Rouler : définition de rouler


Rouler : définition du Wiktionnaire

Verbe

rouler \ʁu.le\ transitif ou intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire avancer une chose en la faisant tourner sur elle-même.
    • … Blanchette […] fit un écart terrible, et, bondissant en avant, envoya son conducteur rouler les quatre fers en l’air, toutes paumes ouvertes, en plein milieu du taillis. — (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Rouler une boule, des pierres du haut d’une montagne, un tonneau.
    • Une rivière qui roule ses eaux.
    • Un torrent qui roule des cailloux.
  2. (Figuré) Tourner de côté et d’autre avec violence, effort ou affectation, en parlant des yeux.
    • Une douzaine de jeune gens entouraient une sorte de croquant endimanché, coiffé d’un chapeau melon qui roulait des yeux ahuris et s’efforçait d’éviter la bousculade systématique dont il se voyait l’objet. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 94)
    • Il roulait les yeux comme un possédé.
    • Il roulait les yeux dévotement.
    • Les yeux lui roulaient dans la tête.
  3. (Par extension) Avancer comme dans un roulement.
    • Raclant, ravageant, dévastant la côte ouest de l’Île, le cyclone roula vers la mer Polaire, mettant à mal bateaux, engins de pêche, quais, maisons, bétail, récoltes. — (José Gers, Sur la mort du Pourquoi pas ?, France libre, volume 6, 1936)
  4. (Figuré) Méditer.
    • Rouler de grands projets dans sa tête, de grands desseins.
    • Il considéra sa mère en roulant dans son cerveau ces apparences de pensées profondes, ces banalités religieuses et philosophiques qui hantent les intelligences moyennes en face de la mort. — (Guy de Maupassant , En famille, dans La maison Tellier, 1891, réédition Le Livre de Poche, pages 154-155)
    • Il cessait de songer à Odette ; même il arrivait, tout en se déshabillant, à rouler en lui des pensées assez joyeuses. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 167)
  5. Transporter au moyen de quelque chose qui roule et qu’un homme pousse ou tire (charrette à bras, diable, etc.).
    • Combien dois-je, mademoiselle, à l’homme qui a roulé mon bagage depuis la gare jusqu’ici ? — (Abel Hermant, L’Esbroufe, acte Ier, scène 3, Ernest Flammarion éditeur, Paris, 1904, page 32)
  6. (Figuré) (Familier) Avoir le dessus sur quelqu’un dans la discussion.
    • Il l’a roulé avec beaucoup d’esprit.
  7. Duper ; rouler dans la farine.
    • Il retrouve de temps en temps des malfaiteurs imbéciles dont l'audace est toute l'habileté ; mais qu'il tombe sur un malin, comme vous et moi, et il sera roulé, foi de marquis ! — (Henry Hazart, Trente ans, ou La vie d'un joueur, 1890-1891)
    • En dépit des mauvais présages, je pensais que ce mariage marcherait. Comme je l'écrivais dans mon journal : « Si Jeff n'est qu'un faux-jeton, comme certains le prétendent encore, alors, je me suis fait rouler. » — (Bill Clinton, Ma vie, traduction de l'anglais (États-Unis) par un collectif, Éditions Odile Jacob, 2004, chap. 15/page 159)
    • Un escroc peut prendre plaisir à ce qu’il fait. C’est pourquoi il constitue un héros acceptable pour les fils hollywoodiens. Être forcé de rouler quelqu’un, c’est complètement différent. — (David Graeber, traduit par Élise Roy, Bullshit jobs, Les liens qui libèrent, 2018, ISBN 979-10-209-0633-5)
  8. Mettre en rouleau.
    • Avec une joie d’enfant, Gasbieha se mettait à transfigurer Zaheira, à relever ses longues nattes, à les lui rouler autour de la tête. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • Tavannes remit la pie sur son bâton, et s’amusa à rouler et à dérouler les oreilles d’un lévrier. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VI)
  9. (Spécialement) Mettre du tabac dans un papier que l’on roule autour.
    • Du gris que l'on prend dans ses doigts
      Et qu'on roule
      C'est fort, c'est âcre comme du bois
      Ça vous saoule.
      (chanson Du gris, paroles d'Ernest Dumont, musique de Ferdinand-Louis Bénech, 1920)
    • A l'intérieur, il y avait de quoi rouler quelques pets. Une herbe très parfumée, toute violette. Ça devait être une variété comme de la “Sweet Purple”. […]. Elle montra la beuze à Bob et entreprit de se rouler un pet, et il fit de même. Ils fumèrent tranquillement. — (Marilyn Lapin, Apocalpse, Éditions Edilivre, 2015)
  10. Aplanir à l’aide d’un rouleau.
    • Rouler la pâte d’une pâtisserie.
    • Rouler le gazon d’une pelouse.
  11. Rouler sa bosse : (Figuré) Errer sans s’arrêter, sans se fixer en un lieu.
    • Il y a longtemps qu’il roule sa bosse par le monde.
  12. (Intransitif) Avancer en tournant sur soi-même.
    • Les tuiles, soulevées, roulent sur le toit, tombent sur le sol détrempé ; dans la nuit, les pauvres arbres, sous l’effort du vent plus colère, gémissent et craquent. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • L’embarcation roula fortement d’un bord à l’autre, faillit chavirer, mais se maintint à flot. — (Caroline Quine, Alice au camp des biches, 1930, texte français d’Hélène Commin, Librairie Hachette, coll. “Bibliothèque verte”, Paris, 1957, ch. II, page 23.)
    • Une boule qui roule.
    • Une boule de neige grossit en roulant.
    • Il tomba et roula du haut en bas de l’escalier.
    • Les flots roulent sur le gravier, sur le sable.
    • Le ciel, les astres roulent sur nos têtes : Se dit en parlant du mouvement circulaire apparent du ciel et des astres.
    • Faire rouler la presse : Faire imprimer des ouvrages → voir rotative.
    • (Imprimerie) Une presse roule lorsque la mise en train est terminée et que le tirage se poursuit sans interruption.
  13. (Intransitif) (Figuré) Circuler ; tourner.
    • Rien ne leur répondit que les fidèles échos de la vallée qui, dans la nuit étoilée et paisible, roulaient ironiques en se répercutant au loin. — (Louis Pergaud, La Disparition mystérieuse, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • L’argent roule dans ce pays : L’argent circule dans le commerce, il passe fréquemment d’une main à une autre.
    • (Figuré) Mille pensées différentes lui roulent dans l’esprit : Les projets les plus divers lui roulent dans la tête, ils lui passent et lui repassent dans l’esprit sans qu’il s’arrête, sans qu’il se fixe à aucun.
  14. (Intransitif) Tourner sur soi-même sans avancer.
    • La porte roula sur ses gonds.
  15. (Intransitif) Avancer à l’aide de roues.
    • On ne voyait pas les tramways. […] Pourtant les quais où ils roulaient, avec des piaulements plaintifs, n’étaient guère éloignés, car la rue, quelquefois, tremblait à leur passage […] — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 41)
    • Midi et demi… Le convoi roule, précédé de quelques jeeps… — (Bachaga Boualam, Les Harkis au service de la France, France-Empire, 1963, page 58)
    • La McQueen, elle, roulait à l'ultracoke®, le dernier-né des carburants Porf, un combustible extrêmement calorifique qui se consumait fort et longtemps. — (Raphaël Albert, Les extraordinaires et fantastiques enquêtes de Sylvo Sylvain, tome 2 : Avant le déluge, Saint-Laurent-d’Oingt : Éditions Mnémos, 2013, chap. 3)
  16. (Intransitif) (Par extension) Voyager dans un véhicule à roues.
    • J’avais acheté une vieille 4L dont les cardans exténués rendaient d’inquiétants sons de castagnettes et je roulais des journées entières sur des routes où la mort guettait à chaque virage. — (Bernard Fauconnier, Kaïros, Grasset, 1997, chap. 3)
  17. (Intransitif) (Figuré) Errer sans s’arrêter, sans se fixer en un lieu.
    • Il y a longtemps qu’il roule par le monde.
    • Il a roulé dans tous les pays de l’Europe.
    • — Si nous ne vous avions pas recueillie, que seriez-vous devenue ? où auriez-vous roulé ? Dieu seul le sait. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 339)
  18. (Intransitif) Produire un bruit continu, comparable à celui d’une voiture qui roule.
    • Les tambours roulent.
    • Le tonnerre roula au loin.
  19. (Intransitif) Avoir pour sujet, pour objet.
    • La conversation roulait sur une guerre que le roi venait de terminer heureusement contre le prince d’Hyrcanie, son vassal. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, IV, L’Envieux, 1748)
    • Le plus important de ce que disait ma tante roulait sur les imperfections de mon oncle et sur l’extrême patience qu’il fallait déployer pour vivre chrétiennement avec lui. — (Julien Green, Le voyageur sur la terre, 1927, Le Livre de Poche, pages 26-27)
    • Ce discours, cette dissertation roule sur telle matière.
    • La discussion roule sur ce point.
    • Tout roule là-dessus : C’est là le point principal, l’affaire principale dont tout le reste dépend.
  20. (Intransitif) (Figuré) L’affaire roule sur lui : Il en est principalement chargé, ou il y a la principale influence.
    • Tout roule sur lui dans cette maison : Il y est chargé de toutes les affaires.
  21. (Intransitif) (Marine) Pencher alternativement à gauche et à droite, sous l’effet du roulis.
    • Nous étions dans la région des vagues espagnoles, […]. Le pauvre petit Valdemar roulait, tanguait, et tout ce qu'il contenait d'animé et d'inanimé se livrait à une sarabande désordonnée. Nous aurions pu nous croire dans une baratte américaine. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 29)
    • Le bateau roulait beaucoup, mais il semblait que la houle diminuât et je restai sur la passerelle, prêt à agir. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Le mât de flèche plie sous l’effort et à sec de toile, le bateau roule terriblement. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  22. (Intransitif) (Populaire) Avancer vers quelque chose.
    • La petite, qui roulait sur ses vingt ans, était aguichante au possible, mince et rembourrée, les yeux clairs, mouillés de candeur vicieuse. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 30)
  23. (Intransitif) (Figuré) Progresser ; marcher ; tourner.
    • Trois ans plus tard, sa petite affaire roule, et Mathilde livre ­des supermarchés bio, des entreprises et des particuliers. — (Anne-Laure Pineau, Reconversion : redémarrer derrière les fourneaux, Le Monde. Mis en ligne le 15 février 2019)
  24. Avoir une circulation fluide en parlant de trafic routier.
    • Ça roule mal aujourd’hui, il y a des bouchons.

se rouler (Pronominal) (pronominal : se rouler)

  1. (Figuré) Se tourner de côté et d’autre en étant couché.
    • Les deux couples riaient, bavardaient, cueillaient des fleurs, se cajolaient et se mignotaient, luttaient et se roulaient sur l’herbe, et les jeunes filles fumèrent des cigarettes. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 55 de l’éd. de 1921)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Rouler : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROULER. v. tr.
Faire avancer une chose en la faisant tourner sur elle-même. Rouler une boule. Rouler des pierres du haut d'une montagne. Rouler un tonneau. Une rivière qui roule ses eaux. Un torrent qui roule des cailloux. Se rouler sur l'herbe, se rouler sur un lit, dans la poussière, dans la boue, etc., Se tourner de côté et d'autre étant couché sur l'herbe, sur un lit, dans la poussière, etc. Rouler les yeux, Tourner les yeux de côté et d'autre avec violence, effort ou affectation. Il roulait les yeux comme un possédé. Il roulait les yeux dévotement. On dit aussi intransitivement : Les yeux lui roulaient dans la tête. Fam., Rouler carrosse, Avoir une voiture à soi. Il signifie aussi, figurément : Être très riche. Fig. et fam., Rouler sa bosse se dit en parlant de Personnes qui ont mené une existence hasardeuse, qui ont passé par toute sorte de pays et fait toute sorte de métiers. Après avoir roulé sa bosse dans les cinq parties du monde, il est revenu prendre sa place au foyer de famille. Fig., Rouler de grands projets dans sa tête, Méditer de grands desseins. Fig. et fam., Rouler quelqu'un, Avoir le dessus sur quelqu'un dans la discussion. Il l'a roulé avec beaucoup d'esprit. Il signifie aussi Le retourner à sa guise dans une affaire, le duper. J'ai eu confiance en lui, il m'a roulé. Il s'est laissé rouler. Fig., Rouler les r, Les prononcer en les faisant vibrer fortement.

ROULER signifie aussi Mettre en rouleau. Rouler un tableau, une pièce d'étoffe, un papier. Par extension, Rouler une cigarette, Mettre du tabac dans un papier que l'on roule autour.

ROULER signifie encore Aplanir à l'aide d'un rouleau. Rouler la pâte d'une pâtisserie. Rouler le gazon d'une pelouse. Une route bien roulée.

ROULER est aussi intransitif et signifie Avancer en tournant sur soi-même. Une boule qui roule. Une boule de neige grossit en roulant. Il tomba et roula du haut en bas de l'escalier. Les flots roulent sur le gravier, sur le sable. Le ciel, les astres roulent sur nos têtes se dit en parlant du Mouvement circulaire apparent du ciel et des astres. Faire rouler la presse, Faire imprimer des ouvrages. On dit, en termes d'Imprimerie, qu'Une presse roule lorsque la mise en train est terminée et que le tirage se poursuit sans interruption. Fig., L'argent roule dans cette maison, L'argent y est en abondance. L'argent roule dans ce pays, L'argent circule dans le commerce, il passe fréquemment d'une main dans une autre. Fig. et fam., Rouler sur l'or, Être très riche. Il ne roule pas sur l'or. Fig., Mille pensées différentes lui roulent dans l'esprit, Les projets les plus divers lui roulent dans la tête, Ils lui passent et lui repassent dans l'esprit sans qu'il s'arrête, sans qu'il se fixe à aucun. Prov. et fig., Pierre qui roule n'amasse pas mousse. Voyez PIERRE.

ROULER signifie aussi Tourner sur soi-même sans avancer. La porte roula sur ses gonds. Il signifie encore Avancer à l'aide de roues. Cette voiture roule bien, elle a beaucoup roulé. Il signifie, par extension, Voyager dans un véhicule à roues : Rouler en auto. Nous avons roulé toute la journée. Il signifie, au figuré, Errer sans s'arrêter, sans se fixer en un lieu. Il y a longtemps qu'il roule par le monde. Il a roulé dans tous les pays de l'Europe. Voyez ci-dessus Rouler sa bosse. Il signifie aussi Produire un bruit continu, comparable à celui d'une voiture qui roule. Les tambours roulent. Le tonnerre roula au loin. Il signifie encore Avoir pour sujet, pour objet. Ce discours, cette dissertation roule sur telle matière. Toutes les conversations roulaient sur son accident. La discussion roule sur ce point. Tout roule là-dessus, C'est là le point principal, l'affaire principale dont tout le reste dépend. Fig., L'affaire roule sur lui, Il en est principalement chargé, ou Il y a la principale influence. Tout roule sur lui dans cette maison, Il y est chargé de toutes les affaires.

ROULER se dit, en termes de Marine, d'un Bâtiment qui, agité par les vagues, penche alternativement à gauche et à droite, Le vaisseau fut longtemps à ne faire que rouler. On dit aussi : Nous roulâmes toute la nuit, Notre vaisseau roula toute la nuit. Le participe passé

ROULÉ s'emploie adjectivement. Épaule roulée, Épaule désossée et parée en forme de rouleau.

Rouler : définition du Littré (1872-1877)

ROULER (rou-lé) v. a.
  • 1Faire avancer une chose en la faisant tourner sur elle-même. Rouler des pierres du haut d'une montagne. Rouler une boule. N'examinons donc plus la justice des causes, Et cédons au torrent qui roule toutes choses, Corneille, Pomp. I, 1. De même que… les rivières qui arrosent la surface de la terre ont toutes cela de commun qu'elles viennent d'une petite origine ; que, dans le progrès de leur course, elles roulent leurs flots en bas par une chute continuelle…, Bossuet, Gorn. De ces flots confondus [une foule] le flux impétueux Roule et dérobe Égisthe et sa mère à mes yeux, Voltaire, Mér. V, 6. Les dehors [de Larisse] sont embellis par le Pénée, qui roule auprès de ses murs des eaux extrêmement claires, Barthélemy, Anach. ch. 35. Ces pas, ces voix, ces cris, cette rumeur immense Seront déjà rentrés dans l'éternel silence ; Les générations rouleront d'autres flots, Lamartine, Harm. I, 10. Il [le fleuve] va, grand, mais troublé, déposant un vain nom, Rouler au sein des mers sa gloire et son limon, Lamartine, ib. II, 12. Là, pour marquer la place où vous m'allez coucher, Roulez de la montagne un fragment de rocher, Lamartine, ib. III, 2.
  • 2 Populairement. Rouler carrosse, avoir un carrosse à soi. Je devrais faire dans Paris une autre figure ; je devrais rouler carrosse, ma chère dame, Lesage, Turcaret, IV, 12.

    Mme de Genlis, Mém. V, p. 91, édit. de 1825, a blâmé rouler carrosse comme une expression née dans la Révolution ; cette expression est bien plus ancienne.

    Rouler un tour, deux tours, faire, en tombant, un, deux tours sur soi-même. Si quelqu'un m'assurait que je ne me ferais point de mal [en versant], je ne haïrais pas à rouler quelquefois cinq ou six tours dans un carrosse ; cette nouveauté me divertirait, Sévigné, 19 août 1671.

    Rouler un étage, tomber du haut d'un étage en roulant de degré en degré. Ce garçon qui est tout froissé, qui a roulé un étage, je m'étonne qu'il ne soit pas au lit, Marivaux, le Legs, sc. 14.

    Fig. Rouler doucement sa vie, passer sa vie dans une fortune médiocre.

    Rouler sa vie comme on peut, mener une vie assez pauvre, assez malheureuse.

  • 3Rouler les yeux, les tourner de côté et d'autre avec violence ou affectation. Il mange haut et avec grand bruit, il roule les yeux en mangeant, La Bruyère, XI. Roulant tour à tour sur les objets qui l'environnent des regards troublés et confus, où l'amour et la haine, l'indignation et la pitié se combattent et se succèdent, Marmontel, Cont. mor. Lausus et Lydie.
  • 4Rouler sa voix, faire des roulades, des roulements de voix. L'un [chat] miaule en grondant comme un tigre en furie ; L'autre roule sa voix comme un enfant qui crie, Boileau, Sat. VI.
  • 5 Fig. Agiter en diverses manières quelque chose en son esprit. Des rivaux de Léon il est le plus jaloux, Et roule des projets qu'il ne dit pas à tous, Corneille, Pulch. II, 3. Il prenait des mesures secrètes pour le grand dessein qu'il roulait dans son esprit, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VIII, p. 333, dans POUGENS. Le cœur plein de ressentiment, et roulant dans son esprit mille projets de vengeance, Lesage, Diabl. boit. 5. Je roulais dans ma tête une épître à l'humanité, Voltaire, Lett au Pr. roy. de Pr. octobre 1738.
  • 6Plier en rouleau. Rouler un tableau, une carte de géographie, une pièce d'étoffe. Mais sous l'aquilon qui les roule [les nuages] En mille plis capricieux…, Lamartine, Harm. I, 10.

    En chirurgie, rouler une bande, la plier en rond sur elle-même.

    Rouler une bande autour d'un membre, recouvrir en spirale de tours de bande une partie.

  • 7Arrondir le plomb dans le moulin, en l'y remuant avec vitesse.
  • 8 Fig. et populairement. Duper, mystifier, battre. Notre homme fut si bien roulé qu'il ne reparut plus. Toute une révolution s'était faite dans le goût public ; le bourgeois, longtemps roulé par le rapin, l'avait roulé à son tour, Asselineau, Mélang. tirés d'une petite biblioth. romantique, p. 40.
  • 9 V. n. Avancer en tournant sur soi-même ; se dit au propre d'un corps rond comme une roue, un cylindre, qui s'avance sur un plan, et, au figuré, de tout ce que l'on y compare, comme les eaux qui cheminent, la vie qui passe, etc. L'abondance des pleurs roulant sur mon visage A fait évanouir cette funeste image, Tristan, M. de Chrispe, III, 1. Tellement qu'il [le sang dans les artères] est forcé, par le nouveau sang qui survient sans cesse, d'aller toujours en avant et de rouler sans fin par tout le corps, Bossuet, Connaiss. II, 8. Tous les hommes commencent par les mêmes infirmités ; dans le progrès de leur âge, les années se poussent les unes les autres comme des flots ; leur vie roule et descend sans cesse à la mort par sa pesanteur naturelle, Bossuet, Gornay. L'autre esquive le coup, et l'assiette volant S'en va frapper le mur, et revient en roulant, Boileau, Sat. III. Un torrent débordé, qui, d'un cours orageux, Roule, plein de gravier, sur un terrain fangeux, Boileau, Art p. I. [Deux champions frappés par un infortiat] … du bois et des clous meurtris et déchirés, Longtemps loin du perron roulent sur les degrés, Boileau, Lutr. V. Noricus à ses pieds roule en se débattant, Saurin, Spartacus, V, 9. Déjà dans les chemins les cailloux commençaient à rouler après moi, lancés cependant encore d'un peu trop loin pour pouvoir m'atteindre, Rousseau, Confess. XI. Pour Julie, je remarquai que les larmes lui roulaient aussi dans les yeux, mais qu'elle n'osait pleurer de peur de nous alarmer davantage, Rousseau, Hél. VI, 11. Ainsi l'ancre s'attache où paissaient les troupeaux, Ainsi roulent des chars où voguaient des vaisseaux, Delille, Hom. des ch. III. Mais quand le char funèbre a roulé dans la ville, Chénier M. J. Tibère, I, 3. Tandis que la foule Autour de lui roule, Satan joyeux foule L'autel et la croix, Hugo, Odes, la Ronde du Sabbat.

    Il fait beau rouler, le chemin est uni, commode pour les voitures, pour le charroi.

    Nous roulâmes toute la nuit, nous fîmes route en voiture durant toute la nuit.

  • 10 Terme d'imprimerie. Une presse roule lorsqu'elle est en pleine activité.

    Fig. Faire rouler la presse, faire imprimer des ouvrages.

  • 11Il se dit du mouvement circulaire apparent du ciel et des astres. Le soleil roule dans les cieux d'un mouvement éternel, Bossuet, 1er serm. Conception, I. Un philosophe vous dira en vain que vous devez être rassasiés d'années et de jours, et que vous avez assez vu les saisons se renouveler et le monde rouler autour de vous, Bossuet, le Tellier. Jupiter et Saturne roulent dans ces espaces immenses, Voltaire, l'Ingénu, II.
  • 12Il se dit de portes qui tournent. D'un formidable bruit le temple est ébranlé, Tout à coup sur l'airain ses portes ont roulé, Delavigne, Vêp. sicil. V, 2. En effet, des cachots la porte à grand bruit roule, Hugo, Odes, I, 4.
  • 13Il se dit du mouvement violent et égaré des yeux. Les yeux lui roulaient dans la tête. Toutes ses grâces étaient effacées : ses yeux éteints roulaient dans sa tête et jetaient des regards farouches, Fénelon, Tél. VIII.
  • 14 Terme de marine. En parlant d'un navire, se mouvoir de droite à gauche et de gauche à droite, autour de sa quille, de telle façon que les deux plans s'immergent alternativement. Ce vaisseau roule beaucoup.

    Nous roulâmes toute la nuit, notre vaisseau roula toute la nuit.

  • 15 Terme de manége. Rouler à cheval, éprouver des déplacements sur le cheval, bien qu'il ne fasse que des mouvements très ordinaires.
  • 16Errer sans s'arrêter. En toutes les neuf années suivantes, je ne fis autre chose que rouler çà et là dans le monde, tâchant d'y être spectateur plutôt qu'acteur en toutes les comédies qui s'y jouent, Descartes, Méth. III, 6.

    Fig. Alors, de son destin sentant toute l'horreur, Son cœur tumultueux roule de rêve en rêve, Delille, Imag. IV.

  • 17Passer, en parlant du temps, de la vie. Douze lustres et plus ont roulé sur ta vie, La Fontaine, Poés. mêl. LXIX. Un philosophe vous dira en vain… que vous vous êtes assez vus rouler vous-mêmes et passer avec le monde, Bossuet, Le Tellier.
  • 18Il se dit des bruits qui se prolongent. Chemin faisant, nous crûmes entendre rouler le tonnerre, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie. Les bruits majestueux qui roulent Du sein orageux des cités, Lamartine, Harm. I, 10. Ces accents, ces soupirs animés par la foi, Vont… Roulant de monde en monde, Retentir jusqu'à toi [Dieu], Lamartine, ib. I, 2.

    Roulez, tambours ! commandement de battre le tambour.

  • 19En parlant des choses, des événements, aller. Pensez-vous faire croire, à voir comme tout roule, Que votre seul mérite attire cette foule ? Molière, Mis. III, 5.
  • 20 Fig. Rouler sur l'or et sur l'argent, être fort riche. Pourquoi ! cette demande est bonne, maintenant Que vous allez rouler dessus l'argent comptant, Regnard, le Bal, 13. Tu paraissais bien moins compatissant, Quand tu roulais sur l'or et sur l'argent, Voltaire, Enfant prod. III, 2.

    L'argent roule dans ce pays, l'argent circule dans le commerce, il passe fréquemment d'une main à l'autre. Qu'on juge du peu d'argent qui roulait dans un royaume tel que la France, Voltaire, Mœurs, 84. Il n'est point de ces magnifiques seigneurs qui d'un trait de plume peuplent Paris d'un million d'habitants, et vous font rouler quinze cents millions d'espèces sonnantes dans le royaume, Voltaire, l'Homme au quarante écus, Lett. La vente de la royauté est devenue en Pologne la plus grande source de l'argent qui roule dans l'État, Voltaire, Mœurs, 119.

    L'argent roule dans cette maison, l'argent y est en abondance. On voit rouler chez vous tout l'or de la Castille, Chapelain décoiffé, dans les œuvres de Boileau. L'argent y roule, et on commence à en convenir, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, 7 avril 1685. Je ne m'étonne plus si céans l'argent roule, Et si des emprunteurs il attire la foule, Destouches, Dissip. II, 1.

  • 21 Fig. Être agité par l'esprit. Cent sortes de chagrins me roulent par la tête, Molière, le Dép. II, 6. Assurément quelque chose d'extraordinaire lui roule dans l'esprit, Boursault, Lett. nouv. t. II, p. 418, dans POUGENS. Pendant que ces pensées roulaient dans mon esprit, Fénelon, Tél. II. Déjà dans mon cerveau roule un épithalame, Piron, Métrom. II, 11.
  • 22 Fig. Avoir pour sujet, pour objet, pour base. Vous êtes si vive au milieu de nos cœurs, ma chère fille, et toutes nos actions, nos pensées roulent si fort sur vous…, Sévigné, 22 déc. 1688. Toutes les conversations avec son Éminence [Retz] qui ont toujours roulé sur dire que vous aviez de l'aversion pour lui… voilà ce qui cause ses agitations, et sur quoi roulent toutes ses pensées, Sévigné, à Mme de Grignan, t. V, p. 517, éd. RÉGNIER. Elle [la réforme] roulait principalement sur deux points, sur celui de la justification et sur celui de l'eucharistie, Bossuet, Var. IX, 1. Comme la religion et le gouvernement politique sont les deux points sur lesquels roulent les choses humaines, Bossuet, Hist. Dessein général. Les affaires qui roulent sur l'argent ont toujours quelque chose de sale, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, 25 juin 1684. Il y a peu de règles générales et de mesures certaines pour bien gouverner ; l'on suit les temps et les conjonctures, et cela roule sur la prudence et sur les vues de ceux qui règnent, La Bruyère, X. Les critiques qui se font aux enfers doivent être plus solides, il faut qu'elles roulent sur les choses et non pas sur les mots, Fontenelle, Jug. de Plut. Qui de nous, à juger des mœurs anciennes par les nôtres, s'attendrait à voir rouler les propos de table parmi de grands guerriers, non-seulement sur des affaires de politique, mais sur des matières d'érudition ? Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 390, dans POUGENS. Nos mœurs jusqu'ici n'ont peut-être roulé que sur ces tristes alternatives de repentir et de crimes, Massillon, Carême, Inconst. Si cette incertitude ne roulait que sur l'heure, sur le lieu ou sur le genre de votre mort, Massillon, Carême, Mort. Il y a quatre épîtres de faites ; voilà les deux premières : l'une roule sur l'égalité des conditions ; l'autre, sur la liberté, Voltaire, Lett. au Pr. roy de Pr. 23 janv. 1738. L'ancien adage : On ne doit appeler personne heureux avant la mort, semble rouler sur de bien faux principes, Voltaire, Dict. phil. Heureux. Son chant [d'un oiseau] n'est ni varié ni brillant, il ne roule que sur quatre ou cinq notes, Buffon, Ois. t. X, p. 12. La conversation ne roula d'abord que sur des choses absolument indifférentes, Genlis, Vœux téméraires, t. III, p. 5, dans POUGENS.

    Tout roule là-dessus, c'est là le point principal, l'affaire principale dont tout le reste dépend. Tout roula sur ce point, Sévigné, 403. En promettant de tout définir, on a seulement oublié les mots sur lesquels on convient que tout roulait, Bossuet, Préf. sur l'instr. de M. de Cambrai, IV, 44.

    L'affaire roule sur lui, il en est principalement chargé, ou il y a la principale influence. M. le Duc pleura ; c'était sur Vatel [qui venait de se tuer] que roulait tout son voyage de Bourgogne, Sévigné, 26 avr. 1671. N'aviez-vous pas Tortenson, Bannier et le duc de Weimar, sur qui tout roulait ? Fénelon, Dial. des morts mod. Richelieu, Oxenstiern. Les grandes affaires qui avaient roulé sur lui, Mairan, Élog. du cardin. de Polignac. C'est sur lui [le bœuf] que roulent tous les travaux de la campagne, Buffon, Quadrup. t. I, p. 184.

    Tout roule sur lui dans cette maison, il y est chargé de toutes les affaires. Je vois avec plaisir que tout roule sur moi, et qu'à tous les instants je suis nécessaire, Montesquieu, Lett. pers. 9.

  • 23 Fig. Avoir alternativement un service à faire, une fonction à remplir, en parlant de personnes qui se remplacent. Le roi a réglé que, partout où il y aura plusieurs maréchaux de France, l'ancien commandera, sans rouler avec les autres, comme on l'avait fait jusqu'ici, Pellisson, Lett. hist. t. II, p. 384. Un jour que Varron commandait, car le commandement roulait de jour à autre entre les deux consuls, tout se prépara au combat des deux côtés [bataille de Cannes], Rollin, Hist. anc. Œuvr. t. I, p. 433, dans POUGENS. Ces maréchaux en second n'étaient proprement à l'armée que des lieutenants généraux qui ne roulaient point avec les autres, Saint-Simon, 6, 76.
  • 24 Fig. et familièrement. Subvenir à ses dépenses. Pour l'argent, mon frère en veut bien payer 2000 livres… après cela, roulez doucement ; on ne prétend pas que vous diminuiez ce qui est essentiel, Bossuet, Lett. quiét. 396 (à son neveu, à Rome). Mon père… En mourant me laissa, pour rouler et pour vivre, Un revenu léger et son exemple à suivre, Boileau, Ép. V. Il ne laissa pas de rouler encore, tant par le crédit qu'on lui fit, que par quelques pistoles qu'il emprunta, Lesage, Diable boit. 20. Ces sortes de poëmes entraînent la multitude, entretiennent le luxe des comédiens, et font rouler tout doucement les auteurs, Lesage, Gil Bl. II, 9. On s'accoutume, on roule, et l'on pousse la vie ; On va, l'on vient, on voit, on babille, on se plaint, Lachaussée, Préj. à la mode, V, 3.

    Le revenu de sa terre, de son emploi roule, bon ou mal an, entre telle ou telle somme, il monte à une somme moyenne entre telle et telle somme.

  • 25Circuler, être répandu. Il y a un mois que la défaite de M. de Schomberg roule en ce pays… on la croit fausse, Sévigné, 26 oct. 1689.
  • 26Se rouler, v. réfl. Se tourner de côté et d'autre étant couché. De rage et de douleur le monstre bondissant Vient aux pieds des chevaux tomber en mugissant, Se roule, et leur présente une gueule enflammée, Racine, Phèd. V, 6. Je me roulais de désespoir sur le sable du rivage comme un insensé, Fénelon, Dial. des morts anc. Achille, Chiron. Ils se roulaient dans la poussière, déchirant leurs habits, et ne s'expliquant que par des gémissements et des sanglots entrecoupés, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. Ier, p. 533. Il fut blessé en plusieurs endroits, et même renversé par le loup, avec qui il se roula longtemps sur la terre, Marivaux, Pays. parv. 4e part. Ils [les lutteurs] se dépouillèrent de tout vêtement, et, après s'être frottés d'huile, ils se roulèrent dans le sable, afin que leurs adversaires eussent moins de prise en voulant les saisir, Barthélemy, Anach. ch. 36. Quand il s'est dans ses nœuds roulé comme un reptile, Hugo, Orientales, Mazeppa.

    Fig. Il se roule dans ses propres horreurs ; il se tourmente, il s'agite pour fuir la mort qui le saisit, Massillon, Avent, Mort du péch.

    PROVERBE

    Pierre qui roule n'amasse pas de mousse, il faut être constant dans une profession pour y faire fortune.

HISTORIQUE

XIIIe s. [Sisyphe] Ou rolera la mole à terre De la roche, et puis l'ira querre, Et de rechief la rolera, Ne jamès jor ne cessera, la Rose, 19495. Cele nuit sejornerent François en la cités, Si ont burnis les elmes, les haubers ont rollés, Ch. d'Ant. III, 584.

XVe s. Ha ! ribault, es-tu là ? tu me fais desplaisir, mais je te rollerai [battrai], Du Cange, roilla.

XVIe s. Mon Daurat, nos ans coulent Comme les eaux qui roulent D'un cours sempiternel, Ronsard, 482. Pour bien bander, il faut que la bande soit roulée estroittement, Paré, XII, 2. La force de tout conseil gist au temps ; les occasions et les matieres roulent et changent sans cesse, Montaigne, III, 269.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ROULER. Ajoutez :
27Opérer la roulaison des cannes à sucre. Les cannes à sucre sur les plantations noyées [de la Havane] se pourriront et ne pourront être roulées… sur plusieurs plantations on commencera ce mois-ci à rouler les cannes, et dans les environs de Matause la roulaison commencera le 15, Journ. offic. 30 nov. 1876, p. 8835, 3e col.
28 Populairement, rouler sa bosse, courir le pays, les pays. Il a roulé sa bosse dans les quatre parties du monde.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Rouler : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROULER, v. act. (Gram.) c’est mouvoir un corps sur lui-même. Voyez les articles Roulemens, Rotation.

Rouler, v. n. (Art milit.) officiers qui roulent entr’eux, c’est-à-dire, qui dans une concurrence pour le commandement obéissent les uns aux autres selon l’ancienneté de leur réception.

Rouler, (Marine.) on se sert de ce verbe pour exprimer le mouvement de la mer, dont les vagues s’élevent & se déploient sur un rivage uni ; & le balancement d’un vaisseau, tantôt sur l’un, tantôt sur l’autre de ses côtés.

Rouler, (Com.) ce terme signifie chez les marchands, plier une étoffe en rond, en faire une espece de rouleau. On roule les satins, papelines, gases, crêpes, rubans d’or, de soye, de fil de laine, les padous & les galons de toute espece. Dictionnaire de Commerce.

Rouler, se dit aussi dans le commerce d’argent, lorsqu’il est commun, quand on en trouve aisément chez les banquiers, & que le comptant va bien chez les marchands. On dit en ce sens que l’argent roule bien.

Rouler, se dit encore des marchands & artisans dont le négoce & le travail suffisent à peine pour subsister. Ce mercier, ce serrurier ont peine à rouler leur vie. id. ibid.

Rouler, en terme de Boutonnier, c’est l’action de faire plusieurs lacets de cordonnets, ou de luisant or ou soie, sur un moule de bouton à épi, après le premier jettage. Ce moule est traversé d’un fer à rouler. Voyez, ensuite on le couvre d’un moule découronné, sous lequel on tourne le fil, & qui empêche que ce fil ne descende trop bas, ou ne s’arrange mal. On arrête le fil avec de la soie, ou du fil de la même matiere.

Rouler les cierges, (Cirerie.) C’est les arrondir sur une table arrosée d’eau, avec l’instrument qu’on appelle rouloir. Les bougies qui se font à la cuilliere, se roulent deux fois ; l’une, après avoir reçu la moitié de leur jet dans l’attelier de l’apprêt ; & l’autre, quand on leur a donné leur dernier jet dans l’attelier de l’achevement. Dict. de Com. (D. J.)

Rouler, en terme de filassiere, c’est faire de petits paquets de filasse qu’on veut battre & écraser sous les maillets.

Rouler, en terme de fondeur de petit plomb, c’est arrondir le plomb dans le moulin, en l’y remuant avec précipitation.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Rouler : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « rouler » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « rouler »

Étymologie de rouler - Littré

Bourguign. rôlai ; wallon, rôlé ; Berry, roler, roller ; provenç. rolar, rotlar ; catal. rotolar ; espagn. rollar ; portug. rolar ; ital. rotolare ; du bas-lat. rotulare ; du lat. rotulus (voy. RÔLE). Il y avait aussi un verbe rueler, roeler, de même sens : L'anme de tes enemis iert [sera] ruelée e turnée cume la pierre de frunde, Rois, p. 100. Mais celui-ci a une autre origine, à savoir rotella, petite roue, d'où rouelle et rueler, roeler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de rouler - Wiktionnaire

(1409) De l’ancien français roeler, de roele (« petite roue ») avec -er, lui-même du latin rotella, croisé avec rôle, du latin rotulus. De ce même radical roele sont issus rouelle et rôle. (1180) roueller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rouler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rouler rule play_arrow

Conjugaison du verbe « rouler »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe rouler

Citations contenant le mot « rouler »

  • Après l’abandon d’une limitation à 110 km/heure sur les autoroutes, une nouvelle proposition de réduction de la vitesse des voitures vient de surgir. Il s’agirait d’imposer une nouvelle limite en ville. Pour ne rouler qu’à 30 km/heure. Cela, sur tout le territoire. Or, d’après certaines fuites, ce projet d’obligation urbaine pourrait rencontrer un accueil plus favorable que le fameux passage aux 80 km/heure. Jadis fermement défendu par Edouard Philippe. Reste maintenant à vérifier si une telle contrainte ne posera pas de réels problèmes aux préfets. Car en France, toute restriction de vitesse génère habituellement un fort mécontentement. Ainsi, la perspective de rouler en agglomération à une vitesse aussi faible énerve déjà les associations d’automobilistes et d’usagers de la route. Bulletin des Communes, Rouler à 30 km/heure : une nouvelle vitesse en agglomération ?
  • Je pense qu’ils seront prêts pour le combat, honnêtement. Vous savez, je pense qu’ils sont assez fous pour revenir dans un état d’esprit où ils estiment qu’ils doivent prouver quelque chose. Donc je ne serais pas surpris de les voir revenir et… rouler sur la ligue avec la même mentalité qu’ils avaient quand ils se sont révélés. Parlons Basket, NBA - « Les Warriors vont rouler sur la ligue la saison prochaine »
  • Apprendre à rouler , à maîtriser le vélo, Unidivers, STAGE SAVOIR ROULER à VELO La maison du vélo Paris lundi 17 août 2020
  • Les motards obligés de rouler moins vite que les autres dans les Dolomites (Italie) Motomag, le site de Moto Magazine, Les motards obligés de rouler moins vite que les autres dans (...) - Moto Magazine - leader de l’actualité de la moto et du motard
  • L’amour et la fête n’ont jamais fait bon ménage. Il est d’ailleurs surprenant que le verbe sortir puisse désigner deux choses : rouler un patin, ou voir des gens. De Frédéric Beigbeder / Mémoires d’un jeune homme dérangé
  • Dans la vie, il y a deux drames : la naissance et la mort ; entre les deux, tout est à se rouler par terre. De Jean Dion / Le Devoir - 13 Avril 2000
  • J'ai choisi de m'éclairer uniquement à la bougie... Il y a quand même un inconvénient... Je suis obligé de rouler lentement. De Patrick Sébastien / Carnet de notes
  • La justice est une machine qui, ayant reçu une poussée de quelqu'un, continue à rouler d'elle-même. De John Galsworthy / Justice
  • Les Anglais aiment rouler lentement lorsqu’ils sont vivants mais filent à toute allure en Rolls lorsqu’ils sont morts. De Pierre Daninos / Le Secret du major Thompson
  • Pour rouler au hasard, il faut être seul. Dès qu'on est deux, on va toujours quelque part. De Alfred Hitchcock / Sueurs froides
  • Celui qui acquiesce à tout ce que vous dites est soit un imbécile soit il se prépare à vous rouler. De Kin Hubbard
  • L’auto-stoppeur est un individu qui cherche à se faire rouler sans pour autant en être de sa poche. De Serge Mirjean
  • On dit que l'argent est fait pour rouler. Un loustic demandait: pour rouler qui ? De L.-P. Létourneau
  • L'argent est rond pour rouler. De Proverbe anglais

Images d'illustration du mot « rouler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rouler »

Langue Traduction
Corse to roll
Basque jaurti
Japonais 転がす
Russe катиться
Portugais rolar
Arabe للفة
Chinois 滚动
Allemand rollen
Italien rotolare
Espagnol rodar
Anglais to roll
Source : Google Translate API

Synonymes de « rouler »

Source : synonymes de rouler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rouler »


Mots similaires