La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « congé »

Congé

Définitions de « congé »

Trésor de la Langue Française informatisé

CONGÉ1, subst. masc.

I.− [L'idée dominante est celle de possibilité] Permission pour quelqu'un de s'éloigner d'une personne ou d'un lieu auxquels on est lié par des obligations.
A.− [L'obligation est de nature morale ou procède des usages; l'éloignement est définitif ou pour une certaine durée]
1. Demander congé à qqn (vieilli); prendre congé de qqn (usuel). Lui rendre visite pour lui demander la permission de s'éloigner. Prendre congé de ses hôtes. Il part pour une mission à l'étranger et il a déjà pris congé du ministre (Ac.1932) :
1. M. de Charlus recommença, au moment où, la musique finie, ses invités prirent congé de lui, la même erreur qu'à leur arrivée. Proust, La Prisonnière,1922, p. 266.
a) DIPLOM. Audience de congé. Dernière audience officielle qu'un ambassadeur sollicite d'un chef d'État avant de quitter définitivement son poste. Avoir, prendre son audience de congé.
b) HIST. LITTÉR. Pièce de vers d'inspiration bourgeoise (xiiies., Arras) où les poètes, pour des motifs variés, demandent à leurs amis l'autorisation de quitter leur cité et leur adressent des adieux où l'émotion voisine avec l'humour (P. Le Gentil, Litt. fr. du Moy. Âge, Paris, Colin, 1963, p. 79).
2. P. hyperb. Prendre congé de qqn (rendre visite à qqn pour). Lui faire ses adieux avant une absence de quelque durée. Prendre congé de ses amis.
P. euphém. Prendre congé de la vie. Mourir de mort naturelle (mais lucide) ou par suicide :
2. L'opération réussit, il est vrai, mais la laissa trop affaiblie; Anna ne put s'en remettre et prit congé de la vie à sa modeste manière, si doucement et discrètement qu'on ne s'aperçut point qu'elle mourait, mais seulement qu'elle était morte. Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 507.
3. P. ext., vieilli. Permission, autorisation. Se marier sans le congé de ses parents (Ac. 1878-1932) :
3. Mais alors, se souvenant de ce que lui avait dit le vieux prêtre, de penser en toute rencontre que Dieu était présent et que rien n'arriverait sans son congé, elle prit sa résolution et elle alla vers l'arbre. Pourrat, Gaspard des Montagnes,Le Château des sept portes, 1922, p. 125.
Proverbe. Pour boire de l'eau et coucher dehors, on ne demande congé à personne (Ac.).
4. P. méton.
a) Absence du lieu d'habitation pour cause de service militaire :
4. Soldat, il avait fait plusieurs congés, au temps où chacun d'eux durait sept ans. Ayant roulé sa bosse par toute la terre, les voyages lui avaient laissé toutes sortes de souvenirs, des aventures survenues chez les Turcs, chez les Yolofs, au Mexique et sur la côte du Sénégal. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 32.
b) DR. CIVIL. Congé faute de plaider. Absence du demandeur constatée par le tribunal à l'instigation du défendeur à l'avantage duquel est prononcé le défaut.
B.− [L'obligation et la permission sont de nature contractuelle ou réglementaire]
1. [En parlant d'un employé p. rapp. à son employeur ou inversement] Demander, accorder un congé. Demander, accorder la permission dans les formes prévues par le contrat, de quitter un emploi. Un domestique qui s'est retiré sans congé (Ac. 1835, 1878).
2. DR. PUBL. [En parlant du droit d'un agent p. rapp. à son supérieur] Permission individuelle ou collective de s'absenter de son lieu de travail, d'interrompre son travail dans les conditions prévues par le règlement. Demander, obtenir, accorder un congé; donner congé à qqn :
5. On nous a donné congé parce qu'au fond, il n'y a pas grand'chose à faire à l'usine, ... Aragon, Les Beaux-quartiers,1936, p. 259.
P. méton.
Position d'une personne jouissant d'une telle permission. Être en congé.
Période durant laquelle vaut cette permission. Les congés. Les jours de congé. Pendant le congé de qqn, pendant les congés.
En partic.
Congé parlementaire. Permission individuelle accordée à un parlementaire. Ce député a demandé un congé à la Chambre pour cause de maladie.
ARM. Autorisation individuelle d'absence d'une durée supérieure à trente jours :
6. Le général quitta l'île, revint au quartier général, il allégua des raisons de santé, demanda un congé et retourna promptement en France. Balzac, La Duchesse de Langeais,1834, p. 214.
ENSEIGN., FONCTION PUBL., etc. Vacances collectives de courte durée (p. oppos. aux grandes vacances d'été). Congé de l'Ascension; avoir congé (fam.). C'est demain congé (Ac.). Congé de deux jours; congés mobiles* (les jours de congé mobile).
Rem. Pour les congés de durée moyenne, il y a hésitation entre les mots congés (au plur. : les jours de congé) et vacances : les congés, les vacances de Noël, de Pâques.
DR. DU TRAVAIL
Autorisation individuelle ou collective d'absence accordée aux salariés ou aux fonctionnaires dans certaines conditions prévues par la législation.
Autorisation individuelle à caractère exceptionnel. Un congé de maladie, de maternité, d'éducation. Un congé de longue durée. Congé accordé pour soigner certaines maladies graves. Un congé pour convenances personnelles.
Au plur. Autorisation à caractère collectif et automatique. Les congés payés. Période annuelle de congé avec salaire accordée à tout salarié. P. ell., fam. Les salariés qui en bénéficient :
7. ... nous n'avions pas pensé au pont du 15 août. Les domestiques étaient de sortie et avaient emporté les clés de la cuisine, du bûcher et de la cave, et, en ville, tout était fermé, les banques, les boutiques, ou envahi, les bars et les restaurants, par la foule des congés-payés, ... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 370.
3. P. ext. et p. méton., DR. Autorisation accordée à quelqu'un de faire circuler des marchandises ou des véhicules transportant des marchandises.
a) DR. FISCAL. Autorisation de transporter des marchandises soumises à l'impôt indirect; en partic. congé pour le transport des alcools, des vins. Cf. laissez-passer; p. méton. titre attestant le paiement des droits de congé.
b) DR. MAR. Congé de navigation. Autorisation de naviguer délivrée par la douane aux navires de commerce :
8. Les droits de congé ou de passeport frappent les navires à la sortie, suivant qu'il s'agit de navires français ou de navires étrangers. M. Benoist, F. Pettier, Les Transp. mar.,1961, p. 206.
II.− P. euphém. de I [L'idée dominante est celle d'une obligation à quitter un lieu de travail ou une pers.]
A.− [La décision appartient indifféremment aux deux parties contractantes]
1. Contrat de travail (s'emploie habituellement avec le possessif de la personne).
Donner son congé à un employé. Le renvoyer. Synon. congédiement, licenciement :
9. ... elle [Nadine] m'a trouvé du jour au lendemain une femme de ménage jeune, soignée, zélée qui s'appelait Marie. J'ai bien failli d'ailleurs lui donner son congé dès la première semaine. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 161.
Demander, donner son congé à son patron. Manifester la volonté de quitter son service. Synon. démission.
Loc. J'ai pris mon congé sans attendre qu'on me le donnât (Ac.1835-1932).
2. Contrat de louage
Donner congé à un locataire, à un propriétaire :
10. 1736. Si le bail a été fait sans écrit, l'une des parties ne pourra donner congé à l'autre qu'en observant les délais fixés par l'usage des lieux. Code civil,1804, art. 1736, p. 316.
P. méton. Note écrite signifiant qu'on met un terme à une location.
B.− [La décision n'appartient qu'à la partie juridiquement ou socialement la plus forte] Donner, signifier son congé à qqn. Lui intimer l'ordre de partir ou de ne plus reparaître :
11. Quand Antinéa, en souriant comme elle le fait sans cesse, signifia son congé au petit Kaine, il resta devant elle, muet, très pâle. Benoit, L'Atlantide,1919, p. 229.
P. ext. [En parlant des parents] Éconduire définitivement un prétendant à la main d'une fille. Il cherchait cette (jeune) fille en mariage, mais on lui a donné son congé, il a eu son congé (Ac.1835-1932).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃ ʒe]. Enq. : /kõʒe/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. xes. cumgiet « autorisation de s'en aller » (Vie de St Léger, 84, éd. J. Linskill); mil. xies. prendre congiet (Vie de St Alexis, 598, éd. G. Paris); 2. ca 1130 cunged « autorisation en général » (Lois de Guillaume, 4, éd. J. E. Matzke); 3. 1265-66 doner congié « congédier » (Assises de Jérusalem, Livre de Jean Ibelin, éd. Beugnot, t. I, p. 210); 4. 1602 comm. « autorisation de transport » (Edit sept. 1602 ds Kuhn, p. 204). Du lat. class. commeātus, propr. « action de circuler », d'où « congé, permission », dér. de commeāre « voyager, circuler ». Fréq. abs. littér. : 1 496. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 973, b) 2 421; xxes. : a) 2 367, b) 1 956. Bbg. Gohin 1903, p. 291. − Munster (V.). Die Entwicklung des Fremdenverkehrs... Der Österreichische Betriebswirt. 1961, t. 11, p. 245.

CONGÉ2, subst. masc.

A.− ARCHIT. ,,Adoucissement en portion de cercle, comme celui qui joint le fût d'une colonne à la ceinture`` (Ac. 1835, 1878). Synon. cavet.P. ext. ,,moulure creuse en forme de quart de cercle`` (Jossier 1881).
P. méton., MENUIS. ,,Outil servant à former cette moulure`` (Jossier 1881).
B.− P. ext. Raccord plus ou moins arrondi à la rencontre de deux surfaces planes (cf. Lar. 19e-Nouv. Lar. ill., Guérin 1892).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃ ʒe]. Ds Ac. 1835 et 1878. Étymol. et Hist. 1676 archit. (Félibien Dict., p. 472). Empr. au lat. class. commeātus pris au sens de « passage » (v. congé1). Bbg. Archit. 1972, p. 126.

Wiktionnaire

Nom commun - français

congé \kɔ̃.ʒe\ masculin

  1. Permission d’aller, de venir, de s’absenter, de se retirer.
    • Cet employé a obtenu un congé de huit jours.
    • Lui-même, à son dernier congé, en plaisantait devant moi, d'être un gradé de la marine qui, comme le petit navire de la chanson, n'avait ja-ja-jamais navigué. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, page 151)
    • Congé de convalescence. Être en congé.
    • Accorder un congé de huit jours.
    • Ce député a demandé un congé à la Chambre, pour cause de maladie.
  2. (En particulier) (Vieilli) En parlant d’un domestique, action de se retirer tout à fait ou fait d'être renvoyé par son maître. Note : Dans ce sens, s'emploie généralement avec l'adjectif possessif.
    • Un domestique qui demande son congé.
    • Son maître lui a donné congé, son congé.
  3. Vacances scolaires.
    • Jours de congé.
    • Les élèves ont eu congé.
    • C’est demain congé.
    • Les congés de Noël, de Pâques.
  4. (Simplement) Permission, autorisation.
    • Se marier sans le congé de ses parents.
  5. (Fiscalité) (Vieilli) Permission de transporter la marchandise dont les droits ont été acquittés.
    • On peut expédier ce vin, voici le congé.
    • Le 29 janvier 1686, il stipule que tout canot chargé de marchandises et ne possédant pas de congé dûment signé sera confisqué. — (Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec, vol. 1, « Des origines à 1791 », 2013, page 244)
  6. (Mécanique) Arrondi rentrant créant un raccordement progressif entre deux surfaces.
  7. (Architecture) raccordement d'une moulure et d'un parement.
  8. Outil de sculpteur pour faire un congé.
  9. (Marine) Laissez-passer que le capitaine d'un navire doit avoir quand il quitte le port pour prendre la mer.
  10. Acte, écrit ou verbal, par lequel le propriétaire ou le principal locataire d’une maison, d’une ferme, etc., signifie à un locataire ou fermier qu’il ait à vider les lieux dans un certain temps.
    • Ce propriétaire a donné congé à son fermier, à son locataire.
    • Recevoir congé.
    • À sa sortie de l’hôpital, elle réintégra son petit appartement de la rue des Entrepreneurs (Justine avait réussi à convaincre sa propriétaire de ne pas tenir compte du congé que celle-ci lui avait adressé). — (Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit, J.-C. Lattès, 2011)
    1. On le dit également d’un locataire à l’égard du propriétaire ou du principal locataire.
      • Lorsque le locataire se marie en cours de bail, le conjoint qui n'a pas signé le contrat peut quand même se prévaloir du bail. Il faudra donc que le renon donné par les locataires soit signé par les deux époux et si l'un ne le fait pas, le bailleur pourra considérer que le congé est nul. — (Pierre Jammar, Guide du propriétaire bailleur et de ses conseillers, EdiPro, 2e édition, 2016)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONGÉ. n. m.
Permission d'aller, de venir, de s'absenter, de se retirer. Congé de convalescence. Être en congé. Accorder un congé de huit jours. Ce député a demandé un congé à la Chambre, pour cause de maladie. Cet employé a obtenu un congé de huit jours. Il se dit particulièrement en parlant d'un Domestique qui demande à se retirer tout à fait ou que son maître renvoie, et, dans ce sens, on l'emploie assez ordinairement avec l'adjectif possessif. Un domestique qui demande son congé. Son maître lui a donné congé, son congé. Fig. et fam., Donner à quelqu'un son congé, lui donner congé, lui signifier son congé, Lui déclarer ou lui faire connaître qu'il doit se retirer pour ne plus revenir, qu'il doit se désister de quelque chose. Il allait librement dans cette maison, mais depuis peu on lui a donné son congé. Il recherchait cette jeune fille en mariage, mais on lui a donné son congé, il a eu son congé. J'ai pris mon congé, sans attendre qu'on me le donnât. Il signifie de plus Exemption générale de classe ou de cours qu'on accorde aux écoliers ou aux étudiants pendant l'année scolaire. Jours de congé. Les élèves ont eu congé. C'est demain congé. Les congés de Noël, de Pâques. Il signifie aussi simplement Permission, autorisation. Se marier sans le congé de ses parents. En termes de Contributions indirectes, il signifie Permission de transporter la marchandise dont les droits ont été acquittés. On peut expédier ce vin, voici le congé. En termes de Procédure, Congé faute de plaider, Défaut que le défendeur obtient à l'audience contre le demandeur qui ne se présente pas pour soutenir sa cause. Prendre congé signifie aussi Aller, avant de partir, saluer les personnes à qui l'on doit du respect et prendre leurs ordres. Il part pour une mission à l'étranger et il a déjà pris congé du ministre, ou simplement Il a pris congé. Il se dit également en parlant des Adieux que l'on fait à ses amis, aux personnes de sa connaissance, quand on s'éloigne d'elles pour quelque temps. Il part dans deux jours, et il est allé prendre congé de ses amis. Je vais prendre congé d'eux. Audience de congé, Dernière audience publique qu'un ambassadeur obtient avant son départ. Cet ambassadeur a eu, a pris son audience de congé. Il se dit encore de l'Acte, écrit ou verbal, par lequel le propriétaire ou le principal locataire d'une maison, d'une ferme, etc., signifie à un locataire ou fermier qu'il ait à vider les lieux dans un certain temps. Ce propriétaire a donné congé à son fermier, à son locataire. Recevoir congé. On le dit également d'un Locataire à l'égard du propriétaire ou du principal locataire. Il a donné congé à son propriétaire.

Littré (1872-1877)

CONGÉ (kon-jé) s. m.
  • 1Libération temporaire ou définitive d'un service quelconque, d'une fonction. On voit Régulus demander son congé au sénat, Bossuet, Hist. III, 6. N'allez point de nouveau faire courir aux armes Un athlète tout prêt à prendre son congé, Boileau, Épigrammes, 35. S'il était nécessaire de demander les bons offices du roi de Prusse auprès de la cour de France, j'y serais d'autant plus autorisé, que, n'étant absent que par congé, vous seriez toujours à son service, Voltaire, Lett. d'Étallonde, 20 déc. 1773.

    Dans le langage militaire, la durée légale du service militaire. Mon congé finit dans six mois. Il a fait deux congés.

    Pour les militaires, acte qui permet de quitter le service ou de s'absenter temporairement du corps. Avoir son congé. Obtenir un congé de semestre.

    Pour les fonctionnaires, pour les professeurs, permission de s'absenter. Un congé de convalescence.

    Dans la marine, espèce de passe-port dont doit se munir un capitaine pour aller en mer.

    Dans l'ancienne législation, certificat qu'un garçon ou compagnon était tenu de prendre du maître qu'il quittait.

  • 2 Terme de collége. Intervalle de temps pendant lequel les classes sont suspendues durant l'année scolaire. Un congé de deux jours. Un jour de congé. Pour porter son préfet [d'études] à lui donner congé, Rousseau, Ém. IV.
  • 3Permission, autorisation. Se marier sans le congé de ses parents. Je ne puis plus rien que par votre congé, Corneille, Cinna, III, 3. Le secret est à vous et je serais ingrat, Si sans votre congé j'osais en faire éclat, Corneille, Héracl. II, 2. Mais sans votre congé mon sang n'ose sortir, Corneille, Hor. V, 2. Je lui donne… congé d'être Sosie, Molière, Amph. III, 10. Et si dans quelque chose ils vous ont outragé, Je puis vous assurer que c'est sans mon congé, Molière, l'Étour. I, 3. Pour y penser, je ne vous demanderai pas congé, Sévigné, 346. Donnez-moi, ajoute-t-elle, congé de m'en retourner à Florence, Anquetil, Ligue, II, p. 25.
  • 4Permis donné par l'administration des contributions indirectes pour le transport d'une marchandise qui a payé les droits. On peut expédier le vin ; voici le congé.
  • 5Séparation d'avec une personne. Elle m'a donné congé, d'un cœur déjà tout détaché de la terre, Sévigné, 144.

    Audience de congé, audience qu'un ambassadeur obtient avant son départ.

    Prendre congé, aller avant de partir saluer les personnes à qui on doit du respect et prendre leurs ordres, ou, simplement, faire ses adieux. J'abandonne Byzance et prends congé de vous, Corneille, Pulch. III, 1. Il ne lui permit pas de prendre congé d'elle, Corneille, Sertor. I, 2. Il vous a vue chez la reine quand vous prîtes congé, Sévigné, 49. Ils avaient été prendre congé à St-Germain, Sévigné, 408. Télémaque et Mentor prennent congé du roi, Fénelon, Tél. XXIII.

    Fig. Prendre congé, renoncer à. Elle a pris congé Et des plaisirs et du commerce, Béranger, Mad. Grég.

  • 6 Terme de droit. Acte par lequel un propriétaire ou un locataire signifie qu'une location cesse. Donner, recevoir congé. Accepter le congé.

    Congé faute de plaider, ou défaut congé, jugement par défaut que le défendeur obtient à l'audience contre le demandeur qui ne se présente pas.

    Anciennement, congé de cour, renvoi de la demande.

    Terme d'eaux et forêts. Congé de cour, sentence de décharge délivrée à des adjudicataires.

  • 7Sortie d'une personne à gages hors de condition. Ce domestique a demandé son congé. L'on me donne aujourd'hui mon congé, Molière, Femmes sav. II, 5.

    Par extension. Donner à quelqu'un son congé, cesser de le recevoir, ne pas accueillir ses prétentions. Ce jeune homme recherchait une telle jeune fille, mais les parents lui ont donné son congé. Il avait donné congé à sa maîtresse, Hamilton, Gramm. 4. Votre frère a eu son congé de Ninon, Sévigné, 37. Rustic eût dû donner congé… à semblable écolière, La Fontaine, Diable. J'ai ma pipe et vos embrassades ; Venez me donner mon congé [me voir mourir], Béranger, Vieux caporal.

    Prendre son congé, se retirer, s'éloigner.

  • 8 Terme d'architecture. Nom de quarts de rond creux, qui font raccordement entre le fût d'une colonne et la ceinture.

    Transition entre une moulure et un parement. Outil de menuisier qui sert à former cette moulure.

    Terme de serrurerie. Espèce de renfort évidé.

    PROVERBE

    Pour boire de l'eau et coucher dehors, on ne demande congé à personne.

HISTORIQUE

XIe s. E s'il passe la devise [règle] sans le congé à la justice…, Lois de Guill. 5. Sire, dist Guenes, donez mei le cungied, Ch. de Rol. XX. Prenent conget, à cel mot s'en tornerent, ib. CXCIV.

XIIe s. Congié [permission] [je] demande à Guibor l'honorée, Ronc. p. 161. Je n'ai congié que plus raison [je] vous die, ib. p. 174. Et comment Conviendra-il qu'à la fin congié [je] prenne ? Couci, XXII. Et s'il ne fust de remanoir viltance Et reproche, j'alasse demander à ma dame congié de demeurer, ib. XXIV. Senz le congié le rei ne deüst nuls duner Iglise en tut sun fiu…, Th. le mart. 59.

XIIIe s. Dont pristrent li message congié à l'empereour Kyrzac, Villehardouin, LXXXVII. Congié [elle] a pris du roy, si prent à souspirer, Berte, XVII. Et grant foison de chevaliers et de pucieles prendent congiet au Roi et passerent mer, Chr. de Rains, p. 13. Quant li castelains vit qu'il ne le pooit retenir, si li octria le congiez, ib. p. 55. La charretée doit de coutume quatre sols et seize deniers de congié, Liv. des mét. 273. Sovent me semont [Bel-accueil] d'aprochier Vers le bouton et d'atouchier Au rosier qui l'avoit chargié ; De ce me donnoit-il congié, la Rose, 2886. Di, Faus semblant, par quel congié Es-tu venu en ma presence ? ib. 10508. Qui done congié [congédie] à son sodeer [soudoyer], et il ne le paie de ce que il li deit de ses sodées, et il li die…, Ass. de J. I, 210. Et elle entent qu'elle se peut marier sans congé prendre vers vos, ib. I, 265. Et ot cascuns congié de soi marier aillors, Beaumanoir, XVIII, 18.

XVe s. Quand le roi les assiegeoit à puissance et ils veoient qu'ils ne pouvoient eschapper, ils se boutoient en ces croutes [grottes, souterrains] et s'en alloient sans prendre congé, Froissart, II, III, 23. Il suffit, dit le sire de Corasse ; or va, je te donne congé pour celle nuit, Froissart, II, III, 22. Et nous emmenerent avec eux bien une lieue loin, pour doute que nous ne le vous notifions trop tost, et puis nous donnerent congé de le vous venir dire, Froissart, I, I, 44. Le roy d'Angleterre commanda qu'on donnast congé à ce varlet [qu'on lui rendît la liberté], Commines, IV, 7. Le roy leur respondit [aux envoyés], et puis leur donna congé, Commines, IV, 8. Ung marchant, lequel luy estoit venu demander ung congé pour tirer une quantité de vin de Gascongne sans rien payer, Commines, IV, 10.

XVIe s. Pantagruel, prenant congié du bon Gargantua son pere, monta sus mer au port de Thalasse, Rabelais, Pant. IV, 1. Il veint luy demander congé de se faire mourir, Montaigne, I, 82. Neron, prenant congé de sa mere qu'il envoyoit noyer, Montaigne, I, 270. Ils ont leur congé, au plus loing, à vingt et deux ans, Montaigne, III, 286. Branle et congié [sorte de pas ou figure de danse] je fays en toute humblesse, Touchant pas simple, ung tout seul je n'en lesse, Marot, J. V, 270. Qu'il faisoit deshonneur à Sparte, de vouloir enlever ce corps de Lysander par le congé et la mercy des ennemis, Amyot, Lysand. 55. Par quoy il donna congé à ces conducteurs barbares [il les congédia], Amyot, Lucull. 37. Au congé prendre, il luy envoya de beaux et riches presens, qu'il refuza, Amyot, ib. 39. Je te donne congé de porter ces affiquets d'or comme à un fol, Amyot, Artax. 5. Frontenac, en lui quittant le nom et la principale charge de la guerre, portoit sa part du fardeau, comme aussi Lanoue lui quittoit l'authorité des sauvegardes et des congez de mer, D'Aubigné, Hist. II, 138.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CONGÉ, s. m. (Gramm.) c’est en général une permission qu’un supérieur accorde à son inférieur de faire une chose, par laquelle celui-ci encoureroit un châtiment s’il la faisoit de son autorité privée.

Congé, (Hist. anc. & mod. & Art milit.) c’étoit anciennement, comme aujourd’hui, une permission donnée aux soldats de s’absenter de l’armée, ou de quitter tout-à-fait le service. On en distinguoit de plusieurs sortes chez les Romains, comme parmi nous.

Le congé absolu mérité par l’âge & le service, & accordé aux vétérans, se nommoit missio justa & honesta ; ils pouvoient en conséquence disposer librement de leurs personnes.

Le congé à tems étoit appellé commeatus ; quiconque abandonnoit l’armée sans cette précaution étoit puni comme deserteur, c’est-à-dire battu de verges, & vendu comme esclave.

Il y avoit une espece de congé absolu, qui quoique différent du premier, ne laissoit pas que d’être de quelque considération, parce que les généraux l’accordoient pour raison de blessures, de maladies, & d’infirmités. Tite-Live & Ulpien en font mention sous le titre de missio causaria. Ce congé n’excluoit pas ceux qui l’avoient obtenu des récompenses militaires.

La troisieme espece de congé étoit de pure faveur, gratiosa missio ; les généraux la donnoient à ceux qu’ils vouloient ménager : mais pour peu que la république en souffrît, ou que les censeurs fussent de mauvaise humeur, cette grace étoit bien-tôt révoquée.

Enfin il y en avoit une quatrieme véritablement infamante, turpis & ignominiosa missio. C’est ainsi qu’au rapport d’Hirtius Pansa, dans l’histoire de la guerre d’Afrique, César, en présence de tous les tribuns & les centurions, chassa de son armée A. Avienus, homme turbulent, & qui avoit commis des exactions ; & A. Fontéius, comme mauvais citoyen & mauvais officier.

Sous les empereurs, Auguste fit deux degrés du congé légitime ; il appella le premier exauctoratio, privilége accordé aux soldats qui avoient servi le nombre d’années prescrit par la loi, & en vertu duquel ils étoient dégagés de leur serment, & affranchis des gardes, des veilles, des fardeaux, & en un mot de toute charge militaire, excepté de combattre contre l’ennemi : pour cet effet séparés des autres troupes, & vivans sous un étendart particulier, vexillum veteranorum, ils attendoient qu’il plût à l’empereur de les renvoyer avec la récompense qui leur avoit été solennellement promise ; & c’étoit le second degré qu’ils appelloient plena missio. Auguste y avoit attaché une récompense certaine & reglée, soit en argent, soit en fonds de terre, pour empêcher les murmures & les séditions. Mém. de l’acad. tome IV. (G)

Congé, (Jurispr.) signifie quelquefois décharge, renvoi ; quelquefois il signifie permission ; quelquefois aussi il signifie une procédure faite pour avertir un locataire de sortir dans le tems qui est indiqué.

Congé d’adjuger, est un jugement portant qu’un bien saisi réellement sera vendu & adjugé par decret quarante jours après ce jugement. Lorsque les criées sont faites, & que les oppositions à fin d’annuller & de charge, s’il y en a, ont été jugées, on obtient le congé d’adjuger ; cela s’appelle interposer le congé d’adjuger. Au parlement & aux requêtes du palais on ne reçoit plus d’opposition à fin d’annuller, de distraire, ou de charge, après le congé d’adjuger : il faut que la saisie réelle soit enregistrée un mois avant l’obtention du congé d’adjuger ; autrement, & faute d’avoir fait cet enregistrement dans le tems qui vient d’être dit, un privilégié pourroit évoquer la saisie réelle aux requêtes du palais, nonobstant l’interposition du congé d’adjuger. Quoique le jugement qui l’accorde permette d’adjuger quarante jours après, l’adjudication ne se fait que sauf quinzaine, & après cette quinzaine on accorde encore quelquefois plusieurs remises, suivant que le bien paroît porté plus ou moins à sa valeur.

Congé faute de conclure, est un défaut qui se donne contre l’intimé, faute par son procureur de signer l’appointement de conclusion dans un procès par écrit, dans le tems & en la maniere portée par l’art. 19. du tit. xj. de l ordonnance de 1667.

Congé de Cour, signifie renvoi de la demande ; cour est pris en cet endroit pour toute jurisdiction en général.

Congé déchû de l’appel, c’est le défaut que prend l’intimé à l’audience lorsque l’appellant ne se présente pas. Le terme congé signifie que l’intimé est renvoyé de l’intimation, & déchû de l’appel, que l’appellant est déchû de son appel ; ce qui emporte la confirmation de la sentence.

Congé faute de venir plaider, est un défaut qui se donne à l’audience au défendeur contre le demandeur qui ne comparoît pas, ni personne pour lui. Ce congé emporte décharge de la demande.

Congé faute de se presenter, est un acte délivré au procureur du défendeur sur le registre des présentations, contre le demandeur qui ne se présente pas dans les délais portés par l’ordonnance.

Congé d’entrée, est un acquit que les commis des aides délivrent, à l’effet de pouvoir enlever des vins ou autres marchandises, & les faire entrer dans une ville sujette aux droits d’aides.

Congé de remuage, est une permission que l’on prend au bureau des aides pour transporter des vins d’un lieu à un autre ; sans ce congé, les vins & la voiture qui les transporte pourroient être saisis & confisqués.

Congé, en fait de Marine, est une permission de l’amiral, ou de ceux qui sont par lui préposés, de mettre des vaisseaux & autres bâtimens de mer à la voile, après que la visite en a été faite, & qu’il ne s’y est rien trouvé en contravention. Suivant l’ordonnance de la Marine, aucun navire ne peut sortir des ports du royaume pour aller en mer sans prendre un congé de l’amiral, qui doit être enregistré au greffe de l’amirauté. Ce congé doit contenir le nom du maître, celui du navire, son port, sa charge, le lieu de son départ, & celui de sa destination.

Congé, en fait de loüage, est une déclaration que le propriétaire ou le principal locataire d’une maison, ferme, ou autre héritage, fait à un locataire ou à un sous-locataire, fermier ou sous-fermier, qu’il ait à vuider les lieux pour le terme indiqué par ladite déclaration.

On appelle aussi congé la déclaration que celui qui occupe les lieux fait au propriétaire ou principal locataire, qu’il entend sortir à un tel terme.

Le congé, soit de la part du bailleur ou de la part du preneur, doit être donné quelque tems d’avance ; & ce tems est différent, selon l’importance de la location, afin que chacun ait le tems de se pourvoir.

Pour un logement dont le prix est au-dessous de 200 livres, il suffit de donner le congé six semaines avant le terme avant lequel on veut sortir ou faire sortir.

Si le bail est de 200 livres & au-dessus, il faut que le congé soit donné trois mois d’avance.

Si c’est une maison entiere, ou une portion de maison avec boutique, il faut donner congé six mois d’avance.

Pour une ferme de campagne, le congé doit être donné un an d’avance.

Un congé donné verbalement ne suffit pas ; si on l’accepte à l’amiable, il faut en faire un écrit double ; si on refuse de l’accepter, il faut le faire signifier par un huissier, avec assignation devant le juge du domicile pour le voir déclarer valable pour le terme indiqué.

Quand il y a un bail par écrit, il n’est pas nécessaire de donner congé à la fin du bail, parce que l’expiration du bail tient lieu de congé : mais si le preneur continue à joüir par tacite réconduction, alors pour le faire sortir il faut un congé. Voyez Bail tacite, Réconduction.

Congé du Seigneur, est la permission que le seigneur donne à son vassal ou à son censitaire, de disposer d’un héritage qui est mouvant de lui. (A)

Congé, (Comm.) est encore une licence ou une permission qu’un prince, ou ses officiers en son nom, donnent & accordent à quelques particuliers de faire un commerce qui est interdit aux autres, tels que sont dans le Canada les congés pour la traite du castor.

Ces congés pour faire la traite avec deux canots, & dont le Roi s’est reservé vingt-cinq par an en faveur des vieux officiers ou pauvres gentilshommes du Canada, auxquels ils sont distribués par le gouverneur général, durent un an : celui qui en obtient un peut le faire valoir lui-même, ou le céder à un autre pour le faire valoir sous son nom ; & leur prix ordinaire, quand on les vend, est de 600 écus. Trévoux, Chambers, & Dictionn. du Comm.

Congé au menu, (Comm.) on nomme ainsi à Bordeaux les permissions données aux marchands par les commis des grands bureaux des fermes du Roi, pour faire charger sur les vaisseaux qui sont en chargement des marchandises en détail.

Congé, (Comm.) se dit pareillement dans les communautés des Arts & Métiers, des permissions par écrit que les garçons & compagnons sont tenus de prendre des maîtres chez qui ils travaillent lorsqu’ils en sortent, pour justifier que c’est de leur bon gré qu’ils les quittent, que le tems pour lequel ils se sont engagés chez eux est fini, & que les ouvrages qu’ils ont entrepris sont faits ; & défenses faites aux autres maîtres, sous peine d’amende, de recevoir les compagnons sans ces congés. Dict. de Comm. (G)

Congé, (aller au) chez les Rubanniers & autres Artisans. Lorsqu’un maître prend un nouvel ouvrier, il est obligé d’aller chez celui d’où l’ouvrier sort, s’informer du sujet du départ de l’ouvrier, savoir s’il n’est pas dû au maître qu’il quitte, s’arranger au gré de tous trois pour le payement, relativement au tems qu’il le gardera : sans cette précaution, le maître prenant un nouvel ouvrier se trouveroit chargé & responsable, en son propre & privé nom, de tout ce qu’il peut devoir au précédent maître qu’il a quitté depuis le dernier chez qui l’on a été au congé.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « congé »

Wallon, cangî ; provenç. comjat, conjat ; catal. comiat ; ital. congedo ; du latin commeatus, de commeare, aller, s'en aller, passer, de cum, et meare, aller (voy. MÉAT) ; l'e ou l'i se changeant en j dans ces sortes de mots : somniare, songer, serviens, sergent, etc.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XVe siècle)[1] En ancien français cumgiet[2], issu du latin commeatus[2], participe passé de commeare (« aller, s'en aller, passer »), de cum-, et meare « aller » ; l'\e\ ou l'\i\ se changeant en \ʒ\ dans ces sortes de mots : somniare « songer », serviens « sergent », etc.
Du latin sont aussi issus le wallon condjî, l’ancien occitan comjat, conjat, le catalan comiat, l’italien commiato[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « congé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
congé kɔ̃ʒe

Citations contenant le mot « congé »

  • Je n'aime pas travailler la veille d'un jour de congé. De José Artur / Parlons de moi, y'a que ça qui m'intéresse
  • - Ici, c'est une grande famille. Quand un chauffeur veut un congé ou une augmentation, il vient me voir, je l'écoute et je le vire. De Henri Verneuil / Cent mille dollars au soleil
  • Il faut à l’amitié six mois de congé par an pour renouveler son répertoire. L’amour devrait en faire autant. De Jules Renard / Journal - 11 juillet 1900
  • Commencer un roman, c’est prendre congé de la vie réelle. De Christine Orban / Petites Phrases pour traverser la vie en cas de tempête... et par beau temps aussi
  • Le dimanche soir, l'un des pires moments que l'on puisse imaginer : encore en congé mais déjà au travail, toute la force du capitalisme à l'oeuvre. De Jean Dion / Le Devoir - 28 Octobre 1999
  • Si vous êtes donc actuellement en congés parental et que vous gagnez moins de 2.000 euros par mois, vous allez donc pouvoir bénéficier de cette "indemnité inflation" de 100 euros.  Nice-Matin, Je suis actuellement en congé parental, ai-je le droit à la "prime carburant" de 100 euros? - Nice-Matin
  • Sous les pavés, les congés payés ! De Anonyme
  • Il y a un temps pour s'en aller et prendre congé. De Proverbe français
  • Le succès d'un amant dépend beaucoup de sa façon de prendre congé. De Sei Shönagon / Notes de chevet
  • A l'hôte que doit-on ? Bon accueil s'il demeure, congé s'il veut partir. De Homère / L’Odyssée
  • Le comble pour un radin, c’est de donner son congé ! De Michèle Bernier / Le Petit Livre de Michèle Bernier
  • Le désespoir, c'est être sorti du monde, s'être détaché des choses et des hommes, s'être mis en congé d'humanité. De Yves Simon / Libération - 12 Février 2000
  • Une injustice envers certaines travailleuses indépendantes ayant pris un congé maternité depuis 2019 devrait bientôt être corrigée grâce au projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022. En effet, une partie d’entre elles devraient pouvoir bénéficier d’une meilleure indemnisation. Mais dans le cadre de l’examen du texte au Parlement, la députée LREM Marie-Pierre Rixain a voulu aller encore plus loin. Elle a ainsi appelé à davantage de visibilité sur plusieurs mesures “absolument phares pour les droits des femmes”, et adoptées dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour 2019, qui a acté (entre autres) l’allongement de la durée du congé maternité pour les entrepreneuses. À l’époque, deux dispositions techniques avaient été adoptées, toujours dans le but de faciliter la vie des travailleuses indépendantes qui attendent un enfant. Sauf qu’en pratique, “ces mesures ne fonctionnent pas”, regrette Marie-Pierre Rixain, à l’origine de ces deux dispositions. Capital.fr, Congé maternité : ces avantages méconnus dont peuvent bénéficier les travailleuses indépendantes - Capital.fr
  • Une décision qui a surpris dans le monde du rugby mais qui se trouve en conformité avec la loi française. Le 11 octobre dernier, Timoci Nagusa, joueur de Pro D2 à Grenoble, a annoncé qu'il prendrait les 28 jours de son congé paternité, et non plus 14 jours, au nom de la loi promulguée le 1er juillet dernier. Le but ? Épauler sa femme avec qui il vient d'avoir une petite fille. "J'ai pris cette décision sans hésitation, sachant que le boulot, le rugby, les fans, disparaîtront, mais seule la famille restera pour toujours", a-t-il écrit sur son compte Twitter pour expliquer son choix. LCI, Rugby : le Grenoblois Timoci Nagusa prend ses 28 jours de congé paternité, une décision qui fait jaser | LCI
  • Au moins 2 000 pompiers de la ville de New York ont ​​pris un congé médical la semaine dernière, ce que certains responsables ont qualifié de manifestation alors que les employés municipaux non vaccinés de la ville font face au début des sanctions lundi. , Les pompiers de New York prennent un congé médical au milieu des sanctions vaccinales imminentes – Marseille News
  • Le gouvernement va élargir les critères pour bénéficier d'un congé proche aidant et l'indemniser au niveau du Smic, afin que davantage de personnes puissent soutenir un proche âgé, malade ou handicapé. Handicap.fr, 2022 : le congé proche aidant élargi et indemnisé au Smic
  • « Faire le pont » consiste à ne pas travailler 1 ou 2 jours ouvrables compris entre un jour férié et un jour de repos hebdomadaire ou un jour précédant les congés annuels (Code du travail, art. L. 3121-50). Éditions Tissot, Jeudi 11 novembre : la procédure à suivre pour faire le pont | Éditions Tissot
  • Après le congé d’automne cette semaine, les élèves auront congé le 11 novembre pour la commémoration de l’armistice. Le Soir, Voici le calendrier des prochains congés scolaires - Le Soir
  • Julien Damon et Christel Heydemann remettent ce mercredi leur rapport sur la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Ils plaident pour un congé parental de six mois par parent beaucoup mieux rémunéré. Les Echos, La piste d'un congé parental plus court et rémunéré en fonction du salaire | Les Echos
  • Parent en grave perte d'autonomie, conjoint malade, enfant en situation de handicap... Le congé de proche aidant permet de suspendre ou de réduire son activité professionnelle pour s'occuper d'un proche en situation de handicap ou en perte d'autonomie importante. Ce congé est indemnisé depuis octobre 2020. À l'occasion de la Journée nationale des Aidants, le 6 octobre, Service-Public.fr vous précise les modalités de ce congé et le montant de l'allocation journalière du proche aidant (AJPA). , Journée nationale des Aidants -Connaissez-vous le congé de proche aidant indemnisé par la Caf ? | service-public.fr
  • En France, il n’y a aucune mesure qui permet d’avoir une journée de congé payé suite à la perte d’un animal de compagnie. Pourtant, une structure l’autorise à ses salariés. Wamiz est un site dédié aux animaux de compagnie. Dans cette entreprise, les salariés peuvent venir travailler avec leur chien. Depuis quelque temps, Wamiz leur a également permis un nouveau droit précise le média Positivr. , Chez Wamiz, les salariés ont le droit à un jour de congé payé lors de la perte de leur animal de compagnie

Traductions du mot « congé »

Langue Traduction
Anglais leave
Espagnol dejar
Italien partire
Allemand verlassen
Chinois 离开
Arabe عطلة
Portugais sair
Russe оставлять
Japonais 離れる
Basque utzi
Corse lascià
Source : Google Translate API

Synonymes de « congé »

Source : synonymes de congé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « congé »

Congé

Retour au sommaire ➦

Partager