Tromper : définition de tromper


Tromper : définition du Wiktionnaire

Verbe

tromper \tʁɔ̃.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se tromper)

  1. (Absolument) Induire en erreur, par artifice.
    • Delcassé ne mentait pas, mais il lui arrivait de tromper sur ses intentions, sur ses projets. Il trompait par ses silences, il trompait par des flux de paroles derrière lesquels il abritait des desseins patiemment médités. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  2. (Génériquement) (forme qqn trompe qqn). Abuser de la confiance de quelqu’un.
    • La première, selon le même père, est d’éviter la démangeaison de disputer, et une certaine ostentation puérile de tromper son adversaire. — (Démonstrations évangéliques de Tertullien, Chez l'éditeur, 1843, page 1217)
    1. (Société) Trahir, être infidèle à son partenaire.
      • Je ne vous saurois dire lequel étoit le plus aise des deux, ou lui de tromper sa femme ou elle de tromper son mari. — (Les Vieux Conteurs Français, 1841, page 330)
  3. (Par extension) (forme qqn trompe qqc). Utiliser un artifice pour sortir d’une situation. → voir tromper sa faim, tromper l’ennui et tromper le temps
    • Peu à peu, avec de l’eau qui désaltère, de la kacha qui trompe sa faim, l’enfant se calme dans les bras de sa nouvelle mère […] sa— (Jean-Claude Grumberg, La plus précieuse des marchandises, Le Seuil, 2019)
    1. Décevoir l’attente d’un groupe par un comportement contraire.
      • Ce jeune homme n’a point trompé l’attente qu’on avoit de lui : il a surpassé l'attente du public. — (Antoine Furetière, Dictionnaire universel, 1727)
  4. (Figuré) (Personnification) (forme qqc trompe qqn) abuser, provoquer une erreur de jugement, d'appréciation. Note :  : forme passive de la précédente (qqn est trompé par qqc).
    • Sa tenue trompe, soit-il de peu, alors que sa compétence ne trompe pas. — (Ilaria Brocchini, En deçà des apparences, Éditions L'Harmattan, 2018, page 12)
  5. (Par extension) (forme qqc trompe qqc) Déjouer une situation par un artifice, un événement, une action.
    • […] le Journal des Débats affirme que « la continuation des hostilités a trompé toutes les prévisions. — (La phalange : journal de la science sociale, 1841, page 303)
    1. (Escrime) Soustraire sa lame à la parade adverse.
      • Si l’adversaire prend le contre de Quarte, portez le coupé de revers en dessous dans le bas du dehors, avec élévation du poignet et opposition ; ce coup trompe le contre de Quarte [...] — (B. De Bast, Manuel d’escrime, Kips, 1836, page 92)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tromper : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TROMPER. v. tr.
Induire en erreur, par artifice. Tromper l'acheteur sur la qualité de la marchandise. Tromper adroitement, grossièrement. Tromper hardiment, effrontément. Ce marchand nous a trompés. Les plus fins y sont trompés. Il tromperait son père. Absolument, Il est incapable de tromper. Tromper au jeu, Tricher. Tromper la vigilance de quelqu'un, Tromper quelqu'un malgré sa vigilance, échapper à sa surveillance. Le prisonnier parvint à tromper la vigilance de ses gardes. Tromper les regards, Échapper aux regards.

TROMPER signifie spécialement Trahir, être infidèle à son mari, à sa femme, à son amant, etc. Cette femme trompe son mari. Il la trompe indignement. Il se dit figurément des Choses qui donnent lieu à quelque erreur, à quelque méprise. L'horloge nous a trompés. Sa maladie a trompé tous les médecins. Cet homme a une mine qui trompe. Nos sens nous trompent souvent. Mes yeux ne m'ont point trompé. Fam., C'est ce qui vous trompe, À cet égard vous êtes dans l'erreur.

TROMPER signifie aussi, figurément, Décevoir, faire ou dire quelque chose de contraire à l'attente de quelqu'un, soit en bien, soit en mal. Il a trompé nos espérances, trompé notre attente. Il a trompé ma confiance. On attendait beaucoup de lui, il a trompé tout le monde. Je n'attendais rien de bon de cette affaire, j'ai été agréablement trompé. Il fut trompé dans son espoir. Tromper son ennui, ses ennuis, ses peines, Se distraire de ses ennuis, du sujet de ses peines. Tromper le temps, S'amuser, s'occuper à quelque chose, afin de ne pas trouver le temps long.

TROMPER se dit des Choses dans un sens analogue. L'événement a trompé leurs calculs, leurs conjectures.

SE TROMPER signifie Commettre une erreur, s'abuser. Vous vous trompez, cela n'est pas ainsi. Il se trompe dans son calcul. Il s'est trompé deux fois en récitant. Cet auteur s'est trompé. Je puis me tromper. Plus fin que moi s'y tromperait. Ne vous y trompez pas. Il se trompe lourdement. Il s'est trompé à son désavantage, à son détriment. Vous vous trompez du tout au tout. À se tromper, à s'y tromper, Au point qu'on y peut être trompé. Il lui ressemble à s'y tromper. Se tromper de robe, se tromper d'heure, etc., Prendre une route, prendre une heure pour une autre, etc. Fig. et par ironie, C'est un homme qui ne se trompe qu'à son avantage, qu'à son profit, C'est un homme qui ne s'abuse que dans les choses où l'erreur peut tourner à son avantage. Si je ne me trompe, Locution employée en forme de correctif, quand on n'est pas parfaitement certain d'un fait, ou quand on veut éviter le ton d'assurance et de présomption en donnant son avis. On dit aussi : Je me trompe fort ou telle chose est ainsi. Le participe passé

TROMPÉ s'emploie adjectivement. Un mari trompé, Un mari trahi par sa femme.

Tromper : définition du Littré (1872-1877)

TROMPER (tron-pé) v. a.
  • 1Induire en erreur en employant la ruse, l'artifice, le mensonge. Il me répondit en se moquant de moi, que je devais avoir observé que le monde veut être trompé ; ce mot est vrai, et se vérifia en cette occasion, Retz, Mém. t. III, liv. IV, p. 125, dans POUGENS. Vouloir tromper le ciel, c'est folie à la terre, La Fontaine, Fabl. IV, 19. Il faut que les princes ou leurs ministres s'étudient… à le séduire [le peuple] et tromper par les apparences, le gagner et tourner à leurs desseins, Naudé, Coups d'États, ch. IV, édit. de 1667, p. 242. Si je voulais, je citerais M. de la Rochefoucauld, qui était aussi aisé à tromper que moi, Sévigné, 435. Quand, pour punir les scandales, ou pour réveiller les peuples et les pasteurs, il [Dieu] permet à l'esprit de séduction de tromper les âmes hautaines, Bossuet, Reine d'Anglet. Il fut donné à celui-ci [Cromwell] de tromper les peuples et de prévaloir contre les rois, Bossuet, ib. On ne permet à un homme de bien d'être trompé qu'une fois, Bossuet, Rem. Réponse, IX, I, 14. S'il y avait moins de dupes, il y aurait moins de ce qu'on appelle des hommes fins ou entendus, et de ceux qui tirent autant de vanité que de distinction d'avoir su pendant tout le cours de leur vie tromper les autres, La Bruyère, XI. Je m'imaginais n'être trompé qu'à demi, puisque je savais que j'étais trompé, Fénelon, Tél. XII. On disait à Ferdinand, roi d'Aragon, que le roi de France se plaignait qu'il l'avait trompé deux fois : il en a menti, répondit-il, je l'ai trompé plus de dix, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 381, dans POUGENS. Ne dites point qu'il faut tromper les hommes au nom de Dieu ; ce serait le discours d'un diable, s'il y avait des diables, Voltaire, Philos. Déf. Bolingbr. Axiomes, 1. Des questions très intéressantes et très utiles, celle-ci par exemple : S'il peut être utile de tromper le peuple ? nous n'avons jamais osé à l'Académie française proposer ce beau sujet, D'Alembert, Lett. au roi de Pr. 22 sept. 1777. Moi qu'ils ne trouvent pas digne d'être trompée, je vois leurs actions, Graffigny, Lett. péruv. 2.

    Absolument. On la croyait incapable ni de tromper ni d'être trompée, Bossuet, Anne de Gonz. Jadis l'homme vivait au travail occupé, Et, ne trompant jamais, n'était jamais trompé, Boileau, Épît. IX. L'enseigne est à leur porte [des maisons de jeu] ; on y lirait presque : ici l'on trompe de bonne foi, La Bruyère, VI. N'est-ce pas tromper que d'entretenir quelqu'un dans son erreur ? Comte de Caylus, Acad. de ces dames, Œuv. t. XII, p. 223, dans POUGENS.

    Cette femme trompe son mari, elle lui est infidèle.

    Au jeu, tromper, tricher. Je me donne au diable, s'il est possible que vous gagniez. - Et d'où vient ? dit Caméron, qui commençait à s'impatienter. - Voulez-vous le savoir ? dit Matta ; ma foi, c'est que nous vous trompons, Hamilton, Gram. III.

  • 2Séduire, en parlant des femmes qu'on trompe. Mathurine à don Juan : Ne m'allez pas tromper, je vous prie, il y aurait de la conscience à vous ; et vous voyez comme j'y vais à la bonne foi, Molière, Festin, II, 2. Trop crédules esprits que sa flamme [de Thésée] a trompés, Racine, Phèdre, I, 1. Les filles, en ce temps si souvent attrapées, Sur la foi des serments avaient été trompées, Regnard, Ménechm. v, 1.
  • 3Échapper à quelqu'un. Tromper des surveillants. Il a trompé la vigilance de ses gardiens. J'ai su tromper les yeux par qui j'étais gardé, Racine, Phèdre, III, 5. Mais pouvaient-ils tromper tant de jaloux regards ? Racine, Bajaz. I, 1. Il trompa leur poursuite à la faveur de l'obscurité, Lesage, Diable boit. 1.

    Tromper la loi, l'éluder.

  • 4En parlant des choses, donner lieu à une erreur, à une méprise. L'horloge nous a trompés. Mes yeux, moyennant ce secours [du toucher], Ne me trompent jamais en mo mentant toujours, La Fontaine, Fabl. VII, 18. Pendant qu'un philosophe assure Que toujours par leurs sens les hommes sont dupés, Un autre philosophe jure Qu'ils ne nous ont jamais trompés, La Fontaine, ib.

    Absolument. Cet homme a une mine qui trompe.

    À tromper, de manière à faire illusion. L'épaule est prise si juste, qu'on la voit toute nue à travers le vêtement, et ce vêtement est à tromper, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 274, dans POUGENS.

    Familièrement. C'est ce qui vous trompe, à l'égard de cela vous êtes dans l'erreur.

  • 5Faire tomber dans quelque erreur. Comme ici son orgueil [de l'âme] la trompe, il faut lui faire sentir par quelque autre endroit sa pauvreté et sa misère, Bossuet, la Vallière. Cette vie dont la fuite précipitée nous trompe toujours, Bossuet, Mar.-Thér. Le burlesque effronté Trompa les yeux d'abord, plut par la nouveauté, Boileau, Art p. I.
  • 6Agir contrairement à ce qui était attendu soit en bien, soit en mal. Il a trompé nos espérances. Tromper la confiance. On attendait beaucoup moins de lui, il a trompé tout le monde. Il [Charles de Sévigné] avait pitié de toutes mes douleurs, et le hasard a voulu qu'il ne m'ait trompée en rien de ce qu'il m'a promis, pas même à la promenade d'hier, dont je me suis mieux portée que je n'espérais, Sévigné, 16 févr. 1676. Ils [les dieux] ont trompé les soins d'un père infortuné Qui protégeait en vain ce qu'ils ont condamné, Racine, Iphig. IV, 4. Ce serait grand dommage que vous trompassiez votre vocation, Rousseau, Lett. à Sauttersheim, 20 mai 1764.

    Absolument. Dieu saura vous montrer par d'importants bienfaits, Que sa parole est stable et ne trompe jamais, Racine, Athal. I, 1.

    Il se dit des choses en un sens analogue. L'insolent en eût perdu la vie ; Mais mon âge a trompé ma généreuse envie, Corneille, Cid, I, 8. La retraite presque toujours a trompé ceux qu'elle flattait de l'espérance du repos, Bossuet, le Tellier. Il m'a trompé une fois, ce monde ingrat ; il ne me trompera plus, Fénelon, Dial. des morts mod. 1. Voilà comme les événements trompent presque toujours les politiques, Voltaire, Ann. Emp. Ferdinand II, 1635.

  • 7Faire diversion à. Ô mort, éloigne-toi de notre pensée, et laisse-nous tromper pour un peu de temps la violence de notre douleur par le souvenir de notre joie, Bossuet, Duch. d'Orl. Trompons, si nous pouvons notre douleur… par le souvenir de nos joies passées, Fléchier, Mar.-Thér. Trompe leurs inquiétudes ; amuse-les par la musique, les danses, les boissons délicieuses, Montesquieu, Lett. pers. 2. Enfin il est fini ce jour dont rien n'a trompé la longueur, Riccoboni, Œuv. t. I, p. 95, dans POUGENS. Par vous tout s'embellit, et l'heureuse sagesse Trompe l'ennui, l'exil, l'hiver et la vieillesse, Delille, Trois règ. 1.

    Tromper le temps, s'occuper à quelque chose, afin de ne pas trouver le temps long. Si nous ne faisions simplement que vivre, sans qu'il s'y mêlât quelque chose qui trompe et en fasse couler plus doucement les moments, Bossuet, Sermons, sur l'honneur, fragment sur le même sujet. Ils cherchent à tromper le temps par mille sortes d'occupations, Bossuet, 1er panég. St Fr. de Paule, 2.

    Tromper le chemin, faire diversion à la longueur du chemin. Lui discourant, pour tromper le chemin, De chose et d'autre…, La Fontaine, Orais.

  • 8 Terme de manége. Tromper un cheval, changer subitement de main après un seul quart de volte.
  • 9Se tromper, v. réfl. S'induire soi-même en erreur. Il est aussi facile de se tromper soi-même sans s'en apercevoir, qu'il est difficile de tromper les autres sans qu'ils s'en aperçoivent, La Rochefoucauld, Max. 115. Et l'amour-propre engage à se tromper soi-même, Molière, Tart. IV, 3. Nous ne voyions en Madame ni cette ostentation par laquelle on veut tromper les autres, ni ces émotions d'une âme alarmée par lesquelles on se trompe soi-même, Bossuet, Duch. d'Orl. Oui, c'est Joas, je cherche en vain à me tromper, Racine, Athal. v, 6. On croit tromper les autres, mais on ne se trompe jamais soi-même, Marmontel, Œuv. t. VI, p. 168.
  • 10S'abuser, être dans l'erreur. Quand on veut reprendre avec utilité, et montrer à un autre qu'il se trompe, il faut observer par quel côté il envisage la chose ; car elle est vraie ordinairement de ce côté-là, et lui avouer cette vérité, mais lui découvrir le côté par où elle est fausse, Pascal, Pens. VI, 26, éd. HAVET. Mais que les hommes ne s'y trompent pas : Dieu redresse quand il lui plaît le sens égaré, Bossuet, Hist. III, 7. Racontait-il [Turenne] quelques-unes de ces actions qui l'avaient rendu si célèbre ? on eût dit qu'il n'en avait été que le spectateur, et l'on doutait si c'était lui qui se trompait ou la renommée, Fléchier, Turenne. Pour ceux qui sont ruinés [par un juge], il importe peu que ce soit ou par un homme qui les trompe, ou par un homme qui s'est trompé, Fléchier, Lamoign. Il écrit une seconde lettre, et, après les avoir achevées toutes deux, il se trompe à l'adresse, La Bruyère, XI. Craignez de vous tromper ; mais ne craignez jamais de laisser voir aux autres que vous avez été trompé, Fénelon, Tél. XXIV. C'est un homme rare que celui qui ne peut faire pis que de se tromper, Fontenelle, Renau. Me trompé-je ? ai-je un bandeau sur les yeux ? Voltaire, Lett. d'Argental, 21 déc. 1768.

    À se tromper, à s'y tromper, au point d'être trompé. Mme Evrard : Cette petite est le portrait de son père. - M. Dubriage : Oui vraiment ! et Julien, il ressemble à sa mère ! - Mme Evrard : à s'y tromper, Collin D'Harleville, Vieux célib. III, 4. Teniers, qui imitait, à s'y tromper, les tableaux des Bassan, Boutard, Dict. des arts du dessin, pastiche.

    Se tromper de route, d'heure, d'adresse, manquer la bonne route, l'heure indiquée, l'adresse véritable d'une personne.

    Fig. et par ironie. C'est un homme qui ne se trompe qu'à son profit, il ne se trompe que quand l'erreur tourne à son avantage.

    Si je ne me trompe, locution employée en forme de correctif, quand on n'est pas très certain d'une chose, ou quand on veut éviter un ton tranchant. Je ne sais si je me trompe ; mais vous avez toute la mine d'avoir fait quelque comédie, Molière, Préc. 10. Tous ces rois-là [de Juda et d'Israël] s'assassinent un peu trop souvent les uns les autres ; c'est une mauvaise politique, si je ne m trompe, Voltaire, Philos. Quest. Zapata, 44.

    On dit dans le même sens : Je me trompe, je suis bien trompé. Je suis bien trompé, s'il n'en est ainsi. Je me trompe, ou vos vœux, par Esther secondés, Obtiendront plus encor que vous ne demandez, Racine, Esth. III, 2. Je suis fort trompé, ou j'ai trouvé un bon expédient pour me démêler d'avec mad…, Fontenelle, Lett. gal. II, 15.

SYNONYME

TROMPER, DÉCEVOIR. Décevoir, c'est abuser par quelque chose d'apparent, de spécieux, d'engageant. Tromper, c'est abuser par la ruse, par le mensonge, par l'artifice.

HISTORIQUE

XIVe s. Icelui supliant veant que ladite femme se trompoit et moquoit de lui, Du Cange, trompator.

XVe s. On ne sçaura trouver mon per [égal], Par saint Jacques, non, de tromper, Patelin, v. 43. Je ne pourrois souffrir qu'une telle gouge se trompast et de vous et de moi si longuement, Louis XI, Nouv. XXXIII. Il semble que vous trompez [vous moquez] des statuts et ordonnances de l'Église, Louis XI, ib. XCIV.

XVIe s. Plusieurs gens malades ont, à la lecture d'ycelles, trompé leurs ennuys, Rabelais, Pant. 4, Prol. Le tromper peult servir pour le coup, Montaigne, I, 24. Pourquoy ne tromperoit-il aux escus, puisqu'il trompe aux espingles ? Montaigne, I, 108. Ils trompent l'esperance qu'on en a conçue, Montaigne, I, 181. Je ne conseille pas qu'on confonde leurs regles ; on s'y tromperoit, Montaigne, I, 214. Je ne sçais si je me trompe, mais il m'a tousjours semblé que…, Montaigne, I, 394. Pour vous donner le moyen de tromper le temps, Despériers, Contes, I. Ainsi prit congé d'elle, et s'en alla pensant bien l'avoir trompée, mais estant bien trompé luy mesme, Amyot, Anton. 106.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TROMPER. - HIST. XIVe s. Ajoutez : Si s'en fussent rallez les Flaments… ainsy se fussent les seigneurs trouvé trompez et desgarnis de leurs gens, J. le Bel, Vrayes chroniques, t. I, p. 191. Et si tu vouldras trumper [mocquer] aucun, dites ainsi : Dieux vous donne bonne nuit et bon repos et bial lit, et vous dehors, Rev. critique, 5e année, 2e semestre, p. 400.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Tromper : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TROMPER, v. act. (Gramm.) surprendre, séduire, décevoir, abuser de l’ignorance, de la confiance, de la crédulité, de la facilité de quelqu’un. Il est plus honteux de tromper, que d’être trompé, A force d’être fin, on se trompe soi-même. Ma fuite a trompé sa vengeance. Les ennemis ont trompé sa prudence.

Tromper un cheval à la demi-volte d’une ou de deux prises, (Maréchal.) cela arrive, par exemple, si le cheval maniant à droite, & n’ayant encore fourni que la moitié de la demi-volte, on le porte un tems en avant avec la jambe de dedans, & on reprend à main gauche dans la même cadence qu’on avoit commencé ; par-là on regagne l’endroit où la demi-volte avoit été commencée à droite, & on se trouve à gauche. On peut tromper un cheval à quelque main qu’il manie. Voyez Volte, Demi-volte, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Tromper : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « tromper » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « tromper »

Étymologie de tromper - Littré

Le sens propre et ancien de tromper est jouer de la trompe. Néanmoins Diez pense que tromper au sens d'abuser vient non pas de là, mais de trompe, qui a signifié toupie (voy. TROMPE 2), et qu'il signifie, au propre, faire aller comme une toupie. Mais l'emploi le plus ancien de tromper au sens d'abuser est se tromper de quelqu'un, ce qui signifie s'en jouer. Tromper, jouer de la trompe, s'est construit avec le pronom personnel comme tant d'autres verbes neutres ; et se tromper a passé au sens de se moquer (voyez, à l'historique de trompette, un exemple de la transition, et comparez se jouer de quelqu'un et jouer quelqu'un).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tromper - Wiktionnaire

(1694) Dénominal de l’ancien français trompe (« tromperie, menterie »).
Note : Tromper signifiait avant le XIVe siècle « jouer de la trompe ». Ce verbe neutre, en prenant la forme réfléchie, « se tromper », acquit le sens de « se jouer de », puis de « se moquer de ». Il s’agit d’un cas de néologisme de signification.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tromper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tromper trɔ̃pe play_arrow

Conjugaison du verbe « tromper »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe tromper

Citations contenant le mot « tromper »

  • « Nous nous sommes rencontrés à un moment où j’étais à terre et lui en plein divorce – rien n’est jamais dû au hasard. (…) Je n’imaginais pas pouvoir aimer à nouveau, j’avais peur de tromper mon mari, avoue-t-elle. Johnny n’est jamais loin de moi. J’ai beaucoup de gratitude envers Pascal d’accepter ça ». Marie France, magazine féminin, Laeticia Hallyday se confie sur Pascal Balland : "J'avais peur de tromper Johnny"
  • Selon Twitter, les pirates informatiques responsables d’une récente brèche très médiatisée ont utilisé le téléphone pour tromper les employés de l’entreprise de médias sociaux et leur donner accès à l’information. Yourtopia : Actualités du monde, Rangée Twitter : Des pirates informatiques ont utilisé le téléphone pour tromper le personnel de l'entreprise, obtenir un accès
  • Pourtant, Kasparov ne croit pas à l’erreur de la machine. Il pense qu’il n’a pas vu quelque chose, que la machine ne peut pas se tromper. Pas si grossièrement. Il ne saisit pas cette opportunité qui lui est donnée. Il se dit peut-être qu’il a loupé quelque chose. Au 45e coup, il abandonne la partie. The Conversation, Pourquoi l’intelligence artificielle se trompe tout le temps
  • Il vous arrive encore de tenter de brancher une clé USB dans le mauvais sens ? En attendant la généralisation de l’USB-C, voici l’astuce ultime pour ne plus jamais se tromper de sens avec l’USB-A ! Journal du Geek, USB : voici l’astuce ultime pour ne plus jamais vous tromper de sens
  • En modifiant son ARN messager grâce à l’enzyme nsp16, le coronavirus est capable de tromper les cellules qu’il attache, afin d’infecter notre corps. « C’est un camouflage », illustre dans un communiqué le directeur de l’étude Yogesh Gupta. « En raison de ces modifications, qui trompent la cellule, l’ARN messager viral qui en résulte est alors considéré comme faisant partie du code propre de la cellule et non comme un élément étranger. » Numerama, Le coronavirus utilise un camouflage pour tromper notre organisme
  • Celui qui veut être vrai doit risquer de se tromper. De Karl Jaspers
  • C’est double plaisir de tromper le trompeur. De Jean de La Fontaine / Le coq et le renard
  • Lors de la mort, aucun homme ne cherche à tromper. De Proverbe arabe
  • Vaut mieux se tromper que de s'étrangler. De Proverbe québécois
  • A force de choisir, on finit par se tromper. De Proverbe provençal
  • Le temps est plus difficile à tromper que les femmes. De Frédéric Dard
  • Un menteur est un homme qui ne sait pas tromper. De Vauvenargues
  • Se tromper est le fait de tous les hommes. De Sophocle
  • On peut tromper une personne mille fois. On peut tromper mille personne une fois. Mais on ne peut pas tromper mille personnes, mille fois. De Alain Berberian / La Cité de la peur
  • Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps. De Abraham Lincoln
  • Tromper une amitié c'est aussi pire que de tromper une liaison. De Michel Tremblay / La duchesse et le roturier
  • Peut-on tromper les autres sans se tromper un peu ou beaucoup soi-même ? De Anonyme
  • Par le plaisir faut tromper le trépas. De Pierre de Ronsard / Second Livre des amours
  • Pour tromper le monde, ressemblez au monde. De William Shakespeare / Macbeth
  • On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. Abraham Lincoln,
  • La raison nous trompe plus souvent que la nature. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • L'art de plaire est l'art de tromper. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • C'est le vrai droit du jeu de tromper le trompeur. Charles Perrault, Fables, le Chien, le Coq et le Renard
  • C'est encore un effet de la faiblesse des hommes que la lumière les aveugle souvent aussi bien que les ténèbres, et que la vérité les trompe aussi bien que l'erreur. Pierre Nicole, Essais de morale, De la faiblesse de l'homme
  • Le vrai moyen d'être trompé, c'est de se croire plus fin que les autres. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • La plus subtile de toutes les finesses est de savoir bien feindre de tomber dans les pièges que l'on nous tend, et on n'est jamais si aisément trompé que quand on songe à tromper les autres. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Un homme peut tromper une femme par un feint attachement, pourvu qu'il n'en ait pas ailleurs un véritable. Jean de La Bruyère, Les Caractères, Des femmes
  • On peut, à force de confiance, mettre quelqu'un dans l'impossibilité de nous tromper. Joseph Joubert, Carnets
  • Une dupe, c'est un homme trompé, bien sûr, mais non pas tant trompé par les autres que par lui-même. Jean Dutourd, Les Dupes, Gallimard
  • Qui diable est-ce donc qu'on trompe ici ? Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Le Barbier de Séville, III, 11

Traductions du mot « tromper »

Langue Traduction
Corse ingannà
Basque engainatzen
Japonais 欺く
Russe обманывать
Portugais enganar
Arabe يخدع
Chinois 欺骗
Allemand täuschen
Italien ingannare
Espagnol engañar
Anglais deceive
Source : Google Translate API

Synonymes de « tromper »

Source : synonymes de tromper sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tromper »


Mots similaires