Abîmer : définition de abîmer


Abîmer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ABÎMER, verbe trans.

I.− Jeter, plonger dans un abîme.
A.− Emploi trans., rare [Le suj. est un inanimé ou un animé hum.]. Acceptions fortement liées au contexte :
[En parlant d'un tremblement de terre engloutissant une région sous les éboulis] :
1. Ces désastres ne sont rien encore en comparaison de l'épouvantable tremblement de terre de 1783, dans lequel la Calabre crut être abîmée. Les villes et les villages s'écroulaient; des montagnes se renversaient sur les plaines; des populations fuyant les hauteurs s'étaient réfugiées sur le rivage; la mer sortit de son lit et les engloutit. J. Michelet, Histoire romaine,t. 1, 1831, p. 13.
[En parlant d'une pers. voulant en jeter une autre dans des oubliettes] :
2. Au moment où toutes les femmes regardèrent alternativement le marquis et la comtesse, Foedora aurait voulu l'abîmer dans les oubliettes de quelque Bastille, car, malgré son talent pour la dissimulation, ses rivales devinèrent sa souffrance. H. de Balzac, La Peau de chagrin,1831, p. 213.
[En parlant d'une pers. jetant sa tête dans un oreiller pour s'y cacher] :
3. ... quand il se retrouva seul (...), un affreux désespoir le prit, il se hâta d'en sortir, d'aller abîmer sa tête au fond de son oreiller, pour y anéantir l'abomination de son existence. É. Zola, La Bête humaine,1890, p. 209.
[En parlant d'un philosophe panthéiste faisant perdre à l'homme son autonomie] :
4. Locke n'abstrayait-il pas l'homme de l'humanité, aussi complètement au moins que son rival, lui qui imaginait que l'homme, avant de recevoir des sensations du monde extérieur, n'était en essence qu'une table rase, sans innéité, sans spontanéité aucune? Spinoza, en abîmant le rêveur solitaire de son maître Descartes dans la substance divine, sans intermédiaire; Malebranche (...); Berkeley (...); Hume enfin, (...) ont tous travaillé sur l'homme solitaire et abstrait dont je cherche en ce moment la définition. P. Leroux, De l'Humanité, de son principe et de son avenir,t. 1, 1840, p. 123.
B.− Emploi pronom. réfl.
1. [Le suj. est un inanimé ou un animé surtout hum.] Tomber, s'écrouler au fond d'une cavité, d'un creux de l'espace terrestre, marin, cosmique, de manière à disparaître momentanément ou définitivement. Sens propre :
5. ... pourquoi tant d'interruptions et d'inégalités de profondeurs dans la plupart de ces gaves? C'est-à-dire, pourquoi les voit-on s'abîmer dans des canaux ténébreux taillés à pic, d'où ils reparaissent après de longs espaces, pour rouler au grand jour leurs eaux écumantes sur le sable ou à travers les rochers? J. Dusaulx, Voyage à Barège et dans les Hautes-Pyrénées fait en 1788,t. 1, 1796, p. 101.
6. ... mais Jéhovah descend dans le chaos, et lorsqu'il prononce le fiat lux, le fabuleux fils de Saturne s'abyme et rentre dans le néant. F.-R. de Chateaubriand, Génie du Christianisme ou Beautés de la religion chrétienne,t. 1, 1803, p. 485.
7. ... quand les rochers s'écroulent, quand les montagnes s'abîment dans les vallées, la terre change seulement de face ... G. de Staël, De l'Allemagne,t. 5, 1810, p. 183.
8. Le vaisseau s'inclina avec tant de violence, qu'on eût dit qu'il allait s'abîmer. P. Mérimée, Mosaïque,1833, p. 71.
9. Tranquillement, Morange fit le pas, dans les ténèbres, dans le vide. Et, sans un cri, il s'abîma. É. Zola, Fécondité,1899, p. 685.
10. J'ai vu une de ces cascades, à Esquit. Elle se comportait comme la plus majestueuse cataracte. En touchant le vide, en s'y abîmant, elle se perdait aussi d'un bond, développait la même courbe liquide, irisée, et rendait ce mugissement éternel et égal, unique dans les bruits de la nature... J. de Pesquidoux, le Livre de raison,t. 1, 1925, p. 186.
Au fig. [Le suj. est un inanimé ou un animé surtout hum.] Disparaître comme par une chute dans un abîme, un creux :
11. On avoit miné pendant plusieurs siècles les bases de la société; elle s'abîma tout entière dans le gouffre que les rois et les parlements avoient eux-mêmes creusé. F.-R. de Lamennais, De la Religion considérée dans ses rapports avec l'ordre politique et civil,2epart, 1826, p. 89.
12. Combien plus doit frémir, s'abîmer d'épouvante la faible créature désarmée, prise en son nid, et sans pouvoir se servir de ses ailes! J. Michelet, L'Oiseau,1856, p. 224.
13. On se sent emprisonné, muré dans son moi, et l'on voudrait s'en aller de ce moi malheureux, se plonger, se rouler, s'abîmer dans la fraîcheur de la mort où tout s'abolit. P. Bourget, Le Disciple,1889, p. 189.
14. Marie et moi nous l'assistâmes dans ses derniers instants, et lorsqu'enfin son cœur cessa de battre, je sentis s'abîmer tout mon être dans un gouffre d'amour, de détresse et de liberté. A. Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 612.
15. Nous montâmes la colline du côté du couchant. Le soleil s'abîmait. Il accélérait sa chute de minute en minute. J. de Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 3, 1932, p. 234.
16. J'étais sûr que tu allais faire une bêtise, dit Fabrizio en fermant sa main sur mon épaule quand − les minutes s'abîmant après les minutes comme les brasses d'une sonde − il n'y eut plus de doute que la chose maintenant avait eu lieu ... J. Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 224.
2. [Le suj. désigne une pers.]
a) [Cont. profane (avec gén. un compl. introduit par la prép. dans)]
Sens propre. Cacher sa tête (comme pour disparaître dans un profond refuge (cf. aussi ex. 3)) :
17. ... ma mère entra ... Oh! Alors je me jetai sur elle; je me cachai la tête, je m'abîmai dans sa robe : c'était la protection suprême, l'asile où rien n'atteignait plus, le nid des nids où l'on oubliait tout ... P. Loti, Le Roman d'un enfant,1890, p. 10.
Au fig. Se laisser absorber par une activité ou une préoccupation de nature intellectuelle, spirituelle ou affective (comme si l'esprit était plongé dans un abîme qui lui cache la vue de tout autre obj.) :
18. Adieu, mon cher papa, je t'embrasse au nom de mes frères abîmés comme moi dans la douleur. V. Hugo, Correspondance,1821, p. 323.
19. Je m'abîmai dans ma tristesse. A. de Lamartine, Les Confidences,1849, p. 380.
20. Alors le pauvre poête s'abîma dans une contemplation obstinée. Il s'isola dans cette pensée unique autour de laquelle vint se grouper l'essaim de ses espérances, − et il fut heureux. H. Murger, Les Nuits d'hiver,Les Amours d'un grillon et d'une étincelle, 1861, p. 211.
21. L'homme qui s'enfonce et s'abîme dans la création littéraire n'a pas besoin d'affection de femme, d'enfants. Son cœur n'existe plus, il n'est plus qu'une cervelle. E. et J. de Goncourt, Journal,mars 1877, p. 1175.
22. Je posais ma plume pour m'abîmer, devant ce paysage muet, dans une de ces rêveries cosmogoniques dont j'étais coutumier jadis. P. Bourget, Le Disciple,1889, p. 174.
23. Mais quelque chose à définir prit Guaita par la main : le sentiment du divin. Il perdit le goût de la création pour s'abîmer dans la recherche des lois. M. Barrès, Mes cahiers,t. 2, 1902, p. 5.
24. Couchés sur le tapis, les oreilles bouchées avec leurs pouces, ils s'enfonçaient, s'abîmaient dans l'histoire; ... F. Mauriac, Le Mystère Frontenac,1933, p. 13.
b) [Cont. relig. 1, avec un compl. introduit par les prép. dans ou en]
Le compl. désigne une activité spirituelle d'adoration ou de méditation par laquelle l'esprit se laisse absorber (cf. 2 a fig.) :
25. Une intime chaleur d'amour lui fondait le cœur comme la cire; il se taisait, il s'abîmait, il s'enfonçait dans son adoration : son âme, entièrement vibrante et immobile, bientôt, ne connaissait plus rien qu'un bonheur tranquille et infini, où chaque joie distincte se perdait, ainsi que les pâles étoiles sont effacées par le soleil. E. Bourges, Le Crépuscule des dieux,1884, p. 227.
26. Calviniste fervent, sectaire endurci, affolé de cantiques et de prières, il composait des poésies religieuses qu'il illustrait, paraphrasait en vers les psaumes, s'abîmait dans la lecture de la bible d'où il sortait, extasié, hagard, le cerveau hanté par des sujets sanglants la bouche tordue par les malédictions de la Réforme, ... J.-K. Huysmans, À rebours,1884, p. 83.
Le compl. désigne la divinité, dans l'intimité de laquelle l'esprit pénètre comme en se jetant dans un abîme :
27. ... plongé, pendant des minutes que je ne comptais plus, dans une muette mais intarissable adoration, je ne sentais plus la terre sous mes genoux ou sous mes pieds, et je m'abîmais en Dieu, comme l'atome flottant dans la chaleur d'un jour d'été s'élève, se noie, se perd dans l'atmosphère, et, devenu transparent comme l'éther, paraît aussi aérien que l'air lui-même et aussi lumineux que la lumière! A. de Lamartine, Les Confidences,1849, p. 108.
28. Plus l'avenir s'ouvre devant moi comme une crevasse vertigineuse ou un passage obscur, plus, si je m'y aventure sur votre parole, je puis avoir confiance de me perdre ou de m'abîmer en vous, − d'être assimilé par votre corps, Jésus. P. Teilhard de Chardin, Le Milieu divin,1955, p. 95.
c) [Cont. relig. 2, s'abîmer étant fréquemment construit avec le syntagme devant + Dieu] Abaisser son orgueil, s'humilier (comme dans un abîme dominé par la grandeur infinie de Dieu) :
29. Cette poésie éclate ailleurs et déborde par d'autres voies. (...) elle est surtout, avec sa foi religieuse et son génie catholique, dans ces innombrables et magnifiques églises, dans ces sublimes cathédrales, devant lesquelles se confond et s'abîme notre misérable petitesse. Ch.-A. Sainte-Beuve, Tableau historique et critique de la poésie française et du théâtre français au XVIesiècle,1828, p. 283.
30. Voilà, non pas le véritable esprit de l'évangile, mais la véritable loi du prêtre, la vraie prescription de l'église orthodoxe : « Quitte-toi, abîme-toi, méprise-toi; détruis ta raison, confonds ton jugement : fuis le bruit des paroles humaines. Rampe, et fais-toi poussière sous la loi du mystère divin; ... » G. Sand, Histoire de ma vie,t. 3, 1855, p. 285.
31. Le ciel lui répondait par le signe qu'il avait fixé! Il eût dû s'abîmer devant Dieu, s'écraser à ses pieds, s'épandre en une fougue de gratitude; ... J.-K. Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 125.
32. Par l'adoration, nous reconnaissons l'infinie grandeur de cet objet, nous nous abaissons et abîmons lyriquement devant lui; ... H. Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France,t. 3, 1921, p. 127.
Rem. Dans ce dernier emploi (cont. relig. 2), une idée de destruction se mêle au sens, et de ce fait cet emploi pourrait être classé sous le sens II; en raison de la composante « dommage » qui caractérise le sens II et qui est absente de l'accept. relig. 2, il nous a paru préférable de laisser celle-ci sous le sens I.
II.− [Le suj. désigne une pers., une force agissante] Faire baisser la valeur d'une chose ou d'une pers. en la dégradant (et lui causant ainsi un dommage total ou partiel, définitif ou momentané).
A.− Emploi trans., usuel
1. [Le compl. est un n. de chose] Dégrader en rendant méconnaissable, ou inutilisable, ou en mettant dans un état voisin de la destruction :
33. ... jamais les Lucullus et les Héliogabale de l'ancienne Rome ne croyaient avoir assez détruit, abîmé de denrées; ... J.-B. Say, Traité d'économie politique,1832, p. 451.
34. ... les habitudes d'une vie insoucieuse avaient abîmé, perdu, confondu, déchiré, huilé, ruiné tout un mobilier à peu près élégant dans sa primeur, ... H. de Balzac, Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau,1837, p. 311.
35. Le Cochon. Que je suis malade! Comme je souffre! Qu'ils me tourmentent! Ils sont tous déchaînés contre moi. (...) Je suis brûlé, asphyxié, étranglé; je crève de toutes les façons on me tire la queue, on me déchire les oreilles, on me perce le ventre, on me crache du venin dans l'œil, on me lance des cailloux, on m'abîme, on m'écorche le dos, et j'ai un aspic qui me mord la verge! G. Flaubert, La Tentation de saint Antoine,1849, p. 404.
36. abîmer une robe, un chapeau. Dites plutôt froisser, salir, gâter une robe, un chapeau. Il ne faut pas croire toutefois qu'abîmer une robe soit un barbarisme, c'est seulement une expression trop forte et qui n'est pas justifiée par la chose dont il s'agit. B. Jullien, Le Langage vicieux corrigé,1853.
37. ... il y a des choses qu'on ne peut ni dire, ni écrire. Qu'on tâche de faire sentir, qu'on sent quelquefois, mais qu'il ne faut pas risquer d'« abîmer » ou de détruire ou de perdre éternellement dans une phrase mal dite, qui sonne faux ou qui fait rire. J. Rivière, Alain-Fournier, Correspondance,Lettre de A.-F. à J.-R., janv. 1905, p. 8.
38. J'ai plusieurs fois regardé dans les villages messins des écoliers qui s'en allaient abîmer leur esprit clair sous les mots allemands du maître étranger. M. Barrès, Mes cahiers,t. 4, 1906, p. 175.
39. On oublie que chaque doctrine nous instruit d'abîmer les autres, et nous anime et nous enseigne à les ruiner. P. Valéry, Variété 4,1938, p. 36.
2. [Le compl. est un n. de pers.]
a) Priver qqn de sa vitalité par une torture mor., accabler profondément :
40. ... fatal isolement! Ce long tourment me ronge et me déchire, M'abîme entier! ... P. Borel, Rhapsodies,Désespoir, 1832, p. 57.
41. Bâti de puérilités, il abîmera sa femme de brusqueries, la traitera en enfant et sera mené et trompé par elle à la confusion de toutes ses prétentions ignorantes et têtues, ... J. Barbey d'Aurevilly, Premier Mémorandum,1837, p. 114.
42. ... il m'a dit (...) : « Cet amour jaloux vous abîme : on dirait qu'il ronge votre personnalité : ... » J. Bousquet, Traduit du silence,1936, p. 86.
b) Anéantir qqn par la crit. publ. :
43. ... le livre parut et réussit dans son genre. Il abîma le pauvre M. Mallet, selon l'expression de Bayle, et le mot était vrai au pied de la lettre; car dans l'intervalle de publication du premier et du second volume, Mallet mourut comme foudroyé (20 août 1680). Ch.-A. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 141.
Ou plus communément, dégrader qqn dans l'opinion d'autrui par la médisance :
44. Elle [Manette] est d'une jalousie ... et éreinteuse! Je t'assure que c'est amusant de l'entendre abîmer ses petites camarades ... Elle en fait des portraits! Jusqu'à des noms de muscles qu'elle a retenus pour les échigner! ... E. et J. de Goncourt, Manette Salomon,1867, p. 187.
45. En somme, tous ceux que vous avez abîmés sont devenus vos meilleurs amis, et c'est une honte que des littérateurs que vous avez traînés dans la boue vous tendent ensuite la main, comme s'ils voulaient s'essuyer. J. Renard, Journal,17 novembre 1896, p. 355.
B.− Emploi pronom. (non réfléchi)
1. Pronom. intrans. (cf. sup. II A 1) :
46. Un bateau s'abîme quand il reste trop longtemps déchargé : le soleil lui ouvre les jointures des planches hors de l'eau. J. Renard, Journal,1903, p. 838.
2. Pronom. trans. [avec un compl. d'obj. désignant une partie du corps (s'abîmer les yeux, « abîmer ses yeux »)] :
47. Olivier s'abîmait les yeux à recopier, la nuit, en cachette, les partitions de Christophe. R. Rolland, Jean-Christophe,Dans la maison, 1909, p. 1012.
Stylistique − Ex. de l'affaiblissement de la valeur expressive des mots. Usité au xviies. par les class. et spéc. les écrivains relig. au sens fig. « précipiter dans un abîme », le mot appartient à la lang. litt. soutenue. Au sens physique, abîmer se dit de dégâts, taches, trous, déchirures; ce qui n'était au départ que l'expr. emphatique d'un état affectif est devenu une façon de parler usuelle (cf. le synon. gâter qui a suivi la même évolution). On note le même emploi primitivement emphatique pour abîmer pris au sens phys. d'« écrouler »; cf. encore : 48. Je me sentis rouler à terre : c'était ma mère qui s'abîmait évanouie. A. Dumas, père, Le Comte de Monte-Cristo, 1846, t. 2, p. 270. Au 2esens le mot est dépréc. (idée de flétrissure) et peut être rapproché de ses princ. synon. à caractère également négatif : vicier, pervertir, enlaidir, détériorer, endommager, gâter, gâcher, salir, profaner. Dans l'action d'abîmer, il s'agit toujours de diminuer la qualité intrinsèque d'un être. D'après les ex., on abîme de 4 façons princ. : en altérant la forme première, en cassant, en salissant, en dérangeant le fonctionnement. Dans le domaine mor., abîmer ou s'abîmer s'emploie dans des cont. gén. tristes. C'est ainsi que nous rencontrons fréquemment des assoc. du type : s'abîmer dans la tristesse, le chagrin, les pleurs. Même lorsqu'il s'agit de plaisirs, la nuance dépr. est toujours sensible.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [abime], j'abîme [ʒabim]. Enq. : /abim/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : abîme, abîmement, abysse, abyssal, abyssique. 3. Forme graph. − Dans cette famille de mots, le rad. présente une alternance entre les graphèmes i et y que l'on peut distribuer selon 2 critères : forme et domaine d'emploi :
Domaine
Forme
Graph.
Série
Technique
[i] est suivi de [s]
y
abysse, abyssal, abyssique
Courant
[i] est suivi de [m]
i
abîme, abîmer, abîmement
4. Hist. − Abîmer apparaît pour la 1refois comme ved. de dict. sous sa forme actuelle ds Rich. 1680 et la forme ne s'est définitivement imposée qu'à partir de Ac. 1798. Pour l'explication des var. graph. abimer, abismer, abymer, abysmer, cf. abîme.
Étymol. − 1. Av. 1231 « jeter dans une profondeur insondable » (Chron. d'Ernoul, p. 72 ds Gdf. Compl. : Qu'il les feroit abismer pour l'ort pecié de contre nature); 2. [1559] 1567 « effacer, ruiner », sens dér. de 1 (Amyot, César, 5 ds Les Vies des hommes illustres, trad. de Plutarque, Paris, 1567 ds Hug. : En toute autre sumptuosité de faire jouer jeux, et donner festins publiques, il abysma, par maniere de dire, la magnificience de tous ceulx qui s'estoyent efforcez d'en faire au paravant). Dér. de abîme*; suff. -er*.
HISTORIQUE I.− Sens disparus av. 1789. − « Approfondir (un suj., une science) » : Chiens ki ce set bien abimer, Il doit orguel si sourmonter k'en son despit se doit despire. Li. XII. cordon, Richel. 2039, fo13 (Gdf.). − Rem. Constr. signalée inf. II A 2 a, rem. 1. II.− Hist. des sens attestés apr. 1789. − A.− Étymol. 1 (sens propre fort « jeter dans un abîme »). 1. Dans un cont. relig. et le plus souvent biblique cf. abîme, hist., introd. (abîme matériel mais à l'échelle divine c.-à-d. l'Enfer ou les enfers). Divers emplois gramm., le principal étant trans. direct. : 1reattest. 1231, cf. étymol. 1. xvies. : Dont il est necessaire que les uns soient par desespoir jettés en un gouffre qui les abysme. Calvin, Inst., 662 (Littré). xviies. : Abîmer les coupables, les uns par des tremblemens de terre, les autres par des déluges. D'Ablancourt, Luc. (Rich.). xviiies. : Les cinq villes que Dieu abyma. Ac. 1740. − Rem. 1. La var. emploi réfl. est impossible en parlant de Dieu qui ne peut s'abîmer lui-même. 2. Var. emploi passif : Or est nostre ange Lucifer Tresbuché, luy et ses complices, Es abismés palus d'enfer, Pour leurs faulx et orgueilleux vices. Mist. du viel Test., 1500, 547, A. T. (Gdf). Sodome et Gomorrhe furent abysmées. Nicot 1606. 2. Dans un cont. profane cf. abîme, hist., introd. (abîme matériel mais à l'échelle humaine). Grande variété d'emplois gramm. : a) Trans. direct : Un flot survient et l'abîme : on ne le revoit plus, il est noyé. La Bruyère, Car., XIII, 9 (Cayrou). Les ouragans abysment les vaisseaux. − Rem. 1. La var. emploi réfl. est possible mais rare (Fur. 1690 précise qu'elle s'emploie plus au fig. qu'au propre) : Mout de cités s'abismeront. Sydrac, Ars, ca 1291, 393 (Gdf). 2. Var. emploi passif : Le village de Frittole auprès de Puzzole a été abysmé. Nicot 1606. Un navire abîmé dans la mer, dans les flots. Ac. 1835. b) Intrans. : « s'abîmer, s'engloutir » : Si que les nefz sans crainte d'abismer Nageoient en mer à voilles avallées. Marot, Ballades, 7 (Hug.). Cette ville abysma en une nuit. Ac. 1694. − Rem. Emploi vieillissant au xixes. : Tomber soudainement en état de destruction, en ruine totale. Cette maison abîma tout à coup. Dans cette acception (...), il a vieilli. Ac. 1835. B.− Étymol. 2 (sens fig. « effacer, ruiner) ». 1. Fort (idée de destruction). a) Trans. direct. Se dit de tout ce qu'on plonge ou précipite comme dans un abîme : Tu n'as frappé mes yeux d'un moment de clarté Que pour les abîmer dans plus d'obscurité. Corneille, Horace, 1640, vers 746 (Cayrou). En partic. : On dit en matière de dispute et de raisonnement : ce Docteur a été abîmé par son adversaire, qui l'a réduit à ne rien répondre. Fur. 1701. − Rem. Var. emploi réfl. : Si tu savois dans quels maux mon cœur s'est abîmé, toi même tu voudrois qu'il n'eût jamais aimé. Molière (Rich.). « S'humilier devant Dieu », à la forme réfl. : On dit aussi s'abîmer devant Dieu pour dire s'humilier profondément, reconnaître son néant devant lui. Fur. 1701. « Perdre et ruiner entièrement » : . xviies. : (by metaphor) utterly, and on a sudden, to destroy, ruine, undoe, overthrow. Cotgr. 1611. . xviiies. : Les gros intérêts ont abymé ce Marchand. Trév. 1771. . xixes. cf. sém. II et aussi : Cet homme est puissant et vindicatif; il vous abîmera. Ac. 1835. − Rem. Var. emploi réfl. : Cet homme a si mal fait ses affaires qu'il s'est abymé. Fur. 1690. « Tuer, exterminer » : Il a abysmé son ennemy. Nicot 1606. b) Intrans. « périr » : xviies. : Je m'embarque sur la même mer où j'ai pensé tant de fois abîmer. Voiture, Poes. (Rich. 1680). xviiies. : Ce méchant abymera avec tout son bien. Trév. 1771. xixes. : Ac. 1835 souligne que abîmer « périr » est vieilli. 2. Affaibli. a) Idée de destruction, appliquée à une chose. Vers la fin du xviies., abîmer s'est empl. familièrement et par exagération pour exprimer le dommage causé à une chose ordinaire, banale; d'où « mettre hors de service, gâter, endommager ». Trans. : Le soleil abîme certaines étoffes. Littré. Var. emploi passif : . xviies. : Mes pauvres petits yeux sont abîmés. MmeDe Sévigné, 348 (DG). . xviiies. : Ce meuble est abîmé de taches. Ac. 1798. Var. pron. réfl. équivalent au passif : Cette robe s'abîme à la poussière. Ac. 1835. b) Idée de pénétration profonde (emploi fig. toujours pron. réfl. suivi de la prép. dans) cf. sém. I B 2. xviies. : S'appliquer profondément à quelque chose à force de contemplation. S'abîmer dans la méditation. Rich. 1680. xviiies. : S'abandonner tellement à quelque chose, qu'on ne songe à aucune autre. S'abysmer dans ses pensées. S'abysmer dans l'étude des Mathematiques. S'abysmer dans la douleur. Ac. 1718.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 644. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 681, b) 960; xxes. : a) 1 307, b) 854.
BBG. − Spr. 1967.

Abîmer : définition du Wiktionnaire

Verbe

abîmer \a.bi.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (orthographe traditionnelle) (pronominal : s’abîmer)

  1. Précipiter dans un abîme.
    • Les cinq villes que Dieu abîma.
    • Un tremblement de terre vient d’abîmer toute une ville au Japon.
    • Cette montagne, cette maison s’est abîmée tout à coup.
    • La barque s’entrouvrit et s’abîma.
    • Le roi de Thulé gardait une coupe d’or que son amante lui avait laissée en souvenir. Près de mourir et sentant qu’il avait bu pour la dernière fois, il jeta la coupe à la mer. Je garde ce cahier de souvenirs comme le vieux prince des mers brumeuses gardait sa coupe ciselée et, de même qu’il abîma son joyau d’amour, je brûlerai ce livre de mémoire. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 197.)
  2. (Figuré) (Vieilli) Ruiner, détruire entièrement.
    • Cette affaire l’a abîmé.
    • Des dépenses excessives l’ont abîmé.
  3. Faire perdre en qualité.
    • L’agriculture intensive abîme la terre.
  4. (Figuré) & (Familier) Endommager beaucoup.
    • Le vent abîme le parasol.
    • La pluie a abîmé mon chapeau.
    • La rouille abîme le fer.
    • L’ouragan abîma les blés.
    • Quelque chose a abîmé mes cheveux.
    • Ces longues pluies ont abîmé les chemins.
  5. (Pronominal) Se détériorer.
    • Le muscle s’abîme en trop travaillant.
    • Cette robe s’abîme à la poussière.
    • Laisser des meubles s’abîmer à l’humidité.
  6. (Pronominal) (Aéronautique) Amerrir d’urgence, s’engloutir.
    • Vers la droite, l’un des aéroplanes piqua follement du nez, se redressa presque perpendiculairement, explosa avec un bruit énorme et s’abîma en flammes dans la mer. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 192 de l’éd. de 1921)
    • Pourquoi l'Airbus A320 de la compagnie égyptienne s'est-il abîmé en mer Méditerranée, sans aucun signal de détresse ? — (Xavier Frère, EgyptAir : toujours le mystère, Vosges Matin, 21 mai 2016)
  7. (Pronominal) (Figuré) S’abandonner complètement à une pensée, à un sentiment, à un genre de vie, s’y plonger.
    • Sois poli, mon ami, et conclus de là que ce saint homme était abîmé dans une méditation qui rendait sa vue trouble et ses pieds chancelants comme s’il se fût gorgé de vin nouveau. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Et il s’abîma en des recherches mentales, évidemment compliquées et très pénibles, s’il fallait en juger par les diverses grimaces qui se succédèrent sur son visage, […]. — (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Et, tournant à son tour les yeux vers la portière, il s’abîma dans une soudaine et muette rêverie. Le balancement de la voiture l’engourdissait. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abîmer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABÎMER. v. tr.
Précipiter dans un abîme. Les cinq villes que Dieu abîma. Un tremblement de terre vient d'abîmer toute une ville au Japon. Cette montagne, cette maison s'est abîmée tout à coup. La barque s'entrouvrit et s'abîma. Il signifie au figuré Ruiner entièrement. Cette affaire l'a abîmé. Des dépenses excessives l'ont abîmé. Il a vieilli dans cet emploi. Il signifie aussi, figurément et familièrement, Endommager beaucoup. La pluie a abîmé mon chapeau. La rouille abîme le fer. L'ouragan abîma les blés. Ces longues pluies ont abîmé les chemins. Cette robe s'abîme à la poussière. Laisser des meubles s'abîmer à l'humidité.

S'ABÎMER signifie au figuré S'abandonner complètement à une pensée, à un sentiment, à un genre de vie, s'y plonger. S'abîmer dans ses pensées. S'abîmer dans la contemplation des merveilles de Dieu. S'abîmer dans la débauche, dans les plaisirs. Une femme abîmée dans sa douleur.

Abîmer : définition du Littré (1872-1877)

ABÎMER (a-bi-mé) v. a.
  • 1Précipiter dans un abîme. Jehova abîma Sodome. Un tremblement de terre abîme parfois une maison. Nous ne pouvons abîmer Télémaque dans les flots de la mer, Fénelon, Tél. XIX. Dieu résolut enfin… D'abîmer sous les eaux tous ces audacieux, Boileau, Sat. XI.
  • 2 Fig. Abîmer dans la douleur, dans les dettes. Cette nouvelle l'abîma en de graves réflexions. En l'esclavage un autre hymen l'abîme, Corneille, Sert. 1. Faites qu'elle aime ailleurs et punisse son crime Par ce désespoir même où son change m'abîme, Corneille, Perth. II, 1. L'inceste où malgré vous tous deux je vous abîme, Recevra de ma main sa première victime, Corneille, Œd. v, 10.
  • 3Ruiner, endommager, gâter, tacher. Les procès ont abîmé sa fortune. L'ouragan abîme les blés. Les pluies abîment les chemins. Son chapeau est tombé dans la boue ; il est tout abîmé. Le soleil abîme certaines étoffes. Maux qui sont capables d'abîmer l'État, Bossuet, Lett. XXXIV. Pour soutenir tes droits… Abîme tout plutôt, c'est l'esprit de l'Église, Boileau, Lutrin, I. Un procès, une saison cruelle, une taxe qui vous abîme, Massillon, Visit.
  • 4Dans une discussion. Abîmer son adversaire, ne lui laisser rien de bon à répondre. On voit en tous ces endroits comme il les abîme [ces théologiens], Bossuet, Avertiss. VI.

    S'ABÎMER, v. réfl.

  • 5Tomber dans un abîme. Le vaisseau s'abîma dans la mer. Une grande partie s'abîma dans le fleuve. L'infanterie s'abîma dans un marais. Troie s'abîma dans les flammes. Au fond de l'eau bouillante elle s'est abîmée, Rotrou, M. de Chrispe, v, 10. Mourez ; tout doit mourir, et nos saints monuments S'abîment avec nous sans laisser plus de trace, Delavigne, Paria, IV, 7. Terre où je n'ai plus rien que mon cœur puisse aimer, Ouvre-toi ! Dans tes flancs puissé-je m'abîmer ! Lemercier, Fréd. et Br. IV, 4.
  • 6 Fig. Tout s'abîme dans l'oubli. S'abîmer dans l'étude. Il s'abîme dans de tristes pensées. S'abîmer dans le désespoir. Toi donc qui vois les maux où ma muse s'abîme, Boileau, Sat. II. Et dans les doux torrents d'une allégresse entière Tu verras s'abîmer tes maux les plus amers, Corneille, T. d'or, Prol. Que les tristes pensers où votre âme s'abîme, Ne vous empêchent pas de prévenir son crime, Mairet, Sol. II, 8. Ces tristesses profondes où vous vous abîmez, Bourdaloue, Pensées, t. III, p. 65. Occupé de tout cela, rempli d'admiration à la vue de tout cela, on voudrait de quelque manière s'abîmer et s'anéantir, Bourdaloue, ib. p. 386. Boufflers s'abîma en respects, et répondit [au roi] que de si grandes marques de satisfaction le récompensaient au-dessus de ce qu'il pouvait mériter, Saint-Simon, 214, 144. Je m'abîme dans ces pensées, Sévigné, 12, 6. Château, chapelle, donjon, tout s'en va, tout s'abîme, Courier, 1, 176.
  • 7Être gâté ou endommagé. Certaines étoffes s'abîment au soleil.

    ABÎMER, v. n. Tomber dans un gouffre, se perdre. Sodome abîma en une nuit. Toute sa fortune abîmera quelque jour. Sa maison a abîmé dans le tremblement de terre. Il semblait que le monde dût abîmer, Perrot D'Ablancourt, dans FERAUD. Jurant à faire abîmer la ville de Valence, Scarron, Rom. com. II, 14.

    Peu usité en cet emploi.

REMARQUE

Ce mot offre une idée de profondeur. Pourquoi, dit Voltaire dans ses remarques sur Corneille, dit-on abîmé dans la douleur, dans la tristesse ? C'est que l'on peut y ajouter l'épithète de profonde. Des grammairiens ont reproché à l'Académie d'avoir admis abîmer avec le sens de gâter : un habit abîmé. L'Académie n'a fait en cela que constater un usage, peu élégant sans doute, mais qui est très réel. En tout cas, cet usage n'a point amoindri le mot abîmer, qui garde dans sa plénitude sa grande signification.

HISTORIQUE

XVIe s. Il estoit homme désordonné, dissolu et desbordé en despense et abysmé de dettes, Amyot, Galba, 26. En toute autre sumptuosité de faire jouer jeux et donner festes publiques, il abysma, par manière de dire, la magnificence de tous ceulx qui s'estoient efforcés d'en faire auparavant, Amyot, César, 6. Si que les nefs sans crainte d'abismer Nageoient en mer à voiles avallées, Marot, II, 249. Dont plus n'auront crainte ne doute, Et deust trembler la terre toute, Et les montagnes abismer Au milieu de la haute mer, Marot, IV, 291. Sers-moi de phare et garde d'abismer [que ne s'abîme] Ma nef qui flotte en si profonde mer, Ronsard, 595. Dont il est necessaire que les uns soient par desespoir jettés en un gouffre qui les abysme, Calvin, Inst. 662. Tous ensemble forment une indissoluble amitié pour abysmer les Lutheriens, Carloix, VIII, 16. Oh ! quantes fois de ton grave sourcy Tu abysmas ce faulx peuple endurcy ! Du Bellay, J. III, 93, verso.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ABÎMER. Ajoutez :

4En général, maltraiter. Saint Augustin et les deux lettres auxquelles on nous renvoie y sont abîmés, Bayle, La France toute catholique, à la fin.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abîmer »

Étymologie de abîmer - Littré

Abîme ; Berry, abisser ; provenç. abissar ; anc. catal. abisar ; espagn. abismar ; ital. abissare. Le patois du Berry, ainsi que d'autres, ont suivi abyssus et non abyssimus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de abîmer - Wiktionnaire

(Date à préciser) De abîme avec le suffixe verbal -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abîmer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abîmer abime play_arrow

Conjugaison du verbe « abîmer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe abîmer

Évolution historique de l’usage du mot « abîmer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abîmer »

  • La bonne idée dans cette situation est de changer rapidement l’hélice, le mieux étant d’en avoir une de secours à bord. Il faut aussi vérifier l’étanchéité des joints de l’embase. Souvent, avec une pale endommagée il va y avoir des vibrations importantes qui, en plus d’être désagréables peuvent abîmer les joints. , J'ai abîmé mon hélice de bateau en talonnant. Est-ce grave ? - Voile & Moteur
  • Connue sous le nom de pagophagie, l’addiction aux glaçons peut avoir des effets néfastes sur notre santé bucco-dentaire. En effet, croquer ou sucer des glaçons peut endommager les gencives et abîmer l’email dentaire. Mieux vaut donc s’abstenir ! Femme Actuelle, Ces mauvaises habitudes qui abîment vos dents : Femme Actuelle Le MAG
  • On évite de laver trop souvent le sol (pas plus d’une fois par semaine) et/ou de le nettoyer à grande eau. Cela risque d’abîmer la protection (huile ou vernis) et de faire noircir le bois. Le bon outil ? Un balai microfibre bien essoré, voire juste humidifié. Femme Actuelle, Rayé, abîmé, terne, comment bien entretenir mon parquet : Femme Actuelle Le MAG
  • Quel regard avez-vous sur l’explosion du nombre de séries?Pour être honnête, il y en a trop! On est en train d’abîmer le format. Je peux me tromper mais, personnellement je suis arrivé à saturation. Ça crée aussi une forme d’addiction et je suis contre le fait d’être sous emprise. Je redécouvre actuellement le plaisir de voir un film et je regarde des séries à dose plus homéopathique. Je mets The Wire et Les Soprano au sommet du podium. J’ai aussi beaucoup aimé Mindhunter et Big Little Lies . tvmag.lefigaro.fr, Roschdy Zem (Les Sauvages) : « Il y a trop de séries, on est en train d’abîmer le format !» 
  • Les femmes du monde entier ne jurent que par eux: des fers à lisser qui transforment les cheveux en une crinière brillante et droite. Elles prennent toutefois le risque d'abîmer leurs cheveux à cause d’une chaleur trop forte. L'inventeur James Dyson et son équipe d'ingénieurs ont voulu changer cela. Aujourd'hui à Paris, l'entreprise a dévoilé le Dyson Corrale, un lisseur qui endommage beaucoup moins les cheveux. 20 Minuten, 20 Minuten - Lisser les cheveux au lieu de les abîmer
  • Ce conseil, Aurore l’a appliqué : « Quand j’en ai parlé à ma sage-femme trois ans après, appréhendant de revivre la même culpabilité, elle m’a tout de suite rassurée. Elle m’a bien expliqué que ce bébé qui naît est notre chair mais aussi un être à part entière, qu’il faut apprendre à connaître et aussi à aimer… et que ça peut prendre du temps. J’en parle maintenant autour de moi. Beaucoup d’amies me disent avoir ressenti la même chose. Je pense qu’on n’en parle pas assez, que ça viendrait abîmer cette image de l’amour absolu et évident de la maternité. Il faudrait juste dire que chaque naissance mais aussi chaque attachement avec son nourrisson est unique et ne se passe pas toujours comme on le souhaiterait. Peut-être en parler un peu lors des cours de préparation à l’accouchement ? » Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Quand l’instinct maternel tarde à venir
  • Pour conserver leurs profits, les entreprises forestières et leurs soutiens ont donc œuvré afin d’imposer peu à peu l’idée qu’il était possible, si on respecte certaines règles de coupe (limitation du diamètre des arbres coupés, du nombre d’essences, des périmètres, etc.) de produire du bois d’œuvre sans abîmer la biodiversité et les conditions de vie des populations environnantes. Mais les règles d’exploitation qui ont été fixées dans les années 1990 et sont toujours en vigueur ne reposent sur aucune connaissance scientifique fiable, la forêt tropicale, très complexe, n’ayant été que très peu étudiée. Reporterre, le quotidien de l'écologie, ENQUÊTE 2/3 – Dans le bassin du Congo, la fable de la « gestion durable des forêts »
  • La lutte contre l’épidémie a mis en lumière l’ingéniosité et le pragmatisme de nos élus de terrain qui ont permis notre résilience, souvent en corrigeant les défaillances d’un Etat central dépassé. Les secousses que subit notre démocratie doivent nous inciter à repenser la répartition du pouvoir. Le jacobinisme n’en finit plus d'abîmer la France en éloignant décideurs et électeurs. L’échelle locale n’est-elle pas le chemin le plus court pour réconcilier les citoyens avec le processus démocratique? Dans De la Démocratie en Amérique, Alexis de Tocqueville écrit: «Les libertés locales, qui font qu’un grand nombre de citoyens mettent du prix à l’affection de leurs voisins et de leurs proches, ramènent donc sans cesse les hommes les uns vers les autres, en dépit des instincts qui les séparent, et les forcent à s’entraider». Le moment est venu de remettre ces affections par-dessus nos instincts en libérant du carcan parisien les volontarismes qui fourmillent partout en France. Le Figaro.fr, Maxime Sbaihi: «Il faut une décentralisation par le bas plutôt que par le haut»
  • Apple vient de mettre en vente son nouvel écran très haut de gamme Pro Display XDR. Mais pour ne pas abîmer ce jouet au verre nano-texturé à 6500 euros, il faudra utiliser exclusivement la chiffonnette fournie. Toms Guide : actualités high-tech et logiciels, Sans ce chiffon Apple, vous allez abîmer votre Pro Display XDR à 6500 euros
  • Le premier ministre n’a pas non plus précisé à quel moment il avait appris que des militaires canadiens horrifiés, à bord d’une frégate, avaient vu l’appareil s’abîmer en mer. L’actualité, Des militaires sur le Fredericton ont vu le Cyclone s'abîmer en mer Ionienne | L’actualité
  • Soins cheveux : le guide pour bien lisser ses cheveux sans les abîmer Public.fr, Soins cheveux : le guide pour bien lisser ses cheveux sans les abîmer
  • Munissez-vous d'une fourche-bêche et enfoncez là tout autour de la touffe à diviser en vous écartant d'au moins 10cm pour ne pas risquer d'abîmer les rhizomes périphériques qui sont les plus jeunes et les plus prometteurs. Faites levier jusqu'à parvenir à déterrer la touffe. Binette & Jardin, Quand et comment diviser les iris ?
  • (Rires) Je n’étais pas très connu à l’époque. Et puis, entre nous, qui dit « combat » dit « coups », des coups susceptibles d’abîmer une belle montre. Avouez que cela aurait été dommage ! , Jackie Chan, quarante ans de carrière et autant de montres – Partie 1 – FHH Journal
  • Je sais que votre choix est difficile et je ne souhaite pas l’influencer. Chaque liste a des avantages et des inconvénients, la liste parfaite n’existe pas. Je sais que vous êtes très attachés au bien-vivre de notre Ville, que beaucoup nous envient. Ma seule inquiétude et je pense que vous la partagez, est de ne pas voir abîmer le travail que j’ai conduit pendant tant d’années. , Municipales à Levallois. Patrick Balkany n'ira pas voter pour le second tour | Actu Hauts-de-seine
  • Si ce tableau vous semble familier, c’est parce que ce même avenir, où tout est piloté par des applications et repose sur des emplois précaires, nous était déjà vendu avant le Covid-19 au nom de la fluidité, du confort et de la personnalisation. Mais nous étions déjà très nombreux à nous inquiéter. Au sujet des problèmes de sécurité, de qualité et d’inégalité posés par la télémédecine ou l’enseignement à distance. Au sujet de la voiture autonome, qui risquait de faucher les piétons, ou des drones, qui risquaient d’abîmer les colis (ou de blesser des gens). Au sujet de la géolocalisation et de la dématérialisation des moyens de paiement, qui allaient nous déposséder de notre vie privée et renforcer la discrimination ethnique et sexuelle. Au sujet de réseaux sociaux sans scrupule qui polluent notre écologie de l’information et la santé mentale de nos enfants. Au sujet des “villes intelligentes” truffées de capteurs qui remplacent les pouvoirs locaux. Au sujet des “bons emplois” que ces technologies allaient faire disparaître. Au sujet des “mauvais” qu’elles allaient produire à la chaîne. Courrier international, Naomi Klein : “Ne laissons pas les géants du web prendre le contrôle de nos vies !”
  • L'exécutif a donc décidé de donner l'opportunité à certains d'entre eux de ne pas s'abîmer dans leurs lacunes. Soutien scolaire, jeux, activités sportives… Le gouvernement tient à un dispositif le plus complet possible pour mettre à profit les deux mois estivaux. Les Echos, « Les vacances apprenantes » en quatre questions | Les Echos
  • Pour ne pas abîmer l’extrémité des branches, très fragile, les grimpeurs sont en tension permanente sur la corde afin d’alléger leur poids. «C’est aussi une question de sécurité, sans quoi la branche risquerait de casser», précise Jérémie. Une maxime qu’il essaie d’appliquer même lorsqu’il se trouve près du tronc, afin de minimiser les traces de son passage. Geo.fr, Les bons gestes pour grimper aux arbres sans les abîmer - Geo.fr
  • Livraison, déménagement, tour à la déchèterie, départ en vacances, courses volumineuses… Les circonstances qui nous obligent à déplacer des objets lourds sont très nombreuses au quotidien. Problème, cela peut parfois causer des douleurs ou abîmer notre dos, et certaines personnes ne sont même pas capables de porter de telles charges. Il est alors recommandé d'utiliser un diable de transport, qui se présente sous la forme de chariot, pliable ou non, équipé de roulettes, d'un plateau pour poser des marchandises, et de poignées pour le diriger et le déplacer. Grâce à lui, vous pourrez transporter des cartons, caisses, futs, mais aussi des articles d'électroménager comme des machines à laver ou des réfrigérateurs, sans oublier des petits meubles. Si vous cherchez le diable de transport ou diable pliant le plus adapté à vos besoins, voici une sélection de plusieurs modèles concoctée par nos soins. Marques, prix, options, types de roues, formats… les chariots peuvent beaucoup différer d'un modèle à l'autre et vous y verrez ainsi un peu plus clair. Retrouvez notre sélection et faites votre choix. leparisien.fr, Diable de transport, chariot pliable : où trouver le meilleur ? - Le Parisien
  • Lancer l'analyse avant de tout centraliser, c'était selon lui prendre le risque "d'abîmer des masques en cours de route" et in fine de "faire annuler l'échantillonnage". La Chaîne Parlementaire - Assemblée Nationale, Pourquoi l'État n'a (presque) pas renouvelé ses stocks de masques pendant dix ans | LCP
  • Les élus présents, qu'ils soient départementaux, comme le président Alain Lassus et la conseillère Blandine Delaporte, ou locaux, à l'image du maire et président des Bertranges Henri Valès et son adjoint, Gérard Voisine, ont observé, avec admiration, la dextérité du grutier qui a manœuvré pour poser délicatement sa lourde charge juste à l'endroit prévu, sans abîmer la moindre branche d'arbre environnante ! www.lejdc.fr, Dans le cadre du déploiement de la fibre optique - La Charité-sur-Loire (58400)
  • Dès que les beaux jours sont de retour, beaucoup de gens aiment s'occuper de leur jardin. Mais pour bien l'entretenir, il faut s'équiper et choisir les bons accessoires. Pour arroser leur pelouse, la plupart des gens possèdent un tuyau d'arrosage, mais pas question de le laisser trainer sur le sol après utilisation. Cela pourrait être dangereux, et surtout il pourrait s'abîmer. La solution ? Un enrouleur de tuyau d'arrosage. Comme son nom l'indique, c'est un objet qui va permettre d'enrouler le tuyau bien proprement pour le protéger et le ranger. Sur le marché, on trouve un grand nombre de dévidoirs pour tuyau d'arrosage, allant de l'enrouleur de tuyau sur socle au dévidoir mural. Alors avant de choisir votre dévidoir, réfléchissez bien à où vous souhaitez le positionner car vous ne prendrez pas le même modèle. Si vous avez du mal à vous y retrouver devant les très nombreuses références d'enrouleurs de tuyau d'arrosage qu'on rencontre dans le commerce, voici une sélection de plusieurs dévidoirs de jardin. Marque, prix, fonctionnement, mais aussi design, vous en saurez assez pour faire le bon choix. leparisien.fr, Dévidoir, enrouleur de tuyau d'arrosage: lequel choisir ? - Le Parisien
  • Le premier mis en cause est vite passé aux aveux. Avouant être à l’origine de l’incendie de l’antenne, il a reconnu également la destruction des engins de chantier le 12 avril. « Ces engins ont pour habitude d’abîmer l’environnement. » estimait-il, selon le procureur de la République du jura Lionel Pascal. Cet homme supputait l’installation du réseau 5G sur ce territoire. Le second suspect, aussi lié au mouvement « anti 5G », conteste les faits qui lui sont reprochés. Pourtant l’historique de son bracelet électronique montre que ce dernier a été coupé dans la nuit du 14 avril au mercredi 15 avril. Les dégâts s’élèvent à environ 20 000€. , Actualités - Jura : Deux individus interpellés a Foncine-Le-Haut
  • Les manifestants ont tendance à s’attaquer à des statues, car elles reflètent selon eux une partie de l’histoire de la France qui peut être pointée du doigt. Emmanuel Macron lors de sa dernière allocution a spécifié que le pays ne tirerait pas un trait sur son passé et que les statues ne seraient absolument pas enlevées. Face au refus du président de la République, les manifestants n’ont pas trouvé une autre solution que les abîmer. Les images ont d’ailleurs fait le tour du Web, si certains cautionnent ces actes, d’autres n’hésitent pas à les pointer massivement du doigt. Vous avez donc rendez-vous ce jeudi 25 Juin sur TF1 à 13 heures pour tenter de découvrir une éventuelle pique de Jean-Pierre Pernaut. Barbanews.com, Jean-Pierre Pernaut a encore frappé : après les moutons, voici les statues ! Il s'énerve à nouveau !
  • So Scottish. Depuis lundi, les prairies de l’étang du Moulin-Neuf, à Plounérin, accueille de nouvelles pensionnaires : douze vaches écossaises bien en cornes. Ce troupeau est composé de six vaches, deux taureaux, deux taurillons et deux veaux, qui vont tenir compagnie aux chevaux camarguais qui vivent là à demeure. Ces vaches de race Highland Cattle sont particulièrement adaptées aux prairies du site : leurs larges pieds et leur démarche lente permettent de ne pas abîmer les sols humides. Cette année servira de test pour évaluer l’impact de ce pâturage sur la végétation. [Le troupeau de Highland Cattle de retour sur les prairies du Moulin-Neuf] Le Telegramme, Église de Trémel, vaches écossaises et bain moussant font le sel de l’actu du jour - Lannion - Le Télégramme
  • Le travail de la herse a permis de bien aérer le sol sur la largeur de travail sans pour autant abîmer les pieds de tournesols, par contre le liseron présent s’est retrouvé enfoui sous une pellicule de terre mais son système racinaire est resté intact car déjà trop développé. Entraid' : le média des cuma et du matériel agricole, Tarn : douze mètres de herse étrille Treffler à l'essai - Entraid
  • Vous souhaitez aménager votre jardin mais hésitez entre le coffre, le banc et l'armoire ? Voyons leurs différents usages pour que vous vous y retrouviez. Si vous disposez d'un espace limité, rien de tel qu'un coffre de rangement. Il prendra peu de place et vous permettra tout de même de ranger beaucoup d'outils et objets comme des coussins. Certains coffres de rangement pour jardin sont même assez grands pour stocker des vélos si c'est votre besoin. Autre avantage du coffre de rangement extérieur : il peut également avoir la fonction de banc de rangement. Dans ce cas, il offre une assise supplémentaire pour vous et vos proches lors de moments dans le jardin. De son côté, l'armoire de jardin sera plus en hauteur et donc idéale pour ranger des outils à manche comme des pelles et râteaux. Souvent équipée d'étagères, elle permet de garder les produits d'entretien bien droit. Du côté des matériaux, plusieurs choix s'offrent également à vous pour vos bancs coffres de rangement et armoire. Le plus prisé est généralement le bois car chaleureux et élégant. Il faut toutefois qu'il soit traité pour ne pas s'abîmer trop vite. Si vous y stockez des coussins, assurez-vous que le coffre soit bien hermétique et étanche. Vous pouvez aussi opter pour le PVC ou la résine, des matières résistantes et plus abordables. Vérifiez que le modèle est traité pour résister aux UV afin de ne pas se décolorer ou devenir cassant. Enfin, vous avez l'option métal qui est très robuste mais plus lourd. Assurez-vous que votre coffre ou armoire est traité contre la rouille et corrosion pour durer dans le temps. leparisien.fr, Banc coffre de rangement extérieur : notre sélection - Le Parisien
  • Il convient donc aux participantes et participants d’effectuer leur recherche dans le strict respect de la réglementation de l’environnement. Il est interdit d’abîmer et vandaliser les lieux. De plus, ces derniers assurent l’organisation qu’aucune poursuite ne sera engagée et renoncent à entreprendre toute action à l’encontre de celle-ci. La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable, À la quête du dragon guérisseur - La Nouvelle Union et L'Avenir de l'Érable
  • Mais saviez-vous que ce liquide peut également abîmer certains matériaux de votre auto? , Magazine Automobile | Attention au gel hydroalcoolique, il est dangereux pour votre voiture
  • Le troupeau de l’éleveur passionné, Guy Martinon, est composé de six vaches, deux taureaux, deux taurillons et de deux veaux. C’est après en avoir rencontré, en Écosse, qu’il s’est décidé à en acquérir. Cette race est utilisée dans de nombreux espaces naturels pour sa rusticité et sa bonne adéquation aux milieux humides. Leurs larges pattes et leur démarche lente permettent de ne pas abîmer les sols humides. Le Telegramme, Le troupeau de Highland Cattle de retour sur les prairies du Moulin-Neuf - Plounérin - Le Télégramme
  • On en a déjà toutes fait la mauvaise expérience, au bout de quelques temps, le vernis à ongles finit par s'épaissir dans son flacon. Résultat ? Il est plus difficile à appliquer, et surtout, il sèche mal. Heureusement, il existe plusieurs méthodes faciles à réaliser chez soi pour le fluidifier à nouveau. Vous pouvez tout d'abord ajouter 2 ou 3 gouttes d'alcool à 60 ou 90 degrés dans votre flacon. Faites-le ensuite tourner entre vos mains pendant plusieurs secondes, évitez de le secouer pour mélanger. De manière générale, ne secouez pas un vernis à ongles, cela forme des bulles qui compliquent son application. Certaines préfèrent utiliser du dissolvant pour diluer leur vernis. Attention dans ce cas de choisir du dissolvant sans acétone pour ne pas abîmer la matière première. Enfin, un des meilleurs moyens de garder un vernis à ongles bien fluide, c'est de le conserver correctement. Il faut qu'il soit au sec, à l'abri de la lumière, dans un endroit frais et qu'il reste droit. Le réfrigérateur apparaît alors comme le lieu idéal. leparisien.fr, Quel vernis à ongles choisir pour une manucure au top ? - Le Parisien
  • Croisières = fumées noires. Telle est l'équation qui fait régulièrement les gros titres de la presse, réduisant l'activité à un élément polluant qui vient abîmer l'air de la deuxième ville de France. La Tribune, A Marseille, les croisières, vrai-faux débat ?
  • Le monde est abîme, et le monde s’abîmera. De Proverbe pachtoune

Images d'illustration du mot « abîmer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « abîmer »

Langue Traduction
Portugais estragar
Allemand beschädigen
Italien rovinare
Espagnol dañar
Anglais damage
Source : Google Translate API

Synonymes de « abîmer »

Source : synonymes de abîmer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abîmer »



mots du mois

Mots similaires