La langue française

Suave

Définitions du mot « suave »

Trésor de la Langue Française informatisé

SUAVE, adj.

A. − Dont l'extrême douceur produit une impression subtile et agréable sur l'un des cinq sens.
1. [L'impression s'exerce sur le sens de la vue] Synon. gracieux, mignon, ravissant; anton. contrasté, disgracieux, heurté, laid.
a) [En parlant (d'un aspect) de la nature] Lumière suave. Rien n'est comparable pour la beauté aux lignes de l'horizon romain, à la douce inclinaison des plans, aux contours suaves et fuyants des montagnes qui le terminent (Chateaubr., Voy. Amér. et Ital., t. 2, 1827, p. 238):
1. Coucher de soleil: L'œil se caressait « à le regarder, c'était une couleur si douce, si suave! C'était un mélange de lumière, d'opale et d'azur, tout cela mêlé et fondu si doucement que cela formait une nuance d'un charme inexprimable »... Chenedollé, Journal, 1817, p. 87.
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Le golfe s'ouvre sur la rade de Toulon, encadrée de ses hautes montagnes pelées, d'un gris rosé (...). Tout cela est d'un pittoresque, d'un déchiré, d'un doux, d'un brusque, d'un suave (Sand, Corresp., t. 4, 1861, p. 233).
b) [En parlant (de l'aspect extérieur) d'une pers.] Elle avait des cheveux soyeux et abondants, une grâce remarquable, des poses naturelles et nonchalantes, quelque chose de suave dans les contours et de si attrayant, que les yeux (...) ne pouvaient s'en détourner (Karr, Sous tilleuls, 1832, p. 208).Le mari de cet être suave au profil fin et pâle, aux formes dégagées et pleines d'une statuette de Tanagra (A. Daudet, Rois en exil, 1879, p. 170).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Le cou, le peu qu'on voyait de sa délicate poitrine étaient d'un doux, d'un suave, d'un pur que je n'ai trouvé en nul objet mortel. Elle était si blanche (Michelet, Journal, 1861, p. 591).
c) [En parlant (d'un aspect) d'une œuvre d'art plastique] Un beau et suave Murillo, suave et pourtant sévère, sans fadeur, sans rose (...): un bel ange svelte et grave, tunique jaune et (...) une âpre figure d'évêque (Michelet, Journal, 1842, p. 1441).Albert Lebourg (...) peint dans des colorations suaves et poétiques, avec des bleus et des verts d'une tendresse particulière (Mauclair, Maîtres impressionn., 1923, p. 160).
[P. méton.;] [en parlant d'un artiste] Qui a le goût, l'art de combiner les lignes déliées, les contours fondus, les nuances harmonieuses. La main du peintre le plus suave ne dessinerait pas des contours plus arrondis, plus indécis (...) que ceux que la main créatrice a donnés à ces eaux et à ces montagnes (Lamart., Voy. orient, t. 1, 1835, p. 334).
2. [L'impression s'exerce sur le toucher] Synon. moelleux, mou, onctueux, satiné, soyeux, velouté; anton. dur, raboteux, râpeux, rude, rugueux.Jamais plus (...) elle n'offrirait à ma caresse ce grand corps blanc, d'une élasticité lascive et pleine de fermeté, de mollesse, de douceur, de suave et compacte étendue (Carco, Rien qu'une femme, 1924, p. 93).L'air est suave, agité doucement; sa fuite vous caresse (Gide, Voy. Congo, 1927, p. 801).
3. [L'impression s'exerce sur l'odorat] Synon. enivrant, parfumé; anton. écœurant, empesté, fétide, infect, malodorant, nauséabond.Parfum, senteur suave. Cette suave liqueur, cette huile odoriférante vient proclamer la sainteté de celle qui (...) dans toute sa vie a répandu un si riche et si fragrant parfum (Montalembert, Ste Élisabeth, 1836, p. 317).La touffe du chèvrefeuille qui, dès la tombée du soir, exhalait une odeur plus suave que la plus suave des musiques, (...) l'ineffable parfum de la nuit (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 257).
4. [L'impression s'exerce sur le goût] Synon. délectable, exquis; anton. acide, âcre, aigre, âpre, amer.Fruit suave. Cette liqueur [le lait] qui, par la qualité suave de sa couleur et de son goût, paraît contenir l'antidote naturel de l'amertume (M. de Guérin, Corresp., 1837, p. 311).Un vin (...) est (...) suave, quand il produit une impression douce et dégage un charme irrésistible (Ali-Bab, Gastr. prat., 1907, p. 131).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Juger qu'un munster distille une perle trop liquide qui promet l'âcreté prématurée, le mordant plutôt que le suave (Colette, Pays. et portr., 1954, p. 175).
5. [L'impression s'exerce sur l'ouïe] Synon. caressant, harmonieux; anton. criard, déchirant, discordant, rauque.
a) [En parlant (de la qualité) d'un chant, d'une pièce musicale, d'un instrument, etc.] Chant, harmonie, musique suave. La cloche de la chapelle a sonné (...). Les sons suaves, transparents, se répandaient sur le jardin (Noailles, Visage émerv., 1904, p. 96).La plus suave mélodie, indéfiniment répétée, devient une ritournelle agaçante (Beauvoir, Pyrrhus, 1944, p. 22).
b) [En parlant (de la qualité) d'une voix] Ses yeux doux et purs (...), sa voix suave et chantante (Soulié, Mém. diable, t. 1, 1837, p. 277).La voix des femmes qui sont belles (...) peut seule avoir cette abondance d'inflexions heureuses et ce son argentin (...). De la bouche d'une laide coulera, peut-être, une parole plus suave et plus mélodieuse, mais non point certes aussi vive (A. France, Bonnard, 1881, p. 305).
[P. méton.;] [en parlant d'une pers.] Qui a la voix très douce ou qui affecte par ironie des intonations très douces. Synon. péj. doucereux, melliflue, mielleux.Madame,déclara-t-il, aussi suave qu'il avait été acide l'instant d'avant (Farrère,Homme qui assass.,1907,p. 91).(...) c'est l'armée qui sauvera la République et le prolétariat.Moi, dit Shade, suave, (...) je m'en fous (Malraux, Espoir, 1937, p. 604).
B. − Au fig.
1. [En parlant d'une pers., de son caractère ou de son état d'esprit] Qui se caractérise par une très grande douceur morale, qui est empreint d'amour, de bonté, d'amabilité, de délicatesse. Synon. affable, affectueux, aimable, amène, courtois, gentil; anton. agressif, brutal, cruel, désobligeant, détestable, dur, grossier, indélicat, méchant.Lorsque je reçois le baiser d'un enfant, Il me semble qu'un lis s'est penché sur ma joue, Que j'ai tout le visage embaumé d'innocence, Que tout mon être enfin devient suave et pur. Ineffable plaisir, céleste jouissance! (E. de Guérin, Journal, 1835, p. 34):
2. ... vous n'avez rien dans l'âme que de tendre et de clément, vous êtes rayonnante de la plus belle douceur, vous êtes tout entière suave, bonne, miséricordieuse et charmante. Hélas! vous n'avez de méchanceté que pour moi seul! Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 535.
Empl. subst. Les diables (...) ramassaient à la fourche toutes les femmes (...), les affichées (...) et les fleurs discrètes (...)! Des suaves et des altières (...), des langoureuses et des intrépides (Arnoux, Rhône, 1944, p. 173).
[P. méton.;] [en parlant (d'un aspect) du comportement] Qui exprime une grande douceur de caractère, d'impression, une disposition aimante, aimable. Jeanneton (...) l'accable d'amour, de caresses (...); n'écoutons pas la scène d'amour la plus suave, la plus délicate et les plus généreux propos (Balzac, Annette, t. 3, 1824, p. 183).Ce que songe et sent ton amante, que cela demeure un mystère! Borne-toi à t'enivrer de cette suave expression d'extase (Barrès, Cahiers, t. 13, 1921, p. 149).
− Domaine relig.Marie entre un lis et une quenouille, Marie portant l'enfant (...), Marie couronnée d'étoiles. C'était pour lui une famille de belles jeunes filles, ayant une ressemblance de grâce, le même air de bonté, le même visage suave (Zola, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1287).Le mendiant était parvenu dans la grâce. (...) il siégeait avec les doux dans un Royaume Suave comme un cœur d'où découle tout baume (Jammes, Géorgiques, Chant 7, 1912, p. 78).
2. [En parlant d'une chose abstr., d'un sentiment] Qui impressionne moralement de manière très douce, qui enchante le cœur, l'esprit. Synon. agréable, enchanteur, plaisant; anton. déplaisant, désagréable.Ce moment leur était doux. La suave quiétude qui suit les bons repas reposait les esprits. Une forteresse de bien-être isolait ces gens (...). Dans aucune tête n'habitait l'idée de la souffrance du monde (Hamp, Marée, 1908, p. 74).Elle frôle constamment la tentation la plus poignante, la plus suave, la plus parée de tous les attraits: celle de se venger (Colette, Vagab., 1910, p. 39).
Avec une nuance iron. L'obscur et délicieusement perfide article des Débats où M. S. discerne avec bien du goût mon Narcisse (...) et me donne de si suaves conseils atténués ou empoisonnés par le sourire universitaire (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1891, p. 79).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Talma a été sublime [dans Rodogune] (...) Il a supérieurement rendu tout le suave de l'amitié (Stendhal, Journal, t. 1, 1804, p. 126).
En partic. [En parlant d'un moyen d'expr. orale ou écrite] Synon. flatteur.Mot suave. Telle suave parole du poète, qui éveillait jusqu'au fond de son être des frémissements passionnés (Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p. 188).Il brossa un tableau idyllique de la situation, libérant toute une bergerie d'adjectifs suaves, décrivant les « provinces odorantes », les « sujets zélés » (Morand, Flagell. Séville, 1951, p. 258).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. La déclaration amoureuse qu'il [Tartufe] lui fait en langage dévot (...) cette déclaration confite, toute pétrie de benin et de suave (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 218).
[P. méton.;] [en parlant d'un écrivain] Qui s'exprime dans un style très harmonieux. Fénelon, si suave et si plein d'onction dans les méditations chrétiennes (Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 119).
REM.
Suave mari magno, loc. subst.[P. allus. à Lucrèce, De natura rerum, livre II, 1] Très doux sentiment de quiétude, de délectation que l'on éprouve lorsqu'on se sent à l'abri de l'agitation, d'un ennui, d'un danger. Tous les dimanches soirs nous entendions, à peu de distance, le bruit (...) du bal des Marronniers. J'aimais assez cela; c'était un plaisir dans le genre du Suave mari magno (Michelet, Memor., 1822, p. 208).Le suave mari magno que nous éprouvons, au milieu d'un bon dîner, à nous souvenir d'aussi terribles soirées (Proust, Guermantes 1, 1920, p. 490).
Prononc. et Orth.: [sɥa:v]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1490 « doux, qui enchante les sens et l'esprit » lenguaige suave (Martial d'Auvergne, Matines de la Vierge, éd. Y. Le Hir, 384); cf. 1505 [plat] ... suave ne plaisant a menger (Desdier Christol, Platine en françoys, 80 vob ds Mél. Séguy (J.), p. 81). Empr. au lat. class.suavis « doux, agréable », suave a supplanté souef, söef (1remoit. xiies., Psautier Oxford, 108, 20 ds T.-L.), forme pop. usuelle jusqu'au XVIIes. (Fur. 1690), et qui a donné naissance au dér. souefete, soueveté, v. suavité. Fréq. abs. littér.: 703. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 475, b) 1 063; xxes.: a) 918, b) 608.
DÉR.
Suavement, adv.De manière suave. a) α) [Corresp. à supra A 1] Synon. délicatement, gracieusement, mignonnement; anton. laidement.Des globes de nuances finement roses, suavement vertes, à peine bleues, distribuaient un jour de féerie (Bourget, Profils perdus, 1884, p. 267).V. montrer I B 4 ex. de Gide. β) [Corresp. à supra A 2] Synon. doucement, moelleusement, onctueusement, soyeusement; anton. âprement, durement, rudement, rugueusement.Il y a des sources sulfureuses (...), lorsqu'on s'y baigne, la peau devient si suavement douce, qu'après elle est encore plus délicieuse à toucher (Gide, Nourr. terr., 1897, p. 216). γ) [Corresp. à supra A 3] Le corset tiède encore et suavement embaumé de cette Roset (Arène, J. des Figues, 1870, p. 105).V. jardin ex. de Coppée. δ) [Corresp. à supra A 5; à propos d'une sonorité, d'une musique] Synon. harmonieusement, mélodieusement.Quel air divin que la cavatine du second acte! Comme il est suavement mélancolique et tendre! Comme l'accompagnement, si fondu, si doux, s'enroule autour de la mélodie! (Taine, Notes Paris, 1867, p. 160). ε) [Corresp. à supra A 5; à propos d'une voix, d'une intonation, etc.] Parfois avec une nuance iron. Synon. doucereusement, mielleusement; anton. aigrement.Dire qqc. suavement. Un extraordinaire fantôme de voix flûtée, qui nuançait suavement des banalités (Gide, Si le grain, 1924, p. 546).b) α) [Corresp. à supra B 1] Synon. affablement, aimablement, bonnement, courtoisement, gentiment; anton. brutalement, cruellement, détestablement, durement, grossièrement, méchamment.Je me suis montré, dans cet entretien, hypocrite et suavement cruel. (...) aimable dans ma sollicitude (...), ai montré ce que le monde dirait de ce mariage (Barb. d'Aurev., Memor. 2, 1838, p. 304). β) [Corresp. à supra B 2] Synon. agréablement, plaisamment; anton. désagréablement.Quant à Racine, il a usé du vocabulaire le plus harmonieux, le plus suavement sentimental, interrompu de quelques cris déchirants, pour exprimer la sensualité la plus aiguë (L. Daudet, Idées esthét., 1939, p. 165).−[sɥavmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1878. −1reattest. 1534 [éd.] (Le Guidon en francoys, 165b ds Rom. Forsch. t. 32, p. 167); de suave, suff. -ment2*. − Fréq. abs. littér.: 42.
BBG.Baldensperger (F.). Notes lexicol. R. de Philol. fr. et de Litt. 1927, t. 39, p. 62. − Quem. DDL t. 10.

Wiktionnaire

Adjectif

suave \sɥav\ ou \sy.av\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est d’une douceur agréable.
    • Toujours il croyait entendre résonner à son oreille les notes suaves et mélodieuses de la voix de la jeune fille, quelque effort qu’il fit pour oublier ; […]. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Les tons suaves de sa voix, et la douceur de sa réponse, éveillèrent dans l’auditoire un sentiment de pitié et de sympathie. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il pleura, […], n'osant plus contempler ce salon qui naguère lui offrait le tableau le plus suave du bonheur domestique. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Tout à coup elle s'arrêta dans l'escalier : une suave odeur de fricot venait de saisir son odorat. — (Alphonse Karr, Voyage autour de mon jardin, 1857)
    • J'entends un petit air de radio, suave comme une patte de chat. — (San-Antonio, Bas les pattes!, Éditions Fleuve noir, 1954, chap. XVII)

Adjectif

suave \Prononciation ?\

  1. Suave, agréable.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUAVE. adj. des deux genres
. Qui est d'une douceur agréable. Une odeur suave. Un parfum suave. Un mets d'un goût suave. Une mélodie suave. Un coloris suave.

Littré (1872-1877)

SUAVE (su-a-v' ; d'après Chifflet, Gramm. p. 183, au XVIIe siècle on prononçait suâve) adj.
  • Qui fait sur les sens une impression douce et flatteuse. Un parfum, une odeur suave. Un mets d'un goût suave. Une mélodie suave. Une couleur suave.

    Terme de peinture. Coloris suave, coloris doux et gracieux. Des tons de couleur suaves et bien fondus. Ce peintre a une manière suave.

    Il s'est dit quelquefois des personnes. S'il faut que vos bontés veuillent me consoler, Et jusqu'à mon néant daignent se ravaler, J'aurai toujours pour vous, ô suave merveille, Une dévotion à nulle autre pareille, Molière, Tart. III, 3.

REMARQUE

Du temps de Louis XIV, les puristes condamnaient suave ; et, suivant Bouhours, Nouv. Rem. il a quelque chose de fade, et d'ordinaire les gens qui s'en servent le sont un peu. Les puristes ont eu tort ; et suave est du meilleur usage

HISTORIQUE

XIe s. Si li demandet dulcement e suef, Ch. de Rol. CXLVII.

XIIIe s. Li tans fu biaus et clers, et li vens bons et soués, Villehardouin, LX. Et Blanchefleur sa mere qui souef l'a nourrie, Berte, LIX. Moult estoit ses vis [son visage] fletris, Qui jadis fu soef et plains [uni], la Rose, 353.

XVe s. Et chevaucherent tout souef jusques adonc qu'ils vinrent au logis du duc, Froissart, I, I, 111.

XVIe s. Il en sortoit de merveilleusement doulces et souefves odeurs de perfums, Amyot, Anton. 31.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SUAVE, adj. SUAVITÉ, s. f. (Langue françoise.) ces deux mots ne se disent plus qu’en matiere de dévotion, d’odeurs & de peinture. Moliere a dit ingénieusement :


J’aurai toujours pour nous, ô suave merveille,
Une dévotion à nulle autre pareille. Tartuffe.
Ces mots dans tous mes sens, font couler à longs traits
Une suavité qu’on ne goûta jamais.

Le même.


Mais ce mot est surtout d’usage dans les écrits de spiritualité. « Cet encens, dit M. Fléchier, que vous avez vu fumer sur vos autels, & monter vers le ciel en odeur de suavité, est le symbole de vos prieres ». Cette expression est prise de l’Ecriture, comme il paroît par la Genese, viij. 21. Exod. xxix. 41. Lévit. ij. vers. 9. 12. &c. où l’on lit odeur de suavité pour odeur suave, parce que les Hébreux mettent souvent les abstraits pour les concrets. Nous disons la suavité des parfums ; & en fait de peinture, un tableau plein de suavité ; tels sont les tableaux de l’Albane & du Correge. (D. J.)

Suave, (Peinture.) couleur suave, se dit d’un tableau où la couleur a une certaine sérénité & une douleur qui affecte agréablement la vue sans la frapper trop vivement.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « suave »

Provenç. suau ; espagn. suave ; ital. soave ; du lat. suavis ; de même radical que le goth. sutis ; anglo-sax. svête ; angl. sweet ; allem. süss ; sanscr. svãdu. Le rapprochement des langues congénères prouve que suavis est pour suadvis, qui, très probablement, est formé de su, bien, et ad, manger : bon à manger, BAUDRY., L'ancienne forme est soef ou souef, qui a duré jusqu'aux XVIe siècle ; c'est au XVIIe que la forme latine l'a bannie ; elle a été amenée par suavité, qui de très bonne heure s'était introduit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin suavis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin suavis de même racine indoeuropéenne que sweet.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « suave »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suave sµav

Citations contenant le mot « suave »

  • Le souvenir est une rose Au parfum suave et discret C'est une fleur que l'on arrose Avec des larmes de regret. De Anonyme
  • Les vieux amis sont comme les vieux vins qui, en perdant de leur verdeur et de leur montant, gagnent en chaleur suave. De Charles-Augustin Sainte-Beuve / Correspondance
  • C’est sans doute l’arbre fruitier qui nous fait le plus rêver quand on s’imagine le planter à l’automne : le pêcher comble autant les papilles avec ses fruits en été que l’œil au printemps quand il fleurit. La pêche et la nectarine qui en est issue à la suite d’une mutation naturelle, offrent de nombreuses possibilités de conserves pour faire durer ces fruits emblématiques du temps suave des beaux jours. Avec Conserver les fruits et les légumes (1), Franck Schmitt a imaginé un livre malin où il propose de transformer ce qui vient d’être cueilli au mieux de sa maturité en différentes conserves. Libération.fr, Pêches et nectarines - Culture / Next
  • Si pas moins de 31 sauts et cascades balisent le cours du Hérisson, depuis les lacs de Bonlieu et d’Ilay où il puise ses sources, jusqu’aux lacs du Val et de Chamby où il se déverse, le chemin de randonnée donne à voir une palette de sept cascades parmi les plus emblématiques : l’Éventail qui, comme son nom l’indique, se déploie du haut vers le bas, mais aussi le Grand Saut, qui s’élance à 60 m, le doux et poétique Gour bleu, la suave cascade du Château Garnier, le calme saut de la Forge, ou encore le doux Moulin Jeunet avant le saut Girard (35 m), à proximité du belvédère au sommet de la promenade. , Un été en Lorraine | Jura : une escapade aux cascades du Hérisson
  • « ÉVRY-COURCOURONNES ! ÉVRY-COURCOURONNES ! » En gare d'Évry-Val-de-Seine, ces jours-ci, ce n'est pas la voix suave signée SNCF qui indique aux voyageurs la correspondance à prendre. À sa place, un agent de gestion de flux, gilet bleu sur le dos, s'époumone. « Il faut crier toute la journée, confie-t-il. Et je suis là jusqu'à 1 heure du matin ! » leparisien.fr, A Évry, les travaux du RER D font tourner la tête des voyageurs - Le Parisien
  • L’attaque est suave, la bouche généreuse, concentrée, salivante, boisée, aux tanins présents mais qui, après quelques heures, s’estompent au profit du fruit et de la fraîcheur. Le Figaro - Le Figaro Vin, Camille de Labrie 2018 bordeaux rouge: une attaque suave - Le Figaro Vin
  • Le marché mondial Arranque suave donne les données sur les tendances du secteur et l’inclinaison future de l’industrie, il aide à spécifier le produit et se concentre sur la croissance des revenus et la rentabilité de l’utilisateur final. Le marché Arranque suave mesure la part détenue par les principaux acteurs du secteur et fournit une vue détaillée du paysage concurrentiel. Ce marché est classé en différents segments avec une analyse complète par rapport à une étude géographique. Une segmentation clé du marché Arranque suave a été fournie dans l’étude, ainsi que le taux de croissance et les actions afin de fournir une solide compréhension de l’ensemble du marché. , Analyse du marché Arranque suave 2020, croissance, taille, part, tendances, prévisions, demande d’approvisionnement jusqu’en 2026 – La Tribune de Tours
  • On sent un fruit qui n'existe pas dans la nature, qui est inventé par le vin, au fur et à mesure qu'il avance dans l'âge. C'est suave, avec des tanins soyeux et lissés. Malgré l'âge, ils sont encore bien présents, ils "tiennent" le vin. La Revue du vin de France, Château Pibarnon 1983, un vin suave aux arômes de garrigue et de cuir noble - La Revue du vin de France

Images d'illustration du mot « suave »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « suave »

Langue Traduction
Anglais sweet
Espagnol dulce
Italien dolce
Allemand süss
Chinois
Arabe حلو
Portugais doce
Russe сладкий
Japonais 甘い
Basque gozoa
Corse dolce
Source : Google Translate API

Synonymes de « suave »

Source : synonymes de suave sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « suave »

Suave

Retour au sommaire ➦

Partager