Relief : définition de relief


Relief : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RELIEF1, subst. masc.

I. − Gén. au plur. Ce qui reste d'un repas, d'un plat. Les reliefs d'un festin, d'un plat, d'un poulet. Les Nubiens s'assirent devant la porte et reçurent le reste des plats dont ils distribuèrent encore les derniers reliefs à de pauvres gens attirés par le bruit de la fête (Nerval,Voy. Orient, t. 1, 1851, p. 324).Pendant qu'on leur servait un potage réchauffé et les reliefs de la table d'hôte, ils [les Tarasconnais] mangeaient gloutonnement (A. Daudet, Tartarin Alpes,1885, p. 222).
Au fig. Les visites auxquelles Véronique, confiante dans l'appui de l'Église, le poussait, n'ayant pas eu d'autre résultat que de lasser et finalement d'indisposer le Haut clergé, amicalement il avait été conseillé d'aller attendre à Milan la compensation naguère promise et les reliefs d'une faveur céleste éventée (Gide,Caves,1914, p. 706).V. exotisme A ex. de Gide.
Rem. S'emploie le plus souvent au plur., cependant le sing. est usité aussi: Voilà un beau relief, il reste les trois quarts du poulet (Littré).
II. − DR. FÉOD. ,,Droit que le vassal payait à son seigneur, lors de certaines mutations, ainsi dit parce que le vassal, par ce droit, relevait le fief`` (Littré). On pouvait éviter un droit aussi onéreux en versant chaque année une rente au suzerain; on était alors en régime de relief abonné (Fén.1970).
Prononc. et Orth.: [ʀ əljεf]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. V. relief2.

RELIEF2, subst. masc.

A. − Ce qui fait saillie sur une surface. Synon. bosse, proéminence.Relief(s) d'une médaille, d'un visage. On avait déjà [au XIIIes.] presque entièrement renoncé aux représentations d'hommes ou d'animaux formant le relief autour de la corbeille des chapiteaux (Mérimée,Ét. arts Moy. Âge,1870, p. 51).
SCULPT. Saillie d'un ouvrage se détachant sur un fond uni. Plein relief; relief entier; façade ornée de reliefs.
Demi relief. ,,Celui où les objets représentés ressortent à moitié du fond sur lequel ils semblent posés`` (Jossier 1881).
Bas-relief*, haut-relief*.
GÉOGRAPHIE
Toute forme saillante ou creuse à la surface de la lithosphère. Relief des Pyrénées. L'éternelle verdure couvre d'un manteau presque noir les reliefs un peu difformes de ces montagnes qui entourent la baie (Claudel,Corresp.,1917, p. 292):
1. ... allant de l'Écosse à la Scandinavie, dans ces pays, en effet, les terrains siluriens sont très plissés, et si l'on rétablit, par la pensée ou par le dessin, ce que les érosions ont enlevé à ces plissements, on voit qu'ils représentent une suite de hauts reliefs. Boule,Conf. géol.,1907, p. 92.
Ensemble des saillies et des creux que présente le sol d'une région; forme caractéristique de la surface du sol. Relief tourmenté; relief plat, vallonné; relief calcaire, karstique; relief d'érosion; étudier, décrire le relief de la France. Le relief légèrement accidenté, le sol froid d'Aguaize, issu de la décomposition du sous-sol argileux, mais peu à peu confiné dans les vallées, enfin la population par son type et ses allures, tiennent encore de la physionomie ardennaise (Vidal de La Bl.,Tabl. géogr. Fr.,1908, p. 71).Aucun trait n'est plus frappant dans (...) l'histoire des rivières, que ces vicissitudes de régime; sinon peut-être leur tendance à persister, malgré des changements de relief, dans le cours une fois tracé (Vidal de La Bl.,Tabl. géogr. Fr.,1908p. 96).
B. − P. anal.
1. Différence de saillies et de creux donnée à un dessin, à un tableau par l'opposition des parties claires et des parties sombres. Peut-être les couleurs du Corrège nous donnent-elles l'idée de quelque chose de céleste et d'heureux, ou bien encore notre esprit est-il étonné de ce degré de relief obtenu sans aucune dureté (Stendhal,Hist. peint. Ital., t. 2, 1817, p. 365).
2. Relief acoustique, auditif. Perception auditive de l'espace donnée par l'emploi simultané des deux oreilles. La « suraudition » d'un son parmi les autres, opération (...) familière à ceux qui savent suivre une « voix » perdue dans un chœur ou un orchestre: sorte de relief auditif (Ch. Lalo, Esthét. mus. sc.,1908, p. 124).
3. Perception, vision du relief. ,,Perception des différences de profondeur dans la surface d'un objet ou des différences d'éloignement entre objets voisins`` (Mill. Vision 1981).
C. − Au fig.
1. Apparence plus nette qui ressort, se distingue du commun, fait contraste avec lui. Relief d'un caractère; monotone et sans relief:
2. L'élaboration de la théorie moderne des symboles sociaux et de celle des rapports entre structures sociales et œuvres de civilisation devrait, en principe, contribuer à élargir le domaine et à donner plus de relief à ce genre d'investigations... Traité sociol.,1968, p. 104.
LING. ,,Mise en valeur d'un élément, d'un mot, d'un énoncé, qui peut être fonction de la place qu'on lui attribue`` (Mar. Lex. 1951).
2. Vieilli. Éclat, considération. Les emplois qu'il avait occupés donnaient du relief à sa famille (Ac.).Le prince daignait vous adresser une fois la parole tous les ans (...) ce qui vous donnait un grand relief dans votre paroisse (Stendhal,Chartreuse,1839, p. 465).
3. Loc. verb.
Mettre en relief. Mettre en évidence, faire valoir. En ce qui concerne le métabolisme des matières protéiques dans le végétal, quelques points importants ont été mis en relief dès la fin du XIXesiècle (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 466).
Se donner du relief. Se faire valoir. J'ai peur que ton avocat, pour se donner du relief, ne te fasse faire des bêtises (Flaub.,Corresp.,1880, p. 394).
D. − Loc. En relief
1. Loc. adj. Qui forme un relief ou qui donne l'impression du relief. Cinéma, film en relief; carte, motif en relief. L'affiche en relief peut être peinte, ajoutant ainsi l'attrait de la couleur au jeu des volumes (Arts et litt.,1935, p. 30-19).
2. Loc. adv. De manière à former un relief ou à donner l'impression du relief. Être, paraître en relief; graver en relief; pierre sculptée en relief. Il sera facile de comprendre l'application de cette machine à la sculpture des bois ou autres substances, pour leur donner toute espèce de courbures ou formes différentes, celle d'ogive par exemple, soit en creux ou en relief (Nosban,Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 238).
Prononc. et Orth. V. relief1. Étymol. et Hist. A. Ca 1050 relef de la tabla (Alexis, éd. Chr. Storey, 247); 1324 au plur. reliez (Watriquet de Couvin, De Raison et de Mesure, ds Dits, éd. A. Scheler, p. 363, 132). B. 1. 1547 « caractère d'une image comportant des différences de profondeur, la figuration de plans différents » (J. Martin, Archit. Vitruve, p. 6 v o: Orthographie [...] est la representation de la figure ou relief du bastiment); spéc. 1577 peint. (B. Taegio, Les Doctes et subtiles responces, p. 295 ds Quem. DDL t. 21); 2. 1547 « ce qui fait saillie sur une surface » ici, sculpt. (J. Goujon ds J. Martin, op. cit., Annotations, D III v o: nostre Autheur Vitruve [dit] que toutes Frizes quand elles sont taillées d'ouvrage en demy-bosse ou de relief, doivent estre plus larges d'une quarte partie que leurs Architraves); 3. 1637 au fig. charge de relief « charge importante, en vue » (Chapelain, lettre 26 avril, éd. Tamizey de Larroque, t. 1, p. 151); 1671 donner du relief « faire ressortir, donner de l'éclat » (La Fontaine, Le Songe de Vaux, 2efragm. ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 8, p. 254); 4. 1831 géogr. Jomard, Consid. sur coll. cartes géogr., p. 11); 5. 1934 techn. son (E. Sarnette, in R. musicale, déc., p. 83 ds Quem. DDL t. 12, s.v. prise de son). Déverbal de relever*. Le sens B est dû à l'ital. rilievo « ce qui fait saillie » (dep. le xives., spéc. dans le domaine des Beaux-Arts; v. DEI et Hope, p. 219), déverbal de rilevare, relever*.
STAT. Relief1 et 2. Fréq. abs. littér.: 897. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 558, b) 1 293; xxes.: a) 1 300, b) 1 863.
BBG. Hope 1971, p. 149, 219. − Nardy (J.-P.). Relief. Doc. Hist. Vocab. sc. 1982, n o3, pp. 39-46. − Quem. DDL t. 12, 21, 22.

Relief : définition du Wiktionnaire

Nom commun

relief \ʁə.ljɛf\ masculin

  1. Ce qui fait saillie sur une surface.
    • Ce bras exigu du transept était muni d’un autel estampé d’une croix grecque en relief sur une sphère de pourpre. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Le relief du sol.
    • Des lettres en relief.
    • Le relief d’une médaille.
    1. (Par extension) (Géographie) Troisième dimension d’une géographie, élévation de la surface de la terre.
      • La région que nous parcourons est une vaste plaine monotone, sans arbres et presque sans reliefs, qui s'élève insensiblement à fur et à mesure que nous avançons. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 36)
      • Sur des routes aux doux reliefs, vous prendrez la direction de Champlay, Neuilly et Laduz, où vous pourrez visiter un intéressant musée des Arts et Traditions populaires. — (Balades à vélo en Bourgogne 2009 Petit Futé, p.234)
    2. (Cartographie) Représentation topographique à trois dimensions, les échelles planimétrique et altimétrique pouvant être différentes[1].
    3. (Architecture) (Militaire) Hauteur d’un ouvrage au-dessus du terrain sur lequel il est construit.
  2. (Figuré) Éclat que certaines choses reçoivent de l’opposition ou du voisinage de quelques autres.
    • Mais tout cela se brouille confusément dans ma mémoire, tandis que bientôt se présente un spectacle qui la frappe assez fortement pour qu’elle garde l’empreinte qu’elle a alors reçue et se la représente aujourd’hui avec tout son relief. — (Hector Malot, Sans famille, Dentu E., 1887, pages 1-347)
    • En solo, c'est plus âpre mais sans aucun doute ses textes prennent tout leur relief devant un auditoire qui ne suce pas que des glaçons : « Le whisky ne fait pas des menteurs, il fabrique des imbéciles », chante-t-il. — (Olivier Villepreux, Tex Mix: Avec ceux qui font la musique et le son de la ville d'Austin, Texas, éd. Publie.net, 2013, chapitre 4)
    1. (Figuré) Éclat, considération que donne une dignité, un emploi, une bonne action, etc.
      • La plupart du temps, notre cour n’offrait que des hideurs sans relief, surtout l’été. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
      • La laideur d’une femme donne du relief à la beauté d’une autre.
      • Les emplois qu’il avait occupés donnaient du relief à sa famille.
      • Cette action a mis en relief ses qualités, ses mérites.
  3. (Sculpture) Ouvrage de sculpture où les personnages, les objets sont plus ou moins en saillie sur le fond.
    • Il n'existe également pas de reliefs où le dadophore de gauche tiendrait un pedum et celui de droite une torche. — (Ljubica Zotović, Les cultes orientaux sur le territoire de la Mésie supérieure, page 15, E.J. Brill, 1966)
  4. (Histoire) (Droit) Droit que le vassal payait à son seigneur lors de certaines mutations.
  5. (Au pluriel) Restes des mets qu’on a servis.
    • Nul autre ne se fit alors entendre, sauf les voix des domestiques, qui […] se disputaient entre eux les restes de vin et les reliefs des repas que l’on avait servis aux spectateurs. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Elle se dirigea vers un marchand d'arlequins. Triste endroit pour souper ! On y servait, réuni sur une seule assiette, un mélange hétéroclite (d'où son nom) de reliefs plus ou moins avariés, collectés dans les restaurants voisins. — (Catherine Guigon, Les Mystères du Sacré-Cœur, t. 1 : Les vignes de la République, 2013)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Relief : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RELIEF. n. m.
Ce qui fait saillie sur un surface. Le relief du sol. Le plan en relief d'une ville. Des lettres en relief. Le relief d'une médaille. En termes de Beaux-Arts, Haut-relief, demi-relief, bas-relief, Ouvrages de sculpture où les personnages, les objets sont plus ou moins en saillie sur le fond. Une frise ornée de bas-reliefs.

RELIEF se dit figurément de l'Éclat que certaines choses reçoivent de l'opposition ou du voisinage de quelques autres. La laideur d'une femme donne du relief à la beauté d'une autre. Il se dit aussi, figurément, de l'Éclat, de la considération que donne une dignité, un emploi, une bonne action, etc. Les emplois qu'il avait occupés donnaient du relief à sa famille. Cette action a mis en relief ses qualités, ses mérites. En termes de Fortification, il désigne la Hauteur d'un ouvrage au-dessus du terrain sur lequel il est construit. En termes de Jurisprudence féodale, il désignait le Droit que le vassal payait à son seigneur lors de certaines mutations et qui variait suivant les différentes coutumes. Lettre de relief, Lettre de réhabilitation de noblesse.

RELIEFS, au pluriel, désigne Ce qui reste des mets qu'on a servis. Reliefs de table. On leur donna les reliefs du festin.

Relief : définition du Littré (1872-1877)

RELIEF (re-lièf ; lief est monosyllabe) s. m.
  • 1Ce qui est relevé, partie saillante d'un objet. Nous le trouvâmes occupé à faire lire son fils avec des caractères en relief, Diderot, Lett. s. les av.

    Fig. Ce qui est comme en saillie dans les choses intellectuelles ou morales. Térence est plus délicat, il est vrai ; mais est-il aussi pénétrant ? son comique a-t-il le relief et la vigueur de celui de Molière ? Marmontel, Œuvr. t. IV, p. 412. Il y eut dans les caractères assez de naturel et de relief pour donner prise à la comédie, Marmontel, ib. t. IX, p. 399.

    Plan en relief, ou, simplement, relief, plan sur lequel on place la représentation en bois ou en plâtre de chaque objet. Le premier de ces plans en relief, qu'on voit dans la galerie du Louvre, fut celui des fortifications de Lille, Voltaire, Louis XIV, 8. Il [le général Pfyffer] conçut l'idée d'exécuter un relief qui représentât l'immense étendue des montagnes qui se présentent à l'œil depuis la ville de Lucerne, Saussure, Voy. Alpes, t. VII, p. 191, dans POUGENS.

  • 2Ouvrage de sculpture relevé en bosse.

    Haut relief, ou relief entier, celui qui est de toute l'épaisseur de l'objet sculpté. Sur le tympan du fronton se voyait la naissance de Cythérée en figures de haut relief ; elle était assise dans une conque, La Fontaine, Psyché, II, p. 166.

    Demi-relief, celui qui n'en a que la demi-épaisseur.

    Bas-relief, celui qui a moins de demi-épaisseur. Une frise ornée de bas-reliefs. L'entente du bas-relief est la manière de disposer les plans et d'en régler l'effet, Guillaume, Sur les princ. du bas-relief, dans Instit. août-sept. 1866, p. 65.

    Plan du bas-relief, voy. PLAN 1, n° 9.

  • 3 Terme de graveur sur métaux ou pierres fines. Saillie. On grave en creux et en relief. Il doit y avoir une différence sensible entre les types des médailles et ceux des monnaies ; et cette différence consiste à employer pour les dernières le genre de gravure connu sous le nom de bas-reliefs peu saillants, en observant scrupuleusement de n'opposer jamais relief à relief, Mongez, Instit. Mém. Litt. et beaux-arts, t. II, p. 273.
  • 4 Terme de maçonnerie. Tout ouvrage saillant sur une surface unie.
  • 5 Terme de fortification. Le relief d'un parapet est la hauteur de sa crète intérieure au-dessus du sol naturel.

    Terme de marine. La hauteur d'un bâtiment au-dessus de l'eau.

  • 6 Terme de peinture. La saillie apparente des objets. Ces figures ont beaucoup de relief. Comme le relief des objets n'est pas aussi sensible dans la peinture que dans la réalité, ce jeune homme [l'aveugle de Cheselden] fut quelque temps à ne regarder les tableaux que comme des plans différemment colorés : ce ne fut qu'au bout de deux mois qu'ils lui parurent représenter des corps solides ; et ce fut une découverte qu'il parut faire tout à coup, Condillac, Traité sens, III, 5.
  • 7 Fig. Apparence plus vive que certaines choses reçoivent de l'opposition et du voisinage de quelques autres. Certaines couleurs opposées les unes aux autres se donnent du relief. La modestie est au mérite ce que les ombres sont aux figures dans un tableau : elle lui donne de la force et du relief, La Bruyère, II. Sa femme horriblement laide faisait l'adorable, et disait mille sottises assaisonnées d'un accent biscaïen qui leur donnait du relief, Lesage, Gil Bl. III, 3.
  • 8 Fig. Considération qui résulte de quelque avantage. Tirer toute sa sainteté et tout son relief de la réputation de son directeur, La Bruyère, XIII. La gloire dans les armes n'est tout au plus que la moitié du brillant qui distingue les héros ; il faut que l'amour mette la dernière main au relief de leur caractère par les travaux, la témérité des entreprises et la gloire des succès, Hamilton, Gramm. IV. Les politiques savent assez qu'il ne faut rien négliger de ce qui peut donner du relief à une nation aux yeux de ses voisins ou de ses ennemis, Fontenelle, Du Hamel. L'abbé de Castres, archevêque d'Albi, désirait fort le siége de Reims, quoique d'un moindre revenu ; l'approche du sacre du roi donnait un grand relief à ce siége, Duclos, Œuv. t. VI, p. 87.
  • 9Anciennement, lettres de relief, lettres de réhabilitation de noblesse, proprement lettres qui relèvent.

    Dans l'ancienne pratique, lettres de relief d'appel ou, simplement, relief d'appel, lettres de la petite chancellerie qui autorisaient à faire intimer ou assigner pour procéder sur l'appel qu'on avait interjeté. Les religieuses de Port-Royal signèrent une procuration pour obtenir en leur nom un relief d'appel comme d'abus, Racine, Hist. de Port-Royal, 2e part.

  • 10En jurisprudence féodale, droit que le vassal payait à son seigneur, lors de certaines mutations, ainsi dit parce que le vassal, par ce droit, relevait le fief.
  • 11Anciennement, l'ordre du prince qu'obtenait un officier pour être payé de ses appointements, échus pendant une absence légitime.
  • 12Ce qu'on enlève, ce qu'on relève de dessus une table. Voilà un beau relief, il reste les trois quarts du poulet. Moyennant quoi votre salaire Sera force reliefs de toutes les façons, La Fontaine, Fabl. I, 5. Autrefois le rat de ville Invita le rat des champs, D'une façon fort civile, à des reliefs d'ortolans, La Fontaine, Fabl. I, 9.

    L'Académie dit qu'il est vieux en ce sens ; cependant il s'emploie encore ; elle ajoute qu'il ne se dit qu'au pluriel ; cependant le singulier est usité aussi.

HISTORIQUE

XIe s. Suz le degret où il gist sur sa nate, Iluec paist l'um del relef de la table, St Alexis, L.

XIIIe s. Saioleit [soûlés, rassasiés] sunt, si unt laissié à lor enfans de lor rellié, Psaumes en vers, dans Liber psalm. p. 271. Icelle amende [pour meurtre] si est appellée relief d'home, Établiss. de S. Louis, 104. Li riches hom ert [était] à grant aise, Al poure homme rien ne donoit, Pour son mehaing vil le tenoit, Ne del relief de sa maison Ne li voloit faire parchon, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 52.

XIVe s. La laveure des poz et li reliés des tables, C'estoit trestouz ses vivres ; moult li fu delitable, Girart de Ross. V. 2399.

XVe s. Pourquoi l'archevesque de Cantorbie avoit dit ainsi, que ores-primes estoit le roi fourni d'age et de sens… pourquoi il conseilloit, pour le plus seur, que tous renouvelassent leur relief et serment de lui…, Froissart, II, III, 81. Celui qui reput cinq mille hommes de trois pains et de douze poissons, dont demeura de reliefs douze corbeilles, Louis XI, Nouv. LXXXIII.

XVIe s. Si le vassal doit relief ou rachat, qui ne sont qu'une mesme chose, doit offrir pour lesdits relief et rachat le revenu d'une année, Coust. gén. t. I, p. 235. Le vassal est tenu communiquer à son seigneur choisissant le relief [revenu d'une année], ses papiers de recette et terriers, et en bailler copie aux depens du seigneur, Loysel, 566. Aide de relief est deue, quand le seigneur meurt et son hoir releve vers celui de qui il tenoit son fief, Du Cange, auxilium.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Relief : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RELIEF, s. m. ou Rachat, (Jurisp.) est un droit qui est dû au seigneur pour certaines mutations de vassal, & qui consiste ordinairement au revenu d’une année du fief.

Ce terme relief, vient de relever, parce qu’au moyen de la mutation du vassal le fief tomboit en la main du seigneur, & que le vassal pour le reprendre doit le relever & payer au seigneur le droit qu’on appelle relief.

On l’appelle aussi rachat, parce qu’autrefois les fiefs n’étant qu’à vie, il falloit les racheter après la mort du vassal. En Lorraine, on l’appelle reprise de fief ; en Dauphiné, plait seigneurial, placitum seu placitamentum ; en Poitou, rachat ou plect ; en Languedoc, acapte, arriere-acapte.

Relief se prend aussi quelquefois pour l’acte de foi & hommage par lequel on releve le fief.

Le droit de relief est dû en général pour les mutations, autres que celles qui arrivent en directe & par vente, ou par contrat équipollent à vente.

Mais pour spécifier les cas les plus ordinaires dans lesquels il est dû, on peut dire qu’il a lieu en plusieurs cas ; savoir,

1°. Pour mutation de vassal, par succession collatérale.

2°. Pour la mutation de l’homme vivant & mourant.

3°. Pour le second, troisieme, ou autre mariage d’une femme qui possede un fief, la plupart des coutumes exceptent le premier mariage.

4°. Quelques coutumes obligent le gardien à payer un droit de relief pour la jouissance qu’il a du fief de ses enfans.

5°. Il est dû en cas de mutation du bénéficier possesseur d’un fief, soit par mort, résignation ou permutation.

Quand il arrive plusieurs mutations forcées dans une même année, il n’est dû qu’un relief, pourvû que la derniere ouverture soit avant la récolte des fruits. Si ce sont des mutations volontaires, il est dû autant de reliefs qu’il y a eu de mutations.

Le relief est communément le revenu d’une année, au dire de prud’hommes, ou une somme une fois offerte, au choix du seigneur, lequel doit faire son option dans les 40 jours ; & quand une fois il a choisi, il ne peut plus varier.

Si le fief est affermé, le seigneur doit se contenter du prix du bail, à-moins qu’il n’y eût fraude.

L’année du relief commence du jour de l’ouverture du fief.

Le seigneur qui opte le revenu d’une année, doit jouir en bon pere de famille, & comme auroit fait le vassal ; il doit même lui rendre les labours & semences.

S’il y a des bois-taillis & des étangs, dont le profit ne se perçoit pas tous les ans, le seigneur ne doit avoir qu’une portion du profit, eu égard au nombre d’années qu’on laisse couler entre les deux récoltes.

Il n’a aucun droit dans les bois qui servent pour la décoration de la maison, ni dans les bois de haute-futaie, à-moins que ces derniers ne soient en coupe reglée.

Le vassal est obligé de communiquer ses papiers de recette au seigneur, pour l’instruire de tout ce qui fait partie du revenu du fief.

Les droits casuels, tels que les reliefs, quints, les cens, lods & ventes, amendes, confiscations, & autres qui échéent pendant l’année du relief, appartiennent au seigneur ; même les droits dûs pour l’arriere-fief qui est ouvert pendant ce tems.

Il peut aussi user du retrait féodal ; mais sa jouissance finie il doit remettre à son vassal le fief qu’il a retiré.

Si l’on fait deux récoltes de blé dans une même année, le seigneur n’en a qu’une ; il en est autrement du regain, ou quand la seconde récolte est de fruits d’une autre espece que la premiere.

Le vassal ne doit point être délogé, ni sa femme & ses enfans ; le seigneur ne doit prendre qu’un logement, si cela se peut, & une portion des lieux nécessaires pour placer la récolte.

Toutes les charges du fief qui sont inféodées, & qui échéent pendant l’année du relief, doivent être acquittées par le seigneur.

La jouissance du droit de relief peut être cédée par le seigneur à un tiers, ou bien il peut en composer avec le vassal ; & s’ils ne s’accordent pas, il peut faire estimer par experts le revenu d’une année, en formant sur les trois années précédentes une année commune.

Quand le fief ne consiste que dans une maison occupée par le vassal, celui-ci doit en payer le loyer au seigneur, à dire d’experts.

Pour connoître plus particulierement quelles sont les mutations auxquelles il est dû, ou non, droit de relief, voyez les commentateurs de la coutume de Paris, sur le titre des fiefs ; les auteurs qui ont traité des fiefs, entr’autres Dumolin, & les mots Fief, Lods & ventes, Mutation, Quint, Rachat.

Par rapport aux différentes sortes de reliefs, ou aux différens noms que l’on donne à ce droit, voyez les articles qui suivent. (A)

Relief abonné, est celui qui est fixé à une certaine somme, par un accord fait avec le seigneur ; on dit plus communément rachat abonné. Voyez Rachat.

Relief d’adresse, ce sont des lettres de chancellerie, par lesquelles le roi mande à quelque cour de procéder à l’enregistrement d’autres lettres dont l’adresse n’étoit pas faite à cette cour. Voyez Adresse, & le style des chancelleries, par du Sault.

Relief d’appel, ce sont des lettres qu’un appellant obtient en la petite chancellerie, à l’effet de relever son appel, & de faire intimer sur icelui les parties qui doivent défendre à son appel. Voyez Appel, Illico, Intimation, Relever. (A)

Relief d’armes, voyez ci-après Relief de cheval & armes.

Relief de bail, est en quelques coutumes, un rachat dû au seigneur par le mari, pour le fief de la femme qu’il épouse, encore qu’elle eût déjà relevé & droituré ce fief avant le mariage.

On l’appelle relief de bail, parce que le mari le doit comme mari & bail de sa femme ; c’est-à-dire comme baillistre & administrateur du fief de sa femme, dont il jouit en ladite qualité.

Ainsi ce relief n’est pas dû par le mari lorsqu’il n’y a point de communauté, & que la femme s’est réservé l’administration de ses biens. Voyez les coutumes de Clermont, Théroane, S. Paul, Chauny, Ponthieu, Boulenois, Artois, Péronne, Amiens, Montreuil, S. Omer, Senlis, & ci-après Relief de mariage.

Relief de bail de mineurs ou de garde, est celui qui est dû par le gardien, pour la jouissance qu’il a du fief de son mineur. (A)

Relief des bénéficiers, est celui qu’un bénéficier succédant, soit per obitum, soit par résignation ou permutation, doit au seigneur pour le fief dépendant du bénéfice dont il prend possession. Voyez les institutes feodales de Guyot, ch. v.

Relief de bouche, c’est lorsque le vassal, ou tenant cottier, reconnoît tenir son héritage de quelque seigneur. Voyez la coutume d’Herly, art. 1. & 2.

Relief de chambellage, est celui que le mari doit lorsque durant le mariage il échet un fief à sa femme. Voyez l’ancienne coutume de Beauquesne article 19.

Relief de cheval et armes, est celui pour lequel il est dû au seigneur un cheval de service des armes. Voyez la coutume de Cambrai, titr. 1, article 50. & 51. (A)

Relief double, c’est lorsqu’il est dû deux différens droits de relief, l’un par le nouveau propriétaire, l’autre par celui qui a la jouissance du fief. Voyez ci-après Relief simple.

Relief de fief, c’est lorsque le vassal releve en droiture son fief, c’est-à-dire qu’il reconnoit son seigneur, & lui fait la foi & hommage pour la mutation de seigneur ou de vassal qui faisoit ouverture au fief.

Il est parlé de ce relief de fief dans Froissart & dans les coutumes de Peronne, Auxerre, Cambrai, Lille, Hesdin, style de Liege. Voyez le glossaire de Lauriere au mot relief.

Relief de garde est celui qui est dû par le gardien pour la jouissance qu’il a du fief de son mineur.

Relief d’héritier, est celui qui est dû au seigneur par le nouveau vassal pour la propriété à lui échue par succession collatérale ; c’est la même chose que le relief propriétaire ou de propriété. Voyez la coutume de Saint-Pol, & ci-après Relief propriétaire.

Relief d’homme étoit une amende de cent sous un denier, que le plege ou caution étoit obligé de payer, faute de faire représenter l’accusé qui avoit été élargi moyennant son cautionnement, & moyennant cette amende le plege en étoit quitte ; c’est ainsi que ce relief est expliqué dans le chap. cjv. des établissemens de S. Louis en 1270 : il en est encore parlé dans le chap. cxxj.

Relief d’illico, c’étoient des lettres qu’un appellant obtenoit en la petite chancellerie pour être relevé de l’illico, c’est-à-dire de ce qu’il n’avoit pas interjetté son appel au moment que la sentence avoit été rendue.

Présentement il n’est plus nécessaire d’appeller illico, ni d’obtenir des lettres de relief d’illico, mais on obtient des lettres de relief d’appel, ou un arrêt pour relever l’appel, ce qui tire toujours son origine de l’usage où l’on étoit d’obtenir des lettres d’illico ou de relief d’illico. Voyez ci-devant Appel, Appellation, Relief d’appel.

Relief de laps de tems, ce sont des lettres de chancellerie par lesquelles le roi releve quelqu’un de ce qu’il a manqué à faire ses diligences dans le tems qui lui étoit prescrit, & lui permet d’user de la faculté qu’il avoit, comme s’il étoit encore dans le tems. Ces lettres sont de plusieurs sortes, selon les objets auxquels elles s’appliquent. Il y a des lettres de relief de tems de prendre possession de bénéfice ; d’autres appellées relief de tems sur rémission, lorsqu’un impétrant de lettres de rémission ne s’est pas présenté dans le tems pour faire entériner ses lettres ; & ainsi de plusieurs autres.

Relief de mariage est celui que le mari doit pour la jouissance qu’il a du fief de sa femme, c’est la même chose que le relief de bail.

Quelques coutumes affranchissent le premier mariage de ce droit, comme la coutume de Paris, art. 36. d’autres l’accordent au seigneur pour tous les mariages indistinctement, comme la coutume d’Anjou. Voyez ci-devant Relief de bail, & Guyot en son traité des Fiefs, tome II. du relief, ch. v. (A)

Relief a merci, est le nom que l’on donne en quelques lieux au revenu d’un an que le nouveau vassal est tenu de payer au seigneur ; il a été ainsi appellé parce qu’il étoit à la volonté du seigneur, & non pas qu’il fût ad mercedem. Voyez la coutume locale de S. Piat, de Seclin sous Lille.

Relief de monnoyer ou Monnoyeur, ce sont des lettres de chancellerie par lesquelles le roi mande à une cour des monnoies de recevoir quelqu’un en qualité de monnoyeur, encore que son pere ne se soit pas fait recevoir en ladite qualité ; étant nécessaire, pour être reçu dans ces sortes de places d’être issu de parens monnoyeurs. Voyez Monnoies & Monnoyeur.

Relief de noblesse, ce sont des lettres du grand sceau, par lesquelles le roi rétablit dans le titre & les privileges de noblesse quelqu’un qui en étoit déchu, soit par son fait, ou par celui de son pere ou de son aïeul. Voyez Réhabilitation.

Relief de plume, c’est un droit de rachat ou rente seigneuriale, qui ne consiste qu’en une prestation de poule, geline ou chapon. Voyez la coutume de Théroanne, art. 9. & le Glossaire de M. de Lauriere au mot Plume.

Relief principal, est celui qui est dû pour le fief entier. Il est ainsi appellé lorsqu’il s’agit de distinguer le relief dû par chaque portion du fief. Voyez la coutume d’Artois, art. 102.

Relief propriétaire ou de propriétaire, ou Relief de propriété, est celui qui est dû au seigneur par le nouveau propriétaire du fief, à la différence du relief de bail & du relief de mariage, qui sont dûs pour la jouissance qu’une personne a du fief sans en avoir la propriété. Voyez l’ancienne coutume d’Amiens, celles de S. Omer, Montreuil, & le style des cours du pays de Liege, & les articles Relief de bail, Relief de mariage.

Relief rencontré, voyez Rachat rencontré.

Relief de rente, la coutume de Thérouanne, art. 11. appelle ainsi celui qui est dû au seigneur à la mort du tenant cottier. Voyez le Glossaire de M. de Lauriere.

Relief simple, est lorsqu’il n’est dû que le relief de propriété par la femme, & non le relief de bail, ou bien quand il n’est dû aucun chambellage, à la différence du relief double qui est dû, l’un pour la mutation de propriétaire, l’autre pour la jouissance du baillistre. Voyez la coutume d’Artois, art. 158. & Maillart sur cet article, & la coutume de Ponthieu, art. 28. 29. 31.

Relief de succession, est celui qui est dû pour mutation d’un fief par succession collatérale, ou même par succession directe dans ces coutumes auxquelles il est dû relief à toutes mutations, comme dans le Vexin françois.

Relief de surannation, sont des lettres de chancellerie par lesquelles sa majesté valide & permet de faire mettre à exécution d’autres lettres surannées ; c’est-à-dire dont l’impétrant a négligé de se servir dans l’année de leur obtention Voyez Chancellerie, Lettres de chancellerie, Surannation. (A)

Relief, (Architecture.) c’est la saillie de tout ornement, ou bas relief, qui doit être proportionné à la grandeur de l’édifice qu’il décore, & à la distance d’où il doit être vu. On appelle figure de relief, ou de ronde bosse, une figure qui est isolée, & terminée en toutes ses vues. (D. J.)

Relief, (Sculpture.) ce mot se dit des figures en saillie & en bosse, ou élevés, soit qu’elles soient taillées au ciseau, fondues ou moulées. Il y a trois sortes de reliefs. Le haut relief, ou plein relief, est la figure taillée d’après nature. Le bas relief est un ouvrage de sculpture qui a peu de saillie, & qui est attaché sur un fond. On y représente des histoires, des ornemens, des rinceaux, des feuillages, comme on voit dans les frises. Lorsque dans les bas-reliefs il y a des parties saillantes & détachées, on les appelle demi-bosses. Le demi-relief est quand une représentation sort à demi-corps du plan sur lequel elle est posée. Voyez Relief-bas, (Sculpt.) (D. J.)

Relief, (Peint.) le relief des figures est un prestige de l’art, que l’auteur de l’Histoire naturelle ne pouvoit pas laisser passer sans l’accompagner de quelqu’un de ces beaux traits qui lui sont familiers. Apelle avoit peint Alexandre la foudre à la main, & Pline s’écrie à la vue du héros, « Sa main paroit saillante, & la foudre sort du tableau ». Il n’appartient qu’à cet écrivain de rendre ainsi les beautés qui le saisissent. Il emprunte ailleurs un style plus simple, pour dire que Nicias observa la distribution des jours & des ombres, & eut grand soin de bien détacher ses figures. Un lecteur qui n’appercevra dans cette phrase que le clair obscur & le relief sans leur rapport mutuel, n’y verra que le récit d’un historien ; les autres y découvriront l’attention d’un connoisseur à marquer la cause & l’effet, & à donner, sous l’apparence d’un exposé historique, une leçon importante en matiere de peinture. (D. J.)

Relief d’une médaille, (Art numismat.) saillie des figures & des types qui sont empreints sur la tête ou sur le revers d’une médaille.

Le relief dans les médailles, comme l’a remarqué le pere Jobert, est une beauté, mais cette beauté n’est pas une marque indubitable de l’antique. Elle est essentielle aux médailles du haut-empire ; mais dans le bas-empire il se trouve des médailles qui n’ont guere plus de relief que nos monnoies. Le tems nécessaire pour graver les coins plus profondément, & pour battre chaque piece dans ces coins, nous a fait négliger cette beauté dans nos monnoies & dans nos jettons ; par-là nous avons perdu l’avantage de les pouvoir conserver aussi long-tems que les monnoies romaines. Leurs médailles que l’on tire de terre après 1800 ans, sont encore aussi fraîches & aussi distinctes que si elles sortoient des mains de l’ouvrier. Nos monnoies au-contraire, après 40 ou 50 ans de cours, sont tellement usées, qu’à peine peut-on reconnoître ni la figure ni la légende. Ainsi les anciens nous surpassent par cet endroit ; mais dans nos grosses médailles, non-seulement nous égalons les Grecs & les Romains, souvent même nous les surpassons. Depuis qu’on a inventé la maniere de battre sous le balancier, nous avons porté le relief aussi haut qu’il puisse aller, en fait de médailles. (D. J.)

Relief-bas, (Sculpture.) on appelle bas-relief un ouvrage de sculpture qui a peu de saillie, & qui est attaché sur un fond. Lorsque dans le bas-relief il y a des parties saillantes & détachées, on les nomme demi-bosses.

Les sujets de bas-relief ne sont point bornés, on y peut représenter toutes sortes de choses & d’ornemens, des animaux, des fleurs, des rinceaux, des feuillages, & même des morceaux d’histoire.

On distingue trois sortes de bas-reliefs, autrement dits basses-tailles ; dans la premiere, les figures qui sont sur le devant paroissent se détacher tout-à-fait du fond ; dans la seconde espece, les figures ne sont qu’en demi-bosse, ou d’un relief beaucoup moindre ; dans la derniere, elles n’ont que très-peu de saillie.

Il n’est pas vrai, comme le prétendoit M. Perrault, que les anciens sculpteurs aient tous violé les regles de la perspective dans leurs ouvrages ; nous connoissons plusieurs bas-reliefs antiques contraires à cette injurieuse décision. Le recueil de Rosci qui a pour titre : admiranda veteris sculpturæ vestigia, nous en présente quelques-uns, & principalement trois, qui sont une preuve évidente de la connoissance des anciens dans la perspective. Le premier est à la pag. 43. il est connu sous le nom du repas de Trimalcion ; sans doute un grec l’a exécuté à Rome ; la perspective des bâtimens s’y découvre avec la plus grande clarté, on ne feroit pas mieux aujourd’hui. A la pag. 11. de ce même recueil, est encore un bas-relief, où sont représentés deux victimaires conduisant un taureau, dont le marbre est à Rome dans la vigne de Médicis. Enfin celui qui se trouve à la pag. 78. luctus funebris, & que l’on conserve à Rome dans le palais Barberin, est peut-être la preuve la plus complette qu’on pourroit opposer à l’auteur du parallele des anciens ; non-seulement on y voit un édifice dégradé, & fuyant dans la plus exacte perspective, mais aussi des intérieurs de voûte.

Je ne prétends pas néanmoins que l’art des bas-reliefs ait été aussi parfaitement connu des anciens, qu’il l’est des modernes, & je conviens que souvent les dégradations de lumiere manquent à la beauté de leurs ouvrages. Quelquefois, par exemple, une tour qui paroît éloignée de cinq cens pas du devant du bas-relief, à en juger par la proportion d’un soldat monté sur la tour, avec les personnages placés le plus près du bord du plan ; cette tour, dis-je, est taillée comme si on la voyoit à cinquante pas de distance. On apperçoit la jointure des pierres, & l’on compte les tuiles de la couverture. Ce n’est pas ainsi que les objets se présentent à nous dans la nature ; non-seulement ils paroissent plus petits à mesure qu’ils s’éloignent de nous, mais ils se confondent encore quand ils sont à une certaine distance, à cause de l’interposition de la masse de l’air.

Les sculpteurs modernes, en cela généralement mieux instruits que les anciens, confondent les traits des objets qui s’enfoncent dans le bas-relief, & ils observent ainsi la perspective aërienne. Avec deux ou trois pouces de relief, ils font des figures qui paroissent de ronde-bosse, & d’autres qui semblent s’enfoncer dans le lointain. Ils y font voir encore des paysages artistement mis en perspective, par une diminution de traits, lesquels étant non-seulement plus petits, mais encore moins marqués, & se confondant même dans l’éloignement, produisent à-peu-près le même effet en Sculpture, que la dégradation des couleurs fait dans un tableau.

On peut donc dire qu’en général les anciens n’avoient point l’art des bas-reliefs aussi parfaits que nous les avons aujourd’hui ; cependant il y a des bas-reliefs antiques qui ne laissent rien à desirer pour la perfection. Telles sont les danseuses, que tant d’habiles sculpteurs ont pris pour modele ; c’est un ouvrage grec si précieux, & que l’on conserve avec tant de soin dans la vigne Borghese à Rome qu’il n’en est jamais sorti.

Entre les ouvrages modernes dignes de notre admiration, je ne dois point taire le grand bas-relief de l’Algarde représentant saint Pierre & saint Paul en l’air, menaçant Attila qui venoit à Rome pour la saccager. Ce bas-relief sert de tableau à un des petits autels de la basilique de saint Pierre ; peut-être falloit-il plus de génie pour tirer du marbre une composition pareille à celle de l’artiste, que pour la peindre sur une toile. En effet, la poésie & les expressions en sont aussi touchantes que celles du tableau où Raphaël a traité le même sujet, & l’exécution du sculpteur qui semble avoir trouvé le clair obscur avec son ciseau, paroit d’un plus grand mérite que celle du peintre. Les figures qui sont sur le devant de ce superbe morceau, sont presque de ronde-bosse ; elles sont de véritables statues ; celles qui sont derriere ont moins de relief, & leurs traits sont plus ou moins marqués, selon qu’elles s’enfoncent dans le lointain ; enfin la composition finit par plusieurs figures dessinées sur la superficie du marbre par de simples traits.

On peut dire cependant que l’Algarde n’a point tiré de son génie la premiere idée de cette exécution, qu’il n’est point l’inventeur du grand art des bas-reliefs ; mais il a la gloire d’avoir beaucoup perfectionné cet art. Le pape Innocent X. donna trente mille écus à ce grand artiste pour son bas-relief. Il étoit digne de cette récompense ; mais on peut douter, avec M. l’abbé du Bos, si le cavalier Bernin & Girardon, n’ont pas mis autant de poésie que l’Algrade dans leurs ouvrages. Je ne rapporterai, dit-il, de toutes les inventions du Bernin, qu’un trait qu’il a placé dans la fontaine de la place Navone, pour marquer une circonstance particuliere au cours du Nil, c’est-à-dire pour exprimer que sa source est inconnue ; & que, comme le dit Lucain, la nature n’a pas voulu qu’on pût voir ce fleuve sous la forme d’un ruisseau.

Arcanum natura caput non prætulit ulli,
Nec licuit populis parvum, te Nile, videre.

La statue qui représente le Nil, & que le Bernin a rendue reconnoissable par les attributs que les anciens ont assignés à ce fleuve, se couvre la tête d’un voile. Ce trait qui ne se trouve pas dans l’antique, & qui appartient au sculpteur, exprime ingénieusement l’inutilité d’un grand nombre de tentatives, que les anciens & les modernes avoient faites pour parvenir jusqu’aux sources du Nil, en remontant son canal.

Mais comme le bas-relief est une partie très-intéressante de la Sculpture, je crois devoir transcrire ici les réflexions de M. Etienne Falconet sur cette sorte d’ouvrage ; il les avoit destinées lui-même au Dictionnaire encyclopédique.

Il faut, dit-il, distinguer principalement deux sortes de bas-reliefs, c’est-à-dire le bas-relief doux, & le bas-relief saillant, déterminer leurs usages, & prouver que l’un & l’autre doivent également être admis selon les circonstances.

Dans une table d’Architecture, un panneau, un fronton, parties qui sont censées ne devoir être point percées, un bas-relief saillant, à plusieurs plans, & dont les figures du premier seroient entierement détachées du fond, feroit le plus mauvais effet, parce qu’il détruiroit l’accord de l’architecture, parce que les plans reculés de ce bas-relief feroient sentir un renfoncement où il n’y en doit point avoir ; ils perceroient le bâtiment, au-moins à l’œil. Il n’y faut donc qu’un bas-relief doux & de fort peu de plans ; ouvrage difficile par l’intelligence & la douceur des nuances qui en font l’accord ; ce bas-relief n’a d’autre effet que celui qui résulte de l’architecture à laquelle il doit être entierement subordonné.

Mais il y a des places où le bas-relief saillant peut être très-avantageusement employé, & où les plans & les saillies, loin de produire quelque désordre, ne font qu’ajouter à l’air de vérité que doit avoir toute imitation de la nature. Ces places sont principalement sur un autel, ou telle autre partie d’architecture que l’on supposera percée, & dont l’étendue sera suffisamment grande, puisque dans un grand espace, un bas-relief doux ne feroit aucun effet à quelque distance.

Ces places & cette étendue sont alors l’ouverture d’un théâtre, où le sculpteur suppose tel enfoncement qu’il lui plaît, pour donner à la scene qu’il représente, toute l’action, le jeu, & l’intérêt que le sujet exige de son art, en le soumettant toujours aux lois de la raison, du bon goût, & de la précision. C’est aussi l’ouvrage par où l’on peut reconnoître plus aisément les rapports de la Sculpture avec la Peinture, & faire voir que les principes que l’une & l’autre puisent dans la nature, sont absolument les mêmes. Loin donc toute pratique subalterne, qui n’osant franchir les bornes de la coutume, mettroit ici une barriere entre l’artiste & le génie.

Parce que d’autres hommes, venus plusieurs siecles avant nous, n’auront tenté de faire que quatre pas dans cette carriere, nous n’oserions en faire dix ! Les sculpteurs anciens sont nos maîtres, sans doute, dans les parties de leur art où ils ont atteint la perfection ; mais il faut convenir que dans la partie pitoresque des bas-reliefs, les modernes ne doivent pas autant d’égards à leur autorité.

Seroit-ce parce qu’ils ont laissé quelques parties à ajouter dans ce genre d’ouvrage, que nous nous refuserions à l’émulation de le perfectionner ? Nous qui avons peut-être porté notre peinture au-delà de celle des anciens, pour l’intelligence du clair-obscur ; n’oserions-nous prendre le même essor dans la sculpture ? Le Bernin, le Gros, Algarde, nous ont montré qu’il appartient au génie d’étendre le cercle trop étroit que les anciens ont tracé dans leurs bas-reliefs. Ces grands artistes modernes se sont affranchis avec succès d’une autorité qui n’est recevable qu’autant qu’elle est raisonnable.

Il ne faut cependant laisser aucun équivoque sur le jugement que je porte des bas-reliefs antiques. J’y trouve, ainsi que dans les belles statues, la grande maniere dans chaque objet particulier, & la plus noble simplicité dans la composition ; mais quelque noble que soit cette composition, elle ne tend en aucune sorte à l’illusion d’un tableau, & le bas-relief y doit toujours prétendre.

Si le bas-relief est fort saillant, il ne faut pas craindre que les figures du premier plan ne puissent s’accorder avec celle du fond. Le sculpteur saura mettre de l’harmonie entre les moindres saillies & les plus considérables : il ne lui faut qu’une place, du goût & du génie. Mais il faut l’admettre, cette harmonie : il faut l’exiger même, & ne point nous élever contre elle, parce que nous ne la trouvons pas dans des bas-reliefs antiques.

Une douceur d’ombres & de lumieres monotones qui se répetent dans la plûpart de ces ouvrages, n’est point de l’harmonie. L’œil y voit des figures découpées, & une planche sur laquelle elles sont collées, & l’œil est révolté.

Ce seroit mal défendre la cause des bas-reliefs antiques, si on disoit que ce fond qui arrête si désagréablement la vue, est le corps d’air serein & dégagé de tout ce qui pourroit embarasser les figures. Puisqu’en peignant, ou dessinant d’après un bas-relief, on a grand soin de tracer l’ombre qui borde les figures, & qui indique si bien qu’elles sont collées sur cette planche, qu’on appelle fond : on ne pense donc pas que ce fond soit le corps d’air. Il est vrai que cette imitation ridicule est observée pour faire connoitre que le dessein est fait d’après de la sculpture. Le sculpteur est donc seul blâmable d’avoir donné à son ouvrage un ridicule qui doit être représenté dans les copies, ou les imitations qui en sont faites.

Dans quelque place, & de quelque saillie que soit le bas-relief, il faut l’accorder avec l’architecture ; il faut que le sujet, la composition & les draperies soient analogues à son caractere. Ainsi la mâle austérité de l’ordre toscan n’admettra que des sujets & des compositions simples : les vêtemens en seront larges, & de fort peu de plis. Mais le corinthien & le composite demandent de l’étendue dans les compositions, du jeu & de la légéreté dans les étoffes.

De ces idées générales, M. Falconet passe à quelques observations particulieres qui sont d’un homme de génie.

La regle de composition & d’effet étant la même pour le bas-relief que pour le tableau, les principaux acteurs, dit-il, occuperont le lieu le plus intéressant de la scene, & seront disposés de maniere à recevoir une masse suffisante de lumiere, qui attire, fixe, & repose sur eux la vue, comme dans un tableau, préférablement à tout autre endroit de la composition. Cette lumiere centrale ne sera interrompue par aucun petit détail d’ombres maigres & dures, qui n’y produiroient que des taches, & détruiroient l’accord. De petits filets de lumiere qui se trouveroient dans de grandes masses d’ombre, détruiroient également cet accord.

Point de raccourci sur les plans de devant, principalement si les extrémités de ces raccourcis sortoient en avant : ils n’occasionneroient que des maigreurs insupportables. Perdant de leur longueur naturelle, ces parties seroient hors de vraissemblance, & paroîtroient des chevilles enfoncées dans les figures. Ainsi pour ne point choquer la vue, les membres détachés doivent, autant qu’il sera possible, gagner les fonds. Placés de cette maniere, il en résultera un autre avantage : ces parties se soutiendront dans leur propre masse ; en observant cependant que, lorsqu’elles sont détachées, elles ne soient pas trop adhérentes au fond : ce qui occasionneroit une disproportion dans les figures, & une fausseté dans les plans.

Que les figures du second plan, ni aucune de leurs parties ne soient aussi saillantes, ni d’une touche aussi ferme que celles du premier ; ainsi des autres plans, suivant leur éloignement. S’il y avoit des exemples de cette égalité de touche, fussent-ils dans des bas-reliefs antiques, il faudroit les regarder comme des fautes d’intelligence contraires à la dégradation, que la distance, l’air & notre œil mettent naturellement entre nous & les objets.

Dans la nature, à mesure que les objets s’éloignent, leurs formes deviennent à notre égard plus indécises : observation d’autant plus essentielle, que dans un bas-relief les distances des figures ne sont rien moins que réelles. Celles qu’on suppose d’une toise ou deux plus reculées que les autres, ne le sont quelquefois pas d’un pouce. Ce n’est donc que par le vague & l’indécis de la touche, joints à la proportion diminuée selon les regles de la perspective, que le sculpteur approchera davantage de la vérité, & de l’effet que présente la nature. C’est aussi le seul moyen de produire cet accord que la sculpture ne peut trouver, & ne doit chercher que dans la couleur unique de sa matiere.

Il faut surtout éviter qu’autour de chaque figure, il regne un petit bord d’ombre également découpée, qui en ôtant l’illusion de leurs saillies & de leur éloignement respectif, leur donneroit encore l’air de figures applaties les unes sur les autres, & enfin collées sur une planche. On évite ce défaut en donnant une sorte de tournant aux bords des figures, & suffisamment de saillie dans leurs milieux. Que l’ombre d’une figure sur une autre y paroisse portée naturellement, c’est-à-dire, que ces figures soient sur des plans assez proches pour être ombrées l’une par l’autre, si elles étoient naturelles.

Cependant il faut observer que les plans des figures principales, surtout de celles qui doivent agir, ne soient point confus, mais que ces plans soient assez distincts & suffisamment espacés, pour que les figures puissent aisément se mouvoir.

Lorsque, par son plan avancé, une figure doit paroître isolée & détachée des autres, sans l’être réellement, on oppose une ombre derriere le côté de sa lumiere, & s’il se peut, un clair derriere son ombre : moyen heureux que présente la nature au sculpteur comme au peintre.

Si le bas-relief est de marbre, les rapports avec un tableau y seront d’autant plus sensibles, que le sculpteur aura su mettre de variété de travail dans les différens objets. Le mat, le grené, le poli, employés avec intelligence, ont une sorte de prétention à la couleur. Les reflets que renvoie le poli d’une draperie sur l’autre, donnent de la légéreté aux étoffes, & répandent l’harmonie sur la composition.

Si l’on doutoit que les lois du bas-relief fussent les mêmes que celles de la Peinture, qu’on choisisse un tableau du Poussin ou de le Sueur ; qu’un habile sculpteur en fasse un modele : on verra si l’on n’aura pas un bas-relief. Ces maîtres ont d’autant plus rapproché la Sculpture de la Peinture, qu’ils ont fait leurs sites toujours vrais, toujours raisonnés. Leurs figures sont, en général, à peu de distance les unes des autres, & sur des plans très-justes : loi rigoureuse qui doit s’observer avec la plus scrupuleuse attention dans un bas-relief.

Enfin, conclud M. Falconet, cette partie de la sculpture est la preuve la moins équivoque de l’analogie qui est entre elle & la peinture. Si l’on vouloit rompre ce lien, ce seroit dégrader la sculpture, & la restraindre uniquement aux statues, tandis que la nature lui offre, comme à la peinture, des tableaux.

A la couleur près, un bas-relief saillant est un tableau difficile. (Le chevalier de Jaucourt.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « relief »

Étymologie de relief - Wiktionnaire

Déverbal de relever.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de relief - Wiktionnaire

De l’ancien français relief.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de relief - Littré

Provenç. releu ; catal. relleu ; espagn. relieve ; ital. rilevo, rilievo ; bas-lat. relevium, du lat. relevare, (voy. RELEVER). La syllabe latine le a été renforcée en lie, qui pour cette raison est resté monosyllabe.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « relief »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
relief rœljɛf play_arrow

Citations contenant le mot « relief »

  • Voici un drôle de livre, allongé, épais, moelleux comme un coussin. A chaque page, un nouveau paysage s’élève en trois dimensions. Des bouts de papier savamment collés se dressent, donnent relief et vie aux dessins. Ce type d’ouvrage, dit «pop-up», est la spécialité de la graphiste et illustratrice Elmodie. Elodie Laîné, de son vrai nom, imagine depuis 2014 un livre animé par an. Le dernier né est consacré aux icebergs. Ces «incroyables géants des mers, flottant et dérivant sur les océans par milliers» sont tristement «devenus symbole du réchauffement climatique», écrit l’autrice. Ses montages aux nuances de bleu tachetées de blanc s’étalent sur sept doubles pages et forment une délicate œuvre de sensibilisation. Libération.fr, «Icebergs», raconter en relief le monde de glaces - Libération
  • Un bas-relief portant la signature de Raymond Delamarre. Un grand nom de la sculpture, créateur également de médailles, né en 1890 qui a été Premier Grand Prix de Rome en 1919, auteur de 250 médailles. , Dans la Sarthe, l'étonnante histoire du bas-relief exposé dans le chai Château Belmar à Mamers | Le Perche
  • Olivier Brourhant : Cela fait effectivement 13 ans que nous sommes ce qu’on appelle une “entreprise remote”. C’est à dire que nos collaborateurs sont répartis dans le monde entier et travaillent à distance, avec des équipes éclatées sur les cinq continents. Et on a retiré un certain nombre d’enseignements de ces années de pratique du télétravail. Le premier c’est que la distance impose d’avoir un niveau d’exigence très élevé en matière de relation. Parce que le télétravail, c’est un rehausseur de goût qui met en relief tous les défauts des organisations. En télétravail, chaque erreur va se payer cash. Capital.fr, “Le télétravail, c’est un rehausseur de goût qui met en relief tous les défauts” - Capital.fr
  • Un tribunal allemand s'est prononcé mardi en appel contre le retrait d'un bas-relief antisémite de l'église de Wittenberg où prêchait Luther, objet de controverse depuis des années. euronews, La justice allemande s'oppose au retrait d'un bas-relief antisémite | Euronews
  • En 2014, la liste « Donnons du relief à La Montagne », menée par Simon Sandoval, était déjà présente et avait réussi à recueillir 31,19% des suffrages au premier tour, soit 834 voix. Le candidat de droite, Xavier Coupry, avait réuni 831 voix, soit 31,08%.  , La Montagne : "Donnons du relief à La Montagne" élue au premier tour | Le Courrier du Pays de Retz
  • Moins prétentieux qu’une œuvre d’art contemporain et plus compact qu’une tapisserie, le bas-relief, fait son grand retour. Sabato a sélectionné les plus beaux exemplaires de cette technique sculpturale. L'Echo, L'art dos au mur: le come-back du bas-relief | Sabato
  • Vu de trop près, le monde perd ses reliefs et la vie ses perspectives. De Antonine Maillet / Le huitième jour
  • L’imagination est la faculté qui donne du relief, de l’éclat, du mordant à la pensée : par elle, l’expression se concentre, se colore, et se trempe ; en individualisant ce qu’elle touche, elle le vivifie et le consacre. De Henri-Frédéric Amiel / Journal intime
  • De même que l'amour nous fait trouver plus belle la femme aimée, l'angoisse que nous inspire une femme redoutée donne un relief démesuré au moindre défaut de ses traits... De Milan Kundera / La valse aux adieux
  • La publicité tombe trop souvent dans les mêmes travers que la politique ; en étant obsédée par les attentes du public, elle lui livre un discours insipide et sans relief. De Serge Uzzan
  • La modestie est au mérite ce que les ombres sont aux figures dans un tableau : elle lui donne de la force et du relief. De François de La Rochefoucauld / Maximes
  • C'est l'ombre de la mort qui donne relief à la vie. De Ingmar Bergman
  • L'ordinaire est un bas-relief circulaire rempli de motifs inavouables. De Nicole Brossard / Picture theory
  • Le talent, c'est le relief donné à la platitude.
  • La monotonie donne un relief extraordinaire aux moindres événements. De Ella Maillart / Des monts célestes aux sables rouges

Images d'illustration du mot « relief »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « relief »

Langue Traduction
Corse relief
Basque erliebea
Japonais 安心
Russe рельеф
Portugais alívio
Arabe ارتياح
Chinois 救济
Allemand linderung
Italien rilievo
Espagnol alivio
Anglais relief
Source : Google Translate API

Synonymes de « relief »

Source : synonymes de relief sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « relief »



mots du mois

Mots similaires