Braver : définition de braver


Braver : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BRAVER, verbe trans.

A.− Se comporter sans crainte devant quelque chose ou quelqu'un. Synon. affronter.
1. [Le compl. d'obj. désigne un inanimé]
a) [Le compl. d'obj. est le plus souvent un subst. abstr. désignant une situation pénible ou dangereuse] Faire face courageusement à :
1. J'ai vingt fois bravé la mort; sur un signe du devoir, j'irais à l'instant au-devant d'elle. Renan, Drames philos.,L'Abbesse de Jouarre, 1886, I, 3, p. 623.
Emploi abs. :
2. [Malgré son émotion] la femme bravait de toute sa raideur [en face de la foule] et montrait encore de l'énergie. G. d'Esparbès, Le Briseur de fers,1908, p. 251.
P. ext. et affaiblissement de sens. Ne pas tenir compte de. Je suis venu, bravant l'heure inaccoutumée (Ponsard, Lucrèce,1843, IV, 2, p. 74).
b) [Le compl. d'obj. est un subst. abstr. qui désigne une chose ressentie comme contraignante; le suj. peut lui-même désigner une entité abstr.] Tenir tête à, faire front contre :
3. − Quel spectacle, Cornemuse, nous offre la malheureuse Pingouinie! Partout la désobéissance, l'indépendance, la liberté! Nous voyons se lever les orgueilleux, les superbes, les hommes de révolte. Après avoir bravé les lois divines, ils se dressent contre les lois humaines, tant il est vrai que, pour être un bon citoyen, il faut être un bon chrétien. A. France, L'Île des pingouins,1908, p. 277.
P. ext. et affaiblissement de sens. Aller à l'encontre de, s'opposer à. Il plaît à mon don-quichottisme de braver son intérêt et de mépriser la prudence (Amiel, Journal intime,1866, p. 284).
Au fig. [P. réf. au vers de Boileau Le latin dans les mots brave l'honnêteté] J'aurais répliqué (...) dans une langue riche et parisienne, où tous les mots bravent l'honnêteté (Colette, L'Entrave,1913, p. 104).
2. [Le compl. d'obj. désigne un animé]
a) [Le compl. d'obj. désigne une pers. hostile ou que l'on considère comme telle] S'opposer à, tenir tête à :
4. Jamais on n'avait vu tant de courage et de constance que n'en montra le bâtard de Vaurus et les autres chefs de la garnison; ils bravaient les Anglais et leur criaient des injures de dessus les murailles; l'artillerie repoussait toutes les attaques et tuait l'élite de leurs hommes d'armes; ... Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 4, 1821-24, p. 353.
P. ext. Braver son public (Sainte-Beuve, Nouveaux lundis,t. 2, 1863-69, p. 233).
En emploi pronom. réciproque. Près du feu, l'un contre l'autre se bravant, On trinque assis derrière un paravent (Béranger, Chansons,t. 1, Le Mort vivant, 1829, p. 28).
b) Spéc. [Avec l'idée d'un combat mené victorieusement par l'agent contre un attaquant] Affronter victorieusement, surmonter :
5. Bravant mon peu de goût pour les planches, j'y suis allé jadis, sur la foi que la pièce qu'on y jouait ne pouvait être mauvaise, ... Breton, Nadja,1928, p. 35.
6. Une société déjà civilisée s'adosse à des lois, à des institutions, à des édifices même qui sont faits pour braver le temps; ... Bergson, Les Deux sources de la mor. et de la relig.,1932, p. 137.
B.− Affronter avec une audace franche, voire effrontée quelque chose ou quelqu'un. Synon. défier, se moquer de.
1. [L'obj. désigne un danger, une contrainte, etc.] Les vents, la neige, les frimats, font leurs délices; ils bravent la mer, ils se rient des tempêtes (Chateaubriand, Les Martyrs,t. 1, 1810, p. 276).Le rire brave tout. Il y a une belle vengeance dans le rire, contre le respect qui n'était pas dû (Alain, Système des beaux-arts,1920, p. 156).
2. Fréq. [L'obj. désigne une pers. détenant une autorité ou une force supérieure et facilement écrasante] :
7. Si les brigands ne réussissaient pas toujours à punir ces petits gouverneurs despotes, du moins ils se moquaient d'eux et les bravaient, ce qui n'est pas peu de chose aux yeux de ce peuple spirituel. Un sonnet satirique le console de tous ses maux, et jamais il n'oublia une offense. Stendhal, L'Abbesse de Castro,1839, p. 143.
Emploi abs. :
8. Un ou deux des soldats qui sont aux secondes sur le bateau pénètrent aux premières et chantonnent avec aisance en se dandinant (...) Le sentiment de braver, éminemment français, les amuse. Stendhal, Mémoires d'un touriste,t. 3, 1838, p. 55.
PRONONC. : [bʀave], (je) brave [bʀa:v].
ÉTYMOL. ET HIST. − Ca 1515 « défier, narguer » (Colin Bucher, Poésies, 229, éd. Denais dans R. Hist. litt. Fr., t. 5, p. 302). Dér. de brave*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1 050. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 380, b) 1 817; xxes. : a) 1 151, b) 769.
BBG. − Rupp. 1915, p. 45. − Wind 1928, p. 184, 206.

Braver : définition du Wiktionnaire

Verbe

braver \bʁa.ve\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Défier sans crainte et avec mépris ; s’opposer à.
    • L'administration romaine était extrêmement dure pour tout homme qui lui semblait susceptible de troubler la tranquillité publique et surtout pour tout accusé qui bravait sa majesté. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.260)
  2. Passer outre ; ne pas tenir compte de.
    • Braver la menace, la colère, le ressentiment de quelqu’un.
    • Braver les convenances.Braver l’opinion .
  3. Affronter ; s’exposer sans crainte.
    • Une peur qui vous a donné le courage de tout braver. Vous, vous n’avez pas hésité un instant ! — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
    • Il affrontait tous les temps, bravait toutes les mers et prétendait que la mer et lui se connaissaient trop, depuis longtemps, « pour se faire des méchancetés ». — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )

Forme d’adjectif

braver \Prononciation ?\

  1. Comparatif de brave.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Braver : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRAVER. v. tr.
Défier sans crainte et avec mépris. Il l'alla braver jusque chez lui. Est-ce pour me braver que vous parlez ainsi? Braver l'autorité. Braver la menace, la colère, le ressentiment de quelqu'un. Braver les dangers, la mort, la honte, l'infamie, etc., Affronter les dangers, la mort, etc., s'y exposer sans crainte. Braver les convenances, N'en tenir aucun compte, soit dans ses actions, soit dans ses paroles. On dit dans le même sens Braver l'opinion.

Braver : définition du Littré (1872-1877)

BRAVER (bra-vé) v. a.
  • 1Faire le brave à l'égard de quelqu'un ou de quelque chose. Il bravait du regard son adversaire. Ils étaient prêts à braver tous les supplices. La force de la conscience est grande, et ceux qui la bravent… Braver les chaleurs, les tempêtes. Quoi ! viens-tu me braver jusque dans mon palais ? Corneille, Nicom. V, 10. Mais pourrons-nous braver une reine en colère Avec ce peu de gens que m'a laissé mon frère ? Corneille, Rodog. III, 2. Car enfin ce cruel que vous allez braver, Songez, quoi qu'il ait fait, songez qu'il est mon père, Racine, Iphig. III, 6. Vous triomphez, cruelle, et bravez ma douleur, Racine, ib. II, 5. Ce Dieu que tu bravais à nos mains t'a livrée, Racine, Athal. V, 5. Fuis, traître, ne viens point braver ici ma haine, Racine, Phèd. IV, 2. Et bravant du démon l'impuissant artifice, Racine, Esth. Prol. Viens-tu du Dieu vivant braver la majesté ? Racine, Athal. II, 2. Tous les jours un homme… un vil esclave D'un front audacieux me dédaigne et me brave, Racine, Esth. II, 1. Vous bravez ma bonté qui vous était offerte, Voltaire, Alz. V, 5. Il vient braver les morts, il vient braver les dieux, Voltaire, Sémiram. V, 2. Cependant que mon front au Caucase pareil, Non content d'arrêter les rayons du soleil, Brave l'effort de la tempête, La Fontaine, Fabl. I, 22. Et qui veut bien mourir peut braver les malheurs, Corneille, Hor. III, 5. Vous qui braviez pour moi tant de périls divers, Racine, Androm. III, 6.

    Absolument. C'est peu pour lui de vaincre, il veut encor braver, Corneille, Hor. IV, 2.

  • 2 Fig. Le latin dans les mots brave l'honnêteté ; Mais le lecteur français veut être respecté, Boileau, Art p. II.
  • 3Se braver, v. réfl. Se défier, se provoquer l'un l'autre. Oronte et lui se sont tantôt bravés, Molière, Mis. II, 7.

HISTORIQUE

XVIe s. Oyez braver ce pauvre et calamiteux animal [l'homme vantant sa condition], Montaigne, II, 209. Il sent mesmes passions que mon laquay, mais se brave sur ce qu'il contient au moins sa langue, Montaigne, II, 211. Vous l'avez bravé, esmeu de cholere ; et vous l'allez rappaiser et flatter, en vostre froid et meilleur sens, Montaigne, IV, 170. N'ayant aultre auditeur des ses louanges, il se bravoit avecques sa chambriere, Montaigne, IV, 174. Qu'elle aille la teste levée, bravant [se parant] de ma chaine, qu'elle se pare et attiffe de mes depouilles, Yver, p. 539. Estant contrainct d'endurer que Tigranes ce pendant courust et pillast la Cappadocie, et que Mithridates de rechef bravast, Amyot, Lucull. 70. Nous ne souhaitions rien plus que de rencontrer ceux qui bravoient de nous venir trouver, Du Bellay, M. 603. Pourquoy te braves-tu de cela qui n'est rien ? La beauté n'est que vent, la beauté n'est pas bien, Ronsard, 257.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « braver »

Étymologie de braver - Littré

Brave ; espagn. bravear ; ital. bravare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « braver »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
braver brave play_arrow

Conjugaison du verbe « braver »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe braver

Évolution historique de l’usage du mot « braver »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « braver »

  • Prenez garde qui seme le vent recolte la tempete. A force de braver les interdits (mis en place pour eviter un redemarrage de l epidemie) ces gens se ferment au dialogue. Au final seule la severite est possible. ladepeche.fr, VIDEO. Les images incroyables des incidents entre jeunes et policiers lors d'une fête improvisée à Paris - ladepeche.fr
  • Certains ont décidé de braver le temps et se sont dirigés vers les plages de Brighton et Bournemouth – mais le littoral peu peuplé était un contraste frappant avec les scènes bondées vues hier. News 24, Plus de détritus s'accumulent sur les plages britanniques alors que les visiteurs disent que «personne ne semble se soucier» de la distance - News 24
  • Il y a une loi avant les lois : pour venir en aide à un humain sans toit, sans pain, privé de soins, il faut braver toutes les lois. De Abbé Pierre / Dieu et les hommes
  • Le courage des Turcs s’explique par ce fait qu’un homme qui a plusieurs femmes est mieux disposé à braver la mort que celui qui n’en a qu’une. De Honoré de Balzac
  • Peu importe où nous sommes, nous avons besoin de ces amis qui n’hésitent pas à braver les distances pour venir jusqu’à nous. De Stephen Peters
  • Le ridicule n'existe pas : ceux qui osèrent le braver en face conquirent le monde. De Octave Mirbeau
  • Quand l'amour est profond et vrai, il nous donne le courage de tout affronter, de tout braver ? De Eva Sénécal / Mon Jacques
  • Le mensonge est la plus insupportable poltronnerie : c’est craindre les hommes, et braver Dieu. De Laurence Sterne / Stray thougths
  • Défier le pouvoir, c'est braver la faim et la soif. De Massa Makan Diabaté / Le coiffeur de Kouta
  • On juge entièrement un homme sur sa façon de braver la mort. De Henri Béraud / Quinze jours avec la mort
  • Un homme doit savoir braver l'opinion ; une femme s'y soumettre. De Madame de Staël / Delphine

Traductions du mot « braver »

Langue Traduction
Portugais enfrentar
Allemand trotzen
Italien sfidare
Espagnol desafiar
Anglais brave
Source : Google Translate API

Synonymes de « braver »

Source : synonymes de braver sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « braver »


Mots similaires