La langue française

Obtus

Sommaire

  • Définitions du mot obtus
  • Étymologie de « obtus »
  • Phonétique de « obtus »
  • Citations contenant le mot « obtus »
  • Traductions du mot « obtus »
  • Synonymes de « obtus »
  • Antonymes de « obtus »

Définitions du mot obtus

Trésor de la Langue Française informatisé

OBTUS, -USE, adj.

A. − Arrondi à son extrémité ou de forme arrondie. Museau obtus; pointe obtuse. Fleur mâle [des Lianes du Chili] (...) Calice formé de six feuilles ouvertes, ovales-oblongues, obtuses, dont trois extérieures plus larges (Voy. La Pérouse,t.4,1797,p.266).Orvet (...). Queue courte et obtuse se brisant facilement (d'où son nom de serpent de verre) (Coupin,Animaux de nos pays,1909, p.159).«J'ai été fou», pensa-t-il, s'asseyant sur l'herbe, caressant avec une tendre science la douce tête obtuse de l'une des bêtes (Montherl.,Songe,1922, p.8).
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. Le rond et le musclé des corps (dans une sculpture) se combinent à l'obtus et à l'aigu (Arnoux,Juif Errant,1931, p.198).
GÉOM. Angle obtus. Angle dont la mesure est supérieure à 90 degrés. Près de Tahoser, (...) se tenait agenouillée, une jambe repliée sous la cuisse et l'autre formant un angle obtus, (...) une joueuse de harpe (Gautier,Rom. momie,1858, p.198).Soient deux droites (...) qui se coupent. Elles forment quatre angles deux à deux égaux comme opposés par le sommet. Deux de ces angles sont aigus et les deux autres obtus (Roux, Miellou,Géom.,1946, p.16).
B. − Au fig.
1. Vieilli. [En parlant des sens ou des organes des sens; en parlant des sensations] Qui manque de netteté, de finesse. Quoique, d'après tout ce que nous venons de dire, ce sens [le toucher] soit très-obtus dans les oiseaux, néanmoins les oiseaux grimpeurs, sur-tout les perroquets, sont, avec les chouettes, ceux qui l'ont encore le plus parfait et qui en font le plus d'usage (Cuvier,Anat. comp., t.2, 1805, p.587).Cette singulière lucidité dont les phénomènes contrastent parfois chez les ivrognes avec les obtuses visions de l'ivresse (Balzac,Peau chagr.,1831, p.188).V. arrière-bouche ex. 2:
1. L'homme qui se repose éprouve un bien-être aussi général qu'indéfinissable; il sent ses bras retomber par leur propre poids, ses fibres se distendre, son cerveau se rafraîchir; ses sens sont calmes, ses sensations obtuses; il ne désire rien, il ne réfléchit plus; un voile de gaze s'étend sur ses yeux. Encore quelques instants, et il dormira. Brillat-Sav.,Physiol. goût,1825, p.199.
2.
a) [En parlant de l'homme considéré intellectuellement ou, p. méton., de l'intelligence, de l'esprit] Qui manque de subtilité, de finesse, qui comprend très lentement. Synon. épais, lourd, borné, bouché (fam.).La finesse chez nous est ce qu'il y a de plus rare: tout à l'air d'être fait avec de gros outils et, qui pis est, par des esprits obtus et vulgaires (Delacroix,Journal,1855, p.338).Un subalterne obtus qui ne voit pas plus loin que la lettre de la consigne (Arnoux,Roi,1956, p.273):
2. Comparez la guerre à la paix. Les travaux de la paix sont longs, monotones, souvent pénibles, et sans gloire pour la plupart de ceux qui s'y livrent; les oeuvres de guerre, promptes, faciles, à la portée des intelligences les plus obtuses. A. France,Vie fleur,1922, p.476.
Obtus à + subst. indiquant l'objet de l'incompréhension.La foule qui se passionne, mouvante et vague, autour d'un livre ou d'une pièce, et les met à la mode, n'est pas artiste, au sens où les initiés entendent ce terme. Elle est obtuse aux beautés de forme, les plus importantes au regard des cénacles (Bourget,Nouv. Essais psychol.,1885, p.5).
En emploi subst. Le moyen du scepticisme est l'ironie, l'essence et la quintessence de l'esprit français, la formule la moins accessible aux masses, aux obtus, aux épais, aux sots et aux niais (Goncourt,Journal,1858, p.459).
b) [En parlant d'un sentiment, d'une expression ou d'un aspect du comportement] Qui manifeste ou qui dénote une absence de compréhension ou de finesse dans le jugement. Air, orgueil obtus; confiance, soumission, susceptibilité, volonté obtuse. S'il ne s'agissait que de moi seule, je ne saurais ni vaincre son silence obtus, opposé pendant des heures entières à des arguments justes, ni répondre à des observations sans logique, de véritables raisons d'enfant (Balzac,Lys,1836, p.87).L'expression indifférente, obtuse de son visage, ou plutôt son inexpressivité absolue glaçait jusqu'à sa source mon bon vouloir (Gide,Symph. pastor.,1919, p.885).V. affirmer ex. 16:
3. C'était un garçon d'une trentaine d'années et son visage d'aryen blond ne portait pas les stigmates de la bestialité. J'eus une seconde d'espoir mais je rencontrai son regard et j'y lus tant d'obtuse haine (...) que celui-ci s'effaça aussitôt... Vialar,Hte-mort,1951, p.174.
REM. 1.
Obtusément, adv.,rare. a) [Correspond à supra A] D'une façon légèrement arrondie. Sternum (...) obtusément triangulaire (E. Perrier, Zool., t.1, 1893, p.1102).b) [Correspond à supra B] Au fig. D'une façon sotte, inintelligente. La compagne aveugle et obtusément éprise d'un être pareil (A. Daudet, Jack, t.1, 1876, p.239).Elle demeurait obtusément convaincue que ma peine était vaine (Gide, Symph. pastor.,1919, p.889).
2.
Obtuser (s'), verbe pronom.a) [Correspond à supra A] Rare. Devenir de plus en plus obtus; tendre vers cent quatre vingts degrés. La circonférence, idéal de la ligne courbe, est comparable à une figure analogue composée d'une infinité de lignes droites, qui doit se confondre avec elle, les angles intérieurs s'obtusant de plus en plus (Baudel.,Salon,1846, p.147).b) [Correspond à supra B] Au fig. ,,Perdre de son acuité`` (Rheims 1969). Mais quand on dort, s'obtusent, s'isolent nos sens véritables (F. Poictevin, Tout bas,1893, p.121 ds Rheims 1969).
3.
Obtusisme, subst. masc.,méd. Obtusisme mandibulaire. ,,Ouverture exagérée de l'angle formé par les deux branches de la mandibule`` (Méd. Biol. t.3 1972).
4.
Obtusité, subst. fém.Défaut d'intelligence. Cette vue [de tant d'affliction] m'a ému de compassion et j'ai essayé de verser quelque baume dans ces souffrances, où parfois les ecclésiastiques ne coulent que du vinaigre et de la glace, non par méchanceté, mais par obtusité (Amiel,Journal,1866, p.177).
Prononc. et Orth.: [ɔpty], fém. [-y:z]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. Ca 1370 (Guy de Chauliac d'apr. Sigurs, p.67); 1478 (Id., Guidon en françois, trad. par N. Panis, fo203, ibid., p.573: forcetes obtuses id est non agues); 1532 fig. (Giles du Wes, An Introductorie for to Lerne... ds Palsgr., p.1057); 1542 géom. angle obtus (Charles de Bovelles, Livre ... touchant l'art et practique de géométrie, p.7). Empr. au lat. obtusus «émoussé, affaibli», part. passé de obtundere «émousser, affaiblir», d'abord «frapper contre» d'où «émousser en frappant», comp. de ob marquant l'hostilité et de tundere «frapper». Fréq. abs. littér.: 174. Bbg. Vrbkova (V.). La Méthode struct. appl. à l'ét. du champ conceptuel de la bêtise en fr. du xxes. Ét. rom. Brno. 1977, t.9, p.103.

Trésor de la Langue Française informatisé

OBTUS, -USE, adj.

A. − Arrondi à son extrémité ou de forme arrondie. Museau obtus; pointe obtuse. Fleur mâle [des Lianes du Chili] (...) Calice formé de six feuilles ouvertes, ovales-oblongues, obtuses, dont trois extérieures plus larges (Voy. La Pérouse,t.4,1797,p.266).Orvet (...). Queue courte et obtuse se brisant facilement (d'où son nom de serpent de verre) (Coupin,Animaux de nos pays,1909, p.159).«J'ai été fou», pensa-t-il, s'asseyant sur l'herbe, caressant avec une tendre science la douce tête obtuse de l'une des bêtes (Montherl.,Songe,1922, p.8).
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. Le rond et le musclé des corps (dans une sculpture) se combinent à l'obtus et à l'aigu (Arnoux,Juif Errant,1931, p.198).
GÉOM. Angle obtus. Angle dont la mesure est supérieure à 90 degrés. Près de Tahoser, (...) se tenait agenouillée, une jambe repliée sous la cuisse et l'autre formant un angle obtus, (...) une joueuse de harpe (Gautier,Rom. momie,1858, p.198).Soient deux droites (...) qui se coupent. Elles forment quatre angles deux à deux égaux comme opposés par le sommet. Deux de ces angles sont aigus et les deux autres obtus (Roux, Miellou,Géom.,1946, p.16).
B. − Au fig.
1. Vieilli. [En parlant des sens ou des organes des sens; en parlant des sensations] Qui manque de netteté, de finesse. Quoique, d'après tout ce que nous venons de dire, ce sens [le toucher] soit très-obtus dans les oiseaux, néanmoins les oiseaux grimpeurs, sur-tout les perroquets, sont, avec les chouettes, ceux qui l'ont encore le plus parfait et qui en font le plus d'usage (Cuvier,Anat. comp., t.2, 1805, p.587).Cette singulière lucidité dont les phénomènes contrastent parfois chez les ivrognes avec les obtuses visions de l'ivresse (Balzac,Peau chagr.,1831, p.188).V. arrière-bouche ex. 2:
1. L'homme qui se repose éprouve un bien-être aussi général qu'indéfinissable; il sent ses bras retomber par leur propre poids, ses fibres se distendre, son cerveau se rafraîchir; ses sens sont calmes, ses sensations obtuses; il ne désire rien, il ne réfléchit plus; un voile de gaze s'étend sur ses yeux. Encore quelques instants, et il dormira. Brillat-Sav.,Physiol. goût,1825, p.199.
2.
a) [En parlant de l'homme considéré intellectuellement ou, p. méton., de l'intelligence, de l'esprit] Qui manque de subtilité, de finesse, qui comprend très lentement. Synon. épais, lourd, borné, bouché (fam.).La finesse chez nous est ce qu'il y a de plus rare: tout à l'air d'être fait avec de gros outils et, qui pis est, par des esprits obtus et vulgaires (Delacroix,Journal,1855, p.338).Un subalterne obtus qui ne voit pas plus loin que la lettre de la consigne (Arnoux,Roi,1956, p.273):
2. Comparez la guerre à la paix. Les travaux de la paix sont longs, monotones, souvent pénibles, et sans gloire pour la plupart de ceux qui s'y livrent; les oeuvres de guerre, promptes, faciles, à la portée des intelligences les plus obtuses. A. France,Vie fleur,1922, p.476.
Obtus à + subst. indiquant l'objet de l'incompréhension.La foule qui se passionne, mouvante et vague, autour d'un livre ou d'une pièce, et les met à la mode, n'est pas artiste, au sens où les initiés entendent ce terme. Elle est obtuse aux beautés de forme, les plus importantes au regard des cénacles (Bourget,Nouv. Essais psychol.,1885, p.5).
En emploi subst. Le moyen du scepticisme est l'ironie, l'essence et la quintessence de l'esprit français, la formule la moins accessible aux masses, aux obtus, aux épais, aux sots et aux niais (Goncourt,Journal,1858, p.459).
b) [En parlant d'un sentiment, d'une expression ou d'un aspect du comportement] Qui manifeste ou qui dénote une absence de compréhension ou de finesse dans le jugement. Air, orgueil obtus; confiance, soumission, susceptibilité, volonté obtuse. S'il ne s'agissait que de moi seule, je ne saurais ni vaincre son silence obtus, opposé pendant des heures entières à des arguments justes, ni répondre à des observations sans logique, de véritables raisons d'enfant (Balzac,Lys,1836, p.87).L'expression indifférente, obtuse de son visage, ou plutôt son inexpressivité absolue glaçait jusqu'à sa source mon bon vouloir (Gide,Symph. pastor.,1919, p.885).V. affirmer ex. 16:
3. C'était un garçon d'une trentaine d'années et son visage d'aryen blond ne portait pas les stigmates de la bestialité. J'eus une seconde d'espoir mais je rencontrai son regard et j'y lus tant d'obtuse haine (...) que celui-ci s'effaça aussitôt... Vialar,Hte-mort,1951, p.174.
REM. 1.
Obtusément, adv.,rare. a) [Correspond à supra A] D'une façon légèrement arrondie. Sternum (...) obtusément triangulaire (E. Perrier, Zool., t.1, 1893, p.1102).b) [Correspond à supra B] Au fig. D'une façon sotte, inintelligente. La compagne aveugle et obtusément éprise d'un être pareil (A. Daudet, Jack, t.1, 1876, p.239).Elle demeurait obtusément convaincue que ma peine était vaine (Gide, Symph. pastor.,1919, p.889).
2.
Obtuser (s'), verbe pronom.a) [Correspond à supra A] Rare. Devenir de plus en plus obtus; tendre vers cent quatre vingts degrés. La circonférence, idéal de la ligne courbe, est comparable à une figure analogue composée d'une infinité de lignes droites, qui doit se confondre avec elle, les angles intérieurs s'obtusant de plus en plus (Baudel.,Salon,1846, p.147).b) [Correspond à supra B] Au fig. ,,Perdre de son acuité`` (Rheims 1969). Mais quand on dort, s'obtusent, s'isolent nos sens véritables (F. Poictevin, Tout bas,1893, p.121 ds Rheims 1969).
3.
Obtusisme, subst. masc.,méd. Obtusisme mandibulaire. ,,Ouverture exagérée de l'angle formé par les deux branches de la mandibule`` (Méd. Biol. t.3 1972).
4.
Obtusité, subst. fém.Défaut d'intelligence. Cette vue [de tant d'affliction] m'a ému de compassion et j'ai essayé de verser quelque baume dans ces souffrances, où parfois les ecclésiastiques ne coulent que du vinaigre et de la glace, non par méchanceté, mais par obtusité (Amiel,Journal,1866, p.177).
Prononc. et Orth.: [ɔpty], fém. [-y:z]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. Ca 1370 (Guy de Chauliac d'apr. Sigurs, p.67); 1478 (Id., Guidon en françois, trad. par N. Panis, fo203, ibid., p.573: forcetes obtuses id est non agues); 1532 fig. (Giles du Wes, An Introductorie for to Lerne... ds Palsgr., p.1057); 1542 géom. angle obtus (Charles de Bovelles, Livre ... touchant l'art et practique de géométrie, p.7). Empr. au lat. obtusus «émoussé, affaibli», part. passé de obtundere «émousser, affaiblir», d'abord «frapper contre» d'où «émousser en frappant», comp. de ob marquant l'hostilité et de tundere «frapper». Fréq. abs. littér.: 174. Bbg. Vrbkova (V.). La Méthode struct. appl. à l'ét. du champ conceptuel de la bêtise en fr. du xxes. Ét. rom. Brno. 1977, t.9, p.103.

Wiktionnaire

Adjectif

obtus \ɔp.ty\ (France), \ɔb.ty\ (Québec)

  1. (Biologie) Qui est arrondi, émoussé au lieu d’être anguleux ou pointu.
    • Vers la racine, le poil se rétrécit régulièrement et les extrémités libres sont légèrement renflées ou obtuses. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  2. (Géométrie) Qualifie un angle saillant plus grand, plus ouvert qu’un angle droit, c’est-à-dire, dont la mesure est comprise entre pi/2 et pi radians.
    • Un hexagone régulier possède six angles obtus.
  3. (Figuré) Qualifie un esprit peu pénétrant, qui peine à concevoir.
    • L’attitude ouverte de quelques rares astrologues tranchait avec celle, obtuse, de nombreux autres qui, bien qu’ayant risqué une réponse et un début d’échange face à mes arguments, me répondirent par des messages teintés de paranoïa : […]. — (Denis Hamel, Albert Einstein, astrologue ? Vous voulez rire ? La fin d’un canular, dans Le Québec sceptique, nº 57, p. 31, été 2005)
  4. Stupide.
    • Il est si obtus qu’on ne peut rien faire de lui.
    • Il faudrait donc que j’eusse les yeux crevés ou l’esprit obtus pour ne pas le voir. — (Charles Dickens , Vie et aventures de Nicolas Nickleby, 1885)
  5. (Figuré) Qualifie une sensation qui manque de vivacité, de netteté.
    • Le toucher est le plus obtus de nos sens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OBTUS, USE. adj.
T. d'Histoire naturelle. Qui est arrondi, émoussé au lieu d'être anguleux ou pointu. Poisson à tête obtuse. Feuille obtuse. Il se dit, par analogie, en termes de Géométrie, d'un Angle plus grand, plus ouvert qu'un angle droit. Angle obtus. Fig., Esprit obtus, Esprit peu pénétrant, qui a de la peine à concevoir. Fig., Sensation obtuse, Sensation qui manque de vivacité, de netteté. Le toucher est le plus obtus de nos sens.

Littré (1872-1877)

OBTUS (ob-tû, tu-z') adj.
  • 1 Terme d'histoire naturelle. Qui est comme émoussé, au lieu d'être anguleux et pointu. Les feuilles de cette plante sont obtuses.
  • 2 Terme de géométrie. Angle obtus, angle plus grand qu'un angle droit.
  • 3 Fig. Esprit obtus, esprit peu pénétrant.

    Sens obtus, sens dont les perceptions manquent de vivacité, de netteté. Le toucher, si obtus, si incertain pour le commun des hommes, devient pour vous [aveugles] si exquis, si sûr, qu'il semble suppléer en quelque sorte au défaut de la vue, Bonnet, Contempl. nat. V, 9.

HISTORIQUE

XVIe s. Telle ligature rend obtus, et oste grandement le sentiment de la partie, Paré, X, 21. Le patient sent un prurit obtus aux reins, Paré, XV, 36. Et l'angle plus grant qu'un droict se nomme obtus, Forcadel, Éléments d'Euclide, p. 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OBTUS, adj. angle obtus en Géométrie est un angle de plus de 90 degrés, c’est-à-dire, qui contient plus d’un quart de cercle, ou qui est plus grand qu’un angle droit Voyez Angle aigu & droit.

Obtusangle, adj. (Géom.) On appelle triangle obtusangle celui qui a un angle obtus. Voyez Angle & Obtus.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « obtus »

Du latin obtusus, de obtundere, « émousser », soit « émoussé », puis « rendu stupide ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. obtusus, de ob, et tusus, part. passif de tundere, frapper : proprement, qui est émoussé. Le radical sanscrit est tud, frapper, vexer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « obtus »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
obtus ɔpty

Citations contenant le mot « obtus »

  • L'homme obtus manque d'esprit, le sot d'entendement. De Emmanuel Kant / Essai sur les maladies de la tête
  • Le savant est l'homme superficiel par excellence. Et le plus souvent, il est même essentiellement obtus. De Hermann von Keyserling / Analyse spectrale de l'Europe
  • La soumission obtuse n'est pas vertu mais démission. De René Carbonneau / Le destin de frère Thomas
  • La tragédie russe a ceci de spécifique que d'abord elle suscite le rire, ensuite l'horreur, et enfin une indifférence obtuse. De Alexandre Zinoviev / L'Avenir radieux
  • Il n’est pas aisé de critiquer le bilan de Franklin Roosevelt, tant son parcours fut parsemé d’épisodes positifs : le New Deal, son engagement décisif après Pearl Harbour. Reste qu’au soir de sa vie, affaibli et mal conseillé, il commit en 1945 deux grosses erreurs stratégiques en cinq jours, et qui pesèrent lourd. Le 11 février, à Yalta, il céda, devant Staline ravi, sur la Pologne, et donc aussi l’Europe centrale, cadeau stupéfiant qui ne s’explique que par sa méconnaissance abyssale de la vraie nature de son "ami papa Joe", qui laissa pantois les historiens. Sitôt le rideau de fer déployé, c’était trop tard. Grâce à Harry Truman, l’Amérique se ressaisit avec le plan Marshall et le pont aérien secourant Berlin-Ouest, ces salutaires bouées économiques. Mais aussi un ectoplasme politique car le couvercle de Yalta resta verrouillé jusqu’en 89. Durant la guerre froide, l’Amérique eut beau évoquer son idéal d’une paix appuyée par la force - souvenir de Normandie - mais son "leadership moral" fut raboté par la crainte obsessionnelle d’une agression soviétique. D’où le maccarthysme, éteint à temps, mais un soutien total aux dictatures alliées pourvu qu’elles restent férocement anticommunistes. Or on ne promeut pas la démocratie avec des satrapes corrompus ou des condottieres obtus, en imposant le choix entre Tapioca et Alcazar. LaLibre.be, L’Amérique brûle et cela ne date pas d'hier - La Libre
  • Notre conseil du jour : vous êtes parfois têtu, peut-être même obtus ! Écoutez un peu les conseils de vos proches. , Horoscope du Mardi 7 juillet 2020
  • Il semblerait que la vérité scientifique fasse son chemin. Peut-être, dans l’avenir, regarderons nous, nous aussi, cet épisode de Covid-19 comme la preuve de l’influence délétère d’intérêts financiers sur les décisions de santé publique prises par nos politiques. Cette influence est pourtant avérée : le médiator en est un excellent et récent exemple. Pour ce qui est de la Covid-19, la France est en queue de peloton mondial quant aux dégâts faits par le virus. Quand l’épisode sera vraiment terminé, la question se posera, j’espère, de savoir si la panique générée dans la population par des annonces apocalyptiques, le dénigrement systématique de ceux qui n’étaient pas inféodés à Gilead, le fabricant du Remdesivir, et l’entêtement obtus à ne pas vouloir admettre leurs erreurs vaudront à nos décideurs, à leurs conseillers et à la firme Gilead le même traitement que celui réservé aux prosélytes du médiator ? Club de Mediapart, Dans Newsweek, un épidémiologiste de Yale soutient l'hydroxychloroquine | Le Club de Mediapart
  • Un comédien raté décide d’organiser une grande marche de la fierté noire à Paris. A la fois candide et obtus, il se met en contact avec des personnalités de la communauté black pour mener à bien son projet… Une comédie aussi intelligente que désopilante qui ausculte aussi bien le racisme ordinaire que les excès du communautarisme. Tournée à la façon d’un faux documentaire, elle convoque un casting quatre étoiles (Omar Sy, Matthieu Kassovitz, JoeyStarr, Fabrice Eboué) tout en évitant les pièges du film à sketches et les gags faciles. Un film qui dynamite joyeusement les clichés avec une impertinence jubilatoire.  lejdd.fr, Les films en salles cette semaine : "Tout simplement noir", "Chained", "Lucky Strike"

Traductions du mot « obtus »

Langue Traduction
Anglais obtuse
Espagnol obtuso
Italien ottuso
Allemand stumpf
Chinois
Arabe منفرج الزاوية
Portugais obtuso
Russe тупой
Japonais 鈍い
Basque kamutsa
Corse obtutu
Source : Google Translate API

Synonymes de « obtus »

Source : synonymes de obtus sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « obtus »

Partager