Biffer : définition de biffer


Biffer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BIFFER, verbe trans.

Barrer, annuler d'un trait de plume ce qui est écrit. Ses manuscrits étaient biffés, rebiffés, raturés, grattés, chargés (Champfleury, Les Souffrances du professeur Delteil,1855, p. 176):
1. À ses adjoints revient la tâche dite de « révision de la copie » qui consiste à rectifier les erreurs, à biffer les redites, à corriger les fautes grossières, ... G. et H. Coston, L'A.B.C. du journ.,1952, p. 103.
P. métaph. Supprimer, retrancher, détruire :
2. Je viens de relire encore votre lettre, et il y a tant de tendresse, d'amour, d'affection, j'y sens tant votre âme à travers des reproches immérités qui viennent des malentendus de l'éloignement, que, pour un rien, je bifferais tout ce que je vous ai dit hier. Balzac, Lettres à l'Étrangère,t. 2, 1850, p. 145.
3. Le vieillard [Talleyrand], décidé à ne biffer sa vie que quand il n'aurait plus une heure à vivre, opposait à toutes les supplications un obstiné « Pas encore ». Renan, Souvenirs d'enfance et de jeunesse,1883, p. 160.
Spéc., ORFÈVR. Briser les poinçons du maître :
4. Il est entendu, d'autre part, que si l'orfèvre quitte sa profession, il doit remettre son poinçon au bureau de garantie pour être biffé devant lui. S. Grandjean, L'Orfèvr. du XIXes. en Europe,1962, p. 29.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixes. ainsi que dans DG et Lar. 20e.
PRONONC. ET ORTH. : [bife], (je) biffe [bif]. Fér. Crit. t. 1 1787 écrit biffer ou bifer.
ÉTYMOL. ET HIST. − a) 1576 biffé « rayé » dans E.-E.-L. Mellema, Dict. françois-flameng, Rotterdam; 1584 « effacer de la mémoire » (Guevarre. Epistres dorées, IV, trad. J. de Barraud, 4a dans Rom. Forsch., t. 32, p. 18); b) 1863 orfèvr. (Littré); ,,vieilli`` d'apr. DG. Plutôt dér. de biffe1* le tissu en question étant en général rayé (G. de Poerck, p. 193, v. bbg.) (pour l'évolution sém. conduisant au sens a v. canceller) − qu'à rattacher à un *biffe « objet à deux fentes » (allusion à la pratique du Palais de barrer de deux traits à la plume ou au canif les textes annulés), issu de *bifida du lat. findere « fendre » (G. de Poerck, p. 199).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 95.
BBG. − De Poerck (G.). Contribution à l'hist. de la racine *biff-. In : [Mél. Roques (M.)]. Paris, 1952, t. 4, pp. 187-213. − Kuhn 1931, p. 164. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 169.

Biffer : définition du Wiktionnaire

Verbe

biffer \bi.fe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Effacer ce qui est écrit.
    • Le vieillard, décidé à ne biffer sa vie que quand il n’aurait plus une heure à vivre, opposait à toutes les supplications un obstiné « Pas encore ! ». — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 97.)
    • Veut-elle être maîtresse d'école ? buraliste ? télégraphiste ? Les administrations exigent d’elle au préalable un certificat de bonne vie et mœurs, et, comme elle ne peut en produire, on biffe sa candidature. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l’amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932.)
    • Il fut ordonné par arrêt que ces mots seraient biffés de son écrit.
    • Il a biffé cette clause de son testament.
    • À En marche !, on murmure que son nom aurait été une première fois biffé pour un poste gouvernemental. — (Anne-Sophie Mercier, « Le pas nouveau du renouveau », Le Canard enchaîné, 14 juin 2017, page 7.)
    • La phrase fut imprimée à l’envi ; on la commenta de bien des manières. Quand on les eut toutes épuisées, on rangea cette mue de lettres sans aucun sens au nombre des idioties sibyllines prouvant une altération morbide de l’esprit et on les biffa des mémoires. — (Robert Darvel, L’Homme qui traversa la Terre, Les Moutons électriques, 2016, page 58.)
  2. (En particulier) (Justice) (Comptabilité) Annuler, en effaçant, un compte que l’on vérifie.
    • Cet article de compte a été biffé.
    • Il faut biffer un nom, deux chiffres.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Biffer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIFFER. v. tr.
Effacer ce qui est écrit, spécialement Annuler en effaçant. On l'emploie fréquemment en termes de Procédure et de Comptabilité. Il fut ordonné par arrêt que ces mots seraient biffés de son écrit. Il a biffé cette clause de son testament. Cet article de compte a été biffé. Il faut biffer un nom, deux chiffres.

Biffer : définition du Littré (1872-1877)

BIFFER (bi-fé) v. a.
  • 1Effacer ce qui est écrit. Biffer une ligne.
  • 2 Terme de palais. Annuler en effaçant. Biffer une clause d'un contrat.
  • 3Rompre. Il était dit dans les statuts des orfévres que l'on bifferait ou romprait les poinçons des maîtres après leur décès.

HISTORIQUE

XVIe s. Portrait si biffé qu'il ne s'est peu faire cognoissable, Menard, Hist. de du Guesclin, p. VI.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Biffer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BIFFER, en terme de Palais & même dans le langage ordinaire, est synonyme à rayer ou effacer. (H)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « biffer »

Étymologie de biffer - Littré

Origine incertaine. Ménage le tire de blafard, parce qu'en effaçant on rend pâle ; ce qui ne peut se soutenir. On a, dans le bas-latin et l'ancien français, biffa et biffe, signifiant une sorte d'étoffe qui était rayée : Et de biffes camelines raiées, Liv. des mét. 393. Qui veut sa robe de brunete, D'escarlate ou de violete, Ou biffe de bone maniere, Barbazan, Fabliaux, éd. MÉON, t. IV, p. 179. Il serait possible que de là on eût fait biffer pour rayer. Il y a aussi un composé des-biffer : Au reste sont plus esgriffées, Plus usées et desbiffées Que les vieilles chausses d'ung poste, Marot, J. V, 216.On a dit aussi biffe pour tromperie : Il veoid que ce n'est que biffe et piperie, Montaigne, I, 330. Mais biffe est ici pour beffe, beffle, ital. beffare, beffa. Enfin biffe avait aussi le sens de pierre fausse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de biffer - Wiktionnaire

Probablement du latin findere (« fendre »)[1], dans le sens de rayer.
Ou bien de l'ancien français biffe[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « biffer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
biffer bife play_arrow

Conjugaison du verbe « biffer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe biffer

Évolution historique de l’usage du mot « biffer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « biffer »

  • A l'aéroport de Bâle-Mulhouse, Jet Aviation, filiale de l'américain General Dynamics active dans la transformation d'avions de ligne en avions à usage privé, va biffer quelque 200 postes sur 1200. , Malgré le chômage partiel les suppressions d'emplois se multiplient | Agefi.com

Images d'illustration du mot « biffer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « biffer »

Langue Traduction
Portugais riscar
Allemand nichtzutreffendes
Italien cancellare
Espagnol tachar
Anglais delete
Source : Google Translate API

Synonymes de « biffer »

Source : synonymes de biffer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « biffer »


Mots similaires