La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « fiction »

Fiction

Variantes Singulier Pluriel
Féminin fiction fictions

Définitions de « fiction »

Trésor de la Langue Française informatisé

FICTION, subst. fém.

Produit de l'imagination qui n'a pas de modèle complet dans la réalité.
A.− Mensonge, dissimulation faite volontairement en vue de tromper autrui. (Quasi-)anton. vérité.Aux fictions politiques, assez graves déjà, on ajoute encore des fictions historiques, afin de compléter ce vaste système d'illusions (Lamennais, Religion,1825, p. 102).Je garderai cette page excellente où vous exécutez si lestement une fiction accréditée par une bureaucratie infatuée d'elle-même, propagée par la naïveté de tous les docteurs ès sciences administratives (Fondateurs 3eRépubl., Ferry, 1865, p. 315):
1. ... elle [la presse dirigée] aboutit fatalement au mensonge, non pas seulement à des mensonges de détail, mais au lancement de fictions gigantesques, comme celle qui fit croire au peuple allemand, jusqu'en octobre 1918, qu'il était à la veille de la victoire. Fictions qui, lorsqu'elles s'écroulent, brisent les nerfs et tout le ressort du peuple le plus brave. Civilis. écr.,1939, p. 38-14.
B.− Construction imaginaire consciente ou inconsciente se constituant en vue de masquer ou d'enjoliver le réel. (Quasi-)anton. réalité.Cette île imaginaire devint l'objet de toutes mes rêveries; dupe de mes propres fictions, j'y pensais sans cesse; j'y transportais en idée celle que j'aimais (Duras, Édouard,1825, p. 174).J'ai beau fouiller le passé je n'en retire plus que des bribes d'images et je ne sais pas très bien ce qu'elles représentent, ni si ce sont des souvenirs ou des fictions (Sartre, Nausée,1938, p. 51):
2. Il n'y a, je pense, personne qui, dans des moments de désœuvrement, n'imagine quelque roman dont il se fait le héros. Ces fictions, qu'on appelle des châteaux en Espagne, n'occasionnent, pour l'ordinaire, dans le cerveau que de légères impressions, parce qu'on s'y livre peu, et qu'elles sont bientôt dissipées par des objets plus réels, dont on est obligé de s'occuper..., etc. Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 227.
Loc. La réalité dépasse la fiction. Les événements et phénomènes qui se produisent, les découvertes et inventions, vont au-delà de ce qu'on a pu prévoir ou imaginer. Quelle revanche aussi. D'un côté, un père gigantesque, inaccessible, et de l'autre, un éternel adolescent, longtemps sous-estimé, méprisé, éloigné. Or voici qu'il écrit à la place du père et que personne ne s'en aperçoit. Preuve par neuf que le fils vaut bien le père (...). Décidément, la réalité dépasse la fiction (M. Soriano, Jules Verne,Paris, Julliard, 1978, p. 322).
Spéc., dans le domaine de la psychol. et de la psychanal.[La fiction en tant qu'élément normal ou déviant intervenant dans la structuration de la personnalité] Enfin le schizoïde a conscience de l'irréalité de ses conceptions, et ne cherche pas à les introduire dans la réalité, le mythomane distingue mal la réalité de ses fictions, et, comme l'enfant, il les mêle incessamment au sein d'une croyance indistincte (Mounier, Traité caract.,1946, p. 379):
3. Notre enfant, lui, n'est point si sot; et, dès qu'il a enfin compris la nature et le rôle de la conduite de fiction, il en use et en abuse, il s'en charme, il l'assimile par des exercices répétés, à tel point que l'on pourrait presque parler d'un âge de la fiction. C'est à cet âge que, les statistiques des Scupin nous l'ont montré, les jeux de fiction prennent une étendue étonnante... Jeux et sp.,1967, p. 75.
En partic., au sing., dans le domaine artistique.Création imaginaire, souvent anecdotique, dans une œuvre artistique, littéraire ou cinématographique le plus souvent, constituant un code de lecture entre le créateur et son public. Fiction d'opéra; fiction poétique, romanesque, théâtrale. (Quasi-)anton. documentaire, reportage, histoire (vécue), fait divers.Pécuchet se mit à lire Consuelo, Horace, Mauprat, fut séduit par la défense des opprimés, le côté social et républicain, les thèses. Suivant Bouvard, elles gâtaient la fiction et il demanda au cabinet de lecture des romans d'amour (Flaub., Bouvard,t. 2, 1880, p. 4).Drôle de jeu est un roman, − au sens où l'on dit romanesque − une fiction, une création de l'imagination (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 5):
4. La littérature permet de se venger de la réalité en l'asservissant à la fiction; mais si mon père fut un lecteur passionné, il savait que l'écriture exige de rebutantes vertus, des efforts, de la patience; c'est une activité solitaire où le public n'existe qu'en espoir. Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 37.
Subst. + de fiction (avec valeur d'adj.).Ce qui appartient à la fiction d'une œuvre. Un héros de fiction. Qui est construit à partir de la fiction. L'objectivité des formes apparentes fait rayonner le naturel dans tout l'univers du film de fiction (E. Morin, Le Cin. ou l'homme imaginaire,Paris, Gonthier, 1958, p. 134).
C.− Didact. Hypothèse dont on ne sait à l'avance si elle est juste ou fausse, qui permet l'élaboration d'un raisonnement. (Quasi-)synon. modèle :
5. Pour Vaihinger, l'atome n'est pas à proprement parler une hypothèse; il correspondrait plutôt à une fiction. Dès lors, en tant que fictions, tous les caractères attribués directement à l'atome devraient être éliminés aussitôt qu'ils ont accompli leur fonction tout intermédiaire. Bachelard, Épistémologie,Paris, P.U.F., 1971, p. 138.
D.− DR. Fiction de droit, fiction légale. ,,Fait sans aucune réalité, mais dont la loi suppose l'existence, pour constituer le fondement d'un droit`` (Barr. 1974).
Rem. Fiction entre comme second élément dans la compos. de termes désignant des genres littér. ou cin. basés sur la prospective. Ces termes s'emploient également p. ext., en parlant d'une action, d'un phénomène relevant de l'imagination, de l'utopie. a) Politique-fiction. Œuvre d'anticipation décrivant dans un avenir généralement proche, une organisation politique à l'échelon national ou planétaire. Le premier projet de l'œuvre [Les Indes Noires] − écarté avec effarement par Hetzel − semble avoir été le thème de la ville souterraine, réservée au prolétariat, mais totalement débarrassé du sentiment de la révolte qui caractérise la « politique-fiction » de Jack London dans Le Talon d'acier (M. Soriano, Jules Verne, Paris, Julliard, 1978, p. 210). b) Science-fiction (v. science). Gilb. 1971 signale un assez grand nombre de ces composés (humanité-fiction, médecine-fiction, métaphysique-fiction, récit-fiction), l'engouement actuel pour l'anticipation et la prospective dans tous les domaines peut les multiplier à l'infini. Il faut cependant remarquer que ces termes sont plus récents que les phénomènes qu'ils désignent et que la littérature en particulier a produit depuis des siècles, mais, surtout au xixe, des œuvres d'anticipation.
Prononc. et Orth. : [fiksjɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1223 « tromperie, duperie » (G. de Coincy, Miracle de Notre Dame, éd. F. Koenig, 2 Mir. 26, 656); 2. xiiies. « fait imaginé » (Isopet de Lyon, 1077 ds T.-L.); 3. 1690 dr. « fait qui résulte d'une convention » (Fur. : fictions du droit). Empr. au lat. impérial fictio « action de façonner; action de feindre »; b. lat. jur. « fiction légale ». Fréq. abs. littér. : 764. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 470, b) 897; xxes. : a) 798, b) 1 033. Bbg. Portier (E.). Essai de sém. : feindre, figurer, feinte, figure, fiction. R. Philol. fr. 1915/16, t. 29, pp. 183-201.

Wiktionnaire

Nom commun - français

fiction \fik.sjɔ̃\ féminin

  1. Invention fabuleuse.
    • Fiction poétique.
    • Les fictions de la mythologie.
    • La vérité est toujours étrange, plus étrange que la fiction. — (Lord Byron, Don Juan, Chant XIV, 1824)
    • La Bible tient largement de la fiction, mais elle peut encore procurer de la joie à des milliards de gens et encourager les humains à la compassion, au courage et à la créativité - à l’instar d’autres grands œuvres de fiction comme « Don Quichotte », « Guerre et Paix » et « Harry Potter ». — (Yuval Noah Harari, 21 leçons pour le XXIe siècle, traduit de l'anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Albin Michel, 2018)
  2. Narration de faits fictifs.
    • Il n’est pas question d’entamer ici une enquête anthropologique sur la question de l’universalité des fictions ni de prendre parti en leur faveur ou en leur défaveur. — (Baudouin Millet, "Ceci n'est pas un roman": l'évolution du statut de la fiction en Angleterre de 1652 à 1754, Éditions Peeters, 2007, page 97)
    • De la même façon que les médias et le Net créent un nouveau territoire entre info et fiction, la sondagite aiguë dont est frappée la France y ajoute le risque de confusion entre opinion réelle et opinion imaginaire. — (Thierry Saussez, Manifeste pour l'optimisme, Plon, 2011)
  3. (Jurisprudence) Supposition introduite ou autorisée par la loi en faveur de quelqu’un.
    • En droit des personnes les fictions sont tout autant nombreuses, à commencer par la technique des lettres de naturalité et des lettres de déclaration, par lesquelles le Français devenu aubain est réintégré dans sa qualité de citoyen, dont l’effet est comparé par d’Aguesseau au post liminum romain. De même, c’est en vertu d’une fiction que l’absent est réputé mort, que les enfants qui sont encore dans le sein de leur mère sont regardés « comme s’ils étaient déjà nés », que les époux sont réputés majeurs « quant à la puissance et autorité paternelle » ou que certains condamnés ou les religieux profès sont tenus pour civilement morts. — (David Deroussin, L’ancien droit des fictions, 2015)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FICTION. n. f.
Invention fabuleuse. Fiction poétique. Les fictions de la mythologie. En termes de Jurisprudence, Fiction de droit, fiction légale, Supposition introduite ou autorisée par la loi en faveur de quelqu'un.

Littré (1872-1877)

FICTION (fi-ksion ; en vers, de trois syllabes) s. f.
  • 1Invention de choses fictives. Elle y perdait [dans la lecture de l'histoire] insensiblement le goût des romans et de leurs fades héros ; et, soigneuse de se former sur le vrai, elle méprisait ces froides et dangereuses fictions, Bossuet, Duch. d'Orl. La poésie épique… Se soutient par la fable et vit de fiction, Boileau, Art p. III. Et de vos fictions le mélange coupable Même à ses vérités [du christianisme] donne l'air de la fable, Boileau, ib. Et vous qui vous plaisez aux folles passions Qu'allument dans vos cœurs les vaines fictions, Racine, Esth. Prol. Mais, dit-on, si l'on proscrit entièrement les noms des divinités païennes et les fictions fabuleuses, que deviendra la poésie ? et surtout à quoi se réduira le poëme épique, le plus beau de tous les poëmes ? Rollin, Traité des Ét. liv. II, ch. 1. La mort finit la scène et la représentation ; chacun dépouille la pompe du personnage et la fiction des titres, Massillon, Dauphin. Que de terres encor restent à découvrir ! La fiction surtout est un pays immense, Lamotte, Fabl. IV, 3. Le roi [Charles II], à qui Waller venait, selon l'usage des rois et des poëtes, de présenter une pièce farcie de louanges, lui reproche qu'il avait fait mieux pour Cromwell ; Waller répondit : Sire, nous autres poëtes, nous réussissons mieux dans les fictions que dans les vérités, Voltaire, Dict. phil. Roi. Celui qui ajouterait des fictions aux batailles d'Arbelles et de Pharsale glacerait le lecteur au lieu de l'échauffer, Voltaire, Lett. d'Argental, 7 avr. 1777.

    Terme de jurisprudence. Fiction de droit, fiction légale, fiction de la loi, fiction introduite ou autorisée par la loi en faveur de quelqu'un.

    De fiction, par convention. Le papier monnaie est une valeur de fiction. L'or et l'argent sont une richesse de fiction ou de signe, Montesquieu, Esp. XXI, 22.

  • 2Mensonge, dissimulation. Et comme la jeunesse est vive et sans repos, Sans peur, sans fiction, et libre en ses propos, Régnier, Sat. I. Comme tout ce discours n'était que fiction, Je cachais mon retour et ma condition, Corneille, Ment. V, 6.

HISTORIQUE

XIIIe s. Car fiction ne renardie à Dieu ne plaisent n'à Marie, Queue de Renart.

XIVe s. Se il est aussi deceu par la simulacion et par la fittion de l'autre, adonques est ce chose juste que il accuse celui qui l'a deceu, Oresme, Eth. 264. Fiction poetique, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVe s. Si on fait quelque fiction [comédie] Le jour du sacrement, l'un d'eux Jouera l'annonciation, Coquillart, p. 175, dans LACURNE. Il veit illec un chevalier dormant, lequel par fiction ou autrement s'estoit couvert de son escu, Perceforest, t. III, f° 117. Il faut respondre que fortune n'est rien, fors seullement une fiction poetique, Commines, IV, 12.

XVIe s. Tu crains, pour vrai, que mon affection Soit composée avecque fiction, Marot, I, 366. Ainsi qu'il est traicté bien au long en l'hystoire de Troye, combien qu'il y ait aucunement de la fixion poetique, Rozier hist. II, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fiction »

Provenç. ficxio, fiction ; espagn. ficcion ; ital. fizione ; du lat. fictionem, de fictum, supin de fingere, feindre (voy. FEINDRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin fictio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fiction »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fiction fiksjɔ̃

Fréquence d'apparition du mot « fiction » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « fiction »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fiction »

  • Le bottin mondain est en Angleterre le plus extraordinaire ouvrage de fiction.
    Oscar Wilde
  • La réalité dépasse la fiction, car la fiction doit contenir la vraisemblance, mais non pas de la réalité.
    Mark Twain
  • Il n'est pas au pouvoir de la fiction d'inculquer la vérité.
    Nathaniel Hawthorne — Godey's Lady's Book
  • La théologie a créé la fiction de Satan.
    Mikhaïl Bakounine
  • Science sans fiction n'est que ruine de l'âme.
    Daniel de Roulet
  • La femme n'était pas de ce monde matériel ; c'est la première fiction que le ciel ait donné à la terre.
    Charles Nodier — Fantaisies et légendes, l'Homme et la Fourmi
  • La fiction dépasse la réalité. Non. Mais la réalité est toujours vécue en autant que la fiction permette au réel de s'incarner dans l'esprit.
    Nicole Brossard — Un livre
  • A ma mort, je souhaite léguer mon corps à la science fiction.
    Steven Wright
  • La mémoire est une fiction. Elle est comme une mosaïque, faite de tessons.
    José Carlos Llop
  • Science-fiction, fantasy, fantastique et même horreur, tous les genres sont au rendez-vous de ce mois de juillet !
    ActuSF - Site sur l'actualité de l'imaginaire — Science-fiction, fantasy et séries - Les sorties du mois de juillet - ActuSF - Site sur l'actualité de l'imaginaire
Voir toutes les citations du mot « fiction » →

Traductions du mot « fiction »

Langue Traduction
Anglais fiction
Espagnol ficción
Italien finzione
Allemand fiktion
Chinois 小说
Arabe خيال
Portugais ficção
Russe художественная литература
Japonais フィクション
Basque fikzio
Corse finta
Source : Google Translate API

Synonymes de « fiction »

Source : synonymes de fiction sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fiction »

Combien de points fait le mot fiction au Scrabble ?

Nombre de points du mot fiction au scrabble : 12 points

Fiction

Retour au sommaire ➦