Lasciveté : définition de lasciveté, lascivité


Lasciveté, lascivité : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LASCIVETÉ, LASCIVITÉ, subst. fém.

[Correspond à lascif C]
A. −
1. Caractère d'une personne lascive (ou d'un animal lascif). Sans doute à l'attrait de sa beauté s'ajoutait-il celui d'une lascivité secrète; et c'était là, je crois, ce qui me troublait (Gide, Geneviève,1936, p. 1393):
1. C'est une femme blanche, éblouissante (...) une coquetterie de chatte qui fait le ronron, une provocation de la paresseuse, la souplesse latente d'une femme rompue à la danse, la distinction d'une femme de bordel très bien élevée et le genre d'une panthère au repos. Elle m'a mordu le coude sur ma redingote, un moment, on ne sait pourquoi : une lasciveté d'animal, sans parole. Goncourt, Journal,1860, p. 774.
2. Caractère de ce qui est empreint de sensualité ou de ce qui porte à la sensualité, à la luxure. Le fameux boléro de Séville qui a trouvé grâce devant les pères du concile autrefois, et que la censure a permis, malgré la dangereuse lascivité des poses (Balzac, Illus. perdues,1839, p. 348).La lasciveté de la taille sans corset, le roulis des hanches dans la marche, le retroussage ballonnant de la jupe (Goncourt, Journal,1895, p. 778).
B. − P. méton., gén. au plur. Actions, pensées lascives. Ce lit même, là, sur lequel je meurs, est encore frémissant de nos lascivetés (Borel, Champavert,1833, p. 74).Des vertiges tournent dans sa pensée, des sentiments se meuvent dans son cœur, des lascivités coulent dans sa chair (Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 279).
Prononc. et Orth. : [lasivte], [-vite]. Pour [-ss-] cf. lascif. Ac. dep. 1694 : -veté. -veté ou -vité ds Rob. : ,,La seconde forme paraît l'emporter aujourd'hui selon Dauzat`` et ds Lar. Lang. fr. : ,,La première forme est la plus ancienne, mais les deux s'emploient aujourd'hui indifféremment``. Étymol. et Hist. Ca 1470 lasciveté (G. Chastellain, éd. Kervyn de Lettenhove, VII, 231); 1511 lascivité (J. Lemaire de Belges, Illustrations de Gaule, éd. J. Stecher, I, 211). Empr. au lat.lascivitas « humeur folâtre; libertinage ». Fréq. abs. littér. : 20. Bbg. Jourjon (A.). Rem. lexicogr. R. Philol. fr. 1929, t. 41, p. 138.

Lasciveté, lascivité : définition du Wiktionnaire

Nom commun

lasciveté \la.siv.te\ féminin

  1. Variante de lascivité.
    • Sa lasciveté a ruiné sa santé.
    • Il y a de la lasciveté dans ce tableau.

Nom commun

lascivité \la.si.vi.te\ féminin

  1. État caractérisé par un mélange de paresse, de sensualité extrême et d'inclination à la luxure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lasciveté, lascivité : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LASCIVETÉ. n. f.
Forte inclination à la luxure. Sa lasciveté a ruiné sa santé. Il signifie aussi Ce qui porte, ce qui excite à la luxure. Il y a de la lasciveté dans ce tableau. On dit plutôt sensualité.

Lasciveté, lascivité : définition du Littré (1872-1877)

LASCIVETÉ (la-ssi-ve-té) s. f.
  • Caractère lascif. La lasciveté de Cléopatre.

    Il se dit aussi des choses lascives. Il y a beaucoup de lasciveté dans ce tableau.

SYNONYME

LASCIVETÉ, LUBRICITÉ, LUXURE, IMPUDICITÉ. Impudicité est le terme générique comprenant tout ce qui offense la pudeur ; la lasciveté joint à l'idée d'impudicité celle d'une excitation comparée à quelque chose de folâtre ; la lubricité y joint celle d'une incontinence sans mesure et sans frein. On pourra dire que Cléopatre était lascive, et Messaline lubrique. La luxure y joint l'idée d'une surabondance de force, de nourriture qui emporte le tempérament vers les excès de l'incontinence.

HISTORIQUE

XVe s. Charles n'estoit enclin à nulle mollesse ne lasciveté, Chastelain, dans le Dict. de DOCHEZ.

XVIe s. Lasciveté, Oudin, Dict.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Lasciveté, lascivité : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

LASCIVETÉ, s. f. (Morale.) espece de mollesse, fille de l’oisiveté, de l’aisance & du luxe ; de-là vient que l’auteur de l’Andrienne appelle les plaisirs des grands, lascivia nobilium. La lascivité est à parler proprement un vice qui blesse la pureté des mœurs. Le Bramme inspiré va vous tracer d’une main légere son caractere & ses effets.

Couchée mollement sous un berceau de fleurs, elle mandie les regards des enfans des hommes, elle leur tend des piéges & des amorces dangereuses.

Son air est délicat, sa complexion foible, sa parure est un négligé touchant ; la volupté est dans ses yeux, & la séduction dans son ame.

Fuis ses charmes, fermes l’oreille à l’enchantement de ses discours : si tes yeux rencontrent la langueur des siens ; si sa voix douce passe jusqu’à ton cœur ; si dans ce moment elle jette ses bras autour de ton col, te voilà son esclave, elle t’enchaine à jamais.

La honte, la maladie, la misere & le repentir marchent à sa suite.

Affoibli par la débauche, endormi par la mollesse, énervé par l’inaction, tu tomberas dans la langueur, le cercle de tes jours sera étroit, celui de tes peines étendu ; le premier sera sans gloire, l’autre n’excitera ni larmes ni pitié. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lasciveté »

Étymologie de lasciveté - Littré

Lat. lascivitatem, de lascivus, lascif.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lasciveté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lasciveté lassivœte play_arrow

Citations contenant le mot « lasciveté »

  • « Une autorité qui met son coude sur des dossiers pour protéger des délinquants se rend coupable du délit de recel de malfaiteurs » Dans une récente contribution ou j’évoquais la situation du pays dans certains de ses aspects les plus ignobles et les plus ignominieux, j’avais affirmé que le Sénégal est gravement et désespérément malade de la perversion des principes républicains et de la déliquescence morale de ses dirigeants. J’avais ajouté, et je le maintiens, que l’on compte parmi ceux qui ont la très lourde responsabilité de présider à nos destinées, de fieffés menteurs, des faussaires invétérés, des détourneurs de nos ressources financières et naturelles (minières et faunesques) et des insulteurs impénitents ; à cela, il faut ajouter toute une horde de louches individus à la vie dissolue et incorrigiblement voire maladivement portés vers la concupiscence et la lascivité. Je n’oublie pas ces nombreux adeptes de Bacchus. Une telle assertion, loin d’etre une simple vue de l’esprit d’un hurluberlu, est fondée sur des faits concrets et réels dont il me sera très facile de fournir les preuves opportunément et publiquement. Et, c’est pour avoir dit cela que j’ai été conduit à la division des investigations criminelles, plus précisément à la brigade des affaires générales. Senegal7, “Au-delà des injures, les graves forfaitures d’un régime décadent” (Par Boubacar Sadio) - Senegal7
  • « Une Fille facile » est un conte sensuel, irradié par le naturel bluffant de Mina Farid et par la lascivité de Zahia Dehar. Dès le premier plan, qui montre la plantureuse naïade se baigner dans une crique de la Côte d'Azur, on pense à Brigitte Bardot. Une impression renforcée ensuite par les décors « Riviera » et l'esthétique vintage du film, mais surtout par le jeu de son actrice principale, courbes insolentes et verbe indolent. « Une Fille facile » est en même temps une chronique sociale, qui voit deux mondes se rencontrer avec douceur d'abord, puis avec violence. leparisien.fr, «Une Fille facile» : conte sensuel avec Zahia Dehar - Le Parisien
  • Pourquoi faudrait-il se priver de ces ressources aujourd’hui alors que la nature propose un vrai « jardin des délices », comme le rappelle Gabriela Nedoma, experte en plantes médicinales* ? Tant de substances qui nous entourent incitent à la lascivité ! Elles n’agissent pas comme un raccourci menant directement à l’orgasme, mais offrent un merveilleux moyen d’aiguiser nos sens, d’intensifier le désir sexuel et de développer une nouvelle communication érotique. Nous consommons tous quotidiennement des aphrodisiaques sans le savoir, mais en avoir conscience les rend justement encore plus aphrodisiaques, non ? , Sexualité : on adopte les aphrodisiaques naturels !
  • Quand on ne l’a pas déjà posée, on y a déjà répondu. La question « Combien de partenaires sexuels as-tu eus ? » est un classique entre amis, en soirée ou en début de relation. Comme si la réponse avait la moindre importante, comme si les gros chiffres étaient synonymes d’épanouissement sexuel ou d’expérience indiscutable, ou, au contraire, de lascivité excessive. Comme si, à l’inverse, les maigres scores reflétaient un retard ou une quelconque « anomalie ». Pour en finir avec les idées reçues, la chaîne Youtube « CRU », lancée en octobre 2019, propose des vidéos sur des sujets divers et variés dont la sexualité. A travers son format « Les 100 », elle interroge cent personnes sur un thème précis dans le seul but de montrer la pluralité des vécus. La vidéo « Combien de partenaires sexuels ? », publiée il y a quelques jours, s’inscrit dans cette lignée et s’avère décomplexante. Elle nous rappelle que le nombre de partenaires sexuels n’a pas d’importance et que nous n’avons pas à rougir d’en avoir connu zéro, deux ou mille. , Le nombre idéal de partenaires sexuels n’existe pas : la preuve en vidéo - Elle
  • Un début janvier 2020, la radio de la bagnole s'arrête une nouvelle fois sur cette même voix féminine d'après-midi. Caverneuse et prometteuse de beaux jours. Les graves ont le timbre d'un aéroport enfumé et chaque consonne fait le chausse-pied à la prochaine voyelle inévitablement chaude. Le tout vibre comme un cocktail caraïbe turquoise, lascivité façon Conde Nast Traveller, ou alors, évoque une fuite embuée dans la nuit, au coeur de plaisirs sonores. Voire plus si affinités. Depuis ses premiers pas sur la chaîne ertébéenne l'été dernier, Diane Marois, fait (jolie) impression. Née en France en septembre 1974, la Belgo-Française à chapeau -sa carte d'identité visuelle- secoue les genres et dribble les styles en faisant du mash-up convivial. Dans le contexte d'une radio-TV publique désormais transversale où l'on parle de "pôles" et de publics-cibles, Diane Marois occupe un espace apparemment libéré des segments d'auditoire planifiés. Sa tranche de 14h30 à 16 heures, du lundi au vendredi, c'est un peu l'auberge espagnole qu'elle-même programme. Avec 21 morceaux par jour sur une thématique, par exemple, Pop française, L'homme est le... Site-LeVifFocus-FR, Diane Marois: "La musique est le plus court chemin entre nous-mêmes" - Télé - FocusVif
  • Avant la Révolution, le viol n’appartient pas à l’univers de la violence, mais à celui de la luxure, de la lascivité et du péché : il est considéré, comme l’adultère, comme une transgression morale. C’est évidemment très étrange vu d’aujourd’hui, mais c’est logique dans un univers religieux comme celui de l’Ancien Régime. La définition du viol est en outre très différente d’aujourd’hui : il y a viol, disent les textes, quand la femme est « forcée », c’est-à-dire quand le viol s’accompagne de brutalités physiques qui laissent des traces de coups ou de sang. Il faut donc que la victime ait crié ou se soit débattue – et qu’elle trouve des témoins pour le certifier. Enfin, la gravité de l’acte est définie, non par la souffrance de la femme, mais par le statut social du mari : peu importe ce qu’elle éprouve, ce qui compte, c’est l’atteinte au prestige de son époux. Le Monde.fr, Georges Vigarello : « Avant la Révolution, le viol appartenait à l’univers de la luxure »
  • Et ne parlons même pas de la traditionnelle lubricité carabine, de la lascivité infirmière et autres fantasmes hospitalo-universitaires, dont on reconnaissait le droit à tous ceux qui fréquentent la mort de trop près. Il serait indécent d'imaginer la moindre étreinte parmi le personnel de santé uniformément et uniquement héroïque : les grognards d'Austerlitz ( et de Waterloo ) les cuirassiers de Reichshoffen, les poilus de Verdun songeaient-ils à la bagatelle en se jetant sur les lignes ennemies ?
Pire encore, si possible : la relation amoureuse n'est plus évoquée que sur le mode des violences conjugales, que le confinement ne peut manquer d'aggraver. Personne ne semble concevoir que le rapprochement obligatoire pourrait au contraire favoriser des sentiments et des émotions bénéfiques au sentiment, qu'il soit conjugal ou amoureux, voire les deux. Non, les couples sont réputés se défaire, les amants se cogner et les divorces se tramer derrière les portes des appartements fermées sur l'irréconciliable incompatibilité des sexes. Club de Mediapart, L'amour au temps du corona | Le Club de Mediapart
  • Mystique et misogyne, Paracelse argue que Frau Troffea s’était mise à danser "pour humilier son malheureux mari". Elle était de ceux dont les pensées sont "libres, lubriques et impertinentes, pleines de lasciveté et sans crainte ni respect" et qui peuvent développer "un voluptueux désir de danser", conclut le médecin qui conseille d’enfermer les victimes dans "des lieux sombres et déplaisants" ou de jeter au feu des effigies en cire des malades. France 24, En 1518, une étrange épidémie de danse a contaminé des centaines de personnes à Strasbourg
  • Éveiller ses sens et son corps. Fascinante à l’écran, la jeune actrice Noée Abita allie lasciveté et rébellion d’une adolescente en émancipation. Folle de liberté, d’aventure, de découverte d’elle-même, Ava est incarnée avec délicatesse et justesse. Il en va de même pour Laure Calamy, en mère attentive bien qu’intrusive, mais désarmée face à la dégénérescence visuelle de sa fille. Idée lumineuse : la fuite de la protagoniste avec le jeune gitan Juan et son chien noir permet de transformer les désirs autant que l’amour en magnifique pied de nez à la maladie. L'Info Tout Court, [Critique] Ava : sexe et liberté sous le soleil - L'Info Tout Court
  • Un présage face auquel la poète refuse pourtant de se la fermer. En tentant de s’arracher du corps et du crâne la honte de soi inoculée dès l’enfance, ou en parlant de celle dont on marchande le corps, dépositaire de toutes les injonctions contradictoires à la virginité et à la lasciveté, Turmel écrit comme on rallie derrière soi les troupes. Le Devoir, «Casse-gueules»: un appel à la solidarité sororale | Le Devoir
  • C’est Holly Blakey, célèbre chorégraphe anglaise, qui a eu pour mission de créer des danses endiablées sur « No Rebel », un titre de Surkin spécialement créé pour l’occasion. Et pour que l’expérience soit totale, Dior et Holly nous mettent à disposition cinq vidéos tutos aux titres évocateurs : « Feel the Space », « Warm it up », « Rise the heat », « Own the stage » et « Poison Kiss. » Notre préférée ? La dernière ! Celle de Camille Rowe, en duo, histoire d’intégrer le Poison Club avec lasciveté et panache. , Apprenez à danser comme la fougueuse Camille Rowe, égérie du parfum Poison Girl de Dior - Elle

Traductions du mot « lasciveté »

Langue Traduction
Corse lascività
Basque lasciviousness
Japonais 好奇心
Russe непотребство
Portugais lascívia
Arabe الفذ
Chinois 淫荡
Allemand lüsternheit
Italien lascivia
Espagnol lascivia
Anglais lasciviousness
Source : Google Translate API

Synonymes de « lasciveté »

Source : synonymes de lasciveté sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « lasciveté »



mots du mois

Mots similaires