La langue française

Oublie

Sommaire

  • Définitions du mot oublie
  • Étymologie de « oublie »
  • Phonétique de « oublie »
  • Citations contenant le mot « oublie »
  • Traductions du mot « oublie »
  • Synonymes de « oublie »
  • Antonymes de « oublie »

Définitions du mot oublie

Trésor de la Langue Française informatisé

OUBLIE, subst. fém.

A. − Vx. Pain azyme préparé pour la consécration de la messe. Synon. usité hostie.L'un des principaux mystères de la religion chrétienne a pour matière essentielle le pain. Or, une oublie est du pain (...) nous avons donc adopté l'oublie (J. de Maistre, Pape,1819, p.142).
B. − ,,Sorte de pâtisserie très mince et très cassante, à laquelle on donne la forme d'un cornet`` (Lar. mén. 1926). Synon. plaisir.On entendit tinter encore la sonnette du marchand de coco, et grincer la crécelle de la vendeuse d'oublies (Adam, Enf. Aust.,1902, p.167).Un secret, en somme, pour vous, c'est le boulevard des Italiens. On s'y promène. On y mange des oublies. On y conte fleurette (Audiberti, Quoat,1946, 2etabl., p.61):
. Le fer à gaufres, à oublies, (...) ces trois fers servant à faire ces vieilles pâtisseries de la Lorraine et que je regardais à la cuisine, on me dit qu'on n'en fabrique plus, et que dans les successions et les ventes des antiques familles, on se les arrache. Goncourt, Journal,1888, p.818.
Prononc. et Orth.: [ubli]. Homon. oubli. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Fin xives. (Eustache Deschamps, Balade ds OEuvres, éd. Queux de St Hilaire, t.4, p.325). Altération de l'a. fr. oblee att. au sens de «hostie» (ca 1200 obleie, Dialogue Grégoire, éd. W. Foerster, p.90 −xives., v. Gdf.) qui p.ext., a servi à désigner une sorte de pâtisserie dont la pâte légère se préparait comme le pain d'autel (fin xiies. oublee, Floire et Blancheflor, éd. M. M. Pelan, 2952, cf. fin xies. judéo-fr. oblede, Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t.1, p.102), du b. lat. eccl. oblata [s.-ent. hostia] «offrande, pain offert pour l'Eucharistie» fém. subst. de oblatus «offert», part. passé de offerre «offrir» qui, dans la lang. de l'Église avait pris le sens spécial de «offrir à Dieu, sacrifier» (v. oblat). Fréq. abs. littér.: 19.

Wiktionnaire

Nom commun

oublie \u.bli\ féminin

  1. (Cuisine) (Vieilli) Mince gaufre que l’on cuit entre deux fers, et qui peut être roulée en cornet.
    • On sert aussi des spumas de chocolat, de café et autres ; ce sont des espèces de crèmes fouettées et glacées, d’une légèreté extrême, qu’on saupoudre quelquefois de cannelle râpée très-fine, le tout accompagné de barquilos, oublies roulées en longs cornets avec lesquels on prend sa bebida, comme avec un siphon, en aspirant lentement par l’un des bouts ; petit raffinement qui permet de savourer plus longtemps la fraîcheur du breuvage. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Sous le porche, une marchande d'oublies agitait sa lanterne et offrait son antique friandise à des ombres fuyantes. — (Jean Ray, Harry Dickson, Le Fauteuil 27, 1937)
    • Une savoureuse odeur de farine, de beurre chaud et de miel flottait autour de l’éventaire.
      « Chaudes, chaudes les oublies ! Tout le monde n’en aura pas. Allez, bourgeois, mangez ! Chaudes les oublies ! » criait le marchand qui s’agitait derrière un fourneau en plein air.
      — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 1, « Le Roi de fer »)
    • Elle se hâta de dire que je n'étais pas son fils, mais celui de sa sœur, et elle ajouta qu'elle n'était pas mariée. Sur quoi l'aimable vieillard me donna deux sous, pour aller acheter des « oublies » au marchand qui était au bout de l'allée. — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 62)
    • On roule ordinairement les oublies en forme de cornets.
    • C’étaient les vendeurs de plaisirs portant, sur le dos, leur grand cylindre rouge surmonté d’une tourniquet de loterie qui appelaient les promeneurs avec une crécelle et les invitaient à gagner leurs oublies. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 182)
  2. (Religion) (Au sens primitif) Pain d’autel préparé pour être consacré à la messe.
    • Et des souvenirs d’enfance lui revenaient, de cousines, de tantes, entrevues dans des parloirs, des femmes douces et graves, blanches comme des oublies, qui l’intimidaient, en parlant bas. — (Joris-Karl Huysmans, En route, 1895)

Interjection

oublie \u.bli\ invariable

  1. (Familier) (Par ellipse) Interjection exprimant un refus, une négation ou une désapprobation forte destinée à un unique interlocuteur.
    • Oublie ! Ça ne risque pas d’arriver prochainement.
    • Tu veux que je te file quoi ? Ça !? Oublie meuf.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OUBLIE. n. f.
Sorte de pâtisserie fort mince que l'on cuit entre deux fers. On roule ordinairement les oublies en forme de cornets. Marchande d'oublies. On dit plutôt aujourd'hui Plaisir. Marchande de plaisirs.

Littré (1872-1877)

OUBLIE (ou-blie) s. f.
  • 1Pâtisserie mince et de forme ronde ; l'oublie est ordinairement roulée en cylindre creux, et on lui donne le nom de plaisir quand elle a la forme d'un cornet. Mais à condition qu'en son plus grand besoin On ne lui donnera que deux tranches de coing, Douze cornets d'oublies et deux verres d'eau claire, Dancourt, Sancho Pança, V, 12. Les statuts de ce métier prouvent qu'en 1397-1406, il y avait à Paris vingt-neuf oblayers qui pouvaient faire chacun, par jour, mille oublies de différentes espèces ; ils les débitaient dans les rues et les jouaient aux dés sur le coffret qui les contenait ; nous avons dans les marchands de macarons et de plaisirs les dernières lueurs de cet usage, De Laborde, Émaux, p. 421.

    Fig. Faire l'oublie, se dit du linge mal apprêté dont les coins se roulent.

  • 2Oublie, la bulle lignaire qui porte ce nom, ainsi que ceux de gaufre roulée et papier roulé (coquille univalve).

HISTORIQUE

XIIe s. N'ot à l'autel que lui et Dieu qu'il sacrefie, Es mains tint le calisse et l'oublie à saisie, De Laborde, Émaux, p. 421.

XIIIe s. Niules, oublées, gibelés, Et pastés de vis [vifs] oiselés, Fl. et Blanchefl. 3187.

XIVe s. Que nul ne puisse tenir ouvrouer ne estre ouvrier en la dicte ville de Paris ne ès forbours, se il ne scet faire en un jour au moins cinq cens de grans oublées, trois cens de supplication et deux cens d'estrées dudit mestier, bons et souffisans, et faire sa paste pour le dit ouvrage, De Laborde, Émaux, p. 421.

XVe s. Un coffin à oublies, d'argent blanc, fermant à clé, à la devise de Monseigneur et armoyé de ses armes, De Laborde, ib. p. 421.

XVIe s. Fougasses, brassadeaux, tourtillons, biscuits, eschaudés, oublies, cachemuseaux, gasteaux, popelins, gaufres, petits-chous, etc. De Serres, 825.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

OUBLIE. Ajoutez :
3Pain d'autel préparé pour être consacré à la messe (c'est le sens primitif d'oublie).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OUBLIE, terme de Pâtissier, sorte de pâte deliée & légere, mêlée de sucre, d’œufs, & quelquefois de miel, qui se cuit entre deux fers.

Il y a trois especes d’oublies ; les grandes oublies, qui sont celles que les Pâtissiers ou leurs garçons vont crier la nuit dans Paris, à commencer le jour de S. Michel ; elles s’appellent autrement oublies plates. Les oublies de supplications, ce sont les gauffres ; & les oublies qu’on nomme d’étriers, ce sont les petits métiers.

Les Pâtissiers sont qualifiés dans leurs statuts, maîtres de l’art de pâtissier & oublayeur ; & sont obligés de faire chef-d’œuvre d’oublayerie aussi bien que de pâtisserie. On appelle une main d’oublies, cinq oublies ; c’est ordinairement à la main que se jouent les oublies. On joue quelquefois tout le coffin ou corbillon. Savary. (D. J.)

Oublie, (Jurisprud.) droit d’oublie, redevance seigneuriale qui consistoit autrefois en une certaine quantité de pains ronds & plats. On donna aussi le nom d’oublie à toute rédevance en général, soit en grain, volaille, ou autre chose. Voyez ci-devant Obliage. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « oublie »

(Nom) Altération, par attraction du verbe oublier, de l’ancien français oblee, oublee, du latin ecclésiastique oblata (« chose offerte », au sens religieux « offrande, hostie »), féminin de oblatus (« offert »).
(Interjection) Ellipse de oublie ça.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. oubli, s. m. ; provenç. oblia ; bas-lat. oblata, de oblatus, offert (voy. OBLATION), à cause que l'oublie était une sorte d'offrande que le vassal faisait à son seigneur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « oublie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
oublie ubli

Citations contenant le mot « oublie »

  • Oublie les injures, n'oublie jamais les bienfaits. De Confucius
  • Qui délibère oublie de vouloir. De Alain
  • Le prix s’oublie, la qualité reste. De Proverbe français
  • Est bien fou qui s'oublie. De Proverbe français
  • Le chrétien pardonne, le couillon oublie. De Proverbe corse
  • L’eau n’oublie pas son chemin. De Proverbe russe
  • Le blanc n’oublie pas l’Europe. De Proverbe mongol
  • Vis, apprends, meurs et oublie tout. De Proverbe guitchi
  • Qui aime bien jamais n'oublie. De Inigo Lopez de Mendoza
  • La blessure cicatrisée, on oublie la douleur. De Proverbe chinois
  • J'oublie tout, donc je suis. De Jacques Sternberg / Toi ma nuit
  • Une mémoire saine n'oublie jamais. De Suzanne Ratelle-Desnoyers / Maintenant, je sais
  • On ne pardonne rien, on oublie peu. De Marc Gendron / Le noir et le blanc
  • Si le bonheur t'oublie un peu, ne l'oublie jamais tout-à-fait. De Anonyme
  • On commence par oublier les noms, puis on oublie les visages. Ensuite on oublie de remonter sa braguette et un jour, on oublie de la descendre. De George Burns
  • L’Aude va bien sûr en bénéficier, prioritairement pour tout ce qui est lié à l’enseignement supérieur, mais aussi aux hôpitaux et aux instituts de formation des infirmières. On complétera aussi les aides régionales à la rénovation énergétique, sur l’agroalimentaire et sur les circuits courts. Sur la rénovation énergétique il y a un vrai potentiel d’emploi. Il y a dans l’Aude trois guichets uniques : deux à Carcassonne, un à Narbonne : une simplification du processus administratif est en cours, des marchés vont se créer. On ne vous oublie pas vous savez ! Depuis que je suis élue, 850 millions d’€ ont été injectés dans l’Aude. ladepeche.fr, Carole Delga : "Audois, on ne vous oublie pas !" - ladepeche.fr

Traductions du mot « oublie »

Langue Traduction
Anglais forget it
Espagnol olvídalo
Italien dimenticalo
Allemand vergiss es
Chinois 算了吧
Arabe انسى ذلك
Portugais esqueça
Russe забудь это
Japonais 忘れてください
Basque ahaztu
Corse dimentica lu
Source : Google Translate API

Synonymes de « oublie »

Source : synonymes de oublie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « oublie »

Partager