La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « instinct »

Instinct

Variantes Singulier Pluriel
Masculin instinct instincts

Définitions de « instinct »

Trésor de la Langue Française informatisé

INSTINCT, subst. masc.

A. −
1. Mouvement intérieur, surtout chez l'animal, qui pousse le sujet à exécuter des actes adaptés à un but dont il n'a pas conscience. On peut dire que, sous ce double but, l'instinct a porté les abeilles à résoudre certaines questions qui ont exercé les mathématiciens (Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 342).L'instinct une fois admis, on prête à l'Insecte des yeux analogues aux nôtres (Plantefol, Bot. et biol. végét., t. 1, 1931, p. 500):
1. ... les instincts des animaux sont plus prononcés que ceux de l'homme, car les besoins qui en sont l'expression se manifestent plus clairement et sont satisfaits par des actes plus énergiques. Broussais, Phrénol., Leçon 2, 1836, p. 59.
2. En partic., domaine de l'éthologie. [P. allus. notamment aux travaux de K. Lorenz] Comportement inné, héréditaire et spécifique, accompli sans apprentissage préalable et en toute perfection :
2. J'ajouterai un mot sur la terminologie en usage. « Instinct » n'est qu'un mot abstrait. La seule chose sur laquelle il nous est permis de nous prononcer, c'est l'acte instinctif, et c'est de lui seul que nous traiterons. Heinroth, pour éviter l'ambiguïté du mot « instinct », a employé le terme d'« acte spécifique de pulsion » (...) au lieu d'« acte instinctif » (...), ce qui est sans aucun doute la meilleure désignation. K. Lorenz, Trois essais sur le comportement animal et humain, Paris, Éd. du Seuil, 1974, p. 10.
SYNT. Instinct migratoire; instinct d'imitation, de mellification, de nidification; théories finalistes, mécanistes, transformistes de l'instinct; instinct et, ou intelligence; instinct et, ou raison.
B. −
1. Tendance innée, à l'origine de certaines activités élémentaires automatiques de l'homme. Instinct de conservation, de copulation, de nutrition, de succion; instinct joueur. Elle avait bien compris, avec son instinct de mère, que je n'étais pas ce que je paraissais être et que je pourrais avoir sur la destinée de son dernier fils une influence souveraine (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 112).La faim aiguiserait l'instinct sexuel, le manque de protéines favoriserait la conception (Tiers Monde,1956, p. 159).L'instinct maternel relève du même déterminisme que la sécrétion lactée : il est commandé par la prolactine (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 649):
3. ... la mutation de l'amour élémentaire à l'amour humain et (...) la sublimation de l'instinct parental en vie familiale ou de l'instinct grégaire en vie sociale ne s'opèrent qu'au prix d'une justification ontologique par laquelle l'homme sauve la nature en l'humanisant. J. Vuillemin, Être et trav.,1949, p. 24.
PSYCHANAL. ,,Forces hypothétiques qui agissent à l'arrière-plan du ça et représentent dans le fonctionnement de l'organisme les exigences d'ordre somatique`` (Piéron 1973)
Instinct de mort. Le concept d'instinct de mort suppose un désir de dissoudre, d'annihiler la personne propre alors que le concept de pulsion de destruction implique un désir de tuer d'autres êtres vivants (Rycr.1972).
Instinct de vie. Faut-il en appeler à la dualité des instincts de vie et des instincts de mort, pour rendre compte de l'angoisse? (J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 192).L'instinct de vie (Éros) est constitué par la libido et comporte, avec les tendances sexuelles, le vouloir-vivre de l'individu (Foulq.-St-Jean1962).V. compulsion, ex.
2. Impulsion intérieure indépendante de la réflexion qui détermine les sentiments, les jugements, les actes d'une personne. Instinct de la discipline, de (la) domination, de (la) possession; instinct belliqueux, bestial; obéir, se laisser aller à son instinct. L'instinct guerrier a beau exister par lui-même, il ne s'en accroche pas moins à des motifs rationnels (Bergson, Deux sources,1932, p. 307).C'était l'instinct paysan de prévoyance, de défiance, l'horreur du risque, le souci de ne rien laisser au hasard (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 206):
4. Si l'enfant a reçu avec le sang quelque instinct mauvais, héritage de ses parents ou de ses ancêtres, que cette tache originelle soit lavée. Ménard, Rêv. païen,1876, p. 192.
Loc. adv. D'instinct. Spontanément. Il a tourné la tête d'instinct vers la fenêtre, le jour (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1363).
Par instinct. Naturellement. J'aime la liberté par instinct, par nature (Courier, Pamphlets pol., Réponses aux anon., 1, 1822, p. 148).On ne pouvait montrer plus d'opportunité que nous n'avions fait, par hasard ou par instinct (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 370).
En partic. Penchant pour quelque chose. Une rigoureuse analyse psychologique classerait l'instinct religieux inné chez les femmes dans la même catégorie que l'instinct sexuel (Renan, Avenir sc.,1890, p. 497).Synon. de fibre.Il fallut le génie divinatoire d'un de Gaulle, l'admirable instinct national des résistants de la première heure (Mauriac, Bâillon dén.,1945, p. 482).
Au plur. et souv. péj. Penchant(s) contraire(s) à une morale. Bas, mauvais instincts; céder à ses instincts. La religion est la seule compensation à tout ce qu'il [l'homme] sent de vil dans ses instincts. C'est sa seule dignité (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1378).Tout le monde se mit, sur le navire, à se libérer les instincts avec rage, l'alcool aidant (Céline, Voyage,1932, p. 141):
5. ... il [Zola] nous apparaît, et de plus en plus, comme le poète brutal et triste des instincts aveugles, des passions grossières, des amours charnelles, des parties basses et répugnantes de la nature humaine. Lemaitre, Contemp.,1885, p. 255.
3. Faculté, chez certaines personnes, de sentir, de deviner, qui détermine une manière de penser, un comportement. Synon. flair, intuition.Un être d'instinct. Le comte lui-même garda le silence. J'allais parler; il me regarda froidement : un instinct secret m'avertit que je nuirais à la comtesse, et je me tus (Krüdener, Valérie,1803, p. 72).Le goût (...) est l'instinct prompt et délié de ce qui doit plaire ou déplaire. C'est la conscience du beau (...). Le génie est l'instinct de tout voir et de tout comprendre, et le talent est le don de tout rendre et de tout exprimer (Chênedollé, Journal,1833, p. 162).Quant à ton affaire de la Madeleine, je m'y oppose formellement (...). Nous avons un instinct qui ne nous trompe pas, nous autres femmes! Je t'ai prévenu, maintenant agis à ta tête (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 24):
6. Le public a son instinct, son flair, aussi sûr que celui d'un animal. Il connaît les siens et ne se trompe jamais. Il vous devine. Villiers de L'I.-A., Contes cruels,1883, p. 55.
En partic. Disposition naturelle, talent. (Avoir) l'instinct des affaires, du commerce, de l'art. Je suis femme... mais j'ai l'instinct!... Et au point de vue artistique... c'est affreux, votre procédé... (Sardou, Rabagas,1872, I, 14, p. 43).Je sais très bien qu'il faut garder les distances (...). J'ai appris. Ou pour mieux dire, pour dire juste, je n'ai pas appris, je n'ai pas eu à apprendre. C'était mon instinct, je n'ai eu qu'à revenir à mon instinct profond. Moi aussi mon instinct, mon malheureux instinct est de me méfier (Péguy, V.-M., comte Hugo,1910, p. 679).Ceux doués de quelques instincts Artistiques, d'un doigt agile, Se mirent à pétrir l'argile (Ponchon, Muse cabaret,1920, p. 5).
Loc. adv. D'instinct. De manière intuitive. En un mot, Mme Pasta joue d'instinct (Delécluze, Journal,1826, p. 353).Et vite on se recramponnait plus fort, en fermant la bouche et les yeux, parce qu'on devinait d'instinct, sans voir, que c'était le moment où une épaisse masse d'eau allait balayer l'air, et peut-être vous balayer aussi (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 136).
Prononc. et Orth. : [ε ̃stε ̃]. La prononc. [ε ̃stε ̃:k] (Fér. Crit. t. 2 1787) est vieillie. Cf. abject. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1495 instincte « instigation » (J. de Vignay, Miroir historial ds DG); b) 1512 par instinc de nature « selon son penchant naturel » (J. Marot, Poème inédit, éd. G. Guiffrey, 1860, vers 121 : Si père doit, par instinc de nature, De sa facture [créature, progéniture] avoir compassion); 2. 1560 « ensemble des tendances naturelles particulières à un être, caractère inné contre lequel on ne peut lutter » (Ronsard, Poèmes, éd. P. Laumonier, 15, 306, vers 122); 3. a) 1580 « ensemble des pulsions naturelles régissant le comportement animal et humain » (Montaigne, Essais, II, VIII, éd. A. Thibaudet, p. 423); b) 1780 « aptitude particulière faisant partie de cet ensemble » instinct social (Buffon, Hist. nat., Oiseaux, t. 7, p. 2); 4. a) 1662 « ensemble de la sensibilité, aptitude d'appréhension intuitive du monde (par opposition au raisonnement) » connaissances du cœur et de l'instinct (Pascal, Pensées, éd. Lafuma, § 110, p. 512); b) 1662 « aptitude à ressentir ou percevoir une chose particulière » (Id., ibid., § 149, p. 520). Empr. au lat.instinctus « instigation, impulsion », d'où en lat. chrét., « penchant, tendance naturelle » (cf. TLL s.v. et Blaise Lat. chrét.). Fréq. abs. littér. : 6 420. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 7 918, b) 7 930; xxes. : a) 9 661, b) 10 486. Bbg. Quem. DDL t. 8. - Weinberg (K.). Zum Wandel des Sinnbezirks von Herz und Instinkt unter dem Einfluss Descartes'. Arch. St. n. Spr. 1966, t. 203, pp. 1-31.

Wiktionnaire

Nom commun - français

instinct \ɛ̃s.tɛ̃\ masculin

  1. Mouvement intérieur qui est naturel aux animaux et qui les fait agir sans le secours de la réflexion pour accomplir des actes conformes à leur espèce et adaptés à leurs besoins.
    • Négligés par les béhavioristes, l’instinct, la pensée, la perception, la complexité des motivations réinterfèrent dans l’étude des comportements et de l’apprentissage qui en dépend. — (Jacques Audinet, Essais de théologie pratique : l’institution et le transmettre, Institut catholique de Paris, Éditions Beauchesne, 1988, p. 150)
    • Chaque espèce a son instinct particulier.
    • Les bêtes se conduisent, se gouvernent par instinct, par pur instinct.
  2. Mouvement intérieur et involontaire auquel on attribue les actes non réfléchis, les sentiments indélibérés ou, par extension, une grande aptitude, une forte propension à quelque chose, en parlant de l’homme.
    • Or savez-vous quels sont ses deux instincts naturels, irrésistibles dans l’ordre psychique ? c’est l’amour et la liberté. Ces deux instincts naturels se sont socialement combattus jusqu’à présent ; il a fallu que l’homme immolât ou plutôt subordonnât l’un à l’autre. — (Alexandre Dumas fils, La Question du divorce, 1880, 12e éd., p. 131)
    • Bert, avec l’obstination convulsive de l’instinct, s’étaya contre les parois, jusqu’à ce que le ballon piquât du nez. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 252 de l’édition de 1921)
    • Le bon sens, c’est l’instinct des hommes ; or, avez-vous jamais vu des animaux renoncer par système à obéir à leur instinct ? Les bêtes ne sont pas si bêtes. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
  3. (Figuré) Penchant spontané.
    • Cette gravité de l’œuvre poursuivie par le prolétariat ne saurait convenir à la clientèle jouisseuse de nos politiciens ; ceux-ci veulent rassurer la bourgeoisie et lui promettent de ne pas laisser le peuple s’abandonner à ses instincts anarchiques. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. V, La Grève générale politique, 1908, p. 223)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INSTINCT. n. m.
Mouvement intérieur qui est naturel aux animaux et qui les fait agir sans le secours de la réflexion pour accomplir des actes conformes à leur espèce et adaptés à leurs besoins. La nature a donné à tous les animaux l'instinct de leur propre conservation. Chaque espèce a son instinct particulier. Les bêtes se conduisent, se gouvernent par instinct, par pur instinct. Il se dit, en parlant de l'Homme, du Mouvement intérieur et involontaire auquel on attribue les actes non réfléchis, les sentiments indélibérés; et, quelquefois par extension, d'une Très grande aptitude, d'une forte propension à quelque chose. Il a fait cela plutôt par instinct que par raison. Un secret instinct m'a poussé. Je ne sais quel heureux instinct m'a fait éviter ce danger. J'ai pris cette route d'instinct et c'était la bonne. J'ai fait cela d'instinct et j'ai bien fait. Avoir l'instinct des affaires, du commerce. Cet homme n'a que de mauvais instincts, a tous les mauvais instincts.

Littré (1872-1877)

INSTINCT (in-stin ; au singulier, le c seul se lie : un in-stin-k impérieux ; au pluriel, l's se lie : des instin-z impérieux) s. m.
  • 1Impulsion donnée, instigation (sens latin qui n'est plus guère usité). Ce fier tyran qui me caresse, Montre pour moi tant de tendresse … Que je ne saurais présumer Si c'est par instinct de nature Ou par coutume de m'aimer, Corneille, Héracl. V, 1. Il n'y a point d'autre cause qui ait fait parler de lui [Jésus-Christ] si clairement en ces endroits [les prophéties], si ce n'est l'instinct du Saint-Esprit, qui souffle où il veut et qui sait bien s'affranchir de toutes les règles des discours vulgaires, Bossuet, Explicat. de la prophét. d'Isaïe, 3e lett. Il [le prince du monde, Satan] anime les Juifs, et je [Jésus] les vois avancer par son instinct, Bossuet, Méd. sur l'Év. la Cène, 99e jour.
  • 2Impulsion intérieure et involontaire, qui meut l'âme humaine. Nous n'écoutons d'instincts que ceux qui sont les nôtres, Et ne croyons le mal que quand il est venu, La Fontaine, Fabl. I, 8. Si le vôtre [esprit] est né propre aux élévations Où montent des savants les spéculations, Le mien est fait, ma sœur, pour aller terre à terre… Ne troublons point du ciel les justes règlements, Et de nos deux instincts suivons les mouvements, Molière, F. sav. I, 1. Le mot d'instinct, en général, signifie impulsion : il est opposé à choix, Bossuet, Connaiss. V, 13. L'autre [Condé]… par ces grandes pensées que le ciel envoie et par une espèce d'instinct admirable dont les hommes ne connaissent pas le secret, semble né pour entraîner la fortune…, Bossuet, Louis de Bourbon. Cet âge où l'on ne suit que les premiers instincts de la liberté, Fléchier, Duc de Mont. Que ne peut la frayeur sur l'esprit des mortels ? Dans le temple des Juifs un instinct m'a poussée, Racine, Athal. II, 5. Ce n'était que par instinct que j'agissais ainsi ; et l'instinct ne débrouille rien, Marivaux, Pays. parv. 2e part. Cet instinct tout-puissant de moi-même ignoré, Devançant la raison, croissant avec notre âge, Du ciel qui conduit tout fut le secret ouvrage, Voltaire, Fanat. III, 3. Ce faux instinct de gloire égara mon courage, Voltaire, Mérope, II, 2. Il faut avouer que, dans les arts de génie, tout est l'ouvrage de l'instinct, Voltaire, Lett. Diderot, 20 avr. 1773. L'instinct gouvernera toujours toute la terre ; car les passions sont la production de l'instinct, et les passions régneront toujours, Voltaire, Dial. XXIX. C'est à un instinct mécanique, qui est chez la plupart des hommes, que nous devons la plupart des arts, et nullement à la saine philosophie, Voltaire, Dict. phil. Fr. Bacon. N'est-il pas vrai que l'instinct et le jugement, ces deux fils aînés de la nature, nous enseignent à chercher en tout notre bien-être, et à procurer celui des autres, quand leur bien-être fait le nôtre évidemment ? Voltaire, Dial. XXIV, 7. Sa santé, qu'il avait toujours ménagée, s'altéra l'hiver dernier ; il sentit par cet instinct que la nature nous a donné, que sa fin était prochaine, Condorcet, Montigni. Qu'un autre vous réponde, ô sages de la terre ! Laissez-moi mon erreur ; j'aime, il faut que j'espère ; Notre faible raison se trouble et se confond ; Oui, la raison se tait, mais l'instinct vous répond, Lamartine, Médit. I, 5. Par l'infaillible instinct le cœur soudain frappé Ne craint pas de retour, ni de s'être trompé, Lamartine, Joc. III, 102. On a remarqué ces cruels instincts chez des hommes de caractères très différents, et l'histoire les a qualifiés d'instincts pervers : il serait plus juste de les qualifier d'instincts pervertis soit par une maladie du cerveau contractée dans le milieu où ces hommes sont nés, soit par l'impunité, mortelle à la raison, que certaines situations leur ont assurée dès leurs premiers pas dans la vie : on a vu de jeunes rois égorger des biches qu'ils semblaient chérir, pour le seul plaisir de voir palpiter leurs entrailles, Georges Sand, Elle et Lui, ch. XI.

    En ce sens, il se dit aussi des animaux. Son éléphant, par un instinct de vengeance, fit un carnage des ennemis, Vaugelas, Q. C. VIII, 14.

  • 3 Particulièrement. Stimulation intérieure qui détermine l'être vivant à une action spontanée, involontaire ou même forcée, pour un but de conservation ou de reproduction ; ou, plus précisément, mode d'activité du cerveau qui porte à exécuter un acte sans avoir notion de son but, et à employer des moyens toujours les mêmes, sans jamais chercher à en créer d'autres. Nous [hommes] agissons tout autrement [que les animaux] : La volonté nous détermine, Non l'objet, ni l'instinct, La Fontaine, Fabl. X, 1. Il y a [sur les animaux] deux opinions qu'il est bon de rappeler en peu de paroles : la première veut que l'instinct des animaux soit un sentiment ; la seconde n'y reconnaît autre chose qu'un mouvement semblable à celui des horloges et autres machines, Bossuet, Conn. V, 13. Tout sentiment est instinct, une conformité secrète de nos organes avec les objets forme notre instinct, Voltaire, Dict. phil. Instinct. Presque tous les quadrupèdes et les reptiles mêmes perfectionnent, en vieillissant, leur instinct jusqu'aux bornes prescrites : les fouines, les renards, les loups en sont une preuve évidente ; un vieux loup et sa compagne font toujours mieux la guerre que les jeunes, Voltaire, Dial. XX. L'instinct… qui est la raison des bêtes, raison aussi inférieure à la nôtre qu'un tournebroche l'est à l'horloge de Strasbourg, Voltaire, ib. Dans tous les êtres bien organisés, l'instinct se marque par des habitudes suivies, qui toutes tendent à leur conservation, Buffon, Ois. t. XVI, p. 119. L'éléphant, le castor et le singe, sont de tous les êtres animés ceux dont l'instinct est le plus admirable, Buffon, Quadrup. t. IV, p. 188. L'instinct social n'est pas donné à toutes les espèces d'oiseaux ; mais dans celles où il se manifeste, il est plus grand, plus décidé que dans les autres animaux, Buffon, Ois. t. XV, p. 114. J'essayais de prouver que l'instinct n'est en général que le résultat des impressions des objets sur la machine, et que la portée de l'instinct est en raison directe du nombre, de l'espèce et de l'intensité des sensations, Bonnet, Ess. analyt. âme, ch. 16.

    Absolument. Il se dit des aptitudes qu'on remarque chez les animaux. Ce chien a de l'instinct, a beaucoup d'instinct.

  • 4Très grande aptitude. Cet enfant a l'instinct de la musique.
  • 5 Terme de manége. Naturel ou caractère d'un cheval.

HISTORIQUE

XVIe s. Comme l'on commençoit la batterie du costé d'une citadelle, les bandes, de leur instinct, presentent une escalade, D'Aubigné, Hist. II, 161. S'il est quelque loy vraiment naturelle, c'est-à-dire quelque instinct, qui se veoye universellement et perpetuellement empreint aux bestes et en nous, Montaigne, II, 69. [Seigneur] Un cœur net en moy renouvelle, Afin que plus je ne chancelle, Suivant mon instinct vicieux, Desportes, Œuv. chrest. XVIII, Ode.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « instinct »

Lat. instinctus, de instinctum, supin de instinguere, pousser, exciter, de in, en, vers, et stinguere, de même radical que le grec στίζειν, piquer (voy. STIGMATE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin instinctus, dérivé, avec le préfixe in- de stinguere (« éteindre », originellement « piquer »). Étymologiquement parlant, l’instinct est « ce qui pique ou anime le for intérieur ». (1495) instincte, « impulsion ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « instinct »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
instinct ɛ̃stɛ̃

Fréquence d'apparition du mot « instinct » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « instinct »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « instinct »

  • L'instinct, c'est l'âme à quatre pattes ; la pensée c'est l'esprit debout.
    Victor Hugo — Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • L'homme n'est ni bon ni méchant, il naît avec des instincts et des aptitudes.
    Honoré de Balzac — La Comédie humaine, Avant-propos
  • L'art même n'est, à mon sens, qu'inceste entre l'instinct et la volonté.
    Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse — Correspondance, à Paul Claudel, 1er août 1949 , Gallimard
  • La joie de satisfaire un instinct resté sauvage est incomparablement plus intense que celle d'assouvir un instinct dompté.
    Sigmund Freud — Malaise dans la civilisation
  • Il y a des choses que l'intelligence seule est capable de chercher, mais que, par elle-même, elle ne trouvera jamais. Ces choses, l'instinct seul les trouverait ; mais il ne les cherchera jamais.
    Henri Bergson — L'Évolution créatrice, P.U.F.
  • Notre instinct devrait être notre principal guide.
    Björk
  • Nous n'écoutons d'instincts que ceux qui sont les nôtres, Et ne croyons le mal que quand il est venu.
    Jean de La Fontaine — Fables, l'Hirondelle et les Petits Oiseaux
  • L'homme a un instinct sadique, et la femme un instinct masochiste, lesquels sont inconscients, donc incontrôlables.
    Sigmund Freud — Sexualité et psychologie de l'amour
  • Instinct et intelligence représentent deux solutions divergentes, également élégantes, d'un seul et même problème.
    Henri Bergson — L'Évolution créatrice, P.U.F.
  • J’ai toujours été intrigué par cette trousse de survie que possède toute particule inerte qui soudain vit. À la naissance, le cerveau du bébé fonctionne à plein rendement, sans se soucier de son environnement, il expulse les fluides qui obstruent les voies respiratoires, il cherche à s’alimenter… et il pleure pour exprimer sa douleur aux brûlures de la lumière à la froideur de l’air… Il fait tout cela sans y réfléchir, de façon instinctive, parce qu’il s’agit là d’une programmation pré-vitale, comme il en existe une post mortem.
    Atlantico.fr — L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie | Atlantico.fr
Voir toutes les citations du mot « instinct » →

Traductions du mot « instinct »

Langue Traduction
Anglais instinct
Espagnol instinto
Italien istinto
Allemand instinkt
Chinois 直觉
Arabe غريزه
Portugais instinto
Russe инстинкт
Japonais 本能
Basque sena
Corse istintu
Source : Google Translate API

Synonymes de « instinct »

Source : synonymes de instinct sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « instinct »

Combien de points fait le mot instinct au Scrabble ?

Nombre de points du mot instinct au scrabble : 10 points

Instinct

Retour au sommaire ➦