La langue française

Vivement

Définitions du mot « vivement »

Trésor de la Langue Française informatisé

VIVEMENT, adv.

A. − D'une manière vive, ardente, prompte. Synon. rapidement.Se lever, se retourner vivement. Il se chaussa, décrocha son fusil toujours pendu à portée de sa main, et, comme sa femme se traînait à ses genoux et le suppliait, éperdue, il se dégagea vivement, courut à la fenêtre et sauta dans la cour (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Farce norm., 1882, p. 67).Le jour où elle proposa à tante Aline d'adopter un enfant, celle-ci laissa son tricot, enleva vivement ses lunettes, et répondit sans hésitation: « Et pourquoi pas? (...) » (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 11).
En partic.
[Dans un ordre] Synon. de vite!Allons, vivement au travail! Allons, vivement, mes lapins! Allons-nous nous laisser embêter par des brigands? (Balzac, Chouans, 1829, p. 41).Alors, à la besogne, et vivement! que tout cela soit prêt à mon retour (Dumas père, Fille du régent, 1846, II, 3, p. 184).
Fam. [Pour exprimer le souhait qu'un événement se produise au plus tôt] Vivement demain! Vivement la retraite! Vivement une bonne guéguerre, qui fasse place nette de toute cette chienlit (Montherl., J. filles, 1936, p. 927).Vivement que + subj.Vivement qu'on en finisse! Vivement qu'on redescende et que je revienne prendre un bon café (Peyré, Matterhorn, 1939, p. 111).
ART MILIT. Attaquer vivement. Attaquer en force. Il dirigea une division sur la digue d'Arcole, et une autre vers la digue qui longe l'Adige, avec ordre de tomber tête baissée sur ce qu'elles rencontreraient, et de tout jeter dans la rivière. Vers les neuf heures du matin, ces deux divisions attaquèrent en effet vivement (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 550).
B. − D'une manière vive, avec un ton qui peut marquer l'irritation ou l'emportement. Répliquer vivement. Pierrotin, avez-vous encore une place?Il me semble que vous pourriez bien me dire monsieur sans vous déchirer la gueule, répondit vivement l'entrepreneur des Services de la vallée de l'Oise (Balzac, Début vie, 1842, p. 479).
C. − D'une manière vive, intense, qui frappe les sens. Endroit vivement éclairé. En arrière, on apercevait d'un côté les vastes repoussoirs de la forêt bronzée, et de l'autre, l'église, les ruines du château perchées sur le roc, mais qui se détachaient vivement sur le bleu de l'Éther (Balzac, Curé vill., 1839, p. 91).Vivement éclairée, une librairie de publications louches, accolée à une maison borgne (Arnoux, Paris, 1939, p. 33).
D. −
1. D'une manière intense, qui affecte profondément la sensibilité. Synon. fortement, profondément.Être vivement ému, troublé. Celui qui a moins de plaisirs les sent plus vivement (P. Leroux, Humanité, 1840, p. 28).J'étais surtout vivement touché des témoignages d'affection que le jeune Alessandro prodiguait à sa sœur (Milosz, Amour. init., 1910, p. 238).
En partic. [Dans des formules de politesse, avec une valeur plus atténuée] Synon. de beaucoup.Regretter, remercier vivement. Mon cher Paul Adam, Malgré le « cher maître » dont vous me flétrissez sans justice, votre lettre, reçue au Gil Blas, m'a, je vous assure, vivement touché (Bloy, Journal, 1893, p. 88).
2. En mettant dans son action tout le poids de sa conviction, de sa détermination. Insister vivement. Coupeau, qui approuvait vivement ses souhaits, était déjà debout, s'inquiétant de l'heure (Zola, Assommoir, 1877, p. 411).
Prononc. et Orth.: [vivmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1155 « d'une manière vive, avec ardeur » soi defendre vivement (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 6192); ca 1175 (Benoît de Ste-Maure, Chron. des ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 5757); b) 1847 dans un souhait « rapidement, vite » (Balzac, Cous. Pons, p. 264: Au fait! au fait! et vivement); 2. 1501-04 « avec éclat, brillamment » (Destrees, Vie de Ste-Marguerite, I, 560 ds Œuvres, éd. H. Petersen Dyggve, p. 58); 3. 1580 « d'une manière qui frappe, affecte les sens » (Montaigne, Essais, II, 37, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 760: Les souffrances vrayement essentielles et corporelles, je les gouste visvement); 4. 1588 « de manière intense, qui engage l'affectivité » (Id., ibid., III, 13, p. 1078: toucher visvement et profondement le cœur du maistre). Dér. de vif*, vive; suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 4 917. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 9 074, b) 9 145; xxes.: a) 6 686, b) 4 245.

Trésor de la Langue Française informatisé

VIVEMENT, adv.

A. − D'une manière vive, ardente, prompte. Synon. rapidement.Se lever, se retourner vivement. Il se chaussa, décrocha son fusil toujours pendu à portée de sa main, et, comme sa femme se traînait à ses genoux et le suppliait, éperdue, il se dégagea vivement, courut à la fenêtre et sauta dans la cour (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Farce norm., 1882, p. 67).Le jour où elle proposa à tante Aline d'adopter un enfant, celle-ci laissa son tricot, enleva vivement ses lunettes, et répondit sans hésitation: « Et pourquoi pas? (...) » (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 11).
En partic.
[Dans un ordre] Synon. de vite!Allons, vivement au travail! Allons, vivement, mes lapins! Allons-nous nous laisser embêter par des brigands? (Balzac, Chouans, 1829, p. 41).Alors, à la besogne, et vivement! que tout cela soit prêt à mon retour (Dumas père, Fille du régent, 1846, II, 3, p. 184).
Fam. [Pour exprimer le souhait qu'un événement se produise au plus tôt] Vivement demain! Vivement la retraite! Vivement une bonne guéguerre, qui fasse place nette de toute cette chienlit (Montherl., J. filles, 1936, p. 927).Vivement que + subj.Vivement qu'on en finisse! Vivement qu'on redescende et que je revienne prendre un bon café (Peyré, Matterhorn, 1939, p. 111).
ART MILIT. Attaquer vivement. Attaquer en force. Il dirigea une division sur la digue d'Arcole, et une autre vers la digue qui longe l'Adige, avec ordre de tomber tête baissée sur ce qu'elles rencontreraient, et de tout jeter dans la rivière. Vers les neuf heures du matin, ces deux divisions attaquèrent en effet vivement (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 550).
B. − D'une manière vive, avec un ton qui peut marquer l'irritation ou l'emportement. Répliquer vivement. Pierrotin, avez-vous encore une place?Il me semble que vous pourriez bien me dire monsieur sans vous déchirer la gueule, répondit vivement l'entrepreneur des Services de la vallée de l'Oise (Balzac, Début vie, 1842, p. 479).
C. − D'une manière vive, intense, qui frappe les sens. Endroit vivement éclairé. En arrière, on apercevait d'un côté les vastes repoussoirs de la forêt bronzée, et de l'autre, l'église, les ruines du château perchées sur le roc, mais qui se détachaient vivement sur le bleu de l'Éther (Balzac, Curé vill., 1839, p. 91).Vivement éclairée, une librairie de publications louches, accolée à une maison borgne (Arnoux, Paris, 1939, p. 33).
D. −
1. D'une manière intense, qui affecte profondément la sensibilité. Synon. fortement, profondément.Être vivement ému, troublé. Celui qui a moins de plaisirs les sent plus vivement (P. Leroux, Humanité, 1840, p. 28).J'étais surtout vivement touché des témoignages d'affection que le jeune Alessandro prodiguait à sa sœur (Milosz, Amour. init., 1910, p. 238).
En partic. [Dans des formules de politesse, avec une valeur plus atténuée] Synon. de beaucoup.Regretter, remercier vivement. Mon cher Paul Adam, Malgré le « cher maître » dont vous me flétrissez sans justice, votre lettre, reçue au Gil Blas, m'a, je vous assure, vivement touché (Bloy, Journal, 1893, p. 88).
2. En mettant dans son action tout le poids de sa conviction, de sa détermination. Insister vivement. Coupeau, qui approuvait vivement ses souhaits, était déjà debout, s'inquiétant de l'heure (Zola, Assommoir, 1877, p. 411).
Prononc. et Orth.: [vivmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1155 « d'une manière vive, avec ardeur » soi defendre vivement (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 6192); ca 1175 (Benoît de Ste-Maure, Chron. des ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 5757); b) 1847 dans un souhait « rapidement, vite » (Balzac, Cous. Pons, p. 264: Au fait! au fait! et vivement); 2. 1501-04 « avec éclat, brillamment » (Destrees, Vie de Ste-Marguerite, I, 560 ds Œuvres, éd. H. Petersen Dyggve, p. 58); 3. 1580 « d'une manière qui frappe, affecte les sens » (Montaigne, Essais, II, 37, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 760: Les souffrances vrayement essentielles et corporelles, je les gouste visvement); 4. 1588 « de manière intense, qui engage l'affectivité » (Id., ibid., III, 13, p. 1078: toucher visvement et profondement le cœur du maistre). Dér. de vif*, vive; suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 4 917. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 9 074, b) 9 145; xxes.: a) 6 686, b) 4 245.

Wiktionnaire

Adverbe

vivement

  1. Avec vivacité ; avec ardeur ; avec vigueur ; sans relâche ; avec promptitude.
    • Garçon!... garçon!... des pieds de mouton à la poulette, et servez chaud... Allons, vivement. — (J. Gabriel & Charles Dupeuty, Fanfan le batonniste, act.1, sc.5, représentée au théâtre du Vaudeville le 30 août 1845 ; dans La France dramatique au dix-neuvième siècle: choix de pièces modernes, vol.13, Paris : C. Tresse)
    • Ses eaux, très limpides, alimentées par la fonte des neiges, coulaient assez vivement, sans jamais former de tumultueux rapides. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Par-dessus l’autre bord du navire, j’aperçus, vivement éclairée par l’incendie, la falaise abrupte qui descend vers Lübeck. — (Ivan Tourgueniev, Un incendie en mer, juin 1883, dans L’Exécution de Troppmann et autres récits, Stock, 2000, p.173)
    • L’acide fluorhydrique, très avide d’eau, attaque vivement les végétaux […]. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  2. Sensiblement ; profondément.
    • À ce moment, il aperçut un ours superbe, un grizzly à fourrure noire, de haute taille, qui marchait sur ses pieds de derrière en longeant la voie, troublé sans doute par cette lutte des éléments qui impressionne si vivement les animaux. — (Jules Verne, Le Testament d’un excentrique, 1899, livre 2, chap. 12)
    • Et, vivement impressionné par la noblesse réelle du spectacle, je ne pus m’empêcher de mêler ma voix aux acclamations enthousiastes des croyants prosternés. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 133)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VIVEMENT. adv.
Avec vivacité, avec ardeur, avec vigueur, sans relâche, avec promptitude. Attaquer, presser vivement. Réprimander quelqu'un vivement. S'intéresser vivement à quelqu'un. Prendre vivement le parti de quelqu'un. Préparez-vous vivement et partez. Il signifie aussi Sensiblement, profondément. Sentir vivement la douleur, le froid. Ressentir vivement une affliction, un bienfait, une injure, Il en a été vivement touché, vivement piqué.

Littré (1872-1877)

VIVEMENT (vi-ve-man) adv.
  • 1Avec vivacité, avec ardeur, avec vigueur. Réprimander quelqu'un vivement. Il s'intéresse vivement à votre succès. Le roi que le Romain poussera vivement, Corneille, Nicom. I, 5. Quanto [Mme de Montespan] et son ami [le roi] sont plus longtemps et plus vivement ensemble qu'ils n'ont jamais été, Sévigné, 2 juill. 1677.

    Allons, vivement ! se dit pour exciter quelqu'un à presser son travail, à se hâter.

  • 2Sensiblement, profondément. Je sais qu'un fils qu'on perd afflige vivement, Rotrou, Antig. II, 7. Tous les traits en seraient plus vivement tracés, Th. Corneille, Ariane, II, 7. Elle [Mme la Dauphine] sentit vivement la charité de Jésus-Christ, Fléchier, Dauphine. Tous les détails de l'expression [chez un acteur], toutes les nuances de la pensée et du sentiment sont aperçus et vivement sentis, Marmontel, Œuv. t. x, p. 319.

HISTORIQUE

XIIe s. Qui grant ovre embrace e enteise, Si la face si vivement… Que pru i ait honor e pris, Benoit de Sainte-Maure, II, 3590.

XIIIe s. Cil dist à l'empereour Baudouin mout vivement le message son seigneur, Villehardouin, CXXIII.

XVIe s. Mais allons vivement [marchons vite], afin qu'il ne nous trouve sur notre larcin, Marguerite de Navarre, Nouv. LII. La beauté de Stratonice trop vifvement empreinte en son ame, Montaigne, I, 92. Il assaillit la ville, si vivement que d'arrivée il forcea les gardes et le guet, Amyot, Philop. 7.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vivement »

Vive, et le suffixe ment ; Berry, vifement ; prov. vivamen ; esp. et ital. vivamente.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de vif avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vivement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vivement vivmɑ̃

Citations contenant le mot « vivement »

  • Rien n’imprime si vivement quelque chose à notre souvenance que le désir de l’oublier. De Michel de Montaigne
  • On se livre d'autant plus vivement aux plaisirs qu'on se sent près de les perdre. De François René de Chateaubriand / Mémoires d’outre-tombe
  • L'homme désire plus vivement le pouvoir sur les autres, à mesure qu'il en a moins sur lui-même. De Louis de Bonald
  • Quand j'aurai les trois quarts du corps dans la tombe, je dirai ce que je pense des femmes et je rabattrai vivement la dalle sur moi ! De Léon Tolstoï
  • S'il est d'ordinaire d'être vivement touché des choses rares, pourquoi le sommes-nous si peu de la vertu ? De Jean de La Bruyère / Caractères
  • Si toute une salle, debout, applaudit, c’est souvent parce que l’un des spectateurs s’était vivement levé dans l’espoir d’arriver le premier au parking. De Anonyme
  • Il y a en France un principe fort ridicule et qui est vivement enraciné, c'est que l'égalité consiste à ce que chacun puisse prétendre à tout. De J. Fiévée / Correspondance et relations avec Bonaparte
  • La vieillesse, quant à l'ordre de l'existence terrestre, est un passé sans avenir. Elle représente trop vivement la condition humaine, pour que son aspect n'importune pas l'homme. De Félicité de Lamennais
  • On a peu de besoins quand on est vivement touché de ceux des autres. De Gotthold Ephraim Lessing / Manuel de Morale
  • Le plaisir de la critique nous ôte celui d’être vivement touchés de très belles choses. De Jean de La Bruyère / Caractères
  • Des millions de tests capables de détecter le COVID-19 en 90 minutes seront réalisés en Grande-Bretagne, a annoncé lundi le ministre de la Santé Matt Hancock alors que les autorités britanniques sont vivement critiquées pour le manque de moyens de dépistage, surtout dans des maisons de retraite. "Nous sommes sur la bonne voie pour pouvoir fournir un demi-million de tests par jour d'ici la fin octobre", a déclaré le ministre, en ajoutant que ces tests seront également susceptibles de détecter chez les patients la grippe qui frappe en hiver. Challenges, Covid-19: Le Royaume-Uni promet des millions de tests - Challenges
  • « Nous recommandons vivement aux citoyens français d’éviter de se rendre en Catalogne, tant que la sécurité sanitaire ne s’améliore pas » a ainsi déclaré le Premier ministre, en déplacement à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle vendredi 24 juillet 2020. , Coronavirus : Jean Castex recommande "vivement" de ne pas se rendre en Catalogne | Actu Seine-Saint-Denis

Images d'illustration du mot « vivement »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vivement »

Langue Traduction
Anglais strongly
Espagnol fuertemente
Italien fortemente
Allemand stark
Chinois 强烈地
Arabe بقوة
Portugais fortemente
Russe сильно
Japonais 強く
Basque biziki
Corse forte
Source : Google Translate API

Synonymes de « vivement »

Source : synonymes de vivement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vivement »

Vivement

Retour au sommaire ➦

Partager