Peinture : définition de peinture


Peinture : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PEINTURE, subst. fém.

I.
A. − Matière colorante composée d'un pigment et d'un liant, utilisée pour recouvrir une surface, pour la protéger ou l'orner. Boîte, pot, tube de peinture; attention à la peinture. Les parois sont ornées de sculptures d'une extrême finesse couvertes d'une couche légère de peinture quelquefois disparue sous le limon dont les premiers chrétiens avaient barbouillé les murailles (Du Camp, Nil,1854, p.129).Alban sursauta. Sur sa manche, la peinture fraîche de la barrière avait fait une large tache rouge (Montherl., Bestiaires,1926, p.521).Philippe déposait sur un bahut sa palette éclatante. L'odeur grasse de la peinture flottait dans la pièce comme un encens (Duhamel, Suzanne,1941, p.232).
[Suivi d'un adj. ou d'un nom en appos. indiquant la qualité ou les propriétés de la peinture] Peinture brillante, mate; peinture émail, peinture laque, peinture laquée; peinture lumineuse, phosphorescente; peinture antiseptique, antirouille. Peinture anti-parasite, antisalissante ou, p.empr. à l'angl., antifouling. Peinture corrosive que l'on emploie comme couche de surface pour les carènes et qui a pour but de gêner le développement des coquillages et de la végétation sur les tôles (d'apr. Gruss 1952, 1978). Avec les carènes métalliques (...) on fait usage de deux peintures: une première peinture antirouille et une seconde peinture, dite antifouling, devant s'opposer à l'adhérence de la flore et de la faune sous-marines (Coffignier, Coul. et peint.,1924, p.695).
[Suivi d'un compl. ou d'un adj. désignant le liant ou le pigment spécifique] Peintures aux résines; peintures acryliques, vinyliques; peinture au minium, au plomb, au zinc.
Peinture à l'huile. V. huile I A 2 a.
Peinture à la colle, peinture en détrempe ou à la détrempe. ,,Peinture dont le liant en dissolution dans l'eau est constitué par une colle`` (Barb.-Cad. 1963).
Peinture à l'eau. Peinture dans laquelle l'eau intervient comme solvant. Les peintures à l'eau prêtes à l'emploi sont des peintures en émulsion (Delorme1962).
P. anal. Fard, maquillage (du visage); vernis (à ongles); teinture (des cheveux, de la barbe). Il y avait ensuite le blanc, le kohl, la poudre de riz, les opiats, les pattes de lièvre, tout l'attirail de la peinture dramatique (A. Daudet, Pt Chose,1868, p.295).Ses cheveux [de Gwynplaine] avaient été teints couleur d'ocre une fois pour toutes (...). Gwynplaine avait les cheveux jaunes. Cette peinture des cheveux, apparemment corrosive, les avait laissés laineux et bourrus au toucher (Hugo, Homme qui rit,t.2, 1869, p.61).Elle se parfumait, se mettait de la peinture sur les ongles, du rouge sur les lèvres (Queneau, Pierrot,1942, p.27).
Pop. Un (vrai) pot de peinture. Visage trop maquillé (Ds Rey-Chantr. Expr. 1979).
B. − Couche de peinture recouvrant une surface, un objet; surface peinte. Refaire les peintures. L'appartement du docteur n'avait pas été changé depuis quarante ans. Les peintures, les papiers, la décoration, tout y sentait l'Empire (Balzac, Cous. Pons,1847, p.161).Celui qui imagina de coller une toile sur le panneau, pour que la peinture ne se fendît pas avec le bois, passa pour un homme merveilleux (A. France, Lys rouge,1894, p.136):
1. Devant les portes des chambres, dans les corridors, les tentures pendaient en loques, et partout la peinture des boiseries s'écaillait au long des fentes, se noircissait à l'endroit où les mains touchent les portes, où le balai heurte les plinthes. Adam, Enf. Aust.,1902, p.104.
II. − Action de peindre.
A. − Action de recouvrir (une surface, un objet) d'une matière colorante. Peinture en bâtiment; entreprise de peinture; peinture au pinceau, au rouleau. Pour la réparation des voitures, [un atelier complet] comprend (...) un atelier de peinture (Bricka, Cours ch. de fer,t.2, 1894, p.121).L'aérographe (...) dont la technique est celle de la peinture industrielle au pistolet (Arts et litt.,1935, p.30-19):
2. ... en dépit de ses hôtes, qui le traitaient en convalescent, ou, par délicatesse afin de marquer leur confiance, qui le dirigeaient sur les besognes aristocratiques du chantier, le nettoyage des trumeaux ou la peinture des rechampis, il n'était pas à l'aise. Giraudoux, Bella,1926, p.159.
B. − BEAUX-ARTS
1. Au sing.
a) Art de peindre; moyen d'expression qui, par le jeu des couleurs et des formes sur une surface, tend à traduire la vision personnelle de l'artiste. Faire de la peinture; aimer la peinture; école de peinture. La sculpture, ainsi, le plus matériel des arts, aura créé l'intelligence qui, aboutissant à la peinture, recréera, par elle, la sensualité. Et la peinture, par la sensualité, ramènera au sentiment mystique que le rationalisme atomique avait détruit (Faure, Espr. formes,1927, p.178).La peinture n'explique pas: elle se borne à être et à montrer ce qu'elle est; à nous de l'éprouver par sa vertu de contagion (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p.245):
3. ... la peinture n'est pas le dessin. La peinture est de la couleur et dans son triomphe, je ne la vois que dans les pays de brouillard froids et chauds, dans les pays où un certain prismatique monte de l'eau dans l'air, en Hollande ou à Venise. Elle ne m'apparaît pas dans le clair éther de la Grèce, pas plus que dans le bleu clair de l'Ombrie. Goncourt, Journal,1867, p.336.
[Suivi d'un adj. ou d'un compl.] Technique, procédé, pratique d'un genre de l'art pictural (défini par l'emploi de tel support, de telle matière, par la mise en oeuvre de certains sujets, de certaines conceptions). Molière établit, en termes magnifiques, la distinction de la peinture à l'huile et de la fresque: cette différence n'est autre que celle qui sépare La Bruyère, peintre de chevalet et à l'huile, de lui Molière, peintre à fresque (Sainte-Beuve, Port-Royal,t.3, 1848, p.227).Nos auteurs tragiques, de même que les peintres médiocres qui s'attardent à la peinture d'histoire, placent tout l'intérêt de leurs oeuvres dans la violence de l'anecdote qu'ils reproduisent (Maeterl., Trésor des humbles,1896, p.165):
4. Pour avoir préconisé non pas un art d'imitation, mais un art de conception qui tend à s'élever jusqu'à la création et jusqu'à l'effusion pure, ainsi que le dit magnifiquement Apollinaire, le cubisme préparait, par son esprit, par ses recherches, par ses aspirations, les voies à la peinture abstraite, ces voies qu'il paraissait lui clore par ses réalisations. Mais ces réalisations, à les mieux regarder, ne nous apparaîtront-elles pas comme capables d'engendrer, elles aussi, cette peinture abstraite? Dorival, Peintres XXes.,1957, p.119.
SYNT. Peinture murale, monumentale; peintures rupestres; peinture sur bois, sur émail, sur porcelaine, sur verre, sur toile; peinture à l'aquarelle, à la gouache, au lavis; peinture de portrait, de genre; peinture abstraite, figurative, non figurative, réaliste, décorative.
[Au Moy. Âge] Plate peinture. Peinture exécutée sur une surface plane (par opposition à la peinture appliquée sur ronde bosse). On dirait que ces figures sont de relief, mais ce n'est que plate peinture (Ac.1798-1878).En passant sous le portail, vous m'expliquerez aussi ce que veut dire le jardinier de plate peinture qu'on voit en entrant dans l'église (Hugo, N.-D. Paris,1832, p.322).
b) Au sing. à valeur de coll. Ensemble d'oeuvres picturales. Commençons par visiter ce que mes contemporains ont pris l'habitude d'appeler la peinture d'histoire (Huysmans, Art mod.,1883, p.15).Le Charles Ierde Van Dyck est le père de toute la peinture anglaise du siècle suivant, de Lawrence et Reynolds, de Hoppner et Raeburn, et du chef-d'oeuvre de cette peinture: le portrait de Mrs. Siddons, par Gainsborough (Morand, Londres,1933, p.232):
5. Rembrandt ne semble-t-il pas dire, avec sa peinture, ce qu'exprimait saint Jean de la Croix: «Nous ne sommes pas ici-bas pour voir, mais pour ne pas voir»? Entendons bien: Pour ne pas voir ce qui retient indûment les regards qui ne cherchent rien. Huyghe, Dialog. avec visible,1955p.304.
SYNT. Vendre sa peinture, vivre de sa peinture; exposition, galerie de peinture; la peinture classique, romantique, impressionniste; la peinture française au XVIIIes. V. aussi syntagmes supra B 1 a en partic.
2. Au sing. et au plur.
a) OEuvre picturale. Une bonne, une mauvaise peinture; une peinture à fresque. Je n'ai remarqué qu'une toile qui soit la peinture d'un vrai peintre, je n'ai remarqué que le tableau de l'Américain Orchardson, ayant pour titre l'Énigme (Goncourt, Journal,1894, p.590).Parmi les peintures représentant ce jeu [les osselets], il en est une célèbre au Musée de Naples: c'est une peinture monochrome sur marbre, signée Alexandre d'Athènes (D'Allemagne, Récr. et passe-temps,1904, p.75).Au centre du panneau, attirant le regard comme une présence, était accroché un portrait de Jacques, grandeur nature: une peinture à l'huile, de facture moderne (Martin du G., Thib.,Épil., 1940, p.834):
6. ... le premier effet d'une belle peinture est une contemplation aussi riche que l'on voudra, qui occupe et ramène toute l'âme, par une variété sans fin, mais réduite aussitôt à cette forme colorée qui suffit à tout porter; dont la première cause, qui marque aussi l'opposition profonde entre la peinture et le dessin, est que la ligne évoque des formes, au lieu que la couleur évoque des sentiments. Alain, Beaux-arts,1920, p.262.
La peinture de qqn. Son portrait peint. Ce sont les traits vivants, c'est [un médaillon] la peinture parlante de l'auguste reine des îles d'Orient! (Nodier, Fée Miettes,1831, p.130).
Loc. En peinture
α) En portrait, en effigie. Je t'ai sur mon coeur placée en peinture, Quand je suis parti. Il m'a préservé de toute blessure, Ce portrait chéri! (Meilhac, Halévy, Gde duchesse de Gérolstein,1867, ii, 1, p.232).
P. anal., région. (Canada). ,,Tout craché, tout recopié`` (Rogers 1977). Ah! Émilie, moé j'ai pour mon dire qu'on est le portrait de nos pères, Gaston, c'est un Tite-Masse en peinture (Trudel, Vézine,1946, p.68 ds Rogers 1977).
Fam. Ne (pas/plus) pouvoir voir qqn en peinture. Ne (pas/plus) pouvoir le supporter; le détester. Elle ne peut pas le voir en peinture. Elle a tort, c'est un garçon très riche (Dumas fils, Dame Camélias,1848, p.78).Il me prenait en grippe. Il pouvait plus me voir en peinture (Céline, Mort à crédit,1936, p.166).
β) Vx ou littér., loc. adv. ou adj. (D'une manière) qui manque de réalité, de consistance; (qui n'existe qu') en apparence. Louis XVI s'est peut-être arrêté au Grand Monarque, et s'est vu là peint en enseigne, roi en peinture lui-même. −Pauvre «grand monarque»! (Hugo, Rhin,1842, p.26).Chacun a sa vocation en ce monde: la mienne n'est pas, malheureusement, pour les mariages en peinture (Feuillet, Scènes et com.,1854, p.262).Ce n'est pas un homme qui lève le doigt au milieu de cette pauvre enluminure, C'est Dieu qui pour notre salut n'a pas souffert seulement en peinture (Claudel, Corona Benignitatis,1915, p.474).
b) P. anal. Représentation matérielle, naturelle ou artificielle; image de quelque chose. Si la peinture fidèle de la forme de l'objet sur la rétine explique le secret de la perception de cette forme, il faut que cette peinture, que cette image aille de la rétine au nerf optique, du nerf optique au cerveau (Cousin, Hist. philos. XVIIIes.,t.2, 1829, p.338).Nous commençons à comprendre (...) comment l'écriture, qui ne consistait d'abord qu'en signes naturels, (...) a tendu de plus en plus à devenir un signe indirect, une simple peinture conventionnelle du langage parlé (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p.318).
C. − Au fig. Fait de représenter quelque chose par le langage, la musique (ou tout moyen d'expression autre que la peinture); description, évocation se voulant exacte, vive et frappante. On le voit, le drame tient de la tragédie par la peinture des passions, et de la comédie par la peinture des caractères (Hugo, Ruy Blas,1838, préf., p.330).La peinture très intéressante que vous me faites de votre diète ne m'a pas surpris. J'imaginais les choses à peu près telles que vous me les dépeignez (Tocqueville, Corresp.[avec Gobineau], 1854, p.217).Moussorgski est trop profondément russe pour concevoir une Carthaginoise qui ne fût pas moscovite, et, comme le dit R. Hofmann, «toute peinture musicale est forcément subjective» (Dumesnil, Hist. théâtre lyr.,1953, p.176):
7. J'ai dû comprendre qu'on appelle souvent peinture objective une représentation superficielle; mais, pour une peinture profonde, c'est en soi que le poète expérimente ce qui fera l'objet de son tableau. Gide, Journal,1930, p.984.
SYNT. Peinture morale, sociale; peinture de l'homme, du coeur humain, des sentiments, de l'amour, du bonheur; peinture des moeurs, de la société, de la vie; peinture exacte, fidèle, vraie; peinture cruelle; peinture complaisante, fausse, romanesque.
Prononc. et Orth.: [pε ̃ty:ʀ]. Att. ds Ac. dep.1694. Étymol. et Hist.1. 1121-34 «description, évocation imagée faite à l'aide de mots» (Philippe de Thaon, Bestiaire, 2802 ds T.-L.); 2. a) ca 1140 «représentation graphique et colorée destinée à suggérer quelque chose; tableau» (Voyage de Charlemagne, éd. G. Favati, 345: Li paleis fu listez d(e) azur, et ave(r)nanz Par [mult] cheres peintures a bestes et (a) serpenz, A tutes creatures et oiseäus volanz); b) ca 1200 fig. «ce qui est gravé, fixé dans l'esprit, le coeur» (Moralités sur Job, 327, 33 ds T.-L.: eles gardent en soi la pointure de cez [temporeiz] choses cui eles aiment [servant depicta quae amant]); 3. ca 1165 «suggestion, représentation du monde visible par la couleur» (Benoît de Ste-Maure, Troie, 22416, ibid.); 1554 en plate peincture (Thevet, Cosmogr., IV, 2 ds Hug.); s.d. [av. 1615] en peinture plate ou en bosse (Pasquier, Lettres, XI ds OEuvres, éd. Amsterdam, 1723, t.2, col. 296); 4. a) fin xiiies. «souillure laissée par le fer d'une arme dans une blessure [par comparaison avec un enduit utilisé pour peindre]» (Sone de Nansai, 13472 ds T.-L.); b) 1671 «matière colorante servant à peindre» (Pomey); c) 1688 «fard» (La Bruyère, Caractères, Des femmes, 6 ds OEuvres, éd. J. Benda, p.109). Du lat. vulg. *pinctura, réfection d'après le verbe pingere, v. peindre, du class. pictura «l'art de peindre; ouvrage peint, tableau; action de farder, enluminure; [fig.] description, tableau [par la parole, l'écrit]». Fréq. abs. littér.: 4588. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5601, b) 6168; xxes.: a) 6813, b) 7330.
DÉR.
Peinturier, -ière, subst. masc. et adj.,fam. a) Subst. masc. Mauvais peintre. Ce portrait [d'Albert Wolff par Bastien Lepage] eut un succès de terreur au salon de 1880. La brutale autant que précieuse médiocrité du peinturier avait trouvé là sa formule (Bloy, Désesp.,1886, p.324).b) Adj. Qui appartient aux peintres. Raphaël, au mépris de l'Évangile, qui n'en dit pas un seul mot, a tenu à faire planer ses trois personnages lumineux, obéissant à une peinturière tradition d'extase infiniment déplacée dans la circonstance (Bloy, Femme pauvre,1897, p.75). [pε ̃tyʀje], fém. [-jε:ʀ]. 1resattest. a) subst. fin xiiies. [ms.] masc. peinturier «peintre» (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 22411, var. ms. K), très rare; encore relevé au xvies. (Gdf.), puis en 1897 au sens de «barbouilleur» (Bloy, Femme pauvre, p.273); ca 1265 fém. peinturiere fig. (Brunet Latin, Trésor, éd. Fr. J. Carmody, III, X, 23, p.327), ex. isolé; b) adj. 1897 (Bloy, op. cit., p.142); de peinture, suff. -ier*.
BBG.Quem. DDL t.15, 17.

Peinture : définition du Wiktionnaire

Nom commun

peinture \pɛ̃.tyʁ\ féminin

  1. (Peinture) Substance pigmentée appliquée en couche à l’aide d’un pinceau, d’un rouleau ou par projection sur une surface à colorer ou à protéger.
    • Au fond, dans la pénombre, Bern était accroupi et décapait un vieux vaisselier au chalumeau. Des couches de peinture faisaient des cloques noires sous la flamme bleue. L'odeur était un mélange de bois carbonisé et de métal. — (Peter Temple, Séquelles, traduit de l'anglais (Australie) par Mireille Vignol, Éditions Gallimard, 2016)
  2. (Peinture) L’art de peindre, le métier de peindre.
    • Héritier en ligne directe du muralisme mexicain, le muralisme chicano est aujourd'hui l'un des multiples exemples de peinture murale aux États-Unis. — (Annick Treguier, « La peinture murale Chicana », dans La Peinture mexicaine de l'époque précolombienne à nos jours, textes rassemblés par Madeleine Cucuel, Les Cahiers du CRIAR n° 12/Publications de l'Université de Rouen n° 180, 1992, page 75)
    • La peinture de la Renaissance italienne — La peinture de genre.
  3. Ouvrage du peintre ; tableau.
    • […], il fit une seconde halte pour lire ces mots : À la Belle-Étoile, écrits en légende sous une peinture qui représentait le simulacre le plus flatteur pour un voyageur affamé : c’était une volaille rôtissant au milieu d’un ciel noir, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • […] l'homme était exquis. Il bibelotait. Il fréquentait la salle Drouot, y achetait du mobilier, de la peinture, des livres rares […]. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • […], et une peinture sous verre, fixée sur la façade, représentait une femme appétissante aux yeux noirs qui, frileusement, s'emmitouflait de fourrures. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Cette peinture, tante Grédel, représente deux amoureux qui s’aiment plus qu’on ne peut dire : Joseph Bertha et Catherine Bauer ; Joseph offre un bouquet de roses à son amoureuse, qui étend la main pour le prendre. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
  4. (Figuré) Description.
    • Cet auteur excelle dans la peinture des caractères, des passions, des mœurs, des faiblesses du cœur humain, des objets, des scènes de la nature.
    • A première vue, il semble qu’il n’ait eu qu’un rôle très passif. Il n’y a aucune crise au cours de laquelle Claude fasse preuve d’esprit de décision ou de courage. La peinture est cohérente. — (Barbara Levick, trad. Isabelle Cogitore, Claude (Claudius), Infolio, coll. « Memoria », 2002, page 57)
  5. (Figuré) Transposition représentative.
    • Il eut tort de citer le mot de Voltaire, qui est beaucoup trop décisif et immodéré : « L’écriture est la peinture de la voix ; plus elle est ressemblante, meilleure elle est », et qui conduirait à l’orthographe individuelle, […]. — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Peinture : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PEINTURE. n. f.
L'art de peindre, le métier de peindre. La peinture d'histoire. La peinture de genre. Il se dit aussi de Toute sorte d'ouvrages de peinture. Il y a de belles peintures dans ce palais. Les peintures de ce salon, de cette galerie sont admirables. Peinture à l'huile, à fresque, à la détrempe, au pastel. Peinture sur verre, sur émail, sur porcelaine, sur bois, sur étoffe, etc. Il se dit encore de Toute couleur qui est étendue, appliquée sur une surface. Prenez garde à la peinture. Faites attention à ne pas vous frotter à ce mur, la peinture en est toute fraîche, la peinture n'est pas sèche. Il se dit figurément d'une Description vive et naturelle. Cet auteur excelle dans la peinture des caractères, des passions, des mœurs, des faiblesses du cœur humain, des objets, des scènes de la nature. Il en a fait une peinture si vive qu'on croit voir la chose elle-même. Il a mal réussi dans la peinture qu'il en a faite. On voit éclater dans ces vives peintures tout ce que la passion a de plus animé.

EN PEINTURE, loc. adv. et fig. En apparence, sans réalité. Il n'était roi qu'en peinture. Fam., Je ne peux pas le voir en peinture, se dit d'une Personne que l'on ne peut souffrir.

Peinture : définition du Littré (1872-1877)

PEINTURE (pin-tu-r') s. f.
  • 1 Imitation faite avec lignes et couleurs, sur une superficie plane, de tout ce qui se voit sous le soleil ; sa fin est la délectation, Poussin, Lett. 7 mars 1665. La peinture est un des arts libéraux ; elle a trois parties : l'invention, le coloris et le dessin. Dans la peinture, nous aimons mieux un paysage que le plan du plus beau jardin du monde ; c'est que la peinture ne prend la nature que là où elle est belle, là où la vue se peut porter au loin et dans toute son étendue, là où elle est variée, là où elle peut être vue avec plaisir, Montesquieu, Goût, Curiosité. La peinture se divise en technique et idéale, et l'une et l'autre se sous-divise en peinture de portrait, peinture de genre et peinture historique, Diderot, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 325, dans POUGENS. Ce qui fait bien en peinture fait toujours bien en poésie ; mais cela n'est pas réciproque, Diderot, Salon de 1767, t. XIV, p. 127. Vers le temps de la bataille de Marathon, la peinture et la sculpture sortirent de leur longue enfance, et des progrès rapides les ont amenées au point de grandeur et de beauté où nous les voyons aujourd'hui, Barthélemy, Anach. ch. 37. La peinture en ce premier état d'enfance où elle est désignée par les noms de linéaire ou de monogramme…, Lévesque, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. II, p. 380.

    Peinture à fresque, celle qui se fait contre les murailles et les voûtes fraîchement enduites d'un mortier de chaux et de sable.

    Peinture en détrempe, peinture qui se fait ou sur des murs, ou sur du bois, ou sur de la toile, et à laquelle toutes couleurs sont propres, à l'exception du blanc de chaux.

    Peinture à l'huile, celle qui se fait sur toutes sortes de matières, et où les couleurs se broient avec de l'huile de noix, ou de l'huile de lin.

    Peinture sur verre, celle des vitraux.

    Peinture en émail, celle qui se fait sur les métaux et sur la terre, avec des émaux cuits et refondus.

    Plate peinture, se disait, au moyen âge, de ce qui se peignait sur mur, sur châssis ou sur toile, par opposition à la peinture appliquée sur ronde bosse, De Laborde, Émaux, p. 435.

  • 2Ouvrage de peinture. Une belle peinture. Les peintures de Michel-Ange et de Raphaël au Vatican.

    Familièrement. Cela est fait comme une peinture, se dit d'une chose bien faite, d'un ouvrage exécuté avec soin.

  • 3Portrait. Et voilà d'un bel homme une vive peinture ! Molière, Sgan. 6. Je n'ai pas reconnu les traits de sa peinture, Molière, ib. 22.

    Image d'un objet. Ayant ainsi vu cette peinture dans l'œil d'un animal mort, Descartes, Diopt. v.

  • 4Toute couleur appliquée sur une surface. La peinture de ce carrosse est toute fraîche. Si les femmes étaient telles naturellement qu'elles le deviennent par artifice, …qu'elles eussent le visage aussi allumé et aussi plombé qu'elles se le font par le rouge et par la peinture dont elles se fardent, elles seraient inconsolables, La Bruyère, III.
  • 5Peinture en bois, partie de l'ébénisterie qui représente des figures et autres ornements.
  • 6S. f. pl. Les peintures, s'est dit, aux cartes, des rois, des dames et des valets.
  • 7 Poétiquement. Les couleurs naturelles répandues dans la nature. Sachez qui donne aux fleurs cette aimable peinture, Régnier, Sat. IX, à Rapin. Il [Dieu] donne aux fleurs leur aimable peinture, Racine, Athal. I, 4.
  • 8 Fig. Description vive et animée par la parole ou le style. J'ajoute à ces tableaux la peinture effroyable De leur concorde impie, affreuse, inexorable [des triumvirs], Corneille, Cinna, I, 3. Je pense que je vis d'un air dans le monde à ne pas craindre d'être cherchée dans les peintures qu'on fait là des femmes qui se gouvernent mal, Molière, Critique, 7. L'éloquence est une peinture de la pensée, Pascal, Pens. XXIV, 87 bis, éd. HAVET. Je crois que Marseille vous a paru beau : vous m'en faites une peinture extraordinaire, qui ne déplaît pas, Sévigné, 52. On lit encore avec joie la belle peinture que font Isaïe et Ézéchiel des bienheureux temps qui devaient suivre la captivité de Babylone, Bossuet, Hist. II, 5. Vous verrez dans les paroles de ce grand roi [David] la vive peinture de la reine, et vous en reconnaîtrez tous les sentiments, Bossuet, Mar.-Thér. À ces petits défauts marqués dans sa peinture [d'Achille], L'esprit avec plaisir reconnaît la nature, Boileau, Art p. III. La peinture que la chaire fait de nos vices, Massillon, Carême, Parole.
  • 9En peinture, loc. adv. En apparence, sans réalité. Je parle de cette affection en peinture qui est bien souvent une fausse représentation de l'âme, Guez de Balzac, liv. VII, lett. 29. Puisque le roi veut bien n'être roi qu'en peinture, Corneille, Nicom. V, 7. Un duel met les gens en mauvaise posture, Et notre roi n'est pas un monarque en peinture, Molière, Fâch. I, 10. Tu ne seras heureux par ma foi qu'en peinture, Regnard, le Joueur, V, 7.

    En effigie. Calvin et ses suppôts… Dans Paris, en peinture, allèrent au supplice, Voltaire, Loi nat. 3.

    Je ne voudrais pas y être, m'y voir, même en peinture, se dit d'un lieu, d'une situation pour laquelle on aurait une vive répugnance.

    Ne pouvoir voir en peinture, détester quelqu'un ou quelque chose au point de ne pouvoir en souffrir la représentation.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ce dist raisons : amours n'est fors painture ; En li n'a riens fors biauté et figure, Bibl. des chartes, 4e série, t. V, p. 16. En Oreb un veel [ils] formerent, Et les pointures aorerent, Psaumes, dans Liber psalm. p. 333.

XIVe s. Chi commenchent les peintures des taules [tables de jeux], Hist. littér. de la Fr. t. XXV, p. 54.

XVe s. Guy de la Tremoille fit très richement garnir la navire où son corps devoit passer ; et cousterent les nouvelletés et les peintures… plus de deux mille francs, Froissart, II, III, 36.

XVIe s. Quelquefois on a ouy dire au roy [Henri III], qu'il eust voulu que des huguenots et des ligueurs le dernier fust en peinture, tant il hait les uns et les autres, Considerations sur le meurtre du duc de Guyse, p. 22.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Peinture : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PEINTURE, s. f. (Hist. des beaux arts.) c’est un art qui, par des lignes & des couleurs, représente, sur une surface égale & unie, tous les objets visibles.

L’imagination s’est bien exercée pour trouver l’origine de la Peinture ; c’est là-dessus que les poëtes nous ont fait les contes les plus agréables. Si vous les en croyez, ce fut une bergere qui la premiere, pour conserver le portrait de son amant, conduisit avec sa houlette une ligne sur l’ombre que le visage du jeune-homme faisoit sur un mur. La Peinture, disent-ils,

La brillante Peinture est fille de l’Amour :
C’est lui qui le premier inspirant une amante,
Aux rayons de Phébus, guidant sa main tremblante,
Crayonna sur un mur l’ombre de son amant.
Des diverses couleurs de riche assortiment,
L’art d’animer la toile & de tromper l’absence,
Ainsi que à autres arts lui doivent la naissance.

Ce sont là des apologues inventés pour l’explication de cette vérité, que les objets, mis sous les yeux de l’homme, semblent l’inviter à l’imitation ; & la nature elle-même, qui, par le moyen des jours & des ombres, peint toutes choses soit dans les eaux, soit sur les corps dont la surface est polie, apprit aux hommes à satisfaire leurs goûts par imitation.

Quoi qu’il en soit, on doit placer la Peinture parmi les choses purement agréables, puisque cet art n’ayant aucun rapport avec ce qu’on appelle précisement les nécessités de la vie, est tout entier pour le plaisir des yeux & de l’esprit. La Poésie, fille du plaisir, n’a semblablement pour but que les plaisirs même. Si, dans la suite des tems, la vertu, pour faire sur les hommes une impression plus vive, a emprunté les charmes de l’un & de l’autre, ainsi que la Junon d’Homere emprunta la ceinture de Vénus pour paroître plus aimable aux yeux de Jupiter ; si la vertu a entrepris d’ennoblir par-là, & de relever le mérite de la Poésie & de la Peinture, c’est un bienfait que ces deux arts tiennent d’elle, & qui dans le fond leur est absolument étranger ; ce n’est point le besoin qui leur a donné naissance, elles ne lui doivent point leur origine.

Ce sont deux sœurs dont les intentions sont les mêmes : les moyens qu’elles emploient pour parvenir à leurs fins, sont semblables, & ne different que par l’objet : si l’une par les yeux se fait un chemin pour aller toucher l’esprit, l’autre peint immédiatement à l’esprit ; mais la Peinture saisit l’ame par le secours des sens ; & c’est peut-être dans le fond le plus sûr moyen de l’attacher. Elle trompe nos yeux par cette magie qui nous fait jouir de la présence des objets trop éloignés, ou qui ne sont plus. Son attrait frappe & attire tout le monde, les ignorans, les connoisseurs & les artistes mêmes. Elle ne permet à personne de passer indifféremment par un lieu où sera quelque excellent tableau, sans être comme surpris, sans s’arrêter, & sans jouir quelque-tems du plaisir de la surprise. La Peinture nous affecte par le beau choix, par la variété, par la nouveauté des choses qu’elle nous présente ; par l’histoire & par la fable, dont elle nous rafraîchit la mémoire ; par les inventions ingénieuses, & par ces allégories dont nous nous faisons un plaisir de trouver le sens, & de critiquer l’obscurité.

C’est un des avantages de la Peinture, que les hommes pour être de grands peintres, n’ont guere besoin pour se produire du bon plaisir de la fortune. Cette reine du monde ne peut que rarement les priver des secours nécessaires pour manifester leurs talens. Tout devient palettes & pinceaux entre les mains d’un jeune-homme doué du génie de la Peinture. Il se fait connoitre aux autres pour ce qu’il est, quand lui-même ne le sait pas encore. Ajoutez que l’art de la Peinture n’est pas moins propre à attirer autant de considération à ceux qui y excellent, qu’aucun des autres arts qui sont faits pour flatter les sens.

Il y a dans la Peinture des avantages que les objets mêmes qu’elle imite sont bien éloignés de procurer. Des monstres & des hommes morts ou mourans, que nous n’oserions regarder, ou que nous ne verrions qu’avec horreur, nous les voyons avec plaisir imités dans les ouvrages des peintres ; mieux ils sont imités, plus nous les regardons avidement. Le massacre des Innocens a dû laisser des idées bien funestes dans l’imagination de ceux qui virent réellement les soldats effrénés égorger les enfans dans le sein des meres sanglantes. Le tableau de le Brun où nous voyons l’imitation de cet événement tragique, nous émeut & nous attendrit, mais il ne laisse dans notre esprit aucune idée importune de quelque durée. Nous savons que le peintre ne nous afflige qu’autant que nous le voulons, & que notre douleur, qui n’est que superficielle, disparoîtra presque avec le tableau : au lieu que nous ne serions pas maîtres ni de la vivacité, ni de la durée de nos sentimens, si nous avions été frappés par les objets mêmes. C’est en vertu du pouvoir qu’il tient de la nature, que l’objet réel agit sur nous. Voilà d’où procéde le plaisir que la Peinture fait à tous les hommes. Voilà pourquoi nous regardons avec contentement des peintures, dont le mérite consiste à mettre sous nos yeux des avantures si funestes, qu’elles nous auroient fait horreur si nous les avions vues véritablement.

Ceux qui ont gouverné les peuples dans tous les tems ont toujours fait usage des peintures & des statues, pour leur mieux inspirer les sentimens qu’ils vouloient leur donner, soit en religion, soit en politique. Quintilien a vu quelquefois les accusateurs aire exposer dans le tribunal un tableau où le crime dont ils poursuivoient la vengeance étoit représenté, afin d’exciter encore plus efficacement l’indignation des juges contre le coupable. S. Grégoire de Nazianze rapporte l’histoire d’une courtisane, qui dans un lieu où elle n’étoit pas venue pour faire des réflexions sérieuses, jetta les yeux par hasard sur le portrait de Palémon, philosophe fameux par son changement de vie, lequel tenoit du miracle, & qu’elle rentra en elle-même à la vue de ce portrait. Les peintres d’un autre genre ne sont pas moins capables, par l’amorce d’un spectacle agréable aux yeux, de corrompre le cœur & d’allumer de malheureuses passions.

Mais les peintures en bien & en mal font une impression plus forte sur les hommes dans les contrées, où communément ils ont le sentiment très-vif, telles que sont les régions de l’Europe les plus voisines du soleil, & les côtes de l’Asie & de l’Afrique qui font face à ces régions. Qu’on se souvienne de la défense que les tables de la loi font aux Juifs de peindre & de tailler des figures humaines : elles faisoient trop d’impression sur un peuple enclin, par son caractere, à se passionner pour tous les objets capables de l’émouvoir.

Il paroît même que le pouvoir de la Peinture est plus grand sur les hommes que celui de la Poésie, parce que la Peinture agit sur nous par le moyen du sens de la vue, lequel a généralement plus d’empire sur l’ame que les autres sens, & parce que c’est la nature elle-même qu’elle met sous nos yeux. Les anciens prétendoient que leurs divinités avoient été mieux servies par les Peintres que par les Poëtes.

Au reste, il est facile de comprendre comment les imitations que la Peinture nous présente sont capables de nous émouvoir, quand on fait réflexion qu’une coquille, une médaille, où le tems n’a laissé que des phantômes de lettres & de figures, excitent des passions inquiettes, le desir de les voir & l’envie de les posséder. Une grande passion, allumée par le plus petit objet, est un événement ordinaire. Rien n’est surprenant dans nos passions qu’une longue durée, dit M. l’abbé Dubos.

Après m’être étendu sur les charmes de la Peinture, je voudrois pouvoir découvrir l’origine de cet art, en marquer les progrès & les révolutions ; mais tous les écrits où les anciens avoient traité cette partie historique sont perdus ; nous n’avons pour nous consoler de cette perte que les ouvrages de Pline, qu’il faut lire en entier, & dont par conséquent nous n’entreprendrons point de faire ici l’extrait. C’est assez de remarquer avec lui, que la recherche qui concerne les commencemens de la peinture, n’offre que des incertitudes.

Les Egyptiens, dit-il, assurent que l’art a pris naissance chez eux six mille ans avant que de passer dans la Grece, ostentation manifestement frivole. Il ne conteste point à l’Egypte d’avoir possédé les peintres les plus anciens ; il reconnoissoit même le Lydien Gigès pour le premier inventeur de la peinture égyptienne, soit qu’il n’en restât plus de son tems aucun monument, soit que les ouvrages y méritassent peu d’attention, parce que la politique des Egyptiens avoit toujours entretenu la peinture, selon Platon, dans le même état de médiocrité, sans aucune altération & sans aucun progrès ; mais les Grecs la porterent au plus haut point de grandeur & de perfection. De la Grece elle passa chez les Romains, sans y produire cependant des artistes du premier ordre. Elle s’éteignit avec l’empire, & ne reparut dignement en Europe, que sous le siecle de Jules II. & de Léon X.

Cette derniere révolution a produit la distinction de la peinture antique & de la peinture moderne. La premiere se subdivise en peinture grecque & romaine. La seconde a formé diverses écoles, qui ont chacune leur mérite & leur caractere particulier. Si donc vous êtes curieux de suivre l’histoire complete de la peinture, voyez Peinture antique, Peintres grecs, & Peinture des Grecs, Peinture des Romains, Peinture moderne, École, &c.

Nous avons puisé nos recherches dans un grand nombre d’ouvrages pour traiter tous ces articles avec soin, & c’est bien notre faute si nous n’avons pas réussi. (Le chevalier de Jaucourt.)

Peinture antique, (Hist. des arts.) c’est celle qui d’Egypte passa on Grece, & de la Grece à Rome, où elle fut en grande réputation sous les premiers empereurs, jusqu’à ce qu’enfin le luxe & les guerres ayant dissipé l’empire romain, elle s’éteignit, & ne reparut en Italie, que quand Cimabué, vers le milieu du treisieme siecle, retira d’entre les mains de quelques grecs, les déplorables restes de ce bel art.

Quoique l’Egypte ait été le berceau de la Peinture, elle n’a produit aucun chef-d’œuvre en ce genre. Pline n’en cite aucun, & Pétrone écrit que les Egyptiens ne formerent que de mauvais peintres. Il ajoute même qu’ils avoient nui beaucoup à cet art, en inventant des regles propres à en rendre l’apprentissage moins long & la pratique moins pénible.

Parmi les morceaux qui nous restent de la peinture antique, on remarque, 1°. à Rome la noce de la vigne Aldobrandine, & les figurines de la pyramide de Cestius. Il n’y a point de curieux qui du moins n’en ait vu des estampes. En second lieu, les peintures qui sont au palais Barberin dans Rome, & qui furent trouvées dans des grottes souterraines, lorsqu’on jetta les fondemens de ce palais. Ces peintures sont le paysage, ou le nymphée, dont Lucas Holstenius a publié l’estampe, avec une explication qu’il avoit faite de ce tableau ; la Vénus restaurée, par Carle-Maratte, & une figure de rome qui tient une victoire. Les connoisseurs qui ne savent pas l’histoire de ces deux fresques, prennent l’une pour être de Raphaël, & l’autre pour être du Correge. 3°. On voit encore au palais Farnese un morceau de peinture antique, trouvée dans la vigne de l’empereur Adrien à Tivoli, & un reste de plafond dans le jardin d’un particulier auprès de S. Grégoire. 4°. On a aussi trouvé plusieurs autres peintures antiques dans la vigne Farnese sur le mont Palatin, dans l’endroit qu’occupoit autrefois le palais des empereurs. Le roi des deux Siciles, aujourd’hui roi d’Espagne, les a fait transporter à Naples : elles n’ont point encore été gravées. 5°. On a trouvé en 1752, en fouillant les ruines d’Herculanum, une riche collection de peintures antiques, qui doivent former un trésor unique en ce genre. Voyez Herculanum

6°. Enfin plusieurs particuliers ont dans leurs cabinets quelques morceaux de peinture antique. Le docteur Mead, M. le marquis Capponi, M. le cardinal Massimi, M. Crozat & autres, possédoient plusieurs de ces morceaux.

Quant à ce qui reste dans les thermes de Titus. il n’y a plus que des peintures à demi effacées. Il est vrai cependant que depuis deux siecles, on en a déterré un grand nombre en Italie, & en Espagne même ; mais la plupart de ces peintures sont péries, & il ne nous en est demeuré que les desseins, ou des estampes. Voyez les ouvrages curieux sur cette matiere, tels que le pitture antiche delle grotte di Bocca, par M. de la Chausse ; les ouvrages de Bartoli, de Bellori, du P. Montsaucon, & autres. Les peintures du tombeau des Nasons, qu’on déterra près de Poutemole en 1674, ne subsistent déjà plus ; les peintures mêmes qu’on déterra il y a environ soixante & quinze ans, à la vigne Corsini, bâtie sur le Janicule, sont détruites.

On connoît aisément par ce détail abrégé, qu’on ne peut sans témérité, entreprendre un parallele de la peinture antique, avec la peinture moderne, sur la foi des fragmens de la peinture antique, qui ne subsistent plus qu’en images, du moins par la vétusté. D’ailleurs ce qui nous reste, & ce qui étoit peint à Rome sur les murailles, n’a été fait que long-tems après la mort des peintres célebres de la Grece. Or il paroît par les écrits des anciens, que les peintres qui ont travaillé à Rome sous Auguste, & sous ses premiers successeurs, étoient très-inférieurs au célebre Apelle, & à ses illustres contemporains. Pline qui composoit son histoire sous Vespasien, & quand les arts avoient atteint déjà le plus haut point de perfection où ils soient parvenus sous les empereurs, ne cite point parmi les tableaux qu’il compte pour un des plus grands ornemens de la capitale de l’univers, aucun tableau qui donne lieu de croire avoir été fait du tems des Césars. On ne sauroit donc asseoir sur des fragmens de la peinture antique qui nous restent, & qui sont les débris faits dans Rome sous les empereurs, aucun jugement certain concernant le degré de perfection où les Grecs & les anciens Romains pourroient avoir porté ce bel art. On ne sauroit même décider par ces fragmens, du degré de perfection où la Peinture pouvoit être lorsqu’ils furent faits, quel rang tenoit entre les peintres de son tems, l’artiste qui les fit, ni en quel endroit étoit son ouvrage, & s’il passoit pour un ouvrage excellent en son genre.

Il seroit téméraire de décider la question de la prééminence de la peinture antique sur ce que nos tableaux ne font point ces effets prodigieux que les tableaux des anciens peintres ont fait quelquefois suivant les apparences. Les récits des écrivains qui nous racontent ces effets, sont exagérés, & nous ne savons pas même ce qu’il en faudroit rabatre pour les réduire à l’exacte vérité. Nous ignorons quelle part la nouveauté de l’art de la Peinture, peut avoir eue dans l’impression qu’on veut que certains tableaux ayent faite sur les spectateurs. Les premiers tableaux, quoique grossiers, ont dû paroître des ouvrages divins. L’admiration pour un art naissant, fait tomber aisément dans l’exagération, ceux qui parlent de ces productions ; & la tradition en recueillant ces récits outrés, aime encore quelquefois à les rendre plus merveilleux qu’elle ne les a reçus. On trouve même dans les écrivains anciens des choses impossibles données pour vraies, & des choses ordinaires traitées de prodige. Savons-nous d’ailleurs quel effet auroient produit sur des hommes aussi sensibles & aussi disposés à se passionner, que l’étoient les compatriotes des anciens peintres de la Grece, plusieurs tableaux de Raphaël, de Rubens, & d’Annibal Carrache ?

Enfin nous ne savons pas même quelle comparaison on pouvoit faire autrefois entre les fragmens de peinture antique qui nous restent, & les beaux tableaux des peintres de la Grece qui ne subsistent plus.

Les injures du tems, & les ravages des hommes plus cruels que le tems même, nous ont dérobé les moyens de prononcer d’une façon décisive sur la peinture des Grecs. Il est probable que leurs peintres réunissoient dans leurs ouvrages les beautés que l’on admire dans leurs sculpteurs ; cependant on n’accorde communément aux peintres grecs que le dessein & l’expression, & on leur ôte la science de la perspective, de la composition & du coloris. On fonde ce sentiment sur les bas-reliefs antiques, & sur quelques peintures anciennes qui ont été trouvées aux environs de Rome, & à Rome même dans des voûtes souterraines des palais de Mecene, de Titus, de Trajan & des Antonins. Il est à observer que ces peintures, dont il n’y en a guere que huit qui se soient conservées en entier, & dont quelques-unes ne sont qu’en mosaïques, ne viennent point des auteurs grecs.

Turbull, auteur anglois, a fait un traité sur la peinture des anciens, en un vol. in fol. imprimé en 1740 ; il a orné son ouvrage de plusieurs de ces morceaux qui ont été dessinés par Camillo Paderini, & gravés par Mynde, & qui font le seul mérite d’un livre magnifique, dont on a sujet de regretter le papier mal employé. Parmi les estampes de cet ouvrage, il y en a deux dont les originaux étoient dans le cabinet de feu M. Richard Mead, célebre médecin de Londres.

Les écrivains modernes, qui ont traité de la peinture antique, nous rendent plus savans, sans nous rendre plus capables de juger la question de la supériorité des peintres de l’antiquité sur les peintres modernes. Ces écrivains se sont contentés de ramasser les passages des auteurs anciens qui parlent de la Peinture, & de les commenter en philologues, sans les expliquer par l’examen de ce que nos peintres font tous les jours, & même sans appliquer ces passages aux morceaux de la peinture antique qui subsistent encore. Ainsi, pour se former une idée aussi distincte de la peinture antique qu’il soit possible de l’avoir, il faudroit considérer séparément ce que nous pouvons savoir de certain sur la composition, sur l’expression & sur le coloris des peintres de l’antiquité.

A l’égard de la composition pittoresque, il faut avouer que dans les monumens qui nous restent, les peintres anciens ne paroissent pas supérieurs à Raphaël, à Rubens, à Paul Veronèse & à M. le Brun ; mais il ne faut pas dire la même chose de l’excellence des anciens dans la composition poétique : comme ils étoient grands dessinateurs, ils avoient toutes sortes de facilités pour y réussir, & nous ne pouvons douter qu’ils n’y ayent excellé. Les tableaux d’Aristide parloient aux yeux. Les auteurs qui nous en parlent avec tant de goût & de sentiment, ne pouvoient pas se tromper en jugeant de l’expression dans les tableaux ; c’est par-là qu’Ausone loue si bien la Médée de Timomaque. On sait avec quelle affection Pline vante le tableau du sacrifice d’Iphigénie. On connoît la belle description du tableau d’Ætion qui représentoit le mariage d’Alexandre & de Roxane, le tableau de Zeuxis représentant la famille d’un centaure, & tant d’autres qui prouvent que cette parsie de l’art étoit portée au plus haut point de perfection par les peintres de l’antiquité. Voyez Peintres anciens.

Il suffit de voir l’Antinoüs, la Vénus de Médicis & plusieurs autres monumens semblables, pour être convaincu que les anciens savoient du moins aussi-bien que nous dessiner élégamment & correctement. Leurs peintres avoient mille occasions que les nôtres ne peuvent avoir, d’étudier le nud ; & les exercices qui étoient alors en usage pour dénouer & pour fortifier les corps, les devoient rendre mieux conformés qu’ils ne le sont aujourd’hui.

Comme le tems a éteint les couleurs, & confondu les nuances dans les fragmens qui nous restent de la peinture antique faite au pinceau, nous ne saurions juger à quel point les peintres de l’antiquité ont excellé dans le coloris, ni s’ils ont surpassé les grands maîtres de l’école lombarde dans cette aimable partie de la Peinture. Il y a plus, nous ignorons si la Noce de la vigne aldobrandine & les autres morceaux sont d’un grand coloriste, ou d’un artiste médiocre de ce tems-là. Ce qu’on peut dire de certain sur leur exécution, c’est qu’elle est très-hardie. Ces morceaux paroissent l’ouvrage d’artistes aussi maîtres de leur pinceau, que Rubens & Paul Veronese l’étoient du leur. Les touches de la Noce aldobrandine qui sont très-heurtées, & qui paroissent même grossieres quand elles sont vues de près, font un effet merveilleux quand on regarde ce tableau à la distance de vingt pas. C’étoit sans doute de cette distance qu’il étoit vu sur le mur où le peintre l’avoit fait. Voyez Noce aldobrandine.

Il semble que les récits de Pline, & ceux de plusieurs auteurs anciens doivent nous convaincre que les Grecs & les Romains excelloient dans le coloris : mais avant que de se laisser persuader, il est bon de faire la réflexion que les hommes parlent ordinairement du coloris par comparaison à ce qu’ils peuvent avoir vu. On ne sauroit donc décider notre question sur des récits. Il faudroit, pour la juger sans réplique, avoir des pieces de comparaison, & elles nous manquent.

Pour ce qui concerne le clair-obscur, & la distribution enchanteresse des lumieres & des ombres, ce que Pline & les autres écrivains de l’antiquité en disent, est si positif ; leurs récits sont si bien circonstanciés & si vraissemblables, qu’on ne sauroit disconvenir que les anciens n’égalassent du moins dans cette partie de l’art les plus grands peintres modernes. Les passages de ces auteurs que nous ne comprenions pas bien quand les peintres modernes ignoroient encore quels prestiges on peut faire avec le secours de cette magie, ne sont plus si difficiles à entendre depuis que Rubens, ses éleves, Polidore de Caravage & d’autres peintres les ont bien mieux expliqués, les pinceaux à la main, que les commentateurs les plus érudits ne le pouvoient faire dans des livres.

Il paroît résulter de cette discussion que les anciens avoient poussé la partie du dessein, du clair obscur, de l’expression & de la composition poétique du moins aussi loin que les modernes les plus habiles peuvent l’avoir fait. Il paroît encore que nous ne saurions juger de leur coloris ; mais que nous connoissons suffisamment par leurs ouvrages, supposé que nous ayons les meilleurs, que les anciens n’ont pas réussi dans la composition pittoresque aussi bien que Raphaël, Rubens, Paul Veronèse & quelques autres peintres modernes.

Les anciens ont très-bien connu la perspective & la projection des ombres ; cependant plusieurs modernes semblent tâcher de rabaisser les lumieres des anciens en ce genre, ou du moins de rabattre de leur gloire. à proportion de ce qu’ils ont bien voulu en accorder à leurs statuaires : mais ce jugement n’est pas équitable ; il faut considérer qu’il nous reste très-peu de peintures anciennes, & celles-là même ne sont pas de la premiere beauté, ni des grands maîtres de l’art. La fortune peut avoir contribué autant que le tems à ce desastre ; car, dit Cicéron, quoique l’injure des ans, les outrages du sort & la vétusté fassent tout périr, ces causes néanmoins sont bien davantage & plutôt funestes à la peinture qu’à la sculpture : il arrive même souvent que dans cette perte commune, ce qu’il y a de meilleur disparoît, & ce qu’il y a de plus imparfait reste. Les hommes de notre siecle, continue-t-il, enchantés à la vue des peintures nouvelles, ne font attention qu’à ce qui frappe leurs yeux, & pensent bien moins favorablement de ce qu’ils ne voient pas, parce que leur imagination n’en est point réveillée.

J’ajoute qu’il convient encore de distinguer ici ; car il est sûr qu’il faut avoir une autre idée des peintures grecques, que de celles des Latins. Rome ne cultiva les arts qu’après bien des siecles, & leurs artistes en peinture ne furent jamais comparés aux artistes de la Grece.

Mais quant à ceux-ci, le temoignage des anciens, & même le peu d’ouvrages qui nous restent d’eux, laissent peu de choses à desirer sur la perfection de leur art en ce genre. Enfin les auteurs s’accordent tous à nous en donner des exemples qui ne peuvent convenir qu’à des peintres du premier ordre. Apelle, disent-ils, étoit distingué par la délicatesse & la grace infinie de son pinceau ; quelques-uns, comme Asclépiodore, l’emportoient sur lui par la disposition des figures & l’harmonie générale du tableau ; Apelle cependant les effaçoit tous. Protogène, Pampluile, Mélanthius, Antiphile, Ætion ont tous été célebres ; le premier par son exactitude, le second & le troisieme par leur composition, le quatrieme par sa facilité & le cinquieme par sa belle imagination. Mais pourquoi nous arrêter à ces détails, puisque l’histoire que nous avons donnée des peintres grecs n’est qu’une preuve répétée de cette vérité. Voyez donc Peintres grecs & Peinture des Grecs. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Peinture des Grecs, (Peinture antique.) c’est le genre de peinture le plus admirable de l’antiquité.

Après avoir fait en général une espece de parallele de la peinture antique avec la moderne, il importe de considérer en particulier celle des Grecs, puisqu’elle seule mérite principalement nos regards. Je sai que son origine n’offre qu’incertitude : incertitude pour le lieu ; les uns vouloient qu’elle eût commencé à Sycione, les autres chez les Corinthiens : incertitude pour le nom des inventeurs ; on nommoit ou Philoclés d’Egypte, ou Cléanthe de Corinthe : incertitude sur l’opération primitive qu’ils employerent, & qui servit de préparation à la véritable découverte de l’art.

On disoit à la vérité que ce début fut le contour d’une figure humaine, tracée autour de l’ombre d’un corps opaque ; mais quand on n’a rien à dire de mieux circonstancié sur un fait de cette nature, qui se perd dans l’obscurité des tems, c’est se fonder sur des conjectures plûtôt que sur des témoignages authentiques. On ne pouvoit pourtant mieux faire dans l’histoire inconnue de l’origine d’un art, que de partir d’une hypothèse assez vraissemblable, ou du-moins accréditée.

A la délinéation du simple contour, succéda une autre peinture linéaire plus parfaite, qui distingua par le dessein, & sans aucune couleur, les traits du visage renfermés dans l’intérieur du contour. Elle eut pour inventeur Ardicès de Corinthe, & Téléphane de Sicyone. Ces deux auteurs des portraits dessinés, urent les premiers qui exercerent l’art de représenter la figure sur une surface égale & unie. En effet, la méthode du contour extérieur ne marquant pas les traits du visage, & ne rendant point la personne reconnoissable, ne représentoit point la figure. Les deux artistes que nous venons de nommer, furent aussi les premiers qui écrivirent sur leurs ouvrages le nom de la personne représentée. La précaution auroit été fort inutile dans la premiere méthode, qui ne représentant point la figure, n’auroit excité par l’addition du nom, ni la curiosité de la postérité, ni celle des étrangers, ni finalement celle de personne. Tels étoient les usages préliminaires de la peinture grecque avant la guerre de Troie.

Dans la suite, les Grecs employerent la peinture proprement dite, la peinture coloriée ; & il paroît au rapport de Pline, qu’elle n’étoit point encore connue dans le tems de la guerre de Troie. Cette opinion, qu’on ne trouve combattue par aucun ancien auteur, est d’un très-grand poids ; elle n’étoit pas seulement appuyée sur le silence d’Homcre, puisque nous voyons en général les anciens écrivains admettre dans les tems héroïques plusieurs faits historiques dont le poëte n’avoit jamais fait mention. Le témoignage de ceux qui nous ont transmis celui-ci, doit donc avoir toute la force d’une preuve positive, malgré les efforts qu’ont faits quelques savans modernes pour tâcher de la réfuter.

Après qu’on eut inventé en Grece la peinture coloriée, plus recherchée que l’autre dans ses opérations, elle fut appellée peinture monochrome, parce qu’on n’y employa d’abord qu’une seule couleur dans chaque ouvrage, à moins que nous ne donnions le nom de seconde couleur à celle du fond sur lequel l’on travailloit. L’auteur de cette méthode, l’inventeur de la peinture proprement dite, fut Cleophante de Corinthe ; il débuta par colorier les traits du visage avec de la terre cuite & broyée : ainsi la couleur rouge, comme la plus approchante de la carnation, fut la premiere en usage. Les autres peintres monochromes, & peut-être Cléophante lui-même, varierent de tems en tems dans le choix de la couleur des figures, différente de la couleur du fond. Peut-être aussi qu’ils mirent quelquefois la même couleur pour le fond & pour les figures ; on peut le présumer par l’exemple de quelques-uns de nos camayeux, pourvu qu’on n’admette point dans les leurs l’usage du clair obscur, dont la découverte accompagna l’introduction de la peinture polychrome, ou de la pluralité des couleurs.

Ce fut Bularchus, contemporain du roi Candaule, qui le premier introduisit l’usage de plusieurs couleurs dans un seul ouvrage de peinture. Au moyen de la pluralité de ces couleurs, l’art jusque-là trop uniforme se diversifia, & inventa dans la suite les lumieres & les ombres. Panæmus peignit la bataille de Marathon, avec la figure ressemblante des principaux chefs des deux armées. Peu après Panæmus, parut Polygnote de Thasos, qui le premier donna des draperies légeres à ses figures de femmes, & qui quitta quelquefois le pinceau pour peindre en encaustique. Damophile & Gorgasus enrichirent d’ornemens de plastique l’extérieur du temple de Cérès à Rome. Enfin à la 94e olympiade, Apollodore d’Athènes ouvrit une nouvelle carriere, & donna naissance au beau siecle de la Peinture.

Il fut suivi par Zeuxis, Parrhasius, Timanthe & Eupompe, qui tous ont été ses contemporains. On vit ensuite paroître Pausias, Pamphile de Macédoine, Euphranor, Calades, Ætion, Antidotus, Aristide, Asclépiodore, Nicomachus, Melanthius, Antiphile, Nicias, Nicophane, Apelle & Protogène, tous excellens artistes qui se sont illustrés à jamais dans l’espace d’un siecle, en différens genres d’ouvrages.

On peut partager avec Pline les peintures de la Grece en un certain nombre de classes. La premiere présente les plus anciens, qui ne sont pas les plus habiles, & qui finissent à Polygnote, vers le tems de la guerre du Péloponnèse.

La seconde classe renferme les artistes qui ont fait le beau siecle de la Peinture depuis la fin de la guerre du Péloponnèse, jusqu’après la mort d’Alexandre le grand. Il ne faut cependant mettre dans cette liste que ceux qui exerçoient alors leurs pinceaux sur de grands sujets & dans de grands tableaux.

La troisieme classe contient ceux qui se sont distingués par le pinceau, mais dans de petits tableaux ou sur de petits sujets.

La quatrieme classe est composée de ceux qui avoient pratiqué la fresque, peinture qu’on applique sur l’enduit d’une muraille. Parmi ces peintres, dit Pline, il n’y en a point qui se soient faits un grand nom. Il n’embellissoient ni murailles dont l’ornement n’auroit été que pour le maitre du logis, ni maisons stables & permanentes, qu’on ne pouvoit pas sauver de l’incendie. Pictorque rei communis terrarum erat, trait bien flatteur pour l’art & pour les artistes. Un peintre appartenoit à l’univers entier. Ces grands hommes destinoient toutes les productions de leur art à pouvoir passer de ville en ville.

La cinquieme classe comprend les plus célebres peintres encaustiques, c’est-à-dire ceux qui employoient le poinçon & non le pinceau.

La sixieme classe est réservée pour les peintres encaustiques ou autres, comme Ctésilochus, qui se plaisoient à des ouvrages de peinture insolente.

Enfin la derniere classe offre à notre mémoire les femmes célebres qui ont réussi chez eux dans la peinture. Ils ne croyoient pas que l’ignorance, la paresse & les amusemens purement frivoles, dussent être le partage de la moitié du genre humain.

Tous ces artistes se formerent dans les écoles de Peinture que les Grecs avoient établies, & auxquelles ils avoient donnés des noms fixes comme à leurs ordres d’architecture. Leur peinture n’avoit d’abord eu que deux distinctions, l’héliadique & l’asiatique, ou l’attique & l’ionique, car on les trouve l’une & l’autre sous ces deux noms ; mais Eupompus, qui étoit de Sicyone, se rendit si recommandable par son talent, que l’on ajouta la sicyonienne par rapport à lui. Si Pline rapporte ce fait tout simplement, sans l’accompagner d’aucun détail, c’est qu’on doit présumer que les écoles ou les différentes manieres s’étant multipliées dans la Grece, on abandonna ce projet, & l’on ne parla plus, comme l’on fait aujourd’hui, que des maîtres en particulier & de leurs éleves.

On peut cependant comparer ces premiers noms à ceux que nous donnons en général, & qui nous servent de point de distinction. Telles sont les écoles de Florence, de Rome, de Pologne, de Venise, de France, de Flandre ou d’Allemagne. L’étendue ou l’éloignement de ces pays a exigé & perpétué l’usage de ces distinctions. La Grece plus resserrée & plus réunie, n’a pas eu besoin de les continuer ; mais elle forma des artistes en tout genre, qui n’ignorerent rien de tout ce que nous savons en Peinture.

Les grandes compositions héroïques, & que nous appellons l’histoire, les portraits, les sujets bas, les paysages, les décorations, les arabesques, ornemens fantastiques & travaillés sur des fonds d’une seule couleur ; les fleurs, les animaux, la miniature, les camayeux, les marbres copiés, les toiles peintes : voilà la liste des opérations des Grecs du côté des genres de peinture. Il me semble que nous ne peignons en aucun autre genre, & que nous n’avons aucun autre objet. Nous ne pouvons donc nous vanter d’avoir de plus, que la peinture en émail, encore je ne voudrois pas assurer qu’elle fût inconnue aux anciens ; mais ce qui nous appartient sans contredit, c’est l’exécution des grands plafonds & des coupoles. Les Grecs ni les Romains ne paroissent pas avoir connu ce genre d’ornement, ou du-moins avoir pratiqué la perspective jusqu’au point nécessaire pour rendre ces décorations complettes ; les modernes peuvent au contraire présenter un très-grand nombre de ces chefs-d’œuvre de l’esprit & de l’art.

On gardoit dans l’antiquité, comme on garde aujourd’hui les études & les premieres pensées des artistes, toujours pleines d’un feu proportionné au talent de leur auteur, souvent au-dessus des ouvrages terminés, & toujours plus piquans : ces premiers traits, plus ou moins arrêtés, sont plus ou moins essentiels pour la Peinture, que les idées jettées sur le papier ne le sont pour tous les autres genres d’ouvrages. Comme aujourd’hui, on suivoit avec plaisir les opérations de l’esprit d’un artiste : on se rendoit compte des raisons qui l’avoient engagé à faire ces changemens en terminant son ouvrage ; enfin, comme aujourd’hui, on cherchoit à en profiter : les hommes de mérite pour s’en nourrir ou s’en échauffer, & les hommes médiocres pour les copier servilement. Mais il est tems de passer à la peinture des Romains en particulier. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Peinture des Romains, (Peinture antique.) A l’expiration du beau siecle de la peinture grecque, lequel avoit commencé par Apollodore en l’an 404 avant Jesus-Christ, on voit en 304 pour la premiere fois, un jeune romain prendre le pinceau. « On a fait aussi de bonne heure, dit Pline, honneur à la Peinture chez les Romains ; car une branche de l’illustre famille des Fabius en a tiré le surnom de Pictor, & le premier qui le porta, peignit le temple de la déesse Salus en l’an de Rome 450 : l’ouvrage a subsisté jusqu’à notre tems, que le temple a été brûlé sous l’empire de Claude ». Il y a dans ces paroles une finesse & une exactitude singuliere : on y sent une différence entre ce que Pline dit, & ce qu’il voudroit pouvoir dire. Il voudroit pouvoir avancer que l’art avoit été pratiqué fort anciennement à Rome par des citoyens ; & en historien exact, il joint à l’expression de bonne-heure la détermination de l’époque, qui ne va pas à 400 ans d’antiquité. Il voudroit pouvoir ajouter que l’exercice de la Peinture y fut dès-lors en honneur, & il dit uniquement qu’on y fit honneur à la Peinture : enfin il voudroit pouvoir vanter la beauté des ouvrages de Fabius ; & tout l’éloge qu’il en fait, c’est qu’ils s’étoient conservés jusqu’au regne de Claude.

Le seul ouvrage de peinture que l’auteur nous fasse remarquer à Rome dans le siecle qui suivit l’époque de Fabius Pictor, c’est un tableau que Valerius Messala fit faire de sa victoire de Sicile en l’an 264, & qu’il exposa sur un côté de la curie Hostilia. Le silence de Pline sur le nom du peintre, nous fait assez comprendre que l’artiste étoit grec ; les Romains étendant déjà pour lors leur domination sur le canton d’Italie appellé la grande Grece, & sur la Sicile pareillement peuplée de Grecs. L’exemple de Valérius Messala fut suivi dans la suite par Lucius Scipion, qui après avoir défait en Asie le roi Antiochus, étala dans Rome le tableau de sa victoire en l’an 190 avant Jesus-Christ.

L’année suivante 189, Fulvius Nobilior assiégea & prit Ambracie, où Pirrhus avoit autrefois rassemblé plusieurs rares productions des arts cultivés dans la Grece. Le consul romain, dit Pline, ne laissa que les ouvrages en plastique de Zeuxis, & transporta les muses à Rome : c’étoient neuf statues où chaque muse en particulier étoit représentée avec ses attributs. Tite-Live dit aussi que Fulvius enleva d’Ambracie les statues de bronze & de marbre, & les tableaux ; mais il paroît que les tableaux ne furent pas transportés à Rome, ou qu’ils n’y furent pas livrés à la curiosité du public, puisque Pline ne marque qu’ensuite l’époque du premier tableau étranger qu’on ait étalé dans la ville. Les Romains n’étoient point encore curieux de peinture comme ils l’étoient de sculpture : les statues des muses apportées d’Ambracie, furent représentées chacune dans des médailles particulieres, qu’on trouve expliquées fort ingénieusement dans Vaillant.

Vers l’an 180, Caius Terentius Lucanus, si c’est, comme l’a cru Vaillant, le frere de Publius, maître du poëte Térence, fut le premier qui fit peindre à Rome des combats de gladiateurs.

Paul Emile, destructeur du royaume de Macédoine en 168, emmena d’Athènes à Rome Métrodore, qui étoit en même tems philosophe & peintre. Il ne vouloit un peintre que pour le faire travailler aux décorations de son triomphe.

Vers l’an 154, Pacuvius, neveu maternel d’Ennius, cultivoit à Rome & la Poésie & la Peinture. Entre Fabius Pictor & lui, dans un espace d’environ 150 ans, Pline n’a point de peintre romain à nous produire : il dit que les pieces de théâtre de Pacuvius donnerent plus de considération à la profession de peintre, & que cependant après lui elle ne fut guère exercée à Rome par d’honnêtes gens. Qu’on juge ensuite si l’écrivain a prétendu nous laisser une grande idée des peintres romains !

En l’an 147, Hostilius Mancinus, qui dans une tentative sur Carthage étoit le premier entré jusque dans la ville, exposa dans Rome le tableau de la situation de la place, & de l’ordre des attaques. L’année suivante, Mummius, destructeur de Corinthe, fit transporter à Rome le premier tableau étranger qu’on y ait exposé en public : c’étoit un Bacchus d’Aristide le thébain, dont le roi Attalus donnoit six cens mille sesterces, cent dix-sept mille cinq cens livres ; mais le général romain rompit le marché, dans la persuasion qu’un tableau de ce prix renfermoit des vertus secrettes. La somme offerte par Attalus ne paroîtra pas exorbitante, si l’on considere qu’il acheta dans une autre occasion un tableau du même Aristide cent talens, quatre cens soixante-dix-mille livres ; & ce dernier fait étant rapporté par Pline en deux différens endroits, nous ne devons point y soupçonner de l’erreur dans les chiffres, comme il ne nous arrive que trop souvent de supposer des fautes de copistes, & même des fautes d’ignorance dans les historiens de l’antiquité, quand ce qu’ils attestent n’est pas conforme à nos idées & à nos usages ; vrai moyen d’anéantir toute l’ancienne histoire.

La conduite de Mummius fait voir que les Romains n’avoient point encore de son tems le goût de la Peinture, quoiqu’ils eussent celui de la Sculpture depuis la fondation de leur ville. Pour un tableau que ce général rapporta d’Achaïe, il en tira un si grand nombre de statues, qu’elles remplirent, suivant l’expression de Pline, la ville entiere de Rome. Nous voyons aussi que dans la Grece le nombre des sculpteurs & des ouvrages de Sculpture, l’a de tout tems emporté sur le nombre des peintres & des ouvrages de Peinture ; c’est, comme l’a remarqué M. le comte de Caylus, que ces deux peuples jaloux de s’éterniser, préféroient les monumens plus durables à ceux qui l’étoient moins.

Cependant peu après l’expédition de Mummius, les Romains commencerent à se familiariser davantage avec un art qui leur paroissoit comme étranger. On vit à Rome pendant la jeunesse de Varron, environ l’an 100 avant Jesus-Christ, Lala de Cyzique, fille qui vivoit dans le célibat & dans l’exercice de la Peinture ; on y voyoit dans ce tems-là même un Sopolis & un Dionysius, dont les tableaux remplirent peu à-peu tous les cabinets.

En l’an 99, Claudius Pulcher étant édile, fit peindre le premier la scene pour une célébration des jeux publics ; & il est à croire qu’il y employa le peintre Sérapion : Pline ajoutant que le talent de cet artiste se bornoit à des décorations de scene, & qu’un seul de ses tableaux couvroit quelquefois au tems de Varron, tous les vieux piliers du Forum. Sylla, quelque tems après, fit peindre dans sa maison de plaisance de Tusculum, qui passa depuis à Ciceron, un événement de sa vie bien flatteur ; c’étoit la circonstance où, commandant l’armée l’an 89 sous les murs de Nole en qualité de lieutenant, dans la guerre des Marses, il reçut la couronne obsidionale.

Les Lucullus firent venir à Rome un grand nombre de statues, dans le tems apparemment de leur édilité, en 79 ; & l’aîné des deux freres, le célebre Lucius Lucullus, étoit alors absent : on ne peut donc mieux placer qu’en cette occasion l’achat qu’il fit, selon Pline, dans Athènes aux fêtes de Bacchus, de la copie d’un tableau de Pausias, pour sa somme de deux talens (neuf mille quatre cens livres) disproportion toujours visible dans le nombre des ouvrages de Peinture & de Sculpture. Lucullus ramassa dans la suite une grande quantité des uns & des autres ; & Plutarque le blâme de ce goût pour les ouvrages de l’art, autant qu’il le loue du soin qu’il avoit de faire des collections de livres. La façon de penser de Plutarque ne doit pas nous surprendre ; elle a des exemples dans tous les siecles qui ont connu les Arts & les Lettres ; elle en a parmi nous, parce qu’il n’appartient qu’à un très-petit nombre de savans de ressembler à Pline, & de n’avoir point de goût exclusif.

Il nous marque un progrès dans la curiosité des particuliers & du public pour la Peintute, vers l’an 75, en disant que l’orateur Hortensius, après avoir acheté les Argonautes de Cydias cent quarante-quatre mille sesterces (vingt-huit mille cent dix livres), fit bâtir dans sa maison de Tusculum, une chapelle exprès pour ce tableau, & que le forum étoit déjà garni de divers ouvrages de Peinture, dans le tems où Crassus, avant de parvenir aux grandes magistratures, se distinguoit dans le barreau.

Pour l’année 70, on trouve une apparence de contrariété entre la chronologie de Ciceron & celle de Pline, sur l’âge de Timomachus de Byzance, peintre encaustique. Ciceron écrivoit en cette année-là son quatrieme discours contre Verrès : il y parle de quelques tableaux, parmi un grand nombre d’ouvrages de Sculpture enlevés à la Sicile, & transportés à Rome par l’avide préteur. « Que seroit-ce, dit-il à l’occasion de ces tableaux, si l’on enlevoit aux habitans de Cos leur Vénus, à ceux d’Ephese leur Alexandre, à ceux de Cyzique leur Ajax ou leur Médée » ? Cet Ajax & cette Médée sont visiblement l’Ajax & la Médée que Jules-César acheta depuis à Cyzique. Or selon Pline, la Médée étoit demeurée imparfaite par la mort de Timomachus, antérieure à l’an 70 ; &, selon le même écrivain, Timomachus fut contemporain de César dictateur, en l’an 49. Telle est la difficulté, qui disparoîtra, si l’on veut considérer que Timomachus a pu mourir vers l’an 69, environ 20 ans avant la dictature de César, & avoir été contemporain de César, mais contemporain plus ancien. L’expression de Pline, Cæsaris dictatoris ætate, signifie donc dans le tems de César celui qui fut dictateur, & non pas dans le tems que César étoit dictateur.

Il faut souvent faire ces sortes d’attentions dans la chronologie de Pline, où le titre des magistratures désigne quelquefois l’époque des événemens, & quelquefois la seule distinction des personnes d’un même nom que des lecteurs pourroient confondre. Le titre de dictateur qu’il donne par-tout à César, est de cette derniere espece ; mais il y a d’autres exemples où par les titres de préteur, d’édile ou d’imperator, il indique habilement les dates que sa méthode élégante & précise ne lui permettoit pas de spécifier plus particulierement.

Le préteur Marcius Junius (c’étoit l’an 67) fit placer dans le temple d’Apollon, à la solemnité des jeux apollinaires, un tableau d’Aristide le thébain. Un peintre ignorant qu’il avoit chargé immédiatement avant le jour de la fête de nettoyer le tableau, en effaça toute la beauté.

Dans le même tems, Philiscus s’acquit de l’honneur à Rome par un simple tableau dans lequel il représentoit tout l’attelier d’un peintre, avec un petit garçon qui souffloit le feu.

Les édiles Varron & Muréna (c’étoit l’an 60) firent transporter à Rome, pour l’embellissement du comice, des enduits de peinture à fresque, qu’on enleva de dessus des murailles de brique à Lacédémone, & qu’on enchâssa soigneusement dans des quadres de bois, à cause de l’excellence des peintures : ouvrage admirable par lui-même, ajoute Pline, il le fut bien plus encore par la circonstance du transport.

Pendant l’édilité de Scaurus en l’an 58, on vit des magnificences qui nous paroîtroient incroyables sans l’autorité de Pline, & incompréhensibles sans les explications de M. le comte de Caylus sur les jeux de Curion, qui suivirent d’assez près ceux de Scaurus. Pour ne parler que de la peinture, Scaurus fit venir de Sicyone, où l’art & les artistes avoient fixé depuis long-tems leur principal séjour, tous les tableaux qui pouvoient appartenir au public & que les habitans vendirent pour acquitter les dettes de la ville.

Les factions qui régnoient dès-lors dans Rome & qui renverserent bientôt la république, engagerent Varron & Atticus à se livrer totalement à leur goût pour la littérature & pour les beaux-arts. Atticus, le fidele ami de Cicéron, donna un volume avec les portraits dessinés de plusieurs illustres personnages, & Varron distribua dans tous les endroits de l’empire romain un recueil de sept cens figures pareillement dessinées avec le nom de ceux qu’elles représentoient. Le même Varron attestoit l’empressement du peuple romain pour d’anciens restes de peinture. Quand on voulut réparer le temple de Cérès, que Démophile & Gorgasus avoient autrefois orné d’ouvrages de peinture & de plastique, on détacha des murs les peintures à fresque, & on eut soin de les encadrer ; on dispersa aussi les figures de plastique.

Jules César parvenu à la dictature l’an 49, augmenta de beaucoup l’attention & l’admiration des Romains pour la Peinture, en dédiant l’Ajax & la Médée de Timomachus à l’entrée du temple de Vénus Génitrix : ces deux tableaux lui couterent 80 talens, (376 mille livres). En l’année 44, qui fut celle de la mort de César, Lucius Munacius Plancus ayant reçu le titre d’imperator, exposa au capitole le tableau de Nicomachus où étoit représentée l’image de la Victoire, conduisant un quadrige au milieu des airs. Observons que dans tous ces récits qui regardent Rome, ce sont des peintres grecs qu’on y voit paroître ; l’auteur nomme cependant pour ces tems-ci Arellius, peintre romain, qu’il place peu avant le regne d’Auguste. Arrêtons-nous donc sur ce peintre de Rome.

Pline nous donne son portrait en ces mots : Romæ celeber fuit Arellius, nisi flagitio insigni corrupisset artem, semper alicujus fæminæ amore flagrans, & ob id deas pingens, sed dilectarum imagine, l. XXXV. c. 10. Il faisoit toujours les déesses semblables aux courtisanes, dont il étoit amoureux. On sait que Flora étoit si belle, que Cécilius Metellus la fit peindre, afin de consacrer son portrait dans le temple de Castor & de Pollux.

On a remarqué que ce ne fut ni la premiere, ni la derniere fois que le portrait d’une courtisane reçut un pareil honneur. La Vénus sortant des eaux étoit ou le portrait de Campaspe maîtresse d’Alexandre le grand, selon Pline, ou bien celui de la courtisane Phryné, selon Athénée, l. XIII. Auguste le consacra dans le temple de Jules César. Les parties inférieures en étoient gâtées, & personne ne fut capable de les rétablir, le tems acheva de ruiner le reste ; alors on fit faire une autre Vénus par Dorothée, & on la substitua à celle d’Apelle. Pendant que Phryné fut jeune, elle servit d’original à ceux qui peignoient la déesse des amours. La Vénus de Gnide fut encore tirée sur le modele d’une courtisane que Praxitele aimoit éperdument. Arellius n’est donc pas le seul peintre ancien qui peignit les déesses d’après quelques-unes de ses maîtresses.

Le Christianisme n’est pas exemt de cette pratique, nous avons plus d’une Vierge peinte par les modernes d’après leurs propres amantes. M. Spon, dans ses miscellannées antiq. érudit. p. 13, rapporte l’explication d’une médaille de l’empereur Julien, sur laquelle on voit d’un côté Sérapis qui ressemble parfaitement à Julien, & de l’autre la figure d’un Hermanubis. Il n’étoit point rare de voir des statues d’hommes toutes semblables à celles de quelques dieux. La flatterie ou la vanité ont souvent produit cette idée.

Justin martyr dit, en se moquant des païens, qu’ils adoroient les maîtresses de leurs peintres & les mignons de leurs sculpteurs : mais n’a-t-on pas tort de rendre les païens responsables des traits d’un Zeuxis ou d’un Lysippe ? Ceux qui, parmi les Chrétiens, vénerent les images de S. Charles Borromée, ne vénerent qu’un portrait fait à plaisir & un caprice d’un maître de l’art, qui a peint fort beau un saint qui ne l’étoit guere. Il faut se résoudre à souffrir cette sorte de licence des artistes, parce qu’elle n’a rien de blâmable, & se reposer sur eux de la figure & de l’air des objets de la dévotion. Un peintre de Rome fit le tableau de la Vierge sur le portrait d’une sœur du pape Alexandre VI. qui étoit plus belle que vertueuse. Nous ne connoissons les dieux par le visage que selon qu’il a plû aux peintres & aux sculpteurs, disoit Cicéron des dieux de son tems, l. I. de natur. deor.

Nous ne sommes pas aussi difficiles aujourd’hui, dit M. de Caylus, que Pline l’étoit ; contens que la beauté soit bien rendue, il nous importe peu d’après quelle personne elle est dessinée. Nous desirons seulement de l’inconstance à nos peintres, pour jouir d’une certaine variété dans les beautés qu’ils ont à représenter, & nous ne faisons de reproches qu’à ceux qui nous ont donné trop souvent les mêmes têtes, comme a fait Paul Véronese entre plusieurs autres. Je reviens à Auguste.

Ce fut sur-tout cet empereur qui orna les temples de Rome & les places publiques de ce que les anciens peintres de la Grece avoient fait de plus rare & de plus précieux. Pline qui de concert avec les autres écrivains nous assure le fait en général, désigne en particulier quelques-uns de ces ouvrages consacrés au public par Auguste ; & nous devons attribuer aux soins du même prince l’exposition de plusieurs autres tableaux, que l’historien remarque dans Rome, sans dire à qui l’on en avoit l’obligation, le grand nombre fait que nous ne parlerons ni des uns ni des autres.

Agrippa, gendre d’Auguste, se distinguoit par le même gout, & Pline assure qu’on avoit encore de lui un discours magnifique & tout-à-fait digne du rang qu’il tenoit de premier citoyen, sur le parti qu’on devroit prendre de gratifier le public de tout ce qu’il y avoit de tableaux & de statues dans les maisons particulieres de Rome : ce n’est pourtant pas nous faire voir dans cet amateur des ouvrages de peinture un homme attentif à leur conservation, que d’ajouter qu’il en confina quelques-uns dans les étuves des bains qui portoient son nom, ni nous donner une grande idée de sa dépense en tableaux, que de nous dire pour toute particularité dans ce genre qu’il acheta un Ajax & une Vénus à Cyzique 3000 deniers (2350 livres). quelle différence de prix entre l’Ajax & la Vénus d’Agrippa & l’Ajax & la Médée de Jules César, tous achetés dans la même ville !

Pline parle ici de Ludius, qui vivoit sous le regne d’Auguste : il ne faut pas le confondre avec celui qui avoit orné de peintures un ancien temple de Junon dans la ville d’Ardée déja détruite avant la fondation de Rome. Ce Ludius moderne rétablit à Rome du tems d’Auguste l’usage de la peinture à fresque. Divi Augusti ætate Ludius primus instituit amœnissimam parietum picturam. Il représenta le premier sur les murailles des ouvrages d’architecture & des paysages, ce qui prouve la connoissance de la perspective & celle de l’emploi du verd, car sans ces deux choses quelle idée pourroit-on se faire de ces sortes de tableaux ? On ignoroit avant Ludius l’aménité des sujets dans les peintures à fresque ; on ne les avoit guere employées qu’à des ornemens de temples, ou à des sujets nobles & sérieux, & même les grands artistes de la Grece n’avoient jamais donné dans ce genre de peinture.

Auguste approuva le parti qu’on prit d’appliquer à la peinture le jeune Quintus Pédius, d’une des premieres familles de Rome. Pline semble d’abord en vouloir tirer quelque avantage en faveur de la profession ; cependant il ajoute en même tems avec son exactitude & sa fidélité ordinaires une circonstance qui affoiblit totalement cette idée, c’est que le jeune Pédius étoit muet de naissance. Il convient aussi qu’Antistius Labéo, qui avoit rempli des charges considérables dans l’état & qui avoit refusé le consulat qu’Auguste lui offroit, se donna un ridicule en s’attachant à faire de petits tableaux, & en se piquant d’y réussir. En un mot, l’on aimoit, l’on estimoit les ouvrages de l’art, & l’on méprisoit ceux qui en faisoient leur occupation ou même leur amusement. Il n’y a pas long-tems que l’on en usoit de même dans ce royaume pour toutes les études & les connoissances ; je doute que les grands soient bien revenus de ce préjugé.

La mort d’Auguste fut bien-tôt suivie de la décadence des arts : cependant Pline parle d’un grand-prêtre de Cybele, ouvrage de Parrhasius, & tableau favori de Tibere, estimé soixante mille sesterces (onze mille sept cent cinquante livres), que ce prince tenoit enfermé dans sa chambre à coucher, & d’un tableau cheri d’Auguste, un Hyacinthe qu’il avoit apporté d’Alexandrie, & que Tibere consacra dans le temple du même Auguste. Pline naquit au milieu du regne de Tibere, l’an 25 de Jesus-Christ, & tout ce qu’il ajoute sur la Peinture & sur les peintres pour son tems, se réduit aux remarques suivantes.

Aux deux anciennes manieres, dit-il, de travailler l’encaustique, on en a ajouté une troisieme, qui est de se servir du pinceau pour appliquer les cires qu’on fait fondre à la chaleur du feu ; comme ces peintures résistoient à l’ardeur du soleil, & à la salure des eaux de la mer, on les fit servir à l’ornement des vaisseaux de guerre ; on s’en sert même déjà, remarque-t-il, pour les vaisseaux de charge. Ces ornemens étoient en-dehors des bâtimens, suivant la force du terme latin expingimus.

Il nous donne une étrange idée du goût des successeurs de Tibere pour la Peinture. L’empereur Caïus voulut enlever du temple de Lanuvium, à cause de leur nudité, les figures d’Atalante & d’Hélene peintes par l’ancien Ludius ; & il l’auroit fait, si la nature de l’enduit altéré par la trop grande vétusté, ne se fût opposée à l’exécution du projet.

L’empereur Claude crut signaler son bon goût, & donner un grand air de dignité à deux tableaux d’Apelle, consacrés au public par Auguste, d’y faire effacer la tête d’Alexandre le grand, & d’y faire substituer la tête d’Auguste lui-même. Pline se plaint encore soit de pareils changemens dans des têtes de statues, changemens qui tiennent à la barbarie ; soit de la peinture des mosaïques de marbre mises à la place des tableaux, & inventées sous le même regne de Claude environ l’an 50 de Jesus-Christ.

Le regne de Néron, successeur de Claude, donna vers l’an 64, l’époque des marbres incrustés les uns dans les autres ; & l’auteur s’en plaint également comme d’un usage qui portoit préjudice au gout de la peinture ; & traite enfin d’extravagance réservée à son siecle, la folie de Néron qui se fit peindre de la hauteur de cent vingt piés romains. La toile dont les peintres ne s’étoient pas encore avisés de faire usage, fut employée alors pour la premiere fois, parce que le métal, ou même le bois n’auroient jamais pu se façonner pour un pareil tableau : il faut donc rapporter aussi à l’an 64 de Jesas-Christ l’époque de la peinture sur toile. Voyez ce mot.

Amulius, peintre romain, parut sous le regne de cet empereur. Il travailloit seulement quelques heures de la journée, & toujours avec une gravité affectée, ne quittant jamais la toge, quoique guindé sur des échaffauds. Ses peintures étoient confinées dans le palais de Néron, comme dans une prison, suivant l’expression de Pline, qui a voulu marquer par-là les inconvéniens de la fresque.

Le même Pline admire la tête d’une Minerve que peignit le même artiste ; cette tête regardoit toujours celui qui la regardoit, spectantem spectans quâcumque adspiceretur. Cependant ce jeu d’optique ne tient point au mérite personnel, & suppose seulement dans le peintre une connoissance de cette partie de la perspective. On montre en Italie plusieurs têtes dans le goût de celle d’Amulius. Cet artiste n’étoit mort que depuis peu lorsque Pline écrivoit.

La mémoire du peintre Turpilius, chevalier romain & vénitien de naissance, étoit pareillement récente. Il avoit embelli Vérone de ses ouvrages de peinture. On peut les croire aussi beaux qu’on le voudra ; on sait du moins qu’il avoit appris son art dans la Grece. Pline, liv. XXXV. c. vj. dit qu’avant lui on n’avoit jamais vû de peintres gauchers ; & il paroît admirer cette particularité ; mais l’habitude fait tout pour le choix des mains, & il ne faut pas une grande philosophie pour faire cette réflexion. D’ailleurs cette habitude entre pour beaucoup moins qu’on ne l’imagine dans un art que l’esprit seul conduit, & qui donne sans peine le sens de la touche, en indiquant celui de la hachure, & qui produit enfin des équivalens pour concourir à l’expression générale & particuliere.

Depuis Turpilius on a vu des peintres gauchers parmi les modernes ; on en a vu également des deux mains. Jouvenet attaqué d’une paralysie sur le bras droit quelques années avant sa mort, a fait de la main gauche son tableau de la Visitation qu’on voit à Notre-Dame, & qui est un des plus beaux qui soit sorti de ses mains. Ce fait est plus étonnant que celui du chevalier Turpilius, puisque Jouvenet avoit contracté toute sa vie une autre habitude ; & l’on n’en a fait mention à Paris que peur ne pas oublier cette petite singularité de la vie d’un grand artiste. Pline finit l’article de Turpilius en remarquant que jusqu’à lui, on ne trouve point de citoyen de quelque considération, qui depuis Pacuvius eût exercé l’art de la peinture.

Il nomme enfin sous le regne de Vespasien, vers l’an 70 de Jesus-Christ, deux peintres à fresque tous deux romains, Cornelius Pinus & Accius Priscus. Fort peu de tems après, il composa, sous le même regne, son immense recueil d’histoire naturelle. Il venoit de l’achever lorsqu’il en fit la dédicace à Titus, consul pour la sixieme fois, en l’an 78 de Jesus-Christ.

L’année suivante fut celle où Titus monta sur le trône, au mois de Mars, & Pline mourut au commencement de Novembre suivant. Cet illustre écrivain avoit donc composé immédiatement auparavant son grand ouvrage, avec la digression sur la Peinture, morceau des plus précieux de l’antiquité.

On sait que Pline entre en matiere par des plaintes ameres contre son siecle sur la décadence d’un art qu’il trouve infiniment recommandable par l’avantage qu’il a de conserver la mémoire des morts, & d’exciter l’émulation des vivans. Il fait l’éloge des tableaux comme monumens du mérite & de la vertu. Il étend cet éloge aux autres ouvrages qui avoient la même destination, aux figures de cire que les Romains conservoient dans leur famille, aux statues dont ils ornoient les bibliotheques, aux portraits dessinés, que Varon & Pollion mirent en usage, enfin aux boucliers où étoient représentés les personnages illustres de l’ancienne Rome.

Après avoir pris les Romains du côté de l’honneur & de la vertu, il cherche à piquer leur curiosité en leur indiquant l’antiquité de l’art, & en s’arrêtant au récit de quelques peintures plus anciennes que la fondation de Rome. Il nomme les différentes villes où on les voyoit, & il distingue le mérite de ces ouvrages d’avec l’abus qu’en vouloit faire la lubricité d’un empereur, tenté d’en tirer deux de leur place à cause de quelques nudités.

Aux motifs d’une curiosité louable, Pline joint les motifs d’émulation puisés dans le sein même de la ville de Rome ; il propose par une gradation suivie l’exemple des citoyens qui s’étoient autrefois appliqués à l’exercice de la Peinture ; l’exemple des héros de la nation qui avoient étalé dans Rome les tableaux de leurs victoires ; l’exemple des généraux & des empereurs qui, après avoir transporté dans la capitale une quantité prodigieuse de tableaux étrangers, en avoient orné les portiques des temples & les places publiques.

Son éloquence & son esprit nous charment par des traits de feu & par des images enchanteresses qu’on ne trouve en aucun autre auteur, ni si fréquentes, ni d’une si grande beauté, enfin par une énergie de style qui lui est particuliere. C’est ainsi que pour donner une idée d’un tableau où Apelle avoit représenté un héros nud, il déclare que c’étoit un défi fait à la nature. Il dit de deux hoplitites, ouvrage de Parrhasius : « celui qui court, on le voit suer ; celui qui met les armes bas, on le sent haleter. Apelle, dit-il ailleurs, peignit ce qui est impossible à peindre, le bruit du tonnerre & la lueur des éclairs ». En matiere de style, comme en matiere de peinture, les savantes exagérations sont quelquefois nécessaires ; & ce principe doit être gravé dans l’esprit d’un peintre s’il veut parvenir à l’intelligence de ce que Pline a écrit & de ce que Apelle avoit exécuté.

Il est donc vraissemblable que personne ne s’avisera jamais de traiter Pline en qualité d’historien des Peintres ou d’enthousiaste, sans connoissance de cause, ou de déclamateur qui joue l’homme passionné, ou d’écrivain infidelle & frivole. Les qualifications diamétralement opposées sont précisément celles qui caractérisent ce grand homme, heureusement pour sa gloire, heureusement pour celle des arts dont il a été le panégyriste, heureusement enfin pour l’intérêt de la littérature & des sciences dont il a été le dépositaire.

Voilà ce que j’avois à dire sur Pline & sur la peinture des Romains ; c’est un précis de deux beaux mémoires donnés par M. de Caylus & par M. de la Nauze dans le recueil de littérature, tome XXV. (Le Chevalier De Jaucourt.)

Peinture moderne, (Beaux-Arts.) L’art de la Peinture, dit M. l’abbé Dubos, après avoir été longtems enseveli en occident sous les ruines de l’empire romain, se réfugia foible & languissant chez les orientaux, & renaquit enfin dans le treizieme siecle, vers l’an 1240, à Florence, sous le pinceau de Cimabué. Cependant on ne peignit qu’à fresque & à détrempe, jusqu’au quatorzieme siecle, que Jean de Bruges trouva le secret de peindre à l’huile. Il arriva pour lors que plusieurs peintres se rendirent illustres dans les deux siecles suivans ; mais aucun ne se rendit excellent. Les ouvrages de ces peintres si vantés dans leur tems, ont eu le sort des poésies de Ronsard, on ne les cherche plus.

En 1450 la Peinture étoit encore grossiere en Italie, où depuis près de deux cens ans on ne cessoit de la cultiver. On dessinoit scrupuleusement la nature sans l’ennoblir. On finissoit les têtes avec tant de soin, qu’on pouvoit compter les poils de la barbe & des cheveux ; les draperies étoient des couleurs très brillantes & rehaussées d’or. La main des artistes avoit bien acquis quelque capacité ; mais ces artistes n’avoient pas encore le moindre feu, la moindre étincelle de génie. Les beautés qu’on tire du nud dans les corps représentés en action, n’avoient point été imaginées de personne ; on n’avoit point fait encore aucune découverte dans le clair-obscur, ni dans la perspective aérienne, non plus que dans l’élégance des contours & dans le beau jet des draperies. Les peintres savoient arranger les figures d’un tableau, sans savoir les disposer suivant les regles de la composition pittoresque aujourd’hui si connues. Avant Raphaël & ses contemporains, le martyre d’un saint ne touchoit aucun des spectateurs. Les assistans que le peintre introduisoit à cette action tragique, n’étoient là que pour remplir l’espace de la toile, que le saint & les bourreaux laissoient vuide.

A la fin du quinzieme siecle, la Peinture qui s’acheminoit vers la perfection à pas si tardifs, que sa progression étoit imperceptible, y marcha tout-à-coup à pas de géant. La Peinture encore gothique commença les ornemens de plusieurs édifices, dont les derniers embellissemens sont les chefs-d’œuvre de Raphaël & de ses contemporains.

Le prodige qui arrivoit à Rome arrivoit en même tems à Venise, à Florence, & dans d’autres villes d’Italie. Il y sortoit de dessous terre, pour ainsi dire, des hommes illustres à jamais dans leurs professions, & qui tous valoient mieux que les maîtres qui les avoient enseignés ; des hommes sans précurseurs, & qui étoient les éleves de leur propre génie. Venise se vit riche tout-à-coup en peintres excellens, sans que la république eût fondé de nouvelles académies, ni proposé aux peintres de nouveaux prix. Les influences heureuses qui se répandoient alors sur la Peinture, furent chercher au commencement du seizieme siecle, le Corrége dans son village, pour en faire un grand peintre d’un caractere particulier.

Toutes les écoles qui se formoient alloient au beau par des routes différentes. Leurs manieres ne se ressembloient pas, quoiqu’elles fussent si bonnes qu’on seroit fâché que chaque école n’eût pas suivi la sienne. Le nord reçut aussi quelques rayons de cette influence. Albert Durer, Holbein, & Lucas de Leyde, peignirent infiniment mieux qu’on ne l’avoit encore fait dans leur pays.

Cependant dans le même climat où la nature avoit produit libéralement & sans secours extraordinaire les peintres fameux du siecle de Léon X. les récompenses, les soins de l’académie de S. Luc, établie par Grégoire XIII. & Sixte V. l’attention des souverains, enfin tous les efforts des causes morales, n’ont pu donner une postérité à ces grands artistes nés sans ancêtres. L’école de Venise & celle de Florence dégénérerent & s’anéantirent en soixante ou quatre-vingts ans. Il est vrai que la Peinture se maintint à Rome en splendeur durant un plus grand nombre d’années. Au milieu du siecle dernier, on y voyoit même de grands maîtres : mais ces grands maîtres étoient des étrangers, tels que le Poussin, les éleves des Carraches, qui vinrent faire valoir à Rome les talens de l’école de Boulogne, & quelques autres.

Le Poussin en trente années de travail assidu dans un attelier placé au milieu de Rome, ne forma point d’éleve qui se soit acquis de nom dans la Peinture, quoique ce grand artiste fût aussi capable d’enseigner son art, qu’aucun maître qui jamais l’ait professé. Dans la même ville, mais en d’autres tems, Raphaël mort aussi jeune que l’étoient ses éleves, avoit formé dans le cours de dix ou douze années une école de cinq ou six peintres, dont les ouvrages font toujours une partie de la gloire de Rome.

Enfin toutes les écoles d’Italie, celles de Venise, de Rome, de Parme & de Boulogne, où les artistes supérieurs se multiplierent si facilement & si promptement, en sont aujourd’hui dénuées. Le singulier est que ce fut dans des tems de prospérité que toutes ces écoles s’appauvrirent de bons sujets, & qu’elles tomberent en décadence : comme leur midi, ajoute ici l’abbé Dubos, s’étoit trouvé fort près de leur levant, leur couchant ne se trouva point bien éloigné de leur midi.

La Peinture qui avoit commencé à naître en Flandres sous le pinceau de Jean de Bruges, y resta dans un état de médiocrité jusqu’au tems de Rubens, qui sur la fin du seizieme siecle en releva la gloire par ses talens & par ses ouvrages. Alors la ville d’Anvers devint l’Athenes du pays au-delà des monts ; mais son éclat fut de courte durée. Si Rubens laissa des éleves comme Vandick, Jordans, Dispenbeck, Van-Tulden, qui font honneur à sa réputation, ces éleves sont morts sans disciples qui les aient remplacés. L’école de Rubens a eu le sort des autres écoles, je veux dire qu’elle est tombée, quand tout paroissoit concourir à la soûtenir. Milé en peut être regardé comme son dernier peintre.

Il sembloit que la Peinture qui a passé en France plus tard qu’ailleurs, vouloit y fixer un empire plus durable. Il est vrai qu’il ne tint pas à Francois I. de la faire fleurir dans le bon tems : il s’en déclara le protecteur. On sait avec quelle générosité il payoit les tableaux qu’il commandoit à Raphaël. Ses libéralités attirerent des peintres étrangers dans son royaume ; il combla de faveurs, & l’on peut dire d’amitié, le Rono & André del Sarto. Il reçut les derniers soupirs de Léonard de Vinci ; mais tous ces grands maîtres moururent sans éleves, du-moins dignes d’eux. C’est proprement sous Louis XIV. que la Peinture commença de paroître dans ce royaume avec le Poussin. La France a eu sous son regne des peintres excellens en tout genre, quoique ce ne soit pas dans cette profusion qui fait une des richesses de l’Italie. Cependant sans nous arrêter à un le Sueur, qui n’eut d’autres maîtres que lui-même, à un le Brun qui égala les Italiens dans le dessein & dans la composition, à un le Moine qui ne leur est guere inférieur, j’ai nommé dans un des volumes de ce Dictionnaire près de vingt peintres françois, qui ont laissé des morceaux si dignes de recherche, que les étrangers commencent à nous les enlever.

Je n’allegue point en faveur de la Peinture françoise les académies établies par Colbert pour l’encouragement de cet art. Le génie de la nation, ses richesses, les immenses collections de tableaux d’Italie amassées par Louis XIV. par M. le Duc d’Orléans, & par des particuliers, ont favorisé plus que les académies le goût de cet art dans le royaume. D’ailleurs ces fantômes de passions, si je puis parler ainsi, que la Peinture sait exciter, en nous émouvant par les imitations qu’elle nous présente, satisfont merveilleusement à ce genre de luxe, à notre desœuvrement, à notre ennui, & au besoin où nous sommes d’être occupés par le spectacle des Beaux-Arts. Mais enfin notre décadence à tant d’égards prévûe il y a plus de soixante ans par M. de Fontenelle, ne commence-t-elle pas à se vérifier sur la Peinture ?

Le bon tems de celle des Hollandois est aussi passé ; encore faut-il convenir que quoique leur peinture soit admirable par le beau fini, la propreté, le moëlleux & la parfaite intelligence du clair obscur ; cependant elle ne s’est jamais élevée dans l’Histoire, & n a jamais réussi dans ces deux parties de l’ordonnance d’un tableau, que nous appellons composition poétique & composition pittoresque.

Depuis deux siecles les Anglois aiment la Peinture autant & plus qu’aucune autre nation, si l’on en excepte l’italienne. On sait avec quelle magnificence ils récompensent les peintres étrangers qui s’établissent chez eux, & quel prix ils mettent aux beaux ouvrages de Peinture. Cependant leur terroir n’a point produit de peintres d’un ordre supérieur, tandis que leurs poëtes tiennent un rang si distingué parmi ceux des autres peuples. On voit à Londres dans l’hôpital des enfans trouvés des tableaux d’histoire faits par MM. Hayman, Hogarth, Wills, Highmore, qui prouvent seulement que ces divers artistes possédoient les qualités propres à faire les grands peintres, mais non pas qu’ils fussent de cette classe. Il n’est guere possible qu’il y ait en Angleterre des peintres d’histoire vraiment habiles, parce qu’ils y manquent d’émulation ; leur religion ne fait chez eux aucun usage des secours de la Peinture pour inspirer la dévotion ; leurs églises n’y sont décorées d’aucuns tableaux, tandis que par une raison contraire ils réussissent parfaitement dans le paysage & les marines. Enfin les peintres anglois ont un obstacle à surmonter, qui arrête les progrès de leurs talens, ce sont ces gens dont la profession est de vendre des tableaux, & qui ne pouvant faire commerce des tableaux des peintres vivans de la nation, prennent le parti de les décrier, & trouvent en cela l’approbation du pays même.

A l’égard de la peinture des habitans du nord, on sait assez ce qu’il en faut penser. Il paroît que cet art ne s’est pas approché du pole plus près que la hauteur de la Hollande. Je dois encore moins m’arrêter sur la peinture chinoise ; elle n’offre qu’un certain goût d’imitation servile, où l’on ne trouve ni génie, ni dessein, ni invention, ni correction.

Après ce que nous venons d’exposer sur l’état actuel & les vicissitudes que la Peinture a essuyées chez les divers peuples de l’Europe depuis la renaissance des arts, il est clair que tous les siecles & que tous les pays ne sont point également fertiles en beaux ouvrages de ce genre, & qu’ils le sont plus ou moins en divers tems. Il y a des siecles où les arts languissent, il en est d’autres où ils donnent des fleurs & des fruits en abondance. La Peinture n’étoit point la même dans les deux siecles qui précéderent le siecle de Léon X. que dans le siecle de ce pontife. Cette supériorité de certains siecles sur les autres est si connue, & se sent si bien par les gens d’esprit dans le même siecle où ils vivent, qu’il est inutile de le prouver. Les annales du genre humain font mention de trois siecles dont les productions en Peinture ont été admirées par tous les siecles suivans. Ces siecles heureux sont celui de Philippe & d’Alexandre le Grand, celui de Jules César & celui d’Auguste, celui de Jules II. & de Léon X. Ce sont ces trois siecles qui ont formé la distinction de la peinture moderne, dont je viens de donner l’histoire ; d’avec la peinture antique, dont je tâcherai de décrire le mérite & le caractere dans l’article suivant.

Personne n’ignore qu’il y a plusieurs sortes de Peinture en usage ; sçavoir à détrempe, en émail, à fresque, à huile, en miniature, à la mosaïque, au pastel, sur le verre, sur la porcelaine, une peinture mixte, des camayeux, &c. Voyez chacun de ces mots.

On a aussi essayé de tracer des peintures sur du marbre blanc, avec des teintures particulieres & propres à le pénétrer. On fait encore des peintures avec des laines & des soies, qui sont des broderies en tapisserie travaillées à l’aiguille ou au métier. Ne peut-on pas mettre parmi les différentes especes de peintures celle qui se fait sur des étoffes de soie blanche, ou sur des toiles de coton blanc, en y employant seulement des teintures qui pénetrent ces étoffes & ces toiles ? En un mot, l’industrie des hommes a trouvé le secret de représenter les images visibles par divers moyens, sur quantité de corps très-différens, verre, pierre, terre, plâtre, cuivre rouge, bois, toile, &c. On n’a point craint de multiplier les merveilles d’un art enchanteur, & de les répéter à la vûe de toutes sortes de manieres. On a connu que plus on étendroit les prestiges de sa magie, plus cette variété frapperoit nos sens avec plaisir ; & de telles conjectures sont rarement trompées.

Enfin un moderne, le sieur Picaut, a trouvé le secret de transporter sur une nouvelle toile les ouvrages de peinture qui dépérissent sur une vieille toile, ou sur le bois. Les preuves qu’a données cet homme industrieux de cette découverte, ne permettent pas de douter du fait. Le fameux tableau qui représente S. Michel foudroyant les anges rébelles, étoit peint sur le bois. Ce tableau que Raphaël peignit en 1518 pour François premier, a été transporté sur toile dans sa beauté en 1752 par le sieur Picaut ; & le 18 Octobre de la même année, il a été exposé aux yeux du public dans le palais du Luxembourg à Paris. En conséquence l’académie de Peinture ayant jugé que le sieur Picaut avoit exécuté son opération avec un grand succès, lui a donné des témoignages autentiques de son approbation. Je voudrois bien oser ajoûter que cette découverte peut assûrer à la postérité la conservation des ouvrages des peintres célebres, & les garantir de l’outrage des tems. Article de M. le chevalier de Jaucourt.

Peinture arabesque ancienne, (Peint. anc.) c’est une peinture qui consistoit à représenter à fresque sur les murailles des figures de caprice, ou des compositions d’architecture, pour servir d’ornement & de décoration.

Il y a quelques morceaux de cette peinture dans des tombeaux auprès de Naples ; mais c’est peu de chose en comparaison de ce qu’on peut voir de ce genre dans les desseins recueillis par Pietro-sonto ; Bartoli, Jean d’Udine, Raphaël & quelques-uns de ses éleves ont imité ces anciennes grotesques ; & on les a gravées d’après les études qu’ils en avoient faites.

Ces ornemens fantastiques inventés avec génie, paroissent à bien des gens n’exiger que peu ou point de parties de la perspective, puisque les figures seules enlacées & liées à des ornemens légers & délicats, sont ordinairement peintes sur le fond de la muraille, ou sur une couleur qui la suppose. Cependant il y a plusieurs de ces grotesques ou l’on voit des compositions d’architecture dans lesquelles il entre par conséquent des colonnes, des entablemens & d’autres membres d’architecture ; toutes ces parties tendent à un point de vue donné avec autant d’exactitude que pourroit faire le peintre le plus au fait de la perspective : ainsi l’on doit en conclure que si dans des sujets où le désordre semble permis, les anciens ont été si réguliers observateurs de la perspective, on ne peut sans injustice leur refuser la même connoissance & la même attention dans des ouvrages plus réfléchis.

Les peintures arabesques ont été mises en usage par les anciens pour couvrir à peu de frais & cependant avec goût des murailles nues, telles qu’on les voyoit dans l’intérieur de leurs maisons, car leurs logemens particuliers ne nous laissent pas une grande idée de leurs ameublemens. Pline cite à peine ces meubles dans la description de ses maisons, preuve qu’ils ne méritoient pas une grande considération. Les Romains faisoient consister la magnificence de leurs meubles dans des ornemens plus solides, & considérablement plus coûteux que nos étoffes & nos tapisseries. Leurs lits de festins, leurs vases, leurs coupes, leurs buffets, leurs planchers étoient d’un prix beaucoup plus considérable que tout ce que nous employons aujourd’hui. Les maisons particulieres des Grecs étoient encore moins riches à la ville & à la campagne, en ce que nous entendons par le terme de meuble, que celles des Romains. La décoration des édifices publics étoit le seul objet des soins & de la dépense des Grecs, & cet objet étoit bien plus noble que le nôtre. Mém. de l’ac. des Insc.

Pour ce qui regarde la peinture arabesque moderne, voyez Grotesques, (beaux arts.) (D. J.)

Peinture a détrempe, (Peint.) voyez Guache.

Peinture a huile, (Peint. mod.) dans le treizieme siecle de l’ére chrétienne, la Peinture fut rétablie, & ce fut au commencement du quatorzieme qu’un Flamand nommé Jean de Bruges, employa des couleurs détrempées dans des huiles. Avant cette découverte les grands ouvrages se faisoient en mosaïque, ou à fresque, ou en détrempe. La mosaïque, comme on sait, est formée par des pierres de différentes couleurs rapportées artistement les unes à côté des autres, & qui toutes ensemble concourent à produire un effet général. On peint à fresque sur des enduits tout frais de mortier, & où les couleurs s’imbibent, détrempant les couleurs dans la gomme, on peut les employer par-tout, & c’est ce qu’on appelle peindre en détrempe.

La peinture à huile a des grands avantages sur toutes les autres manieres. La mosaïque demande beaucoup de travail, & elle est difficilement exacte. La fresque ne peut être retouchée ; & si le premier trait n’est point de la derniere justesse, si le premier coup de pinceau ne donne pas la nuance exacte, il faut faite regrater l’enduit, & recommencer jusqu’à ce qu’enfin on ait achevé l’ouvrage, sans avoir commis la moindre erreur. Cette exactitude qu’il faut trouver du premier coup, est d’autant plus difficile, que les couleurs ne conservent point les nuances qu’elles ont lorsqu’on les emploie ; elles changent à mesure que le mortier seche, & il faut les avoir employées du premier coup de pinceau, non pas comme elles sont, mais comme elles doivent rester. La peinture à détrempe, outre ce dernier inconvénient de la peinture à fresque, n’a point de solidité, ne permet point d’unir les couleurs par des nuances vraies & délicates.

Mais la peinture à l’huile donne la facilité à l’artiste de retoucher son tableau aussi souvent qu’il le veut. Sur une premiere ébauche dont les traits ou les nuances ne lui paroissent pas convenables, il emploie une seconde couleur différente de la premiere, & qui rend avec plus de vérité l’effet qu’il en attend ; dans cette maniere l’artiste a encore l’avantage d’employer les couleurs à-peu-près comme elles doivent rester. Les ouvrages à l’huile ne sont point nécessités d’être toujours à une même place, comme l’est la fresque sur la toile, sur le bois & sur les métaux, ceux à l’huile peuvent être transportés par-tout ; mais ils se conservent moins que la fresque, & n’ont qu’un seul point de vue.

Cependant quoique l’huile donne une très-grande facilité de pinceau, & qu’elle rende le travail plus agréable qu’aucun autre corps le pourroit faire, les anciens, peu sensibles au moment présent, travailloient toujours pour la postérité. Or il est constant que l’huile nous a fait perdre l’avantage de la conservation. Ce n’est pas tout, elle altere nos couleurs, & les fait jaunir par la seule impression de l’air. Les teintes poussent souvent avec inégalité, les ombres noircissent, enfin nos couleurs & nos impressions s’écaillent, & les peintures anciennes étoient, ce me semble, à l’abri de tous ces inconvéniens. Nous pratiquons l’huile depuis un tems assez considérable pour en connoître les effets, & pour avancer que l’on ne verra aucune de nos peintures préparées de cette façon dans huit cent ans ; au contraire, Pline a pu voir celles qui subsistoient dans les ruines d’Ardée. & nous voyons encore aujourd’hui des restes d’une beaucoup plus grande ancienneté dans quelques endroits de l’Italie, & même jusques dans l’Egypte ; aussi ce sont des peintures à fresque.

Le pastel a de grandes beautés ; il est fait avec des craies de différentes couleurs, mais le seul mouvement de l’air le détruit, & on ne peut le conserver qu’en le couvrant d’une glace. Derriere les glaces, on y peint aussi à huile. (D. J.)

Peinture chinoise, (Peint.) c’est une sorte de peinture que les Chinois font sur des éventails ou sur la porcelaine, où ils représentent des fleurs, des animaux, des paysages, des figures, &c. avec des couleurs fines & brillantes. Le seul mérite de leur peinture est une certaine propreté & un certain goût d’imitation servile, mais où l’on ne remarque ni génie, ni dessein, ni invention, ni correction.

Peinture des Mexicains sur le bois, (Peinture d’Amérique.) on ne sera peut-être pas fâché de voir ici la maniere dont les Indiens du Mexique se servent des couleurs pour peindre sur le bois, & pour travailler les cabinets & autres meubles de cette espece : voici le secret de cette peinture.

On prépare la couleur dont on veut faire le fond, & on en passe plusieurs couches sur tout l’ouvrage, ce qui forme une croûte assez épaisse, que l’on adoucit & qu’on égale le plus qu’il est possible. Pendant que la peinture est encore fraîche, on prend un poinçon ou une baguette de bois le plus dur qu’on peut trouver, avec quoi l’on dessine les figures que l’on veut peindre ; on se sert de l’autre bout du poinçon ou de la baguette, qui est applatie en forme de spatule, pour râcler la couleur renfermée dans le contour de la figure ; dans ce vuide on met une autre couleur telle que la figure le demande ; & s’il y en doit entrer de différentes, on remplit d’abord tout l’espace de celle qui doit dominer ; puis on dégarnit la place que doivent occuper les autres couleurs, & on les applique les unes après les autres, comme on avoit fait la premiere jusqu’à ce que tout l’ouvrage soit achevé.

Pour conserver l’éclat des couleurs & leur donner le lustre, ils ont différens vernis composés d’huiles tirées de divers fruits.

Dans la province des Yucatan, le vernis le plus ordinaire est une huile faite avec certains vers qui viennent sur les arbres du pays. Ils sont de couleur rougeâtre, & presque de la grandeur des vers-à-soie. Les Indiens les prennent, les font bouillir dans un chaudron plein d’eau, & ramassent dans un autre pot la graisse qui monte au-dessus de l’eau. Cette graisse est le vernis même. Il devient dur en se figeant ; mais pour l’employer, il n’y a qu’à le faire chauffer ; & la peinture sur laquelle on a passé le vernis, conserve cette même odeur durant quelque tems ; mais en l’exposant à l’air pendant quelques jours, l’odeur se dissipe entierement. Ce sont aussi les huiles de ce vernis qui font que les ouvrages ainsi vernissés, peuvent se laver sans être endommagés. De-là vient qu’on a fait avec le bois ainsi peint & vernissé quantité de vaisseaux pour l’usage ordinaire. (D. J.)

Peinture pastorale, (Peint. mod.) c’est ainsi qu’on nomme celle qui s’exerce sur les amusemens de la campagne, les bergeries, les marchés, les animaux. Ce goût est susceptible de toutes les beautés dont le génie du peintre est capable pour imiter la belle nature ; & elle plaît à tout le monde. Le Castiglione (Benedicti), né à Gènes, & mort à Mantoue en 1670, à 54 ans, est un des artistes du dernier siecle qui a le mieux réussi en ce genre. La délicatesse de sa touche, l’élégance de son dessein, la beauté de son coloris, & son intelligence du clair obscur ont rendu ses tableaux précieux. (D. J.)

Peinture des toiles, (Peint. anc.) nous dirions aujourd’hui teinture des toiles, mais je me sers du mot de Pline, qui finit le xj. chap. de son XXXV. livre, par nous apprendre la façon dont les Egyptiens peignoient des toiles, ou faisoient des toiles peintes. Rapportons d’abord le passage en latin qui est fort curieux.

Pingunt & vestes in Ægypto inter pauca mirabili genere, candida vela postquam attrivere illinentes non coloribus, sed colorem sorbentibus medicamentis. Hoc cum fecêre, non apparet in velis ; sed in cortinam pigmenti ferventis mersa, post momentum extrahuntur picta. Mirumque cum sit unus in cortina colos, ex illo alius atque alius fit in veste, accipientis medicamenti qualitate mutatus. Nec postea ablui potest ; ita cortina non dubiè confusura colores, si pictos acciperet, digerit ex uno, pingitque dum coquit. Et adustæ vestes firmiores fiunt, quam si non urerentur. Voici la traduction :

« Dans le nombre des arts merveilleux que l’on pratique en Egypte, on peint des toiles blanches qui servent à faire des habits, non en les couvrant avec des couleurs, mais en appliquant des mordans qui, lorsqu’ils sont appliqués, ne paroissent point sur l’étoffe ; mais ces toiles plongées dans une chaudiere de teinture bouillante, sont retirées un instant après coloriées. Ce qu’il y a d’étonnant, c’est que quoiqu’il n’y ait qu’une couleur, l’étoffe en reçoit de différentes, selon la qualité des mordans, & les couleurs ne peuvent ensuite être emportées par le lavage. Ainsi une liqueur qui n’étoit propre qu’à confondre les couleurs, si la toile eût été peinte avant que d’être plongée, les fait naitre toutes d’une seule ; elle se distribue, elle peint la toile en la cuisant, pour ainsi dire. Et les, ou leurs de ces étoffes teinres à chaud sont plus solides que si elles étoient teintes à froid ».

Cette pratique pour exécuter la teinture des toiles est en usage dans l’Europe & en Orient. Il est à présumer que l’Inde a tire originairement ce secret de l’Egypte, qui après avoir été le centre des arts & des sciences, la ressource de l’Asie, & de l’Europe par la fertilité de son terroir, le climat le plus heureux par la salubrité de l’air, un monde par la multitude des naturels du pays & par l’affluence des étrangers, n’est plus aujourd’hui qu’une terre empestée & une retraite de brigands, pour avoir perdu de vue les arts & les sciences qui faisoient son bonheur & sa gloire ; exemple palpable qui suffiroit seul pour confondre un odieux paradoxe avancé de nos jours, s’il méritoit d’être sérieusement refuté. La Chine connoît aussi la pratique de teindre les toiles, où nous l’avons trouvée établie dans le tems de sa découverte. Plus on approfondit les arts, du moins quant à la peinture, & plus on observe que les anciens n’ignoroient presque rien de ce que nous savons & de ce que nous pratiquons. Mémoire des Insc. tom. XXV. (D. J.)

Peinture sur verre, (Peint. mod.) cette peinture est toute moderne, & les François prétendent que ce fut d’un peintre de Marscille, qui travailloit à Rome sous Jules II. que les Italiens l’apprirent. On en faisoit autrefois beaucoup d’usage dans les vitraux des églises & des palais ; mais cette peinture est aujourd’hui tellement négligée, qu’on trouve très peu de peintres qui en ayent connoissance. Elle consiste dans une couleur transparente, qu’on applique sur le verre blanc ; car elle doit faire seulement son effet, quand le verre est exposé au jour. Il faut que les couleurs qu’on y employe soient de nature à se fondre sur le verre qu’on met au feu quand il est peint ; & c’est un art de connoître l’effet que ces couleurs feront quand elles seront fondues, puisqu’il y en a que le feu fait changer considérablement.

Lorsque cette peinture étoit en regne, on fabriquoit dans les fourneaux des verres de différentes couleurs, dont on composoit des draperies, & qu’on tailloit suivant leurs contours, pour les mettre en œuvre avec le plomb. Le principal corps de presque toutes ces couleurs, est un verre assez tendre, qu’on appelle rocaille, qui se fait avec du sablon blanc, calciné plusieurs fois, & jetté dans l’eau, auquel on mêle ensuite du salpêtre pour servir de fondant.

On a aussi trouvé le secret de peindre à l’huile sur le verre, avec des couleurs transparentes, comme sont la laque, l’émail, le verd-de-gris, & des huiles ou vernis colorés, qu’on couche uniment pour servir de fonds ; quand elles sont seches, on y met des ombres, & pour les clairs, on peut les emporter par hachures avec une plume taillée exprès. Ces couleurs à huile sur le verre, se conservent long-tems, pourvû que le côté du verre où est appliquée la couleur, ne soit pas exposé au soleil. (D. J.)

Peinture, (Architect.) cet art contribue dans les bâtimens, 1°. à la légéreté, en les faisant paroître plus exhaussés & plus vastes par la perspective ; 2°. à la décoration par la variété des objets agréables répandus à propos, & par le racordement du faux avec le vrai ; 3°. enfin à la richesse, par l’imitation des marbres, des métaux, & autres matieres précieuses.

La Peinture se distribue en grands sujets allégoriques pour les voutes, plafonds, & tableaux ; ou en petits sujets, comme ornemens grotesques, fleurs, fruits, &c. qui conviennent aux compartimens & panneaux des lambris.

On pratique dans les bâtimens trois sortes de peinture ; la peinture à fresque, la mosaïque, & la peinture à l’huile. La premiere, qui est la plus ancienne, & la moins finie, sert pour les dedans des lieux spacieux, tels que sont les églises, basiliques, galeries, & même pour les dehors sur les enduits préparés pour la retenir. Cette peinture est particulierement propre pour décorer des murs de jardins par des vues, des perspectives, &c. La mosaïque, quoiqu’elle soit moins en usage qu’aucune sorte de peinture, est cependant la plus durable ; la peinture à l’huile convient au bois & à la toile, pour enrichir toutes sortes d’appartemens. (D. J.)

Peinture double, (Poésie, Art orat.) on appelle double peinture, celle qui consiste à présenter deux images opposées, qui jointes ensemble, se relevent mutuellement ; c’est ainsi que Virgile fait dire à Enée, lorsqu’il voit Hector en songe : « Ce n’étoit point cet Hector vainqueur de Patrocle, & chargé des dépouilles d’Achille, où la flamme à la main embrassant la flotte des Grecs : sa barbe & ses cheveux étoient souillés de sang, & son corps portoit encore les marques de toutes les blessures qu’il reçut sous les murs de Troie ».

Hei mihi, qualis erat ! quantum mutatus ab illo
Hectore qui redit exuvias indutus Achillis,
Vel Danaûm Phrygios jaculatus puppibus ignes !
Squallentem barbam, & concretos sanguine crines,
Vulneraque ille gerens, quæ circum plurima muros
Accepit patrios. Ænéid. l. II. v. 274.

Annibal Caro, dans sa traduction italienne de l’Enéide, a rendu cet endroit bien noblement.

Lasso me ! quale & quanto era mutato
Da quell’Ettor, che ritorno vestito
Dele spoglie d’Achille, è rilucente
Del foco, ond’arse, il grand navile argolico !
Squallida havea la barba, horredo il crine,
E rappreso di sangue : il petto lacero
Di quante unqua ferite al patrio muro
Hebbe d’intorno.

C’est encore en usant d’une double peinture, que Corneille dans le récit du songe de Pauline, lui fait dire en parlant de Sévere. Acte I. scene 2.

Il n’étoit point couvert de ces tristes Lambeaux
Qu’une ombre désolée emporte des tombeaux ;
Il n’étoit point percé de ces coups pleins de gloire,
Qui retranchant sa vie, assure sa mémoire ;
Il sembloit triomphant, & tel que sur son char
Victorieux dans Rome, entre notre César, &c.

Concluons que la double peinture est d’un merveilleux effet pour le pathétique ; mais comme cette adresse est une des plus grandes du poëte & de l’orateur, il faut la savoir ménager, l’employer sobrement, & à propos. (D. J.)

Peinture d’impression, (Peinture.) peinture de diverses couches de couleurs en huile ou en détrempe, dont on imprime dans les bâtimens les ouvrages de Menuiserie, de Charpenterie, de Mâçonnerie, & de Serrurerie, ou qui sont à l’air, ou que l’on veut embellir, & mettre d’une même teinte. Les Italiens disent imprimatura, dont quelques-uns de nos peintres ont fait imprimature, & d’autres imprimure. Le véritable mot françois est impression à huile, ou impression à détrempe, suivant la liqueur & ingrédiens qui y entrent. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « peinture »

Étymologie de peinture - Littré

Wallon, pondeur, ponteur ; bourg. pointure ; prov. pintura, pictura, penchura ; esp. peintura ; ital. pintura, pittura ; du lat. pictura, de pictum, supin de pingere, peindre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de peinture - Wiktionnaire

Du moyen français peinture, de l’ancien français peinture, du latin populaire *pinctura, altération du latin classique pictura (« ouvrage peint, tableau peint »), d’après pingĕre (« peindre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « peinture »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
peinture pɛ̃tyr play_arrow

Citations contenant le mot « peinture »

  • En plus de cela, le rapport sur le marché mondial des robots de peinture par pulvérisation fournit un aperçu informatif de plusieurs facteurs élémentaires ainsi qu’une part respective du marché des robots de peinture par pulvérisation pour la génération de revenus mondiale. Des données statistiques approfondies, y compris la structure des coûts, l’offre et la demande, les applications, les régions topologiques, la part de production, les technologies innovantes, les types de produits et les fabricants dominants sont également administrées dans le rapport sur le marché Robot de peinture par pulvérisation. Journal l'Action Régionale, COVID-19 Impact sur la demande mondiale du marché des robots de peinture par pulvérisation 2020: ABB, KUKA, FANUC, Yaskawa, Kawasaki – Journal l'Action Régionale
  • • Passez en revue et analysez la taille du marché mondial Boîtes d’emballage de peinture en fonction de sa valeur et de son volume auprès des utilisateurs finaux, des types de produits, de l’entreprise, des principales régions, des informations de répartition de 2015 à 2020 et des prévisions jusqu’en 2026. gabonflash, Boîtes d'emballage de peinture Marché 2020 | Analyse d'impact, perspectives et opportunités de croissance de Covid-19 - gabonflash
  • À Saint-Jean-de-Boiseau, le château du Pé ouvre de nouveau ses salons pour y accueillir, chaque dimanche jusqu’au 30 août, l’exposition des peintures de Carole Dando. Ancienne habitante de Bouguenais, installée depuis peu en Ille-et-Vilaine, cette esthéticienne de métier, qui a aussi pratiqué le maquillage de théâtre, est passionnée de couleurs et de formes. S’étant saisie du pinceau en autodidacte il y a plus de trente ans, elle n’a eu de cesse d’affiner et parfaire une technique associant collage et peinture acrylique. , Saint-Jean-de-Boiseau. Les peintures de Carole Dando à Saint-Jean-de-Boiseau - Nantes.maville.com
  • Ma peinture est abstraite. Mes toiles peuvent être qualifiées de minimalistes. En contraste, je travaille généreusement avec la matière. Je ne peins pas avec des peintures traditionnelles mais avec des plâtres et des mélanges que je teins dans la masse et qui me donnent un relief, un empattement. Artistikrezo, Audrey Noël : "Peindre c’est de l’ordre de l’obsession, c’est devenu une nécessité" - Artistikrezo
  • Comment entretenir l’éclat et la superbe de votre peinture métallisée ? Découvrez le secret d’un lavage propre et efficace pour préserver la brillance de votre voiture. Autonews, Lavage de ma voiture : LE secret pour entretenir votre peinture métallisée
  • Progressivement, il a amélioré ses compétences en matière de peintures murales et de graffitis. Demotivateur, Ce graffeur utilise uniquement de la peinture en aérosol pour valoriser les murs transparents
  • week-end de dessin-peinture à Grangermont du samedi 29 août au dimanche 30 août à Grangermont Unidivers, week-end de dessin-peinture à Grangermont Grangermont Grangermont samedi 29 août 2020
  • Exposition de broderie malgaches de l'association ASAM Franche-Comté. Vous y trouverez un grand choix de linge de table et et de maison, dont les décors brodés sont entièrement réalisés à la main. C’est la célèbre peinture à l’aiguille si caractéristique du talent des brodeuses de Madagascar. De beaux articles de vannerie aux couleurs chatoyantes et des bijoux en corne colorée, à destination des grands et des petits, complèteront cette exposition qui saura enthousiasmer les amateurs d’artisanat de haute qualité. Cette exposition est réalisée pour soutenir un village de 20 familles qui ont choisi de changer de vie : en quittant les trottoirs de la capitale malgache pour aller vivre du travail de leurs mains loin de la misère des rues, elles retrouvent peu à peu dignité et confiance. , Peinture a l aiguille : Exposition a Ornans
  • Exposition peinture – sculpture par M. Marie et A. Caillavet du vendredi 7 août au jeudi 13 août à Le Villare, espace culturel et associatif Unidivers, Exposition peinture – sculpture par M. Marie et A. Caillavet Le Villare,espace culturel et associatif Villers-sur-Mer vendredi 7 août 2020
  • L’accueil dans l’appartement-atelier de l’artiste à Francfort est chaleureux, apaisant et très instructif. Le lieu est orné de nombreuses peintures dont les couleurs dominantes sont le rouge, le rose et le gris, une immense fresque murale portant l’inscription « Sénégal » ainsi que des motifs qui évoquent son pays natal, nous plongent dans un doux voyage en plein cœur de l’Afrique. Entretien. , Kalé Beye, artiste sénégalais à Francfort : « L’art nourrit l’âme » | lepetitjournal.com
  • Sans trahir leur esthétique tout en surfant sur l’air du temps qui clame haut et fort son désir de peinture léchée, ces deux maisons ont allié leur savoir-faire et leur goût pour les intérieurs pointus afin de donner naissance à des couleurs aux identités bien marquées. Des peintures qui racontent des histoires et convoquent des toiles de grands peintres. Trois familles forment ainsi cette palette riche en émotions : les Réalistes, les Dadaïstes, les Modernistes. Chaque joyeuse troupes de couleurs se compose de trois teintes mates capables de faire des merveilles sur les murs, une fois mariées ensemble façon color zoning. Pour couronner le tout et réveiller nos savoirs et envies en matière d’art, les couleurs sont nommées selon les artistes et les designers qui ont marqué ces périodes artistiques. Voici comment sur nos murs sont susceptibles de s’exposer tour à tour MARCEL, DORA, SALVADOR, GEORGE, CHARLOTTE, JEAN, ALAIN, FLORENCE, PIERRE… Neuf prénoms pour neuf couleurs signatures qui en plus de nous donner envie de couleurs sur les murs de la maison, nous donnent envie de (re)plonger dans des livres d'art. Cette association imagée entre la nuance et le créatif qui nous renvoie à des classiques revisités s’accompagne d’un papier texturé façon crépi, lui aussi à peindre pour apporter encore plus de vie aux murs. Bref, rien que du beau pour une déco murale qui ne craint pas d’imposer des couleurs cultes pour anoblir le décor ! Marie Claire, La collection de peinture très arty de The Socialite Family - Marie Claire
  • He Xingwen est un grand artisan qui est passé par toutes les étapes jusqu'à devenir à ce jour le Grand Maître d'art artisanal de renommée nationale. Il a passé par des pailles ordinaires dans les champs de blé, à la peinture folklorique des pailles fabriquée à main en tant que cadeau d'Etat jusqu'à apprendre un métier afin de subvenir aux besoins de sa famille. C'est à l'issue de son parcours élogieux, long de 40 ans, que He Xingwen s'est forgé sa réputation du Grand Maître de l'art artisanal. , Weinan(Shaanxi) : la peinture sur paille, un art du patrimoine immatériel qui fait penser à la culture agricole-French
  • En outre, la récente pandémie de COVID-19 au début de 2020 a un impact sur le marché mondial de Rubans de peinture. En raison de la propagation sans précédent du coronavirus à travers le monde, le marché mondial de Rubans de peinture est entravé dans divers secteurs tels que l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud, l’Europe, l’Asie-Pacifique, le Moyen-Orient et l’Afrique, etc. De nombreux fabricants sont confrontés à ce problème en raison de la pandémie du coronavirus. De nombreuses industries connaissent aussi des fluctuations de la demande, qui peuvent principalement changer les tendances chez les consommateurs. Journal l'Action Régionale, Marché mondial des bandes de peinture 2020 – Impact du COVID-19, analyse de la croissance future et défis | Société 3M, Nitto Denko Corp, Beiersdorf (Tesa), Shurtape Technologies, Berry Global – Journal l'Action Régionale
  • Issu d’une famille provençale, Pierre Girieud voit le jour en 1876, à Paris. Sa vocation pour la peinture lui apparaît très tôt. Il refuse la formation scientifique que son père l’oblige à suivre, pour s’installer à Montmartre en 1900, et se consacrer à son art. Entre 1900 et 1911, il fréquente notamment Picasso, Villon, Marquet, Manguin, Camoin, Puy… Son point de ralliement et de ses amis à Paris, est le café du Lapin Agile, dont la salle est décorée par l’« Arlequin » de Picasso et un « Perroquet » de Girieud. Très tôt remarqué comme un artiste d’avant-garde, et lié au mouvement des Fauvistes, il expose régulièrement durant cette période, avec le groupe de Matisse, au salon des Indépendants et au salon d’Automne. Il se lie également d’amitié avec Mac Orlan, Carco et Dorgelès qui en parleront dans leurs écrits. Le Telegramme, Un musée, une œuvre : L’Hommage à Gauguin, de Pierre Girieud - Un musée une œuvre - Le Télégramme
  • Renault a renforcé ses liens avec Google Cloud pour optimiser le processus industriel d'application de peinture sur ses véhicules, en tenant compte de plusieurs paramètres comme le temps de chauffe et l'hygrométrie. Un gain sur la consommation énergétique dépassant les 10% est attendu par le constructeur dans ses usines. LeMondeInformatique, Renault optimise l'application de peinture avec l'IA de Google - Le Monde Informatique
  • Rapport de recherche cabines de peinture marché 2020-2025 trie le monde entier cabines de peinture vitrine par les principaux acteurs, type délément, des applications et des districts, et ainsi de suite. Le rapport couvre en outre les informations les plus récentes de lindustrie, lexamen du joueur clé, et un morceau de lensemble du secteur, le taux de développement, des ouvertures et des modèles, la procédure de risque pour votre référence à disséquer le marché mondial cabines de peinture. , cabines de peinture Marché Principaux pays Données 2020 Rapports de recherche, Taille de lindustrie, en profondeur qualitatives Insights, croissance explosive opportunités, analyse régionale par les mises à jour du marché de 360 – JustFamous
  • Rapport de recherche Cabines de peinture automobile marché 2020-2025 trie le monde entier Cabines de peinture automobile vitrine par les principaux acteurs, type délément, des applications et des districts, et ainsi de suite. Le rapport couvre en outre les informations les plus récentes de lindustrie, lexamen du joueur clé, et un morceau de lensemble du secteur, le taux de développement, des ouvertures et des modèles, la procédure de risque pour votre référence à disséquer le marché mondial Cabines de peinture automobile. , Cabines de peinture automobile Marché Principaux pays Données 2020 Perspectives de lindustrie par Share, les nouvelles tendances, lanalyse régionale, les segments, les premiers joueurs, pilotes, facteur de croissance et 360 mises à jour prévues par le marché – JustFamous
  • L’artiste visuel et contemporain espagnol Edgar Plans raconte, à travers une peinture vive au style naïf et où la matière prend toute son importance, son imaginaire. Luxe.net, Edgar Plans : Une vive peinture chromatique
  • Analyse des transactions – Les variables macroéconomiques et les dispositions administratives se trouvent dans le développement de l’industrie Pistolets à peinture à alimentation par gravité et l’examen prémonitoire. Electroziq, Globale Pistolets à peinture à alimentation par gravité Marché 2020 – Anest Iwata, Binks, C.A.Technologies – Electroziq
  • En outre, la récente pandémie de COVID-19 au début de 2020 a un impact sur le marché mondial de Décapant de peinture. En raison de la propagation sans précédent du coronavirus à travers le monde, le marché mondial de Décapant de peinture est entravé dans divers secteurs tels que l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud, l’Europe, l’Asie-Pacifique, le Moyen-Orient et l’Afrique, etc. De nombreux fabricants sont confrontés à ce problème en raison de la pandémie du coronavirus. De nombreuses industries connaissent aussi des fluctuations de la demande, qui peuvent principalement changer les tendances chez les consommateurs. Journal l'Action Régionale, Marché mondial des décapants de peinture 2020 – Impact du COVID-19, analyse de la croissance future et défis | WM Barr, Savogran, Dumond Chemicals, Absolute Coatings, Fiberlock Technologies – Journal l'Action Régionale
  • En outre, la récente pandémie de COVID-19 au début de 2020 a un impact sur le marché mondial de Pulvérisateur de peinture. En raison de la propagation sans précédent du coronavirus à travers le monde, le marché mondial de Pulvérisateur de peinture est entravé dans divers secteurs tels que l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud, l’Europe, l’Asie-Pacifique, le Moyen-Orient et l’Afrique, etc. De nombreux fabricants sont confrontés à ce problème en raison de la pandémie du coronavirus. De nombreuses industries connaissent aussi des fluctuations de la demande, qui peuvent principalement changer les tendances chez les consommateurs. Journal l'Action Régionale, Marché mondial des pulvérisateurs de peinture 2020 – Impact du COVID-19, analyse de la croissance future et défis | Wagner, Graco, BLACK DECKER, Wilhelm Wagner, Walther Pilot – Journal l'Action Régionale
  • Surpris en train de voler plusieurs bombes de peinture, l'examen de leur appareil photo les désigne comme les auteurs de tags à la gare et sur les wagons. lindependant.fr, Carcassonne : les tagueurs de la gare SNCF interpellés pour vol de peinture - lindependant.fr
  • Œuvres visibles samedi 12 et dimanche 13 septembre de 15h à 19h. Lundi 21 septembre à partir de 19 h lors de la rencontre avec le public autour des livres d’artistes. Et tous les jours sur rendez vous : 06 87 60 82 94 ou 06 04 45 99 35 ou https://www.facebook.com/379-Galerie-Artothèque-13451772715 Virgile Debar est un artiste plasticien, peintre et dessinateur. Il expose en France et en Europe dans divers lieux institutionnels ou alternatifs. Son œuvre est influencée par le lowbrow art, l'art urbain, la bande dessinée et l'énergie du punk rock. Il collabore également à des ouvrages sous forme de livres d'artistes, revues ou fanzines en solo ou en collectif. "Non, la peinture n'est pas faite pour décorer les appartements, c'est un instrument de guerre offensive et défensive contre l'ennemi." Pablo Picasso "Pourquoi lutter puisque les plus grands artistes deviennent des voitures ? On vit une époque formidable!" Virgile Debar , « Shore break » : Exposition Peinture a Nancy
  • Les toiles du maître du cubisme cachent aussi… sa passion, souvent ignorée, pour la bande dessinée. Penchez-vous, vous les verrez : bulles, lignes ou sens de la perspective irriguent ses tableaux. Bien avant ses peintures, Picasso, « lecteur avide d'images », réalisait des dessins proches des planches de BD. Comme cet homme en bleu fumant sa pipe sous une bulle, esquissé à l'âge de 13 ans. leparisien.fr, Peinture, poésie et BD : le musée Picasso rouvre avec deux expos étonnantes - Le Parisien
  • Avant de commencer, il faut distinguer plusieurs types de dégâts sur la peinture : Leblogauto.com, Rayures, éraflures, faire une retouche de peinture soi-même - Leblogauto.com
  • Rapport de recherche Peinture Cabine de peinture marché 2020-2025 trie le monde entier Peinture Cabine de peinture vitrine par les principaux acteurs, type délément, des applications et des districts, et ainsi de suite. Le rapport couvre en outre les informations les plus récentes de lindustrie, lexamen du joueur clé, et un morceau de lensemble du secteur, le taux de développement, des ouvertures et des modèles, la procédure de risque pour votre référence à disséquer le marché mondial Peinture Cabine de peinture. , Peinture Cabine de peinture Taille du marché 2020 avec Covid 19 Analyse dimpact comprend Top données pays, Defination, analyse SWOT, Business Opportunity, Applications, Tendances et prévisions pour 2026 – JustFamous
  • L’étude de recherche est une source précieuse de données pertinentes pour toutes les stratégies commerciales. Une description détaillée de la chaîne de valeur et du canal de distribution est fournie dans cette étude par les professionnels de l’industrie. L’étude Pulvérisateur de peinture à main Market fournit des informations détaillées sur la portée et l’application du marché, ce qui permet de mieux comprendre le marché. Le rapport sur Global Pulvérisateur de peinture à main Market couvre les diverses perspectives de l’industrie, y compris les secteurs industriels, les tendances, les contours à jour, les facteurs de croissance et les contraintes, fournissant finalement des projections du marché pour les années à venir. Thesneaklife, Impact de Covid-19 sur Pulvérisateur de peinture à main études de marché: un nouvel indice d’opportunité en 2020-2025 avec les principaux acteurs du profilage – BLACK& DECKER, Wilhelm Wagner, Walther Pilot – Thesneaklife
  • Le rapport Global Rouleaux à peinture Market met en évidence les facteurs de croissance des principaux segments et sous-segments, y compris la croissance du marché, les moteurs, les projections et le cadre des conditions actuelles du marché. Il présente une gestion protectrice et pré-planifiée du marché ainsi que la classification, la définition, la structure de la chaîne et les applications. Le rapport utilise l’analyse SWOT pour la recherche du marché mondial Rouleaux à peinture. , Mondial Rouleaux à peinture Marché avec (Covid-19) Analyse d’impact: dernières tendances et perspectives de l’industrie 2020-2025 – Rapports d'études de marché
  • Cézanne a passé sa vie à scruter et à se nourrir de la peinture italienne des siècles précédents, et ce sans jamais quitter la France. Loin de se contenter de copier les chefs-d'oeuvres des maîtres, il y puise les éléments qui lui permettront d'exprimer toute son originalité.  France Culture, Cézanne, les maîtres et Zola
  • PRB commercialise également un nouveau primaire d’accrochage (PRB PRIMAIRE HP) pour intensifier l’adhérence sur supports en acier et en PVC rigide ainsi qu’un diluant (PRB DILUANT UNIVERSEL) pour diluer nos peintures PRB COLOR MÉTAL et PRB COLOR SOL. Batiweb, PRB étend sa gamme peinture avec la sortie de 4 peintures de spécialité.
  • 75 œuvres majeures, créées entre 1945 et 1962, sont à découvrir jusqu’au 31 janvier 2021 au Mémorial de Caen. Ces peintures, dessins et sculptures racontent comment la seconde guerre mondiale a eu une forte influence sur l’art. Franceinfo, A la découverte de "La peinture de la Libération", de Pierre Soulages à Olivier Debré, au Mémorial de Caen
  • Le rapport sur le marché mondial Antioxydants peinture inclut le paysage de la concurrence impliquant une analyse des parts des principaux acteurs du marché Antioxydants peinture en fonction de leurs revenus et d’autres facteurs importants. Le rapport sur les tendances du marché Antioxydants peinture est l’un des ajouts les plus complets et les plus importants aux études de recherche. Il propose une recherche et une analyse détaillées des aspects clés de la part de marché mondiale de Antioxydants peinture. Le rapport examine la taille, la part, les tendances, les plans de développement, la croissance, l’analyse des moteurs, le plan d’investissement et la structure des coûts du marché de Antioxydants peinture. , Marché Antioxydants peinture 2020 | Étude concurrentielle de la taille de l’industrie, de la part, de la demande croissante, des principaux fournisseurs, des opportunités futures et des prévisions jusqu’en 2026 – athleduweb.be
  • Ce rapport met laccent sur la peinture Refinish pour lautomobile dans le marché mondial, en particulier en Amérique du Nord, en Europe et en Asie-Pacifique, Amérique du Sud, Moyen-Orient et en Afrique. Ce rapport catégorise le marché en fonction des fabricants, des régions, le type et lapplication. Le marché de la peinture pour lautomobile Refinish en Asie-Pacifique devrait assister à la plus forte croissance au cours de la période de prévision. Les économies émergentes, comme la Chine, lInde et divers pays dAsie du Sud-Est attirent plusieurs acteurs mondiaux pour établir leur base de fabrication en Asie-Pacifique. Ces fabricants sont en concurrence pour atteindre une vaste base de clients dans les pays, comme la Chine et lInde pour répondre à la demande croissante pour le revêtement Refinish des différents utilisateurs finaux dans ces pays., Le marché mondial Refinish peinture pour lautomobile devrait croître à un TCAC denviron xx% au cours des cinq prochaines années, atteindra xx millions $ US en 2023, de xx millions $ US en 2017, selon une nouvelle étude de RGI (info global Research)., , Peinture automobile pour Refinish Taille Marché 2020: Principaux pays Données, Defination, Analyse détaillée des figures actuelles de lindustrie avec des prévisions de croissance en 2026 – JustFamous
  • Connu pour la matérialité de sa peinture et son style rugueux, le maître flamand montre, dans des scènes intenses et vivantes, la compassion et l'humanité, à travers ses personnages, parfois indigents ou usés par l'âge.   France Culture, Rembrandt se raconte dans ses multiples autoportraits
  • L'écrivain français, quelque mois après avoir signé un livre consacré au Caravage, poursuit son étude de la "peinture violente" en penchant ses mots sur l'oeuvre du peintre roumain Adrian Ghenie. France Culture, Yannick Haenel écrit la peinture déchaînée d'Adrian Ghenie : "Même en 2020, la peinture parvient à toucher le nerf brûlé de nos sensations"
  • Le rapport D’étude de marché equipement de pulverisation de peinture comprenait une analyse de divers facteurs qui augmentent la croissance du marché. Il contient des tendances, des restrictions et des facteurs qui changent le marché positivement ou négativement. Le rapport de marché equipement de pulverisation de peinture inclut tous les facteurs clés qui affectent les marchés mondiaux et régionaux, y compris les conducteurs, la détention, les menaces, les défis, les facteurs de risque, les opportunités et les tendances de l’industrie. Ce document de recherche commerciale fournit une évaluation approfondie de tous les aspects critiques du marché mondial par rapport à equipement de pulverisation de peinture Taille du marché, part de marché, facteur de croissance du marché, principaux fournisseurs, ventes, valeur, volume, principales régions, tendances de l’industrie, demande de Produits, Capacité, Structure des coûts et equipement de pulverisation de peinture expansion du marché. Le rapport commence par un aperçu de la structure de la chaîne de l’industrie et décrit l’environnement de l’industrie. Ensuite, la taille du marché et les prévisions equipement de pulverisation de peinture sont analysées par type de produit, application, Utilisation finale et région. Le rapport présente la situation de la concurrence sur le marché entre les fournisseurs et le profil de la société. En outre, ce rapport analyse les prix du marché et traite les caractéristiques de la chaîne de valeur. the walkingdeadfrance, equipement de pulverisation de peinture Marche: acteurs cles mondiaux, tendances, part, taille de l'industrie, croissance, opportunites, previsions jusqu'en 2029 - the walkingdeadfrance
  • • Passez en revue et analysez la taille du marché mondial Régulateur de pression de peinture, en fonction de sa valeur et de son volume auprès des utilisateurs finaux, des types de produits, de l’entreprise, des principales régions, des informations de répartition de 2015 à 2020 et des prévisions jusqu’en 2026. gabonflash, Régulateur de pression de peinture, Marché 2020 | Analyse d'impact, perspectives et opportunités de croissance de Covid-19 - gabonflash
  • Le rapport sur le marché Les catalyseurs acides pour la peinture fournit un calcul analytique des principaux défis auxquels ce marché est confronté actuellement et dans les années à venir, ce qui aide les participants au marché à comprendre les problèmes auxquels ils peuvent être confrontés lorsqu’ils opèrent sur ce marché sur une période plus longue. , Aperçu du marché Les catalyseurs acides pour la peinture 2020 par fabricants, types, applications, régions et prévisions jusqu’en 2026 – La Tribune de Tours
  • Le rapport sur le marché mondial Ruban de masquage pour peinture est une avancée solide tirée par l’utilisation dans les principaux marchés en développement. Plus de chances de développement se présenter quelque part dans la fourchette de 2020 et 2029 contrastent avec quelques années en arrière, ce qui suggère le rythme rapide des progrès. Selon le développement financier mondial, la mesure du marché Ruban de masquage pour peinture est évaluée à partir de $$ millions de dollars en 2018. Le marché Ruban de masquage pour peinture doit dépasser plus de $$ millions US $$ par 2029 à un TCAC de XX% dans la trame de période d’estimation donnée. La Ruban de masquage pour peinture scène de marché et la scène marchande ainsi qu’un examen SWOT des principaux vendeurs sont clarifiés. Les acteurs remarquables du marché mondial des Ruban de masquage pour peinture sont les suivants 3M Company, Nitto Denko Corp, Beiersdorf (Tesa), Shurtape Technologies, Berry Global, Intertape Polymer Group, Scapa Group PLC, Saint-Gobain, Bolex, Advance Tapes. gabonflash, Global Ruban de masquage pour peinture Marche Taux De Croissance, Marge Brute, Situation Et Tendances Concurrentielles, Prévisions Jusqu'en 2029 - gabonflash
  • « La peinture et les grands maîtres » du samedi 19 septembre au dimanche 20 septembre à Hôtel du Département Unidivers, « La peinture et les grands maîtres » Hôtel du Département Blois samedi 19 septembre 2020
  • Exposition peinture Chapelle de Matheflon du samedi 19 septembre au dimanche 20 septembre à Chapelle de Matheflon Unidivers, Exposition peinture Chapelle de Matheflon Chapelle de Matheflon Seiches-sur-le-Loir samedi 19 septembre 2020
  • En plus de cela, le rapport sur le marché mondial des cadres de peinture à l’huile fournit un aperçu informatif de plusieurs facteurs élémentaires ainsi qu’une part respective du marché des cadres de peinture à l’huile pour la génération de revenus mondiale. Des données statistiques approfondies, y compris la structure des coûts, l’offre et la demande, les applications, les régions topologiques, la part de production, les technologies innovantes, les types de produits et les fabricants dominants sont également administrées dans le rapport sur le marché Cadre de peinture à l’huile. Journal l'Action Régionale, Demande du marché des cadres de peinture à l’huile 2020: Langer, PEBEO, Winsor & Newton, Anhui Zhongsheng, CONDA Group – Journal l'Action Régionale
  • En plus de cela, le rapport sur le marché mondial des pots de peinture fournit un aperçu informatif de plusieurs facteurs élémentaires ainsi qu’une part respective du marché des pots de peinture pour la génération de revenus dans le monde. Des données statistiques approfondies, y compris la structure des coûts, l’offre et la demande, les applications, les régions topologiques, la part de production, les technologies innovantes, les types de produits et les fabricants dominants sont également administrées dans le rapport sur le marché Pots de peinture. Journal l'Action Régionale, Revenus du marché mondial des pots de peinture 2020 par BWAY Corporation, Allied Cans Limited, Kian Joo Group – Journal l'Action Régionale
  • En plus de cela, le rapport sur le marché mondial des cadres de peinture acrylique fournit un aperçu informatif de plusieurs facteurs élémentaires ainsi qu’une part respective du marché des cadres de peinture acrylique pour la génération de revenus mondiale. Des données statistiques approfondies, y compris la structure des coûts, l’offre et la demande, les applications, les régions topologiques, la part de production, les technologies innovantes, les types de produits et les fabricants dominants sont également administrées dans le rapport sur le marché Cadre de peinture acrylique. Journal l'Action Régionale, Demande du marché des cadres de peinture acrylique 2020: Langer, PEBEO, Anhui Zhongsheng, CONDA Group – Journal l'Action Régionale
  • film de protection de peinture est également connu sous le nom comme soutien-gorge clair, le film de peinture claire, PPF et film transparent. Il est un film duréthane thermoplastique et utilise également un film polymère PVC calandrée, les adhésifs et le papier couché à largile. Il est majorly appliqué sur lextérieur de lautomobile peint exposés tels que les miroirs latéraux, capuchons, bords de porte, des cavités de poignée de porte, pare-chocs, bas de caisse, et poussée de la roue. Le film offre une protection contre les éclats de pierre, des dommages dinsecte, les taches de fluides automobiles, les taches de goudron, de rayures, et punir intempéries., Il fournit une analyse clé sur létat du marché des fabricants Peinture Film Protection avec les meilleurs faits et des chiffres, ce qui signifie, la définition, lanalyse SWOT, avis dexperts et les derniers développements à travers le monde. Le rapport calcule également la taille du marché, Peinture Film Protection ventes, le prix, les revenus, la marge brute et part de marché, la structure des coûts et le taux de croissance. Le rapport estime que les revenus générés par les ventes de ce rapport et technologies par divers secteurs dapplication. , Peinture Film Protection Taille du marché 2020: analyse SWOT, Top données pays, Defination, part de marché, les facteurs de croissance, Segmentation et prévisions pour 2026 – JustFamous
  • Le rapport sur le marché des additifs de peinture propose une méthodologie de recherche systématique, une évaluation approfondie et un haut niveau de précision afin d’aider le lecteur à collecter les informations à partir de sources directes et indirectes. Le marché des additifs de peinture se développe rapidement là où les modèles de prévision ont été pris en compte dans les différentes régions. Le rapport sur le marché des additifs de peinture a apporté une profonde lumière sur le marché des additifs de peinture et a même collecté les informations à partir de sources primaires et secondaires. Le marché des additifs pour peinture est classé en différentes sections, notamment par les utilisateurs finaux, par produit, par région, par application et par type. Le rapport de recherche sur l’industrie des additifs pour peinture décrit le marché mondial en expliquant les principaux acteurs opérant sur le marché des additifs pour peinture. Plusieurs paramètres sont utilisés dans ce rapport, tels que le modèle à cinq forces de Porters, l’analyse SWOT et l’analyse du pilon. Journal l'Action Régionale, Marché mondial des additifs de peinture 2020-2026 Akzo Nobel, Arkema, BASF, DowDuPont – Journal l'Action Régionale
  • Lagent épaississant est un additif qui augmente la viscosité du système. Il peut augmenter la viscosité du système à faible taux de cisaillement, mais a peu deffet sur la viscosité du système à des taux élevés de cisaillement. Il joue un rôle à multiples facettes dans lamélioration de lépaississement, la stabilité et les propriétés rhéologiques du latex paints.Market Analyse et Insights: Peinture mondiale épaississeur MarketSince lépidémie de virus Covid-19 en Décembre 2019, la maladie a étendu à presque 100 pays à travers le monde avec lOrganisation mondiale de la santé déclarant une urgence de santé publique. Les impacts globaux de la maladie de coronavirus 2019 (Covid-19) commencent déjà à se faire sentir et vont affecter de manière significative la peinture épaississeur marché 2020.COVID-19 peut affecter léconomie mondiale de trois façons: en affectant directement la production et de la demande , en créant la chaîne dapprovisionnement et la désorganisation du marché, et par son impact financier sur les entreprises et lépidémie de markets.The financière de Covid-19 a apporté des effets sur de nombreux aspects, comme les annulations de vol; les interdictions de voyage et quarantaines; restaurants fermés; tous les événements intérieurs restreints; plus de quarante pays létat durgence déclaré; ralentissement massif de la chaîne dapprovisionnement; la volatilité des marchés boursiers; baisse de la confiance des entreprises, la panique croissante parmi la population, et lincertitude quant à lavenir. , Global Market Peinture épaississeur – Analyse daffaires et prévisions (2020-2026) – JustFamous
  • Pen permanente de peinture marché 2020 offres de rapport, une étude professionnelle et approfondie sur létat actuel du marché mondial Pen permanente de peinture le long du paysage concurrentiel, Pen permanente de peinture part de marché et des prévisions de revenus 2024. Ce rapport est une source précieuse de conseils pour les entreprises et les particuliers qui offrent Structure de lindustrie de la chaîne , les stratégies daffaires et propositions de nouveaux investissements du projet. , Pen permanente de peinture marché avec Top pays Données: Taille du marché, Partager, Objectifs et rapport Pour Outline prévisions, principaux fournisseurs, la recherche et lindustrie Fin Analyse de lutilisateur par 2026 – JustFamous
  • J’ai fait de la peinture aquarelle par le passé mais ce n’est pas si simple. À l’époque, j’étais encore en activité professionnelle et je ne me suis pas inscrite à l’activité peinture de l’association messéenne Donner et recevoir. Je peins aussi par période. Entre deux, je fais aussi de la photo. Sur ces acryliques, j’ai travaillé à la ficelle et à la chaîne et par mélange de peinture dans des gobelets en utilisant du médium de lissage. J’étale les différentes couleurs sur la toile et ça donne ce que vous voyez sur les tableaux.  , Peinture. Catherine Levallois expose des acryliques au centre E.Leclerc de Flers | L'Orne Combattante
  • peinture automobile , Marché Chaleur solaire rayons Peinture Blindage 2020 Part de l’industrie mondiale, taille, marge brute, tendance, demande future, analyser par le principal acteur et prévisions jusqu’en 2026 – Commentum, le blog, la lettre de l'innovation de la banque et
  • Un rival «  jaloux  » a saccagé la parcelle bien-aimée d’un jardinage YouTuber en aspergeant ses légumes de peinture et de vernis dans une attaque vengeresse. News 24, Un `` rival jaloux '' détruit la récolte de légumes de YouTuber avec de la peinture - News 24
  • Mardi 21 juillet et lundi 27 juillet, l’atelier peinture sur tee-shirt animé par Jessica Staudre au local Actions Ados a emballé les ados et il aura fallu deux dates pour satisfaire tout le monde dans le respect des règles sanitaires. Chaque jeune était venu avec deux tee-shirts blancs et les artistes ont pu laisser libre court à leur imagination et à leur talent. L’humeur était joyeuse et les couleurs utilisées éclatantes ! Ces dernières ayant permis d’écrire des messages dont certains ne laissent pas indifférent en cette période de pandémie « Fais de ta vie un rêve et de tes rêves une réalité ». Le Telegramme, Peinture sur tee-shirt, les ados ont adoré ! - Plounévez-Lochrist - Le Télégramme
  • Que lire ? A Lascaux, dans le plus grand secret, on conserve deux poils pubiens pris dans un fragment de stalagmite... Comme ces deux artefacts ont été retrouvés à proximité d'une représentation d'homme en érection sous les cornes d'un bison, on peut penser, que cette peinture est un hommage au courageux défunt. Le Point, Le lieu exact de la dernière peinture de Van Gogh enfin découvert - Le Point
  • Gene Barbe, artiste peintre d’origine britannique de renommée internationale, vit dans le village depuis plusieurs années maintenant. Cet été, c’est aux Berges que Gene Barbe s’est installé, accueilli par les propriétaires du lieu. À 5 minutes du centre-ville, route de Citou, dans un écrin de verdure au bord de l’Argent-Double, les Berges. C’est là, dans ce lieu magique que Gene Barbe propose un accompagnement artistique pour des peintres débutants ou confirmés de tous âges. Les Ateliers des berges sont nés d’un désir de rencontre et de partage, et la période très particulière y est forcément pour quelque chose. L’artiste propose un accompagnement autour d’une peinture libre, avec un planning sur mesure en individuel ou en groupe de 5 personnes maximum. La seule contrainte est le format de la toile : 1 mètre sur 1 mètre. Certains travaux sont déjà finis, d’autres en cours, d’autres viendront. Parce que la découverte de cette activité enrichit sa pratique et sa façon d’aborder son art, Gene Barbe veut que les Ateliers des berges vivent. Il projette une exposition des œuvres réalisées dans ce cadre, et des événements et manifestations autour du lieu qui se prête à la création. Quelques toiles de sa composition sont exposées sur le site. Les œuvres de Gene Barbe, à la sensualité à la fois puissante et très délicate, naturellement élégante et poétique, brute et animale, sont exposées dans les plus grandes capitales. La peinture de Gene Barbe dit beaucoup des êtres humains et des relations, notamment amoureuses, qui se nouent entre ces êtres. Couleurs et lumières laissent une grande part de liberté dans la rencontre entre le spectateur et le tableau. ladepeche.fr, Des stages de peinture avec Gene Barbe à Caunes-Minervois - ladepeche.fr
  • Le retour de cette exposition du mois d’août devrait être suivi par d’autres animations : le comité des fêtes a ainsi prévu une conférence, toujours liée à la peinture, et une brocante à des dates qui restent à fixer. www.lejdc.fr, Avec "Déconfinée", Saint-Bonnot relance son exposition annuelle de peinture, du 1er au 16 août - Saint-Bonnot (58700)
  • L’écriture est la peinture de la voix. De Voltaire
  • La leçon de peinture est une leçon de bonté. De Christian Bobin / Le huitième jour de la semaine
  • Les critiques voient la musique et entendent la peinture. De Valeriu Butulescu / Aphorismes
  • Le langage est la peinture de nos idées. De Antoine de Rivarol / De l'universalité de la langue française
  • La peinture, c’est un peu comme les voyages. De Christine Saint-Pierre / Absente pour la journée
  • En amour, en peinture, on juge mieux de loin. De Georges de Porto-Riche
  • La calligraphie ouvre les portes de la peinture. De Fabienne Verdier
  • La peinture est une cérémonie en solitude. De Alain
  • La peinture n'est que de la morale construite. De Stendhal
  • La peinture est une poésie muette et la poésie une peinture parlante. De Marie-Philippe Commetti
  • Il faut que la peinture serve à autre chose qu'à la peinture. De Henri Matisse
  • Qui blâme la peinture blâme la nature. De Léonard de Vinci / Carnets
  • La peinture s’apprend dans les musées. De Pierre-Auguste Renoir
  • La peinture est poésie muette, la poésie peinture aveugle. Léonard de Vinci, Traité de la peinture Trattato della Pittura
  • L'art de la peinture ne peut être bien compris que par ceux qui eux-mêmes sont de bons peintres. Albrecht Dürer, Théorie des proportions Proportionslehre
  • Le Peintre la* donne ici plus douce que l'autre n'est douce dans l'existence humaine ; car il l'a peinte ici comme il l'aime. Victor Segalen, Peintures, Plon
  • Un bon portrait n'est pas seulement celui qui ressemble au modèle, mais celui qui ne ressemble plus à rien d'autre. Jean Prévost, Les Caractères, Albin Michel
  • La peinture n'est autre qu'une idée des choses incorporelles. Nicolas Poussin, Observations sur la peinture
  • Les couleurs dans la peinture sont comme des leurres qui persuadent les yeux, comme la beauté des vers dans la poésie. Nicolas Poussin, Observations sur la peinture
  • Je peux à peine comprendre l'importance donnée au mot recherche dans la peinture moderne. À mon avis, chercher ne signifie rien en peinture. Ce qui compte, c'est trouver. Pablo Ruiz Picasso, In revue The Arts Picasso speaks, New York, 1923
  • S'il y avait une seule vérité, on ne pourrait pas faire cent toiles sur le même thème. Pablo Ruiz Picasso, Cité par Jean Leymarie dans Picasso, métamorphoses et unité, Skira
  • En peinture on peut tout essayer. On a le droit, même. À condition de ne jamais recommencer. Pablo Ruiz Picasso, Cité par Jean Leymarie dans Picasso, métamorphoses et unité, Skira
  • Non, la peinture n'est pas faite pour décorer les appartements. C'est un instrument de guerre offensive et défensive contre l'ennemi. Pablo Ruiz Picasso, Conversations avec Christian Zervos, 1945 in Cahiers d'art
  • En fait de peinture, il n'y a plus guère que les communistes pour ignorer que Picasso est une des réussites les plus achevées de la bourgeoisie. Jacques Perret, Cheveux sur la soupe, Gallimard
  • Quelle vanité que la peinture, qui attire l'admiration par la ressemblance des choses dont on n'admire point les originaux ! Blaise Pascal, Pensées, 134 Pensées
  • Ce sont les regardeurs qui font les tableaux. Marcel Duchamp, Marchand du sel, Le Terrain vague
  • L'exécution, dans la peinture, doit toujours tenir de l'improvisation. Eugène Delacroix, Journal, 27 janvier 1847
  • La peinture lâche est la peinture d'un lâche. Eugène Delacroix, Journal, 22 décembre 1823

Images d'illustration du mot « peinture »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « peinture »

Langue Traduction
Corse pittura
Basque margolaritza
Japonais ペインティング
Russe картина
Portugais pintura
Arabe طلاء
Chinois 绘画
Allemand malerei
Italien pittura
Espagnol pintura
Anglais painting
Source : Google Translate API

Synonymes de « peinture »

Source : synonymes de peinture sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires