La langue française

Menace

Définitions du mot « menace »

Trésor de la Langue Française informatisé

MENACE, subst. fém.

A. − [La menace est le fait d'une pers.] Manifestation de violence par laquelle on signifie à autrui l'intention que l'on a de faire du mal. Menace de ses ennemis, d'une femme, des tyrans. On entend le bruit d'une lutte (...) deux ou trois menaces étouffées se perdent (Dumas père, Chev. Maison-Rouge, 1847, i, 3, p.43).Il pleuvait sur lui des reproches, des menaces (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, L. Leclercq, 1886, p.151):
1. Quant aux hommes de troupe, ils étaient facilement reçus et toujours écoutés s'ils parlaient en leur propre nom; mais dès qu'ils semblaient parler au nom de leurs camarades, fût-ce pour se plaindre de la soupe, ils étaient aussitôt renvoyés avec violence et menaces. Alain, Propos, 1923, p. 477.
[L'expression, la manifestation de la menace] Geste, lettre, parole de menace; faire des menaces. Et les violences ne cessaient pas, les poings tendus, les mots abominables, des pelletées d'accusations et de menaces qui les souffletaient au visage (Zola, Germinal, 1885, p. 1504).
[La teneur de la menace] Menace de coups, de dénonciation, d'expulsion. Dis-moi, pour me faire plaisir un peu, que cette lettre est meilleure que la précédente, plus nourrie, moins scolaire. Et, bien entendu, je ne songe même plus à tes menaces de rupture, qui sont définitivement ridicules. J'attends une longue, forte, consolante réponse (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p. 351).
DR., gén. au plur. Expression du projet de nuire à autrui. Menace(s) de mort, de voies de fait, de violence(s). Ville gentille à l'extrême, presque vosgeoise, où je fus interné sous l'inculpation de menaces sous condition contre ma mère (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, Mes pris., 1893, p. 312).
[Menace provoquée ou subie] Froide, grande, sourde, vague menace; menace(s) en l'air; agir sous la menace; mettre sa menace à exécution; réaliser sa menace. Pour ce qui est de la haine que ces dames pourraient me décerner, je vous assure que je n'ai aucun mérite à en braver la menace (Bloy, Femme pauvre, 1897, p. 259).
B. − [La menace provient de l'éventualité d'un événement fâcheux] Signe par lequel se manifeste l'imminence d'un danger. Constante, éternelle, perpétuelle, terrible menace; menace incessante, suspendue; la menace pèse; sentir la menace; menace d'un conflit, d'une grève, d'épidémie, d'attaque, de famine, de guerre, d'invasion, d'orage. S'il était vrai qu'il y eût, en ce moment, de vagues menaces à l'horizon, Poincaré qui, même à l'Élysée, gardait une activité prépondérante, saurait fort bien écarter à temps ces nuages (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p.141).Je ne puis regarder tout cela sans mélancolie parce que rien n'embellit les êtres et les choses comme la menace d'un anéantissement (Green, Journal, 1945, p.256):
2. J'avais la certitude qu'une menace terrible planait au-dessus de notre bonheur... Grâce à Dieu, c'était la guerre, et j'en suis presque soulagée, car la guerre au moins est un danger loyal, et j'aime mieux les ennemis à glaives et à lances. Ce n'était que la guerre! Giraudoux, Amphitr. 38, 1929, i, 3, p. 42.
Prononc. et Orth.: [mənas]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 880 manatce «parole ou geste dont on se sert pour marquer à quelqu'un sa colère ou son ressentiment» (Eulalie, 8 ds Henry, Chrestomathie, t. 1, p. 3); ca 1100 manaces (Roland, éd. J. Bédier, 1230); ca 1160 menace (Enéas, 8650 ds T.-L.); 1662 menaces en l'air (Corneille, Sertorius, V, 4); 2. ca 1590 [éd.] «(d'une chose, d'un malheur, d'une maladie) signes, pronostics qui font craindre cette chose» (Montaigne, Essais, I, XI, éd. Villey-Saulnier, I, 44). Du lat. pop. minācia «id.» (dér. du lat. class. minae subst. plur. de même sens, qu'il a supplanté) que l'on rencontre déjà chez Plaute et surtout en b. lat. (TLL s.v., 992, 2, sqq.); minācia survit en partic. dans l'ital. minaccia, le cat. menassa, manasa, l'esp. (a)menaza, le port. ameaça et en gallo-rom. (cf. FEW t. 6, 2, p. 98b); les formes en ma- résultent de l'assimilation de e prétonique au a accentué. Fréq. abs. littér.: 2417. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2591, b) 2587; xxes.: a) 3632, b) 4496.

Wiktionnaire

Nom commun

menace \mə.nas\ féminin

  1. Parole ou geste pour marquer sa colère, son ressentiment et pour faire craindre le mal qu’on prépare.
    • Les deux Allemands le tenaient sous la menace de leurs yeux haineux. Pendant un moment Bert vit la mort proche. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 353 de l’éd. de 1921)
    • — Ses menaces ? peuh ! des paroles de soulaud. Comment avait-on pu le supporter et le craindre si longtemps ! — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le ménage Fagerolle se débattit parmi les exploits d’huissiers, les menaces de saisie. Il grêlait des papiers bleus, verts, jaunes. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 32)
    • Dans ce cauchemar, je ne séparais plus qu’avec difficulté les menaces qu’il fallait prendre au sérieux, du chantage gratuit. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • […]; par quel biais le remettre sur la bonne voie ? Ni menaces, ni gronderies n’ont réussi. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Car la menace ne suffit pas pour faire régner l’ordre. Il y faut aussi suffisamment de droit et de progrès pour obtenir le consentement des peuples. — (Pour un autre monde ; Un autre chemin, motion pour le congrès socialiste de Dijon du 16 au 18 mai 2003)
    • L’effet a suivi de près la menace.
    • Braver des menaces.
  2. Signes, pronostics qui font craindre quelque chose.
    • Parfois on côtoie le danger sans le percevoir, parce qu’on n’y réfléchit pas, ou que l’on ne croit pas à sa menace. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Les menaces de l’orage, de la tempête.

Forme de verbe

menace \mə.nas\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de menacer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de menacer.
    • La plaie s’envenime, la mort menace et jamais le blessé ne cesse de « désaccuser » son jeune camarade. — (Contributions à l’histoire des mentalités de 1610 a nos jours, Paris, Bibliothèque nationale, 1978, page 242)
    • On voit l’irresponsabilité de l’État qui encourage le développement de secteurs nouveaux (Arts Plastiques, Théâtre, Musique, FLE…) sans donner les moyens en postes pour les faire fonctionner et qui du jour au lendemain dévalorise et menace les nouvelles formations, notamment l’ensemble des centres de Français Langue Étrangère du secteur public (à 90 % vacatarisé). — (site Chantal Forestal, Le parcours d'une auto-didacticienne (voyage en « auto-didactie »), in Études de linguistique appliquée, 2002/3)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de menacer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de menacer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de menacer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MENACE. n. f.
Parole ou geste dont on se sert pour marquer à quelqu'un sa colère, son ressentiment et pour lui faire craindre le mal qu'on lui prépare. Terrible, furieuse menace. Vaine menace. Faire des menaces. User de menaces envers quelqu'un. Je ne crains guère ses menaces. Des discours pleins de menaces. Écrire des lettres de menaces. L'effet a suivi de près la menace. Braver des menaces. Ses menaces sont restées sans effet. La menace d'une chose, Les signes, les pronostics qui font craindre cette chose. Les menaces de l'orage. La menace de la tempête. Fig. et fam., Menaces en l'air, Menaces qui ne sont pas sérieuses.

Littré (1872-1877)

MENACE (me-na-s') s. f.
  • 1Parole ou geste dont on se sert pour faire craindre à quelqu'un le mal qu'on lui prépare. Et je ne rendrai point menace pour menace, Corneille, Nicom. II, 3. La menace à grand bruit ne porte aucune atteinte, Corneille, Théod. I, 3. Les menaces ne m'ont jamais fait mal ; et ce sont des nuées qui passent bien loin sur nos têtes, Molière, Fourb. de Scapin, III, 9. Ses deux yeux flamboyants [d'un ours] ne lançaient que menace, Et sa gueule faisait une laide grimace, Molière, Princ. d'Él. I, 2. Les menaces que vous me faites, Pascal, Prov. XI. Quelle santé nous couvrait la mort que la reine portait dans le sein ! de combien près la menace a-t-elle été suivie du coup ! Bossuet, Mar.-Thér. Les vaisseaux des rebelles, qui la poursuivaient de si près, qu'elle entendait presque leurs cris et leurs menaces insolentes, Bossuet, Reine d'Anglet. La terrible menace du ciel irrité, lorsqu'il sembla si longtemps vouloir frapper ce Dauphin même, notre plus chère espérance, Bossuet, Mar.-Thér. Le Rhin les voit d'un œil qui porte la menace, Boileau, Ép. IV. Moi ! je m'arrêterais à de vaines menaces ! Racine, Iph. I, 2. Je crains qu'un prompt effet n'ait suivi la menace, Racine, Phèdre, IV, 4. La religion a de si grandes menaces, elle a de si grandes promesses, que…, Montesquieu, Esp. XXV, 12.

    Menaces en l'air, menaces qui ne sont suivies d'aucun effet.

  • 2La menace d'une chose, l'action de menacer quelqu'un de cette chose. [Bourdaloue disant] que ceux qui conduisaient les âmes ne devaient jamais faire la menace de la profanation du corps de Jésus-Christ, sans avertir que, si nous n'y participions, nous n'aurions jamais la vie éternelle, Sévigné, 5 mars 1683. … De tant de maux, Abner, détournons la menace, Racine, Athal. V, 2.

    En un autre sens, la menace d'une chose, les signes qui font craindre cette chose. Une infinité de restes ou de menaces d'apoplexie, c'est ce qui tue, Sévigné, 27 sept. 1687.

  • 3 Fig. Il se dit, dans le langage élevé ou poétique, des choses qui semblent menacer. Le navire éloquent, fils des bois du Pénée… Craignant près de l'Euxin les menaces du Nord, S'arrête, et se confie au doux calme du port, Chénier, Idylles, Hylas. Des rocs inabordés où repose la glace, Qu'un mortel imprudent méprise la menace Et trouble par un cri le silence des airs, Soudain ces rocs émus tressaillent et s'écroulent, Masson, Helvét. III. Du temps, des eaux, de l'air, n'effacez point la trace ; De ces rochers pendants respectez la menace, Delille, Jardins, II.

HISTORIQUE

Xe s. Por manatce regiel ne preiemen [prière], Eulalie.

XIe s. Ce sait hom bien, n'ai cure de manace, Ch. de Rol. X.

XIIe s. De vos menaces ne m'est pas un bouton, Ronc. 59.

XIIIe s. Cil oÿ la menace, le sens cuide changer, Berte, XXXVIII. Menaces vainquent loy, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 345.

XVe s. Chevalier sans armes n'est que menasses sans faict, Percefor. t. IV, f° 106.

XVIe s. Ils recherchent au ciel les causes et menaces anciennes de leur malheur, Montaigne, I, 47.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MENACE, s. f. (Gramm. & Moral.) c’est le signe extérieur de la colere ou du ressentiment. Il y en a de permises ; ce sont celles qui précedent l’injure, & qui peuvent intimider l’aggresseur & l’arrêter. Il y en a d’illicites ; ce sont celles qui suivent le mal. Si la vengeance n’est permise qu’à Dieu, la menace qui l’annonce est ridicule dans l’homme. Licite ou illicite, elle est toujours indécente. Les termes menace & menacer ont été employés métaphoriquement en cent manieres diverses. On dira très-bien, par exemple, lorsque le gouvernement d’un peuple se déclare contre la philosophie, c’est qu’il est mauvais : il menace le peuple d’une stupidité prochaine. Lorsque les honnêtes gens sont traduits sur la scène, c’est qu’ils sont menacés d’une persécution plus violente ; on cherche d’abord à les avilir aux yeux du peuple, & l’on se sert, pour cet effet, d’un Anite, d’un Milite, ou de quelqu’autre personnage diffamé, qui n’a nulle considération à perdre. La perte de l’esprit patriotique menace l’état d’une dissolution totale.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « menace »

Du latin minaciae (« menaces ») lié à minae (« menaces »). (881) manatce.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, manèse ; provenç. menassa, menaza ; anc. espagn. menaza ; ital. minaccia ; du lat. minacia, de minari, menacer, proprement être saillant, proéminent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « menace »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
menace mœnas

Citations contenant le mot « menace »

  • L'habitude menace la passion ; elle fonde et forme l'amour. De Gilles Leroy / Champsecret
  • Une menace, une promesse, une insolence, une courtoisie : cette balance est celle des affaires. De Henry de Montherlant / La Reine Morte
  • Qui ne craint point la mort ne craint point les menaces. Pierre Corneille, Le Cid, II, 1, le comte
  • Le caramel fréquente le palais et menace la couronne. De Tristan Bernard
  • La menace est souvent plus redoutable que l'action. De Robert Choquette / Elise Velder
  • Un regard c'est une menace, toujours. De Jean-Guy Rens / La Mort du coyote
  • La paresse des autres est une menace pour la mienne. De Ylipe / Textes sans paroles
  • La menace ne sert d'armes qu'aux menacés. De Léonard de Vinci / Carnets
  • Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous. De Montesquieu
  • Celui qui fait du tort à un seul en menace beaucoup. De Jostein Gaarder / Vita Brevis
  • L'arc n'atteint pas toujours la cible qu'il menace. De Horace / Art poétique
  • La musique, la plus belle religion du monde où on ne menace ni ne promet. De Minou Drouet / Arbre, mon ami
  • Avoir un corps, c'est la grande menace pour l'esprit. De Marcel Proust / Le temps retrouvé
  • Ce n'est pas la toute-puissance de Dieu qui nous menace... mais sa douceur. De André Frossard / Il y a un autre monde
  • Rien ne menace la permanence des choses que l'imagination de l'homme. De Yvon Rivard / Mort et naissance de Christophe Ulric
  • Il ne faut pas avoir peur de la vie. Quand elle menace, on l'affronte... De Harry Bernard / Les Jours sont longs
  • « Nous sommes face à une justice à deux vitesses », affirme Julia Massardier, avocate pénaliste chargée de défendre un homme de 40 ans, renvoyé à l’audience correctionnelle du 20 juillet, pour des outrages et des menaces envers ses geôliers de la maison d’arrêt Bonne Nouvelle, à Rouen. « Ses gardiens ont déposé plainte contre des mots, mon client a immédiatement été déféré. Mais lui, il a déposé plainte pour des coups, et je ne sais pas où est sa plainte aujourd’hui. Sur une pile dans un bureau ? J’espère que cette fois elle ne sera pas classée », s’emporte le conseil qui demande que la nullité de la procédure soit prononcée. www.paris-normandie.fr, À Rouen, un détenu relaxé après avoir insulté et menacé ses gardiens de prison
  • L'affaire est prise très au sérieux par les services de police. Des élus de Mantes-la-Jolie ont été destinataires, à la mairie, d'un courrier de menaces ces derniers jours. Une plainte a été déposée en toute discrétion au commissariat de Mantes-la-Jolie. leparisien.fr, Des élus de Mantes-la-Jolie reçoivent un courrier avec une balle - Le Parisien
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/le-patron-du-geant-du-petrole-eni-menace-dune-lourde-peine-de-prison-1375994 Capital.fr, Le patron du géant du pétrole Eni menacé d’une lourde peine de prison - Capital.fr
  • Dans la mer Rouge, un vaisseau de stockage de pétrole laissé en friche menace de libérer sa cargaison. L'équivalent de plus de 1 million de barils de pétrole pourrait se retrouver dans la nature. Futura, Un tanker à la dérive menace la mer rouge d'un désastre écologique
  • Un homme a été reconnu coupable de violences, menaces de mort et outrages par le tribunal de Dax, lundi 20 juillet SudOuest.fr, Landes : il agresse et menace de mort gendarmes et agents de sécurité

Images d'illustration du mot « menace »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « menace »

Langue Traduction
Anglais threat
Espagnol amenaza
Italien minaccia
Allemand drohung
Chinois 威胁
Arabe التهديد
Portugais ameaça
Russe угроза
Japonais 脅威
Basque mehatxua
Corse minaccia
Source : Google Translate API

Synonymes de « menace »

Source : synonymes de menace sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « menace »

Menace

Retour au sommaire ➦

Partager