Allègre : définition de allègre


Allègre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ALLÈGRE, adj.

A.− [En parlant d'une pers.]
1. Vieilli. [En parlant d'une pers. dont on considère la santé] Dispos, plein de vitalité (malgré l'âge, les difficultés, les circonstances...) :
1. Aussi vert et alerte que s'il avait vingt ans, M. de La Seiglière (...) ne se souvenait du passé que comme d'une pluie d'orage. Vif, allègre, dispos, bien portant, il s'était conservé dans l'exil comme les primevères sous la neige. Les vingt-cinq années qui venaient de s'écouler ne l'avaient pas vieilli d'un jour. J. Sandeau, Mllede la Seiglière,1848, p. 86.
2. [En parlant d'une pers., de son esprit, de son caractère, de son comportement] Qui manifeste une gaieté pleine de vivacité :
2. C'étaient de braves gens fort prudents (...) qui ne pouvaient souffrir de me voir allègre, insouciant, heureux avec un cahier de papier blanc et une plume, et vivant avec pas plus de 4 ou 5 000 francs. Stendhal, Vie de Henry Brulard,t. 1, 1836, p. 30.
3. En voyant s'éloigner la voiture où était son père, Henri releva la tête, regarda sa montre, et, du pas allègre et dégagé d'un homme qui se sent le vent de la fortune au dos, il se lança dans la rue de la Paix. E. et J. de Goncourt, Renée Mauperin,1864, p. 192.
4. On s'incline avec le plus affectueux respect devant ces jeunes âmes vaillantes, plus joyeuses, plus allègres, plus allantes, si j'ose le dire, que ne le pouvaient être leurs nobles mères et grand'mères atterrées par les désastres et qui vêtues de deuil se réfugiaient dans les églises. M. Barrès, Mes cahiers,t. 8, juill. 1910− févr. 1911, p. 223.
5. ... je me revois le matin il y a quelques semaines où je lisais dans les « Nouvelles littéraires » l'éblouissant fragment de la préface pour Lucien Leuwen. Ce feu clair, cet imperceptible pétillement, cette joie allègre et comme sèche de l'esprit en travail, cette variété du tour syntaxique (...) cette impossibilité de la redite, du piétinement, du lieu commun... Ch. Du Bos, Journal,avr. 1927, p. 203.
P. ext. [En parlant d'un ensemble hum.] :
6. ... l'on parvient, au milieu d'un charroi sans discipline, au centre nouveau-riche de cette cité redondante : Alcala, Gran Via, bruyante, nourrissante, active, bigarrée, allègre, européenne et madrilénissime avenue, avec ses spectaculaires et surprenantes devantures commerciales (il faut voir ça!), ses bars, ses cafés et cafeterias selects, ses cinémas les plus luxueux du monde... A. T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1933, p. 219.
Rare, en emploi adv. :
7. Maintenant, le grand couteau qui ressemble à un devant de barque navigue dans la terre calmée. − Allez, le Nègre, tire un peu, feignant de bonsoir. Ça va tout allègre et tout clair. Et voilà le soleil qui a sauté les collines et qui monte. Et voilà Arsule qui a sauté le ruisseau et qui monte. J. Giono, Regain,1930, pp. 175-176.
Rem. 1. Syntagmes fréq. pas, allure, marche allègre; figure, regard, sourire −; voix −. 2. Assoc. fréq. avec rassurant, optimiste, lucide, disponible, délié, content, serein; anton. abattu, affligé, atone, chagrin, terne, etc.
B.− Rare. [En parlant de choses] Qui fait naître une impression de gaieté chez celui qui les voit, les entend... :
8. ... et le fait est qu'il y avait un moment exquis, ce moment où, délivré de cette course dans les frimas et l'ombre, Durtal s'asseyait dans son cabinet de travail, devant une cheminée où les pommes de pins craquaient et s'émiettaient en de rouges écailles dans les flammes orangées des bûches; et déjà réchauffé, il dégustait, en mangeant une tranche de pain, une allègre tasse de café noir. J.-K. Huysmans, L'Oblat,t. 1, 1903, p. 237.
9. On s'était précipité, vers les métiers. On « enclenchait ». Et bientôt s'éleva la chanson tumultueuse de l'usine, (...) La navette dans les fils de chaîne, rapide, allègre, bruyante, allant et venant comme une mince torpille entre deux nappes horizontales, c'était cela, la vraie résurrection de Roubaix. M. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 479.
10. Le Menteur a la chance d'être la plus populaire d'entre les comédies de Corneille. C'est en effet une œuvre allègre, ravissante... R. Brasillach, Pierre Corneille,1938, p. 236.
Rem. 1. L'ex. 9 peut s'interpréter également par la personnification. Cf. aussi vent, cloche, note allègre. Plus gén., les frontières entre A et B ne sont pas nettes et plusieurs ex. (p. ex. 6, 10) pourraient être classés dans les 2 rubriques. Cf. allègre dix-huitième siècle (gens et œuvres). 2. En constr. d'épithète, allègre est le plus souvent postposé au subst.; l'antéposition a une valeur expr. (cf. ex. 6, 8, et allègres matins ds Sully Prudhomme, Les Vaines tendresses, La Rive, 1875, p. 237).
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [alεgʀ ̥] ou [all-]. [l] simple ds Passy 1914 et Pt Lar. 1968; possibilité d'une prononc. avec [ll] double ds Barbeau-Rodhe 1930 et Dub.; [ll] double ds Harrap's 1963 et Warn. 1968 (pour [ll], cf. allécher et alléguer). Passy 1914 note une durée mi-longue pour la 2esyllabe du mot, Harrap's 1963 une durée longue. 2. Dér. et composés : allégrement, allégresse. 3. Hist. : [ll] n'est noté que ds DG. Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 1 1787 proposent la graph. alègre avec un seul l et Littré précise : ,,quelques-uns disent, ce qui est moins bon, al-lè-gre``. Fér. Crit. t. 1 1787 rappelle qu'autrefois on écrivait alaigre.
Étymol. ET HIST. − Ca 1130 « dispos, vif » (Le Couronnement de Louis, éd. E. Langlois, 2179 : Sor noz arçons nos gisent noz boeles, Li plus alegre n'a soing d'aler en destre), considéré comme familier dep. Rich. 1680 jusqu'à Besch. 1845. Du lat. ălăcrem. Les formes rom. remontent à un paroxyton. La forme a. fr. alegre (écrite postérieurement alaigre) est issue d'un lat. vulg. *alacru. La forme (h)aliegre, fréq. en a. fr. remonte à un *alĕcru. L'évolution -cr- > -gr-, irrég., est la même que dans aigre (< acru) et maigre (< *macru), tous trois appartenant au vocab. (demi-) savant de la médecine (qualificatifs de l'état physique); peut-être influence de l'a. prov. alegre, xiies., Rayn., p. 52. H- initial est de la forme médiév. peut-être d'origine expr., ou plus prob. influencé par haitié de même sens (dans le groupe sain et (h)aliegre alternant dans les textes avec sain et haitié). La forme allègre, 2emoitié du xves., Gdf. Compl. est peut-être due à une influence ital., voir allegro.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 185.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Dup. 1961. − Laf. Suppl. 1878. − Lav. Diffic. 1846.

Allègre : définition du Wiktionnaire

Adjectif

allègre \a.(l)lɛɡʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Plein d’entrain, joyeux.
    • Il est toujours allègre.
    • Il est sain et allègre.
    • Une humeur, un esprit allègre.
    • Marcher d'un pas allègre.
    • Montaigne parvient à être un esprit libre et allègre, prévenant, férocement honnête, quelqu'’un ayant accompli cette tâche que Nietzsche pensait être la plus importante : « Se disposer pour être chez soi sur terre ». — (Robert Pippin, entrevue dans Le Point, 3 août 2006)
    • Ayant en outre du mal à reconnaître les expressions du visage, [les autistes] ignorent si leur interlocuteur est triste ou allègre, fâché ou amical. — (L’Express, 30 août 2004)

Forme de verbe

allègre \a.lɛɡʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de allégrer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de allégrer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de allégrer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de allégrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de allégrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Allègre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALLÈGRE. (Dans ce mot et dans ses dérivés, on prononce les deux L.) adj. des deux genres
. Qui est prompt et animé dans tout ce qu'il fait. Il est toujours allègre. Il est sain et allègre. Une humeur, un esprit allègre.

Allègre : définition du Littré (1872-1877)

ALLÈGRE (a-lè-gr' ; quelques-uns disent, ce qui est moins bon, al-lè-gre) adj.
  • Dispos, prompt à faire. Esprit, caractère allègre. Rendre le corps si léger, si allègre, Descartes, L'homme. Les voyant tous passés, je me sentis allègre, Régnier, Sat. X. Pour s'échapper de nous Dieu sait s'il est allègre, Racine, Plaid. I, 1.

    On le place toujours après son substantif : Un homme allègre ; une femme allègre.

HISTORIQUE

XIIe s. Si m'aïst Diex ! bien nos poez conquerre ; Sor nos arçons en gisent nos boeles [entrailles] ; Li plus halegres n'a soing d'aller en destre, Li coronement Looys, V. 2166.

XIIIe s. Aureliens retourna à son seigneur et le rendit lié et haligre de la bonne responce de la damoiselle, Chr. de St-Denis, I, 16. Baron, car vous hastés, Alés tost à la porte, orendroit enterrés [vous entrerez] ; Vo compaignon sont tout haliegre et en santés, Ch. d'Ant. V, 847.

XVe s. Chacun luy nuist, riens ne lui est alegre ; Tout luy messiet, et reconfort l'enaigre [l'irrite], Chartier, Le débat des deux fortunes. Ores que sommes allaigres Et en santé, Dieu mercy, Laissons là ces cidres maigres ; Je treuve bon cestuy-ci, Basselin, XLVI.

XVIe s. La facilité subtile et alegre promptitude à faire toutes ces choses…, Charron, Sagesse, I, 15.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « allègre »

Étymologie de allègre - Littré

Nivernais, aligre, maigre, cheval aligre ; ital. allegro ; espagn. alegre ; du latin alacer. Quoique cette étymologie paraisse très naturelle, cependant elle présente quelques difficultés. L'a est bref dans alacer, par conséquent l'accent est sur le premier a, álacer, et ce mot aurait dû faire en français algre. Il faut donc supposer que les populations romanes avaient prononcé alàcer, peut-être à cause de la forme alacris. De plus alacer ne rend pas compte des deux ll de l'italien allegro ; enfin l'h même de l'ancien français haligre fait quelque difficulté : celle-là est la moindre, témoin huile qui vient d'oleum. Raynouard, frappé sans doute de ces difficultés, le tire de ad et de lætus, ancien français lié, provençal let ; cela est impossible.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de allègre - Wiktionnaire

(1130)[1] En ancien français alegre[2], du latin alacer (« vif, leste »). La forme avec deux \l\ est influencée par l’italien allegro[1][2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « allègre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
allègre alɛgr play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « allègre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « allègre »

  • La musique nous aide à construire nos vies spirituelles, nous apaise, nous console, nous redonne de la joie, nous rend allègre, nous fait danser, chanter. De Eric-Emmanuel Schmitt / Evene.fr - Octobre 2005
  • Les juges et les politiques ne se lassent pas de rappeler les principes d'une morale qu'ils bafouent allègrement. De Maurice Roche
  • La puissance des médias enjambe allègrement toutes les frontières. De Roger Molinier / L'Écologie à la croisée des chemins

Traductions du mot « allègre »

Langue Traduction
Portugais alegre
Allemand munter
Italien allegro
Espagnol alegre
Anglais cheerful
Source : Google Translate API

Synonymes de « allègre »

Source : synonymes de allègre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « allègre »


Mots similaires