La langue française

Alchimiste

Sommaire

  • Définitions du mot alchimiste
  • Étymologie de « alchimiste »
  • Phonétique de « alchimiste »
  • Évolution historique de l’usage du mot « alchimiste »
  • Citations contenant le mot « alchimiste »
  • Traductions du mot « alchimiste »
  • Synonymes de « alchimiste »

Définitions du mot alchimiste

Trésor de la Langue Française informatisé

ALCHIMISTE, subst. et adj.

I.− Emploi subst.
A.− Celui qui pratique l'alchimie :
1. Les alchimistes passaient leur vie à chercher ce qu'ils appelaient la Pierre philosophale ou le Grand œuvre, c'est-à-dire un moyen d'opérer la transmutation des métaux. Ac.1835-1932.
2. ... de son temps, il y avait encore des alchimistes, des devins et des sorciers; on méconnoissoit assez la religion dans la plus grande partie de l'Europe pour croire qu'elle interdisoit une vérité quelconque, elle qui conduit à toutes. Bacon fut frappé de ces erreurs, son siècle penchoit vers la superstition comme le nôtre vers l'incrédulité : ... G. de Staël, De l'Allemagne,t. 4, 1810, p. 23.
3. ... Werner, archevêque de Cologne, loge et entretient de 1380 à 1418 des alchimistes qui ne font pas d'or, mais qui trouvent, en cheminant vers la pierre philosophale, plusieurs des grandes lois de la chimie. V. Hugo, Le Rhin,1842, p. 118.
4. ... à mesure que ses liaisons avec le monde des alchimistes et des sorciers se resserrent, il se jette dans l'occulte... J.-K. Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 83.
5. ... il tentait d'obtenir l'appui de Papa. Il lui apporta un jour un petit lingot d'or qu'un alchimiste avait tiré sous ses yeux d'un morceau de plomb : ce secret devait nous rendre tous millionnaires, si seulement nous consentions une avance à l'inventeur. S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 65.
B.− Au fig. [Fréquemment avec un compl. déterminatif prép. de, pour indiquer le domaine de la recherche]
1. Celui qui recherche quelque chose d'exceptionnel, d'utopique :
6. Qu'ils cherchent, qu'ils cherchent encore, qu'ils reculent sans cesse les limites de leur bonheur, ces alchimistes de l'horticulture! Qu'ils proposent des prix de soixante et de cent mille florins pour qui résoudra leurs ambitieux problèmes! Moi, j'ai trouvé ma tulipe noire et mon dahlia bleu! Fleur incomparable, tulipe retrouvée, allégorique dahlia, ... Ch. Baudelaire, Petits poèmes en prose,L'Invitation au voyage, 1867, pp. 89-90.
2. Domaine de la pensée ou de la création artistique.Celui qui veut ou sait obtenir de mystérieuses transformations :
7. Il y a une religion universelle faite pour les alchimistes de la pensée, une religion qui se dégage de l'homme, considéré comme memento divin. Ch. Baudelaire, Mon cœur mis à nu,1867, p. 658.
8. C'est [Rembrandt] un génie romantique dans toute la force du mot, un alchimiste de la couleur, un magicien de la lumière. T. Gautier, Guide de l'amateur au musée du Louvre,1872, p. 55.
9. [Debussy] Tout objet lui est sentiment et sa musique est une peinture de l'émotion par l'émotion; la subtile magie des accords en est l'instrument : et la nuance, le moyen dont il possède tous les secrets en tout-puissant alchimiste. A. Suarès, Debussy,1936, p. 19.
C.− P. anal., ENTOMOL. ,,Nom donné par Geoffroy à une espèce de lépidoptères nocturnes.`` (Besch. 1845).
II.− Emploi adj., rare. Qui est propre aux alchimistes :
10. ... la France a été providentiellement créée pour la recherche du Vrai préférablement au Beau... le caractère utopique, communiste, alchimiste de tous les cerveaux ne lui permet qu'une passion exclusive, celle des formules sociales. Ch. Baudelaire, L'Art romantique,1867, p. 478.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [alʃimist]. 2. Forme graph. − Fér. 1768 écrit alchymiste. Ac. Compl. 1842 a la forme concurrente alchémiste.
Étymol. ET HIST. − Ca 1370 alkemiste (La Grande chirurgie de G. de Chauliac d'apr. Fr. mod. 1965, p. 201); 1442 « celui qui s'occupe d'alchimie » (Le Franc, Champ. des Dam., fo65 vods Gdf. Compl. : Archemiste); 1532 alchymiste « id. » (Rab., Gargantua, XXIV, éd. A. Lefranc, p. 238 : ou alloient veoir les lapidaires orfèvres et tailleurs de pierreries, ou les alchymistes et monoyeurs). Empr. au lat. médiév. alchimista, de même sens, attesté dep. ca 1200, Alfredus Anglicus ds Mittellat. W. s.v., 437, 9; cf. Albert Le Grand, Miner., 3, 1, 3, p. 62 b, 48, ibid., 437, 13 : imperiti... alchimistarum.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 104.
BBG. − Bél. 1957. − Nelli 1968. − Nysten 1814-20. − St-Edme t. 1 1824.

Wiktionnaire

Nom commun

alchimiste \al.ʃi.mist\ masculin

  1. Celui qui s’occupait d’alchimie.
    • […] ; mais sache, […], que ton père est déjà entre les mains d’un puissant alchimiste qui sait convertir en or et en argent jusqu’aux barres rouillées d’une grille de cachot. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Pendant longtemps, on n'employa qu'en médecine ce liquide qu'on croyait doué de propriétés merveilleuses et qu'on regardait comme une panacée universelle ; c'est ce qui justifie le nom d’aqua vitæ ou eau-de-vie qui lui fut donné par les alchimistes. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 141)
    • J'accepte, curieux de faire la connaissance de cet étrange visiteur, et ne tarde pas à apprendre qu'il a été, pendant de longues années, l’astronome-astrologue et l’alchimiste attitré de Mouley El-Hassan. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 121)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALCHIMISTE. n. m.
Celui qui s'occupait d'alchimie. Les alchimistes passaient leur vie à chercher ce qu'ils appelaient la Pierre philosophale ou le Grand œuvre, c'est-à-dire un moyen d'opérer la transmutation des métaux.

Littré (1872-1877)

ALCHIMISTE (al-chi-mi-st') s. m.
  • Celui qui s'occupe d'alchimie. Tu vas, dis-tu, vieux et pauvre alchimiste, Tirer de l'or des métaux indigents, Béranger, Alchim.

HISTORIQUE

XVIe s. Le commun langage des alquemistes, c'est qu'ils promettent un monde de richesses, Despériers, Contes, XI. On pourra toucher ces ulceres avec eau alumineuse, ou eau des alkemistes corrigée et adoucie, comme celle qui aura jà operé (qui est bleuë) eau de sublimé, Paré, XVI, 13. Les alchymistes tiennent une autre forme de traiter les fievres, que ne font pas les medecins qui suivent la doctrine de Galien, Paré, XX, 4.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ALCHIMISTE. Ajoutez :

2 S. f. L'alchimiste, espèce de papillon, noctua alchimista.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ALCHIMISTE, s. m. celui qui travaille à l’Alchimie. Voyez Alchimie. Quelques anciens Auteurs Grecs se sont servis du mot χρυσοποιητὴς, qui signifie faiseur d’or, pour dire Alchimiste, & de χρυσοποιητικὴ, l’art de faire de l’or, en parlant de l’Alchimie. On lit dans d’autres Livres Grecs, ποιητὴς, fictor, faiseur, Alchimiste, qui signifie aussi Auteur de vers, Poëte. En effet, la Chimie & la Poësie ont quelque conformité entr’elles. M. Diderot dit, pag. 8 du Prospectus de ce Dictionnaire : la Chimie est imitatrice & rivale de la nature ; son objet est presqu’aussi étendu que celui de la nature même : cette partie de la Physique est entre les autres, ce que la Poësie est entre les autres genres de littérature ; ou elle décompose les êtres, ou elle les revivifie, ou elle les transforme, &c.

On doit distinguer les Alchimistes en vrais & en faux, ou fous. Les Alchimistes vrais sont ceux qui, après avoir travaillé à la Chimie ordinaire en Physiciens, poussent plus loin leurs recherches, en travaillant par principes & méthodiquement à des combinaisons curieuses & utiles, par lesquelles on imite les ouvrages de la nature, ou qui les rendent plus propres à l’usage des hommes, soit en leur donnant une perfection particuliere, soit en y ajoûtant des agrémens qui, quoique artificiels, sont dans certains cas plus beaux que ceux qui viennent de la simple nature dénuée de tout art, pourvû que ces agrémens artificiels soient fondés sur la nature même, & l’imitent dans son beau.

Ceux au contraire qui sans savoir bien la Chimie ordinaire, ou qui même sans en avoir de teinture, se jettent dans l’Alchimie sans méthode & sans principes, ne lisant que des Livres énigmatiques qu’ils estiment d’autant plus qu’ils les comprennent moins, sont de faux Alchimistes, qui perdent leur tems & leur bien, parce que travaillant sans connoissance, ils ne trouvent point ce qu’ils cherchent, & font plus de dépense que s’ils étoient instruits, parce qu’ils employent souvent des choses inutiles, & qu’ils ne savent pas sauver certaines matieres qu’on peut retirer des opérations manquées.

D’ailleurs, ils ont pour les charlatans autant de goût que pour les Livres énigmatiques : ils ne se soucient pas d’un bon Livre qui parle clairement, mais ne flate point leur cupidité comme font les Livres énigmatiques auxquels on ne comprend rien, & auxquels les gens entêtés du fabuleux, ou du moins du mystérieux, donnent le sens qu’ils veulent y trouver, & qui est plus suivant leur imagination ; aussi ces faux Alchimistes s’ennuieront aux discours d’un homme instruit de cette science, qui la dévoile, & qui réduit ses opérations à leur juste valeur : ils écouteront plus volontiers des hommes à secrets aussi ignorans qu’eux, mais qui font profession d’exciter leur curiosité.

Il faut dans toute chose, & surtout dans celles de cette nature, éviter les extrémités : on doit éviter également d’être superstitieux, ou incrédule. Dire que l’Alchimie n’est qu’une science de visionnaires, & que tous les Alchimistes sont des fous ou des imposteurs, c’est porter un jugement injuste d’une science réelle à laquelle des gens sensés & de probité peuvent s’appliquer : mais aussi il faut se garantir d’une espece de fanatisme dont sont particulierement susceptibles ceux qui s’y livrent sans discernement, sans conseil & sans connoissances préliminaires, en un mot sans principes. Or les principes des sciences sont des choses connues ; on y doit passer du connu à l’inconnu : si en Alchimie, comme dans les autres sciences, on passe du connu à l’inconnu, on pourra en tirer autant & plus d’utilité que de certaines autres sciences ordinaires. (M)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « alchimiste »

Alchimie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de alchimie avec le suffixe -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « alchimiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alchimiste alʃimist

Évolution historique de l’usage du mot « alchimiste »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « alchimiste »

  • Le seul alchimiste capable de tout changer en or est l'amour. L'unique sortilège contre la mort, la vieillesse, la vie routinière, c'est l'amour. De Anaïs Nin
  • Allons chercher nos images dans l’oeuvre de ceux qui ont le plus longuement rêvé et valorisé la matière : adressons-nous aux alchimistes. De Gaston Bachelard / L’air et les songes
  • Les deux garçons sont liés par un destin particulièrement funeste. A Amestris, où ils vivent, l’alchimie est une science révérée. Les Elric ont été abandonnés par leur père, un alchimiste renommé, mais ont décidé d’étudier cette discipline pour entretenir un lien avec lui. Le jour où leur mère meurt, les deux enfants entreprennent de la ressusciter en utilisant une formule dangereuse et taboue. Le Monde.fr, Manga : « Fullmetal Alchemist », une alchimie toujours à l’œuvre
  • Entretemps, les conclusions de Kircher sont discutées par l'alchimiste danois Ole Borch dans son De ortu et progressu Chemiae (1668), où il essaie de séparer les textes hermétiques entre les écrits tardifs et ceux véritablement attribuables à l'ancien Hermès égyptien, parmi lesquels il penche pour classer la Table d'émeraude. Les discussions continuent, et les traités d'Ole Borch et de Kriegsman sont réédités dans la compilation Bibliotheca chemica curiosa (1702) du médecin suisse Jean-Jacques Manget. Même si la Table d'émeraude est encore commentée par Isaac Newton (Isaac Newton (4 janvier 1643 G – 31 mars 1727 G, ou 25 décembre 1642 J – 20 mars 1727 J) est un philosophe, mathématicien,...), l'alchimie perd progressivement tout crédit scientifique au cours du XVIIIe siècle, avec l'avènement de la chimie moderne, et les travaux de Lavoisier. Techno-Science.net, 🔎 Table d'émeraude - Définition et Explications

Traductions du mot « alchimiste »

Langue Traduction
Anglais alchemist
Espagnol alquimista
Italien alchimista
Allemand alchemist
Portugais alquimista
Source : Google Translate API

Synonymes de « alchimiste »

Source : synonymes de alchimiste sur lebonsynonyme.fr
Partager