Prôner : définition de prôner


Prôner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PRÔNER, verbe trans.

A. − RELIG., rare. Prêcher, faire le prône au cours de la messe paroissiale. Le vicaire nous a prônés ce matin en l'absence du curé (Ac.1835-1935).
B. − Vanter publiquement et avec insistance quelqu'un ou quelque chose pour convaincre de son excellence, de son utilité. Synon. célébrer, louer, vanter; anton. contester, décrier, dénigrer.Prôner une idée, une méthode, un remède. On a tantôt prôné, et peut-être trop haut, tantôt contesté, et je crois trop rabaissé, son influence [de la Royauté] dans le mouvement d'affranchissement communal (Guizot, Hist. civilis., leçon 7, 1828, p.25).Ces prétendus réformateurs qui prônent l'union libre, sans s'apercevoir qu'ils ne font que dogmatiser le libertinage petit-bourgeois (Bourget, Actes suivent, 1926, p.147).Il enterrait cependant allégrement la bohème, prônait l'ordre, la vie bourgeoise, élégante, organisée (Sagan, Bonjour tristesse, 1954, p.69):
. ... cela m'intéresse d'autant plus de l'entendre [Rachel], et de l'entendre acclamer, que je l'ai dénichée, appréciée, prônée, imposée à une époque où personne ne la connaissait et où tout le monde se moquait d'elle. Proust, Temps retr., 1922, p.1012.
Au part. passé et en empl. adj. Que de comédies, de tragédies, prônées, vantées, applaudies dans les salons, à l'égal des chefs-d'oeuvre de la scène, sont venues, sur le théâtre, mourir au bruit des sifflets! (Jouy, Hermite, t.3, 1813, p.41).Je tiens pour impie le vers de Musset tant prôné: «les plus désespérés sont les chants les plus beaux» (Gide, Nouv. Nourr., 1935, p.284).
Empl. pronom. réciproque. Ducis et Thomas lui paraissent se prôner l'un l'autre, comme les deux ânes de la fable (Sainte-Beuve, Portr. femmes, 1844, p.160).
P. ext. Préconiser, recommander. Prôner la modération. Les États-Unis (...) sont assurés du contrôle sur les types de réacteur utilisant ce combustible [l'uranium] et dont ils prônent l'exportation pour les centrales de puissance (Goldschmidt, Avent. atom., 1962, p.170).
REM.
Prônage, subst. masc.,rare. Action de prôner. Qui te dit qu'il ne sera pas embêté du petit prônage de Bouilhet? Ces gens sur le déclin sont jaloux (Flaub., Corresp., 1853, p.93).
Prononc. et Orth.: [pʀ οne], (il) prône [pʀ ο:n]. Ac. 1694, 1718: prosner; dep. 1740: prô-. Étymol. et Hist.1. 1600? «lire au prône» (D'Aubigné, Confession du sieur de Sancy ds OEuvres, éd. E. Reaume et F. de Caussade, t.2, p.343: lettre prosnee par les Curez des Paroisses); 1680 prôner tous les Dimanches. Vicaire qui prône avec édification (Rich.); 2. 1638, 19 déc. «discourir longuement, de manière ennuyeuse» (Chapelain, A M. de Balzac ds Lettres, éd. Tamizey de Larroque, t.1, p.337b: je prosne tous jours sans necessité et ennuyeusement); 3. a) 1664 «vanter, louer» (Molière, Tartuffe, II, 2); b) 1671 «déclarer de manière louangeuse, préconiser» (Pomey). Dér. de prône*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 132.

Prôner : définition du Wiktionnaire

Verbe

prôner \pʁo.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Désuet) Faire le prône.
    • Certains auteurs médecins développent dans leurs traités un modèle de malade proche de celui que les pasteurs prônent en chaire ou dans leurs ouvrages. Ainsi le protestant converti au catholicisme Lazare Meyssonnier (1602-1672) associe-t-il directement la quiétude du malade et l’efficacité du traitement : […]. — (Cécile Floury-Buchalin, « Le modèle du « bon malade » entre traités religieux et traités médicaux au xviie siècle », dan Chrétiens et sociétés, n°19, 2012, pp. 39-64.)
  2. (Figuré) Vanter ou louer avec exagération.
    • Bien qu'il plonge ses racines dans le zen, le chanoyu ne prône donc pas de doctrine religieuse. Il faut plutôt le considérer comme l'amalgame d'un vaste ensemble d'idéaux philosophiques et esthétiques […]. — (Gretchen Mittwer, L'art du thé au Japon, dans Tea for 2: les rituels du thé dans le monde, Bruxelles : Crédit communal & Renaissance du Livre, 1999, page 118)
    • Concernant les problèmes de la ville, les hygiénistes prônaient des actions ponctuelles tendant à améliorer les conditions de logements, l'état des infrastructures, l'organisation de la voirie, etc. — (Flor Egas, La Ville nouvelle, une utopie de l’État interventionniste, dans Démographie et aménagement du territoire: actes du Xe Colloque national de démographie - Bordeaux, mai 1996, sous la direction de Janine d' Armagnac, Chantal Blayo & Alain Parant, Conférence Universitaire de Démographie et d’Étude des Populations, 1996, p.221)
    • Loin de vous prôner, elles médisent de vous, en craignant de vous donner pour médecin à leurs bonnes amies. — (Honoré de Balzac, L’Interdiction, 1839)
  3. (Figuré) Proposer avec conviction.
    • Pour rompre le charme idéologique de l’antiégalitarisme contemporain, Spitz autant que Sen, […], ont une stratégie partagée : ils prônent des inventaires critiques parallèles de l’œuvre réalisée par la social-démocratie. — (Alexis Lacroix, Quand le justice sociale redevient une idée neuve, dans Marianne, no 665, du 16 janvier 2010)
    • C'est dans le même esprit mélioriste que Condorcet prône un enseignement élémentaire, moral et civique qui constitue la meilleure réponse au fanatisme religieux. — (Charles Coutel, Les philosophes des Lumières, nos contemporains, dans Marianne, n°878 du 8 janvier 2016, page 58)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Prôner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PRÔNER. v. tr.
Faire le prône. Le vicaire nous a prônés ce matin en l'absence du curé. Il est peu usité.

PRÔNER signifie au figuré Vanter, louer avec exagération. Il prône cette action partout comme un trait héroïque. Il le prône comme un homme extraordinaire. Il a des amis qui le prônent sans cesse.

Prôner : définition du Littré (1872-1877)

PRÔNER (prô-né) v. a.
  • 1Faire le prône. Le vicaire nous a prônés en l'absence du curé.

    Absolument. Après avoir prôné, chanté, confessé, communié, baptisé, enterré, consolé des malades…, Voltaire, Dict. phil. Curé de campagne.

    Fig. Cependant cet oiseau qui prône les merveilles [la Renommée], Boileau, Lutr. II.

  • 2Vanter, louer avec excès. Il nous la prôna comme une héroïne…, Retz, Mém. t. II, liv. III, p. 50, dans POUGENS. Qui d'une sainte vie embrasse l'innocence Ne doit point tant prôner son nom et sa naissance, Molière, Tart. II, 2. D'abord comme un prodige on le prône partout, Gilbert, Le XVIIIe siècle. Mais qu'on m'ose prôner des sophistes pesants, Apostats effrontés du goût et du bon sens, Gilbert, ib. Il [Dorat] lit dans les sociétés une comédie intitulée les Prôneurs ; c'est la satire de ceux qui ne l'ont pas prôné, La Harpe, Correspond. t. I, p. 203.
  • 3Présenter sous forme de remontrances, d'observations. Que nous prônez-vous là ? Quoi qu'en ses beaux discours Saint-Évremont nous prône, Boileau, Sat. X.

    Neutralement. Il ne fait que prôner.

  • 4Se prôner, v. réfl. Faire son propre éloge.

    Se louer mutuellement.

HISTORIQUE

XVIe s. Il ne pronoit autre chose à son retour, que le roi de France estoit un ange et ses ministres des diables, D'Aubigné, Vie, LXXIII.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PRÔNER. Ajoutez :
6 Par extension, endoctriner (emploi vieilli). Avec ces belles et malicieuses paroles, ce bon père prônait ceux qu'il allait voir à la ville, sous prétexte de faire les affaires de son couvent, Mém. du P. Berthod, p. 584.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « prôner »

Étymologie de prôner - Littré

Prône.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de prôner - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Dénominal de prône.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « prôner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prôner prone play_arrow

Citations contenant le mot « prôner »

  • Plus de 50 ans de correspondances et de lettres envoyées par et entre les trois femmes originaires d’une Tunisie riche de sa mixité, terre de paix et d’amour, mais ravagée à une certaine époque par des déchirements peu après l’Indépendance, précisément pendant la guerre des Six Jours en 1967. A l’aide de Wafa, la nièce de Jalila, le livre retrace les échanges spontanés entre ces trois dames sans prôner leur appartenance religieuse, mais en dévoilant une Tunisie d’antan. Un ouvrage soigneusement illustré et ponctué par des recettes, d’astuces, d’images et de souvenirs précieux pour la mémoire collective tunisienne. La Presse de Tunisie, Gourmand World CookBook Awards 2020: Jacob Lellouche remporte deux prix pour son livre | La Presse de Tunisie
  • En tant qu’ancien coach des joueuses de l’UBB avec un rugby très aéré et très peu de fixations en Elite 1 et en rugby à 7, je vais bien sûr prôner un rugby de mouvement et de prises d’intervalles. Je ne suis pas favorable à un rugby d’affrontement mais au contraire à un rugby dynamique ou le jeu sans ballon est important afin de créer de l’incertitude chez les adversaires. ladepeche.fr, "Je ne suis pas favorable à un rugby d’affrontement" - ladepeche.fr
  • L'exécutif local a expliqué dans un communiqué que prôner l'autodétermination, solliciter l'intervention de gouvernements étrangers ou "exprimer une opposition de principe" à l'égard de la nouvelle loi sur la sécurité en vigueur depuis un mois constituaient autant de comportements qui "ne permettaient pas véritablement" de respecter la Loi fondamentale, la mini-Constitution de l'ancienne colonie britannique. Boursorama, Hong Kong-12 candidats d'opposition aux législatives disqualifiés - Boursorama
  • Est-il donc si utopiste ou réactionnaire de prôner l'attachement aux valeurs de la patrie ? De Bernadette Chirac / Conversation avec Patrick de Carolis

Images d'illustration du mot « prôner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « prôner »

Langue Traduction
Corse avvucatu
Basque defendatzaile
Japonais 提唱する
Russe адвокат
Portugais advogado
Arabe المؤيد
Chinois 主张
Allemand befürworten
Italien avvocato
Espagnol abogado
Anglais advocate
Source : Google Translate API

Synonymes de « prôner »

Source : synonymes de prôner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « prôner »


Mots similaires