond.

6. En regardant fixement & long-tems un quarré d’un rouge vif sur un fond blanc, on voit d’abord naître la petite couronne d’un verd tendre dont on a parlé ; ensuite en continuant à regarder fixement le quarré rouge, on voit le milieu du quarré se décolorer, & les côtés se charger de couleur, & former comme un quadre d’un rouge beaucoup plus fort & beaucoup plus foncé que le milieu : ensuite en s’éloignant un peu & continuant toûjours à regarder fixement, on voit le quadre de rouge foncé se partager en deux dans les quatre côtés, & former une croix d’un rouge aussi foncé ; le quarré rouge paroît alors comme une fenêtre traversée dans son milieu par une grosse croisée & quatre panneaux blancs ; car le quadre de cette espece de fenêtre est d’un rouge aussi fort que la croisée. Continuant toûjours à regarder avec opiniâtreté, cette apparence change encore, & tout se réduit à un rectangle d’un rouge si foncé, si fort & si vif, qu’il offusque entierement les yeux ; ce rectangle est de la même hauteur que le quarré, mais il n’a pas la sixieme partie de sa largeur. Ce point est le dernier degré de fatigue que l’œil peut supporter, & lorsqu’enfin on détourne l’œil de cet objet, & qu’on le porte sur un autre endroit du fond blanc, on voit au lieu du quarré rouge réel l’image du rectangle rouge imaginaire exactement dessiné, & d’une couleur verte brillante. Cette impression subsiste fort long-tems, ne se décolore que peu-à-peu, & reste dans l’œil même après qu’il est fermé. Ce que l’on vient de dire du quarré rouge arrive aussi lorsqu’on regarde un quarre jaune ou noir, ou de toute autre couleur ; on voit de même le quadre jaune ou noir, la croix & le rectangle ; & l’impression qui reste est un rectangle bleu, si on a regardé du jaune, un rectangle blanc brillant, si on a regardé un quarré noir, &c.

7. Personne n’ignore qu’après avoir regardé le soleil, on porte quelquefois très-long-tems l’image de cet astre sur tous les objets. Ces images colorées du soleil sont du même genre que celles que nous venons de décrire.

8. Les ombres des corps qui par leur essence doivent être noires, puisqu’elles ne sont que la privation de la lumiere, sont toûjours colorées au lever & au coucher du soleil. Voici les observations que M. de Buffon dit avoir faites sur ce sujet. Nous rapporterons ses propres paroles.

« Au mois de Juillet 1743, comme j’étois occupé de mes couleurs accidentelles, & que je cherchois à voir le soleil, dont l’œil soûtient mieux la lumiere à son coucher qu’à toute autre heure du jour, pour reconnoître ensuite les couleurs & les changemens de couleur causés par cette impression, je remarquai que les ombres des arbres qui tomboient sur une muraille blanche étoient vertes ; j’étois dans un lieu élevé, & le soleil se couchoit dans une gorge de montagne, ensorte qu’il me paroissoit fort abaissé au-dessous de mon horison ; le ciel étoit serein, à l’exception du couchant, qui quoiqu’exempt de nuages, étoit chargé d’un rideau transparent de vapeurs d’un jaune rougeâtre ; le soleil lui-même étoit fort rouge, & sa grandeur apparente au moins quadruple de ce qu’elle est à midi : je vis donc très-distinctement les ombres des arbres qui étoient à vingt ou trente piés de la muraille blanche, colorées d’un verd tendre tirant un peu sur le bleu ; l’ombre d’un treillage qui étoit à trois piés de la muraille, étoit parfaitement dessinée sur cette muraille, comme si on l’avoit nouvellement peinte en verd-de-gris : cette apparence dura près de cinq minutes, après quoi la couleur s’affoiblit avec la lumiere du soleil, & ne disparut entierement qu’avec les ombres. Le lendemain au lever du soleil, j’allai regarder d’autres ombres sur une autre muraille blanche ; mais au lieu de les trouver vertes comme je m’y attendois, je les trouvai bleues, ou plûtôt de la couleur de l’indigo le plus vif : le ciel étoit serein, & il n’y avoit qu’un petit rideau de vapeurs jaunâtres au levant ; le soleil se levoit sur une colline, ensorte qu’il me paroissoit élevé au-dessus de mon horison ; les ombres bleues ne durerent que trois minutes, après quoi elles me parurent noires : le même jour je revis au coucher du soleil les ombres vertes, comme je les avois vûes la veille. Six jours se passerent ensuite sans pouvoir observer les ombres au coucher du soleil, parce qu’il étoit toûjours couvert de nuages : le septieme jour je vis le soleil à son coucher ; les ombres n’étoient plus vertes, mais d’un beau bleu d’azur ; je remarquai que les vapeurs n’étoient pas fort abondantes, & que le soleil ayant avancé pendant sept jours, se couchoit derriere un rocher qui le faisoit disparoître avant qu’il pût s’abaisser au-dessous de mon horison. Depuis ce tems j’ai très-souvent observé les ombres, soit au lever soit au coucher du soleil, & je ne les ai vûes que bleues, quelquefois d’un bleu fort vif, d’autres fois d’un bleu pâle, d’un bleu foncé ; mais constamment bleues, & tous les jours bleues ». (O)

Couleurs passantes, nom que quelques auteurs donnent aux couleurs qui se déchargent ou ne sont pas de longue durée, comme celles de l’arc-en-ciel, des nuages avant ou après le coucher du soleil, &c. Voyez Couleur, &c.

Les couleurs passantes sont la même chose que celles qu’on appelle couleurs fantastiques ou emphatiques, &c.

On dit d’une piece de drap que sa couleur est passante, pour dire qu’elle change promptement & se flétrit à l’air. Chambers.

* COULEUR, dans les Arts. Les artistes qui font le plus grand usage des couleurs, sont les Peintres, les Teinturiers & les Vernisseurs. Les Peintres les appliquent ou sur la toile, ou sur le bois, ou sur le verre, ou sur les autres corps transparens ; ou sur l’ivoire, ou sur d’autres corps solides & opaques ; ou sur l’émail, ou sur la porcelaine, ou sur la fayence, ou sur la terre. Voyez la préparation & l’emploi de ces couleurs, aux articles Peinture, Email, Fayence, Porcelaine, Poterie de terre, Verre, &c. & aux articles Teinture & Vernis.

Couleur, en terme de Bijoutier, est un mêlange de différens acides qui appliqués sur l’or & mis au feu avec lui, détruisent l’effet des vapeurs noires que l’alliage y excite lors de la cuisson, & lui restitue la couleur jaune ou mate qui lui est naturelle. C’est une opération indispensable dans les ouvrages gravés ou ciselés, pour donner aux ornemens & figures ce beau mat qui les détache du fond de l’ouvrage, quand ce fond est poli ; ou qui détache le fond des ornemens, quand celui-ci est pointillé, & que les reliefs sont polis. Il y a deux sortes de mélanges d’acide, connus sous le nom commun de couleur. Le premier, qu’on appelle tirepoil, est composé de sel marin ou commun, de salpetre & d’alun. Le second, de sel commun, de verd-de-gris & de vinaigre, & ne s’employe que sur les ouvrages qui ne pourroient soûtenir un grand degré de chaleur, sans être risqués : on nomme celui-ci verdet.

Pour faire l’opération du tirepoil, on saupoudre la piece du mêlange de ce nom ; après l’avoir bien fait dégraisser, on la pose sur un feu vif ; on l’y laisse jusqu’à ce que le mélange entierement fondu, se soit réduit en croute : alors on la retire, on la laisse refroidir, & l’on détache la croûte avec une brosse & de l’eau bien chaude.

L’opération du verdet differe peu de celle du tirepoil ; on enduit la piece de ce mélange délayé dans le vinaigre ; on l’expose à un feu doux, jusqu’à ce que le mêlange soit séché : alors on lave la piece avec de l’urine. Cette couleur est assez belle, mais elle ne dure pas. On l’employe principalement dans les ouvrages émaillés, où la force des acides du tirepoil, & la violence du feu qu’il exige, pourroient faire éclater l’émail. Quand on est forcé de mettre des pieces émaillées au tirepoil, on les étouffe avec précipitation au sortir du feu : cette opération est périlleuse, & s’acheve rarement sans que l’émail ait souffert.

Couleur locale, est en Peinture celle qui par rapport au lieu qu’elle occupe, & par le secours de quelqu’autre couleur, représente un objet singulier, comme une carnation, un linge, une étoffe, ou quelqu’autre objet distingué des autres. Elle est appellée locale, parce que le lieu qu’elle occupe l’exige telle, pour donner un plus grand caractere de vérité aux couleurs qui lui sont voisines. M. de Piles, cours de Peint. par princ. p. 304.

La couleur locale est soumise à la vérité & à l’effet des distances ; elle dépend donc d’une vérité tirée de la perspective aërienne. (R)

Couleurs rompues, en Peinture, est un mêlange de deux ou plusieurs couleurs, qui tempere le ton de celle qui paroît principalement ; elle n’est pas si brillante, mais elle fait briller les autres, qui lui donnent réciproquement de l’effet : c’est elle qui en corrige & attendrit la crudité.

Couleurs rompues est synonyme avec demi-teintes. Voyez Demi-Teintes.

Les couleurs tirent leur effet des oppositions. Il y a telle couleur rompue qui n’est pas sourde ; un grand harmoniste sait souvent les rendre brillantes : il les rompt, parce qu’elles seroient trop hautes s’il les employoit pures. (R)

Couleur (bonne). Lorsqu’on dit qu’un tableau est de bonne couleur, cela ne signifie pas que les couleurs en soient d’une matiere plus exquise que celles d’un autre, mais que le choix dans la distribution en est meilleur. (R)

Couleur (belle), se dit en Peinture de tous les objets bien coloriés, mais particulierement en parlant des ciel, lointains, arbres, draperies, &c. C’est un terme que l’on substitue à celui de bien colorié, dont on ne se sert guere qu’en parlant des carnations. V. Coloris, de Piles, & le Dict. de Peint. (R)

Couleur, (mettre en) en terme de Doreur ; c’est peindre d’une couleur apprêtée, les endroits d’une piece où la sanguine n’a pû entrer, ou d’autres endroits réservés pour cela.

Mettre en couleur est aussi faire sortir le jaune de l’or à la surface ; ce qui se fait par le moyen d’une composition que l’on applique sur la piece d’or, que l’on fait chauffer ensuite sur le feu, jusqu’à ce que les matieres appliquées soient fondues & calcinées. Voyez Couleur, terme de Bijoutier. C’est cette opération que fait l’ouvrier représenté Pl. du Doreur, fig. 9. (D)

Couleur, terme de Rubrique usité dans les Églises greque & latine, pour distinguer les offices des différens mysteres, & des différentes fêtes qu’on y célebre.

Dans l’Église latine il n’y a régulierement que cinq couleurs, le blanc, le rouge, le verd, le violet, & le noir.

Le blanc est pour les mysteres de Notre Seigneur, les fêtes de la sainte Vierge, des anges, des vierges, &c.

Le rouge, à Paris, pour les fêtes du saint Esprit, les solennités du saint Sacrement, les offices de la Passion, les fêtes des apôtres & des martyrs ; mais où l’on suit le bréviaire romain, on se sert du blanc aux solennités du S. Sacrement.

Le verd, à Paris, pour celles des pontifes, docteurs, abbés, moines, &c. A Rome c’est du blanc, de même que pour les veuves.

Le violet sert en avent & en carême, aux vigiles, aux rogations, aux quatre-tems, & dans tous les tems de pénitence.

Enfin le noir ne sert que dans les offices des morts, les services pour le repos de leurs ames, & dans toutes les cérémonies lugubres. On s’en sert aussi à la distribution des cendres.

Les étoffes d’or & d’argent, & les broderies, servent indifféremment dans toutes les solennités.

Les Grecs modernes ne font plus guere d’attention à cette distinction des couleurs. Le rouge servoit parmi eux à Noël & aux enterremens. Les Anglicans dans leur liturgie ont aussi aboli les couleurs, à l’exception du noir, qui est encore en usage aux enterremens. (G)

Couleur, (Medecine.) Les changemens dans la couleur de la peau, sont un signe diagnostic de certaines maladies. La rougeur du visage est d’ordinaire une marque de pulmonie, si d’ailleurs le sujet est maigre, attaqué de toux, & d’oppression ou difficulté de respirer.

La couleur jaune plus ou moins foncée, est un signe d’obstructions dans le foie, des vapeurs mélancholiques & hystériques ; & un symptome presque caractéristique de l’affection hypocondriaque.

La couleur pâle est le signe de la suppression des regles, de la chlorose, & de la cacochymie même dans les deux sexes.

La couleur rouge jointe à la chaleur, à la sécheresse & à la rigidité de la peau, sont un signe de délire, de transport dans les maladies ardentes, &c. Voyez Peau. Chambers.

La considération de la couleur des urines ne doit jamais être négligée par le medecin, sur-tout dans les maladies aigues, lorsqu’il veut établir exactement son diagnostic. Voyez Urine.

La couleur des yeux, celle de la langue, celle des ongles même, fournissent quelquefois des signes très-décisifs. Voyez Œil, Langue, Ongles

Couleur, terme de Blason. Ce mot sert à faire une des principales désignations des pieces de l’écu. On n’admet que cinq couleurs, gueules, azur, synople, le sable, & le pourpre, qui est mélangé d’azur & de gueules. On ne doit point mettre couleur sur couleur, non plus que métal sur métal. (V)

Couleur favorite, (Jeu.) Au médiateur est une couleur qu’on tire au hazard dans le jeu entier, pour lui attacher certains priviléges, comme d’avoir la préférence à joüer de cette couleur, quoiqu’on ne demande, si l’on ne joüe, ni médiateur, ni sans prendre, qu’après un autre ; & quoiqu’on ne joüe l’un de ces deux jeux qu’après qu’on les auroit voulu joüer en couleur simple. C’est la premiere tirée qui est couleur favorite, sans qu’il y ait aucun choix pour cela. Par exemple, si on a tiré un cœur, le cœur sera couleur favorite pendant toute la reprise, & ainsi des trois autres couleurs, si on amenoit une d’elles.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « couleur »

Bourguig. quelou ; provenç. et espagn. color ; portug. cor ; ital. colore ; du latin colorem.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1050) Du moyen français couleur, de l’ancien français color, coulour, du latin color (« couleur », « teint du visage », au figuré « aspect extérieur »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « couleur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
couleur kulœr

Évolution historique de l’usage du mot « couleur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « couleur »

  • Je suis de la couleur de ceux qu'on persécute ! Alphonse de Prât de Lamartine, Toussaint Louverture
  • L'âme n'a pas de couleur. De Florian Becquart
  • La couleur est la gloire de la lumière. De Jean Guitton / Mon testament philosophique
  • Ce qui est sans forme est sans couleur. De Jacques Ferron / Le Ciel de Québec
  • La couleur est plus forte que le langage. De Marie-Laure Bernadac / Louise Bourgeois
  • Il faut faire du noir une couleur de lumière. De Clémence Boulouque / Mort d’un silence
  • Les parfums, les couleurs et les sons se répondent. Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Correspondances
  • Il y a, pour les écrivains français, une qualité plus belle que la couleur : la lumière. Édouard Herriot, Créer, Payot
  • Entre la race blanche et la famille noire, Il fallait un combat, puisqu'il faut la victoire ! Alphonse de Prât de Lamartine, Toussaint Louverture
  • En réalité on travaille avec peu de couleurs. Ce qui donne l'illusion de leur nombre, c'est d'avoir été mises à leur juste place. Pablo Ruiz Picasso, Conversations avec Christian Zervos, 1935 in Cahiers d'art
  • Quand je n'ai pas de bleu, je mets du rouge. Pablo Ruiz Picasso, Cité par Paul Éluard dans Donner à voir, Je parle de ce qui est bien , Gallimard
  • Les couleurs dans la peinture sont comme des leurres qui persuadent les yeux, comme la beauté des vers dans la poésie. Nicolas Poussin, Observations sur la peinture
  • Le dégoût sans borne de la couleur pour la ligne droite est un mystère. Isaac Félix, dit André Suarès, Le Voyage du condottiere, Émile-Paul
  • Pas la Couleur, rien que la nuance. Paul Verlaine, Jadis et naguère, Art poétique , Messein
  • Des goûts et des couleurs il ne faut pas discuter. Anonyme,
  • Dans le noir toutes les couleurs s'accordent. Francis Bacon baron Verulam, Essays, 3
  • Trop de couleur nuit au spectateur. De Jacques Tati
  • Toutes les eaux sont couleur de noyade. De Emil Michel Cioran / Syllogismes de l’amertume
  • Le noir est le refuge de la couleur. De Gaston Bachelard
  • Les choses prennent la couleur de nos contrariétés. De Jean-Charles Harvey / Les Demi-civilisés
  • Entre les croquis et la toile, la couleur fait foi de tout, la couleur crée l'émotion et laisse jaillir l'étincelle de la création. De Normand Reid / T'es fou l'artiste !
  • L’art est toujours plus abstrait que nous ne l’imaginons. La forme et la couleur nous parlent de forme et de couleur, et tout s’arrête là. De Oscar Wilde / Le Portrait de Dorian Gray
  • Dans chaque couleur il y a de la lumière. Dans chaque pierre se trouve un cristal. De Enigma / Enigma 2
  • La couleur est un corps de chair où un coeur bat. De Malcolm de Chazal / Sens plastique
  • La caméra Ezviz C3X est capable de filmer des images de nuit en couleur, et ce, sans passer par un projecteur Led. Cela est rendu possible par l'intégration de deux capteurs et d'une intelligence artificielle faite maison. D'après le constructeur, cette IA est censée superposer les images filmées par les deux capteurs de la caméra et les traiter afin de les passer en couleur. , Labo – Le mode vision de nuit en couleur sans flash de la caméra Ezviz C3X - Les Numériques
  • Leur capacité à détecter la couleur s’est améliorée jusqu'à 20%. L’effet positif s’est le plus manifesté dans la perception de la partie bleue du spectre des couleurs, la plus vulnérable au vieillissement. La capacité de vision à faible luminosité s'est également élargie de manière significative. , Quelle couleur de lumière faut-il regarder pour améliorer sa vue après 40 ans? La réponse des scientifiques - Sputnik France
  • C’est sur son réseau social fétiche, Instagram, que Kim Kardashian a révélé sa nouvelle couleur de cheveux et c’est assez inattendu. Cette fois-ci la star de « L’incroyable famille Kardashian » a opté pour du rouge. , Kim Kardashian change de couleur de cheveux et c’est inattendu - Elle
  • Sur les 80 matchs analysés dans quatre championnats européens, il ressort que les commentaires varient selon le teint des joueurs cités. La méthodologie de l'étude a établi une échelle de 1 à 20 selon la couleur de peau. Sur cette base, il a été établi que ceux au teint le plus clair étaient plus souvent félicités pour leur intelligence et leur éthique de travail. Les joueurs au teint plus foncé sont ainsi "significativement" plus susceptibles d'être "réduits à leurs caractéristiques physiques ou leurs capacités athlétiques", telles que leur rythme et leur puissance. RMC SPORT, Premier League: les commentaires trop stéréotypés selon la couleur de peau des joueurs d'après une étude

Images d'illustration du mot « couleur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « couleur »

Langue Traduction
Anglais color
Espagnol color
Italien colore
Allemand farbe
Chinois 颜色
Arabe اللون
Portugais cor
Russe цвет
Japonais
Basque kolore
Corse culore
Source : Google Translate API

Synonymes de « couleur »

Source : synonymes de couleur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « couleur »

Couleur

Retour au sommaire ➦

Partager