Vérité : définition de vérité


Vérité : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VÉRITÉ, subst. fém.

1reSection. Toujours au sing. [Le plus souvent avec art. déf.]
I.
A. −
1. [D'un point de vue abstr.]
a)
α) PHILOSOPHIE
Connaissance reconnue comme juste, comme conforme à son objet et possédant à ce titre une valeur absolue, ultime. Progresser dans la vérité; critérium de la vérité; disciple, serviteur de la vérité; (prétendre, croire) détenir, posséder la vérité. La vérité ne vaut jamais que par l'unité totale de son expression, tandis que les objections et les hérésies ont toujours la facilité de s'attaquer au détail (Blondel, Action, 1893, p. 238).V. analogue ex. 9:
1. ... la conscience que le savant a prise de son travail a été d'abord quelque peu ambiguë... Ainsi Descartes, qui distingue de la métaphysique, quête de l'Être au travers de la pensée, la science, analyse de la nature, ne peut s'empêcher d'unir science et métaphysique comme le tronc et les racines du même arbre de la connaissance, et d'user pour l'une comme pour l'autre du même mot Vérité. M. Deschoux, J. Gagey, P. Bigler, Philos. dernière, 1965, p. 44.
Vérité + adj. déterminatif précisant sa nature.La vérité éternelle, nécessaire, universelle. Nous rejetons (...) le scepticisme frivole et le dogmatisme scolastique (...). Nous croyons à la vérité, bien que nous ne prétendions pas posséder la vérité absolue (Renan, Avenir sc., 1890, p. 445).V. premier II B 1 ex. de Cl. Bernard et relatif B 1 ex. de Sartre.Vérité + adj. déterminatif précisant son domaine d'élection ou d'investigation.La vérité métaphysique, morale, scientifique. Albert: (...) Sous quel soleil s'épanouiront nos intelligences lorsqu'elles arriveront au jour?... Il faut qu'il y ait un soleil! Maurice: Comment donc!... Il y en a plus d'un!... Le soleil qui vous attire est la vérité biologique. Le mien, c'est la vérité psychologique. D'autres tendent vers la vérité physique, la vérité mathématique. Autant de soleils que de sciences! (Curel, Nouv. idole, 1899, ii, 5, p. 220).
[Dans une perspective relativiste; la vérité sans caractère absolu, mais au contraire intériorisée dans l'homme] La phénoménologie se refuse à expliquer le monde, elle veut être seulement une description du vécu. Elle rejoint la pensée absurde dans son affirmation initiale qu'il n'est point de vérité, mais seulement des vérités (Camus, Sisyphe, 1942, p. 63).La saisie de la vérité ne se distingue pas de la vérité elle-même. La vérité c'est d'abord la visée personnelle, l'effort d'appropriation d'une transcendance dont nous pouvons relever seulement l'empreinte et comme le sillage dans l'immanence. Il s'agira donc toujours d'une vérité spéculativement imparfaite, inaccomplie. Une vérité comme école ou exercice de soi (G. Gusdorf, Mythe et métaphys., 1953, p. 187).V. absolu ex. 4.
Expr. proverbiales. À chacun sa vérité. [P. allus. au titre fr. d'une pièce de Pirandello: Chacun sa vérité; pour exprimer qu'il y a autant de points de vue sur la vérité qu'il y a de partis] Les athlètes (et quelquefois, dans une certaine mesure, leurs entraîneurs-conseillers) ont individuellement le dernier mot de ces palabres [sur la psychologie de l'athlète]. Ils proclament qu'à chacun sa vérité (Jeux et sports, 1967, p. 1229).Vérité en deçà* des Pyrénées, erreur au delà.
β) Norme, principe de rectitude, de sagesse considéré(e) comme un idéal dans l'ordre de la pensée ou de l'action. Flambeau de la vérité; règne, triomphe de la vérité; commettre une faute, un crime contre la vérité; rendre hommage à la vérité. La Justice et la Vérité, même méconnues de tout un peuple, resteront la Justice et la Vérité, c'est-à-dire des choses supérieures aux aberrations d'un jour (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 115).La recherche de la vérité doit être le but de notre activité; c'est la seule fin qui soit digne d'elle (H. Poincaré, Valeur sc., 1905, p. 1).V. absolu ex. 3, absurde ex. 21, doute ex. 7, sage ex. 1.
Par personnification, gén. dans la lang. poét. On voit, louche rhéteur des vieux partis hurlants, (...) Pendre à tes noirs discours, comme à des clous sanglants, (...) La Vérité, fermant les yeux, la Liberté Échevelée et pâle (Hugo, Châtim., Paris, Hachette, 1932 [1853], p. 420).
[La vérité, représentée allégoriquement par une femme nue sortant d'un puits et tenant, à la main, un miroir] Nous nous penchâmes sur le puits. C'était le frère profond des colonnes. En haut de cette colonne inverse, la Vérité se cachait (Cocteau, Fin Potomak, 1940, p. 136):
2. Dans le beau siecle d'or, quand les premiers humains, Au milieu d'une paix profonde, Couloient des jours purs et sereins, La Vérité couroit le monde Avec son miroir dans les mains. Florian, Fables, 1792, p. 158.
Expr. proverbiale. La vérité est au fond du puits*.
γ) THÉOL. (Éternelle) vérité. La seule vérité absolue, inaltérable, fiable, parce que donnée par Dieu. Quand le génie disparoît, un désespoir profond s'empare de Faust et il veut s'empoisonner. « Moi, dit-il, l'image de la divinité, je me croyois si près de goûter l'éternelle vérité dans tout l'éclat de sa lumière céleste! » (Staël, Allemagne, t. 3, 1810, p. 77).Sans visage est la vérité. Lui ayant prêté le nôtre, nous l'avons rendu périssable. « De la divine Vérité, nous ne pouvions faire qu'une vérité humaine. Ainsi, du même coup, nous la livrions à la mort », avait-il écrit (E. Jabès, Le Livre du Dialogue, 1984, p. 100).V. absolu ex. 6.
P. méton. Dieu lui-même. La souveraine, suprême vérité; la vérité ineffable. Immense, éternel, immuable, il [Dieu] est la vérité première, hors de laquelle tout est ténèbres (Ozanam, Philos. Dante, 1838, p. 195).V. juste ex. 4.
En partic. [Dans la relig. chrét.; p. réf. aux paroles du Christ dans l'Évangile selon saint Jean, XIV, 6: Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie] Jésus dit dans l'Évangile: « Je suis la Vérité », et la vérité, mon cher Henry, c'est qu'il faut souffrir, puisque celui qui se nomme la Vérité, celui qui déclare ainsi son Nom de Famille, est précisément le Chef des souffrants et des suppliciés (Bloy, Journal, 1894, p. 158).V. absolu ex. 7.
Subst. + de vérité.Homme de vérité. Homme dont le rôle est de répandre la parole du Christ ou d'en être le garant. Les hommes de vérité sont-ils pour autre chose ici-bas, que pour y être perpétuellement en sacrifice? (...) Immole-toi sans regret, homme de vérité; la carriere est douce à celui qui a seulement commencé d'y poser le pied (Saint-Martin, Homme désir, 1790, p. 203).Pour être l'homme, le ministre de la paix, il faut que l'évêque soit: un homme d'autorité, un homme de zèle et de prières, un homme de vérité, s'il le faut, un homme de miracles (Dupanloup, Journal, 1851-76, p. 103).Livre de vérité. L'Évangile. Son attitude [du Christ sculpté au XIIIesiècle] s'est calmée, sa face s'est ennoblie; d'une main il tient le livre de vérité et, de la droite il fait le geste de bénir (Hourticq, Hist. art, Fr., 1914, p. 73).P. anal. Pendant des siècles en Europe la parole du fou ou bien n'était pas entendue, ou bien, si elle l'était, était écoutée comme une parole de vérité (M. Foucault, L'Ordre du discours, 1971, p. 13).
Expr. (Être, marcher, demeurer, se maintenir) dans la vérité. Selon Dieu, selon l'enseignement, les lumières de la foi. Jahvé est saint; il ne se met pas en colère pour toujours; il pardonnera aux coupables, s'ils se convertissent, s'ils appellent Dieu leur père. La conversion consiste à marcher dans la vérité (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 995).En esprit et en vérité. Conformément à la révélation de Dieu en Jésus-Christ rendu présent par l'Esprit (d'apr. Allmen 1956). Jésus vient non pour abolir mais pour accomplir la loi de Moïse et des prophètes; il s'oppose à tous les pharisaïsmes, qu'ils soient de la lettre ou de l'esprit. Il prêche une religion « en esprit et en vérité » mais il se borne aux rites juifs et il en fonde de nouveaux pour unir les siens (Philos., Relig., 1957, p. 32-11).
b) LOG. Vérité (logique). Conformité de la pensée ou de son expression avec son objet. La définition traditionnelle de la vérité la tient pour copiée sur son objet. Elle serait l'adéquation de l'intellect à la chose (...). Cette définition n'est simple qu'en apparence; car toute la question est de savoir en quoi consiste l'objet (H. Dreyfus-Le Foyer, Traité de philos. gén., 1965, p. 151).V. évidence B ex. de Lamennais:
3. ... [pour saint Thomas] c'est là qu'est la vérité à proprement parler et en premier lieu, dans son ordonnance à l'intellect divin. De cette distinction [entre rapport fidèle de la chose à son image qui est en Dieu et rapport fidèle de nous-mêmes à la chose] naîtra la distinction entre la vérité intellectuelle ou absolue et la vérité logique ou relative. J. Wahl, Traité de métaphys., 1968 [1953], p. 399.
En partic.
[Chez Kant, selon un critère log. ou formel] Accord de la pensée avec elle-même, considérant la forme et la cohérence de la connaissance ou de son expression, indépendamment de son contenu, de toute observation du monde. La logique formelle nous donne les conditions sans lesquelles il n'y a pas de vérité possible; tout ce qui est en contradiction avec ses règles est faux, puisque ces règles concernent l'accord de la pensée avec elle-même. Mais il ne suffit pas qu'une proposition soit conforme aux règles de la Logique formelle pour qu'elle soit vraie; car les conditions de l'accord de la pensée avec elle-même ne concernent nullement le contenu même de la pensée. La Logique donne donc un critère purement négatif de la vérité (G. Pascal, La Pensée de Kant, 1966, p. 59).[S'oppose au critère de vérité matérielle de la connaissance] Accord de la pensée avec son objet, c'est-à-dire avec les phénomènes de l'expérience. Une connaissance ne s'accorde matériellement avec son objet que si elle prend en compte son caractère particulier, et permet de le distinguer des autres objets auxquels elle pourrait être appliquée mais ne conviendrait pas (pour lesquels elle serait fausse). Sa vérité provient ainsi de sa capacité à rendre compte de la singularité de son objet (G. Potdevin, La Vérité, 1988, p. 36).
[Dans une conception mod. de la log. et en épistémol.] Rapport de non-contradiction entre une proposition et un ensemble de propositions servant de référence. Les propositions vraies qui forment un ensemble sont dites telles dans des contextes. Il n'y a pas une réalité, mais diverses représentations, chacune cohérente, dont l'ensemble constitue la réalité. Chaque proposition vraie est dite telle par rapport à l'ensemble des autres propositions vraies dans le même contexte. Tout examen de la vérité ou de la fausseté d'une proposition doit d'abord passer par l'examen des questions « où? », « quand? » (A. Lercher, Les Mots de la philos., 1985, p. 342).
Valeur de vérité. Valeur (vraie ou fausse) d'une proposition. Si la valeur de vérité d'une proposition élémentaire est supposée donnée avant tout calcul par simple constat empirique ou expérimentation scientifique, celle de toute proposition complexe est fonction des valeurs de vérité des propositions élémentaires qu'elle contient ainsi que du jeu des opérateurs qui les lient et les transforment (D. Vernant, Introd. à la philos. de la log., 1986, p. 14).V. proposition ex. 6.Table de vérité. V. table III B.
2. Lang. cour.
a)
α) [P. oppos. à erreur, ignorance] Connaissance conforme à ce qui existe ou a existé; expression de cette connaissance. Figurez-vous les drapeaux entourés de vingt, trente ou cinquante hommes au plus, criant à l'envi: « Les lâches sont à l'abri, et nous périssons ici dans la misère! » C'était la triste vérité (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 235).V. avouer ex. 19:
4. L'Algérie restait sa passion. Mythologique ou vécue, Marc l'avait dans la peau (...). La vérité ? Marc en disposait. Elle n'était jamais figurative ou fidèle à l'histoire, elle était lyrisme pur, célébration, flamboiement. Il suffisait qu'on le crût pour qu'il crût lui-même avoir dit vrai. Y. Queffélec, Le Charme noir, 1988 [1983], p. 215.
SYNT. Avoir le respect, le souci de la vérité; être très éloigné, à cent lieues, près, proche de la vérité; s'écarter, aller à l'encontre de la vérité; être, demeurer en dessous, au-dessous de la vérité, fidèle à la vérité; poursuivre, traquer, débusquer la vérité; entrevoir, mettre au jour, laisser percer, filtrer la vérité; mener, parvenir à la vérité; mettre le doigt sur la vérité; posséder, proclamer la vérité; avoir peur de la vérité; reculer devant la vérité; accepter, admettre, reconnaître, refuser la vérité; regarder la vérité en face; ne pas supporter la vérité; la vérité se dévoile, se découvre, se dégage, se fait jour, se livre, jaillit, surgit, prend forme, éclate, saute au visage; l'affreuse, la brutale, la cruelle, la dure, l'horrible, l'odieuse, la terrible vérité; (faire) la vérité complète, toute entière, totale sur qqc.; la vérité à tout prix, sans ménagement.
En appos. Opération vérité. Opération au cours de laquelle on décide de porter à la connaissance de tous, des informations qui ne sont pas habituellement diffusées. Et si votre chef de service vous convoquait demain matin pour vous dire: « Dupont, la direction a décidé une opération vérité sur les salaires de tous les cadres de la société. D'ici quinze jours, faites-moi une analyse précise de vos fonctions » (Le Point, 5 janv. 1976, p. 56, col. 1).
[Figé dans des tours du type voilà la vérité, la vérité est que/c'est que; pour renforcer ce qu'on affirme ou rectifier ce que dit qqn d'autre] Courpière: J'éprouve, en effet, pour elle un respect qui me coupe bras et jambes. Robert Esprels: Je te prie de ne pas te payer ma tête... La vérité, c'est que Mmede Passelieu ne te dit rien, parce qu'une autre... te dit trop (Hermant, M. de Courpière, 1907, ii, 4, p. 16).« (...) Moi je vous ai bien reconnu tout de suite. » (Elle dit cela comme si elle m'avait reconnu tout de suite dans le salon, mais la vérité est qu'elle m'avait reconnu dans la rue (...)) (Proust, Fugit., 1922, p. 574).Fanny: (...) je ne voudrais pas que vous engagiez votre parole sur un mouvement de pitié. Pannisse: Pitié? Qué pitié? Alors, tu n'as pas compris ce que je t'ai dit? Fanny, je te jure que jamais un homme n'a fait une action aussi égoïste que moi en ce moment. Je me fais plaisir, voilà la vérité (Pagnol, Fanny, 1932, ii, 6, p. 138).
Fam. [P. allus. à l'expr. proverbiale il n'y a que la vérité qui blesse/qui offense; pour signifier à qqn que s'il ressent un reproche ou un propos comme offensant, c'est que celui-ci est justifié] « Monsieur le comte, je vous somme de vous expliquer. »« La vérité blesse toujours, » fit négligemment l'Italien.« Drôle, » cria le prince, et il lui jeta, à travers la table, sa serviette au visage (Péladan, Vice supr., 1884, p. 299). V. offenser B 3 b ex. de Las Cases.
Locutions
Loc. verb.
À dire la vérité; pour dire (toute) la vérité. [En incise ou au déb. d'une prop.; introd. une précision] Synon. à dire vrai (v. dire1II C 5 a), pour dire vrai*, sans mentir*, pour être franc (v. franc3II A 1).Je prévois que vous m'entraînerez dans une longue et triste dissertation dont je ne sais pas trop, à vous dire la vérité, comment je me tirerai, sans tromper votre attente ou sans vous ennuyer (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 445).Je me plaignais bien encore à ma mère des cruautés horribles d'Alphonsine; mais elle me faisait plus de peur que de mal et, pour dire toute la vérité, elle ne me faisait ni mal ni peur (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 144).
Être dans la vérité. [P. oppos. à être dans le faux (v. faux2III A 1), être dans l'erreur*] Analyser un fait, un phénomène, d'une manière qui est conforme à la réalité. Synon. être dans le vrai*.M. J. Lefebvre (...) démolit de fond en comble la thèse du néo-latinisme, en établissant que l'abbé Espagnolle, dans son ouvrage l'Origine du français, était dans la vérité (Fulcanelli, Demeures philosophales, t. 1, 1929, p. 112).
Loc. adv.
À la vérité. [Introd. une précision ou une rectification] Synon. en vérité (infra), en réalité*, à dire vrai*, à dire la vérité*.Qu'ai-je donc perdu avec la jeunesse? (...) Quelques illusions qui me remplissaient à la vérité et passagèrement d'un bonheur assez vif, mais qui étaient cause, par cela même, d'une amertume proportionnée (Delacroix, Journal, 1849, p. 297).Incapable de résister davantage à sa curiosité, elle questionna d'un ton qu'elle tâcha de rendre indifférent mais qui, à la vérité se révéla bourré d'anxiété (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 218).
Dans la vérité (vieilli). Même sens. Elle éteignit les lumières, mit de la cendre sur notre feu, s'approcha nu-pieds de la croisée, et tâcha de voir qui frappait. Mais, dans la vérité, c'était pour faire signe à Lamontette de se retirer et qu'elle n'était pas libre (Restif de La Bret., M. Nicolas, 1796, p. 216).
En vérité. Synon. de à la vérité (supra), dans la vérité (supra).Parfois, M. Lavoine disparaissait comme un lutin. Il restait quelques jours absent et ne donnait sur ses fugues aucune sorte d'explication. Personne, en vérité, ne lui demandait la moindre explication (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 226).V. feinte ex. 2.[Corresp. à certaines valeurs de vraiment; avec valeur intensive, indique qu'une dénom. est prise dans son sens le plus complet] À cette idée d'un os à moelle du milieu de la période quaternaire, il éclatait de rire comme si on lui avait conté une bonne farce! Est-ce qu'à notre époque un savant, un véritable savant, digne en vérité de ce nom de savant, pouvait encore s'intéresser à un squelette du milieu de la période quaternaire! (G. Leroux, Parfum, 1908, p. 63).[Renforce un groupe nom. exprimant un jugement] Synon. de assurément, certainement, certes, sûrement.[L'union du paysan avec la terre] est austère, elle prend tous les jours, toutes les heures. Et tout y est du côté de l'homme: inquiétude et labeur; sans compter les coups du sort (...). Rude école de patience en vérité, de résignation et de ténacité. Parce que rien n'est acquis aux champs, et semer n'est pas récolter (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p. 261).[Fonctionne comme adv. de phrase, dans une situation de dialogue, en tête ou en fin de prop.] En vérité, madame, je ne comprends pas... Votre trouble... pour une chose si simple! Je regrette de vous avoir indisposée (Vogüé, Morts, 1899, p. 331).Je vous félicite. Mais je ne vois pas pourquoi je suis avertie la première [de vos fiançailles]. C'est trop d'honneur, en vérité. Elle est jeune? (R. Bazin, Blé, 1907, p. 220).[Dans des tours exclam.; marque l'émotion, l'indignation] Il te sied bien, en vérité, de faire l'Adam d'avant le mensonge! Reconnais enfin où tu es, regarde! (Milosz, Amour. init., 1910, p. 150).[Sert à renforcer une interr.] Bah! dit Monte-Cristo, impossible.Cela est pourtant comme je vous le dis.Ah! vraiment! dit Monte-Cristo, et vous en avez la preuve? Je l'avais du moins?Et vous l'avez perdue, maladroit?Oui; mais en cherchant bien on peut la retrouver.En vérité! dit le comte, contez-moi cela, monsieur Bertuccio! car cela commence véritablement à m'intéresser (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 632).
β) En partic.
[Dans des cont. évoquant la dissimulation, le mensonge; p. oppos. à invention, mensonge] Cacher, détenir, taire, étouffer, avouer, confesser, révéler, raconter, livrer, déballer, déformer, arranger la vérité (sur qqc.); flairer, soupçonner, deviner, exiger, obtenir, rétablir la vérité (sur qqc.). L'attente se prolongeait. Elle sourit enfin:« Dis la vérité, mon grand », fit-elle, avec un geste aventureux de la main. « On ne se repent jamais de ne pas mentir » (Martin du G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 676).Je lui rappelai [à un cancérologue] ce jour, à la télé, où je l'avais entendu expliquer qu'un malade ignorant la vérité, se laissant mener par la maladie, au lieu d'agir, mourait doublement: un malade qui affrontait lucidement son sort ne disparaissait jamais pour les autres (A. Francos, Sauve-toi, Lola!Paris, J'ai lu, 1984 [1983], p. 171).V. absolument ex. 18, avouer ex. 5, hypocrite I ex. de Rolland, mensonge A ex. de Renard.
[Dans un cont. métaph.] Déguiser, farder, maquiller, travestir la vérité; faire un croc en jambes, une entorse à la vérité; tourner le dos à la vérité. Ce fut avec avidité que je m'en emparai pour la lire [l'histoire de sa vie]. Mais je ne tardai pas à m'apercevoir qu'elle y avait tu, adouci, ou déguisé la vérité (Restif de La Bret., M. Nicolas, 1796, p. 100).Vérité toute nue. [Par recoupement avec supra 1reSection I A 1 a β (représentation allégorique de la vérité)] L'Inspecteur: Mes remerciements, Mesdemoiselles. J'espère que grâce à vos indications, nous allons voir enfin la vérité toute nue (Giraudoux, Intermezzo, 1933, i, 5, p. 49).
[Avec redoublement intensif] La vérité vraie. La vérité pure, celle qu'on dit sans détour, sans ornement. Ce qu'il voulait dire était très beau, très fort, de quoi soulever une montagne. Et tout se ratatinait, une fois écrit, devenait con et ridicule. Alors, de rage, il avait gribouillé n'importe quoi sur un bout de papier, l'essentiel, la vérité vraie: « Je t'aime et j'ai du chagrin » (G. Dormann, Je t'apporterai des orages, Paris, Le Livre de poche, 1973 [1971], p. 104).
Jeu de la vérité. Jeu qui consiste à dire ce qu'on pense des personnes présentes, en général ou sur des points particuliers, les joueurs passant sur la sellette soit à tour de rôle soit ensemble (d'apr. Cl. Aveline, Le Code des jeux, 1961, p. 250). Asseyez-vous là: on va jouer au jeu de la vérité, dit Claudie. Je déteste ce jeu; je ne dis jamais que des mensonges et ça m'est pénible de voir mes partenaires, avides d'exhiber sans se nuire le mystère qui les habite, s'interroger avec scrupule et ruse (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 185).
Sérum de vérité. Substance narcotique qui plonge une personne dans un état tel qu'elle ne peut que répondre la vérité à toute question qu'on lui pose. Synon. penthotal (s.v. pent(a)- I A 5).On n'a pas insisté [dans les journaux] sur son utilité [de la narcoanalyse] pour guérir les troubles d'origine psychique, faire le diagnostic d'une affection ou analyser le subconscient mais on l'a présentée comme le sérum de vérité. Quittant les hôpitaux, la narcoanalyse a pénétré au prétoire (P. Chauchard, Hypnose et suggestion, 1970, p. 9).
Expressions
Fam. S'il le dit, (c'est que) c'est la vérité. [Pour exprimer que l'on fait confiance à qqn à propos d'une chose que l'on ne peut vérifier soi-même] Langle de Cary continue: « ... Jusqu'à maintenant nous ne semblons pas avoir beaucoup souffert [du tir d'écrasement]... » Un rire très gai secoua la poitrine de Joffre:S'il vous le dit, c'est que c'est la vérité. Lui, jusqu'à présent, il n'a pas l'impression d'avoir beaucoup souffert... C'est un fait (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 47).
[Dans des tours exclam. de la lang. parlée, dans un dialogue, sert à renchérir sur ce qu'on vient d'affirmer face à un interlocuteur sceptique] Ne dites pas ça, allons...C'est la vérité, monsieur Haudoin.Vous exagérez, Mainehal, vous exagérez.Non, monsieur Haudoin, non. Pourquoi voulez-vous que j'exagère? (Aymé, Jument, 1933, p. 129).Dis donc pas de conneries.Tu me crois point?Sûr que non.Ah ben, brailla Goubi, c'est quèque chose! Pour une fois que c'est la pure vérité du bon Dieu! (Fallet, Un Idiot à Paris, 1990 [1966], p. 126).
Dis la vérité. [Dans le parler pied-noir, interr. moqueuse en fin de phrase] [Nous ferons la route à pied.] Ti as fait la mise au point à tes rémorqueurs, dis la vérité? (Musette, Cagayous aviat., 1909, p. 7).
Expr. proverbiale. La vérité sort de la bouche des enfants. [Pour exprimer qu'un enfant dans son innocence, n'est pas encore capable de la dissimulation ou de la rouerie de l'âge adulte] Un jour, j'avais dit à Alice de Roquefeuil:Pourquoi est-on comme ça avec Madame de Vaugiraud?...Comment, comme ça?...Ben, on n'a jamais l'air de voir qu'elle est là... même quand on est chez elle... excepté Alphonse et Grand-père qui sont gentils pour elle, personne ne lui parle... Et Alphonse de Roquefeuil avait conclu, avec son sourire triste:La vérité sort de la bouche des enfants! (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 192).
[P. allus. au proverbe lat. In vino veritas; pour exprimer qu'une pers. ivre révèle par ses propos ou par son comportement, des choses qu'elle arrive à dissimuler lorsqu'elle est à jeun] C'est la guerre qui m'a sauvé en me tirant de là et en me jetant anonyme parmi le peuple en armes, un matricule parmi des millions d'autres. 1529. Quelle ivresse! La vérité est dans le vin. La vérité et la liberté (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 194).
[Dans le cadre d'une enquête, d'une investigation mettant notamment en cause le témoignage hum.] Ce qu'une personne a effectivement vu, perçu ou accompli. [Les soldats] s'ouvrent à la joie de revivre posément et sans risque. Pour un peu ils se tâteraient les os afin d'être sûrs qu'ils sont encore bien vivants. Les visions de cauchemar qui leur reviennent les en feraient douter encore. Il faut sans hâte prendre contact avec leurs chefs et avec eux-mêmes pour démêler petit à petit la vérité et reconstituer les premiers combats de Vaux (Bordeaux, Fort de Vaux, 1916, p. 77).La détention préventive qui peut être ordonnée de manière à éviter qu'une personne sur laquelle pèsent de graves soupçons puisse se soustraire au jugement ou commettre des actes qui empêcheraient la manifestation de la vérité (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 48).
[P. allus. à la formule du serment demandé à une pers. qui témoigne devant un tribunal: Vous jurez de dire, la vérité, toute la vérité, rien que la vérité; levez la main droite et dites: je le jure] Ça court les rues les braves gens prêts à sacrifier quelques années de votre belle jeunesse pour dire la vérité, rien que la vérité, cette putain de vérité dans sa totalité! (B. Blier, Les Valseuses, Paris, J'ai lu, 1989 [1972], p. 60).
b)
α) Conformité d'une affirmation à la réalité. Quand un homme perd sa liberté, dit Homère, Jupiter lui enlève la moitié de son âme. Ce mot d'Homère est d'une vérité sublime. Telle est en effet la bonté de la Providence; elle nous ôte dans nos douleurs les facultés qui nous les rendraient intolérables (P. Leroux, Humanité, 1840, p. 31).[Les fédérés] chantaient, ils buvaient, ils jouaient aux cartes, tous, jeunes et vieux, en bonnets rouges ou chapeaux à cornes; et c'est là que je reconnus la vérité de ce que Chauvel nous avait raconté du peuple parisien, qui vit partout comme dans ses vieilles rues, sans s'inquiéter du reste (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 39).
SYNT. Estimer, dégager, établir, constater, attester, confirmer, prouver, garantir, contester, méconnaître, altérer, affaiblir la vérité de qqc.; conclure, croire à la vérité de qqc.; trancher de la vérité de qqc.; être dénué, manquer de vérité; avoir, contenir une vérité fragmentaire, tronquée; être d'une vérité littérale, rigoureuse, infaillible, passagère, probable, approximative, totale; un détail criant de vérité.
Expr. Il y a de la vérité, il y a quelque/beaucoup/peu de vérité dans des propos. [Pour exprimer qu'on accorde un crédit aux propos de qqn, qu'on lui reconnaît de la perspicacité, de la lucidité à propos d'une situation donnée] Il y a sans doute quelque vérité dans ce vieux préjugé que les fous connaissent l'avenir; mais, quand tout l'avenir devrait m'être dévoilé, je ne voudrais point être fou (Alain, Propos, 1914, p. 181). − (...) Tu sais ce que c'est, une putain?C'est des personnes qui se défendent avec leur cul.Je me demande où tu as appris des horreurs pareilles, mais il y a beaucoup de vérité dans ce que tu dis (E. Ajar, La Vie devant soi, 1990 [1975], p. 23).
β) En partic. Caractère de ce qui n'est pas suspect de dissimulation ou de mensonge. S'assurer, témoigner de la vérité d'un récit, d'un soupçon. Il a énuméré tous les soufflets qu'il avait reçus d'elle, sans jamais les rendre. Interrogée par le président sur la vérité des allégations de son mari, Jeanne a répondu qu'elle ne se rappelait plus,... que la violence appelait la violence (Goncourt, Journal, 1894, p. 704).La parole confère une vérité neuve à ce que le temps nous a dérobé; elle en prête même une, quelquefois, aux mensonges (A. Hardellet, Le Seuil du jardin, 1979 [1966], p. 172).
Vérité historique, vérité de l'histoire. Certitude qui porte sur la nature des sources et sur la fiabilité de l'historien. En fait, lorsque l'histoire est vraie, sa vérité est double, étant faite à la fois de vérité sur le passé et de témoignage sur l'historien (Marrou, Connaiss. hist., 1954, p. 229).
ÉCON. Vérité des prix. V. prix I B 2.
c) [Le plus souvent dans des loc. ou en constr. syntagm.]
α) Objectivité d'une personne; expression de cette objectivité. La vérité parle par sa bouche. Bien loin qu'il [le mariage des prêtres maronites] ait nui, comme on affecte de nous le dire, à la pureté des mœurs sacerdotales (...), on peut dire avec vérité que, dans aucune contrée de l'Europe, le clergé n'est plus pur (...) qu'il l'est ici (Lamart., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 103).
La vérité oblige/force qqn à/de + inf.Tout en dînant, Albert ne put s'empêcher de remarquer la différence notable qui existait entre les mérites respectifs du cuisinier de maître Pastrini et de celui du comte de Monte-Cristo. Or la vérité força Franz d'avouer, malgré les préventions qu'il paraissait avoir contre le comte, que le parallèle n'était point à l'avantage du chef de maître Pastrini (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 516).La profondeur des bois m'inspirait dès ma plus tendre enfance un plaisir mélancolique. Toutefois la vérité m'oblige à dire que, m'étant enfoncé dans les fourrés où la lumière tombait à travers la feuillée en disques d'or, je m'éloignai à la hâte, de peur des rôdeurs qui troublaient ma solitude (A. France, Vie fleur, 1922, p. 324).
β) Sincérité d'une personne; expression de cette sincérité. Ami, reprend très-vivement l'archevêque, répondez-moi avec vérité, l'avez-vous laissé sans espoir? (Cottin, Mathilde, t. 2, 1805, p. 328).Il faut nous parler en toute vérité, comme de bons amis (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1456).Tous [nos juges d'instruction] savent et admettent que l'émotion et l'accent de vérité du témoin ne créent pas la connaissance du fait, qu'au contraire ils la supposent, et c'est précisément parce qu'ils la supposent, qu'on en tient compte (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 821).
P. méton.
Honnêteté, authenticité d'une parole, d'un sentiment. Garde-toi de prendre des détours dans ton cœur, pour t'autoriser à jurer, si tu n'es pas sûr de la vérité de ton serment (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 139).Il n'est pas d'autre mesure à la valeur morale de notre amour ou de son objet que la profondeur et la vérité de notre sentiment (Milosz, Amour. init., 1910, p. 163).V. paraître1I A 1 ex. de Restif de la Bretonne.
[À propos d'une pers.; avec valeur intensive] Elle qui était la sagesse, la droiture et la vérité même (Fromentin, Dominique, 1863, p. 184).
B. − Domaine de la création littér. et artist.[P. oppos. à académisme, conventionnalisme]
1. Accord d'une œuvre avec la réalité ou avec l'idée qu'on s'en fait.
a) Ressemblance précise et vivante d'une œuvre avec son modèle. Un crabe en bronze d'une exécution si troublante de vérité que j'étais tenté de le croire surmoulé, si le naturaliste Pouchet ne m'avait affirmé qu'il n'en était rien, se basant sur l'absence de certains organes de la génération (Goncourt, Journal, 1894, p. 684).
b) Caractère spontané, vivant, naturel d'une œuvre. Les connaisseurs remarquent (...) que la vive invention, le naturel, le grand élan du cœur, la vérité parfaite, dont les premières œuvres de Michel-Ange sont remplies, ont disparu [dans le Jugement dernier] (Taine, Philos. art, t. 1, 1865, p. 17).Heure d'émerveillement [à la télévision] : la Belle Vie (...) de Jean Anouilh, joyeusement réalisée par Lazare Iglésis. Le bonheur de jouer Anouilh nimbait les comédiens. On reconnaît la vérité d'une œuvre à ce qu'elle réjouit d'abord les interprètes. Un signe qui ne trompe pas, parce qu'il est aussi difficile de simuler la volupté intellectuelle que l'intelligence (Le Figaro Magazine, 17 oct. 1987, p. 71, col. 1).V. naturaliste ex. 2, réaliste C 2 ex. de Morand.
En partic. Réalisme, authenticité du sujet restitué par l'artiste. Les eaux étaient d'une profondeur inouïe [dans un tableau de M. Decamps] ; les grandes ombres qui coupent les pans des maisons et dorment étirées sur le sol ou sur l'eau avaient une indolence et un farniente d'ombres indéfinissables. Au milieu de cette nature saisissante, s'agitaient ou rêvaient de petites gens, tout un petit monde avec sa vérité native ou comique (Baudel., Salon, 1846, p. 141).[Les impressionnistes] ont observé ces êtres [les paysans et les ouvriers] dans la vérité de leurs occupations au lieu de les ankyloser dans une pose factice, et de peindre des déguisés (Mauclair, Maîtres impressionn., 1923, p. 37).
2. Qualité de naturel, de sincérité d'un interprète, d'un acteur. Lorsqu'il [Jean Gabin] était en face de vous, qu'il vous donnait la réplique, il était tellement « juste » et il émanait de lui une telle vérité, un tel magnétisme qu'il finissait par vous communiquer un peu de son talent (C. Mars ds A. Brunelin, Gabin, Paris, J'ai lu, t. 2, 1989 [1987], p. 56).
3. Accord de l'œuvre avec la réalité et ses caractères, considéré par l'écrivain ou par l'artiste comme un objectif à atteindre. L'apparence de « vie » et de « vérité », qui est l'objet des calculs et des ambitions du romancier, tient à l'introduction incessante d'observations,c'est-à-dire d'éléments reconnaissables, qu'il incorpore à son dessein. Une trame de détails véritables et arbitraires raccorde l'existence réelle du lecteur aux feintes existences des personnages (Valéry, Variété[I], 1924, p. 169).V. exactitude B 1 ex. de Delacroix et de Gautier:
5. Picasso veut la vérité. Non pas cette vérité fictive qui laissera toujours Galatée inerte et sans vie, mais une vérité totale qui joint l'imagination à la nature, qui considère tout comme réel et qui, allant sans cesse du particulier à l'universel et de l'universel au particulier, s'accommode de toutes les variétés d'existence, de changement, pourvu qu'elles soient nouvelles, qu'elles soient fécondes. Éluard, Donner, 1939, p. 94.
En partic. Expression littéraire ou artistique qui s'inspire directement de la réalité humaine, concrète, quotidienne. Je suis allé carrément mon chemin. Cette franchise des situations et du style a révolté. Ma vérité a été sifflée, et l'on a hué ma fantaisie (Zola, Bouton de rose, 1878, p. iv).V. naturalisme ex. 2, réalisme C 1 ex. de Baudelaire.
En appos. Du théâtre vérité [la pièce de J.-P. Wenzel « Marianne attend le mariage »] qui trace des ondes dans nos mémoires (L'Express, 14 mars 1977, p. 14, col. 2).
C. −
1. PHILOS. [Chez les Grecs et dans la tradition des scolastiques] Vérité (ontologique). Conformité d'un être ou d'un objet avec la pensée, avec son type idéal, avec la pensée divine. Ce qu'elle [la connaissance intellectuelle] cherche (...), c'est à le définir [son objet] et à le caractériser, c'est-à-dire à le saisir dans sa permanence et dans sa généralité, hors de la vie, pourrait-on dire, sans les variations perturbant l'évidence typique et immuable! Jamais cette tendance ne fut poussée plus loin que dans la théorie platonicienne qui, par delà les apparences, toujours plus ou moins liées à l'événement qui passe, affirme une vérité absolue qui sera l'Idée des choses (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 398).La vérité au sens logique et humain est une vérité dérivée; son fondement est la vérité ontologique, l'accord de l'être créé avec la pensée de Dieu (I.-M. Bochenski, La Philos. contemp. en Europe, trad. par Fr. Vaudou, 1967, p. 197).
2. P. ext. Ce qui constitue la valeur d'un être ou d'un objet, lui est essentiel et justifie son existence. Découvrir sa vérité; accomplir la vérité de son être. Chaque être, si misérable qu'on le suppose, a néanmoins sa vérité. Mais qu'importe la vérité des êtres à qui n'a jamais entrepris de rechercher sa propre vérité? (Bernanos, Joie, 1929, p. 536).Quand nous voulons penser le mouvement (...), nous nous plaçons aussitôt dans l'attitude critique ou attitude de vérification, nous nous demandons ce qui nous est donné au juste dans le mouvement, nous nous apprêtons à rejeter les apparences pour atteindre la vérité du mouvement (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p. 309).
Subst. + de vérité
TAUROM. Terrain de vérité. Sable de l'arène où le torero doit faire la preuve de son talent et de son courage. Sur le sol de l'arène, il [le torero] lutte pour être sauf, comme le veut son instinct, qui gouverne sur ce sol, et c'est bien pourquoi on appelle ce sol le « terrain de la vérité » (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 524).P. anal. Désormais[dans l'espace ouvert] l'œuvre apparaît dans sa nudité essentielle. Mais c'est là, pour le comédien comme pour l'œuvre, une épreuve sans recours. La scène nue est « terrain de vérité ». La médiocrité y est impitoyablement démasquée (Serrière, T.N.P., 1959, p. 73).
Heure, minute, instant, épreuve de vérité. Moment décisif, ultime, dans une confrontation, une compétition, une situation de crise ou de paroxysme, où chacun doit faire la preuve de ce qu'il est, sans se dérober, sans tricher. Pour Israël, voici l'heure de vérité (...). La question posée désormais au gouvernement israélien est celle-ci: contre une reconnaissance arabe (...) est-il prêt à rendre « des » territoires qui permettraient à un peuple sans patrie d'investir enfin son énergie dans la construction de son État? (L'Événement du Jeudi, 14-20 mars 1991, p. 6):
II.
A. − [P. oppos. à fiction, légende, rêve] Ce qui existe indépendamment de l'esprit qui le conçoit. Synon. réalité.Mais ne suffit-il pas que tu sois l'apparence, Pour réjouir un cœur qui fuit la vérité? Qu'importe ta bêtise ou ton indifférence? Masque ou décor, salut! J'adore ta beauté! (Baudel., Fl. du Mal, 1860, p. 172).Un rêve ne dure pas, sans doute celui d'Hélène est-il déjà terminé, tandis que la réalité est toujours là, imperturbable et constante. Rien n'est plus persévérant que la vérité, on essaie de l'oublier, on y parvient et vlan! la revoilà, narquoise. On marche toute sa vie dans du présent (Fr. Dard, La Crève, 1989 [1946], p. 39).
[Avec compl. prép. de] La vérité des choses, de la vie. La réalité concrète. Quand on songe que tout le mouvement intellectuel accompli jusqu'ici a été réalisé par des hommes malheureux, souffrants, harcelés de peines (...), et que nous-mêmes nous en recueillons la tradition, (...) on prend en meilleure estime cette nature humaine, capable de poursuivre si énergiquement un objet idéal. Il est temps, définitivement de revenir à la vérité de la vie, et de renoncer à tout cet artifice de convention, reste de nos distinctions aristocratiques et de la société artificielle du XVIIesiècle (Renan, Avenir sc., 1890, p. 462).
En partic. Le réel en tant que sujet de la littérature ou de l'art. Ce Courbet-là (...) nous regarde, nous fouille (...) puis, résumant nos laideurs, il nous peint dans notre vérité, afin de nous faire rougir (Zola, Mes haines, 1866, p. 29).
B. − Nature profonde d'une personne, par opposition aux apparences ou à l'idée plus ou moins juste qu'on se fait d'elle. Charlotte m'a aimé pour des raisons absolument différentes de celles qu'avait su aménager ma naïve psychologie. Elle est morte, désespérée, quand, à la lumière d'une explication tragique, elle m'a vu dans ma vérité. Alors je lui ai fait horreur (Bourget, Disciple, 1889, p. 129).On ne croit pas que ça existe si fort, ce petit monde. On vit tout au milieu de lui, sans presque le voir, tant c'est simple. Et puis, un soir, au bout d'une trop longue solitude, on retrouve ses enfants un à un, le vrai regard de leurs yeux vivants, la vérité de leurs petites personnes: et c'est quand on les a perdus (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 313).
Loc. adv., rare. En vérité. Tel qu'en lui-même. Le comte Michele Cantarini ne livrait pas facilement le secret de la nature élevée, violente, impatiente qui était la sienne. Une année durant, Paulina s'était aimée elle-même dans la personne de Michele; à présent Michele lui apparaissait en vérité (Jouve, Paulina, 1925, p. 100).
2eSection. Au sing. ou au plur. [Le plus souvent avec art. indéf.]
I.
A. − PHILOS., THÉOL., lang. des sc. Énoncé conforme à la réalité. Adhérer à une vérité; enseigner, professer des vérités; une vérité moyenne, provisoire, définitive; une vérité fondamentale, reconnue, objective, irréfutable. Ce qui fait le prosélytisme, ce qui entraîne le monde, ce sont des vérités incomplètes. La vérité complète serait si quintessenciée, si pondérée qu'elle n'exciterait pas assez les passions, et ressemblerait au scepticisme (Renan, Avenir sc., 1890, p. 446).V. aberration ex. 1, absolu ex. 78, principe ex. 1, réalité ex. 4, relatif B 1 ex. de Le Dantec:
Vérité + adj. ou compl. déterminatif indiquant son domaine d'appartenance.Vérité morale, philosophique; vérités des mathématiques, de la physique. Karl Marx avait énoncé avec profondeur une vérité économique en disant que le capital est une relation sociale (Perroux, Écon. XXes., 1964, p. 255).Chacun va répétant qu'une vérité scientifique n'a de valeur qu'en référence au système global qui la contient et la rend possible: allégation qui prend son meilleur sens dans l'univers du discours mathématique (M. Serres, Hermès I, La Commun., 1984 [1969], p. 78).V. présomption A 1 ex. de Langlois.
Le plus souvent au plur. Vérités éternelles, révélées, absolues, logiques, a priori, de raison, analytiques. Vérités constantes et nécessaires au regard des sciences, indépendantes de l'expérience au regard de la logique, reconnues comme provenant de Dieu par les philosophes classiques et par les religieux. Distinguer un plan des vérités a priori et un plan des vérités de fait, ce que doit être le monde et ce qu'il est effectivement (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p. 255).[Les jugements a priori] sont d'abord valables dans le plan idéal parce qu'ils expriment des relations entre essences. À ce niveau, ils sont nécessaires. C'est ce que la tradition cartésienne appelait les « vérités éternelles » (R. Verneaux, Crit. de la Crit. de la raison pure de Kant, 1972, p. 107).V. éternel II A ex. de Alain.Vérités relatives, contingentes, d'expérience, de fait, synthétiques. Vérités liées au monde de l'expérience, établies par l'observation scientifique. La loi de Newton est une vérité d'expérience; comme telle elle n'est qu'approximative, ce qui montre que nous n'avons encore qu'une définition par à peu près (H. Poincaré, Valeur sc., 1905, p. 44).V. réel II A ex. de Gds cour. pensée math.
Vérité première. LOG. Vérité évidente, indémontrable. Suivant le vœu de Bacon, il [le père Buffier] entreprenait de découvrir le fondement des principes, et de faire un traité des vérités premières (Destutt de Tr., Idéol. 3, 1805, p. 134).Lang. cour. Vérité première. Idée de base, essentielle, qui s'impose d'elle-même. Voilà, il me semble, ce qui plus que toute autre chose est une vérité première: c'est que le théâtre, art indépendant et autonome, se doit pour ressusciter, ou simplement pour vivre, de bien marquer ce qui le différencie d'avec le texte, d'avec la parole pure, d'avec la littérature, et tous autres moyens écrits et fixés (Artaud, Théâtre et son double, 1938, p. 126).Ils étaient beaux, les jardins de mon père. Plus tard encore, mes voyages me confirmeront cette vérité première: le paradis est un jardin. Toutes les civilisations le disent à leur manière (N. Avril, Dans les jardins de mon père, Paris, France Loisirs, 1990 [1989], p. 37).Fam., p. iron. Vérité première. Opinion arrêtée, considérée par celui qui l'énonce comme allant de soi pour tous. De bonnes, de grosses vérités premières. Lili déversait ses vérités premières et ses poncifs qui lui tenaient lieu de pensée (G. Dormann, Je t'apporterai des orages, Paris, Le Livre de poche, 1973 [1971], p. 29).Expr. Il pleut des vérités premières. [Pour exprimer qu'un dialogue ou un débat n'a aucun intérêt parce que rempli d'évidences, de propos redondants] Sur le calcul (encore de la science) que nous avons fait sur quarante ans.Encore un calcul, ou le même, sur quarante ans. Quarante ans peut être quarante ans d'âge ou quarante ans de durée. Sous cette réserve que c'est la durée qui amène l'âge. (Il pleut des vérités premières) (Péguy, V.-M., comte Hugo, 1910, p. 764).
[Dans une perspective relativiste; l'accent est mis sur l'aspect temp. des vérités, une vérité pouvant être une certitude à une époque et se révéler plus tard partielle, caduque ou fausse] Tout le monde, aujourd'hui (...) consent qu'il n'y ait pas de notions, de principes, pas de vérité comme on disait jadis, qui ne soient sujets à revision, à retouche, à refonte; pas d'action qui ne soit conventionnelle, pas de loi écrite ou non, qui ne soit qu'approchée (Valéry, Variété III, 1936, p. 198).
B. − Lang. cour.
1. Idée conforme à la réalité ou tenue pour telle. Synon. certitude, conviction.Être convaincu, pénétré d'une vérité; convenir d'une vérité; une vérité flagrante, limpide, lumineuse; une vérité méconnue, rebattue, dérangeante, désolante. Les passions nous découvrent une infinité de vérités sur nous, vérités pour nous au moment où nous les voyons, mais le plus souvent très éloignées d'être réellement vraies (Stendhal, Journal, t. 2, 1806, p. 249).V. lapalissade ex. de Mauriac, nature ex. 12, plaider II B 2 b ex. de Martin du Gard, sagesse ex. 1:
6. Singulier pays [l'Algérie] qui donne à l'homme qu'il nourrit à la fois sa splendeur et sa misère! La richesse sensuelle dont un homme sensible de ce pays est pourvu, il n'est pas étonnant qu'elle coïncide avec le dénuement le plus extrême. Il n'est pas une vérité qui ne porte avec elle son amertume. Camus, Noces, 1938, p. 49.
Vérité de La Palice, de La Palisse, de M. de La Palisse. Vérité trop évidente. Synon. lapalissade, truisme.Il est évident que pour s'occuper d'histoire grecque, il faut consulter des documents rédigés en langue grecque, et, par conséquent, savoir le grec. Vérité de La Palice, dira-t-on. Observez cependant que l'on agit très souvent comme si l'on n'en avait pas conscience (Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist., 1898, p. 32).En disant que le matérialisme eût été impensable avant Napoléon, je n'entends pas que les circonstances ne s'y fussent pas prêtées,vérité de M. de La Palisse,mais que sa doctrine même, son corps, sa politique et son éthique sont tout imprégnés de napoléonisme (J.-R. Bloch, Dest. du S., 1931, p. 297).
[P. oppos. à mensonge] Information sûre, confirmée. T'en es sûr? Mais on devait être relevés demain... Pas possible, c'est un bobard... qui c'est qui t'a dit ça? Bouffioux, fort des vérités qu'il apporte, se tourne simplement vers son second:Ce que c'est pas vrai? (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 79).Par brassées, il achète les journaux dont les mensonges (...) vous mettront peut-être sur la piste de quelques vérités (Arnoux, Solde, 1958, p. 252).
Expr. proverbiale. Toute vérité n'est pas bonne à dire. [Pour exprimer qu'il est préférable de dissimuler une vérité susceptible de blesser qqn, de perturber un équilibre] Nous prenons le cas extrême du Pouvoir politique et de l'opinion publique (...). Si on croit à la vérité d'un ensemble d'idées liées à des structures, on ne peut pas ne pas s'interroger sur l'opportunité de transmettre des vérités partielles qui risquent de secouer les structures et peut-être de les détruire. Qu'on y réfléchisse, et l'on verra que la racine de la plupart des informations mauvaises et malhonnêtes est là. On peut en tirer la conclusion immédiate que « toute vérité est bonne à dire » (Salleron, Comment informer, 1965, p. 44).
2. P. méton., le plus souvent au plur. Paroles exprimant une opinion tenue pour fondée. L'an prochain, Bel-Gazou aura plus de neuf ans. Elle ne proclamera plus, inspirée, ces vérités qui confondent ses éducateurs (Colette, Mais. Cl., 1922, p. 278).[Le curé de Torcy:] Enseigner, mon petit, ça n'est pas drôle! Je ne parle pas de ceux qui s'en tirent avec des boniments (...). Des vérités consolantes, qu'ils disent (Bernanos, Journal curé camp., 1936, p. 1071).
[Dans des loc. figées] Déclarations faites sans fard, sans ménagement, sans accommodement et donc souvent peu agréables pour leur destinataire. Lancer certaines vérités à qqn; dire des vérités offensantes; asséner de dures vérités; se jeter de sèches vérités à la face, à la figure, au front. Pardonnez-moi ma rude franchise. Mon intention n'est pas de vous blesser. Certaines vérités sont dures à entendre, à votre âge (Villiers de L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 58).L'abbé Grégoire fut des nôtres. Il a présidé la Convention. Il a dit au Sénat des vérités courageuses devant le maître qui écrase l'Europe (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 123).
Dire, envoyer ses (quatre) vérités à qqn; se dire, se crier ses quatre vérités. Tenir à quelqu'un des propos désagréables; lui faire, le plus souvent sur un ton véhément, des reproches qu'on estime justifiés. C'était la comtesse X... et sa dame de compagnie qui étaient en train de se crier leurs vérités (Larbaud, Jaune, 1927, p. 183).Tu vas me les appeler tous (...). Tu vas tous me les rabattre sur l'église. Ça ne leur fera pas de mal d'entendre une vraie messe et tu vas voir un peu, dans mon sermon, comme je leur dirai leurs quatre vérités (Queffélec, Recteur, 1944, p. 217).
II. − Chose réelle, visible. Synon. réalité.La mantille espagnole est donc une vérité; j'avais pensé qu'elle n'existait plus que dans les romances de M. Crevel de Charlemagne (Gautier, Tra los montes, 1843, p. 91).Nous sentons le gros mal de Jofroi. Nous savons que c'est une vérité, ce mal; au vu et au su de tout comme le soleil ou la lune, et nous faisons les fanfarons (Giono, Solit. pitié, 1932, p. 135).
REM.
-vérité, élém. de compos. entrant dans la constr. de subst.a) [Le 1erélém. est un subst.; -vérité est inv.] α) [Indique que ce que désigne le 1erélém. dépeint la réalité sans fard, la vie dans ses aspects les plus quotidiens] V. théâtre vérité (supra 1reSection I B 3) et aussi:
Cinéma-vérité, subst. masc.À se métisser avec la civilisation occidentale, celles des Africains risquent de disparaître et Jean Rouch a fixé ce qui existait encore. (...) Cinéma-vérité? Cependant, les personnages ne sont pas filmés à leur insu. Ils font ce qu'ils ont à faire, mais ils jouent, c'est leur droit, et le montage sera un coup de pouce de plus à la réalité brute (Le Figaro, 6 mars 1987, p. 32, col. 5).
Interview-vérité, subst. fém.Que vous soyez amateur de musiques, de grands débats, d'interviews-vérité, de voyages (...), Télérama vous annonce et présente chaque semaine tous les programmes de toutes les radios françaises (Le Nouvel Observateur, 20 sept. 1980, p. 127).
Télé-vérité, subst. fém.De la parole aux actes, du portrait à la caricature, des dialogues (de Jean Amadou) à l'image (de Jacques Besnard), c'est une bien jolie satire de la radio-mensonge et de la télé-vérité qu'on nous a donnée là [avec le feuilleton « Allo Béatrice »] (Le Nouvel Observateur, 16 nov. 1984, p. 18, col. 2).
β) Domaine de l'expr. artist. et littér.[Indique que ce que désigne le 1erélém. restitue son sujet de la manière la plus fidèle, la plus authentique] V. roman-vérité (s.v. roman- B) et aussi:
Photo-vérité, subst. fém.DrErich Salomon. Le premier reporter photographe qui, alliant la dignité à l'audace, jeta, vers 1930, les bases de la photo-vérité (L'Express, 23 févr. 1976, p. 18, col. 3).
Portrait-vérité, subst. masc.En 1984, à Londres, Helmut Newton, le photographe de l'érotisme sophistiqué et des corps insolents, fait le portrait d'Ava Gardner. Et sous le portrait-vérité, la légendaire beauté demeure intacte (Paris-Match, 8 févr. 1990, p. 69, col. 1).
γ) [Indique que ce que désigne le 1erélém. ne présente aucune ambiguïté, aucun discours caché, ne dissimule rien]
Dossier-vérité, subst. masc.Avec les dossiers-vérité Phox numéro 6 et 7, « les caméras » et « la projection cinéma », pas de problèmes (Le Point, 21 mai 1979, p. 117).
Taux-vérité, subst. masc.Que vous ayez ou non un livret, que vous soyez jeune ou moins jeune (...), vous profiterez de taux avantageux clairement calculés: les taux-vérité de l'Écureuil! (Le Nouvel Observateur, 25 avr. 1977, p. 23).
Test-vérité, subst. masc.Êtes-vous femme ou homme? un test-vérité présenté par Walter Lewino (Le Nouvel Observateur, 6 janv. 1984, p. 38).
b) [Le 1erélém. est un préf. ou un élém. de compos.] V. contrevérité, non-vérité (s.v. non(-) II B) et aussi:
Demi-vérité, subst. fém.Propos ou déclaration qui ne reflète qu'incomplètement ce qu'on pense ou ce qui existe. Souvent (...), il s'identifiait à ses malades, qu'il lui arrivait pourtant de haïr avec leur demande de paternage, de réconfort, leurs regards effrayés, leur agressivité, leurs mensonges, les demi-vérités qu'il fallait négocier (A. Francos, Sauve-toi, Lola!Paris, J'ai lu, 1984 [1983], p. 373).
Prononc. et Orth.: [veʀite]. Ac. 1694, 1718: verité; dep. 1740: vérité. Étymol. et Hist. I. Subst. A. 1. a) α) 2emoit. xes. veritiet « (en parlant de religion) opinion conforme à ce qui est, par opposition à erreur » (St Léger, éd. J. Linskill, 34); ca 1050 veritet (Alexis, éd. Chr. Storey, 64); en partic. 1656 les vérités de l'Evangile (Pascal, Les Provinciales, deuxième lettre, éd. L. Lafuma, p. 378); β) 1585 plus gén. [cacher et obscurcir] la vérité des hautes et entières sciences (N. Du Fail, Contes et discours d'Eutrapel, XXX ds Œuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t. 2, p. 244); γ) 1684 une vérité première et fondamentale (J. Abbadie, Traité vérité relig. chrét., p. 4); 1910 p. iron. il pleut des vérités premières (Péguy, V.-M., comte Hugo, p. 764); b) 1567 dire à qqn ses vérités « lui dire des choses désobligeantes sans ménagement » (Amyot, Brutus, 42 ds Littré); 1676 p. ext. « lui dire des injures » (Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 398); c) ca 1590 « opinion accréditée ayant forme d'axiome mais pouvant être fausse » (Montaigne, Essais, II, 12, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 579); 2. xiiie-xives. « caractère de toute connaissance jugée vraie » (Roman des sept Sages ds Le Livre des proverbes fr., éd. Le Roux de Lincy, t. 2, p. 434 [= ca 1210, Dolopathos, 352 ds T.-L., s.v. maçue: Vertez c'est la massüe Qui menteor ossist et tüe]); 3. fin xiiie-déb. xives. [ms.] « caractère de conformité de la pensée d'un objet » (Ronceveaux, ms. Châteauroux, éd. W. Foerster, XIII, 4, p. 11); d'où a) 1872 vérité matérielle (Viollet-Le-Duc, Archit., p. 247); b) 1920 vérité formelle (Théol. cath. t. 4, 1, p. 1200); 4. 1485-90 « principe général considéré comme une entité pouvant être ou non personnifiée » (Proverbes en rimes, éd. Gr. Frank et D. Miner, 895-896: Dame Loyauté dort Et Verité est morte); cf. 1639 la Vérité, cette fille timide (Rotr.[ou], Antig., IV, 6 ds Littré); 5. 1remoit. xvies. « Dieu considéré en tant que fondement de toute vérité » il [le Christ] est la Verité (M. de Navarre, La Nativité de Jesus Christ, éd. F. E. Schnéegans, 492); 6. 1932 vérité ontologique (Gilson, Esprit philos. médiév., p. 32). B. 1. a) Ca 1165 « caractère d'une chose conforme au réel, donnée comme telle, fidèlement rapportée ou à connaître » (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 18708: que la vérité n'en iert dite); b) 1735 une vérité historique (Lenglet du Fresnoy, Hist. justifiée, p. 289); 2. a) 1165 « ensemble des caractères, des traits, ou caractère essentiel qui définit un objet » la vérité de sa dolor (Benoît de Ste-Maure, op. cit., 16497); b) 1964 en appos. caméra-vérité (Le Monde, 21 août ds Gilb. 1980); 3. ca 1500 « ce qui est conforme au réel tel que nous le percevons » (Philippe de Commynes, Mém., éd. J. Calmette, prol., t. 1, p. 1); cf. 1561 Que vérité s'assemble avec la fiction (J. Grévin, César, III ds Théâtre compl., éd. L. Pinvert, p. 35); 4. 1669 « caractère de ce qui est ou nous paraît conforme à la réalité, en particulier dans le domaine artistique » (Molière, La Gloire du Val de Grâce, 101 ds Œuvres, éd. E. Despois et P. Mesnard, t. 9, p. 543: donner au sujet sa vérité); 1765 peint. (Dider., Salon, Œuv., t. XIII, p. 3 et 4 ds Pougens ds Littré); 5. a) 1687 « sincérité, bonne foi d'une personne qui exprime avec sincérité ce qu'elle sent » d'où « expression spontanée et fidèle de cette réalité » un air de vérité (Racine, Lettre à Boileau, 24 mai ds Œuvres, éd. P. Mesnard, t. 6, p. 552); b) 1761 p. ext. « personne sincère qui parle sans détour et sans réticence » vous, la vérité même (Marmontel, Cont. mor. Amit. à l'épr. ds Littré); 6. av. 1709 « véracité d'une personne » (St Simon d'apr. Lar. Lang. fr.); 7. 1939 « caractère essentiel d'un être qui en constitue la valeur intrinsèque, en justifie l'existence » (Saint-Exup., Terre hommes, p. 251: La vérité des gazelles est de goûter la peur). II. Loc adv. 1. de vérité 1174-80 « en vérité » (Chrétien de Troyes, Perceval, éd. F. Lecoy, 3754); 2. en vérité a) ca 1274 « d'une manière vraie; véritablement » dites en vérité (Adenet le Roi, Berte, éd. A. Henry, 1105); b) ca 1456-67 sert à renforcer une affirmation En vérité, monseigneur (Cent Nouvelles Nouvelles, 96eNouvelle, éd. Fr. P. Sweetser, p. 541, ligne 63); c) 1672 « formule évangélique » En vérité, en vérité, je vous le dis (Saci, Bible, Év. St Jean ds Littré); 3. à la vérité 1485 (Myst. Vieux Testament, 37574, éd. J. de Rothschild, t. 5, p. 41); 4. dans la vérité 1671 (Sévigné, op. cit., t. 1, p. 317). Empr. au lat. class.veritas « la vérité, le vrai, la réalité », dér. de verus « vrai, véritable, réel » (v. aussi vrai); une forme pop. verté est aussi att. du xiieau xives. Fréq. abs. littér.: 20 075. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 34 868, b) 19 330; xxes.: a) 28 590, b) 28 070. Bbg. Mortensen (A. Th.). Sens et vérité à la lumière de la glossématique. Languages. Paris, 1967, no6, pp. 120-128. − Quem. DDL t. 38.

Vérité : définition du Wiktionnaire

Nom commun

vérité \ve.ʁi.te\ féminin

  1. Caractère de ce qui est vrai, conformité d’un récit, d’une relation avec un fait, de ce que l’on dit avec ce que l’on pense.
    • « Qu'est-ce que la vérité ? » — (Ponce Pilate, Évangile de Jean XVIII, 38)
    • […] car la vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction. — (Lord Byron, Don Juan, Chant XIV, 1824)
    • — On les condamne donc à mort ceux qui vont proclamant des vérités,
      — Tiens!... Parbleu!... Il ne manquerait plus qu'on les nommât ministres ou archevêques... ou qu'on leur donnât la croix de la Légion d’honneur!... Ah! çà!... D'où venez-vous?.
      — (Octave Mirbeau, La vache tachetée, 1918)
    • La vérité, c’est une agonie qui n’en finit pas. La vérité de ce monde c’est la mort. Il faut choisir, mourir ou mentir. Je n’ai jamais pu me tuer moi. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932, éd. 1942, p. 156)
    • Dieu me pardonne, mais je crois que son logis est encore plus humide que le mien ; la vérité, c’est qu’il faudrait installer partout des calorifères et que jamais on ne s’y résoudra, faute d’argent. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  2. (Religion) Ce qui est vrai de façon immuable et de toute éternité.
    • Oui, l’agonisant est plutôt esprit que matière ; voilà pourquoi, à l’heure suprême, les hommes les plus athées sont revenus aux croyances éternelles et aux vérités de révélation. — (Hubert Lauvergne, Les Forçats, J.-B. Baillière, 1841, édition Jérôme Millon, 1991, p.60)
    • C'est là un élément important de la pensée islamique, […]. Il ne fallait rechercher la vérité que dans la Révélation divine. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
  3. Ce qui est accepté comme étant vrai par un consensus général.
    • On peut admettre qu'entre les vérités philosophiques et les vérités théologiques, il ne peut avoir ni entr’aide ni conflit, parce qu'il n'y a aucun point de contact : […]. — (Louis Rougier, Histoire d'une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd.1966)
    • Puisqu'il ne faut jamais mentir, alors il faut mentir de temps en temps : l'obligation d'être véridique à tout prix contraint à mentir quand la vérité elle-même est plus fallacieuse que le mensonge. — (Raphaël Enthoven, Le Mensonge, dans Philosophie magazine n°20, novembre 2009)
  4. (Religion) (Philosophie) Conformité de l’idée avec son objet, par opposition à erreur.
    • Nous voyons ainsi que la conviction se fonde sur la concurrence de communions, dont chacune se considère comme étant l'armée de la vérité ayant à combattre les armées du mal. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.301)
    • Quant aux discussions philosophiques, je pense qu’elles sont absolument vaines. On ne peut rien contrôler, rien vérifier. La vérité, qu’est-ce que cela veut dire ?. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • La vérité de la religion chrétienne.
    • Les martyrs ont répandu leur sang pour rendre hommage à la vérité.
    • Dieu est la vérité même, le principe de toute vérité.
  5. Personnification de cette vérité.
    • Le flambeau, le miroir de la vérité.
    • Tirer la vérité du puits.
  6. Axiome, principe certain, maxime constante.
    • À toutes ces expériences, la physiologie positive gagna deux grandes vérités, à savoir que certains animaux peuvent, comme les plantes, se reproduire par boutures et par bourgeons. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856 (pp. 496-519))
    • C’est une vérité reconnue de tout le monde.
  7. Sincérité ; bonne foi.
    • La vérité est que je n’ai jamais vu de terrains si dénudés, si arides, à tel point réfractaires à la végétation, […]. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VI, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Il m’a parlé avec un air de vérité qui m’a persuadé. — Il y a dans tout ce qu’il dit un accent de vérité qui me touche.
  8. (Peinture & art) Imitation, expression fidèle de la nature.
    • Ce portrait est d’une grande vérité.
    • La vérité des caractères dans une pièce de théâtre, dans un roman.
    • Le jeu de cet acteur est d’une vérité saisissante.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vérité : définition du Littré (1872-1877)

VÉRITÉ (vé-ri-té) s. f.
  • 1Qualité par laquelle les choses apparaissent telles qu'elles sont. La vérité ne fait pas tant de bien dans le monde que les apparences y font de mal, La Rochefoucauld, Max. au mot Vérité. Mais que me répondrait votre incrédulité, Si je vous faisais voir qu'on vous dit vérité ? Molière, Tart. IV, 3. Trop de longueur et trop de brièveté du discours l'obscurcit ; trop de vérité nous étonne, Pascal, Pens. I, 1, éd. HAVET. Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit, mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu'ils se font haïr, Pascal, ib. II, 8. La justice et la vérité sont deux pointes si subtiles, que nos instruments sont trop émoussés pour y toucher exactement, Pascal, ib. III, 3. Ce n'est point ici le pays de la vérité : elle erre inconnue parmi les hommes, Pascal, ib. XXIII, 31. On peut avoir trois principaux objets dans l'étude de la vérité : l'un, de la découvrir quand on la cherche ; l'autre, de la démontrer quand on la possède ; le dernier, de la discerner d'avec le faux quand on l'examine, Pascal, Géom. I. Je reviens de Versailles ; j'ai vu ces beaux appartements, j'en suis charmée ; si j'avais lu cela dans quelque roman, je me ferais un château en Espagne d'en voir la vérité, Sévigné, 9 févr. 1683. Nous vous avons mandé toutes choses dans l'exacte vérité, Sévigné, 29 janv. 1676. Madame avertit le comte de Guiche en diligence par le maréchal de Gramont, et lui conseilla d'avouer sincèrement toutes choses, ayant trouvé que, dans toutes les matières embrouillées, la vérité seule tire les gens d'affaire, La Fayette, Hist. Henr. d'Anglet. Changeons-nous donc ; nous ne pouvons pas changer la vérité ; et qui serait le malheureux qui voudrait que la vérité ne fût pas ? nous ne subsistons nous-mêmes que par un trait de la vérité qui est en nous, Bossuet, Méd. sur l'Év. la Cène, 81e jour. Le prince ne sait ce que c'est de prononcer de ces pompeuses sentences ; et dans la mort, comme dans la vie, la vérité fit toujours toute sa grandeur, Bossuet, Louis de Bourbon. Le plus grand outrage qu'on puisse faire à la vérité est de la connaître, et en même temps de l'abandonner ou de l'affaiblir, Bossuet, Var. XV, 82. La vérité est une reine qui a dans le ciel son trône éternel, et le siége de son empire dans le sein de Dieu, Bossuet, Sermons, Haine de la Vérité, Préambule. Boileau, qui, dans ses vers pleins de sincérité, Jadis à tout son siècle a dit la vérité, Boileau, Épît. I. Je répondrai, madame, avec la liberté D'un soldat qui sait mal farder la vérité, Racine, Brit. I, 2. Peut-être, si la voix ne m'eût été coupée, L'affreuse vérité me serait échappée, Racine, Phèdre, IV, 5. J'aimerais mieux vous déplaire que de blesser la vérité, Fénelon, Tél. IX. La vérité n'a ni jeunesse ni vieillesse ; les agréments de l'une ne la doivent pas faire aimer davantage, et les rides de l'autre ne lui doivent pas attirer plus de respect, Fontenelle, Doutes sur les causes occas. C'est un pesant fardeau, mon cher Usbeck, que celui de la vérité, lorsqu'il faut la porter jusqu'aux princes ! Montesquieu, Lett. pers. 140. Humainement parlant, définissons la vérité en attendant mieux : ce qui est énoncé tel qu'il est, Voltaire, Dict. phil. Vérité. On n'a jamais tant aimé la vérité que dans ce temps-ci ; il ne reste plus qu'à la trouver, Voltaire, D. Pèdre, Disc. hist. On sait bien qu'il faut dire la vérité ; mais les vérités contemporaines exigent quelque discrétion, Voltaire, Lett. d'Argental, 2 avr. 1763. La vérité générale et abstraite est le plus précieux de tous les biens ; sans elle l'homme est aveugle ; elle est l'œil de la raison, Rousseau, 4e prom. Tu n'ignores pas qu'aux yeux du public la vérité soupçonnée est bien près de l'évidence, Rousseau, Hél. I, 62. Je sais seulement que la vérité est dans les choses et non pas dans mon esprit qui les juge, Rousseau, Ém. IV. On doit exiger de moi que je cherche la vérité, mais non que je la trouve, Diderot, Pensées philos. n° 29. Je pense, pour moi, qu'il faut toujours enseigner la vérité aux hommes, et qu'il n'y a jamais d'avantage à les tromper, D'Alembert, Lett. au roi de Pr. 18 déc. 1769. Mille plumes et encore plus de clameurs se sont élevées contre moi, et m'ont fait éprouver que la vérité est comme les enfants, qu'on ne la met point au monde sans douleurs, D'Alembert, Œuv. t. IV, p. 218. La vérité jaillit du plus léger indice, Delavigne, Vêpres sicil. III, 3. Ah ! que la vérité nous donne d'éloquence ! Delavigne, Paria, I, 1.

    On dit qu'un homme est la vérité même, pour exprimer qu'il est toujours fidèle à la vérité. Vous, Nelson, vous, la vérité même, vous voulez que je me déguise, que j'en impose à votre ami ! Marmontel, Cont. mor. Amit. à l'épr.

    Dieu est la vérité même. Méchant, c'est bien à vous d'oser ainsi nommer Le Dieu que votre bouche enseigne à blasphémer ! Sa vérité par vous peut-elle être attestée ? Racine, Athal. III, 4. Jésus-Christ a dit de lui-même, dans l'Évangile : Je suis la voie, la vérité et la vie, Sacy, Bible, St Jean, XIV, 6.

    Ami de Platon, mais encore plus de la vérité, se dit quand on contredit sur quelque chose un ami.

    Fig. La vérité est cachée au fond d'un puits, il faut tirer la vérité du puits, la vérité est difficile à découvrir et exige des efforts. Ils tremblent qu'un censeur… N'aille du fonds du puits tirer la vérité, Boileau, Disc. au roi.

  • 2 Par personnification. Le flambeau de la Vérité. Le miroir de la Vérité. Jamais la Vérité, cette fille timide, Pour entrer chez les rois ne trouve qui la guide, Rotrou, Antig. IV, 6. Une assemblée de juges [en Égypte], dont le président portait au cou une image de la Vérité qui avait les yeux fermés, et avait autour de lui un grand nombre de livres, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 120.
  • 3Chose vraie. Seigneur, les vérités font-elles quelque injure ? Corneille, Sertor. III, 4. Amphitryon : Quels contes ! - Sosie : Non, monsieur, c'est la vérité pure, Molière, Amph. II, 1. Il y a un art pour faire voir la liaison des vérités avec leurs principes, Pascal, Géom. II. Ah ! Bourdaloue, quelles divines vérités vous nous avez dites aujourd'hui sur la mort ! Sévigné, 27. On y joue [en écoutant une pièce de théâtre] sa propre passion ; et la fiction au dehors est froide et sans agrément, si elle ne trouve au dedans une vérité qui lui réponde, Bossuet, Comédie, 4. Nous aimons ceux qui prêchent les vérités et non pas nos vérités, Bourdaloue, 4e dim. après Pâq. Dominic. t. II, p. 148. Il n'est pas encore temps de dire ce que cela signifie ; les vérités sont des fruits qui ne doivent être cueillis que bien mûrs, Voltaire, Lett. Mme de Bassevitz, 25 déc 1761. La vérité offense dans la bouche de l'envie, Diderot, Lett. à Mlle Voland, 12 août 1762. Du moins ajoutez à ce portrait que je sais écouter des vérités dures, non-seulement sans humeur, mais avec reconnaissance, Genlis, Mlle de la Fayette, p. 242, dans POUGENS.

    Familièrement. La vérité vraie, se dit pour affirmer davantage qu'on ne dissimule rien. Suzanne : Tu vas exagérer : dis ta bonne vérité. - Figaro : Ma vérité la plus vraie ? - Suzanne : Fi donc, vilain ! en a-t-on plusieurs ? Beaumarchais, Mar. de Fig. IV, 1.

    Familièrement. Dire à quelqu'un ses vérités, lui dire librement ses fautes, ses défauts, ses vices. N'apprêtons point à rire aux hommes, En nous disant nos vérités, Molière, Amph. Prologue. Ils se disent leurs vérités, et souvent ce sont des injures, Sévigné, 312. Puisque vous aimez que l'on vous dise vos vérités, apprenez qu'il n'y a rien dans le monde de plus impertinent que vous, Legrand, Philanthr. sc. 14. Pardonnez à ces vérités que vous dit un vieillard qui a peu de temps à vivre, Voltaire, Lett. au roi de Pr. 21 avril 1760.

  • 4Opinion conforme à ce qui est, par opposition à erreur, en parlant de doctrine, de religion. La vérité de la religion chrétienne. Les martyrs ont répandu leur sang pour la vérité. Confesser la vérité. Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres, Sacy, Bible, Évang. St Jean, VIII, 32. Nous connaissons la vérité, non seulement par la raison, mais encore par le cœur, Pascal, Pens. VIII, 6. Plaisante justice qu'une rivière borne ! vérité au deçà des Pyrénées, erreur au delà, Pascal, ib. III, 8. L'inquisition et la Société [des jésuites], les deux fléaux de la vérité, Pascal, ib. XXIV, 66. La vérité est un bien commun ; quiconque la possède la doit à ses frères, selon les occasions que Dieu lui présente, Bossuet, Panég. Ste Cather. 2. Que veux-tu que je te dise ? vérité dans un temps, erreur dans un autre, Montesquieu, Lett. pers. 75. Le caractère de la vérité, c'est son triomphe sur les cœurs et les esprits, et non pas cette impuissance que vous avouez, lorsque vous voulez la faire recevoir par des supplices, Montesquieu, Esp. XXV, 13.

    En vérité, conformément à la vérité qu'enseigne la religion. Le temps vient, et il est déjà venu, que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité… Dieu est esprit, et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit et en vérité, Sacy, Bible, St Jean, IV, 23, 24. Des vertus évangéliques pratiquées en esprit et en vérité, Fléchier, Dauphine.

  • 5Principe certain. Il y a un grand nombre de vérités et de foi et de morale, qui semblent répugnantes, et qui subsistent toutes dans un ordre admirable, Pascal, Pens. XXIV, 12. Toutes ces vérités [axiomes] ne se peuvent démontrer ; et cependant ce sont les fondements et les principes de la géométrie ; mais, comme la cause qui les rend incapables de démonstration n'est pas leur obscurité, mais au contraire leur extrême évidence, ce manque de preuve n'est pas un défaut, mais plutôt une perfection, Pascal, Géom. I. Si nous savons nous connaître, nous confesserons, chrétiens, que les vérités de l'éternité sont assez bien établies ; nous n'avons rien que de faible à leur opposer, Bossuet, Duch. d'Orl. Selon moi, il n'y a pas jusqu'aux vérités à qui l'agrément ne soit nécessaire, Fontenelle, Mondes, 1er soir. Il ne suffit pas de tenir une vérité ; il faut aussi, quand on veut la suivre un peu loin, en tenir la véritable cause ; autrement, la fausse cause d'une vérité revient à enfanter des erreurs, ses productions naturelles, Fontenelle, Guglielmini. Il n'y a peut-être point de vérité qui ne soit à quelque esprit faux matière d'erreur, Vauvenargues, Réfl. et max. 32. Une grande vérité approfondie vaut mieux que la découverte de mille mensonges, Voltaire, Dict. phil. Apocryphes. Une répétition fréquente et une succession non interrompue des mêmes événements fait l'essence de la vérité physique, Buffon, Hist. nat. 1er disc. t. I, p. 78. N'est-il pas de la nature de toute vérité d'être claire et d'éclairer ? Diderot, Suffis. de la relig. nat. n° 5. Il s'agit moins de lui apprendre une vérité, que de lui montrer comment il faut s'y prendre pour découvrir toujours la vérité, Rousseau, Ém. III. Toutes les vérités se bornent aux rapports qui sont entre des idées simples, entre des idées complexes, et entre une idée simple et une idée complexe, Condillac, Conn. hum. II, II, 3. Il est bien plus facile de trouver une vérité nouvelle que de reconnaître une vieille erreur, Gay-Lussac, Instit. Mém. scienc. 1812, 2° part. p. 122.
  • 6Sincérité, bonne foi. C'est un homme plein de vérité. Un accent de vérité. Un air de vérité.
  • 7Réalité. La vanité n'a jamais eu que le masque de la grandeur ; c'est la grâce qui en a la vérité, Massillon, Or. fun. Louis XI. Cette conduite prouve la vérité de mon estime, et ce que j'ai pensé de vous dans tous les temps, Rousseau, Lett. au duc de Choiseul, 27 mars 1768.
  • 8Caractère propre, en parlant d'une figure, d'une forme. Cette espèce de coiffure empruntée [une perruque] altère la vérité de la physionomie, Buffon, Hist. nat. Hom. Œuv. t. IV, p. 290.

    Terme de peinture et des autres arts d'imitation. Expression fidèle de la nature. Il y a bien de la vérité dans cette tête, dans le jeu de cet acteur, dans le style de ce poëte. J'ai compris ce que c'était que finesse de dessin et vérité de nature, Diderot, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 3 et 4, dans POUGENS.

  • 9 Terme de jeux. Une vérité, sorte d'amusement de société qui consiste à dire à chacun, sur ses qualités et ses défauts personnels, une chose vraie et une chose fausse, de telle sorte que l'éloge et le reproche se confondent malicieusement et puissent être pris l'un pour l'autre.
  • 10À dire vérité, pour s'exprimer franchement. …il vaut bien mieux, à dire vérité, Que la femme qu'on a pèche de ce côté, Molière, Éc. des f. III, 3. Et s'il avait mon cœur, à dire vérité, Il tournerait ses vœux tout d'un autre côté, Molière, Mis. IV, 1.
  • 11En vérité, loc. adv. Certainement, assurément, sincèrement. Je vous le dis en vérité. En vérité vous avez tort. En vérité, en vérité, je vous le dis : celui qui croit en moi, a la vie éternelle, Sacy, Bible, Év. St Jean, VI, 47.

    En vérité, croyez-vous ? ou, simplement, en vérité ? Je l'aurais préféré à tout autre, dit Alcimon. - En vérité ? - Rien n'est plus sincère, Marmontel, Cont. mor. École pèr.

  • 12À la vérité, loc. adv. dont on se sert pour expliquer ou restreindre. À la vérité, je vous ai dit cela, mais j'étais dans l'erreur. C'est un homme, à la vérité, dont les lumières sont petites… mais…, Molière, Bourg. gent. I, 1.
  • 13De vérité, véritablement (locution vieillie). Ils ont, de vérité, je ne sais quoi de plat, Corneille, Mél. v, 2.

PROVERBES

Toutes vérités ne sont pas bonnes à dire. Celles qu'on sait sans oser les divulguer, car toute vérité n'est pas bonne à dire, Beaumarchais, Mar. de Figaro, IV, 1.

Il n'y a que la vérité qui offense, les reproches qui offensent sont presque toujours mérités.

Le temps découvre la vérité.

La vérité comme l'huile vient au-dessus.

REMARQUE

Ami de Platon, mais encore plus de la vérité : ce dicton provient d'un passage d'Aristote, où il dit qu'il faut préférer la vérité à ses amis, Morale à Nicom. I, 4.

HISTORIQUE

XIIe s. Ne sai s'est veritez, Ronc. p. 9. Dire [je] vous vel, sil sachiez [ainsi sachez-le] de verté, ib. p. 35.

XIIIe s. On n'aime pas dame pour parenté [sa famille], Ains quant ele est bele, courtoise et sage ; Vous en saurez par tems la verité, Quesnes, Romanc. p. 100. Et dont estes-vous née ? dites en verité, Berte, XLV. Et veritez est la maçue Qui tot le mont [monde] occit et tue, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 434. Li rois dit que il s'accordoit que en [on] lui donnast, mès qu'il [pourvu qu'il] tenist verité de ce que il promettoit, Joinville, 223.

XIVe s. Et si voulons que de toutes les amandes et forfaitures en soient faites et oyes trois veritez [enquêtes] chacun an, Ordonn. des rois de Fr. t. IV, p. 211. Et fu li jours et lieux noncez que on tenroit ladite verité [assise], Du Cange, veritas. Semblablement est-il verité que savoir la science de pollitiques prouffite moult aux saiges, Oresme, Prol.

XVe s. Ce savoient-ils de verité par les prisonniers d'Escosse qu'ils avoient pris [qu'Edouard était à Bervick], Froissart, I, I, 163. En bonne verité, c'est l'imagination de plusieurs hommes…, Froissart, II, III, 22. Je l'ay fait [écrit] le plus près de la verité que j'ay peu, Commines, Prol. Le roy se trouvant chargé de ce cas contre verité, Commines, I, 1.

XVIe s. Ils vindrent jusques à s'entre-charger et accuser, en se disant hault et clair leurs veritez l'un à l'autre, avec une grande vehemence, Amyot, Brut. 42. J'en parlerai comme aiant presté serment à la verité, et comme y aiant esté emploié, D'Aubigné, Hist. II, 457. Sur la langue d'aucun à present n'est porté Cet espineux fardeau qu'on nomme verité, D'Aubigné, Tragiques, édit. LALANNE, p. 80. Quand quelque fait est descrit à la verité et avec ses circonstances, encor qu'il ne soit parvenu qu'à mi-chemin, si peut-on tousjours en tirer du fruict, Lanoue, 662. En verité le mentir est un mauldict vice, Montaigne, I, 36. Si, comme la verité, le mensonge n'avoit qu'un visage…, Montaigne, I, 37. J'avois achevé mon cours, et, à la verité, sans aulcun fruit, Montaigne, I, 196. Par trop debatre la verité, se perd, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Vérité : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VÉRITÉ, (Log.) toute idée, considérée en elle-même, est vraie, c’est-à-dire qu’elle représente exactement ce qu’elle représente, soit que ce qu’elle offre à l’esprit existe ou non. Pareillement toute chose, considerée en elle-même, est vraie, c’est-à-dire qu’elle est ce qu’elle est : c’est ce que personne ne révoquera en doute ; mais quelle utilité pourroit-il y avoir à envisager la vérité sous cette face ? Il faut considérer la vérité relativement à nos connoissances : considerée sous ce point de vue, on peut la définir une conformité de nos jugemens avec ce que sont les choses : en sorte que ce qu’elles sont en elles-mêmes, soit précisément ce que nous en jugeons.

Si la vérité est une conformité de notre pensée avec son objet, elle est donc une particularité ou circonstance de notre pensée ; elle en est donc dépendante, elle ne subsiste donc point par elle-même. S’il n’y avoit point de pensées & de connoissances au monde, il n’y auroit point de vérité ; mais comment cela peut-il s’accorder avec ce que les philosophes ont dit de plus beau touchant la nature des vérités éternelles ? ne craignez rien pour les vérités éternelles. Comme Dieu est un esprit qui subsiste nécessairement, & qui connoît de toute éternité ; c’est aussi en lui que les vérités subsisteront essentiellement, éternellement, & nécessairement ; mais par-là elles ne se trouveront pas indépendantes de la pensée, puisqu’elles sont la pensée de Dieu même, laquelle est toujours conforme à la réalité des choses. Mais, direz-vous, quand je détruirois dans ma pensée toutes les intelligences du monde, ne pourrois-je pas toujours imaginer la vérité ? La vérité est donc indépendante de la pensée. Point-du-tout ; ce que vous imagineriez alors seroit justement une abstraction, & non une réalité. Vous pouvez par abstraction penser à la vérité, sans penser à aucune intelligence ; mais réellement il ne peut y avoir de vérité sans pensée, ni de pensée sans intelligence ; ni d’intelligence sans un être qui pense, & qui soit une substance spirituelle. A force de penser par abstraction à la vérité, qui est une particularité de la pensée, on s’accoutume à regarder la vérité comme quelque chose d’indépendant de la pensée & de l’esprit ; à peu près comme les enfans trouvent dans un miroir la représentation d’un objet, indépendante des rayons de la lumiere, dont néanmoins elle n’est réellement qu’une modification.

L’objet avec lequel notre pensée est conforme, est de deux sortes ; ou il est interne, ou il est externe ; c’est-à-dire, ou les choses auxquelles nous pensons ne sont que dans notre pensée, ou elles ont une existence réelle & effective, indépendante de notre pensée. De-là, deux sortes de vérités, l’une interne & l’autre externe, suivant la nature des objets. L’objet de la vérité interne est purement dans notre esprit, & celui de la vérité externe est non-seulement dans notre esprit, mais encore il existe effectivement & réellement hors de notre esprit, tel que notre esprit le conçoit. Ainsi toute vérité est interne, puisqu’elle ne seroit pas vérité si elle n’étoit dans l’esprit ; mais une vérité interne n’est pas toujours externe. En un mot la vérité interne est la conformité d’une de nos idées avec une autre idée, que notre esprit se propose pour objet : la vérité externe est la conformité de ces deux idées réunies & liées ensemble, avec un objet existant hors de notre esprit, & que nous voulons actuellement nous représenter.

Il faut observer que nous jugeons des objets ou par voie de principe, ou par voie de conséquence. J’appelle jugement par voie de principe, une connoissance qui nous vient immédiatement des objets, sans qu’elle soit tirée d’aucune connoissance antérieure ou précédente. J’appelle jugement par voie de conséquence, la connoissance que notre esprit agissant sur lui-même, tire d’une autre connoissance, qui nous est venue par voie de principe.

Ces deux sortes de jugemens sont les deux sortes de vérités que nous avons indiquées, savoir la vérité externe, & la vérité interne. Nous appellerons la premiere vérité objective, ou de principe ; & l’autre, vérité logique, ou de conséquence. Ainsi vérité objective, de principe, externe, sont termes synonymes ; de même que vérité interne, logique, de conséquence, signifient précisément la même chose. La premiere est particuliere à chacune des sciences, selon l’objet où elle se porte ; la seconde est le propre & particulier objet de la logique.

Au reste comme il n’est nulle science qui ne veuille étendre ses connoissances par celles qu’elle tire de ses principes, il n’en est aucune aussi où la logique n’entre, & dont elle ne fasse partie ; mais il s’y trouve une différence singuliere : savoir, que les vérités internes sont immanquables & évidentes, au-lieu que les vérités externes sont incertaines & fautives. Nous ne pouvons pas toujours nous assurer que nos connoissances externes soient conformes à leurs objots, parce que ces objets sont hors de nos connoissances mêmes & de notre esprit : au-lieu que nous pouvons discerner distinctement, si une idée ou connoissance est conforme à une autre idée ou connoissance ; puisque ces connoissances sont elles-mêmes l’action de notre esprit, par laquelle il juge intimement de lui-même & de ses opération intimes ; c’est ce qui arrive dans les mathématiques, qui ne sont qu’un tissu de vérités internes, où sans examiner si une vérité externe est conforme à un objet existant hors de notre esprit, on se contente de tirer d’une supposition qu’on s’est mise dans l’esprit, des conséquences qui sont autant de démonstrations. Ainsi l’on démontre que le globe de la terre étant une fois dans l’équilibre, pourroit être soutenu sur un point mille & mille fois plus petit que la pointe d’une aiguille, mais sans examiner si cet équilibre existe ou n’existe pas réellement, & hors de notre esprit.

La vérité de conséquence étant donc la seule qui appartiennent à la logique, nous cesserons d’être surpris comment tant de logiciens ou de géometres habiles se trouvent quelquefois si peu judicieux : & comment des volumes immenses sont en même tems un tissu de la meilleure logique & des plus grandes erreurs : c’est que la vérité logique & interne subsiste très-bien sans la vérité objective & externe ; si donc les premieres vérités que la nature & le sens commun nous inspirent sur l’existence des choses, ne sont la base & le fondement de nos raisonnemens, quelque bien liés qu’ils soient, & avec quelque exactitude qu’ils se suivent, ils ne seront que des paralogismes & des erreurs. Je vais en donner des exemples.

Qu’il soit vrai une fois que la matiere n’est autre chose que l’étendue, telle que se la figure Descartes ; tout ce qui sera étendu sera matiere : & dès que j’imaginerai de l’étendue, il faut nécessairement que j’imagine de la matiere : d’ailleurs ne pouvant m’abstenir quand j’y pense, d’imaginer de l’étendue au-delà même des bornes du monde, il faudra que j’imagine de la matiere au-delà de ces bornes : ou pour parler plus nettement, je ne pourrai imaginer des bornes au monde ; n’y pouvant imaginer des bornes, je ne pourrai penser qu’il soit ou puisse être fini, & que Dieu ait pu le créer fini.

De plus, comme j’imagine encore, sans pouvoir m’en abstenir quand j’y pense, qu’avant même la création du monde il y avoit de l’étendue ; il faudra nécessairement que j’imagine qu’il y avoit de la matiere avant la création du monde : & je ne pourrai imaginer qu’il n’y ait pas toujours eu de la matiere, ne pouvant imaginer qu’il n’y ait pas eu toujours de l’étendue ; je ne pourrai imaginer non plus que la matiere ait jamais commencé d’exister, & que Dieu l’ait créée.

Je ne vois point de traité de géométrie qui contienne plus de vérités logiques, que toute cette suite de conséquences à laquelle il ne manque qu’une vérité objective ou de principe pour être essentiellement la vérité même.

Autre exemple d’évidentes vérités logiques. S’il est vrai qu’un esprit entant qu’esprit, est incapable de produire aucune impression sur un corps, il ne pourra lui imprimer aucun mouvement ; ne lui pouvant imprimer aucun mouvement, mon ame qui est un esprit, n’est point ce qui remue ni ma jambe ni mon bras ; mon ame ne les remuant point, quand ils sont remués, c’est par quelqu’autre principe : cet autre principe ne sauroit être que Dieu. Voilà autant de vérités internes qui s’amenent les unes les autres d’elles-mêmes, comme elles en peuvent encore amener plusieurs aussi naturellement, en supposant toujours le même principe ; car l’esprit entant qu’esprit, étant incapable de remuer les corps, plus un esprit fera esprit, plus il sera incapable de remuer les corps : de même que la sagesse entant que sagesse, étant incapable de tomber dans l’extravagance, plus elle est sagesse, & plus elle est incapable de tomber dans l’extravagance. Ainsi donc un esprit infini sera infiniment incapable de remuer les-corps, Dieu étant un esprit infini, il sera dans une incapacité infinie de remuer mon corps, Dieu & mon ame étant dans l’incapacité de donner du mouvement à mon corps, ni mon bras ni ma jambe ne peuvent absolument être remués, puisqu’il n’y a que Dieu & mon ame à qui ce mouvement puisse s’attribuer. Tout ceci est nécessairement tire de son principe par un tissu de vérités internes. Car enfin suppose le principe d’où elles sont tirées, il sera très-vrai que le mouvement qui se fait dans mon bras, ne sauroit se faire, bien qu’il soit très-évident qu’il se fait.

Quelque étranges que puissent paroître ces conséquences, cependant on ne peut trouver des vérités internes mieux soutenues, chacune dans leur genre ; & celles dont nous venons de rapporter des exemples, peuvent faire toucher au doigt toute la différence qui se trouve entre la vérité interne ou de conséquence, & la vérité externe ou de principe ; elles peuvent aussi nous faire connoître comment la logique dans son exercice s’étend à l’infini, servant à toutes les sciences pour tirer des conséquences de leurs principes, au lieu que la logique dans les regles qu’elle prescrit, & qui la constituent un art particulier, est en elle-même très-bornée. En effet elle n’aboutit qu’à tirer une connoissance d’une autre connoissance par la liaison d’une idée avec une autre idée.

Il s’ensuit de-là que toutes les sciences sont susceptibles de démonstrations aussi évidentes que celles de la géométrie & des mathématiques, puisqu’elles ne sont qu’un tissu de vérités logiques, en ce qu’elles ont d’évident & de démontré. Elles se rencontrent bien avec des vérités externes ; mais ce n’est point de-là qu’elles tirent leur vertu démonstrative ; leurs démonstrations subsistent quelquefois sans vérité externe.

Ainsi la géométrie démontre-t-elle, comme nous l’avons déja dit, qu’un globe mille fois plus grand que la terre peut se soutenir sur un essieu moins gros mille fois qu’une aiguille ; mais un globe & une aiguille, tels que la géométrie se les figure ici, ne subsistent point dans la réalité : ce sont de pures abstractions que notre esprit se forme sur des objets.

Admirons ici la réflexion de quelques-uns de nos grands esprits : il n’est de science, disent-ils, que dans la géométrie & les mathématiques. C’est dire nettement, il n’est de science que celle qui peut très-bien subsister sans la réalité des choses, mais par la seule liaison qui se trouve entre des idées abstraites que l’esprit se forme à son gré. On trouvera à son gré de pareilles démonstrations dans toutes les sciences.

La physique démontrera, par exemple, le secret de rendre l’homme immortel. Il ne meurt que par les accidens du dehors ou par l’épuisement du dedans ; il ne faut donc qu’éviter les accidens du dehors, & réparer au-dedans ce qui s’épuise de notre substance, par une nourriture qui convienne parfaitement avec notre tempérament & nos dispositions actuelles. Dans cette abstraction, voilà l’homme immortel démonstrativement & mathématiquement ; mais c’est le globe de la terre sur une aiguille.

La morale démontrera de son côté le moyen de conserver dans une paix inaltérable tous les états du monde. La démonstration ne se tirera pas de loin. Tous les hommes se conduisent par leur intérêt : l’intérêt des souverains est de se conserver mutuellement dans l’intelligence ; cet intérêt est manifeste par la multiplication qui se fait pendant la paix, & des sujets du souverain, & des richesses d’un état. Le moyen d’entretenir cette intelligence est également démontré. Il ne faut qu’assembler tous les députés des souverains dans une ville commune, où l’on conviendra d’en passer à la pluralité des suffrages, & où l’on prendra des moyens propres à contraindre le moindre nombre de s’accorder au plus grand nombre ; mais c’est le globe sur l’aiguille. Prenez toutes ces vérités par leur abstraction & sans les circonstances dont elles sont accompagnées dans la réalité des choses : ce sont-là autant de démonstrations équivalentes aux géométriques.

Mais les unes & les autres, pour exister dans la pratique, supposent certains faits. Si donc l’expérience s’accorde avec nos idées, & la vérité externe avec la vérité interne, les démonstrations nous guideront aussi sûrement dans toutes les sciences par rapport à leur objet particulier, que les démonstrations de géométrie par rapport aux démonstrations sur l’étendue.

Il n est point de globe parfait qui se soutienne sur la pointe d’une aiguille ; & la vérité géométrique ne subsiste point au-dehors, comme elle est dans la précision que forme notre esprit à ce sujet. Cette précision ne laisse pas d’être d’usage même au-dehors, en montrant que pour faire soutenir un globe sur un axe le plus menu, il faut travailler à faire le globe le plus rond, le plus égal de toutes parts, & le plus parfait qui puisse être fabriqué par l’industrie humaine.

Il n’est point aussi dans la nature aucune sorte de nourriture si conforme à notre tempérament & à nos dispositions actuelles, qu’elle répare exactement tout ce qui dépérit de notre substance ; mais plus la nourriture dont nous usons approche de ce caractere, plus aussi toutes choses demeurant égales d’ailleurs, notre vie se prolonge.

En un mot, qu’on me garantisse des faits, & je garantis dans toutes les sciences des démonstrations géométriques, ou équivalentes en évidence aux géométriques : pourquoi ? parce que toutes les sciences ont leur objet, & tous les objets fournissent matiere à des idées abstraites qui peuvent se lier les unes avec les autres : c’est ce qui fait la nature des vérités logiques, & le seul caractere des démonstrations géométriques. Voyez la Logique du pere Buffier.

Quand on demande s’il y des vérités, cela ne fait aucune difficulté par rapport aux vérités internes : tous les livres en sont remplis ; il n’y a pas jusqu’à ceux qui se proposent pour but d’anéantir toutes les vérités tant internes qu’externes. Accordez une fois à Sextus Empiricus que toute certitude doit être accompagnée d’une démonstration, il est évident qu’on ne peut être sûr de rien, puisque dans un progrès à l’infini de démonstrations on ne peut se fixer à rien. Toute la difficulté roule sur les vérités externes. Voyez les premiers principes.

Vérité métaphysique ou transcendentale ; on appelle ainsi l’ordre qui regne dans la variété des diverses choses, tant simultanées que successives, qui conviennent à l’être. Voyez l’article Ordre, où nous remarquons que ce qui distingue la veille du sommeil, c’est l’ordre qui regne dans les événemens vrais & réels de la veille ; au-lieu que les songes forgent des combinaisons où il n’y a ni vérité ni réalité, parce qu’elles sont destituées de raison suffisante, & qu’elles supposent même la coexistence des choses contradictoires. La vérité qui résulte de l’ordre & qui coïncide presque avec lui, convient donc à tout être, à Dieu, au monde, entant qu’on l’envisage comme une unité, & à tout individu existant dans le monde, homme, arbre, &c.

Tout être est donc vrai. Cette vérité est intrinseque à l’être, & ne dépend point de nos connoissances. Ce n’est pas comme en logique, où l’on appelle vrai ce qui est tel qu’il nous paroît. Quand je dis, par exemple, voilà un lingot de véritable or, la vérité n’a lieu qu’au cas que ce lingot soit effectivement ce que j’affirme qu’il est ; mais cette vérité est plutôt celle du jugement que celle de l’être même. Le lingot n’est pas tel que vous dites, mais il n’en a pas moins sa vérité transcendentale ; c’est une masse réelle qui ne sauroit être autre qu’elle est, & dont l’essence & les attributs sont liés par des raisons suffisantes.

Les deux grands principes, l’un de contradiction, l’autre de raison suffisante, sont la source de cette vérité universelle, sans laquelle il n’y auroit point de vérité logique dans les propositions universelles, & les singulieres elles-mêmes ne seroient vraies que dans un instant : car si un être n’est pas tellement ce qu’il est & qu’il ne puisse être autre chose, comment puis-je former les notions des genres & des especes, & compter sur elles ? Ces qualités & ces attributs que j’ai séparés comme fixes & invariables, ne sont rien moins que tels ; tout être est indifférent à tout autre attribut, il en reçoit & il en perd sans raison suffisante. Ce n’est donc qu’en supposant la vérité des êtres, c’est-à-dire l’immutabilité de leur essence, & la permanence de leurs attributs, qu’on peut les ranger dans ces classes génériques & spécifiques, dont la nécessité est indispensable pour former le moindre raisonnement. Les propriétés des nombres & des figures ne seroient pas plus constantes. Peut-être que demain deux & deux feront cinq, & qu’un triangle aura quatre angles : par-là toutes les sciences perdroient leur unique & inébranlable fondement.

Vérité éternelle, (Logiq. Métaphysiq. Morale.) c’est une proposition générale & certaine, qui dépend de la convenance, ou de la disconvenance qui se rencontre dans des idées abstraites.

Les propositions qui en découlent, sont nommées vérités éternelles, non pas à cause que ce sont des propositions actuellement formées de toute éternité, & qui existent avant l’entendement qui les forme en aucun tems ; ni parce qu’elles sont gravées dans l’esprit, d’après quelque modele qui soit quelque part, & qui existoit auparavant : mais parce que ces propositions étant une fois formées sur des idées abstraites, en sorte qu’elles soient véritables, elles ne peuvent qu’être toujours actuellement véritables, en quelque tems que ce soit, passé ou à venir, auquel on suppose qu’elles soient formées une autre fois par un esprit en qui se trouvent les idées dont ces propositions sont composées ; car les noms étant supposés signifier toujours les mêmes idées, & les mêmes idées ayant constamment les mêmes rapports l’une avec l’autre, il est visible que des propositions qui étant formées sur des idées abstraites, sont une fois véritables, doivent être nécessairement des vérités éternelles.

Ainsi ayant l’idée de Dieu & de moi-même, celle de crainte & d’obéissance ; cette proposition : les hommes doivent craindre Dieu & lui obéir, est une vérité éternelle, parce qu’elle est véritable à l’égard de tous les hommes qui ont existé, qui existent, ou qui existeront.

Ce sont des vérités éternelles que les rapports d’équité antérieurs à la loi positive qui les établit, comme par exemple, que supposé qu’il y eût des sociétés d’hommes raisonnables, il seroit juste de se conformer à leurs lois ; que s’il y avoit des êtres intelligens qui eussent reçu quelque bienfait d’un autre être, ils devroient en avoir de la reconnoissance ; qu’un être intelligent qui a fait du mal à un être intelligent, mérite de recevoir le même mal, & ainsi du reste. (D. J.)

Vérité fondamentale, (Logiq. Métaphysiq.) nos esprits sont si lents à pénétrer le fond des objets de leurs recherches, qu’il n’y a point d’homme qui puisse connoître toutes les vérités de son art. Il est donc sage de se fixer aux questions les plus importantes, & de négliger les autres qui nous éloignent de notre but principal.

Tout le monde sait combien de tems la jeunesse perd à se remplir la tête de choses la plûpart inutiles. C’est à-peu-près, comme si quelqu’un qui veut devenir peintre, s’occupoit à examiner les fils des différentes toiles sur lesquelles il doit travailler, & à compter les soies des pinceaux dont il doit se servir pour appliquer ses couleurs ; mais il suffit sans doute d’insinuer, que toutes les observations qui ne contiennent rien d’intéressant, & qui n’aident pas à pousser nos connoissances plus loin, doivent être négligées.

Il y a en échange des vérités fondamentales dont il faut nous occuper, parce qu’elles servent de base à plusieurs autres. Ce sont des vérités fécondes, qui enrichissent l’esprit, & qui semblables à ces feux célestes, qui roulent sur nos têtes, outre l’éclat qui leur est naturel, & le plaisir qu’il y a de les contempler, répandent leur lumiere sur bien d’autres objets qu’on ne verroit pas sans leur secours. Telle est cette admirable découverte de M. Newton, que tous les corps pesent les uns sur les autres ; découverte qu’on peut regarder comme la base de la Physique, & qui a donné à ce beau génie, les moyens de prouver au grand étonnement de tous les Philosophes, l’usage merveilleux de ce principe, pour entendre le système de notre tourbillon solaire.

En fait de morale, le précepte de Jesus-Christ, qui nous ordonne d’aimer notre prochain, est une vérité si capitale pour la conservation des sociétés humaines, qu’elle suffit toute seule, pour nous déterminer dans la plûpart des cas qui regardent les devoirs de la vie civile. Ce sont des vérités de cette nature, qu’on peut nommer fondamentales, & que nous devrions rechercher ou pratiquer avec ardeur. (D. J.)

Vérité métaphysique, (Métaphys.) on entend par vérité métaphysique, l’existence réelle des choses conforme aux idées auxquelles nous avons attaché des mots pour désigner ces choses ; ainsi connoître la vérité, dans le sens métaphysique, c’est appercevoir les choses telles qu’elles sont en elles-mêmes, & en juger conformément à leur nature ; mais comme le grand jour convient moins aux jeux du théatre que la lumiere, ainsi la vérité plait moins que l’erreur à la plûpart des hommes, cependant quelle que soit leur foible vue, ou leurs affections dépravées, l’amant de la vérité, qui la recherche, qui la connoît, & qui en jouit, possede le plus grand bien auquel on puisse aspirer ici-bas. Il est beau de considérer du haut d’un mont escarpé, les erreurs & les égaremens des foibles mortels, pourvû qu’on les regarde d’un œil compatissant, & non pas d’un œil orgueilleux. C’est du pic de cette montagne qu’on apprend pourquoi la vérité, fille du ciel, tombe flétrie sous le poids des chaînes de la superstition. (D. J.)

Vérité morale, (Morale.) conformité de la persuasion de notre esprit avec la proposition que nous avançons, soit que cette proposition soit conforme à la réalité des choses ou non. Voyez Véracité. (D. J.)

Vérité, (Critiq. sacrée.) en grec ἀληθέια ; ce mot a divers sens particuliers dans l’Ecriture, qu’il faut développer. Il se prend pour la justice de Dieu : tu m’as humilié dans ta justice, in veritate tuâ, ps. 118. 75. Pour la loi divine : la loi de l’Eternel sera méprisée sur la terre, prosternetur veritas in terrâ, Daniel, viij. 12. Pour l’intelligence qui paroît dans un ouvrage : opus textile viri sapientis judicio & veritate præditi, Ecclés. xxv. 12. Le rational étoit un ouvrage tissu par un homme habile & intelligent dans son art. Pour la charité, la clémence, la miséricorde, I. Cor. v. 8. & Prov. xx. 28. La garde des rois est la miséricorde & la vérité. ἐλεημοσύνη καὶ ἀληθεία. Ainsi faire, pratiquer la vérité, I. Cor. xij. 6, c’est faire de bonnes œuvres, des œuvres de miséricorde ; celui qui fait bien, ὁ ποιῶν ἀληθείαν, Jean, iij. 21, c’est-à-dire celui qui est juste, miséricordieux ; Jesus-Christ dit qu’il est la vérité & la vie, Jean, xiv. 6, non-seulement parce que sa doctrine est vraie, & qu’elle conduit au bonheur, mais parce qu’elle respire la justice & l’humanité.

Enfin le sens le plus ordinaire du mot vérité dans l’Ecriture, est ce qui est opposé à l’erreur & aux fausses opinions en matiere de religion ; sur quoi je me contenterai de rapporter un beau passage de Tertullien. « La vérité, dit ce pere de l’Eglise, n’est point sujette à la prescription ; ni la longueur du tems, ni l’autorité de personne ne peuvent rien contr’elle ; c’est de semblables sources, que des coutumes qui doivent leur naissance à l’ignorance, à la simplicité, à la superstition des hommes, acquérant de la force par l’usage, s’élevent insensiblement contre la vérité ; mais notre seigneur a pris le nom de vérité & non pas de coutume. Si sa doctrine a toujours été la vérité, que ceux qui l’appellent une nouveauté, nous disent ce qu’ils entendent par ce qui est ancien. On n’attaque bien les hérésies, continue-t-il, qu’en prouvant qu’elles sont contraires à la vérité. » (D. J.)

Vérité, (Antiq. égypt.) nom de la pierre précieuse que portoit au col le chef-juge des Egyptiens. Nous apprenons de Diodore de Sicile, l. I. p. 48, que le tribunal où l’on rendoit la justice parmi les Egyptiens, n’étoit pas moins célebre par la sagesse des magistrats, que l’aréopage d’Athènes & le senat de Lacédémone. Il étoit composé de trente juges, sous un président qu’ils choisissoient eux mêmes, & à qui l’on donnoit le nom de chef-juge ou de chef de la justice. Il portoit au cou une chaîne d’or à laquelle étoit suspendue une pierre précieuse qu’on appelloit la vérité, soit qu’effectivement elle en portât l’empreinte, soit qu’elle n’en fût que le symbole. Ce sénat étoit représenté sur un des murs du superbe monument ou tombeau qu’on avoit élevé à Thèbes en l’honneur du roi Osymandias. Les juges y étoient sans mains, pour marquer qu’ils ne devoient pas être sensibles à l’intérêt, & pour montrer que leur chef ne devoit se proposer dans ses jugemens d’autre regle que la vérité. Il regardoit fixement cette pierre qu’il avoit sur la poitrine. Antiq. égyp. de M. de Caylus, tom. I. (D. J.)

Vérité, (Mythol.) en grec ἀληθεία ; les payens ont déifié la vérité, en la faisant fille du tems ou de Saturne pris pour le tems, & mere de la justice & de la vertu. Pindare dit que la vérité est fille du souverain des dieux. On la représente comme une jeune vierge d’un port noble & majestueux, couverte d’une robe d’une extrème blancheur. Quelqu’un a dit qu’elle se tenoit ordinairement cachée au fond d’un puits, pour exprimer la difficulté qu’il y a de la découvrir. Apelles, dans son fameux tableau de la calomnie, personnifia la vérité, sous la figure d’une femme modeste laissée à l’écart ; c’est une idée bien vraie & bien ingénieuse. (D. J.)

Vérité, (Peint.) ce terme s’emploie en peinture pour marquer l’expression propre du caractere de chaque chose, & sans cette expression il n’est point de peinture. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vérité »

Étymologie de vérité - Littré

Prov. veritat, vertat ; esp. verdad ; ital. verità ; du lat. veritatem, de verus, vrai.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de vérité - Wiktionnaire

(Xe siècle) veritet, du latin vēritatem, accusatif de vērĭtas, dérivé de verus (« vrai »). En ancien français, un doublet populaire verté est attesté jusqu’au XIVe siècle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vérité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vérité verite play_arrow

Citations contenant le mot « vérité »

  • Improbable mais terriblement efficace ! Le suspense, le doute vous happent, les deux voix de Victor et de Bertille se répondent, chacun se dévoilant peu à peu. Ni l’un ni l’autre ne cherche une rédemption, un pardon, une voie de secours… Peut-être juste la vérité et encore, peut-elle les sauver ? N’est-elle pas multiple, enfouie dans les peurs, les secrets, la mémoire ?… Le Telegramme, Roman. La vérité pas toujours là où on l’attend… - A lire - Le Télégramme
  • Cette orientation ne signifie pas qu’en formant, maintenant ou révisant ses croyances la personne épistémiquement responsable procède ou cherche à procéder de façon à maximiser ses chances de parvenir au vrai – c’est-à-dire en se conformant à la règle de ne croire que ce qui se trouve suffisamment étayé par les données disponibles. Ce que suggère R. Pouivet (mais la chose aurait peut-être gagné à être plus explicite), c’est que ce désir de vérité rend la formation, le maintien et la révision des croyances de cette personne insensibles à des facteurs dits ‘non évidentiels’, c’est-à-dire insensibles à des facteurs qu’elle jugerait ne pas constituer des indices de la vérité ou de la fausseté des croyances en question. , Dieu et le désir de vérité - La Vie des idées
  • Il y a d’abord la tendance à accorder davantage de crédit aux thèses qui nous plaisent qu’à celles qui nous déplaisent. Sans aller y voir de trop près, nous adhérons spontanément aux "vérités" qui répondent à nos vœux, rejetant les autres d’un revers de main. Il y a ensuite ce que certains appellent plaisamment l’ipsédixitisme : "dès lors que le maître lui-même l’a dit (ipse dixit), alors on ne discute pas". L’autorité que nous accordons à X ou Y nous incline à considérer comme vrais tous les propos qu’il tient, nous dispensant d’exercer notre esprit critique. Dans sa forme dégradée, ce travers nous pousse à croire qu’une chose est vraie pour l’unique raison que nous l’avons lue ou entendue. Marianne, Etienne Klein : "La vérité scientifique n’appartient nullement aux scientifiques"
  • Anthropologue enquêteur à l’Institut médico-légal du Guatemala, Ernesto documente le massacre de guérilleros et de civils à la suite d’un coup d’État militaire survenu en 1982. Sa rencontre avec une survivante lui réclamant son aide le mettra sur la trace de son père disparu. Mais la vérité, encore plus choquante, le rattrapera. La Presse, La vérité : un festival Deneuve ! ★★★½
  • 10 ans après le scandale de Knysna lors du Mondial de football de 2010, un documentaire intitulé "Anelka: l'Incompris" et réalisé par Franck Nataf, va voir le jour sur Netflix. Il promet que la vérité sur cette affaire sera enfin dite. Closermag.fr, Nicolas Anelka : la vérité sur son clash avec Raymond Domenech à Knysna enfin révélée ? - Closer
  • Rome (AFP) - L'Italie a marqué dimanche le 40e anniversaire de l'attentat de Bologne (nord-est), qui avait fait 85 morts, en réclamant "vérité et justice" sur cet événement dont les commanditaires restent inconnus, selon de nombreux Italiens. L'Obs, Attentat de Bologne en 1980: l'Italie attend encore la vérité
  • Une vérité accommodante est une vérité accommodée. De Louis Veuillot
  • Deux demi-vérités ne font pas une vérité. De Multatuli / Idées
  • La vérité, l'âpre vérité. De Georges Jacques Danton
  • Le contraire d’une vérité banale, c’est une erreur stupide. Le contraire d’une vérité profonde, c’est une autre vérité profonde. De Niels Bohr
  • Quand un politicien se touche le visage il dit la vérité, quand il se gratte l'oreille il dit la vérité, quand il lève le pouce il dit la vérité ; c'est quand il remue les lèvres qu'il ment. De Batiste W. Foisy
  • La vérité légendaire est d'une autre nature que la vérité historique. La vérité légendaire, c'est l'invention ayant pour résultat la réalité. De Victor Hugo / Quatre-vingt-treize
  • L'aphorisme ne coïncide jamais avec la vérité : il est soit une demi-vérité, soit une vérité et demie. De Karl Kraus / Aphorismes
  • Vingt ans est l'âge de l'illusion. Quarante ans, l'âge de la vérité. Non seulement des vérités découlant de la vie surtout de la vérité de ce qu'on est. De Paul Perreault / Quarante ans
  • On confond facilement l'amour de la vérité et l'amour de sa propre vérité, c'est-à-dire l'amour-propre, réducteur de vérité. De Pierre Dehaye / Naître est une longue patience
  • La vérité doit s'inspirer de la pratique. C'est par la pratique que l'on conçoit la vérité. Il faut corriger la vérité d'après la pratique. De Mao Tsé-Toung
  • En vérité, la vérité, il n'y a pas de vérité ! De Jean-Claude Van Damme
  • Qu'est-ce que la vérité ? Il y a la tienne, la mienne et celle de tous les autres. Toute vérité n'est que la vérité de celui qui l'a dite. Il y a autant de vérité que d'individus. De Eric-Emmanuel Schmitt / L'Evangile selon Pilate
  • Trois ordres de vérités nous guident : les vérités effectives, les vérités mystiques, les vérités rationnelles. De Gustave Le Bon / Les Opinions et les Croyances
  • L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande. De Swami Vivekananda / Jnana yoga
  • La vérité ne vainc que dans la défaite. Henrik Wergeland, L'Armée de la vérité
  • Dans le doute dites la vérité. Samuel Langhorne Clemens, dit Mark Twain, Pudd'nhead Wilson's Calendar
  • La vérité doit s'imposer sans violence. Lev [en français Léon] Nikolaïevitch, comte Tolstoï, Guerre et Paix, livre II, 3e partie, 7
  • Plutôt que l'amour, que l'argent, que la gloire, Donnez-moi la vérité. Henry David Thoreau, Walden, Conclusion
  • Vérité est un mot à contresens ; fantaisie est le mot positif. Herman Teirlinck, De Nieuwe Uilenspiegel
  • Ma façon de plaisanter, c'est de dire la vérité. C'est la plaisanterie la plus drôle du monde. George Bernard Shaw, L'Autre Île de John Bull John Bull's Other Island
  • Toutes les grandes vérités commencent par être des blasphèmes. George Bernard Shaw, Annajanska
  • À une vérité ténue et plate, je préfère un mensonge exaltant. Aleksandr Sergueïevitch Pouchkine, Récits de Belkine, le Héros
  • Il peut être parfois plus honnête de mentir que de dire la vérité. Toivo Pekkanen, À l'ombre de l'usine
  • Les convictions sont des ennemies de la vérité plus dangereuses que les mensonges. Friedrich Nietzsche, Humain, trop humain Menschliches, Allzumenschliches
  • Le dicton, d'après lequel la vérité triomphe toujours de la persécution, est un des plaisants mensonges que les hommes répètent l'un après l'autre jusqu'à ce qu'ils passent en lieux communs, mais que toute expérience réfute. John Stuart Mill, Sur la liberté, 2 On Liberty, 2
  • On ment plus qu'il ne faut par manque de fantaisie : la vérité aussi s'invente. Antonio Machado, Nuevas canciones
  • Le vin est fort, le roi est plus fort, les femmes le sont plus encore, mais la vérité est plus forte que tout. Martin Luther, Propos de table Tischreden
  • Tout homme a le droit de dire ce qu'il croit la vérité, et tout autre a le droit de l'assommer pour cette bonne raison. Samuel Johnson, Cité par James Boswell dans The Life of S. Johnson
  • Les vérités qui nous importent le plus ne sont jamais dites qu'à moitié. Baltasar Gracián y Morales, El discreto
  • Parfois le mensonge explique mieux que la vérité ce qui se passe dans l'âme. Alekseï Maksimovitch Pechkov, dit Maksim Gorki, Les Vagabonds, Konovalov
  • Examinez bien vos paroles et vous trouverez que, lors même que vous n'avez aucun motif d'être faux, il est très difficile de dire l'exacte vérité. Mary Ann Evans, dite George Eliot, Adam Bede, II, 17
  • Je préfère être avec le Christ plutôt qu'avec la vérité. Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski, Les Possédés
  • L'art se situe dans l'intervalle, mince comme la peau, qui sépare la vérité du mensonge. Sugimori Nobumori, dit Chikamatsu Monzaemon, Entretiens avec Hozumi Ikkan
  • La vérité est comme la religion : elle n'a que deux ennemis, le trop et le trop peu. Samuel Butler, Erewhon, New Travels, 13
  • Car les sots et les fous disent généralement la vérité. Robert Burton, The Anatomy of Melancholy, II
  • La vérité est en nous, elle ne vient point du dehors. Robert Browning, Paracelse, I
  • La vérité est en marche ; rien ne peut plus l'arrêter. Émile Zola, le Figaro publia le 25 novembre 1897
  • Le monde se maintient par trois choses ; par la vérité, par la justice et par la concorde Toutes les trois ne sont qu'une seule et même chose. , Talmud, Abot, I, 18
  • Pilate lui dit : Qu'est-ce que la vérité ? , Évangile selon saint Jean, XVIII, 38
  • Et la vérité vous fera libres. , Évangile selon saint Jean, VIII, 32
  • Telle est la négligence que l'on apporte en général à rechercher la vérité, à laquelle on préfère les idées toutes faites. Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, I, 20, 3 (traduction J. de Romilly)
  • Que la vérité nous accompagne, toi et moi ! Mimnerme, de Colophon, Élégies, VIII, 1 (traduction E. Bergougnan)
  • Il faut que les principes d'une politique soient faits de justice et de vérité. Démosthène, Olynthiennes, II, 10 (traduction M. Croiset)
  • Le langage de la vérité est simple. Sénèque en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe, Lettres à Lucilius, XLIX
  • Consacrer sa vie à la vérité. Juvénal en latin Decimus Junius Juvenalis, Satires, IV, 91
  • Platon m'est cher, mais la vérité m'est plus chère encore. Anonyme, Aristote (Éthique à Nicomaque, I, 6, 1 Platon, au sujet d'Homère (la République, X, 595 c)
  • Une société n'est forte que lorsqu'elle met la vérité sous la grande lumière du soleil. Émile Zola, Correspondance, à Louis Ulbach, 6 novembre 1871 , Fasquelle
  • Pour dérouter entièrement le maréchal, il résolut d'employer l'arme la plus redoutable : la vérité. Michel Zévaco, Les Pardaillan, Fayard
  • Aime la vérité, mais pardonne à l'erreur. François Marie Arouet, dit Voltaire, Discours en vers sur l'homme, De la liberté
  • Il n'y a peut-être point de vérité qui ne soit à quelque esprit faux matière d'erreur. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • La vérité a plusieurs visages, le mensonge n'en a qu'un ! Georges Schéhadé, La Soirée des proverbes, Gallimard
  • La vérité est une science enfantine. Georges Schéhadé, Monsieur Bob'le, Gallimard
  • La vérité, c'est ce qui simplifie le monde et non ce qui crée le chaos. Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes, Gallimard
  • Le faux est susceptible d'une infinité de combinaisons ; mais la vérité n'a qu'une manière d'être. Jean-Jacques Rousseau, Discours sur les sciences et les arts
  • Une erreur n'est souvent qu'une vérité coupée en herbe. Jules Romains pseudonyme littéraire devenu ensuite le nom légal de Louis Farigoule, Lucienne, Gallimard
  • La vérité, c'est de chercher toujours la vérité. Romain Rolland, Clérambault, Albin Michel
  • La raison se compose de vérités qu'il faut dire et de vérités qu'il faut taire. Antoine Rivaroli, dit le Comte de Rivarol, Fragments et pensées politiques
  • La vérité jette, lorsqu'elle est à un certain carat, une manière d'éclat auquel on ne peut résister. Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz, Mémoires
  • La vérité vaut bien qu'on passe quelques années sans la trouver. Jules Renard, Journal, 7 février 1901 , Gallimard
  • La vérité sera un jour la force. Savoir, c'est pouvoir est le plus beau mot qu'on ait dit. Ernest Renan, Dialogues et fragments philosophiques, III, Rêves , Lévy
  • Je répondrai, Madame, avec la liberté D'un soldat qui sait mal farder la vérité. Jean Racine, Britannicus, I, 2, Burrhus
  • Une vérité clairement comprise ne peut plus être écrite avec sincérité. Marcel Proust, Essais et articles, Senancour c'est moi , Gallimard
  • S'il y avait une seule vérité, on ne pourrait pas faire cent toiles sur le même thème. Pablo Ruiz Picasso, Cité par Jean Leymarie dans Picasso, métamorphoses et unité, Skira
  • Une nation périclite quand l'esprit de justice et de vérité se retire d'elle. Jean Paulhan, Réponse à Martin-Chauffier
  • Tout ce que je demande aux Politiques, c'est qu'ils se contentent de changer le monde sans changer la vérité. Jean Paulhan, De la paille et du grain, Gallimard
  • Il n'y a pas moins de reproche à taire une vérité qu'à falsifier un mensonge. Étienne Pasquier, Recherches de la France, I, 1
  • Si ce n'est pas à nous à défendre la vérité, c'est à nous à mourir pour la vérité. Jacqueline Pascal en religion sœur Sainte-Euphémie, Lettre, 23 juin 1661
  • La vérité subsiste éternellement. Blaise Pascal, Les Provinciales, 12e lettre
  • Tous les efforts de la violence ne peuvent affaiblir la vérité, et ne servent qu'à la relever davantage. Toutes les lumières de la vérité ne peuvent rien pour arrêter la violence, et ne font que l'irriter encore plus. Blaise Pascal, Les Provinciales, 12e lettre
  • Plaisante justice, qu'une rivière borne ! Vérité au-deçà des Pyrénées, erreur au-delà. Blaise Pascal, Pensées, 294 Pensées
  • Nous avons une impuissance de prouver, invincible à tout le dogmatisme. Nous avons une idée de la vérité, invincible à tout le pyrrhonisme. Blaise Pascal, Pensées, 395 Pensées
  • Certaines vérités n'ont de force que dans l'ombre et piétinées. Au grand jour, elles s'envolent, regagnent leur ciel impérissable. Roger Nimier, Le Hussard bleu, Gallimard
  • C'est encore un effet de la faiblesse des hommes que la lumière les aveugle souvent aussi bien que les ténèbres, et que la vérité les trompe aussi bien que l'erreur. Pierre Nicole, Essais de morale, De la faiblesse de l'homme
  • Le principal usage que nous faisons de notre amour de la vérité est de nous persuader que ce que nous aimons est vrai. Pierre Nicole, Essais de morale, De la connaissance de soi
  • Quelle vérité est-ce que ces montagnes bornent, qui est mensonge au monde qui se tient au-delà ? Michel Eyquem de Montaigne, Essais, II, 12
  • Nous sommes nés à quêter* la vérité ; il appartient de la posséder à une plus grande puissance. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, III, 8
  • La plus humble chose a sa vérité silencieuse. Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz, dit O. V. de L. Milosz, Poèmes, la Confession de Lemuel
  • La franchise et la vérité sont rarement bonnes auprès des femmes. Prosper Mérimée, Lettres, à Jenny Dacquin, 1843
  • Le privilège du succès est, dans l'ordre de l'action, une marque de vérité. Charles Maurras, Enquête sur la monarchie, Fayard
  • Quand la vérité est libre, et l'erreur aussi, ce n'est pas l'erreur qui triomphe. Roger Martin du Gard, Jean Barois, Gallimard
  • La vérité d'un homme, c'est d'abord ce qu'il cache. André Malraux, Antimémoires, Gallimard
  • Le mensonge est dangereux parce qu'il se fait prendre pour la vérité. La vérité l'est parce qu'on la prend pour la vérité. Robert Mallet, Apostilles, Gallimard
  • S'il est incertain que la vérité que vous allez dire soit comprise, taisez-la. Maurice Maeterlinck, Le Double Jardin, Fasquelle
  • L'homme ne supportera-t-il donc jamais deux vérités à la fois ? Pierre Leroux, De l'humanité, de son principe et de son avenir
  • Ne pas produire un beau mensonge, mais une vérité qui serait aussi belle que le plus beau mensonge. Michel Leiris, Fibrilles, Gallimard
  • L'art est sans doute la seule forme de progrès qui utilise aussi bien les voies de la vérité que celles du mensonge. Jean-Marie Gustave Le Clézio, L'Extase matérielle, Gallimard
  • La vérité ne fait pas tant de bien dans le monde que ses apparences y font de mal. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Il ne faut pas s'offenser que les autres nous cachent la vérité, puisque nous nous la cachons si souvent à nous-mêmes. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Et si le mythe c'était la vérité ? Valery Larbaud, A. O. Barnabooth, Journal intime , Gallimard
  • Je suis concitoyen de toute âme qui pense : La vérité, c'est mon pays. Alphonse de Prât de Lamartine, Poésies diverses, la Marseillaise de la paix
  • Rien n'est vrai, rien n'est faux ; tout est songe et mensonge, Illusion du cœur qu'un vain espoir prolonge. Nos seules vérités, hommes, sont nos douleurs. Alphonse de Prât de Lamartine, Harmonies poétiques et religieuses, le Tombeau d'une mère
  • L'homme est de glace aux vérités, Il est de feu pour les mensonges. Jean de La Fontaine, Fables, le Statuaire et la Statue de Jupiter
  • Il y a quelques rencontres* dans la vie où la vérité et la simplicité sont le meilleur manège du monde. Jean de La Bruyère, Les Caractères, De la cour
  • Il y a des esprits qui vont à l'erreur par toutes les vérités ; il en est de plus heureux qui vont aux grandes vérités par toutes les erreurs. Joseph Joubert, Carnets
  • La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder. Victor Hugo, Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • Ce qui probablement fausse tout dans la vie c'est qu'on est convaincu qu'on dit la vérité parce qu'on dit ce qu'on pense. Sacha Guitry, Toutes Réflexions faites, Éditions de l'Élan
  • La vérité de cette vie, ce n'est pas qu'on meurt, c'est qu'on meurt volé. Louis Guilloux, Journal, Gallimard
  • Tous les hommes mentent et savent qu'ils mentent. La vérité, c'est leur poison. Louis Guilloux, Journal, Gallimard
  • Il existe une exigence de vérité en nous qui est précisément la première vérité à laquelle nous puissions accéder. Jean Grenier, Nouveau Lexique, Gallimard
  • À chaque époque, [la science] voudrait dévorer une vérité qui la gêne. Joseph Arthur, comte de Gobineau, Essai sur l'inégalité des races humaines
  • Ce qu'aiment les hommes, ce que tu aimes, ce n'est pas connaître, ce n'est pas savoir : c'est osciller entre deux vérités ou deux mensonges. Jean Giraudoux, Intermezzo, III, 4, le spectre , Grasset
  • Il est des vérités qui peuvent tuer un peuple. Jean Giraudoux, Électre, II, 8, Égisthe , Grasset
  • C'est avec leurs mensonges du matin que les femmes font leurs vérités du soir. Jean Giraudoux, Amphitryon 38, II, 5, Mercure , Grasset
  • Méfiez-vous de la vérité, dit ce procureur (paraît-il), elle est vraie pour tout le monde. Jean Giono, Un roi sans divertissement, Gallimard
  • Ne crois pas que ta vérité puisse être trouvée par quelque autre. André Gide, Les Nourritures terrestres, Gallimard
  • Les vérités de l'obscur ne se formulent pas. Pierre Fournier, dit Pierre Gascar, L'Arche, Gallimard
  • J'aime la vérité. Je crois que l'humanité en a besoin ; mais elle a bien plus grand besoin encore du mensonge […]. Anatole François Thibault, dit Anatole France, La Vie en fleur, Calmann-Lévy
  • Si je tenais toutes les vérités dans ma main, je me donnerais bien garde de l'ouvrir pour les découvrir aux hommes. Bernard Le Bovier de Fontenelle, Par amour de la paix
  • La politique n'étant qu'un enchaînement de conséquences, toute vérité isolée devient un mensonge dans l'ordre social. Joseph Fiévée, Correspondance et relations avec Bonaparte
  • Il ne suffit point de montrer la vérité, il faut la peindre aimable. François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Les Aventures de Télémaque
  • Ainsi que tous les gens sérieux, je ne crois pas à la vérité historique, mais je crois à la vérité légendaire. Georges Duhamel, Remarques sur les Mémoires imaginaires, Mercure de France
  • L'erreur est la règle ; la vérité est l'accident de l'erreur. Georges Duhamel, Le Notaire du Havre, Mercure de France
  • On doit exiger que je cherche la vérité, mais non que je la trouve. Denis Diderot, Pensées philosophiques
  • La seule chose qu'on ne peut embellir sans qu'elle en périsse, c'est la vérité. Jean Rostand, Pensées d'un biologiste, Stock
  • Sortant de certaines bouches, la vérité elle-même a mauvaise odeur. Jean Rostand, Inquiétudes d'un biologiste, Stock
  • Je fais, en traversant les groupes et les ronds, Sonner les vérités comme des éperons. Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, I, 4, Cyrano , Fasquelle
  • Il n'y a dans ce monde que la vertu et la vérité qui soient dignes de m'occuper. Denis Diderot, Entretiens
  • La nuit de vérité nous coupe la parole. René Daumal, Le Contre-ciel, Gallimard
  • Loin de la vérité, les mots mentent tout seuls. Fernand Crommelynck, Chaud et froid, Le Seuil
  • Il pleut des Vérités Premières : Tendons nos rouges tabliers. Georges Moinaux, dit Georges Courteline, Godefroy, Flammarion Hugo dans Odes et Ballades
  • La vérité est trop nue, elle n'excite pas les hommes. Jean Cocteau, Le Rappel à l'ordre, Stock
  • Je suis un mensonge qui dit toujours la vérité. Jean Cocteau, Opéra, Stock
  • Ce que nous dénommons vérité n'est qu'une élimination d'erreurs. Georges Clemenceau, Aux embuscades de la vie, Fasquelle
  • La vérité, c'est une agonie qui n'en finit pas. La vérité de ce monde, c'est la mort. Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, Gallimard
  • Seule la vérité peut affronter l'injustice. La vérité, ou bien l'amour. Albert Camus, Requiem pour une nonne (Adapté de William Faulkner) Gallimard
  • La vérité, comme la lumière, aveugle. Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur. Albert Camus, La Chute, Gallimard
  • Aucune vérité ne mérite de demeurer exemplaire. André Breton, Les Pas perdus, Gallimard
  • La vérité existe. On n'invente que le mensonge. Georges Braque, Le Jour et la Nuit, Gallimard
  • Les doctrines ne s'élèvent pas vers la vérité, elles procèdent d'elle. Joë Bousquet, Correspondance, Gallimard
  • Aimons la vérité qui nous reprend, et défions-nous de celle qui nous flatte. Louis Bourdaloue, Sermon sur l'amour et la crainte de la vérité
  • La libre vérité fut mon unique étude. Nicolas Boileau dit Boileau-Despréaux, Épîtres
  • Il n'y a pas de vérités moyennes. Georges Bernanos, Journal d'un curé de campagne, Plon
  • Toute vérité n'est pas bonne à croire. Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, IV, 1
  • Comme ce serait déplaire à Dieu que de respecter la vérité que l'on s'imaginerait être le mensonge, ce serait aussi l'offenser que de ne pas respecter le mensonge que l'on croirait être la vérité. Pierre Bayle, Critique de l'Histoire du calvinisme par le P. Maimbourg
  • Il n'y a point de prescription contre la vérité. Pierre Bayle, Nouvelles de la République des Lettres
  • C'est toujours par ce qu'elle contient de vérité qu'une œuvre nouvelle choque ses contemporains. Henry Bataille, La Marche nuptiale, Fasquelle
  • La vérité je crois n'a qu'un visage : celui d'un démenti violent. Georges Bataille, Le Mort, préface , Pauvert
  • On ne doit que la vérité aux absents. Émile Augier, Maître Guérin, III, Guérin , Michel Lévy
  • Cet épineux fardeau qu'on nomme vérité. Théodore Agrippa d'Aubigné, Les Tragiques
  • Quand la vérité met le poignard à la gorge, il faut baiser sa main blanche, quoique tachée de notre sang. Théodore Agrippa d'Aubigné, Histoire universelle
  • La vérité, frappée d'un éclairage intolérant et d'une intensité partiale, devient mensonge. Alexandre Arnoux, Bilan provisoire, Albin Michel
  • Une erreur est d'autant plus dangereuse qu'elle contient plus de vérité. Henri Frédéric Amiel, Journal intime, 26 décembre 1852
  • Un fou qui dit par hasard le vrai n'a pas la vérité. Émile Chartier, dit Alain, Propos d'un Normand, tome V , Gallimard
  • L'erreur de Descartes est de meilleure qualité que la vérité d'un pédant. Émile Chartier, dit Alain, Propos d'un Normand, tome IV , Gallimard
  • Si on ne suppose pas que les hommes ont tous la même intelligence, et l'ont toute, il n'y a plus ni vérité ni erreur. Émile Chartier, dit Alain, Cahiers de Lorient, Gallimard
  • Ne disons surtout pas la vérité La vérité salit les puits. Marcel Achard, Nous irons à Valparaiso, I, Thérèse à Valérie , La Table Ronde

Traductions du mot « vérité »

Langue Traduction
Corse verità
Basque egia
Japonais 真実
Russe правда
Portugais verdade
Arabe حقيقة
Chinois 真相
Allemand wahrheit
Italien verità
Espagnol verdad
Anglais truth
Source : Google Translate API

Synonymes de « vérité »

Source : synonymes de vérité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vérité »



mots du mois

Mots similaires