Malingre : définition de malingre


Malingre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MALINGRE, adj.

A.− Vieilli. En mauvaise santé, mal portant. Je me suis trouvé à Munich et à Augsbourg cette année, au fort du choléra. Je me suis senti malingre, presque malade (Mérimée, Lettres Mmede La Rochejacquelein,1854, p. 2).La Faustin, un peu malingre ce jour-là, s'était laissée tomber sur le pauvre canapé (E. de Goncourt, Faustin,1882, p. 95).
B.−
1. [En parlant d'une pers., de son corps, de son aspect physique] Qui est de constitution et d'apparence chétives, délicates. C'était un jeune homme d'une trentaine d'années, malingre et chétif, au visage couturé de petite vérole, mais au regard intelligent et gai et à la lèvre souriante et bonne (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 125).Le vieux avait avec lui un petit-fils de treize ans, bossu, malingre et rachitique, qui lui servait d'apprenti (Rolland, J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p. 1294):
1. Camille, grandi, sauvé de la mort, demeura tout frissonnant des secousses répétées qui avaient endolori sa chair. Arrêté dans sa croissance, il resta petit et malingre. Ses membres grêles eurent des mouvements lents et fatigués. Zola, Th. Raquin,1867, p. 10.
Emploi subst. La morale a été inventée par les malingres (Péguy, Argent,1913, p. 1243):
2. Souvent, ces avares essentiels sont des faibles, des malingres, de « petites vies », et s'ils dépensent peu, c'est qu'ils ont peu : d'où cette morosité, sorte de « petites tristesses, de petite avarice morale et physique perpétuelle », dont Janet fait une caractéristique fréquente de l'asthénie. Mounier, Traité caract.,1946, p. 324.
2. [En parlant d'arbres, de plantes] Il se souvint d'avoir débouché inopinément sur une route, une vraie route, bordée d'arbres nains, malingres, malsains, d'où coulait goutte à goutte une eau noire (Bernanos, Mauv. rêve,1948, p. 976).
P. métaph. Il eût été certainement difficile de voir dans cette batisse malingre, sans physionomie, les restes d'un ancien couvent de Récollets (Fabre, Courbezon,1862, p. 99).
Prononc. et Orth. : [malε ̃:gʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. [1249, août nom propre Robers Malingres (Charte du Vermandois ds Bibl. des ch. 1874, t. XXXV, p. 466)]; 1. 1598 « mauvais, en mauvais état » (Bouchet, Serees, II, XV, éd. C. E. Roybet, t. 3, p. 130 : les courbes malingres sont de meschantes jambes); 2. 1677, 4 sept. « qui a peine à retrouver ses forces après une maladie » (Mmede Sévigné, Lettres, éd. M. Monmerqué, V, 310); 3. 1690 « qui est de constitution faible et d'apparence débile » (Fur.). Orig. incertaine; peut-être issu du croisement de mal1* et de l'a. fr. heingre, haingre « chétif, maigre » ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 3820), lui-même d'orig. obscure. Fréq. abs. littér. : 139.
DÉR. 1.
Malingrerie, subst. fém.,rare. État maladif. À cela, je réponds qu'elle est injuste, que la tristesse de Popelin ne vient pas de la diminution de son affection, mais de sa malingrerie et de ses inquiétudes au sujet de l'accident de son fils (Goncourt, Journal,1882, p. 198).− [malε ̃gʀ ə ʀi]. − 1reattest. 1765, 2 oct. (Volt. Lett. d'Argental ds Littré) : de malingre, suff. -erie*. Malingret, ette, adj., région. (Berry), dimin. de malingre. On remarquait la bonne mine qui lui était venue, et les jeunesses du lieu se demandaient si c'était là Joset l'ébervigé [littéralement l'étonné, celui qui écarquille les yeux], qu'on avait jugé si simple et qu'on avait vu si malingret (Sand, Maîtres sonneurs, 1853, p. 345). − [malε ̃gʀ ε]. − 1resattest. 1429 Stephanota la malingrete (cité ap. Coyecque, Hôtel-Dieu de Paris, II, 84 ds Delb. Notes mss), attest. isolée, à nouv. au xixes. 1849 (Sand, Pte Fad., p. 167); de malingre, suff. -et*.
BBG. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 175.

Malingre : définition du Wiktionnaire

Adjectif

malingre \ma.lɛ̃ɡʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est d’une complexion, d’une constitution physique faible et maladive.
    • Je ne sais ce qu’a cet enfant, il est toujours malingre.
    • Les conversations, au Lis de fer, se rémunéraient à des monosyllabes péremptoires grommelées devant un feu malingre. — (Glen Cook, Le Château noir, 1984)

Nom commun

malingre \Prononciation ?\ féminin

  1. Pomme aigre.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Malingre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MALINGRE. adj. des deux genres
. Qui est d'une complexion faible et maladive. Je ne sais ce qu'a cet enfant, il est toujours malingre.

Malingre : définition du Littré (1872-1877)

MALINGRE (ma-lin-gr') adj.
  • Qui est d'une complexion faible. Enfant malingre. Votre très vieux et très malingre serviteur qui vous est bien tendrement attaché pour le reste de ses jours, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 2 sept. 1770. Je suis un plaisant chambellan ; je n'ai d'autre fonction que celle de passer de ma chambre dans l'appartement d'un roi philosophe, pour aller souper avec lui ; et, quand je suis plus malingre qu'à l'ordinaire, je soupe chez moi, Voltaire, Lett. Mme de Fontaine, 18 mars 1752.

    Qui a peine à recouvrer ses forces, après une longue maladie. M. le marquis de Termes qui arriva hier tout malingre de goutte et de colique, Sévigné, 355.

    Substantivement. Si notre Comtat eût été sur cette vie [celle du nouveau pape], il nous aurait duré longtemps ; mais le malingre [le dernier pape] mourir au bout de l'an ! Sévigné, 27 nov. 1689. Vie de malingre, vie insupportable, mort continuelle avec des moments de résurrection, Voltaire, Lett. d'Alembert, 27 juill. 1770. Le vieux malade de Ferney présente ses très tendres respects au jeune malingre de l'hôtel d'Elbeuf, Voltaire, Lett. Villette, 8 juill. 1765. On réfléchit davantage… on fait moins de cas du monde, et, dès qu'on a un rayon de santé, on court au plaisir ; une telle vie ne laisse pas d'avoir son mérite ; les malingres ont de très beaux moments, Voltaire, ib. Le roi de Prusse m'a donné la jouissance d'une maison charmante ; mais, tout Salomon qu'il est, il ne me guérira pas ; tous les rois de la terre ne peuvent rendre un malingre heureux, Voltaire, Lett. d'Argental, 22 fév. 1751.

    Fig. Les malingres, les âmes faibles. Les malingres sont gens qui connaissent la vérité, mais qui ne la soutiennent qu'autant que leur intérêt s'y rencontre, Pascal, dans COUSIN.

HISTORIQUE

XVIe s. Malingre, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MALINGRE. Ajoutez : - REM. Malingre se trouve comme nom propre dans le XIIIe siècle : Robers Malingres et Maroie se fenme, Charte du Vermandois, dans Bibl. des ch. 1874, t. XXXV, p. 466.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « malingre »

Étymologie de malingre - Littré

Diez le tire de mal, et l'ancien français heingre, languissant, faible ; heingre, à son tour, lui paraît venir du latin aeger, malade, avec l'intercalation de la nasale n. Le bas-latin maliginosus a le sens de malingre, mais il ne peut donner malingre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de malingre - Wiktionnaire

Du latin malum (« pomme ») et aigre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de malingre - Wiktionnaire

(XIIIe siècle)[1] Diez[1] le tire de mal et de l’ancien français haingre (« languissant, faible ») ; heingre, à son tour, lui paraît venir du latin aeger (« malade »)[1], avec l'intercalation de la nasale n. Le bas-latin maliginosus a le sens de « malingre », mais il ne peut donner malingre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « malingre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
malingre malɛ̃gr play_arrow

Citations contenant le mot « malingre »

  • À la barre, le prévenu*, 36 ans, petit et malingre dans son grand pull violet à rayures, reconnaît les faits. En partie. « Oui, il y avait des coups de poings, des coups de matraque, et puis des coups de pieds aussi ». www.lepopulaire.fr, Violences conjugales : un tyran domestique condamné à trois ans de prison ferme à Limoges - Limoges (87000)
  • Heinrich Himmler, l’homme le plus puissant après Hitler, était malingre et souffreteux; son masseur de nationalité finlandaise, Felix Kersten, était tellement doué qu’il réussissait à arracher des faveurs à Himmler, comme faire sortir «15 345 prisonniers de différentes origines, de Dachau, Ravensbrück, Mauthausen et Neuengamme». l-express.ca, Récits (extra)ordinaires de la Seconde Guerre mondiale - l-express.ca
  • C'est l'histoire d'un gamin d'Hoboken (New Jersey), d'un « Petit Rital » raillé par ses copains. Il est tout malingre, a les yeux bleus, les oreilles décollées et rêve de conquérir le monde. À 16 ans, le jeune Francis annonce à sa mère, Molly, qu'il veut devenir chanteur, riche et célèbre. Coûte que coûte. Il le sera, deviendra une icône américaine qui aura le bon goût de le rester jusqu'à la fin, après avoir mené mille vies, englouti des litres de Jack Daniels et fumé des tonnes de cigarettes. Il sera l'ami des présidents, surtout du clan Kennedy, séduira les plus belles femmes du monde (la liste est trop longue) et fricotera même avec la pègre. Le Point, Du micro à l'écran : Frank Sinatra restera toujours « The Voice » - Le Point
  • Visible, nous le verrions le poète ; voyant, il nous verrait ; et nous pâlirions dans nos pauvres ombres, nous lui en voudrions d'être si réel, nous les malingres, nous les gênés, nous les tout-chose. De René Daumal / Poésie noire, poésie blanche
  • Le cinéma, pour moi, était le refuge idéal. J'étais un enfant malingre, soufrant d'asthme, et je ne pouvais pratiquer aucun sport. Donc, l'une des rares sorties possibles, c'était d'aller voir un film. De Martin Scorsese / Le Nouvel Observateur du 8 décembre 2011

Traductions du mot « malingre »

Langue Traduction
Corse malata
Basque sickly
Japonais 病弱な
Russe тошнотворный
Portugais doentio
Arabe مريض
Chinois 生病地
Allemand kränklich
Italien malaticcio
Espagnol enfermizo
Anglais sickly
Source : Google Translate API

Synonymes de « malingre »

Source : synonymes de malingre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « malingre »



mots du mois

Mots similaires