La langue française

Besogner

Sommaire

  • Définitions du mot besogner
  • Étymologie de « besogner »
  • Phonétique de « besogner »
  • Évolution historique de l’usage du mot « besogner »
  • Citations contenant le mot « besogner »
  • Traductions du mot « besogner »
  • Synonymes de « besogner »
  • Antonymes de « besogner »

Définitions du mot besogner

Trésor de la Langue Française informatisé

BESOGNER, verbe.

I.− Emploi intrans.
A.− Vieilli ou commun. Faire sa besogne, travailler :
1. Il faut noter que le gain considéré aux champs est le gain obtenu par l'effort corporel. Qui ne besogne pas de ses bras, ne fait rien. Pesquidoux, Le Livre de raison,1928, p. 226.
[Le suj. est un nom coll.] :
2. Tout à côté du pavillon des Henrouille besognait à présent une petite usine avec un gros moteur dedans. Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 404.
B.− Travailler péniblement, s'occuper de travaux médiocres pour un maigre résultat. Les deux paysans besognaient dur sur la terre féconde pour élever tous leurs petits. (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Aux champs, 1882, p. 75):
3. Tous les hommes devraient travailler dans la joie, comme des artistes; mais ils besognent tous, comme des salariés... R. Martin du Gard, Un Taciturne,1932, p. 1271.
Besogner à + inf. Elles besognent à coudre des sacs de toile rugueux (R. Martin du Gard, Vieille France,1933, p. 1077).
C.− Faire l'amour avec une femme :
4. Croyez-moi... allez voir votre maîtresse aujourd'hui même, tout de ce pas, et besognez si bien que dans neuf mois vous puissiez rendre à la république un citoyen en échange de celui que vous lui avez fait perdre. Mérimée, Chronique du règne de Charles IX,1829, p. 118.
II.− Emploi trans. Ouvrier qui besogne mal tout ce qu'il fait (Lar. 20e).
Régionalisme :
5. Raboliot lui aussi travaillait à l'embauche : (...), sa cognée frappait juste et raide au pied des arbres qu'elle besognait; ... Genevoix, Raboliot,1925, p. 27.
Rare. Faire l'amour avec une femme. Je me prends à la besogner sauvagement (Milosz, L'Amoureuse initiation,1910, p. 104).
Rem. Ac. 1798-1878, Besch. 1845 et Littré considèrent le mot comme ,,fam.`` La plupart des dict. du xixeainsi que Lar. 20econsidèrent que le mot ,,vieillit`` ou ,,est vieilli`` alors que les autres dict. gén. du xxes. le signalent sans commentaire (Rob. indique comme ,,vieilli`` seulement le sens érotique).
PRONONC. : [bəsɔ ɳe].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1120 busuigner « (d'une personne) être dans le besoin de, manquer de » (Livres des Psaumes, XXXIX, 8, éd. Fr. Michel, p. 69b) − fin xves. (sujet désignant un inanimé), La Marche, Mém., Introd., c. 3, Michaud dans Gdf.; répert. par Ac. Compl. 1842; 2. ca 1275 besoignier « s'occuper à » (J. de Meung, Rose, éd. Lecoy, 14653); forme besogner dep. Fur. 1690 qui qualifie le mot de ,,vieux``; spéc. av. 1558 besongner sens libre (Melin de Saint-Gelays, I, 269 dans Hug.). D'un a.b.frq. *bisunnjôn « se soucier de » (hyp. de V. Günther dans FEW t. 17, pp. 280-81; Bl.-W.5; v. aussi Gam. Rom2, t. 1, p. 271), dér. du subst. neutre a.b.frq. *bisun(n)i « peine, souci » (v. besoin), mots composés de la prép. bi exprimant la proximité (corresp. au gr. α ̓ μ φ ι et au lat. ambi-) devenue particule de renforcement, et parallèles aux formes simples suivantes de l'a.b.frq. : a) verbe *sunnjôn (corresp. au got. sunjon « excuser » Feist, p. 460), v. soigner; b) adj. neutre substantivé *sun(n)i « souci, peine », dont est dér. le verbe *sunnjôn, et qui est attesté en lat. médiév. sous la forme sonnium, terme jur., au sens de « excuse légitime alléguée par le défaillant en justice » (fin vies., F. Andecav., no12, M.G.H. legum sectio V, Form. p. 9 dans Nierm.). Cette hyp. d'une orig. b. frq. s'appuie sur le fait que besogner de même que besogne* et besoin* semblent originaires de la France du nord; l'a.prov. besonh « besoin, nécessité » (xiies. dans Rayn.) est empr. au français.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 66.
BBG. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 201.

Wiktionnaire

Verbe

besogner \bə.zɔ.ɲe\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Intransitif) Faire sa besogne.
    • Le lendemain, c’est la roupillade prolongée, la courbature au réveil, l’impossibilité de besogner utilement. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 143)
    • Neuf ou dix heures par jour, elles besognent à coudre les sacs de toile rugueuse, dont la manufacture de Villegrande tire des bénéfices démesurés. — ( Roger Martin du Gard, Vieille France, Gallimard, 1933 ; éd. Le Livre de Poche, p. 113.)
  2. (Intransitif) Travailler.
    • – Si tu viens avec moi besogner, Lebrun, j’te promets autant d’or que peuvent t’en fournir les meilleures concessions. — (Renée Laroche et Cécile Girard, Un jardin sur le toit – La Petite Histoire des francophones du Yukon, Association franco-yukonnaise, Whitehorse (Yukon), 1991, p. 97)
  3. (Transitif) (Sexualité) Avoir un rapport sexuel avec une femme, lui faire l’amour.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BESOGNER. v. intr.
Faire sa besogne. Nous avons bien besogné.

Littré (1872-1877)

BESOGNER (be-zo-gné) v. n.
  • Faire de la besogne. Nous avons bien besogné.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir, et ne se dit plus que dans le style familier et avec quelque ironie.

    Autrefois il était le verbe du substantif besogne et, s'employant pour faire ce qu'on avait à faire, il n'avait aucune nuance péjorative. L'absence des tenants qui n'avaient plus à besogner au delà de ce qu'ils avaient fait, laissa l'entrée de la chambre [du roi] plus libre, Saint-Simon, 405, 53. Laissons-la [Mme des Ursins] triompher et besogner à son aise, et retournons en arrière, Saint-Simon, 144, 105.

HISTORIQUE

XIIe s. Li riche besuignerent e fameilerent [eurent faim], Liber psalm. p. 42.

XIIIe s. Bel-Acueil en la chambre va ; Et la vielle ausinc se leva, Pour besoigner par la maison, la Rose, 14885. Aucune foiz estoit que les messages venoient à li ; par quoi il nous convenoit besoigner à la matinée, Joinville, 267.

XIVe s. Aucuns excellens et bien besoignans selon vie attive tiennent que felicité est honnour, Oresme, Eth. V, (9).

XVe s. Ils bastirent leur siege bien et sagement et se pourveurent petit à petit de tout ce qui leur besognoit, Froissart, II, II, 12. Avec telz gens veulx-je avoir à besongner qui tiennent ce qu'ils promettent, Commines, I, 12.

XVIe s. Ceux qui besongnerent des mestiers, Amyot, Sol. 45. Menuisiers besongnans d'yvoire, Amyot, Péricl. 25.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « besogner »

(Date à préciser) → voir besogne
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Besogne ; provenç. besonhar, besoignar ; anc. catal. bessognar ; ital. bisognare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « besogner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
besogner bœzɔɲe

Évolution historique de l’usage du mot « besogner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « besogner »

  • Cependant, le tableau n’est pas si noir, car cette crise a précipité le recours aux technologies du cloud pour permettre aux télétravailleurs de continuer à besogner. « Par exemple, si une entreprise prévoyait déjà de déplacer un nombre mensuel de boîtes aux lettres ou de serveurs du système on-premise vers une plateforme SaaS ou IaaS, il ne serait pas surprenant de voir la migration multipliée par 2 ou 3.  Les projets où le professionnel de l’informatique peut être productif depuis son domicile ont continué à progresser, sans être entravés par des dépendances matérielles », explique Patrick Rohrbasser. , Les principaux freins à la transformation numérique, legacy et compétences, ont bougé suite à la crise -
  • Il était une fois une jeune femme aux lèvres rouges comme le sang, aux cheveux noirs comme l'ébène et âgée de 29 ans pour l'éternité. Prénommée Fran, elle vivait dans le royaume du Queens. Sa mère et sa grand-mère la pressaient de trouver avant les douze coups de minuit un Prince Charmant beau, riche et circoncis. Sans le sou, elle se mit à besogner en tant que gouvernante dans le palais de M. Sheffield, un veuf venu d'Anglo-Saxonnie. Tandis qu'il faisait chanter les troubadours à Broadway, elle veillait sur ses trois bambins comme s'ils étaient les siens. Son rire en cascade ramena bientôt la joie de vivre dans la maisonnée endeuillée. Six saisons plus tard, ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants. Le Point, « Une nounou d'enfer », la mélodie du bonheur de Fran Drescher - Le Point
  • Au lieu de six dossiers par jour, il se mit à besogner sans les compter. Il compatissait depuis longtemps envers ceux qui attendaient un chèque...  Le Journal de Québec, Civilisés en CIUSSS! | Le Journal de Québec
  • Petit, Pablos n’a reçu qu’un seul conseil de son père : tu ne travailleras point. Voler, escroquer, mendier et mentir, ça oui, mais s’user les mains à besogner, jamais. Tâchant de rester fidèle à ce précepte familial, le jeune homme sans scrupule multipliera les embrouilles, depuis Ségovie jusque dans les Amériques, qu’on appelait jadis les Indes. Nous sommes au milieu du XVIIe siècle et plus d’un y cherche toujours l’Eldorado. Or, don Pablos sait parler, se travestir et embobiner les riches à l’ego démesuré… Le monde est à sa portée. La Presse, Bandes dessinées : nos suggestions
  • Il y a un an, Jack Ma avait fait cette surprenante annonce : « Je veux mourir à la plage, pas dans mon bureau. » Ironique pour un homme qui milite depuis des années pour que les employés chinois travaillent 72 heures par semaine, six jours sur sept. Sans vergogne, il traite d’ailleurs ceux qui rechigneraient à besogner du matin au soir de « fainéants ». Pourtant, lui n’a jamais caché son besoin de longues nuits de sommeil, sans lesquelles, dit-il, il n’arrive pas à réfléchir. Vanity Fair, Le pot de départ de Jack Ma, fondateur d’Alibaba, n’avait rien à envier à un concert de Beyoncé

Traductions du mot « besogner »

Langue Traduction
Anglais toil
Italien servizietto
Source : Google Translate API

Synonymes de « besogner »

Source : synonymes de besogner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « besogner »

Partager