Tas : définition de tas


Tas : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TAS, subst. masc.

I.
A. − Accumulation d'une matière, de choses de même nature ou de nature différente, arrangées avec ou sans ordre et placées les unes sur les autres. Le temps de la moisson venu, les deux frères lièrent leurs gerbes, et en firent deux tas égaux qu'ils laissèrent sur le champ (Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 454).À mesure que le tas [de lettres] diminuait, ses lèvres se pinçaient. La dernière lettre appelée, il s'en alla, le cœur et les mains vides (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 24).
Marchand(e) au petit tas (vx). Commerçant(e) vendant par petits tas des fruits et légumes. Il régalait son estomac d'un morceau de fromage ou d'un oignon, ou d'une demi-douzaine de pommes achetées au tas sur le pont Neuf (About, Nez notaire, 1862, p. 111).
SYNT. Grand, gros, petit tas; tas énorme, informe, noir; tas d'herbes, d'immondices, d'ordures, d'os, d'ossements, d'étoffe(s), de blé, de bois, de briques, de cadavres, de cendre(s), de chair, de charbon, de chiffons, de choux, de copeaux, de débris, de décombres, de fagots, de feuilles, de foin, de fumier, de linge, de morts, d'or, de paille, de pierre(s), de planches, de sable, de terre, de vêtements; s'asseoir sur un tas; fouiller un tas; mettre qqc. en tas; vêtements (jetés) en tas.
P. anal. (de forme). [À propos d'un agglomérat d'êtres ou de choses en grande quantité et placés côte à côte] Un camion passa, chargé d'un tas confus de miliciens accroupis (Malraux, Espoir, 1937, p. 693).[À propos d'une pers. ramassée sur elle-même, d'une chose de forme indistincte] Après avoir trébuché sur le tas obscur d'un bonhomme assis par terre, dans la pénombre, (...) Paradis s'éloigne (Barbusse, Feu, 1916, p. 12).
Vx. Mettre qqc./qqn ablativo* tout/tous en un tas.
P. métaph. Il a compris que le centre de l'affaire, le nœud, le moyeu de l'implacable roue, c'est ce petit tas d'os et de peau: Janet (Giono, Colline, 1929, p. 163).
Pop., arg., péj. Tas de ferraille (de tôle). ,,Vieille automobile`` (Rey-Chantr. Expr. 1979). [Pour désigner le même objet ou tout autre objet déprécié] Tas de boue (Rey-Chantr.Expr.1979).Gros tas. ,,Personne énorme, laide, sans énergie qui s'affaisse comme un tas`` (France 1907). Gros tas! Ce n'est quand même pas cela qui te tirera d'affaire (H. Bazin, Bur. mariages, 1951, p. 191).
Avec valeur d'adj. C'était une gracieuse femme (...) dont l'élégante silhouette faisait presque toujours paraître un peu « tas » celles qui avaient la déveine de se trouver à côté d'elle (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 188).
Arg., vx. Tas de pierres. Prison. [J'ai peur d'apprendre bientôt que nos amis] viennent d'être fourrés dans l'tas de pierres (Vidocq, Vrais myst. Paris, t. 6, 1844, p. 352).
Fam. Crier famine* sur un tas de blé.
Faire rire un tas de cailloux, de pierres. Être très facétieux, être d'humeur joviale. Quand il avait un verre dans le nez, il aurait fait rire un tas de cailloux, avec ses histoires (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 103).
Jeter, mettre au tas. Mettre au rebut. Les dons afflueraient encore plus vite dans les musées si les donateurs pouvaient être sûrs que leurs collections, au lieu d'être « mises au tas », seraient présentées avec goût, dans un joli cadre (Réau, Archives, bibl., musées, 1909, p. 23).
Fam. [À propos d'une pers.] Se mettre (tout) en (un) tas. Se ramasser sur soi-même, ,,se mettre tout(e) en un peloton`` (Ac. 1798-1878). [À propos d'un rassemblement de pers.] Se serrer l'un contre l'autre dans un espace restreint. Un ronflement se dégageait de cette masse compacte (...) venue par un besoin de se mettre en tas (...). Mais un grand mouvement fit refluer la foule (Zola, Nana, 1880, p. 1474).
B. − [Terme de quantification]
Fam. Un tas/des tas + de + subst. Un grand nombre de. Synon. multitude, des masses de (fam. ou pop.).Il était oublié, depuis des tas d'années Vers l'avenir échelonnées (Verhaeren, Villes tentac., 1895, p. 185):
Depuis que mes confrères font courir le bruit que je n'ai aucune notion de l'asepsie (...), je ne soigne plus qu'un tas de péquenots. Bernanos, Journal curé camp., 1936, p. 1093.
SYNT. Un tas d'affaires, de bêtises, de blagues, de bouquins, d'enfants, de gens, d'histoires, d'idées, de questions, de raisons; un tas de vieilles choses, de vieux souvenirs; connaître, raconter, parler (d')un tas de...
Loc. adv.
À tas. Dans la multitude; groupé en grande quantité. Quel horrible supplice de n'être jamais seul, de vivre à tas! (A. Daudet, Contes lundi, 1873, p. 198).Les petites boutiques où l'on vend des médailles à tas (Claudel, Feuilles Saints, 1925, p. 634).
Des tas (fam., arg.). Beaucoup. Mina! Mais salement par terre, avec ses deux coups de lame dans l'dos... À n'a pas dû râler des tas (Carco, Jésus-la-Caille, 1914, p. 77).
Loc. fam. Dans le tas. Dans un groupe de personnes, dans un ensemble de choses, confus ou important, accumulées les unes sur les autres ou serrées l'une contre l'autre. J'avais mes anciens dans le tas, et ils étaient déjà sur mes talons à se bourrer de citrons (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 243).
Taper, tirer dans le tas. Frapper, tirer dans un groupe d'êtres animés ou d'objets, sans chercher à atteindre quelqu'un ou quelque chose en particulier. Deux autres arrivaient en haut du chemin (...) et lâchaient leur coup dans le tas (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 187).Si tu te lèves passe-toi tout de suite un pardessus! Tape dans le tas! n'importe lequel... (...) C'est pas les pardessus qui manquent! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 697).V. taper II A 3 ex. de Céline.
[À l'adresse d'un groupe de pers.]
Pop., p. plaisant. [Comme terme de salutation] [J'allais m'endormir, dans ma meule de paille; survient un autre vagabond] (...): « Tiens, y a du monde? (...) on peut entrer, l'coterie? » (...) [Il se glisse,] en disant: « Y a pas d'offense! salut, tout le tas! » (Stéphane, Ceux du trimard, 1928, p. 84).
[Comme 1erterme d'un syntagme exprimant une injure] Tas de salauds! Un des chefs de section (...) partait à l'arrière, hurlant: « Occupez-vous de vos postes et pas de moi, tas d'andouilles! » (Malraux, Espoir, 1937, p. 839).V. marsupial B ex. de Bloy.
C. − ARCHIT., CONSTR.
1. Masse d'un ouvrage de pierre en cours de réalisation et, p. méton., chantier à pied d'œuvre. La taille directe sur le tas (...) sera toujours meilleure que celle faite à l'atelier (Arts et litt., 1935, p. 22-1).
CHARPENT. Lieu où sont assemblées les différentes parties d'un ouvrage. Faire une mortaise, un tenon, une entaille sur le tas (Jossier 1881).
Fam. et souvent avec une nuance péj. Sur le tas. Sur le lieu de travail, par expérience directe, de manière improvisée. Apprentissage, formation sur le tas. On se trouvait déjà sur le tas qu'il faisait encore à peine jour... On a soudoyé le garde-champêtre (...) On a obtenu un tréteau... On avait une assez bonne place... entre la bouchère et un éleveur de petits oiseaux (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 120).Elles avaient ces yeux (...) désapprobateurs et fidèles quand leurs maris faisaient la grève sur le tas (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 267).
Arg. Lieu où se pratique la prostitution, le vol. Agricher, faire (marron), paumer (qqn) sur le tas. Prendre en flagrant délit. Un honnête homme, c'est un que les cognes n'ont pas encore paumé sur le tas (Stéphane, Ceux du trimard, 1928, p. 192).Être sur le tas, faire le tas. Se livrer à la prostitution. Londres c'est moins bien balancé, moins coquet que Paname, sauf que pour faire le tas, c'est plus « intéressant », comme de bien entendu (Morand, Bouddha, 1927, p. 62).Repiquer au tas. Adopter de nouveau un comportement qui tend à devenir habituel, recommencer. Faudrait [prétend ma femme] qu'j'y fout' l'argent d'mes s'maines (...). À r'pique au tas tous les sam'dis (La Petite lune, 1878-79, no15, p. 2).Loc. adv. Sur le tas. Séance tenante. Synon. sur-le-champ (v. champ1III).Buter qqn sur le tas (Esn.1966).
2. Tas de charge. Ensemble des ,,assises de pierres à lits horizontaux ou coussinets que l'on place sur un pilier ou un angle de mur pour recevoir des constructions supérieures`` (Chabat 1881). Les accidents qui s'étaient produits dans des édifices du XIIesiècle, à cause de l'absence ou de l'insuffisance des tas de charge, ne furent pas perdus pour les maîtres du XIIIesiècle (Viollet1875).
Tas (droit). ,,Rangée de pavés établie en ligne droite sur le milieu d'une cour ou d'une chaussée et à partir de laquelle les ailes s'étendent en pente, à droite et à gauche, jusqu'aux ruisseaux, ou jusqu'aux bordures`` (Chabat 1881).
II. − Spécialement
A. − TECHNOLOGIE
1. [Dans le travail des métaux] Petite enclume utilisée pour emboutir, planer, relever, etc. V. rivetage dér. s.v. riveter C ex. de Fillon.
,,Outil s'arc-boutant sur un point fixe et servant à maintenir, lors du rivetage, la tête première d'un rivet pendant la formation de la tête seconde`` (Forest. Métall. 1977).
2. [Autres activités] ,,Matrice dont se servent les boutonniers`` (Chesn. t. 2 1858). Tas à battre. ,,Outil de fonte sur lequel on place le livre pour certaines opérations de frappe`` (Lem. 1966); ,,bloc d'acier sur lequel on essaye la sonorité des monnaies`` (Mots rares 1965).
B. − INDUSTR. ,,Appareil de calcination et de grillage dans lequel on place le minerai en tas affectant une forme pyramidale et où on le met en combustion par simple allumage`` (Peyroux Techn. Métiers 1985). Suivant l'état de la matière à traiter (...) les appareils vont différer: on utilisera parfois le tas à l'airsurtout dans l'intervention d'une oxydationpour les minerais en morceaux (Guillet, Techn. métall., 1944, p. 97).
C. − INFORMAT. ,,Partie de mémoire organisée comme une pile et utilisée par certains compilateurs Pascal pour stocker des variables dynamiques pendant l'exécution d'un programme`` (Microproc. 1981).
Prononc. et Orth.: [tɑ]. V. -as et G. Straka ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t. 19 no1 1981, p. 215. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) α) Ca 1155 « amas » (Wace, Brut, 3411 ds T.-L.: Des ocis asemblout grant tas); β) ca 1155 el tas « dans le grand nombre de gens en question » (Id., ibid., 8484, ibid.); b) α) ca 1160 ferir a tas « frapper fort » (Enéas, éd. J.-J. Salverda de Grave2, 5673); β) ca 1174 a tas « en grande quantité » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, S. Thomas, App. I, 8 ds T.-L.: Or lu duinst Deus tuzdis a tas pain e char e peisun); 2. a) α) 1565 tailler (la pierre) sur le tas (Laborde, Comptes des bâtiments du Roi, t. 2, p. 112; déjà att. en 1460, comme terme de maçonn., au sens de « assise » dans un doc. de Tournai, v. Gdf. Compl.); β) 1567 [éd.] tas de charge (Delorme, Premier t. de l'archit., Paris, F. Morel, fol. 107 vo); b) α) 1872 mettre une fille sur le tas « lui faire faire du racolage » (d'apr. Esn. 1966); β) 1872 prendre (qqn) sur le tas « prendre (quelqu'un) en flagrant délit » (Larch., p. 227); γ) 1901 au tas! « au travail! » (Bruant, s.v. travail). B. 1. Ca 1260 « petite enclume d'acier » (Etienne Boileau, Métiers, éd. G.-B. Depping, p. 58, v. note 2); 2. 1723 « matrice métallique des fabricants de boutons » (Savary d'apr. FEW t. 17, p. 317a). Étymol. incertaine. FEW t. 17, p. 320b rattache le mot à un a. b. frq. *tas « amas », corresp. au m. néerl. tas « id.; foule », m. b. all. tas « endroit où l'on entasse le blé ». H. Meier (Neue lat.-rom. Etymologien, Bonn, 1980, pp. 102-107) rejette l'hyp. d'un étymon germ. à cause de la diversité des sens des différents représentants du gallo-rom. tas et de leur répartition géogr. Selon lui, les parlers gallo-rom. postulent un étymon ayant à la fois les sens de « rangement », « entassement » et « alignement », plutôt que celui, plus gén., de « amas ». Cet étymon pourrait être un mot de la famille du lat. stare « se tenir debout ». Fréq. abs. littér.: 3 047. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 126, b) 7 382; xxes.: a) 6 792, b) 3 956.
DÉR.
Tasserie, subst. fém.,région. (Normandie, Canada). Grenier, partie d'une grange où l'on entasse les gerbes de blé. Refoulé à l'arrière, l'entassement des anciennes dépendances recouvertes de chaumes: remise, tasserie, appentis encore utilisables, mais au bois pourri faiblissant de partout (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 45).− [tɑsʀi]. − 1resattest. a) 1562 « lieu où l'on entasse la récolte » (Journal du sire de Gouberville, 31 juill. ds Poppe, p. 184: tasserye), b) 1872 « lieu où l'on entasse les gerbes de blés » (Avranchin, 17 nov., aux Annonces ds Littré Suppl.); mot région. de Normandie, v. FEW t. 17, p. 318a et du Canada (1746, P. Potier ds Canada 1968); de tas, suff. -erie*.
BBG.Foulet (L.). Pour le commentaire du Jeu de la Feuillée « monter sur le tas » (v. 752). Romania. 1943, t. 67, pp. 367-369. − Meier (H.). Neue lat.-rom. Etymologien. Bonn, 1980, pp. 102-107. − Quem. DDL t. 9, 16, 38.

Tas, subst. masc.,arg., pop. Coup. À présent qu' me v'là dans les planques Et qu' je n' peux plus t' coller des tas, Tu n' te figur's pas c' que tu m' manques (Bruant1901, p. 130).

Tas : définition du Wiktionnaire

Nom commun

tas \tɑ\ masculin

  1. Monceau, amas, accumulation de choses.
    • Les graines, après être restées en tas quelques heures pendant lesquelles on les a pelletées constamment, sont placées dans un alambic. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la Savonnerie, 1924, page 29)
    • On verse sur le tas ou dans le composteur tous les déchets végétaux du jardin en évitant le branchage d’un trop gros diamètre. — (Alain Baraton, Mes trucs et astuces de jardinier, Éditions Flammarion, 2014)
    • Assembler, amasser en un tas.
    • Il y a tant de sauterelles dans la campagne qu’on les trouve par tas.
    • On allait fermer. Boulons, volets, barres de fer, tout un formidable appareil de clôture gisait par tas sur le trottoir, devant la porte entrebâillée… — (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, rééd. Le Livre de Poche, page 161)
    • Il s’agit [dans une guerre], dit le philosophe, de quelques tas de boue grands comme votre talon ; ce n’est pas qu’aucun de ces millions d’hommes qui se font égorger prétende un fétu sur ces tas de boue. — (Voltaire, Micromégas, 7)
    1. Abondance, multitude, grande quantité.
      • J’appris que le prétendu baron m’en avait imposé par un tas de mensonges. Il ne s’appelait point Sauttern, il s’appelait Sauttersheim. — (Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, 1782-1789, Livre XII)
    2. Multitude de gens amassés ensemble.
      • Un tas de coquins, de fainéants, de fripons, de filous.
      • Tirer dans le tas : Lâcher son coup de fusil sur une masse d’hommes ou d’animaux, sans en viser un en particulier.
      • Un tas d’hommes perdus de dettes et de crimes,
        Que pressent de mes lois les ordres légitimes.
        — (Corneille, Cinna, v, 1)
    3. Pile de dames qu’on fait avant de commencer le jeu de trictrac.
  2. Petite enclume portative, qui sert aux orfèvres et à divers autres ouvriers, placée quelquefois sur le même billot qu’une grande.
    1. Masse d’un ouvrage en construction.
      • Tas ou tas droit : Rangée de pavés en ligne droite, sur le milieu d’une chaussée.
    • On les présente successivement sur un tas ou petite enclume qui porte en relief l’empreinte qu’on veut donner à l’aiguille, et on les estampe rapidement avec un coup de marteau. — (Le Magasin pittoresque, 1850)
    1. Matrice dont se servent les boutonniers.
    2. Bloc d’acier sur lequel on essaye la sonorité des monnaies frappées.
      • Il paroit que ni la fusion ni la coupellation ne peuvent détruire, dans la platine, tout le fer dont elle est intimement pénétrée : les boutons fondus ou coupellés paraissent à la vérité, également insensibles à l’action de l’aimant ; mais les ayant brisés dans un mortier d’agate et sur un tas d’acier, nous y avons retrouvé des parties magnétiques d’autant plus abondantes que la platine étoit réduite en poudre plus fine. — (Georges Louis Leclerc de Buffon, Histoire des minéraux, in Œuvres complètes de Buffon, tome premier, P. Duménil, Éditeur, Paris, 1835)
    3. (Architecture) Tasseau en pierre horizontalement placé sur une colonne, un pilier, etc., et qui supporte un arc, une voûte, etc.
      • Tas de charge : Coussinet à branches, d’où partent les ogives, formerets, arcs doubleaux, etc.
    4. Place sur laquelle on raccorde, dans le bâtiment, une pièce que l’on pose.
      • Faire une mortaise, un tenon, un coupement, une entaille sur le tas.
      • Tailler sur le tas : Se dit lorsque la taille, au lieu de se faire au chantier, s’exécute au bâtiment.
  3. (Péjoratif) Personne obèse et disgracieuse.
    • Sa chef de pub, un gros tas boudiné dans un tailleur Zara, n’ouvrira la bouche qu’une seule fois aujour’hui pour dire ceci :
      – Ce qu’il faut, c’est susciter l’envie.
      — (Frédéric Beigbeder, 99 francs, Gallimard, 2000, collection Folio, page 106.)
  4. Coup.
    • À présent qu’me v’là dans les planques
      Et qu’je n’peux plus t’coller des tas,
      Tu n’te figur’s pas c’que tu m’manques.
      — (Aristide Bruant, 1901)
  5. (Informatique) Zone de la mémoire où sont situées les objets alloués dynamiquement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tas : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAS. n. m.
Monceau, amas de quelque chose. Tas de foin, de blé, de pommes, de fagots, de papiers, de pierres. Faire un tas. Mettre en tas. Assembler, amasser en un tas. Il y a tant de sauterelles dans la campagne qu'on les trouve par tas. Fig. et fam., Crier famine sur un tas de blé, Se plaindre comme si l'on manquait de tout, quoiqu'on soit dans l'abondance. Fig. et fam., Il a fait un tas de mensonges, de friponneries, Il a fait beaucoup de mensonges, de friponneries les unes sur les autres. On dit de même : Elle a eu un tas d'aventures. Etc.

TAS se dit figurément et familièrement d'une Multitude de gens amassés ensemble; et alors il ne s'emploie guère qu'en mauvaise part et par mépris. Un tas de coquins, de fainéants, de fripons, de filous. Fam., Taper, frapper, tirer dans le tas, À travers une foule, au hasard.

TAS se dit encore d'une Enclume portative, qui sert aux orfèvres et à divers autres ouvriers. En termes d'Architecture, Tas de charge, Assise de pierre horizontale placée sur une colonne, un pilier, etc., et qui supporte un arc, une voûte, etc.

Tas : définition du Littré (1872-1877)

TAS (tâ ; l's se lie : un tâ-z-énorme) s. m.
  • 1Accumulation de choses de la même espèce. Un tas de papiers. Mettre en tas, en un tas. Là sur des tas poudreux de sacs et de pratique Hurle tous les matins une sibylle étique, On l'appelle chicane, Boileau, Lutr. v. Il s'agit [dans une guerre], dit le philosophe, de quelques tas de boue grands comme votre talon ; ce n'est pas qu'aucun de ces millions d'hommes qui se font égorger prétende un fétu sur ces tas de boue, Voltaire, Micromégas, 7. Je trouvai des tas de dépêches tant de la cour que des autres ambassadeurs, dont il n'avait pu lire ce qui était chiffré, Rousseau, Conf. VII.

    Populairement. Mettre plusieurs choses ablativo tout en un tas, les mettre ensemble confusément.

    Familièrement. Se mettre tout en tas, se ramasser et se mettre en un peloton.

    Fig. Crier famine sur un tas de blé, se plaindre au milieu de l'abondance.

    Il ferait rire un tas de pierre, se dit d'un plaisant.

    Fig. et familièrement. Un tas de, beaucoup de. Je ne dois d'autre réponse à cet argument [contre Olympie], que de bâtir un roman à la façon de Calprenède, et de supposer un tas d'aventures improbables, Voltaire, Lett. Chauvelin, 26 févr. 1762. J'appris que le prétendu baron m'en avait imposé par un tas de mensonges, Rousseau, Conf. XI.

  • 2Multitude de gens, en mauvaise part, par mépris. Certes, c'est lâchement qu'un tas de médisants… De frivoles soupçons nos courages étonnent, Malherbe, v, 26. Un tas d'hommes perdus de dettes et de crimes, Que pressent de mes lois les ordres légitimes, Corneille, Cinna, v, 1. Un tas de misérables sophistes formés dans l'école du mensonge, Boileau, Disc. sur la satire XI. Lodève mourut riche et vieux, et laissa un tas de bâtards, Saint-Simon, 133, 228. Vous avez un tas de créanciers, que j'aurais bien envie de mettre à notre bataillon, Dancourt, la Gazette, sc. i. Ces tas de désoeuvrés qu'on appelle bonne compagnie, Rousseau, Hél. v, 2.

    Tirer dans le tas, lâcher son coup de fusil sur une masse d'hommes ou d'animaux, sans en viser un en particulier.

  • 3Au trictrac, se dit de l'amas de dames qu'on fait avant de commencer le jeu.
  • 4 Terme d'architecture. Se dit de la masse d'un ouvrage en construction.

    Approcher des matériaux sur le tas, les monter de sorte qu'ils soient prêts à être employés.

    Tas de charge, dans les voûtes gothiques, se dit des coussinets à branches, d'où partent les ogives, formerets, arcs doubleaux, etc.

    Terme de maçonnerie. Tailler sur le tas, se dit lorsque la taille, au lieu de se faire au chantier, s'exécute au bâtiment.

    Terme de charpentier. La place sur laquelle on raccorde, dans le bâtiment, une pièce que l'on pose. On dit faire une mortaise, un tenon, un coupement, une entaille sur le tas.

    Terme de ponts-et-chaussées. Tas ou tas droit, rangée de pavés en ligne droite, sur le milieu d'une chaussée.

SYNONYME

TAS, MONCEAU. Ce qui distingue le tas du monceau, c'est que le tas est composé de parties semblables, tandis que monceau n'implique pas cette idée : un monceau de ruines, plutôt qu'un tas de ruines ; un tas de blé plutôt qu'un monceau de blé.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et quant crestiien virent le roi ensi maintenir, si se ferirent tout à un tas en mer et prirent terre, Chron. de Rains, 201.

XIVe s. Un tas… De fain [foin] en une grange qu'on ot fait entasser, Guesclin. 20523.

XVe s. [Les François] ocioient [les Flamands] à grands tas en la boue et ès maisons où ils se traioient, Froissart, II, II, 184. Et feroit à tas de son espée sur le bassinet et sur le dos du seigneur de Sconnevort, Froissart, I, I, 140. Lesquelx se bouterent et musserent tous ensemble en une tasse de boys, Du Cange, tassia. Et comme furent traictez ung tas de povres francs archiers qui avoient esté prins dedans Neelle, Commines, III, 10.

XVIe s. Soubdain vindrent à tas saiges femmes de tous coustez, Rabelais, Garg. I, 6. Bœuf de saison à tas [en quantité], Rabelais, I, 4. Un tas de jeunesses folles, Du Bellay, J. III, 76, recto. Un tas de gens, interpretes et contrerooleurs ordinaires des desseings de Dieu, Montaigne, I, 248.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Tas : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TAS, MONCEAU, s. m. (Synonym. Gram.) ils sont également un assemblage de plusieurs choses placées les unes sur les autres, avec cette différence que le tas peut être rangé avec symmétrie, & que le monceau n’a d’autre arrangement que celui que le hazard lui donne.

Il paroît que le mot de tas marque toujours un amas fait exprès, afin que les choses n’étant point écartées, occupent moins de place, & que celui de monceau ne désigne quelquefois qu’une portion détachée par accident d’une masse ou d’un amas.

On dit un tas de pierres, lorsqu’elles font des matériaux préparés pour faire un bâtiment : & l’on dit un monceau de pierres, lorsqu’elles sont les restes d’un édifice renversé.

Tas se dit également au figuré en prose & en vers : l’orateur ne doit point étouffer ses pensées sous un tas de paroles superflues.

Un tas d’hommes perdus de dettes & de crimes.

Corneille.

Quoiqu’un tas de grimauds vantent notre éloquence,
Le plaisir est pour nous de garder le silence.

Despreaux.

(D. J.)

Tas, (Architect.) c’est le bâtiment même qu’on éleve. On dit retailler une pierre sur le tas, avant que de l’assurer à demeure. (D. J.)

Tas de charge, (Architect. Coup. de pierres.) c’est une saillie de pierres dont les lits avançant les uns sur les autres, font l’effet d’une voûte ; de sorte qu’il faut des pierres longues pour balancer la partie qui est sans appui. Mais ce genre d’ouvrage n’est bon qu’en petit, ou seulement pour les premieres pierres de la naissance d’une voûte. On voit de tels ouvrages au château de Vincennes près Paris, pour porter les creneaux.

Tas, (Arts méchaniques.) espece d’enclume sans talon ni bigorne, & par conséquent quarrée. Il y en a de différentes grosseurs. Le tas des Orfevres sont plus forts que ceux des autres ouvriers. Un gros tas se forge, comme l’enclume, & s’aciere de même. Pour faire un tas à queue, on soude plusieurs barres de fer ensemble de la longueur & grosseur qu’on se propose de donner au tas. On commence par corroyer deux barres, puis davantage, pour parvenir à ce qu’on appelle enlever le tas ; cela fait, on tourne une virole de fer plat autour du bout des barres corroyées, pour former la tête du tas & lui donner plus de largeur qu’au reste du corps de la piece, & empêcher en même tems que les barres soudées ensemble ne s’écartent par quelque défaut de soudure, ce qui n’arrive que trop souvent, ou par la mauvaise qualité du fer, ou par la négligence du forgeron qui laisse des crasses entre les fers ; on prépare ensuite la table du tas, comme celle de l’enclume ; on prend une barre d’acier quarré que l’on dresse eu petites billes de la longueur d’un pouce & demi ; on les range debout toutes les unes à côté des autres, selon l’étendue de la table ; on les entoure d’une bande de fer plat que l’on nomme à maréchal ; cette bande tient les billes pressées ; on les soude, on les corroie ; la barre de fer qui les ceint, s’appelle étrier ; on laisse à l’étrier une queue qu’on nomme résigard : cette queue sert à manier la piece au feu & sur l’enclume ; après qu’on a soudé & corroyé les billes, on coupe avec la tronche l’étrier tout-au-tour, excepté à l’endroit où le résigard tient à la table, parce que c’est par le moyen de cette queue que l’on portera la table sur le tas ; on soude la table au tas ; cela fait, on sépare la queue. Il y a une autre maniere de faire la table d’un tas ; on prend une longue barre d’acier que l’on tourne plusieurs fois sur elle-même, jusqu’à ce que ses circonvolutions aient pris l’étendue que l’on veut donner à la table ; on y soude ensuite une barre de fer plat pour empêcher l’acier de brûler, lorsqu’on soudera la table au tas. On en fait autant aux têtes des marteaux.

Il y a des tas de différens noms, des tas à carreler, à embouter.

Ils servent à un grand nombre d’ouvriers différens. Voyez les articles suivans.

Tas, en terme de Boutonnier, c’est une espece de petite enclume à queue qui entre dans un billot, dont la partie grosse & ronde est gravée au milieu du bord d’un trou d’une certaine grandeur, lequel l’est lui-même d’un dessein en creux, dans son fond, pour imprimer ce dessein sur la calotte. On a plusieurs tas de différens desseins & grandeurs, selon l’exigence des cas. Voyez Calotte.

Tas, (Coutellerie.) instrument dont se servent les Couteliers pour retenir les mitres des couteaux de table, c’est-à-dire, y former ce rebord qui est entre la lame du couteau & la soie ou qui sert à l’emmancher. Savary.

Tas a planer, (outil de Ferblantier.) c’est un morceau de fer quarré dont la face de dessus est fort unie & polie, & la face de dessous est faite en queue, pour être posée & assujettie sur un billot. Les Ferblantiers s’en servent pour planer & emboutir les pieces de ferblanc qu’ils emploient. Voyez les Planches du Ferblantier.

Tas a soyer, outil de Ferblantier, ce tas est fait à-peu-près comme une bigorne dont les deux pans sont quarrés, & forment une espece de demi-cercle en-dedans ; la face de dessus ce tas est garnie de plusieurs fentes faites dans le large de cette face, les unes un peu plus larges & profondes que les autres. Les Ferblantiers s’en servent pour faire le rebord ou ourlet des entonnoirs & autres ouvrages. Voyez les Planches du Ferblantier.

Tas, les Graveurs se servent de ce terme pour exprimer une espece de petite enclume qui leur sert à repousser le cuivre par-derriere la gravure, lorsqu’il se trouve quelque défaut sur les planches. Voyez les Planches de la Gravure. La pointe que l’on voit au bas, est pour entrer dans le billot sur lequel le tas est posé.

Tas, (Horlogerie.) petite enclume qu’on met dans un étau par sa partie inférieure. Voyez les Pl. & les fig. de l’Horlogerie.

Il y en a de plusieurs especes. La structure de la piece que l’on veut forger ou redresser par leur moyen, indique celui dont on doit se servir.

Les Horlogers, Orfevres & Metteurs-en-œuvre sont ceux qui font le plus d’usage de cet outil.

Tas, en terme d’Orfevre, est une petite enclume à huit pans en quarré comme la grande ; elle n’en differe que par sa grandeur, & une queue qui entre dans le billot. Elle sert pour les petits ouvrages & pour planer. Voyez Planer ; pour lors il faut qu’elle soit bien polie, de même que les marteaux. Voyez les Planches.

Petit tas, en terme d’Orfevre, c’est un morceau de fer plat de figure ovale & portatif, dont on se sert au lieu d’enclume pour les ouvrages qui peuvent se frappper sur l’établi. Voyez Etabli. Voyez les Planches.

Tas canelé, (Orfévr.) c’est un tas de fer dans lequel on a gravé ou limé des moulures, & qu’on forme sur l’argent en frappant à coup de marteau. Il y a beaucoup de vaisselle ronde ancienne dont les moulures étoient frappées sur le tas ; mais depuis que l’on a perfectionné la vaisselle, ces sortes de tas ne sont plus guere d’usage.

Tas droit, terme de Paveur ; c’est une rangée de pavés sur le haut d’une chaussée, d’après laquelle s’étendent les aîles en pente, à droite & à gauche, jusques au ruisseau d’une large rue, ou jusque aux bordures de pierre rustique d’un grand chemin pavé. (D. J.)

Tas, en terme de Planeur, est une espece de petite enclume fort unie sur laquelle on plane les vaisselles plates. On le couvre de cuir, de bois, &c. quand il est question de polir l’ouvrage au marteau. Voyez les Planches.

Tas ou Tasseau, (Tailland.) cet outil, de la nature des précédens, sert au taillandier à former le collet aux ciseaux, becs-d’âne, & autres outils semblables. Ses différentes parties sont la tête où l’on a pratique le quart où se place la soie des ciseaux ; le corps où il y a une ouverture qui sert à faire sortir la soie du ciseau lorsqu’elle adhere ; la soie du tas même par laquelle elle se fixe dans le belier qui sert de base au tas.

Tas, (Tireur d’or.) c’est une espece d’enclume, dont l’acoutreur se sert pour battre ses filieres en rebouchant les trous trop grands.

Tas, (Jeu de trictrac.) en terme de trictrac on appelle le tas, l’amas des dames qu’on fait aux coins du trictrac avant que de commencer le jeu. C’est la même chose que la masse & la pile. Quand après avoir jetté son dé on porte sa main au tas, sans dire j’adoube, on est obligé de jouer du-moins une des dames du tas, suivant la loi, dame touchée dame jouée. Régles du trictrac. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tas »

Étymologie de tas - Littré

Berry, à tas : il y avait du monde à tas dans l'assemblée ; provenç. tatz ; du germanique : anglo-sax. tass ; néerlandais, tas, amas de blé ; anc. haut-allem. zas ; ou du celtique : gaélique, tas ; kymri, dâs ; bas-breton, dastum.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tas - Wiktionnaire

Étymologie obscure. Littré[1], Scheler[2] (non suivis par le TLFi[3]) distinguent ici deux mots : « amas, monceau » et « matrice, enclume » :
  1. pour le sens de « amas, monceau », de[3] l’ancien bas vieux-francique *tas « amas », → voir tas en néerlandais, taas en moyen anglais, tað (« tas de fumier, fumier ») en islandais, dastum[1] (« amasser ») en breton ;
  2. ou de[3] la famille du latin stare « se tenir debout » avec chute du s- → voir état ;
  3. Pour le sens de « enclume », apparenté[1] à tasseau (latin taxillus), à l’ancien français tas (« tas, enclume ») : « Le sens propre est instrument à faire des boutons ; et c’est de là qu’il a pris dans d’autres métiers le sens de petit bloc, de petite enclume[1] ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tas »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tas ta play_arrow

Citations contenant le mot « tas »

  • Il s’agit d’un feu dans un tas de palettes, étendu sur 800 m². L’incendie s’est propagé à un hangar agricole désaffecté de 100 m². , Incendie d'un tas de palettes : le feu se propage dans un hangar agricole à Vallet | L'Hebdo de Sèvre et Maine
  • L’œuvre mignonne et extravagante “The End” de Heather Phillipson couronnera un socle sur la place au milieu de la capitale au printemps 2022. Dégoûtant: une mouche géante rampe sur le tas de crème. 45 Secondes.fr, Un énorme tas de crème fouettée à Trafalgar Square
  • Beaucoup de grains de sable réunis, ça finit par faire un gros tas de sable. Beaucoup de petites intelligences rassemblées, ça ne fera jamais un gros tas d’intelligence. De Philippe Geluck / Et vous, chat va ?
  • Cent fous mis en un tas ne font pas encore un homme raisonnable. De Arthur Schopenhauer / Aphorismes sur la sagesse dans la vie
  • Les larmes sont la seule réponse possible à un tas de questions. De Marc Gendron / Louise ou la nouvelle Julie
  • Notre civilisation : une jolie fille, pomponnée et maquillée, assise sur un tas de merde. De François Cavanna / Coups de sang
  • Je n'appelle pas cette misérable étincelle sur un petit tas de boue, une vie. De André Suarès / Voici l'homme
  • Le plus bel arrangement est semblable à un tas d'ordures rassemblées au hasard. De Héraclite d'Ephèse
  • Pour l’essentiel, l’homme est ce qu’il cache : un misérable petit tas de secrets. De André Malraux
  • Les enfants adorent s'ennuyer, même quand ils ont des tas de choses à faire. De Elide Montesi
  • Les coups d’Etat se terminent toujours par des tas de coups. De Bernard Haller
  • Il suffit d'une pomme pourrie pour gâter tout le tas. De Michel de Northgate / Ayenbite of Inwist
  • Une terrasse de neuf étages commence par un tas de terre. De Lao-Tseu
  • Une partouze, c’est l’amour avec un grand tas. De Jean-Loup Chiflet / Réflexions faites... et autres libres pensées
  • A tas de blé, le rat s’y met. De Proverbe afghan
  • L’avare crierait famine sur un tas de blé. De Proverbe français
  • A tas de blé, le rat s’y met ; et à tas d’argent, les procès. De Proverbe allemand

Images d'illustration du mot « tas »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tas »

Langue Traduction
Corse mucchio
Basque arazoak izaten ari
Japonais ヒープ
Russe куча
Portugais amontoar
Arabe كومة
Chinois
Allemand haufen
Italien mucchio
Espagnol montón
Anglais heap
Source : Google Translate API

Synonymes de « tas »

Source : synonymes de tas sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tas »



mots du mois

Mots similaires