La langue française

Nuance

Sommaire

  • Définitions du mot nuance
  • Étymologie de « nuance »
  • Phonétique de « nuance »
  • Citations contenant le mot « nuance »
  • Images d'illustration du mot « nuance »
  • Traductions du mot « nuance »
  • Synonymes de « nuance »
  • Antonymes de « nuance »

Définitions du mot « nuance »

Trésor de la Langue Française informatisé

NUANCE, subst. fém.

I. − [Le référent désigne quelque chose d'ordre perceptible]
A. − Domaine de la perception visuelle
1. Intensité, degré plus ou moins fort que peut prendre une même couleur. Synon. ton.Nuance sombre, claire, foncée, lumineuse, tendre. Les nuances par lesquelles se dégradent l'ombre et la lumière sont insensibles (Ac.).Frédéric (...) portait un joli pantalon d'une nuance douce, quoique sombre (Balzac, Cous. Pons, 1847, p.83).Le rose des bonbons se dégradait en nuances exquises (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p.11):
1. Les prairies absorbèrent la rosée qui les blanchissait et se firent voir si fraîches et si vertes que toute autre verdure sembla effacée. Il y eut partout des nuances au lieu de teintes... Sand, Lélia, 1839, p.499.
2. Teinte qu'on peut distinguer d'autres, à l'intérieur d'une même couleur, par le mélange légèrement différent des composantes qui y entrent ou par la subtile différence d'intensité que présentent ces composantes.
a) [Sans compl.] Qui pourrait saisir les nuances infinies produites par le soleil penchant vers son déclin (Dusaulx, Voy. Barège, t. 1, 1796, p.341).C'est par de semblables considérations qu'on peut expliquer (...) les feux de diverses nuances que lancent les fils métalliques très-fins exposés à la lumière du soleil ou à celle d'une bougie (Fresnelds Ann. chim. et phys., t.1, 1816, p.227):
2. ... j'ai mis des années, oui, des années, à combiner un fond aux matières et aux nuances assemblées dans une harmonie artiste. Goncourt, Journal, 1884, p.354.
b) Nuance de + subst. indiquant ce qui présente la nuance.Tu marchais au fond de nos bois appuyée sur mon bras, attentive au vol des oiseaux, à la nuance des fleurs, au changeant aspect des nuées (Sand, op.cit., 1833, p.154).Je restais de longues heures immobile au pied d'un arbre: alors la moindre vibration de l'air, chaque nuance de l'automne me touchait (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p.128).V. apéritif ex. 7:
3. Ce jaune doré, relevé d'un peu de vermillon, forme la couleur de l'aurore proprement dite, et s'élève ensuite, par différentes teintes de rouge, jusqu'au carmin au zénith: de là, descendant par les nuances du pourpre et du violet, il arrive au bleu vers le couchant... Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p.159.
c) [Avec un compl. indiquant le type de teinte dans lequel se situe la nuance]
α) Nuance de + subst. indiquant une couleur.Les nuances d'azur, de vert, de blanc et d'or reprennent leur éclat sur sa peau frémissante (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p.115).Ils voient autour du navire voler une sinistre petite figure, un funèbre oiseau noir. Noir n'est pas le mot propre, le noir serait plus gai; la vraie nuance est celle d'un brun fumeux qu'on ne définit pas (Michelet, Oiseau, 1856, p.47).L'eupatoire, la statice, la scabieuse apportent trois nuances de mauve (Colette, Naiss. jour, 1928, p.26).
[P. méton.] Puis il sortit. L'après-midi finissait déjà. Juste une petite nuance de soir dans le grand ciel d'or blanc (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p.188).
β) Nuance + subst. apposé indiquant une couleur.Nuance (bleu) layette, pourpre, poussière. On restaurerait à volonté la nuance rubis au moyen d'une addition de quelques gouttes d'une solution de sel de tartre (Nosban, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p.139).À cette lueur, les tons roses de la brique prenaient une nuance lilas d'une extrême douceur, les assises de pierre, des teintes gris-de-perle (Gautier, Fracasse, 1863, p.124).La mer prenait là-dessous une certaine nuance bleu paon avec des reflets de métal chaud (Loti, Mon frère Yves, 1883, p.72).
γ) Nuance + adj.En même temps Thénardier voyait du côté de la Bastille une nuance blafarde blanchir lugubrement le bas du ciel (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p.179).Vers cinq heures, le jour commença à poindre. Des nuances bleuâtres marbraient les hautes bandes de nuages (Verne, Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p.151).Elle avait l'air fatiguée; ses pommettes avaient pris une nuance violacée, et le menton s'empâtait (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.340).
B. − P. anal., MUS. ,,Modification de l'intensité d'un son ou des phrases de l'exécution musicale`` (Mus. 1976). Ne négligez pas de mettre avec soin [lorsque vous écrivez pour orchestre] (...) tous les signes indiquant les nuances, les coups d'archet, les accents, les liaisons, les détachés, etc. (E. Guiraud, Busser,Instrument.,1933,préf.).
C. − MÉTALL. ,,Caractéristique d'un acier de construction exprimée par la limite d'élasticité garantie ou par la résistance à la rupture garantie, dans des conditions d'allongement % minimal imposé et parfois de pliage à 180o`` (Forest. Métall. 1977).
II. − [Le référent désigne qqc. de cognitif]
A. − (Variété ou variante fondée sur une) différence de détail, souvent subtile et difficilement discernable, entre deux ou plusieurs choses ou états par ailleurs semblables, ou entre les divers états d'une même chose. Synon. tonalité, tendance.
1. [Sans compl.] Telle était la nuance des opinions de famille (Lamart., Confid., 1849, p.36).Comme tout état social, la Bohême comporte des nuances différentes, des genres divers qui se subdivisent eux-mêmes (Murger, Scènes vie boh., 1851, p.6).Mon père était un homme sensible et qui parlait peu (...). Mais il avait le goût du mot juste et de la nuance précise (Chardonne, Romanesques, 1937, p.126):
4. ... l'on prête souvent à un écrivain ce qu'il n'a jamais soutenu qu'avec beaucoup de correctifs et de nuances. Mauriac, Journal occup., 1942, p.325.
Nuance dans qqc.Il nous manque une toute petite chose, le discernement des nuances dans la caresse (Maupass., Contes et nouv., t.1, Baiser, 1882, p.607).Une autre expression dans son regard, une autre nuance dans son accent (Bourget, Actes suivent, 1926, p.107).Jusque dans le dernier tiers du XVIIesiècle, la croyance à la génération spontanée est vraiment unanime. Sans doute relève-t-on quelques nuances dans les esprits (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p.19).
Nuance entre qqc. (et qqc.)Monsieur Gide, je voudrais que vous me le disiez: est-ce que vous croyez que l'on arrive à rien par le travail et en ciselant?... Ici, un peu sottement, je tente d'établir une nuance entre ces mots et j'insinue que «qui dit travail ne dit pas forcément ciselure» (Gide, Journal, 1911, p.332).
Nuance + adj. exprimant une qualité.Nuance comique, libertine, protectrice, péjorative. Tu souffres! s'écria Baccarat avec un subit élan de tendresse qui sembla revêtir une nuance maternelle (Ponson du Terr., Rocambole, t. 2, 1859, p.294).Mais chez Baudelaire, la nuance satanique n'est que le revers de cette aspiration spirituelle qui commande à tous les efforts de sa vie de poète et d'homme (Béguin, Âme romant., 1939, p.378).
Sans nuances. Synon. de absolu, catégorique, massif.Nous vivons dans le monde de l'abstraction, celui des bureaux et des machines, des idées absolues et du messianisme sans nuances (Camus, Actuelles I, 1948, p.144):
5. Ce regard sans nuances, uniquement lucide, et toujours tendu, semblait-il, à la limite de l'attention, n'était pas tout à fait celui d'un homme... Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p.23.
2. [Avec un compl. désignant l'objet ou l'état pour lequel on distingue la nuance]
a) [Le compl. est introduit par de] Les nuances d'un caractère, d'une pensée, de l'argot; les nuances de l'opinion. Qu'est-ce que je trouve ici? De la vanité sèche et hautaine, toutes les nuances de l'amour-propre et rien de plus (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p.300).Pensez-vous que je serais à même de donner ici la nuance exacte de ce sentiment, si je ne l'avais d'abord éprouvé moi-même? (Gide, Journal, 1928, p.890):
6. ... si des femmes entraient, il exprimait un jugement sur leurs robes, sur la nuance particulière de leur élégance... Maurois, Climats, 1928, p.168.
b) [La détermination est donnée par un adj.] Les femmes saisissent souvent des nuances sociales très fines (Barb. d'Aurev., Memor. 1, 1836, p.96).Cet amateur nommé Noilly (...) avait trouvé le moyen d'enfermer la prose et la poésie d'Hugo dans les trois couleurs, avec des différences dans les teintes indiquant la nuance politique de l'auteur dans le moment? (Goncourt, Journal, 1886, p.542).C'est ici qu'interviennent des mouvements et des attitudes musculaires qui dessinent et esquissent l'absent et des sentiments qui en visent la nuance affective (Ricoeur, Philos. volonté, 1949, p.242).
3. [Dans un cont. établissant une différence, en position de commentaire souvent anaphorique]
a) [Accompagné d'un élément référentiel]
α) [Cet élément est là, ici] Une fois une parole dite, mess Lethierry s'en souvenait; une fois une parole dite, Déruchette l'oubliait. Là était la nuance entre l'oncle et la nièce (Hugo, Travaill. mer, 1866, p.122).Seulement ici est la nuance stendhalienne, fort rare; il ne voit point le ministre (Alain, Propos, 1929, p.842):
7. T. est sans espoir, mais ce sont ceux qui, au contraire de Murry et de moi, ne savent pas voir ce qu'il y a de proprement tonique dans ce sans espoir, qui le disent désespéré. Toute la nuance est là: un désespéré est un être positif... Du Bos, Journal, 1922, p.146.
β) [Cet élément est ce] Ni Clotilde, ni la duchesse d'Uxelles, ni Madame de Maufrigneuse (...) ne purent obtenir du vieux duc cette faveur, tant le gentilhomme conservait de défiance sur celui qu'il appelait le sire de Rubempré. Cette nuance, aperçue par toute la société de ce salon, causait de vives blessures à l'amour-propre de Lucien (Balzac, Splend. et mis., 1844, p.109).
b) [Sans élément référentiel] Au lieu de surpris ou d'étonné, on dit: «stupéfié». Sentez-vous la nuance? Stupéfié! non pas stupéfait, prenez-y garde (Musset, Lettres Dupuis Cotonet, 1836, p.665).[Taine] se contente de préférer les moeurs et la vie antique. Il n'en veut pas chercher à produire un renouveau. Cela serait incompatible avec son déterminisme historique. Tu comprends la nuance (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p.285).
Fam. Mon nom, c'est Léonie Vincent, mais le commissaire de police, lui, il dit la fille Vincent. Nuance (Aymé, Cléramb., 1950, p.46).
B. − [Avec un compl. indiquant ce qui constitue la nuance] Quantité très faible et presque indiscernable de quelque chose (à l'intérieur de quelque chose). Synon. pointe, soupçon.Une nuance d'agacement, d'émotion, de cordialité, d'égarement, de dépit, de regret, de joie. Je vous aime trop passionnément pour ne point passer par-dessus les bienséances vulgaires... J'ajouterai, continua-t-il avec une légère nuance d'ironie (Theuriet, Mais. deux barbeaux, 1879, p.116).Ah! fit Christophe. Vous êtes bien heureux! Leonhard sentit une nuance d'envie dans la voix de Christophe, et il en fut agréablement flatté (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p.245):
8. Elle est toujours la même, accueillante avec cette nuance de dédain qui fait son charme. Green, Journal, 1933, p.172.
Prononc. et Orth.: [nɥ ɑ ̃:s], [ny-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1380 «chacun des degrés par lesquels peut passer une même couleur» (Inventaire du mobilier de Charles V, éd. J. Labarte, p.40); 2. a) 1668 «état intermédiaire par lequel peut passer une chose» (Méré, Conversations, V, I, 74 ds Z. rom. Philol. t. 70, 1954, p.238); b) 1740 «différence sensible entre des choses de même nature» (Ac.); c) 1751 [éd.] nuance de «ce qui s'ajoute à l'essentiel pour le modifier légèrement» (Duclos, Considérations sur les moeurs de ce siècle, p.192); 3. a) 1668 nuances (dans le langage) (Méré, op. cit. ds Z. rom. Philol., loc. cit.: une Bourgeoisie, qui [...] a des nuances d'orgueil); b) 1849 mus. (Fétis, Harm., p. XI). Dér. de nuer*; suff. -ance*. Fréq. abs. littér.: 2355. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3139, b) 2580; xxes.: a) 4057, b) 3514.
DÉR.
Nuancier, subst. masc.a) Catalogue des différentes couleurs que les fabricants d'encre mettent à la disposition des imprimeurs ou carte des échantillons de couleurs d'un produit présenté à la vente (peinture, vernis, rouge à lèvres, fard, etc.) (d'apr. Bég. Estampe 1977, Comte-Pern. 1974, Gilb. 1980). b) Impr. ,,Palette que l'imprimeur prépare pour bien différencier les couleurs (...) qu'il peut être amené à utiliser`` (Bég. Estampe 1977). [nɥ ɑ ̃sje] et [ny-]. 1reattest. 1953 «présentoir de tissus» (Combat, 2 oct., p.7, col. 2); de nuance, suff. -ier*.
BBG. Bulatkin (E.W.). The Fr. word nuance. P.M.L.A. 1955, t.70, pp.244-273. _Wandruszka (M.). La Nuance. Z. rom. Philol. 1954, t.70, pp.233-248.

Wiktionnaire

Nom commun

nuance \nɥɑ̃s\ féminin

  1. (Peinture) (Imprimerie) Chacun des degrés différents par lesquels peut passer une couleur, en conservant le nom qui la distingue des autres.
    • On distingue ici les fils de nuance unie à foulage prolongé, les fils de couleur pour les nouveautés et les fils fantaisie et retors. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Le maquignon de bas étage teint, en tout ou en partie, les robes pour rendre un équipage similaire, au risque de s’exposer à voir fondre la nuance sous une averse. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • La particularité de la ressource ocrière de Puisaye réside en la présence d'une ocre pure à l'état naturel. De cette ocre jaune naît l'ocre rouge, par calcination, offrant des dégradés de nuances variées et chaleureuses […]. — (Petit Futé de l'Yonne, 2005, p.30)
  2. (Figuré) Différence délicate et presque insensible qui se trouve entre deux choses de même genre.
    • À mesure que le rhum vieillit, il se colore, se brunit ; il prend, avec une odeur piquante, une saveur acre & desséchante, dont la nuance empyreumatique huileuse fait dire, à ceux qui n’y sont point accoutumés, que cette liqueur sent le vieux cuir. — (Antoine-François Fourcroy & Louis-Nicolas Vauquelin, Encyclopédie méthodique: Chimie et métallurgie, vol. 6, 1815, page 51)
    • Maurice, qui avait le caractère résolu, classait trop nettement les connaissances humaines. Comme l’empereur Charlemagne, il avait mis d’un côté les idées qui ne lui plaisaient pas et de l’autre celles qui lui plaisaient. Il pensait : « Là-bas, c’est l’erreur, mais ici, c’est la vérité. » Comme l’empereur Charlemagne, il n’avait pas le sentiment des nuances. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 78)
    • Il n'y avait point de nationalités, quoique les nuances de la peau différassent dans les diverses parties de la planète. — (Benjamin De Casseres, Arcvad le terrible, traduction de Émile Armand, dans Les Réfractaires, n°1, janvier 1914)
    • Cette reparatio correspond à la conversion néoplatonicienne, avec cette nuance que Boèce l’historicise, mieux, la généalogise selon quatre étapes et les « lignées » correspondantes : […]. — (Lambros Couloubaritsis, Histoire de la philosophie ancienne et médiévale, Grasset, 1998)
    • je ne suis pas morte, je repose, nuance. — (Patrick Kermann, La mastication des morts, page 22, 1999, Éditions Lansman)
    • Le titreur de Paris-Jour, ce matin, ne s'est pas embarrassé de nuances. Il a annoncé sur la largeur de la « une » : « Peyrefitte va interdire le minijupes. » — (Alain Peyrefitte, C'était de Gaulle, éd. Fayard, 2000, vol. 3)
  3. (Musique) Signes qui indiquent l’intensité plus ou moins grande que doit avoir le son d’un instrument ou de la voix. Il se dit aussi des degrés de sentiment qu’un artiste met dans l’interprétation du morceau qu’il exécute.

Forme de verbe

nuance \nɥɑ̃s\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de nuancer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de nuancer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de nuancer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de nuancer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de nuancer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NUANCE. n. f.
Chacun des degrés différents par lesquels peut passer une couleur, en conservant le nom qui la distingue des autres. La dégradation d'une seule couleur produit un nombre infini de nuances. Le mélange de plusieurs couleurs produit des nuances variées à l'infini. Les nuances par lesquelles se dégradent l'ombre et la lumière sont insensibles. Il se dit quelquefois, figurément, de la Différence délicate et presque insensible qui se trouve entre deux choses de même genre. Il y a entre ces deux idées une nuance qu'il est difficile d'apercevoir, de distinguer, de discerner, de saisir. La nuance qui sépare ces deux opinions est légère, est peu sensible, est imperceptible. Il se dit spécialement, en termes de Musique, des Signes qui indiquent l'intensité plus ou moins grande que doit avoir le son d'un instrument ou de la voix. Il se dit aussi des Degrés de sentiment qu'un artiste met dans l'interprétation du morceau qu'il exécute.

Littré (1872-1877)

NUANCE (nu-an-s') s. f.
  • 1Degré d'augmentation ou de diminution que présente une même couleur ; différence ou changement des couleurs, surtout dans leur passage d'un ton à un autre. L'opale et l'incarnat qui parent le matin, Les couleurs d'un beau soir où son œil incertain Cherche, sans la trouver, la première nuance Du pourpre qui finit, de l'azur qui commence, Saint-Lambert, Sais. III. Ainsi le peintre unit de nuance en nuance La teinte qui finit à celle qui commence, Delille, Imag. III.
  • 2Mélange et assortiment de plusieurs couleurs qui vont bien ensemble. Nuance douce, rude. Ces nuances sont mal entendues. Après le dîner, je vais dans une grande galerie pour y diriger l'ouvrage de plusieurs jeunes filles peu habiles à mêler leurs nuances, Madame Riccoboni, Sophie de Vallière, Lett. 19.

    Terme de perruquier. Mélange des cheveux de différente couleur qui ont du rapport. Faire des nuances à une perruque.

  • 3 Fig. Différence délicate et presque insensible qui se trouve entre deux choses du même genre. Ce sont deux espèces extraordinaires [le pangolin et le phatagin], peu nombreuses, assez inutiles, et dont la forme bizarre ne paraît exister que pour faire la première nuance de la figure des quadrupèdes à celle des reptiles, Buffon, Quadrup. t. IV, p. 81. La nature marche toujours et agit en tout par degrés imperceptibles et par nuances, Buffon, Hist. anim. ch. X. On a dit qu'il n'y avait point de grand génie sans une nuance de folie, Diderot, Essai sur Claude et sur Néron. Suivant les différences du rang, du mérite personnel, de la réputation, il donnait à sa politesse, à ses égards, les nuances que ces différences exigent, Condorcet, Maurepas. Ces secrets du penchant retenus et trahis par la tendresse du sourire, par l'éclair échappé d'un timide regard, mille nuances fugitives dans l'expression des yeux et des traits du visage sont l'éloquence de la beauté, Marmontel, Élém. de litt. Œuvres, t. V, p. 339, dans POUGENS. De la peine au bonheur délicate nuance, Ce n'est point le plaisir, ce n'est plus la souffrance, Delille, Imag. III.
  • 4 Fig. Il se dit des délicatesses du langage, comparées aux nuances des couleurs. L'extrême difficulté ne paraît qu'à penser sur chaque sujet ce qu'il y a de meilleur à dire, et à trouver dans le langage je ne sais quelles nuances qui dépendent de se connaître en ce qui sied le mieux en fait d'expressions, Méré, Convers. p. 20, dans RICHELET. Elle [la future Dauphine] a écrit à monsieur le Dauphin [le fils de Louis XIV] avec des nuances de style, selon qu'elle a été près d'être sa femme, qui ont marqué bien de l'esprit, Sévigné, 28 fév. 1680. Dès qu'un homme comme notre conquérant tartare [dans l'Orphelin de la Chine] a dit : j'aime, il n'y a plus pour lui de nuances, Voltaire, Lett. d'Argental, 8 sept. 1754. Les nuances les plus fines dans l'expression, Marmontel, Mém. V.
  • 5 Terme de musique. Se dit surtout des différences du forte et du piano. Cette pianiste joue sans nuance ; et, comme la nuance donne l'expression, on dit à peu près avec le même sens : jouer sans nuance et sans expression.

REMARQUE

On se sert préférablement en peinture des termes de teintes et demi-teintes, de tons. Nuance est particulièrement du langage des teinturiers, des tapissiers et du langage figuré.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NUANCE, (terme de Teinturier.) adoucissement, diminution d’une couleur, depuis la plus sombre jusque à la plus claire de la même espece.

Il a des nuances de rouge, de verd, de bleu, de gris-de-lin, de jaune, &c. & chaque nuance contient huit ou neuf dégradations de couleurs.

Les maîtres & gardes des teinturiers en soie sont obligés par leurs statuts & réglemens de teindre tous les deux ans deux livres de soie de seize sortes de nuances en cramoisi ; savoir, quatre rouges, quatre écarlates, quatre violettes & quatre canelles, pour servir d’échantillons matrices sur lesquels les débrouillis des soies de pareilles nuances doivent être faits.

Nuance, (Peinture.) sont les passages insensibles d’une couleur à l’autre, ou du clair aux bruns. On ne se sert cependant guere de ce terme en peinture.

Nuances, marque de (Soirie.) billets attachés à la gavassine pour indiquer à l’ouvrier la couleur qu’il doit mettre quand une fleur, une feuille commence.

Nuance, (ouvrage d’Ourdissage.) s’entend de toute couleur qui passe par gradation du foncé au pâle, & cela par différens degrés imperceptibles ; il faut avoir attention que ces gradations ne soient pas trop tranchantes, ce qui choqueroit l’œil, & détruiroit l’harmonie qui doit toujours regner dans l’union des couleurs.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « nuance »

Nuer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dérivé de nuer avec le suffixe -ance.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nuance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nuance nµɑ̃s

Citations contenant le mot « nuance »

  • Lorsqu'une langue meurt avec ses couleurs, ses nuances, le peuple meurt aussi. De Maila Talvio / Pensées éternelles
  • Pas la Couleur, rien que la nuance. Paul Verlaine, Jadis et naguère, Art poétique , Messein
  • La violence exclut la nuance, c’est ça le merdier entre les hommes. De Aziz Chouaki / Arobase
  • Les malheurs humains ont des teintes multiples : jamais ne se retrouve même nuance de douleurs. De Eschyle / Les suppliantes
  • La mort n’est que la dernière nuance de la vie. De Georges-Louis Leclerc de Buffon / Histoire naturelle de l’homme
  • Tout se réduit en somme au désir et à l’absence de désir. Le reste est nuance. De Emil Michel Cioran
  • La gaminerie est une nuance de l’esprit gaulois. On pourrait dire que Voltaire gamine. De Victor Hugo / Les Misérables, 1862
  • Touriste - Terme employé avec une nuance de dédain, parfois d’agacement, par le touriste pour désigner d’autres touristes. De Pierre Daninos / Vacances à tous prix
  • Oui, on meurt tous de manière différente. Mais on naît tous de la même manière, nuance, étrange, non ? De Aziz Chouaki / Arobase
  • Les gens répugnent à reconnaître le bonheur chez les autres et s'ils le font, c'est avec une nuance de mépris et d'ironie. De Jean-Claude Clari / Catherine de I à V
  • Le français est devenu une langue provinciale. Les indigènes s'en accommodent. Le métèque, seul, en est inconsolable. Lui seul prend le deuil de la nuance. De Emil Michel Cioran / De l'aveu d'être né
  • L’infidélité est comme la mort, elle n’admet pas de nuances. De Madame de Girardin / Lettres parisiennes
  • Ecrire, c'est simplement faire des nuances entre les mots. De Jean-Marie Poupart / Ruches
  • L'habit d'un arlequin n'est pas plus varié dans ses nuances que ne l'est l'esprit humain dans ses folies. De Gustave Flaubert
  • Il en est de l'esprit comme de la musique ; plus on l'entend, plus on exige de subtiles nuances. De Georg Christoph Lichtenberg / Aphorismes
  • Si cela semble aller de soi, il arrive que l’on soit prise de court face à l’étendue des nuances de coloration à la maison. Devant tant de teintes, pour laquelle devriez-vous opter : l’habituelle ou le coup d’éclat différent? Salut Bonjour, 7 trucs pour une coloration à la maison vraiment réussie | Salut Bonjour
  • Le blond foncé est une nuance principalement conseillée aux femmes ayant une base de cheveux châtains à châtains clairs, qui ont envie d’éclaircir leurs cheveux sans pour autant arriver à des blonds clairs. “On peut aussi refoncer certains balayages devenus trop clairs. En revanche, sur une vraie brune, je ne conseille pas forcément d’aller jusqu’au blond (même foncé). Cela ne donne généralement pas de jolis résultats naturels.” conseille Morgane Stephanazzi. Niveau maquillage, on privilégie les ombres à paupières bronzes ou dorées afin faire davantage ressortir le blond foncé. Côté lèvres, vous pouvez oser le jeu de contraste avec un rouge à lèvres dans les tons rouges. Du corail au carmin en passant par le coquelicot, tout est permis ! Femme Actuelle, Blond foncé : 20 idées de nuances pour cet été et nos conseils pour adopter la tendance : Femme Actuelle Le MAG
  • Si la tendance actuelle n’est pas à l’affichage d’une couleur politique, et encore moins une appartenance à un parti, sachant aussi que les listes sont de plus en plus diverses, les préfectures donnent tout de même une nuance politique aux listes dans les villes de plus de 3.500 habitants et dans les chefs-lieux d’arrondissement. www.lejdc.fr, La nuance politique "divers gauche" largement en tête aux municipales dans la Nièvre - Nevers (58000)

Images d'illustration du mot « nuance »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nuance »

Langue Traduction
Anglais shade
Espagnol sombra
Italien ombra
Allemand schatten
Chinois 阴影
Arabe الظل
Portugais sombra
Russe тень
Japonais シェード
Basque itzala
Corse ombra
Source : Google Translate API

Synonymes de « nuance »

Source : synonymes de nuance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « nuance »

Partager