La langue française

Réception

Sommaire

  • Définitions du mot réception
  • Étymologie de « réception »
  • Phonétique de « réception »
  • Citations contenant le mot « réception »
  • Images d'illustration du mot « réception »
  • Traductions du mot « réception »
  • Synonymes de « réception »
  • Antonymes de « réception »

Définitions du mot réception

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉCEPTION, subst. fém.

A. − Action de recevoir quelque chose; résultat de cette action.
1. [P. oppos. à envoi B 2 et à expédition C 1] Fait, pour un destinataire, de recevoir quelque chose. Souhaiter à qqn bonne réception de qqc. Réception d'un paquet, d'une lettre (Ac.).
a) ADMIN., DR., INFORM. Acte administratif qui consiste à recevoir effectivement un document; p. ext., ,,action d'accepter`` (Favr.-Vettr. 1981). Le Conseil, dont le programme dépend avant tout de la réception des projets et des propositions de loi de l'Assemblée, (...) n'a pas adopté les amendements (Lidderdale,Parlement fr.,1954, p. 273):
1. Validité et annulation des délibérations: expédition de toute délibération est adressée, dans la huitaine, par le maire, au sous-préfet qui en constate la réception sur un registre et en donne immédiatement récépissé (article 41 du code municipal). Fonteneau,Cons. munic.,1965, p. 111.
Loc. Accuser réception (d'un envoi, d'une lettre, d'un paquet). V. accuser2I B ex. 7 et envoi ex. 1.Accusé de réception. V. accusé2III ex. 7, 8, 9.Avis de réception. V. avis B 2 a.
b) COMM. ,,Fait de recevoir de la marchandise`` (Wellhoff Comm. 1977). Bureau de réception, réception des marchandises.
P. méton. Bureau, local où on reçoit de la marchandise. La réception, surtout en grandes surfaces, est un lieu toujours embouteillé, où la marchandise doit seulement transiter (WellhoffComm.1977).
c) BÂT., DR. Réception de travaux, p. ell., réception. ,,Acte par lequel le maître de l'ouvrage reconnaît l'exécution correcte et satisfaisante des travaux accomplis pour lui par un entrepreneur`` (Cap. 1936). La réception constitue une approbation et suppose ou du moins fait présumer en principe une vérification préalable (Cap.1936).
Réception définitive. (Ds Barb.-Cad. 1963). Réception provisoire (Ds Barb.-Cad. 1963). Procès verbal de réception. (Ds Favr.-Vettr. 1981).
d) ARTS DU SPECTACLE. Acceptation d'une pièce de théâtre par la direction ou par le comité de lecture pour être montée. Jamais je n'aurais été capable de monter une pièce comme celle que Supervielle a tirée de cet énorme sujet. Du reste, il ne songera aux ajouts que lorsque la réception de la pièce au Théâtre-Français sera chose accomplie (Larbaud,Journal,1934, p. 301).
2. SCIENCES
a) PHYS., ÉLECTR., ACOUST., TÉLÉCOMM. Action de recevoir des ondes; résultat de cette action. Réception sonore; réception des ondes, des signaux, des sons; réception locale; bonne, mauvaise réception; réception défectueuse; antenne de réception; appareils de transmission et de réception. Actuellement toutes les lampes de réception [radioélectrique] sont à oxydes (J. Mercier, Radio-électr., t. 1, 1937, p. 118).V. émettre C 1 ex. de Hist. gén. sc. et émission C 1 ex. de Matras:
2. La réussite des expériences de transmission sans fil est liée non seulement à la qualité du matériel utilisé à l'émission et à la réception, mais aussi aux conditions de propagation des ondes. Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 273.
b) PHYSIOL. ,,Action exercée sur un être vivant par un stimulus sensoriel: lumière, contact, etc.`` (Lal. 1968). Réception auditive, gustative, sensorielle, sonore, tactile, thermique, visuelle. L'apport des cônes à réception chromatique élective au système transmetteur de la brillance (Piéron,Sensation,1945, p. 165).
P. anal., CYBERN. Les organes de réception des automates sont l'équivalent des organes sensoriels (Ruyer,Cybern.,1954, p. 196).
c) LING. ,,Action de recevoir un message`` (Ling. 1972). V. hypoacousie s.v. hypo-.
[En théorie de la commun.] Cette théorie étudie les problèmes posés par l'émission, la transmission et la réception des informations sélectives (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 104).
3. SC. DE LA TERRE, GÉOMORPHOL. Partie supérieure d'un torrent (v. bassin1III A 1). Bassin de réception (George1970).
P. anal. [Pour un glacier] Ce réservoir est donc, pour le glacier qu'il alimente, un bassin de réception des neiges, équivalent du bassin de réception des torrents (Lapparent,Abr. géol.,1886, p. 45).
B. − Action de recevoir, d'accueillir des personnes; résultat de cette action.
1. Réunion de personnes invitées, souvent à caractère mondain. Réception officielle; donner une réception; se rendre à une réception; une grande réception; une réception somptueuse. Tu continues à embellir les soirées de M. le Préfet, chose qui ne me paraît pas difficile si toutes ses réceptions ressemblent à celles que j'ai vues (Flaub.,Corresp.,1867, p. 291).
Pièces, salons, salles de réception. Pièces, salles où l'on donne des réceptions. Les bureaux sont chauffés, mais les appartements de réception ne le sont pas (Goncourt,Journal,1896, p. 920):
3. Ces congrès [de physique] se tiennent dans les plus grands hôtels des plus grandes villes (...). Ceux-ci offrent de vastes salles assez nombreuses (ce sont les salles de bal et de réception de ces palaces) pour mener en parallèle plusieurs séries d'exposés et de discussions... Leprince-Ringuet,Atomes et hommes,1957, p. 85.
Réception + compl. de lieu.Il me conta sa réception chez M. Nicolle (Michelet,Journal,1821, p. 138).La réception à la cour, la revue de la flotte des cuirassés, le défilé des troupes (Cendrars,Bourlinguer,1948, p. 240).
2. [Dans un cadre prof.]
a) Heure, jour de réception. Heure, jour déterminé pour recevoir des clients, des visiteurs. J'ai déjà dit et répété que je ne voulais pas qu'on vienne me déranger ici − surtout à cette heure; j'ai mes jours et mes heures de réception au Palais (Gide,Faux-monn.,1925, p. 943).
b) P. méton. Le service, les personnes chargées de la réception des clients; le lieu qui y est affecté. Adressez-vous à la réception; la réception d'un hôtel. Chef de réception (Hôtellerie) (Nomencl. des métiers et des activités individuelles, Paris, Impr. Nat., 1954, p. 29).
3. Manière dont on reçoit; accueil que l'on réserve à quelqu'un. Bonne, excellente, froide, mauvaise réception. Tu m'as l'air étranger et suspect. (...) Dis-nous qui tu es, d'où tu viens, ou prépare-toi à une réception fâcheuse (Crèvecœur,Voyage, t. 2, 1801, p. 3).Cette réception fraternelle des habitants d'Orchères fut la dernière joie des insurgés. Ils passèrent la journée dans une confiance rayonnante, dans un espoir sans bornes (Zola,Fortune Rougon,1871, p. 210).
4. Cérémonie.
a) Cérémonie officielle par laquelle quelqu'un est reçu dans une compagnie, une société, ou dans une charge. Cérémonial de réception; réception à l'Institut, au Palais; la réception d'un officier (Ac.1878).Discours de réception à l'Académie. V. discours B 1 ex. 4.
b) RELIG. Administration, obtention d'un rite religieux. La réception du baptême, des sacrements. L'unique joie qu'elle connaisse, la réception de l'Eucharistie (Bremond,Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 613).Les sacrements ne causent la grâce qu'en tant qu'ils disposent l'âme à la réception de la grâce (Théol. cath.t. 14, 11939, p. 580).
c) FR.-MAÇONN. ,,Introduction d'un profane dans une loge`` (Laurens Fr.-maç. 1805).
C. − SPORTS
1. JEUX DE BALLON. ,,Action de recevoir le ballon en le contrôlant du pied ou de la main`` (Petiot 1982).
2. ATHL. ,,Action pour l'homme de se recevoir en équilibre à la fin d'un saut`` (Petiot 1982). La chute intervient alors, l'athlète atterrissant sur l'une des deux jambes qui se fléchit pour amortir la réception au sol (R. Vuillemin, Éduc. phys.,1941, p. 139).
3. SKI. Piste de réception. ,,Piste qui prolonge la piste d'élan concave et le plateau d'envol`` (Petiot 1982).
REM.
-réception, élém. de compos. entrant dans la constr. de subst.a)
Accueil-réception, subst. masc.Un service hôtelier signé Novotel. Ménage quotidien dans votre appartement, draps et linge de toilette, accueil-réception dans la résidence (Le Point,29 août 1977, p. 22, col. 1).
b)
Non-réception, subst. fém.Le rapport Khrouchtchev et sa non-réception par le P.C.F. (Le Nouvel Observateur,12 août 1978, p. 52, col. 1).
Prononc. et Orth.: [ʀesεpsjɔ ̃], [-se-]. Ac. 1694: re-; dep. 1718: ré-. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1200 « accueil des voyageurs, dans une abbaye de Bénédictins » (Nicole, Regle de S. Ben., 2901 ds Gdf. Compl.); b) 1418 « cérémonie par laquelle une personne est accueillie officiellement » (Arch. Nord, B 10375, f o29 v o: le entree et recheption de Mon dit seigneur de Brabant en son pays de Haynnau); c) 1559 « action de recevoir des visiteurs » (Amyot, Sylla, 8 ds Littré); d) 1610 « manière de recevoir une personne » (H. d'Urfé, Astrée, éd. H. Vaganay, t. 1, p. 147); e) 1883 « service, bureau chargé de prendre livraison de marchandises » (Zola, Bonh. dames, p. 422); 1918 « service chargé de l'accueil de personnes » (Proust, J. filles en fleurs, p. 663); 2. a) 1234 « action de recevoir quelque chose » (Charte, ap. Aug. Thierry, Mon. du Tiers Etat, 1V, 710 ds Gdf. Compl.); b) 1637 « accueil réservé à quelque chose » (Corneille, Cid, Epître dédicatoire ds Œuvres, éd. Marty-Laveaux, t. 3, p. 77); c) 1791 accuser la réception de (Staël, Lettres jeun., p. 467); 1823 subst. accusé de réception (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, p. 441); d) 1845 « approbation, par le maître d'ouvrage, des travaux accomplis par l'entrepreneur » (Besch.); e) 1913 jeux de ballon (Vie au grand air, 20 nov. ds Petiot); f) 1939 athl. (Féd. Fr. Athlétisme, Cahiers, ibid.). Empr. au lat.receptio « action de recevoir » pour servir de subst. à recevoir* dont il a suivi l'évol. sémantique. Fréq. abs. littér.: 882. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 156, b) 1 341; xxes.: a) 1 569, b) 1 101.
DÉR.
Réceptionniste, subst.[Dans un hôtel, une entreprise, un organisme] Personne chargée de la réception de la clientèle. 8 h 30. Le colonel se bat avec la réceptionniste de l'hôtel Vaugirard: « Mademoiselle, passez-moi Suffren 51-18, c'est urgent. » La standardiste ne veut rien entendre. Enfin le téléphone sonne (Fr. Caviglioli, J.-M. Pontaut, La Grande cible, Paris, Mercure de France, 1972, p. 164). [ʀesεpsjɔnist], [-se-]. 1reattest. 1964 (Lar. encyclop.); de réception, suff. -iste*; l'angl. receptionnist est att. dès 1905 (v. NED Suppl.2).
BBG.Quem. DDL t. 10.

Wiktionnaire

Nom commun

réception \ʁe.sɛp.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de recevoir une chose qui a été adressée.
    • Dès réception de la pièce, il faudra faire la réparation le plus vite possible.
    1. (Télécommunications) Action de recevoir des ondes.
      • La technologie, là encore, a permis d’élargir le champ de liberté du téléspectateur grâce au magnétoscope, à la télécommande, au câble et à la réception satellitaire. — (Jean-Claude Sergeant, Les médias britanniques, Éditions Ophrys, 2004)
    2. Procédure par laquelle on accepte un résultat comme conforme à la commande passée.
      • Faire la réception d’un chantier
      • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. Accueil ; manière de recevoir.
    • Le lendemain, je me rendis à bord du Rochester, où une quarantaine d’officiers, réunis à leur mess autour d’une table immense, me firent une excellente réception. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • L’hôtesse demeura suffoquée.
      « Monseigneur, balbutia-t-elle, daignera me pardonner ma réception d’hier. Mais je ne pouvais deviner… […] »
      — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    1. Action de recevoir plusieurs personnes à la fois, avec une sorte de cérémonial.
      • Il y avait réception chez le roi, chez la reine.
    2. Cérémonie par laquelle quelqu’un est reçu dans une compagnie ou installé dans une charge.
      • Il y avait foule à l’Académie pour la séance de réception du nouvel académicien.
  3. Lieu dans un hôtel, une entreprise où les clients sont reçus, par extension, le service qui s’en occupe.
    • On passe par la réception de l’hôtel pour s’installer au restaurant.
    • Adressez vous à la réception pour commander votre taxi.
    • Je ne songeai même pas qu’il eût fallu me présenter à la réception. — (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, p. 8)
  4. (Sport) Action de retomber sur le sol.
    • C'était un numéro de passing notamment, à deux trapèzes et neuf massues. Loco y assurait la réception au sol, renvoyant aux deux acrobates qui se croisaient en mouvement synchronisé les massues tournoyantes. — (Raphaël Péaud, Circus Aléa, Éditions Le Manuscrit, 2005, p. 81)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉCEPTION. n. f.
Action de recevoir une chose qui vous a été adressée. La réception d'un paquet, d'une lettre. La réception d'une lettre de change. J'ai reçu la lettre par laquelle vous accusez réception de mon paquet. Accusez-moi réception de ma lettre ou, simplement, Accusez-moi réception. Accusé de réception, Avis de réception, Pièce par laquelle on certifie que la chose envoyée a bien été remise.

RÉCEPTION se dit aussi en parlant des Personnes et signifie Accueil, manière de recevoir. Faire une bonne réception, une mauvaise réception à quelqu'un. Il se dit également de l'Action de recevoir plusieurs personnes à la fois, avec une sorte de cérémonial. Il y avait réception chez le roi, chez la reine. Jour de réception se dit du Jour convenu où l'on est assuré de trouver chez elle une personne à qui l'on veut rendre visite. Le samedi est le jour de réception du cette ambassadrice, de ce ministre, du Mme X.

RÉCEPTION se dit aussi de la Cérémonie par laquelle quelqu'un est reçu dans une compagnie ou installé dans une charge. J'étais à sa réception. Il y avait foule à l'Académie pour la séance de réception. Le nouvel académicien a donné lecture de son discours de réception. Les membres de cette compagnie prennent rang selon l'ordre de leur réception.

Littré (1872-1877)

RÉCEPTION (ré-sè-psion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action par laquelle on reçoit. Accuser réception d'une lettre, d'un paquet. Il [Napoléon à Moscou] appelle tous ses généraux, il triomphe en leur annonçant une paix toute prochaine : quinze jours d'attente suffiront… à la réception de sa lettre, on verra Pétersbourg faire des feux de joie, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 10.

    L'action de recevoir en son corps. La réception des deux symboles [le pain et le vin de l'eucharistie], Bossuet, Déf. trad. sur la communion, II, 14.

  • 2 Terme de palais. Réception de caution, acte par lequel on est accepté comme caution.

    Terme de féodalité. Réception en foi et hommage, action du seigneur qui reçoit l'hommage de son vassal.

  • 3Manière de recevoir une personne, accueil. Je verrai madame Martel ; la réception que son mari vous a faite mérite bien cette politesse, Sévigné, 139. Toute la cour alla à Vaux, et M. Fouquet joignit à la magnificence de sa maison toute celle qui peut être imaginée par la beauté des divertissements et la grandeur de la réception, La Fayette, Hist. Henr. d'Anglet. J'ai lu avec grand plaisir l'exacte relation que vous m'avez envoyée de la réception de nos deux jeunes princes [le duc de Bourgogne et le duc de Berry] dans votre illustre ville [Lyon], Boileau, Lett. à Brossette, 16. On l'attendait, tout était prêt pour sa réception, Genlis, Mlle de la Fayette, p. 336, dans POUGENS. Deux chevaliers se faisaient joyeuse réception jusqu'au lever du soleil, Chateaubriand, Génie, IV, VI, 8.

    À ma réception, en me recevant. Sont-ce là les faveurs que vous m'aviez promises ? Où sont tant de baisers dont votre affection Devait être prodigue à ma réception ? Corneille, Mél. V, 3 (1res éditions).

    Il se dit aussi de l'accueil fait aux choses. Son nom [du Cid], au bout de six cents ans, vient encore de triompher en France ; il y a trouvé une réception trop favorable pour se repentir d'être sorti de son pays et d'avoir appris à parler une autre langue que la sienne, Corneille, Cid, Épître. Ainsi il m'a fallu nécessairement faire voir quelle réception il [César] ferait à leur lâche et cruelle politique [de Ptolémée et ses ministres], Corneille, Pomp. Examen.

  • 4Action de recevoir des visites avec un certain cérémonial, à un jour déterminé. C'est jour de réception chez le ministre.
  • 5Cérémonie par laquelle une personne est installée dans une charge ou reçue dans une compagnie. La réception d'un officier. Sera-t-il dit que nos grands seigneurs ne viendront à l'Académie que le jour de leur réception ? Voltaire, Lett. Duclos, 18 août 1761. On m'a dit que Marmontel vous avait écrit le détail de la réception de Thomas [à l'Académie française] ; elle a été fort brillante, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 26 janv. 1767.

    Discours de réception, discours que chaque nouvel élu à l'Académie française prononce en séance solennelle. À sa réception, M. Patru prononça un fort beau remercîment, dont on demeura si satisfait, qu'on a obligé tous ceux qui ont été reçus depuis d'en faire autant, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 179, dans POUGENS.

  • 6Mode d'admission d'un candidat dans le grade pour lequel il se présente ou satisfait à un examen public.
  • 7Action de recevoir une pièce de théâtre, pour qu'elle soit apprise et jouée.
  • 8Introduction d'une doctrine. Ce qui me fait rapporter au siècle de saint Thomas seulement cette réception générale du péripatétisme parmi les chrétiens… c'est que…, La Mothe le Vayer, Vertu des païens, II, Aristote. Que pouvaient faire les Juifs, ses ennemis [de Jésus] ? s'ils le reçoivent, ils le prouvent par leur réception… et, s'ils le renoncent, ils le prouvent par leur renonciation, Pascal, Pens. XV, 8 bis, édit. HAVET.
  • 9 Terme d'administration. Action d'approuver, après examen, des constructions, des chemins de fer, etc. La réception des travaux.

HISTORIQUE

XIVe s. Après ce qu'il aura fait sa reception [reçu le saint Sacrement] en laditte eglise, Du Cange, receptio. Comme liberalité soit moienne vers donaction de pecunes et recepcion d'icelles, Oresme, Eth. 106.

XVe s. En matiere d'amour n'y a point de reception, et ceulx qui demandent ce qu'ils ont donné doibvent estre reputez infames et privez de tous biens d'amours, Aresta amorum, p. 160, dans LACURNE.

XVIe s. À la reception de cet ambassadeur il feit apprester trois chaires, Amyot, Sylla, 8. La reception des heureuses ou malencontreuses nouvelles, Montaigne, I, 257.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉCEPTION, s. f. (Gramm.) c’est l’action de recevoir. Il y a eu dans un très-petit intervalle de tems, un grand nombre de réceptions à l’académie françoise ; le public ne les a pas toutes également approuvées.

Réception, (Jurisprud.) ce terme dans cette matiere, s’applique à plusieurs objets différens.

Il y a réception en foi & hommage, voyez Foi & Hommage.

Réception par main souveraine, voyez Main souveraine.

Réception d’officiers, voyez Offices, Officiers, Récipiendaire, Installation, Serment.

Réception de caution, voyez Caution.

Réception d’enquête, voyez Enquête. (A)

Réception, en terme d’Astrologie, se dit de deux planetes qui changent de maison. Lorsque le soleil, par exemple, arrivent dans le cancer, maison de la lune, & que la lune à son tour entre dans la maison du soleil, on dit alors qu’il y a réception.

Les Astrologues disent aussi que deux planetes sont en réception d’exaltation, lorsqu’elles ont changé leurs exaltations.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « réception »

Provenç. receptio ; espagn. recepcion ; ital. ricezione ; du lat. receptionem, de receptum, supin de recipere (voy. RECEVOIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin receptio (« action de recevoir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réception »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réception resɛpsjɔ̃

Citations contenant le mot « réception »

  • Sur Twitter, des internautes ayant réalisé des captures d’écrans du tweet supprimé s’interrogent sur la nature de cette réception, qui n’apparaissait pas dans l’agenda de Jean-Michel Blanquer. Certains vont même jusqu’à demander si elle n’a pas été organisée avec l’argent du contribuable. Libération.fr, Jean-Michel Blanquer a-t-il organisé une réception dans son ministère en l'honneur de Laurent Bouvet ? - Libération
  • Dans une réception, ne dites jamais du mal de vous-même. On s'en chargera quand vous serez parti. De Wilson Mizner
  • Une personne c’est de la compagnie, deux c’est la foule, trois c’est une réception. De Andy Warhol / Andy Warhol’s exposures
  • Le ministre turc Akar s’est exprimé lors de la réception de la journée des forces armées de la République turque de Chypre du nord. , Akar s’exprime lors de la réception de la journée des forces armées de la RTCN | TRT Français

Images d'illustration du mot « réception »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réception »

Langue Traduction
Anglais reception
Espagnol recepción
Italien reception
Allemand rezeption
Chinois 接待处
Arabe استقبال
Portugais recepção
Russe прием
Japonais 受信
Basque harrera
Corse accolta
Source : Google Translate API

Synonymes de « réception »

Source : synonymes de réception sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réception »

Partager