La langue française

Réconcilier

Sommaire

  • Définitions du mot réconcilier
  • Étymologie de « réconcilier »
  • Phonétique de « réconcilier »
  • Citations contenant le mot « réconcilier »
  • Traductions du mot « réconcilier »
  • Synonymes de « réconcilier »
  • Antonymes de « réconcilier »

Définitions du mot réconcilier

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉCONCILIER, verbe trans.

A. −
1. Remettre d'accord, en harmonie des personnes qui étaient brouillées. Synon. rabibocher (fam.), raccommoder.Réconcilier des adversaires, des ennemis; réconcilier un ménage. L'enterrement même a du bon: il réconcilie les familles (Renard,Journal, 1904, p. 884).Nous poussâmes la porte du café et, dès l'entrée, j'aperçus Bouffioux et Fouillard attablés devant des litres vides. Une cuite les avait réconciliés (Dorgelès,Croix de bois, 1919, p. 188).
Réconcilier qqn avec qqn.Méline, par les voies de la persuasion, réconcilie la Chambre avec le gouvernement du canon (Clemenceau,Iniquité, 1899, p. 232).Frédéric II avait espéré que la récupération de Jérusalem le réconcilierait avec les autorités religieuses (Grousset,Croisades, 1939, p. 331).
Réconcilier qqn et qqn.Dans cet heureux monde, Juliette et Roméo ne meurent point et réconcilient Montaigus et Capulets (Lemaitre,Contemp., 1885, p. 138).
Proverbe, part. passé adj. Il ne faut pas se fier à un ennemi réconcilié. V. ami ex. 2.
2. Au fig.
a) Réconcilier qqn avec qqc. ou qqn.Inspirer des opinions plus favorables sur quelque chose ou quelqu'un, faire revenir quelqu'un sur une prévention, une hostilité. Les salsifis de Cuverville sont épatants; ils me réconcilient avec ce légume (Valéry,Corresp.[avec Gide], 1906, p. 411).François de Séryeuse, auprès de ce vieux cercle, jouissait d'un assez grand prestige: il le réconciliait avec la jeunesse (Radiguet,Bal, 1923, p. 60).
Réconcilier qqn à (vieilli).Ces jeunes générations, aimables et confiantes, qui croyaient en moi, me réconcilièrent à l'humanité (Michelet,Peuple, 1846, p. 34).
Réconcilier qqn avec la vie. Rendre à quelqu'un l'amour, le goût de la vie. Nulle part elle ne trouve un asile, elle qui en avait tant donné. Mais quand ses injures sont réparées, elle n'en est pas plus réconciliée avec la vie (Montalembert,Ste Élisabeth, 1836, p. lxxx).Et puis la vie elle-même, si mauvaise soit-elle, vous réconcilie avec la vie (Guéhenno,Journal homme 40 ans, 1934, p. 19).
Réconcilier qqn avec lui-même. Remettre quelqu'un en paix avec sa conscience. Un magnifique silence dont je commençai seulement à jouir enveloppait tout; j'en tirai une sorte d'exaltation et d'ardeur à vivre qui me réconcilièrent en quelques instants avec moi-même (Abellio,Pacifiques, 1946, p. 106).
b) Réconcilier qqc. avec/et qqc.Accorder des choses qui semblent opposées. Réconcilier le théâtre avec la religion; réconcilier la politique et la morale. Un seul mot suffit à réconcilier l'ombre et la lumière, à faire éclater le rayonnement de l'éternité (Béguin,Âme romant., 1939, p. 195):
1. Ce qui réconcilie la science et la morale, c'est la science de la morale; car en même temps qu'elle nous enseigne à respecter la réalité morale, elle nous fournit les moyens de l'améliorer. Durkheim,Divis. trav., 1893, p. XLI.
3. RELIG. CATH.
a) Admettre dans l'orthodoxie; réunir à (Dieu, l'Église). Réconcilier un hérétique. Le P. Alta est revenu de Russie depuis une semaine; vous savez qu'il veut réconcilier l'église grecque (Péladan,Vice supr., 1884, p. 267).
Réconcilier avec.Rougon n'a jamais pratiqué... J'ai si souvent tenté en pure perte de le réconcilier avec Dieu! (Zola,E. Rougon, 1876, p. 322).
Réconcilier à (vieilli).Ce n'étoit pas les sophistes, c'étoit le monde qu'ils égaroient, qu'il falloit réconcilier à la religion (Chateaubr.,Génie, t. 1, 1803, p. 8).
En partic. Remettre (un pécheur) en état de grâce. N'est-ce rien que d'avoir arraché plusieurs âmes aux griffes de Luther, (...) d'avoir consolé et réconcilié des agonisants (Bloy,Journal, 1897, p. 257).Part. passé subst. Où le Saint-Office montrait ce que vous appelez justement de la philanthropie spirituelle, c'est dans le traitement qu'il infligeait aux « réconciliés » (A. France,Mannequin, 1897, p. 196).
HIST. DE LA RÉVOLUTION FR. Prêtre non réconcilié. Prêtre qui ne s'est pas réconcilié avec l'Église. On remarquait que son front [de Talleyrand], si impassible, se rembrunissait toutes les fois qu'il était question dans les journaux d'un refus de sépulture pour un prêtre non réconcilié (Sainte-Beuve,Nouv. lundis, t. 12, 1869, p. 112).
b) Bénir à nouveau selon certains rites, une église, un lieu saint qui ont été profanés. L'exercice public et officiel de la religion catholique avait été rétabli à Utrecht, où commanda M. de Luxembourg; la grande église, le dôme, avait été réconciliée et rendue aux catholiques (Sainte-Beuve,Port-Royal, t. 5, 1859, p. 147).
B. − Empl. pronom.
1.
a) Se réconcilier avec qqn.Se remettre bien avec quelqu'un. Se réconcilier avec sa famille, avec son voisin. Nous nous disputions, elle pleurait, je m'irritais, nous nous jetions à la tête la suprême insulte: « Tu es bête! » et puis nous nous réconciliions (Beauvoir,Mém. j. fille, 1958, p. 47):
2. Se réconcilier avec une maîtresse adorée qui vous a fait une infidélité, c'est se donner à défaire à coups de poignard une cristallisation sans cesse renaissante. Stendhal,Amour, 1822, p. 114.
Se réconcilier avec soi-même. Reconquérir la paix intérieure, ne plus être mécontent de soi. Je n'étais que trop tenté de dégoût vis-à-vis de ma propre personne, et je sais le danger d'un tel sentiment qui finirait par m'enlever tout courage. Mon premier devoir, au début des épreuves qui m'attendent, devrait être sûrement de me réconcilier avec moi-même (Bernanos,Journal curé camp., 1936, p. 1244).
b) RELIG. CATH. Se réconcilier avec Dieu, avec l'Église, ou absol., se réconcilier. Demander pardon à Dieu de ses péchés et recevoir l'absolution. Mon enfant, dit alors l'abbé, n'éprouvez-vous pas le besoin de vous réconcilier avec Dieu également? (Gide,Robert, 1930, p. 1339).
Part. passé adj. Toute la nuit, bourdonna à ses oreilles la plainte de cette âme qu'il n'avait pas su atteindre, qu'il avait laissée s'enfuir, opiniâtre et non réconciliée (Barrès,Colline insp., 1913, p. 275).
2. Au fig., vieilli ou littér.
a) Se réconcilier à.Se rallier à, adhérer à. Le caractère de l'homme est peut-être un peu trop sacrifié, son imprudence est trop grossière, et l'on ne peut se réconcilier à l'idée qu'il accepte la proposition que lui fait sa femme de mourir avec lui (Constant,Journaux, 1804, p. 90).
b) Empl. réfl. indir. Se réconcilier qqn.Se concilier quelqu'un de nouveau. Charlotte, que je cherchais ainsi à me réconcilier par la gloire, présidait à mes études (Chateaubr.,Mém., t. 1, 1848, p. 469).
Prononc. et Orth.: [ʀekɔ ̃silje], (il) réconcilie [-li]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1165 pronom. « renouer amitié, reprendre des relations » (Troie, éd. L. Constans, 25087: Nos devrions bien racorder O eus e reconciliier); 1253 trans. « rétablir la concorde » (Cout. de la terre de Merk, Ctesd'Artois, 234, Arch. Pas-de-Calais ds Gdf. Compl.: reconsillier [chelui] envers ses parens); b) av. 1715 pronom. se réconcilier avec soi-même (Fénelon, Dial. des morts, éd. 1819, p. 112: il faudroit [...] vous réconcilier avec vous même); 2. a) déb. xiiies. [date var. ms.] trans., relig. « faire revenir à Dieu » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 6032: li reis Henris fu [...] a Deu reconciliez); 1588 pronom. (Montaigne, Essais, III, 9, éd. Villey-Saulnier, p. 982: je me reconcilie à Dieu); b) 1283 trans. « bénir de nouveau (une église, un cimetière qui ont été profanés) » (Philippe de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, chap. 43, § 1352: li lieus soit reconciliés); 3. a) 1634 pronom. « se remettre bien avec, être de nouveau favorable à » (Voiture, Lettre 81, éd. A. Ubicini, t. 1, p. 245: [la fortune] se veut réconcilier avec nous); b) 1677 trans. « remettre (quelque chose) en faveur » (Racine, Phèdre, préf.: réconcilier la tragédie avec quantité de personnes); 4. 1668 trans. « accorder (des choses) » (R. de Piles, L'Art de Peint. de Ch. A. Dufresnoy, p. 133: reconcilier [des couleurs]); 5. 1810 réconcilier qqn avec la vie (Chateaubr., Martyrs, t. 2, p. 8); 1823 pronom. (Maine de Biran, Journal, p. 384: pour me réconcilier avec cette vie); 6. 1831 trans. « réunir contre un ennemi commun » (Michelet, Hist. romaine, t. 2, p. 246: ces barbaries réconcilièrent toute la Gaule contre César); 1835 pronom. (Lamart., Voy. Orient, t. 2, p. 116). Empr. au lat.reconciliare « remettre en état, rétablir; ramener; réconcilier, rétablir la concorde, l'amitié », dér. de conciliare (concilier*), préf. re- (re-*). Au sens 2 b, lat. médiév. reconciliare « reconsacrer une église profanée » (fin du viiies. ds Nierm.). Fréq. abs. littér.: 862. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 144, b) 1 078; xxes.: a) 911, b) 1 560.
DÉR.
Réconciliable, adj.,peu usité. Qui peut être réconcilié. Des sociétés qui ne sont ni spontanément harmoniques, ni réconciliables par des arbitrages incontestables, restent dans une large mesure contradictoires les unes avec les autres (Perroux,Écon. XXes., 1964, p. 329). [ʀekɔ ̃siljabl̥]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. 1reattest. 1585 (P. de Dampmartin, De la connoissance et merveilles du monde et de l'homme, f o111 v o: nous devenons ennemis moins reconciliables de celuy qui s'est efforcé de nous faire un tel desplaisir); de réconcilier, suff. -able*, cf. irréconciliable.
BBG.Jean-Nesmy (Cl.). Laissez-vous réconcilier!... Foi Lang. 1982, n o2, pp. 84-85.

Wiktionnaire

Verbe

réconcilier \ʁe.kɔ̃.si.lje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se réconcilier)

  1. Remettre d’accord ensemble des personnes qui étaient brouillées.
    • On venait de dix lieues à la ronde consulter M. Madeleine. Il terminait les différends, il empêchait les procès, il réconciliait les ennemis. — (Victor Hugo, Les Misérables, I, 5, 5 ; 1862)
    • Suivant le caractère des barbares, dont la fougue est violente, mais de peu de durée, ils se réconcilièrent en faisant de nouveau le serment de ne rien entreprendre l’un contre l’autre. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833–1837)
    • Cette bonne action me réconcilie avec lui, Elle me fait revenir sur son compte, elle me fait oublier les griefs que j’avais contre lui.
    • Chez les catholiques,
    • Réconcilier un hérétique à l’église, Le réunir à l’église en le relevant des censures qu’il a encourues.
    • Réconcilier une église, La bénir à nouveau avec de certaines cérémonies, quand elle a été profanée.
  2. (Figuré) Concilier, accorder, en parlant de certaines choses qui sont ou qui semblent opposées.
    • Réconcilier le théâtre avec la morale, avec la religion.
    • Réconcilier la politique et la morale.
  3. (Pronominal) (Transitif) Se raccommoder après avoir été brouillé.
    • Et quand papa rentrait, ils s'engueulaient et se foutaient sur la gueule. Se réconciliaient en baisant comme des porcs, et puis après parlaient et parlaient et moi j'entendais tout. — (Olivier Adam, La renverse, partie 2, chap. 1, Flammarion, 2016)
    • Se réconcilier avec soi-même, Se remettre bien avec soi-même, en apaisant les reproches de sa conscience.
    • Se réconcilier avec Dieu, avec l’église, Demander pardon à Dieu de ses péchés et rechercher la grâce par le moyen des sacrements.
    • Absolument,
    • Se réconcilier.
    • Il est mort réconcilié.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉCONCILIER. v. tr.
Remettre d'accord ensemble des personnes qui étaient brouillées. Je les ai réconciliées. Il est impossible de les réconcilier. Cet événement les a réconciliés. Cette bonne action me réconcilie avec lui, Elle me fait revenir sur son compte, elle me fait oublier les griefs que j'avais contre lui. Chez les Catholiques, Réconcilier un hérétique à l'Église, Le réunir à l'Église en le relevant des censures qu'il a encourues. Réconcilier une église, La bénir à nouveau avec de certaines cérémonies, quand elle a été profanée.

RÉCONCILIER s'emploie figurément en parlant de Certaines choses qui sont ou qui semblent opposées et signifie Concilier, accorder. Réconcilier le théâtre avec la morale, avec la religion. Réconcilier la politique et la morale.

SE RÉCONCILIER se dit des Personnes qui, après avoir été brouillées, se raccommodent. Je me suis réconcilié avec lui. Ils se sont réconciliés par mon entremise. Ils se sont réconciliés d'eux-mêmes. Se réconcilier avec soi-même, Se remettre bien avec soi-même, en apaisant les reproches de sa conscience. Se réconcilier avec Dieu, avec l'Église, Demander pardon à Dieu de ses péchés et rechercher la grâce par le moyen des sacrements. Absolument, Se réconcilier. Il est mort réconcilié.

Littré (1872-1877)

RÉCONCILIER (ré-kon-si-li-é), je réconciliais, nous réconciliions, vous réconciliiez ; que je réconcilie, que nous réconciliions, que vous réconciliiez v. a.
  • 1Rétablir l'amitié entre des personnes brouillées, la paix entre des ennemis. Oui, Narcisse, on nous réconcilie, Racine, Brit. IV, 4. Après cela, on nous réconcilia, nous nous embrassâmes, et depuis ce temps-là nous sommes ennemis mortels, Lesage, Diabl. boit. 3. Le roi [Louis XI] le reçut avec bonté, et le réconcilia avec Dammartin, c'est-à-dire qu'il les obligea de dissimuler leur haine, Duclos, Œuv. t. III, p. 38.
  • 2Réconcilier avec, faire disparaître des sentiments peu favorables qu'on avait sur quelque chose ou quelqu'un. S'il y avait au monde dix hommes comme lui, en vérité, je crois qu'ils me réconcilieraient avec l'humanité, Fénelon, Dial. des morts anc. (Socrate, Alcibiade et Timon). Le besoin d'argent a réconcilié la noblesse avec la roture, et a fait évanouir la preuve des quatre quartiers, La Bruyère, XIV. La conversion miraculeuse de Félix [dans Polyeucte] le réconcilie sans doute avec le ciel, mais point du tout avec le parterre, Voltaire, Comm. Corn. Rem. sur les Disc. de Corneille, 2e disc. Le Tartufe, cet ouvrage unique au théâtre, d'une utilité qui devrait réconcilier avec les spectacles les véritables gens de bien, D'Alembert, Éloges, Despréaux.
  • 3 Terme de religion. Faire la paix de l'homme avec Dieu. Nous réconcilions les pécheurs dans le tribunal de la pénitence, Bourdaloue, 5e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. II, p. 480. Et [le Rédempteur] réconciliera, par son sang précieux, L'homme avec l'Éternel, la terre avec les cieux, Delille, Parad. perdu, XI.

    Chez les catholiques, réconcilier un hérétique, un pécheur, lui donner l'absolution après qu'il a abjuré ou fait pénitence. L'Église a été longtemps à ne réconcilier qu'à la mort ceux qui étaient coupables d'homicide, Pascal, Prov. XI.

    Réconcilier une église, la rebénir quand elle a été profanée.

  • 4Mettre d'accord, concilier, en parlant de choses. J. J. Rousseau prétend qu'on ne peut réconcilier le théâtre avec la morale.
  • 5Se réconcilier quelqu'un, se le concilier de nouveau, gagner de nouveau sa faveur. L'électeur de Saxe s'était réconcilié presque tous les grands qui s'étaient opposés à lui, Saint-Simon, 53, 142.
  • 6Se réconcilier, v. réfl. Se remettre bien avec quelqu'un. Je prends à bon augure de ce qu'elle [la fortune] nous rapproche du lieu où vous êtes, et je croirai qu'elle se veut réconcilier avec nous, si elle nous rend le bonheur de votre présence, Voiture, Lett. 65. Allez vous réconcilier auparavant avec votre frère ; et puis vous reviendrez offrir votre don, Sacy, Bible, Évang. St Math. V, 24. Si, pour vous servir, il fallait me réconcilier avec Mme de Montespan, je me réconcilierais avec elle, Maintenon, Lett. à l'abbé Gobelin, 15 avril 1675. Il est rare que les princes se réconcilient de bonne foi avec un sujet qui a manqué à son devoir, et à qui ils se voient, en quelque sorte, obligés de céder, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 343, dans POUGENS. Saverny : Réconcilions-nous, ma petite Marie ! - Marion : Réconcilions-nous de moins près, je vous prie, Hugo, Marion Delorme, I, 1.

    Se réconcilier avec soi-même, se mettre bien avec soi-même, en apaisant les reproches de sa conscience. Il faudrait vous réconcilier avec vous-même, avec qui vous dites que vous êtes si souvent brouillé, Fénelon, Dial. des morts, anc. 17.

    Se réconcilier avec Dieu, et, absolument, se réconcilier, demander à Dieu pardon des péchés, et recevoir l'absolution des fautes commises. Si, après des mœurs désordonnées et une vie toute criminelle, vous avez été assez heureux pour recouvrer en ces jours votre innocence par la grâce des sacrements, et vous réconcilier avec Dieu…, Massillon, Mystères, Résurrect. Quand on lui demanda [à Saint-Evremond] à sa mort, s'il voulait se réconcilier, Voltaire, Louis XIV, Écrivains, St-Evremond.

    Chez les catholiques, se réconcilier, se dit quand, peu de temps après s'être confessé, on retourne à confesse pour s'accuser, avant de communier, de fautes légères commises dans l'intervalle, ou de péchés qu'on avait oubliés.

REMARQUE

D'après Vaugelas, il ne faut pas dire se réconcilier à, mais se réconcilier avec. Avec est, en effet, plus fréquent ; mais se réconcilier à se trouve aussi : Une froideur ou une incivilité qui vient de ceux qui sont au-dessus de nous, nous les fait haïr ; mais un salut ou un sourire nous les réconcilie, La Bruyère, IX. Ce n'était pas les sophistes qu'il fallait réconcilier à la religion, c'était le monde qu'ils égaraient, Chateaubriand, Génie, I, I, 1.

HISTORIQUE

XIIe s. Quant li reis Henris fu batuz e castiez [châtié], Par satisfaction à Deu reconciliez…, Th. le mart. 162. Ke tu cusencenols [soigneux] soyes de reconcilier à ti la grace Deu, Saint Bernard, p. 565.

XIIIe s. On lesse le canter [l'office divin], dusques à tant que li meffait sunt amendé à l'evesque, et que li liex [le lieu] est reconciliés, Beaumanoir, XLIII, 42. Maint tor, maint buef, mainte autre beste A fait li rois sacrefiier Por ses dex [dieux] reconcilier, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 11.

XIVe s. Et que trop miex [mieux] estoit que les courages du peuple fussent reconsilliez aus peres par celui don, Bercheure, f° 104.

XVe s. Il vint en l'hostel du pere d'elle pour la rapaiser et soy reconseiller avec elle, Hist. de la toison d'or, t. II, f° 137, dans LACURNE.

XVIe s. Le prince sur toutes riens se doit garder de ennemy reconsilié, Rozier histor. I, 3. Nous sommes reconciliez avec lui [Dieu] par la mort de son fils, Calvin, Instit. 388. Je viens en deliberation de recognoistre comme une grace s'il te plaist amiablement te reconcilier à moy, Amyot, Thém. 50. Ceste querelle et dissension entre le pere et le filz dura, sans jamais se reconcilier, jusqu'à la mort, Amyot, Péric. 68.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « réconcilier »

Provenç. et esp. reconciliar ; ital. riconciliare ; du lat. reconciliare, proprement ramener, faire rentrer, et fig. ramener à la paix, de re, et conciliare (voy. CONCILIER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin reconciliare, « remettre en état, rétablir ; ramener ; réconcilier, rétablir la concorde ou l'amitié ».
(c. 1165) reconciliier (Le Roman de Troie).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réconcilier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réconcilier rekɔ̃silie

Citations contenant le mot « réconcilier »

  • On nous réconcilia : nous nous embrassâmes, et depuis ce temps-là nous sommes ennemis mortels. Alain René Lesage, Le Diable boiteux
  • Rien de tel que des vacances ratées pour vous réconcilier avec une vie de labeur. De Arnold Bennett
  • J'irai dans l'oubli, au-delà du bien et du mal, me réconcilier avec moi-même. De Michel Rio / Merlin
  • La seule utilité des enterrements, c’est de nous permettre de nous réconcilier avec nos ennemis. De Emil Michel Cioran / Cahiers 1957-1972
  • Le plaisir du texte a été évincé par le désir du sexe et la mission des écrivains consiste à les réconcilier. De Marc Gendron / Opération New York
  • Seule la démesure de nos souffrances peut nous réconcilier avec l’infinitude du monde. De Alain Monnier / Les ombres d’Anna
  • Aucun intérêt à se réconcilier avec l’Algérie , rien à en tirer de ce pays du tiers monde L'Obs, La France et l’Algérie entament un délicat travail sur la réconciliation des mémoires
  • Faut-il vraiment se réconcilier avec le Jaegermeister. De toute façon je ne sais pas faire le tréma sur mon téléphone, alors les liqueurs allemandes ! Sans moi. L'Obs, 5 cocktails pour se réconcilier avec le Jägermeister
  • De la même façon que les progrès techniques ont été mis en avant pour prétendre à une réduction des nuisances, la réduction de trafic à court terme sera utilisée pour dire qu’il n’y a rien à faire pour protéger les populations. Nous pensons au contraire que le moment est stratégique pour réconcilier riverains et transport aérien. En posant les bases d’une nouvelle croissance supportable et dont l’objet ne sera pas une fuite en avant vers plus de bruit, plus de pollution et plus de CO2 au détriment de la santé des populations. Nous devons penser le long terme pour l’environnement et les salariés de ce secteur d’activité. ladepeche.fr, "Réconcilier les riverains et le transport aérien"… - ladepeche.fr

Traductions du mot « réconcilier »

Langue Traduction
Anglais reconcile
Espagnol conciliar
Italien riconciliare
Allemand versöhnen
Chinois 调和
Arabe التصالح
Portugais conciliar
Russe примириться
Japonais 調停する
Basque bateratzea
Corse cuncilia
Source : Google Translate API

Synonymes de « réconcilier »

Source : synonymes de réconcilier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réconcilier »

Partager