La langue française

Prosélyte

Sommaire

  • Définitions du mot prosélyte
  • Étymologie de « prosélyte »
  • Phonétique de « prosélyte »
  • Citations contenant le mot « prosélyte »
  • Traductions du mot « prosélyte »
  • Synonymes de « prosélyte »

Définitions du mot prosélyte

Trésor de la Langue Française informatisé

PROSÉLYTE, subst.

A. − RELIGION
1. ANTIQ. HÉBRAÏQUE. Personne ayant renoncé au paganisme pour adhérer au judaïsme. Des prosélytes, c'est-à-dire des gens d'origine non israélite, affiliés au judaïsme à des degrés divers (Renan, Apôtres, 1866, p.109).
2. Personne nouvellement convertie à une religion, (en l'occurrence, le plus souvent au catholicisme). Synon. converti, néophyte.La Réforme (...) avait trouvé comparativement beaucoup plus de prosélytes dans les châteaux que dans les chaumières (Mérimée, Mél. hist. et littér., 1855, p.307).Mais quand le christianisme eut pénétré dans les hautes classes de la société et fait des prosélytes parmi les avocats et les rhéteurs (A. France, Vie littér., 1892, p.247):
. Daudet me contait son dernier accès de catholicisme. Il (...) allait trouver le père Félix, (...) un petit homme carré et commun qui, pour se débarrasser de son jeune prosélyte, ne trouvait rien de mieux que de lui donner ses livres. Goncourt, Journal, 1892, p.289.
Empl. adj. La religion étant sociale, tendant même à être prosélyte, comporte nécessairement deux aspects (Philos., Relig., 1957, p.32-11).
B. − P. ext. Personne récemment gagnée à une opinion, une doctrine, un parti. Synon. adepte, partisan.Vers le milieu du dix-huitième siècle, quelques principes sur la source des richesses, mis en avant par le médecin Quesnay, firent un grand nombre de prosélytes (Say, Écon. pol., 1832, p.24).Je n'aime pas les haricots verts. La querelle des végétariens et des carnivores se rallume aussitôt. Jusserand fait des prosélytes. Larseneur accepterait de se nourrir de légumes, exception faite, toutefois, pour les haricots verts qu'il ne peut décidément pas souffrir (Duhamel, Désert Bièvres, 1937, p.187).
Empl. adj. Cette humeur prosélyte, l'enflure de ses pensées, et son tour moralisant poussent fréquemment le paranoïaque à l'humanitarisme (Mounier, Traité caract., 1946, p.553).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔzelit]. Ac. 1694-1740: -se-, dep. 1762: -sé-. Étymol. et Hist.1. 1remoit. xiiies. proselite «païen converti au judaïsme» (Chrétien, Evangile de Nicomède, éd. G. Paris et A. Bos, 295); d'où 1611 «nouvel adepte d'une religion» (Cotgr.); 2. 1611 «étranger converti aux coutumes d'un autre pays» (ibid.); puis 1752 (Trév.: Prosélyte, est aussi un Étranger admis et reçu aux Lois d'un Pays); 1762 (Ac.: Prosélyte. Il se dit par extension des Partisans qu'on gagne à une secte, à une opinion). Empr. au b. lat. eccl. proselytus «païen converti au judaïsme» (iiies. ds Blaise Lat. chrét.) et «étranger» (ves., ibid.), gr. π ρ ο σ η ́ λ υ τ ο ς «nouveau converti», d'abord «nouveau venu», comp. tardif de ε ̓ λ ε υ ́ σ ο μ α ι qui sert de futur à ε ρ χ ο μ α ι «venir, aller» et π ρ ο σ- «vers». Fréq. abs. littér.: 41.
DÉR.
Prosélytique, adj.Relatif au prosélyte, au prosélytisme; empreint de prosélytisme. Si les livres paroissent dans des circonstances favorables, (...) s'ils ont pour eux le fanatisme prosélytique d'une secte nombreuse et active, ou, ce qui passe tout, la faveur d'une nation puissante, leur fortune est faite (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.514).Le père Leloir qu'il respectait mais dont il trouvait excessif le zèle prosélytique (Green, Journal, 1946, p.16).Le loisir −jeu, activité physique, artistique, intellectuelle ou sociale −(...) n'est fondamentalement soumis ni à la fin lucrative du travail professionnel ni à la fin utilitaire des besognes domestiques, ni à la fin idéologique ou prosélytique des devoirs politiques ou spirituels (Dumazedier, Ripert, Loisir et cult., 1966, p.44). [pʀ ɔzelitik] 1reattest. 1821 (J. de Maistre, loc. cit.); de prosélyte, suff. -ique*. L'angl. proselytical de même sens est att. dep. 1581 ds NED.

Wiktionnaire

Adjectif

prosélyte \pʁo.ze.lit\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Qui cherche à convertir.
    • Un discours prosélyte.
    • Un éditeur, c'est un lecteur plus prosélyte que les autres ! — (editionsguerin.com)
    • Comment parler d'amour sans être frivole, de spiritualité sans être prosélyte? — (Vincent Thibault, Satori à Hollywood, Carrefours Azur, Québec, 2017, p. 14)
    • Cependant, la « fille aînée de l’Église » étant cacochyme et toute foi borna gain facilement perçue en France comme une « américanisation » prosélyte, la multiplication des temples pentecôtistes constitue un défi pour la société française.— (Stephen Smith, La Ruée vers l’Europe, 278 pages, Grasset, 2018, page 157)
  2. (Religion) Relatif au prosélytisme.
    • Un pèlerin prosélyte.

Nom commun

prosélyte \pʁo.ze.lit\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Personne convertie du paganisme au judaïsme.
    • Un nouveau prosélyte.
    • Les juifs et les prosélytes.
  2. (Par extension) Personne nouvellement convertie au catholicisme.
    • Ce missionnaire fit beaucoup de prosélytes parmi les juifs.
  3. (Par extension) Disciple ou personne nouvellement convertie à une cause, à une idée.
    • Soyez les apôtres de ma Cause, cause sacrée, qui est celle de la défaite noble et fière, défaite temporaire... Faites le plus possible de prosélytes ; travaillez-y sans trêve ni relâche... — (Henri Louatron, À la messe noire ou le Luciférisme existe, Mamers (Sarthe) : à compte d'auteur, s.d. (vers 1918-1920), page 41)
    • […] Alain, quand les horaires le permettent, demande toujours que les services jeunesse des orchestres symphoniques ou les attachés culturels des ambassades ou des consulats organisent des rencontres avec les jeunes pour entraîner de nouveaux prosélytes. Non pas pour en faire des intégristes sectaires et desséchés, mais pour leur montrer une carte où tous les sentiers mènent à un trésor dont ils ignorent jusqu'à l'existence. — (George Nicholson, Alain Lefèvre, Éditions Druide, Montréal, 2012, p. 202)
  4. (Par extension) Partisan enthousiaste, voire fanatique.
    • Un prosélyte des nouvelles technologies.
    • Je crois que dans les périodes d'irréligiosité les gens les plus débauchés sont ceux qui seraient devenus de fanatiques prosélytes dans des périodes où la religion domine. — (B. Bartók, Bela Bartók. Musique de la vie, Stock, 1981, page 30)
    • D’ailleurs, il faut bien avouer que, dans mon enthousiasme de prosélyte, j’avais un peu maquillé la réalité. — (François Lavallée, Quand la fontaine coule dans la vallée, Linguatech éditeur, 2007)

Forme de verbe

prosélyte \pʁo.ze.lit\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de prosélyter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de prosélyter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de prosélyter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de prosélyter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de prosélyter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROSÉLYTE. n. des deux genres
. Terme emprunté du grec, qui signifie proprement Étranger, nouveau venu dans un pays, mais que l'Écriture et les écrivains ecclésiastiques emploient pour désigner une Personne qui a passé du paganisme à la religion judaïque. Un nouveau prosélyte. Les Juifs et les prosélytes. Il se dit aussi, dans le langage courant, d'une Personne nouvellement convertie à la foi catholique. Ce missionnaire fit beaucoup de prosélytes parmi les musulmans. Il se dit, par extension, des Partisans qu'on gagne à une secte, à une opinion. Cette doctrine a fait beaucoup de prosélytes. La persécution multiplie les prosélytes.

Littré (1872-1877)

PROSÉLYTE (pro-zé-li-t') s. m.
  • 1Païen qui a embrassé la religion judaïque. Du temps de Salomon, il se trouva plus de cent cinquante mille prosélytes dans la terre d'Israël, Fleury, Mœurs des Israél. tit. XIII, 2e part. p. 151, dans POUGENS.

    Les prosélytes de la porte, ceux qui, refusant de se soumettre à la circoncision, n'étaient admis que dans la cour antérieure du temple. Les prosélytes de justice, ceux qui, se soumettant à toutes les lois de Moïse, étaient considérés comme entièrement régénérés.

  • 2Nouveau converti à une foi religieuse. On en remplissait les prisons [de quakers] ; mais les persécutions ne servent presque jamais qu'à faire des prosélytes, Voltaire, Dict. phil. Quakers. Son supplice [d'Anne du Bourg] fit plus de prosélytes [au protestantisme] en un jour, que les livres et les prédications n'en avaient fait en plusieurs années, Voltaire, Hist. parl. XX.
  • 3 Par extension, un converti, un homme gagné à une doctrine. Si l'illustre auteur des Maximes eût été tel qu'il a tâché de peindre tous les hommes, mériterait-il nos hommages et le culte idolâtre de ses prosélytes ? Vauvenargues, Max. CCXCIX.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il [Luc l'évangéliste] sot [sut] bien le langage de Grece, et aucun dient qu'il fu proselites, Latini, Trésor, 76.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PROSÉLYTE, s. m. (Crit. sacrée.) Grotius semble affecter le terme de prosélyte aux payens qui avoient embrassé entierement le Judaïsme ; mais on sait que les autres étrangers, domiciliés parmi les Juifs, étoient aussi appellés prosélytes, parce qu’effectivement, quoiqu’ils ne se soumissent point à l’observation des cérémonies mosaïques, il falloit nécessairement qu’ils renonçassent à l’idolâtrie païenne, & qu’ils fissent profession d’adorer le Créateur, le seul vrai Dieu ; ce qui est le grand fondamental article de la religion judaïque. Aussi les appelloit-on prosélytes de la porte, pour les distinguer de prosélytes de la justice, ou de ceux qui étoient naturalisés, dont nous parlerons bientôt. Le savant Gronovius prétend à tort que Corneille le centenier ne faisoit pas profession ouverte du judaïsme, afin de ne pas perdre son emploi, autrement, dit-il, il n’auroit pas pû être citoyen romain, comme il falloit l’être, pour porter les armes dans les troupes romaines, sur-tout pour avoir un poste tel que celui qu’il occupoit. Mais outre qu’il n’y a rien dans toute la narration de S. Luc, Act. ch. x. qui donne lieu de soupçonner que Corneille ne fût pas ouvertement prosélyte de la porte, l’exemple de S. Paul qui, quoique juif de naissance, étoit citoyen romain, suffit pour détruire la raison de Gronovius.

Pour ce qui est des prosélytes de la justice, il faut savoir que, selon les Juifs, quand un païen se faisoit prosélyte de la justice, comme il étoit censé renaître, toutes les relations qu’il avoit eu auparavant de pere, de mere, de fils, de filles, de parent, d’allié, &c. s’évanouissoient en même tems ; c’est ce que Tacite semble insinuer obscurément dans les paroles suivantes : Transgressi in morem eorum (Judaeorum) idem usurpant : nec quidquam priùs imbuuntur, quàm contemnere deos, exuere patriam, parentes, liberos, fratres vilia habere. Hist. lib. V. cap. vj. Sur ce principe, ils prétendoient qu’un tel prosélyte devenu un nouvel homme, pouvoit, selon la loi de Dieu, épouser sa mere, sa belle-mere, sa sœur, qui n’étoient plus regardées comme telles, quand même elles se convertissoient comme lui au judaïsme ; cependant en vertu des traditions de leurs ancêtres, ils défendoient de tels mariages ; mais ils le permettoient aux esclaves qui, en se convertissant, étoient demeurés tels, & dont les mariages se faisoient ou se dissolvoient au gré de leurs maîtres. Tacite dit que les lois romaines étoient différentes ; car elles vouloient qu’en matiere de mariage, entre esclaves mêmes ou affranchis, on eût égard au degré de parenté.

Arrêtons-nous encore quelques momens sur les prosélytes de la porte & les prosélytes de la justice, car c’est un sujet très-curieux, qui demande d’être éclairci plus au-long.

Les prosélytes de la porte s’appelloient ainsi, parce qu’ils n’entroient que dans la cour extérieure du temple pour adorer, & qu’ils s’arrêtoient à la porte de la seconde cour : les prosélytes de justice furent ainsi nommés, parce qu’en embrassant la loi de Moïse ils étoient censés s’engager à vivre dans la sainteté & dans la justice.

Les premiers renonçoient simplement à l’idolâtrie, & servoient Dieu selon la loi de la nature, que les Juifs comprenoient sous sept articles, qu’ils appelloient les sept préceptes des enfans de Noé. Ils croyoient que tous les hommes étoient obligés de garder ces commandemens-là ; mais que l’obligation de garder ceux de la loi de Moyse ne s’étendoit pas à tous ; que cette loi n’étoit faite que pour leur nation, & non pas pour tout le monde ; que pour le reste du genre humain, pourvû qu’ils observassent la loi naturelle, c’est-à-dire, selon eux, les sept préceptes dont nous venons de parler, c’étoit tout ce que Dieu demandoit d’eux, & qu’ils lui seroient aussi agréables que les Juifs quand ils observoient leur loi particuliere. Ainsi ils leur permettoient de demeurer au milieu d’eux, & les nommoient par cette raison guerim tosharsim, prosélytes habitans, ou guéré shaar, prosélytes de la porte, parce qu’il leur étoit permis de demeurer dans leurs villes. Cette expression semble être tirée du quatrieme commandement, & l’étranger qui est dans les portes (veguérecha bisharecha), car le même mot en hébreu signifie étranger ou prosélyte ; & dans ce commandement il est indifférent de quelle maniere on le prend ; car les Israélites ne permettoient à aucun étranger de demeurer parmi eux, s’il ne renonçoit à l’idolâtrie, & ne s’obligeoit à observer les sept préceptes des enfans de Noé.

Il n’y avoit pas jusqu’aux esclaves, même ceux qu’on avoit fait à la guerre qu’on y obligeoit ; & s’ils ne vouloient pas s’y conformer, ou on les tuoit, ou on les vendoit à d’autres nations. Or ceux qui étoient prosélytes de cet ordre, outre la permission de demeurer avec eux, avoient aussi celle d’entrer dans le temple pour servir Dieu ; seulement ils n’entroient que dans la premiere cour, qu’on appelloit la cour des gentils. Personne ne passoit le chel qui séparoit cette cour de celle du dedans, que ceux qui faisoient une profession entiere, par laquelle ils s’obligeoient à garder toute la loi. Ainsi quand il venoit à Jérusalem quelque prosélyte de la porte, il adoroit dans cette cour extérieure. C’étoit de cette espece qu’étoient, à ce qu’on croit communément, Naaman le syrien, & Corneille le centenier.

Les prosélytes de la justice étoient ceux qui s’engageoient à garder toute la loi ; car, quoique les Juifs ne crussent pas que ceux qui n’étoient pas israélites naturels y fussent obligés, ils n’en refusoient point, & recevoient au contraire avec plaisir tous ceux qui vouloient faire profession de leur religion. On remarque même que du tems de notre Sauveur ils se donnoient de grands mouvemens pour les y attirer & les convertir. On initioit ces sortes de prosélytes par le baptême, par des sacrifices & par la circoncision. Après cela ils jouissoient des mêmes privileges, & étoient admis aux mêmes rites & aux mêmes cérémonies que les juifs naturels. Il faut seulement excepter les mariages en fait de privileges, parce qu’il y avoit des nations qui en étoient exclues pour toujours ; & d’autres seulement pour un certain nombre de générations, comme les Edomites, jusqu’à la troisieme ; ce fut avec cette clause qu’Hyrcan les reçut prosélytes de justice ; mais dans la fuite, ils ne firent plus qu’un même corps avec les Juifs, & perdirent leur nom d’Edomites.

Ceux qui desireront de plus grands détails sur les prosélytes de la porte & de la justice, doivent consulter l’ouvrage de Mede ; les remarques de Hammond sur S. Matth. c. iij. vers. 1. & c. xxiij. 15. le dictionnaire rabbinique de Buxtorf, & le traité de Maimonidès, traduit en latin, avec des notes par le célebre Prideaux, sous le titre de jure pauperis & peregrini. (Le chevalier de Jaucourt.)

Prosélytes, baptême des, (Hist. de l’Egl. prim.) Justin, martyr, décrit ainsi dans sa seconde apologie le baptême des prosélytes. Lorsque quelqu’un, dit-il, est persuadé de notre doctrine, & qu’il promet de vivre conformément aux préceptes de Jesus-Christ, nous lui déclarons qu’il doit prier avec jeûne, demandant à Dieu la remission de ses péchés. Nous jeûnons nous-mêmes, nous prions avec lui ; ensuite nous le menons dans un endroit où il y a de l’eau, & nous le régénérons comme nous l’avons été, en le lavant au nom de Dieu le Pere, le Maître de toutes choses, de notre Sauveur, & du S. Esprit. Il y a d’autres peres qui ont eu une idée bien fausse du baptême. Saint Chrysostôme en parle plus en orateur qu’en théologien dans son Homélie 40. sur la I. aux Corinth. il dit qu’une personne qui a été baptisée devient plus pure que le rayon du soleil, & même plus pure que l’or, & en sépare toute l’impureté. Cette opinion n’est cependant fondée ni dans l’Ecriture, ni dans la raison, ni dans l’expérience. Le baptême n’est autre chose que le signe de la confirmation du pardon que Dieu daigne accorder au pécheur, & le signe de la promesse que fait le pécheur de renoncer à ses vices. Beausobre. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « prosélyte »

Du latin proselytus (« prosélyte », « étranger »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Προσήλυτος, nouveau venu, de πρὸς, vers, et ἐλεύθω, venir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « prosélyte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prosélyte prɔselit

Citations contenant le mot « prosélyte »

  • Julien Cohen-Lacassagne* rappelle que, dans un entretien accordé en 1972, l'écrivain algérien Kateb Yacine exprimait son désir de voir l'Afrique du Nord s'approprier son histoire : « Depuis la Kahina jusqu'à Abdelkader, nous ignorons pratiquement tout. Or, c'est un explosif terrible, une force extraordinaire que nous perdons là. » Cet « explosif terrible », l'historien Julien Cohen-Lacassagne tente de le retrouver à travers un livre fouillé et dense**. Remontant les traces historiques et historiographiques, il développe la thèse qui sous-tend le livre : montrer que juifs et musulmans du Maghreb « partagent les mêmes origines, confondues dans un univers arabo-berbère où les liens de solidarité reposent parfois sur l'appartenance religieuse, mais non exclusivement ». L'auteur relève et conteste d'abord une fausse opposition qui se heurte à la réalité historique, celle entre juifs et musulmans, supposément qui remonte à « une nuit des temps ». L'auteur rappelle que « d'un point de vue théologique, ces deux religions sont proches et se sont réciproquement emprunté des composantes ». Le Maghreb a été le lieu précis de ces échanges féconds, interpénétrations diverses et cohabitation millénaire. L'une des hypothèses fortes du livre pose que le judaïsme au Maghreb y fut prosélyte, à l'instar du christianisme et de l'islam. Une hypothèse que l'auteur travaille et étaye à travers diverses sources. Mais la force de ce livre est, par ses contrepoints historiques, d'interroger cette « histoire au présent » qui est la nôtre. Sans s'appesantir sur des questions brûlantes d'actualité et d'acuité, le livre de Julien Cohen-Lacassagne apporte pourtant des réponses subtiles, mais plus encore de larges pistes de réflexion. Entretien. Le Point, Julien Cohen-Lacassagne : « Au-delà des Berbères juifs… » - Le Point
  • Tom Coraghessan Boyle s’intéresse depuis toujours aux gourous, à leur force d’attraction, au charme vénéneux qu’ils déploient, à l’exaltation qu’ils procurent, débouchant souvent sur des lendemains qui déchantent. Après "Aux bons soins du docteur Kellog" en 1994 (sur le fameux inventeur des corn-flakes, végétarien prosélyte), "Le cercle des initiés" en 2005 (sur le pionnier de la sexologie Alfred Kinsey) ou "Les femmes" en 2010 (sur l’architecte Frank Lloyd Wright), le romancier américain se penche sur la personnalité, forcément séductrice et trouble, de Timothy Leary (1920-1996). Au début des années 60, ce professeur de psychologie à Harvard réunit un groupe d’étudiants pour partager ses expériences sur le LSD, drogue psychédélique alors peu utilisée. Deux étés durant au Mexique puis pendant plusieurs années dans un château situé en pleine campagne, dans la vallée de l’Hudson, à une centaine de kilomètres de New York, le maître et ses élèves (plus quelques adolescents) s’essayent à la vie en communauté et à la drogue "festive". Pour nous immerger dans ce monde extravagant, TC Boyle se place dans les pas d’un jeune couple et de leur fils, quittant tout pour cette nouvelle vie. Fidèle à sa manière, entre solide documentation et regard décalé, l’auteur livre une critique sociale cinglante, qu’il décrive ces êtres perdus à la recherche d’un absolu impossible à atteindre ou leurs nombreux contempteurs, effrayés par la libération des mœurs (Grasset, traduit par Bernard Turle, 493 pages, 24 €). ladepeche.fr, T C Boyle remonte aux sources du LSD - ladepeche.fr
  • Ce groupe a signé un contrat pour sept ans avec l’opérateur de télévision israélien par câble Hot, qui compte plus de 700 000 abonnés, et près de la moitié du réseau multichaîne national. Shelanu s’est lancée officiellement début mai sur le canal 182, en affichant un programme ouvertement prosélyte. Elle entend apporter « la bonne parole de Jésus dans les maisons et les vies et les cœurs du peuple juif ». Le Monde.fr, Le prosélytisme chrétien évangélique passe mal à la télé israélienne
  • « La chaîne tente de présenter aux juifs un contenu évangélique, contrairement à son engagement premier qui ciblait les téléspectateurs chrétiens », a justifié Asher Bitton, président du Conseil de la radiodiffusion en mai 2020. Selon lui, la chaîne a été sanctionnée pour avoir proposé des contenus différents de ce qu’elle avait annoncé pour obtenir sa licence de diffusion dans le pays. La présence d’une chaîne de télévision chrétienne n’est pas une première en Israël, qui compte environ 2 % de chrétiens, mais son caractère prosélyte à destination de la majorité juive est violemment critiqué par des autorités religieuses et politiques. La Croix, Accusée de prosélytisme, une chaîne de télévision évangélique retirée des ondes en Israël
  • François HUGUENIN.- On est effectivement face à une forme d’acharnement. En août dernier, le tribunal de Limoges a décidé de réintégrer Matthieu Faucher dans le corps professoral à Malicornay (Indre). Et le ministère fait appel. C’est son droit, mais tout dans cette affaire est bancale. L’instituteur a été dénoncé par courrier anonyme de parents d’élèves. Le ministère lui reproche d’être prosélyte… alors qu’il ne se définit même pas comme croyant! Tout cela est aberrant. Le Figaro.fr, Accusé de prosélytisme pour avoir fait étudier la Bible: «L’acharnement contre cet enseignant est aberrant»
  • Le lendemain de la parution du livre, une enquête pour « viols sur mineurs de 15 ans » est ouverte par le parquet de Paris contre l’écrivain qui, depuis le milieu des années 1990, était décrit comme « un prosélyte de la pédophilie ». , Matzneff : les Verts réclament la suspension de Christophe Girard, adjoint d'Anne Hidalgo à Paris | Actu Paris
  • Un choix non seulement éthique, mais aussi politique, selon lui: une alimentation excluant la viande permettrait moins de gaspillage en termes de production et de nourrir beaucoup plus de monde. S’il assure ne pas être prosélyte et comprendre les non-vegan, Christian Welter souhaiterait cependant provoquer une «prise de conscience par rapport aux animaux et à l’environnement» et un vrai «tournant à 180°», un «changement des habitudes», et pour cause: «L’humain détruit son propre habitat et il s’en fiche», constate-t-il. , Christian Welter, du véganisme à la politique | Paperjam News
  • Si une grande majorité des milieux évangéliques américains soutient inconditionnellement l’Etat d’Israël et ne se livre à aucune activité prosélyte, une certaine frange n’a toujours pas abandonné le rêve bimillénaire de « ramener les Juifs à la vraie foi » et ce, par les moyens les plus divers. En Israël, des groupes missionnaires sont très actifs et aidés par le mouvement insidieux des « Juifs messianiques » qui se servent de leur judéité pour tromper les gens et leur parler peu à peu de Jésus. IsraelValley, Le Conseil israélien des câbles et satellites supprime la chaîne « God TV ». - IsraelValley

Traductions du mot « prosélyte »

Langue Traduction
Anglais proselyte
Espagnol prosélito
Italien proselito
Allemand proselyt
Chinois 妓女
Arabe المرتد
Portugais prosélito
Russe новообращенный
Japonais 改宗者
Basque proselyte
Corse proselita
Source : Google Translate API

Synonymes de « prosélyte »

Source : synonymes de prosélyte sur lebonsynonyme.fr
Partager