Détraquer : définition de détraquer


Détraquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉTRAQUER, verbe trans.

A.− Vx. Déranger dans sa marche, son mécanisme.
Spécialement
1. CHASSE. ,,Détraquer un piège, le détendre`` (Baudr. Chasses 1834).
2. MAN. ,,Faire perdre (à un cheval) ses bonnes allures, son allure ordinaire`` (Ac. 1835-1932).
B.− Usuel
1. Déranger (quelque chose) dans son fonctionnement. Détraquer une machine, une montre, un moteur. (Quasi-) synon. déglinguer (fam.), déranger, dérégler.
P. métaph. Aujourd'hui, c'est dimanche, un jour qui détraque la semaine (Colette, Ingénue libert.,1909, p. 201).
Emploi pronom. à sens passif. La machine, la mécanique, la pendule, le système se détraque. Le soleil était arrêté (...). Et c'est pourquoi tout se détraquait (Cendrars, Lotiss. ciel,1949, p. 72):
C'était la vieille machine gouvernementale qui continuait à marcher d'elle-même, par la force acquise, avec des grincements et des heurts, et qui se détraquerait, qui tomberait en poudre, dès que naîtrait la société nouvelle. Zola, Travail,t. 1, 1901, p. 108.
2. P. anal.
a) Un aliment détraque l'estomac.
Emploi pronom. réfl. indir. Se détraquer l'estomac, les nerfs. Pop. Se détraquer le trognon. Devenir fou (d'apr. France 1907).
b) Au fig. et fam. Détraquer le cerveau, l'esprit. Rendre fou. Comme il faut peu de chose pour détraquer une tête humaine! (Mérimée, Lettres Ctesse de Montijo, t. 1, 1870, p. 282).Un souffle d'alcool (...) émasculait les hommes, détraquait les femmes, empoisonnait l'enfant dans l'œuf (Zola, Fécondité,1899, p. 74).
Emploi pronom. à sens passif. Pourtant cette machine [la formule classique] si bien réglée s'est détraquée un jour (Zola, Doc. littér.,Victor Hugo, 1881, p. 46).T'as pas idée de ce qu'on devient en taule. La machine se détraque (Carco, Montmartre,1938, p. 248).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Détraquant, ante, part. prés. et adj., rare. Qui désempare, rend fou. Ce qu'il y a d'affolant, de détraquant, de désespérant, ce n'est pas la catastrophe elle-même (Bloy, Journal, 1897, p. 248). b) Détraqueur, subst. masc. Celui qui détraque. Constatons que cette dégénérescence de leur armée [des Turcs] est notre œuvre, à nous, les détraqueurs d'Occident (Loti, Turquie agonis., 1913, p. 45).
Prononc. et Orth. [detʀake], (je) détraque [detʀak]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1464 se detraquer « se séparer, en suivant chacun un chemin différent » (Bibl. Ec. des Chartes, 1854, p. 273 ds DG); 1564 « déranger dans sa marche » (Thierry); 1578 estomach détraqué (Joub., Err. pop., 2ep., ch. XVII ds Gdf. Compl.); 1601 ames turbulentes et detraquees (Charron, Sagesse, livre I, ch. XLII, ibid.). Dér. du m. fr. trac « chemin, trace, piste », v. traquer; préf. dé-*; dés. -er; cf. av. 1590 pour destrasquer les saints du saint trac de la Foy (Du Bartas, Le Triomphe de la Foy, ch. 2, p. 435 ds Hug.). Fréq. abs. littér. : 345. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 88, b) 522; xxes. : a) 967, b) 527.

Détraquer : définition du Wiktionnaire

Verbe

détraquer \de.tʁa.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se détraquer)

  1. (En particulier) (Équitation) Faire perdre à un cheval ses bonnes allures, son allure ordinaire.
    • Celui qui a monté ce cheval l’a tout détraqué.
  2. (Par analogie) Déranger dans ses fonctions une machine, une chose organisée jusqu’à la mettre hors d’état de fonctionner.
    • On répandit l'idée que les Roms n'étaient qu'un ramassis de feignants dont la feignantise détraquait le bon fonctionnement du monde libre. — (Lydie Salvayre, La méthode Mila, Éditions du Seuil, 2005, page 146)
  3. (Par analogie) Déranger un organe dans ses fonctions, un être intelligent dans ses facultés.
    • Ce médicament lui a détraqué l’estomac.
    • (Familier) Il a le cerveau détraqué.
  4. (Pronominal) Perdre sa régularité dans son fonctionnement.
    • Et dans ce rire acharné, grandissant, dans ce rire pareil à un réveille-matin qui se détraque, j’entendis ces mots, coupés de roulades sonores et de fusées sifflantes : […]. — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Détraquer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉTRAQUER. v. tr.
Déranger dans ses fonctions une chose organisée ou un être intelligent dans ses facultés. Détraquer un moteur, une horloge. Cette montre se détraque. Ce médicament lui a détraqué l'estomac. Une administration qui se détraque. Fam., Il a le cerveau détraqué. Sa tête se détraque. Dans ce sens familier, le participe passé s'emploie aussi comme nom. Un détraqué, une détraquée, Celui, celle qui a le cerveau dérangé. En termes de Manège, il signifie Faire perdre à un cheval ses bonnes allures, son allure ordinaire. Celui qui a monté ce cheval l'a tout détraqué.

Détraquer : définition du Littré (1872-1877)

DÉTRAQUER (dé-tra-ké) v. a.
  • 1Faire perdre à un cheval ses bonnes allures. Celui qui a monté ce cheval l'a détraqué.
  • 2 Par extension, déranger un mécanisme. Détraquer un tournebroche. Je vous avoue que j'avais déjà été un peu fâché pour le duc de Bourgogne qu'il eût écrit à Mme de Maintenon contre le duc de Vendôme, et qu'il se fût amusé à détraquer une montre avant la bataille d'Oudenarde, Voltaire, Lett. à Villevieille, 30 avril 1777.

    Terme de chasse. Détraquer un piége, le faire partir, en en décochant la gâchette ou le triquet.

  • 3 Fig. et familièrement, troubler. Cela lui a détraqué le cerveau, l'esprit. Deux yeux, deux yeux charmants avaient, pour ma ruine, Détraqué les ressorts de toute la machine, Regnard, Démocr. V, 5.
  • 4Se détraquer, v. réfl. Perdre ses bonnes allures. Ce cheval s'est détraqué.
  • 5Perdre la faculté de fonctionner, en parlant d'un mécanisme. Cette machine s'est détraquée.

    Avec ellipse du pronom se. Je m'étais mis à étudier l'anatomie, et passant en revue la multitude et le jeu des pièces qui composent ma machine, je m'attendais à sentir détraquer tout cela vingt fois le jour, Rousseau, Conf. VI.

    Fig. Sa tête se détraque. Me faire enfermer ! voilà la machine qui se détraque, çà, çà, changeons de propos, Regnard, le Retour imprévu, sc. 16.

HISTORIQUE

XVe s. Et conclurent ensemble d'eux detracquer et departir par divers chemins, pour eulx rendre tous auprès de Nemours, et illec attendre l'un l'autre, Ms. relatif à Louis XI, Bibl. des Chartes, 4e série, t. I, p. 273.

XVIe s. …d'avoir si bien et si tost remis et restabli les choses tant desesperément destraquées, De Serres, Dédic. Presentez-vous toujours en l'imagination Caton, Phocion et Aristides, en la presence desquels les fols mesmes cacheroient leurs faultes, et establissez-les contreroolleurs de toutes vos intentions ; si elles se detraquent, leur reverence vous remettra en train, Montaigne, I, 287. Je veux qu'on veoye mon pas naturel et ordinaire, ainsi destracqué qu'il est ; je me laisse aller comme je me treuve, Montaigne, II, 99.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉTRAQUER
4Ajoutez :

Fig. Pour fournir entièrement ma carrière, et ne me point détraquer de l'écliptique de cette instruction, que je n'aie rencontré le tropique de la vérité, Naudé, Rosecroix, VI, 2.

REMARQUE

Il a été employé absolument pour dire : faire sortir d'une voie, d'une trace. Je vous ai dit plusieurs fois qu'il se peut bien rencontrer des occasions qui ne plaisent pas à la reine [Marie de Médicis], mais que rien ne peut détraquer du bon chemin, Richelieu, Lett. etc. 1619, t. VII, p. 474.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « détraquer »

Étymologie de détraquer - Littré

Dé… préfixe, et traquer : proprement détourner de la trace ; Berry, detraquer, détourner de la voie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de détraquer - Wiktionnaire

(XVe siècle) Du préfixe dé- et du moyen français trac (« trace, chemin ») et la désinence verbale -er, le sens actuel n’est apparu qu’un siècle plus tard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « détraquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
détraquer detrake play_arrow

Conjugaison du verbe « détraquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe détraquer

Évolution historique de l’usage du mot « détraquer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « détraquer »

  • Insidieusement se font jour les causes profondes du mystère. Le sort d’Ichiko est déterminé par une vengeance consécutive à un dépit amoureux. Le désir interdit devient le grain de sable qui vient détraquer tout à la fois l’équilibre général des choses et le sort particulier de l’infirmière. Elle est elle-même piégée par d’anodines confidences intimes (mais le sont-elles vraiment ?) qu’elle a, un jour, confessées à celle qu’il ne fallait pas. Le sexe rend fou non seulement les protagonistes du drame mais l’ordre social lui-même. Le Monde.fr, « L’Infirmière » : quand le désir interdit menace l’ordre social

Images d'illustration du mot « détraquer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « détraquer »

Langue Traduction
Corse derail
Basque derail
Japonais 脱線する
Russe пускать под откос
Portugais descarrilhar
Arabe الخروج عن مساره
Chinois 出轨
Allemand entgleisen
Italien deragliare
Espagnol hacer descarrilar
Anglais derail
Source : Google Translate API

Synonymes de « détraquer »

Source : synonymes de détraquer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « détraquer »


Mots similaires