La langue française

Rêve

Sommaire

  • Définitions du mot rêve
  • Étymologie de « rêve »
  • Phonétique de « rêve »
  • Citations contenant le mot « rêve »
  • Images d'illustration du mot « rêve »
  • Traductions du mot « rêve »
  • Synonymes de « rêve »
  • Antonymes de « rêve »

Définitions du mot rêve

Trésor de la Langue Française informatisé

RÊVE, subst. masc.

A. − [Pendant le sommeil]
1. Suite d'images, de représentations qui traversent l'esprit, avec la caractéristique d'une conscience illusoire telle que l'on est conscient de son rêve, sans être conscient que l'on rêve. Rêve nocturne; rêve agréable, enchanteur, érotique, idyllique, inextricable, insensé; beau, doux rêve; écrire, se rappeler ses rêves; mémoriser ses rêves; faites de beaux rêves. Cette nuit-là il eut un rêve. Il revit en songe l'entrée de la forêt de Sonneck, la métairie, les quatre arbres et les quatre oiseaux (Hugo,Rhin, 1842, p. 190):
1. Le valet de chambre entrait. Je ne lui disais pas que j'avais sonné plusieurs fois, car je me rendais compte que je n'avais fait jusque-là que le rêve que je sonnais. J'étais effrayé pourtant de penser que ce rêve avait eu la netteté de la connaissance. La connaissance aurait-elle, réciproquement, l'irréalité du rêve? Proust,Sodome, 1922, p. 985.
Loc. En rêve. Synon. en songe.Apparaître en rêve; entendre, revoir qqn en rêve; parler en rêve. Il s'était réveillé la nuit, croyant voir sa mère en rêve, qui lui reprochait son départ (Krüdener,Valérie, 1803, p. 212).
Absol. [P. oppos. à l'état de conscience de veille] Activité psychique pendant le sommeil. Le rêve, l'état de rêve. Le Rêve est une seconde vie. Je n'ai pu percer sans frémir ces portes d'ivoire et de corne qui nous séparent du monde invisible (Nerval, Œuvres, t. 1, Aurélia, 1960 [1855], p. 359).Herder demande au rêve ce que lui demande le romantisme: sa légèreté contrastant avec la pesante réalité, son atmosphère de féerie, et surtout la révélation des secrets de l'âme (Béguin,Âme romant., 1939, pp. 157-158).
2. En partic.
a) [Le rêve considéré comme annonçant l'avenir et pouvant inspirer la conduite de qqn] Synon. songe.Rêve initiatique, prophétique, télépathique, visionnaire; rêve-pressentiment (Symboles 1969, p. 647). L'Égypte ancienne prêtait aux rêves une valeur surtout prémonitoire: Le dieu a créé les rêves pour indiquer la route aux hommes quand ils ne peuvent voir l'avenir, dit un livre de sagesse (Symboles1969, p. 646).
Rêve d'incubation. Synon. de songe* thérapeutique.Le rêve d'incubation est aussi pratiqué par les Juifs, et dans le même état d'esprit que celui des Hittites (M.-A. Descamps, La Maîtrise des rêves, 1983, p. 112).
b) [Le rêve comme expression de l'inconscient, de la vie mentale] Analyse, mécanisme, sens, structure du rêve. Le langage du rêve va chercher très loin ses métaphores et paraît se référer à une langue inconnue de nous, où chaque objet possède des qualités très éloignées de celles que nous lui reconnaissons d'ordinaire (Béguin,Âme romant., 1939, p. 109).Le symbolisme est le langage par excellence du rêve; il est à la fois expression et masque, satisfaisant en cela à la double contrainte du rêve (Poinso-Gori1972).
[Avec déterm. dépréc.] Synon. de cauchemar.Rêve effrayant. Puis viennent des symboles hideux, des larves, des figures grimaçantes, comme dans un mauvais rêve (Michelet,Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 38).
Rêve de qqc.Rêve d'eau, de feu; rêve d'escalier, de gare, de labyrinthe, de lac, de navire, de vol. C'était un rêve de combat et de meurtre. (...) j'avais une épée flamboyante (...) je fondais sur les bataillons ennemis, je les mettais en déroute, je les précipitais dans le Rhin (Sand,Hist. vie, t. 2, 1855, p. 412).
[Chez Freud] Science des rêves. Freud considérait l'interprétation des rêves comme « la voie royale de la connaissance de l'inconscient » et l'étude de ses propres rêves comme le mode initiatique le plus adéquat à la formation psychanalytique (Poinso-Gori1972).
[Chez C. G. Jung] Rêve allégorique, mythique. La fonction générale des rêves est d'essayer de rétablir notre équilibre psychologique à l'aide d'un matériel onirique qui, d'une façon subtile, reconstitue l'équilibre total de notre psychisme tout entier (C. G. Jung,L'Homme et ses symboles, 1964, pp. 49-50).
PSYCHOL. EXP. Centre, clinique, laboratoire des rêves; état, phase de rêve; ondes du rêve. On sait depuis longtemps ce qui se passe si on prive l'homme de nourriture ou de boisson. Mais qu'adviendrait-il si on arrivait à le priver de rêves? (...) Ne pas rêver peut conduire à la mort (Psychol.1969, p. 497).
c) [Le rêve dans ses rapports avec les agents extérieurs, avec les sensations] Rêves cénesthésiques, physiologiques. Une même stimulation extérieure provoque des rêves différents chez des sujets différents (Psychol.1969, p. 491).Descartes (...) a (...) pu faire des découvertes sur le rêve et apercevoir, par exemple, l'origine de certains rêves dans des sensations. Ainsi il note qu'il rêve qu'il est percé par une épée et s'aperçoit en se réveillant qu'il est piqué par une puce (M.-A. Descamps, La Maîtrise des rêves, 1983, p. 29).
3. Absol. [P. oppos. avec la réalité] Pays, royaume du rêve.
a) [Réalité du rêve; le rêve vécu comme réel, comme surréel; la réalité perçue comme une illusion] Beauté, évidence, merveille du rêve. Herder fut le père du romantisme (...) [il] oppose, au monde du temps et de l'espace, celui du rêve et de la poésie. Le rêve est proposé en exemple au poète pour la souveraineté de l'esprit qui se délivre des contingences (Béguin,Âme romant., 1939, p. 157).
b) [Irréalité du rêve; le rêve perçu comme irréel] Être dans un rêve, comme dans un rêve. Ces murs abandonnés, croulant et s'effaçant dans le sable! Smara (...) c'est une cité de nuages qui se défont, un rêve à peine matérialisé, un mirage (Mauriac,Journal 1, 1934, p. 16).
Expressions
Il a fait un beau rêve. Il ,,a joui d'un bonheur fort court ou (...) n'a eu qu'une espérance trompeuse et de peu de durée. Aussi (...) il [lui] arrive un succès, un bonheur que rien ne lui laissait espérer`` (Ac.).
C'est un rêve; est-ce un rêve? Ainsi, ce n'était pas un rêve, Juliette irait chez cet homme. Après-demain (Zola,Page amour, 1878, p. 985).Rêve! dit la femme. Illusion vaine! C'est moi qui suis la réalité (Claudel,Femme, 1923, p. 643).
B. − [Dans l'état de veille]
1. [P. anal. avec le rêve nocturne] Élaboration de la pensée imaginative qui transforme la réalité. Champ, espace, puissance du rêve. C'est ce pouvoir de rêve qui lui fait apercevoir dans toute existence, même médiocre, une solitude et une poésie. C'est ce pouvoir de rêve qui l'a sauvé des misanthropies desséchantes du pessimisme (Bourget,Nouv. Essais psychol., 1885, p. 249).Quand un esprit est porté au rêve, il ne faut pas l'en tenir écarté, le lui rationner (...). Si un peu de rêve est dangereux, ce qui en guérit, ce n'est pas moins de rêve, mais plus de rêve, mais tout le rêve (Proust,J. filles en fleurs, 1918, p. 843).
P. méton. Ce qui en résulte; le fait lui-même. Rêve d'évasion. Une rêverie perpétuelle, que l'action et la parole dérangent, voilà quelle a été ma vie (...). C'est le rêve qui est ma vie réelle, et la vie en est la distraction (Vigny,Journal poète, 1851, p. 1285).Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures, ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats (Baudel.,Poèmes prose, 1867, p. 83).
PSYCHOL., PSYCHOTHÉRAPIE. Rêve diurne. ,,Scénario imaginé à l'état de veille, soulignant ainsi l'analogie d'une telle rêverie avec le rêve`` (Mantoy Psychol. 1971, p. 426). Les rêves diurnes constituent, comme le rêve nocturne, des accomplissements de désir; leurs mécanismes de formation sont identiques, avec prédominance de l'élaboration secondaire (MantoyPsychol.1971,p. 426).Rêve éveillé dirigé. ,,Technique consistant à provoquer, à l'état de veille, une sorte de rêverie riche en images que le patient exprime à haute voix devant le psychothérapeute`` (Carr.-Dess. Psych. 1976).
2. Projet d'avenir plus ou moins difficile à réaliser. Faire un rêve.
a) [Rêve chimérique, impossible, insensé] Ah! si nous étions libres, nous voyagerions ensemble. C'est un rêve que je fais souvent, va. Quels rêves n'ai-je pas faits d'ailleurs? C'est là mon infirmité à moi (Flaub.,Corresp., 1846, p. 316).Jamais (...) Barrès n'a nié son penchant pour le rêve, ni pour la dissolution de l'être (...). Il fait à l'évasion une place dans sa vie; il s'accorde des répits (Mauriac,Journal 1, 1934, p. 76).
Péj. Ce n'est pas avec des absences et des rêves que l'on impose à la parole de si précieux et de si rares ajustements (Valéry,Variété[I], 1924, p. 62).
b) [Rêve possible] Les rêves de la (sa) jeunesse; réaliser un vieux rêve. Son rêve était de s'installer au Crillon (...) d'entrer peu à peu dans l'intimité de la clientèle de cet établissement (Fargue,Piéton Paris, 1939, p. 225):
2. ... le jour où il leur serait donné de revoir leur pays (...) était-ce donc un rêve irréalisable? Mais ce rêve, il n'y avait que deux manières de le réaliser: ou un navire se montrerait quelque jour dans les eaux de l'île Lincoln, ou les colons construiraient eux-mêmes un bâtiment assez fort pour tenir la mer jusqu'aux terres les plus rapprochées. Verne,Île myst., 1874, p. 540.
3. Objet d'un projet, d'un désir.
a) [Le rêve désigne qqc.]
[Un objet matériel, un pays, un événement, une manière de vivre, etc.] Rêve de campagne, de châteaux, d'îles lointaines, de pays chauds. Toute ma vie l'Orient avait été le rêve de mes jours de ténèbres dans les brumes d'automne et d'hiver de ma vallée natale (Lamart.,Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 27).Elle voulait (...) un homme qui (...) lui permît enfin de réaliser son rêve: avoir une chambre avec du papier à fleurettes, un lit et une table en noyer, des rideaux blancs aux fenêtres (Huysmans,Sœurs Vatard, 1879, p. 56).
[Une grande idée, un grand sentiment] Rêve d'amour, de bonheur, de concorde, de fraternité, de paix. C'était l'essai de réaliser un rêve, celui de la république universelle, sous la présidence du peuple français (Bainville,Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 104).Rêve américain. ,,Culte du profit, de l'esprit d'entreprise, de l'individu et du businessman avec toutes les impulsions contestataires, voire libertaires`` (Le Nouvel Observateur, 4 mars 1978, p. 43, col. 1). (Grand) rêve vert. Le grand rêve vert. Le retour à la terre? C'était une mode. Voilà qu'on en rêve parfois aujourd'hui comme d'une solution aux problèmes de l'emploi (Le Point, 26 avr. 1976, p. 112, col. 1).
Expressions
C'était son rêve de + inf. C'était son rêve de marier sa fille en Bretagne, et d'acheter une grande propriété dans les environs de la Trélade (Sandeau,Sacs, 1851, p. 16).Rêve de qqc. Et moi j'étais seule à porter la beauté du monde (...) avec au creux de l'estomac un rêve de chocolat et de pain grillé (Beauvoir,Mém. j. fille, 1958, p. 80).
Qqc. de ses rêves. La maison de ses rêves. Il lui était loisible d'imaginer qu'il roulait sur la bicyclette de ses rêves, aux nickels flatteurs et persuasifs (Aymé,Vouivre, 1943, p. 165).
b) [Le rêve désigne qqn] Il, elle est mon rêve, le rêve de ma vie. Tu [mon fils] étais ma vie, mon rêve, mon seul espoir (Maupass.,Une Vie, 1883, p. 242).
Qqn de son rêve. Le marquis de Bruyères (...) avait retrouvé la Lisette, la Marton, la Sméraldine de son rêve! Il était aux anges (Gautier,Fracasse, 1863, p. 210).
C. − [Le plus souvent dans des loc. ou expr. figées] Ce qui ressemble à un rêve par son apparence immatérielle, supra-terrestre, ou/et sa beauté idéale.
De rêve. Blancheur, vapeur de rêve; forêt, île, pays, univers, ville de rêve. Navire de rêve, plein de feux et d'anges, plus beau encore que ceux qui revenaient à Séville (Montherl.,Bestiaires, 1926, p. 478).
Être un rêve; qqn est un rêve. Sous la fleur d'oranger la jeune dame Peloux était un rêve (Colette,Chéri, 1920, p. 92).
Cela tient du rêve. Leur effet [des sons harmoniques de la harpe] tient du rêve (Widor,Techn. orch. mod., 1904, p. 167).
D. − Vieilli
1. Méditation. Le rêve des philosophes. Le résultat de son rêve, c'est-à-dire de ses réflexions, fut qu'il serait à souhaiter que la nation fût animée de l'esprit qui règne à la Chine (Chamfort,Caract. et anecd., 1794, p. 112).
2. ,,Délire d'une imagination déréglée`` (Encyclop. méthod. Méd. t. 12 1827).
Prononc. et Orth.: [ʀ ε:v]. Ac. 1694, 1718: resve; dep. 1740: rêve. Étymol. et Hist. a) 1674 « combinaison plus ou moins confuse de faits imaginaires qui se présente spontanément à l'esprit pendant le sommeil » (Malebranche, Rech. de la vérité, II, III, VI ds Rob.); b) 1794 « projet sans fondement, idée chimérique » (A. Chénier, L'Invention ds Littré); c) 1819 « ce qu'une personne se représente par l'imagination et à quoi elle aspire de toutes ses forces » (Boiste). Déverbal de rêver*. Fréq. abs. littér.: 11 699. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 9 667, b) 18 203; xxes.: a) 19 719, b) 19 893. Bbg. Faïk (S.). Rêve ds la lang. littér. contemp. Gembloux, 1974, 273 p. − Spitzer (L.). En soñar un sueño. Vox rom. 1936, t. 1, pp. 51-53.

Wiktionnaire

Nom commun

rêve \ʁɛv\ masculin

  1. Songe.
    • Il y eut encore entre ce moment de somnolence et le sommeil réel un intervalle pareil à celui du crépuscule, qui sépare le jour de la nuit, intervalle bizarre et indescriptible pendant lequel la réalité se confond avec le rêve, de manière qu’il n’y a ni rêve ni réalité; […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • — Ce que nous voyons la nuit, ce sont les restes malheureux de ce que nous avons négligé dans la veille. Le rêve est souvent la revanche des choses qu’on méprise ou le reproche des êtres abandonnés. De là son imprévu et parfois sa tristesse. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 153)
    • Il ne devinait pas encore combien l’âme de la jeune fille, déjà, lui appartenait. Il habitait chaque seconde de ses heures, chaque rêve de ses nuits. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • Pour la fausse oronge, elle est toxique; elle tue les mouches, dit-on; pourtant dans les pays du nord, les gens en usent pour donner de beaux rêves. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (En particulier) Chose plaisante par opposition à cauchemar (pendant le sommeil ou non).
    • Il a fait un beau rêve, se dit d’un homme qui a joui d’un bonheur fort court ou qui n’a eu qu’une espérance trompeuse et de peu de durée. Il se dit aussi d’un homme à qui survient un succès, un bonheur que rien ne lui faisait espérer.
    • C'est une maison de rêve.
  3. (Par extension) (Figuré) Projet sans fondement, chimère, utopie.
    • Il sentait couler dans ses veines toute la sanie des rêves impuissants, des appétences infécondes, et sur son échine s’appesantissait le fardeau de la résignation et de la timidité. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 27)
    • Que la réalité ne corresponde pas au rêve, seuls les naïfs s’en étonneront. D’abord, il y eut autant de rêves que de rêveurs. […]. Enfin, et surtout, si les hommes pouvaient réaliser leurs utopies, cela se saurait. — (Élie Barnavi, L’Europe comme utopie, dans Marianne du 13 août 2011, p.81)
  4. (Figuré) Désir, espérance.
    • Il voit Paris, non comme un gouffre où l’on sombre et qui vous dévore, mais comme un rêve flamboyant, où l’or se gagne, s’enlève à larges pelletées, où le plaisir est sans fin. — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • Les femmes regardaient cet homme, qui était leur rêve commun. — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÊVE. n. m.
Assemblage involontaire d'images et d'idées, souvent incohérentes, parfois nettes et suivies, qui se présentent à l'esprit pendant le sommeil. J'ai eu de mauvais rêves. J'ai fait un singulier rêve, un rêve agréable. Fig., Il a fait un beau rêve, se dit d'un Homme qui a joui d'un bonheur fort court ou qui n'a eu qu'une espérance trompeuse et de peu de durée. Il se dit aussi d'un Homme à qui survient un succès, un bonheur que rien ne lui faisait espérer.

RÊVE se dit au figuré des Projets sans fondement, des idées chimériques. Ce projet n'est qu'un beau rêve. Ses espérances n'ont été qu'un rêve. Puisse cette idée n'être pas un rêve! Ce système est le rêve d'un esprit mal équilibré. Il se dit encore au figuré de Désirs, d'espérances. Rêve de gloire. Rêve d'amour. Rêve de fortune. Rêve d'ambition. Son rêve est d'habiter la campagne.

Littré (1872-1877)

RÊVE (rè-v') s. m.
  • 1Combinaison involontaire d'images ou d'idées, souvent confuses, parfois très nettes et très suivies, qui se présentent à l'esprit pendant le sommeil. Non-seulement ils [les rossignols] dorment, mais ils rêvent, et d'un rêve de rossignol, car on les entend gazouiller à demi-voix et chanter tout bas, Buffon, Ois. t. IX, p. 151. Je demande que chacun réfléchisse sur les rêves, et tâche de reconnaître pourquoi les parties en sont si mal liées, et les événements si bizarres ; il m'a paru que c'était principalement parce qu'ils ne roulent que sur des sensations et point du tout sur des idées, Buffon, Disc. nat. animaux, Œuv. t. V p. 325. Si les organes seuls produisent les rêves de la nuit, pourquoi ne produiraient-ils pas seuls les idées du jour ? Voltaire, Dict. phil. Somnambules. C'est un état bien singulier que celui du rêve, aucun philosophe que je connaisse n'a encore assigné la vraie différence de la veille et du rêve, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 253, dans POUGENS. Elle croit aux songes ; quand elle a fait un mauvais rêve, la voilà de mauvaise humeur pour toute la journée, Genlis, Théât. d'éduc. la Tendresse matern. sc. 1. Ainsi de nos pensers nos rêves sont l'écho, Delille, Imag. 1. Le rêve du méchant est son premier supplice, Delille, ib. Là jamais ne s'élève Bruit qui fasse penser ; Jusqu'à ce qu'il s'achève, On peut mener son rêve Et le recommencer, Lamartine, Harm. III, 10.

    Fig. et familièrement. Il a fait un beau rêve, se dit d'un homme qui a joui d'un bonheur très court, qui s'est bercé d'un espoir trompeur.

    Il se dit aussi d'un succès, d'un bonheur que rien ne pouvait faire attendre. être d'un siècle entier la pensée et la vie, Émousser le poignard, décourager l'envie, Ébranler, raffermir l'univers incertain, Aux sinistres clartés de la foudre qui gronde, Vingt fois contre les dieux jouer le sort du monde, Quel rêve !… et ce fut ton destin, Lamartine, Méditat. II, 7, Bonaparte.

    Fig. et familièrement. Les histoires que vous nous contez là sont de beaux rêves, elles n'ont pas plus de suite, de vraisemblance que si elles étaient des rêves.

    Fig. et familièrement. C'est un rêve que de vous voir ici, on s'y attendait si peu qu'il semble qu'on rêve.

    Fig. Le rêve de quelqu'un, ce à quoi il songe toujours. Sans vieillir, accablé de jours, La fin du monde est mon seul rêve, Béranger, Juif errant.

  • 2 Fig. Il se dit de tout ce qui est comparé à un rêve. Ce n'est pas là un système de philosophie [la physique de Descartes], c'est le rêve d'un homme en délire, Voltaire, Dial. XXIX, 10. Délires insensés ! fantômes monstrueux ! Et d'un cerveau malsain rêves tumultueux ! Chénier, l'Invent. De ce rêve enchanteur je goûtais le mensonge, Chénier M. J. Fénelon, II, 3. Vous m'avez délaissé, doux rêves de la vie, Chénier M. J. la Prom. Nos guerriers, instruits par vos leçons, Comme un rêve insensé méprisent mes soupçons, Delavigne, Vêp. sicil. III, 3. La gloire est le rêve d'une ombre, Lamartine, Médit. I, 11.

SYNONYME

RÊVE, RÊVERIE. Le rêve est d'un homme endormi ; la rêverie est d'un homme éveillé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÊVE, s. m. (Com.) ancien droit ou imposition qui se leve sur les marchandises qui entrent en France, ou qui en sortent. On dit ordinairement rêve & haut passage ; ces deux droits autrefois séparés, ont été depuis réunis ; on appelloit anciennement ce droit jus regni, droit de regne ou de souveraineté, d’où par corruption on a fait droit de resve. Voyez Traite foraine. Diction. de Com.

Rêve, s. m. (Métaphysique.) songe qu’on fait en dormant. Voyez Songe.

L’histoire des rêves est encore assez peu connue, elle est cependant importante, non-seulement en médecine, mais en métaphysique, à cause des objections des idéalistes ; nous avons en rêvant un sentiment interne de nous-même, & en même-tems un assez grand délire pour voir plusieurs choses hors de nous ; nous agissons nous-mêmes voulant ou ne voulant pas ; & enfin tous les objets des rêves sont visiblement des jeux de l’imagination. Les choses qui nous ont le plus frappé durant le jour, apparoissent à notre ame lorsqu’elle est en repos ; cela est assez communément vrai, même dans les brutes, car les chiens rêvent comme l’homme, la cause des rêves est donc toute impression quelconque, forte, fréquente & dominante.

Rêve, (Médecine.) Voici le sentiment de Lommius à ce sujet.

Les rêves sont des affections de l’ame qui surviennent dans le sommeil, & qui dénotent l’état du corps & de l’ame ; sur-tout s’ils n’ont rien de commun avec les occupations du jour ; alors ils peuvent servir de diagnostic & de prognostic dans les maladies. Ceux qui rêvent du feu ont trop de bile jaune ; ceux qui rêvent de fumée ou de brouillards épais, abondent en bile noire ; ceux qui rêvent de pluie, de neige, de grêle, de glace, de vent, ont les parties intérieures surchargées de phlegme ; ceux qui se sentent en rêve dans de mauvaises odeurs, peuvent compter qu’ils logent dans leur corps quelque humeur putride ; si l’on voit en rêve du rouge, ou qu’on s’imagine avoir une crête comme un coq, c’est une marque qu’il y a surabondance de sang ; si l’on rêve de la lune, on aura les cavités du corps affectées ; du soleil, ce seront les parties moyennes ; & des étoiles, ce sera le contour, ou la surface extérieure du corps. Si la lumiere de ces objets s’affoiblit, s’obscurcit ou s’éteint, on en conjecturera que l’affection est légere, si c’est de l’air ou du brouillard qui cause de l’altération dans l’objet vu en rêve ; plus considérable si c’est de l’eau ; & si l’éclipse provient de l’interposition & de l’obscurcissement des élémens, en sorte qu’elle soit entiere, on sera menacé de maladie ; mais si les obstacles qui déroboient la lumiere viennent à se dissiper, & que le corps lumineux reparoisse dans tout son éclat, l’état ne sera pas dangereux ; si les objets lumineux passent avec une vîtesse surprenante, c’est signe de délire ; s’ils vont à l’occident, qu’ils se précipitent dans la mer, ou qu’ils se cachent sous terre, ils indiquent quelque indisposition. La mer agitée prognostique l’affection du ventre ; la terre couverte d’eau n’est pas un meilleur rêve, c’est une marque qu’il y a intempérie humide ; & si l’on s’imagine être submergé dans un étang, ou dans une riviere, la même intempérie sera plus considérable. Voir la terre séchée & brûlée par le soleil, c’est pis encore ; car il faut que l’habitude du corps soit alors extrèmement seche. Si l’on a besoin de manger ou de boire, on rêvera mets & liqueurs ; si l’on croit boire de l’eau pure, c’est bon signe ; si l’on croit en boire d’autre, c’est mauvais signe. Les monstres, les personnes armées, & tous les objets qui causent de l’effroi, sont de mauvais augure ; car ils annoncent le délire. Si l’on se sent précipité de quelque lieu élevé, on sera menacé de vertige, d’épilepsie ou d’apoplexie, sur-tout si la tête est en même tems chargée d’humeurs. Lommius, Méd. obs.

Nous avons tiré de Lommius ces observations, elles sont toutes d’Hippocrate, & méritent une attention singuliere de la part des Médecins ; car on ne peut nier que les affections de l’ame n’influent sur le corps, & n’y produisent de grands changemens. En effet, bien que ces observations paroissent de peu d’importance, & devoir être négligées d’abord, on sera détourné de penser de cette façon, pour peu que l’on refléchisse sur les lois qui concernent l’étroite union de l’ame avec le corps. (m)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rêve »

(Nom) (1674)[1] Déverbal de rêver[1][2].
(Interjection) Forme impérative de rêver à la deuxième personne du singulier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Voy. RÊVER. Il est singulier que ce mot n'ait aucun historique.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rêve »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rêve rɛv

Citations contenant le mot « rêve »

  • Ma seule liberté est de rêver, alors je rêve de liberté. De Benoît Granger
  • Un rêve transformé en réalité, c'est un autre rêve. De Jérémie Garde
  • On rêve d’un rêve. De Frédéric Beigbeder / Au secours pardon
  • Une place pour les rêves Mais les rêves à leur place. De Robert Desnos
  • La vie est un rêve, mais rêver n'est pas vivre. De Constantÿn Huygens / Hofwijck
  • - Certes, je sortirai quant à moi satisfait D'un monde où l'action n'est pas la sœur du rêve Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, le Reniement de saint Pierre
  • C'était l'heure où l'essaim des rêves malfaisants Tord sur leurs oreillers les bruns adolescents. Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, le Crépuscule du matin
  • L'humanité vit, sur terre, dans une épaisse nuit, où les événements surgissent, dans un inextricable désordre, comme les songes incohérents d'un dormant. Albert Béguin, Bloy, mystique de la douleur, Labergerie
  • Au cœur du rêve, je suis seul […] Je me retrouve dans l'isolement parfait de la créature devant le monde. Albert Béguin, Poésie de la présence, Le Seuil
  • La solitude de la poésie et du rêve nous enlève à notre désolante solitude. Albert Béguin, Poésie de la présence, Le Seuil
  • Le détachement de tout n'est jamais si complet que quelque rêve encore ne survive à la mort des rêves. Henry Céard, Préface à Snob de Paul Gavault Simonis Empis
  • Le rêve est le semblable qui renvoie éternellement au semblable. Maurice Blanchot, L'Espace littéraire, Gallimard
  • La vie parfois se présente vulgaire ; mais le sage, pour en relever l'originelle bassesse, a cette ressource de rêver. Paul Arène, La Veine d'argile, Pitois-Levrault
  • Mais si je ne suis rien, si je ne dois rien être, pourquoi ces rêves de gloire depuis que je pense ? Marie Bashkirtseff, Journal, 25 juin 1884 , Fasquelle
  • Je raconte ma vie comme on fait les rêves au réveil. Louis Aragon, Blanche ou l'Oubli, Gallimard
  • Le mensonge, ce rêve pris sur le fait. Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Gallimard
  • Lorsqu'on rêve tout seul, ce n'est qu'un rêve alors que lorsqu'on rêve à plusieurs c'est déjà une réalité. L'utopie partagée, c'est le ressort de l'Histoire. De Elder Camara
  • On choisit parmi les rêves ceux qui vous réchauffent le mieux l'âme. Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Gallimard
  • Une place pour les rêves Mais les rêves à leur place. Robert Desnos, État de veille, Robert-J. Godet
  • Un rêve sans étoiles est un rêve oublié. Eugène Grindel, dit Paul Eluard, 152 Proverbes mis au goût du jour, n°142 , Éditions surréalistes
  • Un rêve intact est une merveille fragile. Édouard Estaunié, L'Infirme aux mains de lumière, Grasset
  • L'amour est le seul rêve qui ne se rêve pas. Paul Fort, Ballades françaises, Sur les jolis ponts de Paris , Flammarion
  • Un peuple n'a une vie réelle grande que s'il a une vie irréelle puissante. Jean Giraudoux, L'Impromptu de Paris, scène 4, Jouvet , Grasset
  • Nous vivons une vie, nous en rêvons une autre, mais celle que nous rêvons est la vraie. Marcel, dit Jean Guéhenno, La Foi difficile, Grasset
  • Pour l'artiste scrupuleux, l'œuvre réalisée, quelle qu'en puisse être la valeur, n'est jamais que la scorie de son rêve. José Maria de Heredia, Notice sur le sculpteur Ernest Christophe, in les Lettres et les Arts (1886)
  • Nos chimères sont ce qui nous ressemble le mieux. Victor Hugo, Les Misérables
  • On jugerait bien plus sûrement un homme d'après ce qu'il rêve que d'après ce qu'il pense. Victor Hugo, Les Misérables
  • Donc, je marche vivant dans mon rêve étoilé ! Victor Hugo, Ruy Blas, III, 4, Ruy Blas
  • Le Poète est un diseur de mots. […] Le diseur de mots est celui qui dans l'extrême veille, harponne un équivalent du rêve. Pierre Jean Jouve, En miroir, Mercure de France
  • Avant l'homme, l'esprit dormait pour ainsi dire dans la nature. Il dormait, et le monde était son rêve : rêve obscur et gigantesque […]. Jules Lagneau, Discours de Vanves, 1886
  • Il est peu d'actions que les rêves nourrissent au lieu de les pourrir. André Malraux, Les Noyers de l'Altenburg, Gallimard
  • La réalité implacable me conduirait au suicide si le rêve ne me permettait d'attendre. Guy de Maupassant, L'Orient, in le Gaulois
  • Je n'ai jamais éprouvé que le sommeil fût un repos. Après un engourdissement de quelques minutes une vie nouvelle commence. Gérard Labrunie, dit Gérard de Nerval, Aurélia
  • Le geôlier est une autre sorte de captif. - Le geôlier est-il jaloux des rêves de son prisonnier ? Gérard Labrunie, dit Gérard de Nerval, Sur un carnet
  • Les rêves sont ce qu'il y a de plus doux et peut-être de plus vrai dans la vie. Charles Nodier, Miscellanées
  • Toute pensée efface un rêve. Henri Petit, Les Justes Solitudes, Grasset
  • Le rêve est un tunnel qui passe sous la réalité. C'est un égout d'eau claire, mais c'est un égout. Pierre Reverdy, Le Gant de crin, Plon
  • Dieu, ce dépotoir de nos rêves. Jean Rostand, Carnet d'un biologiste, Stock
  • L'oisiveté me suffit, et, pourvu que je ne fasse rien, j'aime encore mieux rêver éveillé qu'en songe. Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions
  • Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime, Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend. Paul Verlaine, Poèmes saturniens, Mon rêve familier , Messein
  • Comme les rêves d'un malade. Horace en latin Quintus Horatius Flaccus, Art poétique, 7
  • L'homme est le rêve d'une ombre. Pindare, Huitième Pythique, 95
  • Ce que raconte l'histoire n'est en fait que le long rêve, le songe lourd et confus de l'humanité. Arthur Schopenhauer, Le Monde comme volonté et représentation Die Welt als Wille und Vorstellung
  • Le rêve est le phénomène que nous n'observons que pendant son absence. Le verbe rêver n'a presque pas de présent. Je rêve, tu rêves. De Paul Valéry / Tel quel
  • Certes, un rêve de beignet, c’est un rêve, pas un beignet. Mais un rêve de voyage, c’est déjà un voyage. De Marek Halter
  • La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents. De Jacques Salomé
  • On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser. C'est ça, le problème des rêves : c’est que c’est fait pour être rêvé. De Coluche / L’Horreur est humaine
  • Au lieu de rêver ta vie, vis ton rêve ! De Anonyme / Petit livre du bonheur
  • De l’autre côté du rêve, collections de la Fondation des Treilles Du 26 juin au 1er novembre 2020 Fondation Bemberg – Toulouse Toutelaculture, Un rêve de collection à la Fondation Bemberg - Toutelaculture
  • Une équipe du MIT a développé un dispositif expérimental et un protocole permettant de conduire les participants à rêver d'un thème défini à l'avance. Cette application pourrait servir à améliorer la créativité... Science-et-vie.com, Rêves : une machine pour manipuler leur contenu se montre efficace chez 2/3 des personnes - Science & Vie
  • Rokhaya se lamente beaucoup sur le sort de la femme dans la société africaine. Elle veut comprendre l’origine des règles de la vie du monde et des injustices envers les femmes. Rokhaya a un don extraordinaire. Celui d’entrer dans des sortes de limbes, espace magique et indéterminé, et d’y construire ses propres rêves. On appelle cela les rêves lucides. Elle s’allongea sur son lit, appliqua la méthode dont elle seule a le secret et plongea dans un doux sommeil. Aujourd’hui, elle a décidé de converser en rêve avec un très grand biologiste, le Docteur Shettles, qui avait fait, il y a très longtemps, une formidable découverte.  SenePlus, LE REVE LUCIDE DE ROKHAYA | SenePlus
  • Après la fête, les joueurs pourront aller se reposer pour vadrouiller au pays des songes. Désormais, se coucher sur un lit déclenchera un rêve dans lequel on part visiter les îles d’autres joueurs. , Animal Crossing New Horizons envoie du rêve et des feux d'artifice pour la suite de sa saison estivale - Actu - Gamekult
  • On peut rêver à notre chum ou blonde, à nos amis, nos profs, nos collègues, ou même un pur inconnu croisé dans la rue. Puis, au réveil, on se demande ce que cela voulait dire!  billie, Si tu rêves toujours à cette personne, voici ce que ça veut dire | billie
  • L’attrape-rêve, ou « dreamcatcher » en anglais, est un objet artisanal d’origine amérindienne, traditionnellement utilisé pour filtrer les mauvais rêves. De nos jours, ce cercle tissé décoré de perles, de plumes et de rubans est devenu un élément de décoration poétique. Voici comment fabriquer votre attrape-rêve. , Fabriquer un attrape-rêve maison
  • Profiter d’un cadre estival et enchanteur tout en dégustant une assiette de qualité relève parfois, au pic de la saison, de la gageure. De l’île de Ré au Pays basque, "Sud Ouest Gourmand" partage quelques-unes de ses adresses favorites, "nos petites tables de rêve" SudOuest.fr, Nos tables de rêve les pieds dans l’eau

Images d'illustration du mot « rêve »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rêve »

Langue Traduction
Anglais dream
Espagnol sueño
Italien sognare
Allemand traum
Chinois 梦想
Arabe حلم
Portugais sonhe
Russe мечта
Japonais
Basque ametsa
Corse sognu
Source : Google Translate API

Synonymes de « rêve »

Source : synonymes de rêve sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rêve »

Partager