La langue française

Abattis, abatis

Sommaire

  • Définitions du mot abattis, abatis
  • Étymologie de « abattis »
  • Phonétique de « abattis »
  • Évolution historique de l’usage du mot « abattis »
  • Citations contenant le mot « abattis »
  • Traductions du mot « abattis »
  • Synonymes de « abattis »
  • Antonymes de « abattis »

Définitions du mot abattis, abatis

Trésor de la Langue Française informatisé

ABATTIS, ABATIS, subst. masc.

Action d'abattre; ce qui est abattu.
A.− [Suivi ou non d'un compl. désignant un mur, et empl. au sing. ou au plur.] :
1. Abatis : les pierres qu'on a détachées et fait tomber. Gattel1797.
2. A mesure que nous avancions vers Niagara, la route, plus pénible, étoit à peine tracée par des abatis d'arbres : ... F.-R. de Chateaubriand, Voyage en Amérique, en France et en Italie,t. 6, 1827, p. 47.
3. Monument admirable, unique ici, le digne pendant conservé des plus belles constructions des grandes époques. On démolit tout autour, c'est un immense abatis, qui rappelle avec plus de désordre la démolition des vieux quartiers de Paris. E. Fromentin, Voyage en Égypte,1869, p. 143.
4. Le voisin de Delacroix, un ancien marchand de vin, avait un mur qui gênait la vue du peintre. Il lui proposait, pour l'abattis de ce mur, une grosse somme qu'il refusait; ... E. et J. de Goncourt, Journal,1877, p. 1201.
5. Il tombe en pleine frénésie ... une scène sans nom! Les forts hommes des abatis et des coupes l'empoignèrent, à six, en détournant la tête, pour ne pas rencontrer ses regards, le ligotèrent sur une chaise (...). J. de La Varende, Le Sorcier vivant,1938, p. 51.
Rem. Except., le compl. désigne des pers. (emploi iron. ou péj.) ou des abstractions :
6. Ce lion [V. Hugo] ne ferait de vous [les académiciens] qu'une bouchée. S'il s'y mettait jamais, quel horrible abatis De Lilliputiens sous ses coups aplatis! A. Pommier, Crâneries et dettes,1842, p. 40.
7. « ... l'abattis, en quelques semaines, de 54 préfets, de 38 secrétaires-généraux et de 125 sous-préfets. » (Aug. Vacquerie, le Rappel du 23 octobre 1877.) L. Rigaud, Dict du jargon parisien,L'Argot ancien et moderne, 1878, p. 2.
8. Ce fut comme un abatis d'arbres; tous tombaient les uns sur les autres. V. Hugo, Quatre-vingt-treize,1873, III, II, p. 3.
9. De tous ces préjugés par les siècles bâtis On a fait de nos jours un immense abattis. A. Pommier, Colères,1844, p. 19.
Canadianisme. ,,Dans les régions en voie de défrichement, terrain qui n'est pas encore complètement essouché.`` (G. Dulong, Canadianismes de bon aloi, Cahiers de l'Office de la langue française, no4, Gouvernement du Québec, 1969, p. 7) :
10. On traversa l'abatis du Colombier piqueté de souches, de recrus de plaines et de fougères brunes. F.-A. Savard, Menaud, maître-draveur,1937, p. 48.
MILIT. Obstacle artificiel formé d'arbres abattus :
11. La hauteur était défendue par des lignes de palissades, des abatis, des fossés, et flanquée de redoutes formidables. Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 2, 1870, p. 281.
12. Vous me demandez en conséquence de vous mettre en mesure de pouvoir donner l'assurance que, sur tous les points de notre front, l'organisation au moins sur deux lignes a été prévue et réalisée avec tous les renforcements indispensables en obstacles passifs (fils de fer (...) abatis, etc...). J. Joffre, Mémoires,t. 2, 1931, p. 200.
VÉN. Sentier frayé par les fauves passant régulièrement par le même endroit.
B.− [Plus particulièrement en parlant de volailles; toujours au plur.] Synonyme de abats* qui de nos jours s'applique de préférence aux autres anim. de bouch. :
13. ... trois dindes superbes, piquées de bleu comme un menton fraîchement rasé, dormaient sur le dos, la gorge recousue, dans l'éventail noir de leur queue élargie. A côté, sur des assiettes, étaient posés des abatis, le foie, le gésier, le cou, les pattes, les ailerons; ... É. Zola, Le Ventre de Paris,1873, p. 789.
14. Un bœuf entier sectionné en deux, pendu à l'arbre, et sur lequel s'escrimaient encore en jurant les quatre bouchers du régiment pour lui tirer des morceaux d'abatis. On s'engueulait ferme entre escouades à propos de graisses, et de rognons surtout ... L.-F. Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 28.
C.− Emplois fam. ou arg.
1. Au sing., emploi fam. (cf. sup. ex. 7); emploi rare (cf. l'expr. abattre de la besogne, sém. abattre, A 4 ex. 17). Amoncellement d'obj. abattus :
15. Ce matin, levé à neuf heures. Lu le journal. (...) Déjeuné. − Écrit des lettres, − un abatis! ... J. Barbey d'Aurevilly, Premier memorandum,1838, p. 29.
2. Au plur., arg. (arg. des ateliers de peint.) Bras et jambes d'une pers., p. anal. avec les ailes et les pattes d'une volaille ou d'une bête :
16. Et d'un bond ils furent à la porte. M. Frédéric la gardait! Dégringolé de son comptoir avec la soudaineté d'une avalanche, il barrait la sortie, de ses jambes écartées et de ses abatis en croix. G. Courteline, Le Train de 8 h 47,1888, p. 179.
17. L'intérêt de cette exposition, ce sont ses danseuses gravées (...), où l'on perçoit la vulgarité des abattis, la roture des attaches, le canaille des anatomies, le faubourisme des minois, les ascendances alcooliques des formes et des contours de ces fillettes dans leur métier de grâce, ... E. et J. de Goncourt, Journal,1896, p. 962.
3. Numéroter ses abattis. Être sur ses gardes contre les coups de son adversaire notamment au moment d'engager la lutte, comme si on risquait de ne pas retrouver, après le combat, la disposition de ses membres si on ne les marquait pas d'avance :
18. On y va, cette fois, ça y est. Numérotez vos abatis! R. Benjamin, Gaspard,1915, p. 30.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [abati]. Enq. : /abati/. 2. Homon. et homogr. − Homon. : abattit (il) du verbe abattre Homogr. : abattis (je, tu). 3. Dér. et composés : cf. abattre. 4. Hist. des formes. − On rencontre le mot sous sa forme graph. actuelle dès le xves. (cf. Gdf., ex. de Waurin). Cette forme en vedette ds les dict. d'Ac. 1740, de Trév. 1752, 1771 et ds Besch. 1845 ne l'emporte définitivement qu'à partir d'Ac. 1932, étant encore sous les 2 formes ds Lar. 20e. A son entrée dans la lang. au xiies., le mot se présente sous la forme abatis (un seul b et t, cf. ex. étymol.) qui apparaît régulièrement jusque ds DG et Lar. 20e(vedette abatis). Au xvies., on rencontre surtout la forme abbatis, avec redoublement de b, en vedette ds Nicot 1606, Cotgr. 1611. Cette forme est encore en vedette ds Ac. 1694 et 1718. − Rem. Fur. 1690 (cf. sussi Trév. 1704, 1752, 1771) réserve 2 entrées à ce mot : Abateis : -eis, forme anc. du suff. -is* (cf. étymol. et ex. Gdf.) avec la rem. ,,vieux mot (...) il est hors d'usage``. Abatis : cf. sup.
ÉTYMOLOGIE I.− Emploi actif. − 1130 « action de tuer (dans un combat), massacre » (Cour. Louis, éd. Jonchbloet, 2299 ds Gdf. : La veissiez un abateiz fier Costes et bras et testes peçoier); apr. 1160 « id. » (Rou, éd. Andresen, III, 4094 ds Keller, Et. vocab. Wace, 276b : Ranof vit le grant poigneiz E vit le grant abateiz). II.− Emploi passif. − 1. 1173 « espace de la forêt où les arbres ont été taillés, taillis » (Aiol et Mirabel, éd. Förster, 4919 ds T.-L. : Je m'en irai avant se vous volés A cel abatëis que vous veés); 2. xiiies. « monceau de cadavres » (S. Graal, Bibl. nat., 2455, fol. 57a ds Gdf. : Quant il vit ses compaignons mors si joint les pies et tressalt l'abaiteis qui estoit antor lui). Dér. du thème verbal de abattre* 1, sens propre; suff. -is* (a. fr. -eïz, -eïs devenu régulièrement -is). HIST. − Entré dans la lang. au xiies. (cf. étymol.), apparaît comme synon. partiel de abat à partir du xves. (cf. ce mot) et indique actuell. le résultat de l'action, princ. dans le vocab. techn. (bouch.) et dans la lang. arg., l'action elle-même étant plutôt sentie dans abattage (cf. ce mot). I.− Disparitions av. 1789. − A.− « Action d'abattre ». 1. L'obj. est un animé : « massacre », 1reattest. 1130 (cf. étymol. I), Nicot 1606 : On dit aussi, en cas de guerre, Après une bataille faire grand abbatis. Cet emploi est auj. senti comme fig. (cf. sém. A). 2. L'obj. est un inanimé. − Attest. xvies. : Avec le fouet on ordonne l'abatis des cheveux, comme peine extraordinaire. É. Pasquier, Recherches, [1546], VIII, 9, (Hug.). Gattel 1797 ,,abatis, les bêtes tuées par les vieux loups`` paraît un arch. dont la vie est prolongée par le dict. B.− « Monceau de cadavres », 1reattest. xiiies. (cf. étymol. II 2), dernière attest. début xvies. : La mer fut tant orgueilleuse qu'elle monta à fleur de cette muraille, et en rua grant abbatys en mer. D'Auton, Chron., Richel. [Bibl. Nat.], 5082, fol. 110b, (Gdf.). C.− « Partie de la forêt dont les arbres ont été abattus », 1reattest. 1173 (cf. étymol. II 1); Fur. 1690 le signale pour la 1refois comme hors d'usage. Au xixes. et auj. peut-être région de l'Ouest (Fromentin, La Varende; cf. sup. ex. 5?) Cf. aussi sém. I A, canadianisme. D.− « Abattoir », Fur. 1690, Trév. 1752 : Les reglemens de Police portent, que les Tueries, ou Abattis des Bouchers seront hors les villes. (...) En cet endroit, il semble signifier le lieu où un boucher tue ses bestiaux. Ac. 1798. Encore ds cette accept. disparaît au xixes. (cf. Besch. : ,,Ce mot avait anciennement l'acception d'abattoir.``) II.− Sens attestés apr. 1789. − A.− « Action d'abattre; ce qui est abattu (chose ou animal) », 1reattest. xiies. (cf. étymol. II) (cf. sém. A) : xviies. : Faire un grand abattis de gibier. Ac. 1694. xviiies. : Il y a eu un grand abatis de maisons par le tremblement de terre. Il y a plusieurs abatis de pierre dans cette carriere. Trév. 1704. B.− P. ext. « obstacle artificiel », terme milit., 1reattest. fin xviies. (FEW ca 1680) (cf. sém. A) : Les ennemis traversèrent les chemins par des abbatis des grands arbres. Ac. 1694. C.− « Chemin », terme de vén. (parfois synon. de abatture, cf. ce mot); 1655 (FEW) Fur. 1701 : Chemin que se font les jeunes loups, lors qu'en allant souvent au lieu où ils ont été nourris, ils abatent l'herbe. Encore ds Lar. 20e. D.− Synon. de abats (terme de bouch.), 1reattest. ds Fur. 1690, subsiste (cf. sém. B) : On dit aussi en cuisine, faire des potages d'abatis d'agneau, d'abatis de poulet d'Inde ... E.− « Membres » (d'une pers.), terme arg., ext. du précédent, apparu dans le vocab. de la peint. (1839) : Les pieds du genre de ceux que les peintres appellent des abattis étaient ornés. Cf. Numéroter ses abattis. Balzac, Pierre Grassou (Quem.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 66.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Barb.-Card. 1963 − Baudr. Chasses 1834. − Chabat t. 1. 1875. − Chesn. 1857. − Dumas 1965. − Jossier 1881. − Mont. 1967.

Wiktionnaire

Nom commun

abattis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
    • On a fait dans cette forêt un grand abattis de chênes.
    • Cette rue est bouchée par un abattis de maisons.
    • Le charpentier n’épargnait pas la petite forêt, tout en aménageant convenablement ses abatis. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Peut-être la terre serait-elle vendue par petits lots. Il y aurait alors de bons coups à faire. Chacun devait songer à compter ses écus, les tirer de leur cachette, énumérer ses ressources, afin d’avoir sa part dans l’abattis de Saint-Lange. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    1. (Militaire) Retranchement fait d’arbres abattus.
      • Derrière ces abattis, j’élève un parapet avec une banquette & un fossé en avant. Je place, derrière ce parapet, des compagnies de Chasseurs & l’Infanterie des Troupes Légères. — (Lancelot Turpin de Crissé, Commentaires sur les institutions militaires de Végèce, livr.1, chap.10, Paris, Nyon aîné, 1783, p.211)
    2. (Par extension) (Québec) Terrain juste déboisé où les branches et les souches sont mise en tas pour être brûlées.
  2. (Cuisine) Abats de volaille, en particulier : pattes, tête, cou, ailerons, foie et gésier.
    • Lorsque le soleil commençait sa lente descente vers l’ouest, Djida se relâchait un peu et souvent nous fricassait des abattis de volailles dans une poêle à long manche qu’elle déposait à même les braises. — (Dawoud Hamami, Les exilés du Yémen heureux, L’Harmattan, 1994, page 30)
  3. (Familier) Membres du corps humain[1].
    • Numéroter ses abattis.
    • C'est un beau brin de femelle. Dommage qu'un des abattis lui fasse défaut. — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Spectres-Bourreaux, 1932)
    • Mme Rodin et l’éditeur Victor causent avec Ambroise, lequel a les yeux perdus et, moins que jamais, ne sait quoi faire de ses abattis : une araignée de mer dressée sur ses pattes arrière. — (Alain Schifres, Le cousin, JC Lattès, 1997)
  4. Action d’abattre un animal, abattage.
    • II est établi dans la Commune un emplacement particulier, affecté spécialement à l’abattis des porcs , et mis à la disposition du public pour cet usage , en se conformant aux Règlemens y relatifs. — (Règlement de police de la Commune de Morges, art 178, Lausanne, Samuel Delisle, 1839, page 56)
    • faire un abattis de gibier.
    1. (Chasse) Gibier abattu.
      • Le niveau actuel des abattis est incertain, mais on l’estime à quelque 2 000 individus par an. — (La conservation et la gestion du blaireau d’Europe (Meles meles), Sauvegarde de la Nature, n°90, Conseil de l’Europe, 1998)
  5. (Chasse) Petit sentier que tracent les jeunes loups.
  6. (Canada) Terrain pas complètement essouché.
  7. (Guyane) Terrain cultivé traditionnellement selon l’agriculture itinérante sur brûlis.
    • La synthèse des données bibliographiques et des observations de terrain montre que cette pratique agricole traditionnelle, appelée abattis, tient une place importante sur les plans social, culturel et écologique. — (Moïse Tsayem Demaze, L’agriculture itinérante sur brûlis en Guyane française : la fin des durabilités écologique et socio-culturelle ?, 2008)
    • Dans le Nord-Ouest amazonien, par exemple, environ un siècle après l’abattis, il devient à peu près impossible à un botaniste professionnel de distinguer la végétation secondaire de la forêt primaire environnante (Sastre 1975). — (Philippe Descola, La nature domestique: symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar, Paris, ‎Maison des sciences de l’Homme & Fondation Singer-Polignac, 1986, page 171)

Forme de verbe

abattis \a.ba.ti\

  1. Première personne du singulier du passé simple de l’indicatif de abattre.

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \a.ba.ti\ masculin invariable

  1. (Vieilli) Variante orthographique désuète de abattis.
    1. Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons.
      • Nous la conduisîmes dans les allées les plus douces du bois. Il faisait beau. Elle en revint ranimée, rien que pour avoir respiré la senteur des chênes, dans de grands abatis chauffés par un soleil clair. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 221)
      • L’abatis planté de maniocs à l'embouchure de la crique est à moi.— (Jean Galmot, Quelle étrange histoire…, 1918)
      • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout... — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 46)
    2. (Familier) Membre du corps humain ou animal.
      • Je pense ramener mes abatis comme je les ai ramenés de Verdun. — (Les Mobilisés du « Nouvelliste » no 19, novembre 1916, page 14.)
      • Elle a aussi son crapaud et parfois des serpents qui logent sous son lit, mais déjà elle nous raconte l'histoire de son chat « Patte-de-velours » que son fils voulait perdre dans la forêt et qu'elle adopta pour lui épargner ce mauvais sort : « Je m'attache à cette bête, Monsieur, et pas plus de huit jours que je l'avais, se casse-t-il pas un abatis ? — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 363)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\

  1. (Architecture) Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

abatis \Prononciation ?\ masculin

  1. Abattis.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABATTIS. n. m.
Amas de choses abattues, telles que bois, arbres, pierres, maisons. On a fait un grand abattis de chênes dans cette forêt. Les ennemis embarrassèrent les chemins par de grands abattis d'arbres. Cette rue est bouchée par un abattis de maisons. Faire un abattis, un grand abattis de gibier, En tuer beaucoup. Il désigne spécialement les Pattes, la tête, le cou, les ailerons, le foie et le gésier d'une volaille. Un abattis d'oie, de dindon, etc. On dit dans le même sens au pluriel Des abattis en ragoût. Servir des abattis.

Littré (1872-1877)

ABATTIS (a-ba-tî) s. m.
  • Terme de fortification. Défense accessoire consistant en un amas d'arbres entrelacés, liés ensemble et arrêtés sur le sol.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « abattis »

(Date à préciser) Dérivé de abattre avec le suffixe -is.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Même mot qu'abatis, mais l'usage a prévalu, dans les traités spéciaux, de l'écrire avec deux "t".

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « abattis »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abattis abati

Évolution historique de l’usage du mot « abattis »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abattis »

  • Les membres du corps humain. Employé essentiellement dans l'expression «numéroter ses abatis». Le Figaro.fr, Le langage des combattants de la Grande Guerre
  • Habillez la volaille, retirez les abatis restants éventuellement dans la carcasse, retirez les plumes restantes et enlevez l’os de la fourchette. France Inter, La volaille de Barbezieux rôtie
  • Vous pourriez bien être poursuivi pour un délit de fuite. Votre hiérarchie vous demande des comptes et vous esquivez. Vous allez pouvoir compter vos abatis assez rapidement. tendanceouest.com, Hors Normandie. Votre horoscope signe par signe du mardi 27 novembre
  • Avec les grandes inondations de 1926-1928, le Grand Feu de 1870 fait partie des deux événements qui touchèrent gravement presque toute la population, et ce en quelques heures. Le printemps 1870 avait été chaud et sec. Les 16, 17 et 18 mai, nous sommes en quasi-canicule. Si plusieurs colons prennent la sage décision de cesser les feux d’abatis, d’autres continuent, dans une insouciance certaine. Déjà le 18 mai, on passe près de la catastrophe en maîtrisant de justesse quelques feux isolés. Le Lac-St-Jean, Grand Feu de 1870 : le douloureux relèvement - Le Lac-St-Jean
  • « Le projet s’appelle Oli-taanga, qui veut dire « tenir bon » », rapporte Stécyna Kiki, experte en filières agroalimentaires, en charge du suivi de création du pôle de transformation. D’autres projets agricoles associatifs ont échoué. Cette fois, les instances locales ont mis les bouchées doubles. « Le projet s’inscrit dans un programme de revitalisation de la commune, en parallèle d’un programme de développement de la production fruitière et maraîchère ». Dopé par des subventions européennes… Malgré un potentiel indéniable – pluies abondantes en saison, chaleur, ensoleillement – ces productions sont encore inconstantes car techniquement mal maîtrisées et cantonnées aux abatis (terrains où la végétation a été brûlée, cultivés deux ou trois ans, essentiellement en manioc, puis de nouveau abandonnés à la forêt). Journal Paysan Breton - Hebdomadaire technique agricole, En Guyane, Maripasoula mise sur ses fruits et légumes | Journal Paysan Breton
  • "Les Wayanas constatent que l'Etat ne garantit pas leur bien-être, que leur forêt est pillée, le fleuve asphyxié, les abatis (parcelles agricoles en forêt) volés", ajoute le médecin. Le Point, Guyane: la communauté wayana fait face à une vague de suicides - Le Point
  • À la mi-mai, en 1870, les terres colonisées au bord du lac Saint-Jean et sur les rives du Saguenay sont sous l’effet d’une canicule. Depuis trois jours, le soleil plombe et les colons qui ont défriché leurs terres jusqu’à la fin d’avril profitent du beau temps pour brûler les branches et les tas de bois empilés au bout de leur lopin de terre, ce qu’on appelle des abatis. Le Quotidien, Il y a 150 ans, le Grand feu | Actualités | Le Quotidien - Chicoutimi
  • 1 poularde de 2,2 kg (avec ses abattis : cou, foie, gésiers, pattes), 1 truffe de 20 g, 8 petites carottes, 8 blancs de poireaux, 8 petits navets, 2 branches de céleri, 1 oignon piqué de 1 clou de girofle, 1 bouquet garni, 25 cl de crème liquide, 15 cl de vin blanc sec, sel et poivre.   Franceinfo, L'histoire à la carte. Musique et cuisine
  • Avant une rentrée politique qui sera sans doute la plus animée des vingt dernières années, Delphine Garnier a numéroté ses abattis. Selon la référente de la République en Marche pour le Nord, ils sont entre 2 500 et 3 000 marcheurs sur les territoires de Lille, de Lomme et d’Hellemmes (sur l’ensemble du département, le chiffre grimpe à 12 500). Ce n’est évidemment pas suffisant pour remporter une élection municipale, mais ça éclaire sur les forces en présence quand on se souvient qu’au début de cette année, 183 militants socialistes ont participé au vote interne pour valider le ticket... La Voix du Nord, La bataille politique peut démarrer, à Lille, LREM a numéroté ses abattis
  • «Les anciens sont venus voir les abattis, ils nous ont dit qu’ils n’avaient jamais vu cela auparavant. On ne connait pas ces chenilles à Grand-Santi" déclare un agriculteur du Maroni. Guyane la 1ère, Des chenilles dévorent des champs de manioc à Grand-Santi - Guyane la 1ère
  • Dès le début du confinement, plusieurs villages amérindiens se sont isolés volontairement. Leur mode de vie fonctionnant en collectif, ils savent que cela pourrait faciliter la propagation du virus. Leurs communautés sont d’autant plus vulnérables qu’elles présentent de forts taux de diabète, facteur de comorbidité. À Camopi, « il n’y a pas eu de dépistage massif, donc il faut s’attendre à une recrudescence du virus, rapporte Jean-Philippe Chambrier. De plus, certains se sont réfugiés dans les abattis et à Troi-Sauts {un autre village en aval jusque-là épargné} ». Le Telegramme, En Guyane, les autochtones frappés durement par le Covid - France - Le Télégramme

Traductions du mot « abattis »

Langue Traduction
Anglais giblets
Espagnol despojos
Italien animelle
Source : Google Translate API

Synonymes de « abattis »

Source : synonymes de abattis sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abattis »

Partager