Mélancolique : définition de mélancolique


Mélancolique : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MÉLANCOLIQUE, adj.

A. − PATHOLOGIE
1. MÉD. ANC.
a) Qui est sujet à la bile noire, à la mélancolie; p. méton., qui est triste, qui a l'humeur noire. Synon. atrabilaire, bilieux, hypocondriaque.Werther ne sera pas indifféremment sanguin ou mélancolique; Lovelace, flegmatique ou bilieux (Baudel.,Salon,1846, p.150).Tout homme, né sous le signe de Saturne, est mélancolique et pituiteux, taciturne et solitaire, pauvre et vain (Huysmans,Là-bas, t.2, 1891, p.229).
b) Qui est dû à la bile noire. Humeur mélancolique. Quelquefois, il [le lait] cause directement des affections mélancoliques, qui (...) amènent bientôt à leur suite, tous les désordres de l'imagination et tous les écarts de la volonté (Cabanis,Rapp. phys. et mor., t.2, 1808, p.59).Emploi subst. Les engorgements hypocondriaques, lorsqu'ils se forment dans un tempérament sanguin, le font passer au bilieux s'ils sont légers, au mélancolique s'ils sont prononcés très-fortement (Cabanis,Rapp. phys. et mor., t.2, 1808p.437).
2. PSYCHOPATHOLOGIE
a) Qui est atteint de mélancolie, de neurasthénie. Synon. bilieux, humoriste (vx), neurasthénique, dépressif, névrosé.Placez cette fille-là dans une maison de santé, si elle ne recouvre pas la raison en accouchant, si toutefois elle devient grosse, elle finira ses jours folle-mélancolique (Balzac,Splend. et mis.,1844, p.332).
Emploi subst. Prostration du mélancolique. Charles, avec cette énergie et cette furie de volonté des mélancoliques qui veulent mourir de faim, recrachait le bouillon à mesure (Goncourt,Ch. Demailly,1860, p.399):
1. Le mélancolique, dans ses phases dépressives, se refuse à toute initiative, fût-ce la moindre initiative musculaire. On le voit immobile, prostré sur lui-même, fuyant la lumière et les présences. Mounier, Traité caract.,1946, p.272.
b) Qui concerne la mélancolie. Dépression mélancolique. Les états mélancoliques les plus avancés, où le malade s'installe dans la mort et y place pour ainsi dire sa maison (Merleau-Ponty,Phénoménol. perception,1945, p.339).
B. −
1. Qui est d'humeur chagrine, enclin à la mélancolie par tempérament. Synon. pessimiste, sombre, ténébreux (littér.), triste; anton. gai.Les hommes du Nord sont plus mélancoliques comme Shakespeare (Vigny,Journal poète,1834, p.1004):
2. ... sa faiblesse physique l'avait rendu de bonne heure un petit garçon mélancolique, rêvasseur, qui avait peur de la mort, et qui était très mal armé pour la vie. Il restait seul, par sauvagerie et par goût... Rolland,J.-Chr., Antoinette, 1908, p.833.
[P. méton.] Synon. de chagrin, maussade, morose.Esprit, humeur, tempérament mélancolique. Les âpres inégalités d'un caractère plein d'aigreur, la recherche de la solitude, un regard oblique (...) trahissent, dès la jeunesse, la disposition mélancolique de Louis XI (Stendhal,Hist. peint. Ital., t.2, 1817, p.58).
2. Qui est momentanément en proie à la mélancolie ou à la tristesse. Synon. abattu, affligé, triste; anton. gai, joyeux.Paraître mélancolique, rendre qqn mélancolique, trouver qqn bien/tout mélancolique. J'eus la sottise de me désespérer; je devins taciturne, mélancolique; je cessai de manger et de dormir (Jouy,Hermite, t.4, 1813, p.178):
3. Joseph (...) rentra dans le château (...). Il était mélancolique jusqu'à l'amertume, jusqu'au dégoût. Il avait surtout le sentiment que ces choses auxquelles il avait donné sa vie, tout l'effort de sa vie, pourraient soudain cesser de lui plaire et de l'amuser. Duhamel,Passion J. Pasquier,1945, p.183.
[P. méton.] Qui exprime la mélancolie. Guernico sourit, de ce mélancolique sourire qui lui donnait souvent une expression d'enfant malade (Malraux,Espoir,1937, p.694).[Le] désoeuvrement mélancolique qui suit le départ des invités cordiaux (Gracq,Beau tén.,1945, p.42):
4. Allons, baisez maîtresse, vous qui n'avez pas de chagrins. Puis, considérant la mine mélancolique du svelte animal qui bâillait avec lenteur, elle s'attendrissait, et, le comparant à elle-même, lui parlait tout haut, comme à quelqu'un d'affligé que l'on console. Flaub.,MmeBovary, t.1, 1857, p.50.
SYNT. Air, attitude, regard, visage mélancolique; idée, rêverie, sentiment mélancolique; accent, charme, douceur mélancolique (de la voix, d'un geste); adieux mélancoliques.
C. − [En parlant de choses concr. ou abstr.] Qui inspire la mélancolie. Synon. morose, nostalgique, plaintif, triste; anton. clair, gai, joyeux.Chanson, musique, nocturne, note mélancolique; nature, paysage, site mélancolique. Des airs de Chopin, tous mélancoliques et lugubres à donner la fièvre (Taine,Notes Paris,1867, p.340).En fait de poésies anciennes, il ne lisait guère que Villon, dont les mélancoliques ballades le touchaient (Huysmans,À rebours,1884, p.191):
5. Partout l'automne est mélancolique, chargé du regret de ce qui s'en va et de la menace de ce qui s'en vient; mais sur le sol canadien, il est plus mélancolique et plus émouvant qu'ailleurs, et pareil à la mort d'un être humain que les dieux rappellent trop tôt... Hémon,M. Chapdelaine,1916, p.109.
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre, littér. Le genre mélancolique et romantique. Un ciel d'azur avec un beau soleil est très peu poétique. Il n'y a de poésie que dans le sombre et le mélancolique (Chênedollé,Journal,1818, p.98).
REM. 1.
Mélanc(h)olier,(Mélancolier, Mélancholier) verbe,vx, littér. a) Emploi trans. Rendre mélancolique. Synon. affliger, attrister, chagriner, mélancoliser.Des semaines relativement et positivement délicieuses, bien que mélancholiées par l'état lentement empirant du jeune homme (Verlaine, Œuvres compl., t.4, Mes hôp., 1891, p.320).b) Emploi intrans. et pronom. S'abandonner à la mélancolie. Bien qu'on ne l'eût pas appelé, [il] prit sur lui d'entrer et d'allumer les bougies, ne voulant pas laisser son maître se mélancolier dans l'ombre, mère des humeurs noires (Gautier,Fracasse,1863, p.345).Nous pûmes bientôt mélancholier et ratiociner devant la stèle mesquine sous quoi dort tant de gloire littéraire (Verlaine, Œuvres posth., t.2, Souv. et prom., 1896, p.180).
2.
Mélancolifier, verbe trans.,rare. Synon. de mélancoliser.Emploi abs. Pourquoi n'aurais-je pas atteint Hugo?... Eh bien, il y a des jours où cela mélancolifie (Goncourt,Journal,1868, p.445).
3.
Mélanco, adj. inv.,fam., par apocope de mélancolique. Pas fougueuse, la Fantaisie pour piano et orchestre, du Widor (...) construite sur un thème (...) de fort-en-idem un peu mélanco (Willy,Entre deux airs,1895, p.57).Il est naïf et péremptoire, généreux et vaniteux et avec ça mélanco (L. de Vilmorin,Migraine,1959, p.61).
Prononc. et Orth.: [melɑ ̃kɔlik]. Ac. 1694 et 1718: me-; dep. 1740: mé-. Étymol. et Hist. 1. a) 2emoitié xiiies. adj. «relatif à la bile noire» (Introd. d'astron., B.N. 1353, fo35c ds Gdf. Compl.) − xvies., Aubigné ds Hug.; b) 1306 «affecté de mélancolie, qui a trop de bile noire» (Guillaume Guiart, Branche des royaus lignages, éd. N. Wailly et L. Delisle, 20920); début xives. subst. (Antidotaire Nicolas, éd. P. Dorveaux, p.14); 2. a) 1532 adj. «triste» (Marot, Epîtres, éd. C.A. Mayer, p.101); b) 1545 «qui engendre la tristesse» (J. Bouchet, Epîtres familières du Traverseur, 4: lieu... merencolique); 3. 1816 «celui qui est atteint de la maladie mentale appelée mélancolie» (Encyclop. méthod. Méd. t.9, s.v. mélancolie). Empr. au lat. melancholicus (transcrivant le gr. μ ε λ α γ χ ο λ ι κ ο ́ ς ) «causé par la bile noire» et «mélancolique, atrabilaire»; le sens 2a est att. antérieurement en a. prov. (xiiies. ds Rayn.). Fréq. abs. littér.: 2060. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3209, b) 3548; xxes.: a) 3534, b) 1995. Bbg. Quem. DDL t.23 (s.v. mélanco).

Mélancolique : définition du Wiktionnaire

Adjectif

mélancolique \me.lɑ̃.kɔ.lik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui se livre à la mélancolie.
    • Ainsi, d’aurore radieuse en crépuscule mélancolique, la petite Yasmina avait vu s’écouler encore un printemps, très semblable aux autres, qui se confondaient dans sa mémoire. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
  2. Dépressif, triste, chagrin.
    • Cette dernière réflexion parut, par sa tristesse, conjurer ses sentiments irrités; […], il reprit sa place, tourna ses yeux vers la terre, et sembla se laisser aller à de mélancoliques pensées. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Les raisonneurs les plus incrédules […] soutenaient que la lycanthropie n’était qu’une espèce de fatale maladie, une situation d’esprit mélancolique, auxquelles se joignaient des accès de folie, pendant lesquels le malade s’imaginait avoir commis les ravages dont il était accusé. — (Walter Scott, De la démonologie et de la sorcellerie, dans les Œuvres de Walter Scott, traduit par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, Paris : Furne, Charles Gosselin, Perrotin, 1836, vol.25, p.371)
    • Hélène, avec la patience mélancolique des malades, s’amusait à entortiller autour de ses doigts une chaînette d’argent qui lui servait de bracelet. — (André Dhôtel, Le Pays où l'on n'arrive jamais, 1955)
    • Elle aurait pu être une héroïne durassienne déambulant, l’air mélancolique, dans la touffeur d’un penthouse tropical. — (Gérard Lefort & Didier Péron, Marie France Pisier, belle rebelle, dans Libération (journal) du 25 avril 2011, p.25)
  3. (dans certaines régions), un peu triste, teinté de tristesse (moins fort que triste) une chanson mélancolique.

Nom commun

mélancolique \me.lɑ̃.kɔ.lik\ masculin et féminin identiques

  1. Personne atteinte de mélancolie.
    • « J’ai fait l’impossible pour n’être point un mélancolique, car rien n’est plus ridicule à tout âge et surtout au mien ; mais il y a dans l’esprit de certains hommes je ne sais quelle brume élégiaque toujours prête à se répandre en pluie sur leurs idées. Tant pis pour ceux qui sont nés dans les brouillards d’octobre ! » ajoutait-il en souriant à la fois de sa métaphore prétentieuse et de cette infirmité de nature dont il était au fond très-humilié. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie., 1863, réédition Gründ, page 13)
    • Le mélancolique, dit-on, est tourné vers le passé, absorbé par lui, sans ouverture à l’avenir. Incapable de protension, il est tout en rétention, indéfiniment retenu dans un passé non dépassé. — (Henri Maldiney, Penser l'homme et la folie, Jérôme Millon, coll. « Krisis », Grenoble, 2007 (1re éd. 1991), page 92)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mélancolique : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉLANCOLIQUE. adj. des deux genres
. Qui se livre à la mélancolie. Un homme mélancolique. Tempérament, humeur mélancolique. Il signifie aussi Qui est triste, qui est chagrin. Qu'avez-vous? vous êtes tout mélancolique, je vous trouve bien mélancolique. Substantivement, Les rêveries d'un mélancolique. Par extension, Écrire sur des sujets mélancoliques. Une musique mélancolique. Un air, une physionomie mélancolique. L'automne est une saison mélancolique.

Mélancolique : définition du Littré (1872-1877)

MÉLANCOLIQUE (mé-lan-ko-li-k') adj.
  • 1 Terme de médecine. Qui est relatif au genre de folie dit mélancolie.

    Substantivement. Un mélancolique, une mélancolique, personne affectée de mélancolie.

  • 2En qui domine la mélancolie, la disposition triste. Vaine compassion des douleurs d'Angélique, Qui penses triompher d'un cœur mélancolique, Corneille, la Place roy. IV, 5. Je suis mélancolique, et je le suis à un point que, depuis trois ou quatre ans, à peine m'a-t-on vu rire trois ou quatre fois, La Rochefoucauld, Portr. Le mélancolique animal [lièvre]… Entend un léger bruit ; ce lui fut un signal Pour s'enfuir devers sa tanière, La Fontaine, Fabl. II, 14. …Ces auteurs toujours froids et mélancoliques, Qui, dans leur sombre humeur, se croiraient faire affront, Si les Grâces jamais leur déridaient le front, Boileau, Art p. III. Vous êtes à la fois gaie et mélancolique, mais gaie par votre naturel, et mélancolique encore par réflexion, D'Alembert, Portr. de Mlle de l'Espinasse.

    Substantivement. Un mélancolique, un homme livré à la disposition triste, et à ce qu'on appelle vulgairement vapeurs du cerveau. Le parti formé dans la cour par M. de Beaufort n'était composé que par quatre ou cinq mélancoliques qui avaient la mine de penser creux, Retz, II, 64.

  • 3En quoi domine la mélancolie, la disposition triste. Vision mélancolique, Tristan, Mariane, I, 2. Sentiments mélancoliques, Tristan, ib. V, 3. Parmi ces grands sujets d'allégresse publique, Vous portez sur le front un air mélancolique, Corneille, Tois. I, 1. J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique, La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien Qui ne me soit souverain bien, Jusqu'au sombre plaisir d'un cœur mélancolique, La Fontaine, Psyché, II, p. 217. Sa joie est plus mélancolique que la tristesse des autres, Maintenon, Lett. à l'abbé Gobelin, 26 sept. 1684.
  • 4Qui inspire la mélancolie. Lieu, entretien mélancolique. Écrire sur des sujets mélancoliques. La bière est un séjour par trop mélancolique, Molière, Sgan. sc. 17. La clarinette n'était pas [en 1745] l'instrument aux sons doux et mélancoliques que nous entendons aujourd'hui, Ad. Adam, Souvenirs d'un musicien, t. II, p. 181, Gossec.
  • 5Qui a rapport à la tristesse vague dite mélancolie. Que je repose en paix sous le gazon rustique, Sur les bords du ruisseau pur et mélancolique ! Chénier M. J. la Promenade. Ils étaient ravis de voir ainsi les sentiments mélancoliques exprimés avec l'imagination italienne, Staël, Corinne, XIII, 5. La poésie la plus mélancolique doit être inspirée par une sorte de verve qui suppose et de la force et des jouissances intellectuelles, Staël, ib. XVIII, 4. Il [Chateaubriand] a comme engendré cet ennui incurable, mélancolique, sans cause, si souvent doux et enchanteur dans son expression, sauvage et desséchant au fond, et mortel au cœur, mortel à la bonne et saine pratique des vertus, le mal de René, qui a été celui de tout notre âge, maladie morale qui, après avoir régné cinquante ans plus ou moins, et avec des variantes sans nombre, est aujourd'hui à peu près disparue…, Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe, t. I, p. 99.

SYNONYME

MÉLANCOLIQUE, ATRABILAIRE. Ces deux mots signifient : qui est affecté de bile noire ; atrabilaire est la traduction latine de mélancolique. Pourtant l'usage a mis quelque distinction entre eux, du moins quand on les applique au moral. Le mélancolique est triste ; l'atrabilaire est acerbe.

HISTORIQUE

XIVe s. Et un trop melancolique [est enclin] à avarice, Oresme, Eth. 73.

XVIe s. Elle devint toute melancolique et pensive, Despériers, Contes, XLI. L'autre excrement est attiré par la vertu attractrice de la rate, que nous appelons humeur melancolique, Paré, Introd. 6. En tous les tons et chants de bucoliques, En chants piteux, en chants melancoliques, Marot, I, 220.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mélancolique »

Étymologie de mélancolique - Littré

Provenç. melancolic, malencolic ; espagn. melancolico ; ital. melancolico, malinconico ; du lat. melancolicus ; grec, μελαγχολιϰὸς (voy. MÉLANCOLIE). On disait dans l'ancienne langue melancolieux. Il y avait un verbe se melancolier, qu'il est dommage qu'on ait laissé perdre, et qui est encore dans le Dict. de FURETIÈRE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de mélancolique - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin melancholicus, emprunté au grec ancien μελαγχολικός, melagkholikós (« atrabilaire », « qui se fait un sang d’encre ») car on croyait que la bile provoquait la mélancolie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mélancolique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mélancolique melɑ̃kɔlik play_arrow

Citations contenant le mot « mélancolique »

  • EN DEUX MOTS Un roman fin et sensible sur quatre sexagénaires typiques de notre époque, qui se débattent contre leurs désirs contradictoires. Pris au piège de leur inconséquence, ils manquent de lucidité sur eux-mêmes. La perte des illusions laisse place au désenchantement, comme une musique mélancolique, qui éveille en nous des résonances profondes. Atlantico.fr, "Quatre amours " de Cristina Comencini : un roman fin, sensible et mélancolique sur l’amour perdu et la fuite du temps | Atlantico.fr
  • Un Milan vide et mélancolique mais pas moins fascinant et magnifique. En pleine tragédie de la pandémie, Mauro Parmesani a capturé une ville exceptionnellement déserte et silencieuse, seule et triste, mais toujours splendide.Le photographe milanais a parcouru la capitale lombarde pour immortaliser des moments sans précédents, des images éloquentes dans les rues et les lieux symboles : une piazza Duomo sans même un pigeon, l’arco della pace déserté, encore plus majestueux, la Galerie Vittorio Emmanuele parfaitement reluisante, la Scala parfaite et scintillante, mais elle aussi, privée de ses admirateurs.. Milan aux temps du confinement, ce sont aussi des panoramas urbains désertés, des monuments silencieux, des volets de magasins tristement baissés, des illuminations tricolores et des queues à rallonge devant les supermarchés, des portraits de quelques personnes rencontrées, le visage masqué. , Photographie : Milan aux temps du confinement | lepetitjournal.com
  • Rien, sinon une défaite, n'est aussi mélancolique qu'une victoire. De Arthur Wellesley, duc de Wellington
  • S'il existe un enfer en ce monde, il se trouve dans le coeur d'un homme mélancolique. De Robert Burton / Anatomie de la Mélancolie
  • Il n'y a point de maître d'armes mélancolique. De Alfred de Musset
  • J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien Qui ne me soit souverain bien, Jusqu'au sombre plaisir d'un cœur mélancolique. Jean de La Fontaine, Les Amours de Psyché et de Cupidon

Images d'illustration du mot « mélancolique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mélancolique »

Langue Traduction
Corse malincunia
Basque malenkonia
Japonais 憂鬱
Russe меланхолия
Portugais melancólico
Arabe كآبة
Chinois 忧郁的
Allemand melancholie
Italien malinconia
Espagnol melancolía
Anglais melancholy
Source : Google Translate API

Synonymes de « mélancolique »

Source : synonymes de mélancolique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mélancolique »



mots du mois

Mots similaires