La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « promesse »

Promesse

Variantes Singulier Pluriel
Féminin promesse promesses

Définitions de « promesse »

Trésor de la Langue Française informatisé

PROMESSE, subst. fém.

A. −
1. Assurance, le plus souvent verbale, de faire ou de dire quelque chose. Synon. engagement, parole, serment.Il tint parole, chose rare. Sans lui, sans ses encouragements, sans ses promesses, rien n'était possible (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p.191).N'oubliez pas que je considère votre promesse comme ferme et que je vous attends à Prague entre le 20 juillet et le 15 septembre (Claudel, Corresp.[avec Gide], 1911, p.181):
1. Là le duc de Bourgogne offrit ses services au dauphin, jura de servir lui et le roi son père contre tous leurs adversaires. Le dauphin reçut cette promesse et jura de son côté d'aider et défendre de tout son pouvoir le duc... Barante, Hist. ducs Bourg., t.4, 1821-24, p.109.
SYNT. Promesse écrite, formelle, mutuelle, orale, sacrée, solennelle, verbale; promesse d'alliance, d'argent, de discrétion, d'obéissance, de paix, de pardon, d'une prime, de renoncement; téméraire promesse; accomplir, donner, enfreindre, garder, oublier, ratifier, remplir, renouveler, signer, violer sa/ses promesse(s); être fidèle, manquer à sa/ses promesse(s); être lié par une promesse; compter sur la promesse de qqn; revenir sur sa promesse; malgré, selon, suivant sa/ses promesse(s).
Promesse à temps. Promesse temporaire. L'adhésion à la révolution ne doit pas être une promesse à temps sur laquelle il soit un jour licite de revenir (Nizan, Conspir., 1938, p.64).
Promesse de + inf.Quoi qu'il en soit, reçois ici mon inviolable promesse de n'avoir jamais d'autre femme que toi et de devenir ton mari sitôt que cela sera en mon pouvoir (Hugo, Lettres fiancée, 1820, p.24).En retour de leur promesse de ne s'évader point et d'observer les lois du Reich, ils se trouvaient affranchis des barbelés et goûtaient toutes les ivresses du chien à l'attache (Ambrière, Gdes vac., 1946, p.275).
Promesse que.L'amitié n'est plus possible entre nous sans un pacte, une promesse solennelle qu'elle sera un jour autre chose (Montherl., J. filles, 1936, p.1051):
2. Le surlendemain arriva à la hâte un officier supérieur, aide de camp du maréchal, tout exprès envoyé pour apporter ses très humbles excuses, ses plus humbles respects et la promesse qu'il ne le ferait plus. Vigny, Mém. inéd., 1863, p.86.
Faire une promesse. S'engager moralement. Oui, j'aime qu'on rapporte sa paie et qu'on soit de parole, quand on a fait une promesse (Zola, Assommoir, 1877, p.704).SCOUTISME. Promesse (scoute). ,,Engagement personnel du jeune au projet commun du groupe auquel il adhère`` (Éduc. 1979). Faire sa promesse.
Mentir à sa/ses promesse(s). Ne pas tenir sa/ses promesses. On verrait un peu si l'oncle oserait mentir une fois encore à ses promesses, en face d'un mourant, dans une chambre si triste, qu'une lampe fumeuse éclairait mal (Zola, Pot-Bouille, 1882, p.345).
Rendre sa/ses promesse(s). Délier quelqu'un de sa parole. Dites-lui que je lui rends ses promesses, que moi-même je la prie de se donner au ciel (Cottin, Mathilde, t.2, 1805, p.304).
Tenir sa/ses promesse(s). Accomplir ce qui a été promis. Il est revenu, heureux de la revoir et heureux aussi d'avoir tenu ses promesses, d'avoir vécu toute une année en garçon sage, sans sacrer ni boire (Hémon, M.Chapdelaine, 1916, p.102).
Expr. et loc.
Promesse de Gascon. V. gascon B 2.
Promesse de marin. Promesse qu'il ne faut pas croire. Protée: Mais il a déjà dû te promettre quelque chose? Brindosier: Promesse de marin! Il jure trop facilement (Claudel, Protée, 1927, i, 5, p.376).
Promesse des grands n'est pas héritage (vx). ,,Il ne faut pas se fier aux promesses des grands`` (Rey-Chantr. Expr. 1979).
DR. CIVIL. ,,Engagement de contracter une obligation ou d'accomplir un acte`` (Cap. 1936). Promesse d'achat, de bail.
Promesse de mariage. ,,Engagement pris envers une personne de contracter mariage avec elle`` (Cap. 1936). Après le prône, le curé annonça du haut de la chaire qu'il y avait promesse de mariage entre Victoire-Adélaïde Martin et Joséphin-Isidore Vallin (Maupass., Contes et nouv., t.1, Martine, 1883, p.113).
Promesse de vente. ,,Contrat unilatéral, par lequel une personne s'engage à vendre une chose à l'autre partie, sans que celle-ci consente immédiatement à l'acheter`` (Lemeunier 1969). Les actes d'acquisition se font par promesses de vente sous seing privé jusqu'à ce que nous soyons maîtres de tous les terrains (Balzac, C. Birotteau, 1837, p.16).
Sur la promesse de.Une saisie faite chez une jeune personne qui avait meublé un appartement à crédit, sur la promesse d'un lieutenant de chasseurs (Jouy, Hermite, t.5, 1814, p.162).
RELIG. Enfants, peuple de la promesse. Les élus. Jadis les Hébreux, héritiers de la promesse faite par Dieu à Abraham et ses descendants (...); depuis: les élus appelés à l'héritage du ciel (Marcel1938).
2. Au plur. Paroles prodiguées sans intention ou sans possibilité de les mettre à exécution. Promesses mensongères, mirobolantes, ronflantes, trompeuses; promesses électorales; promesses en l'air; bercer qqn de promesses; faire des promesses, de belles promesses; payer qqn de promesses/en belles promesses. Ah! ils ne sont pas chiches de bonnes paroles. Veux-tu des promesses, en voilà! Et ils vous nourrissent de vieilles semelles, et ils vous flanquent à la porte comme des chiens! (Zola, Bonh. dames, 1883, p.546).Plus ils accumulaient de belles promesses, plus les gens sérieux soupçonnaient des pièges (...) car les utopistes eussent mené le monde à des désastres, à la tyrannie et à la bêtise, si on les avait écoutés (Sorel, Réflex. violence, 1908, p.201):
3. Nous le gagnerons par des flatteries, par des présents, et surtout par des promesses. Les promesses coûtent moins que les présents et valent beaucoup plus. Jamais on ne donne autant que lorsqu'on donne des espérances. A. France, Île ping., 1908, p.215.
Fam. Se ruiner en promesses. ,,Faire beaucoup de promesses qu'on ne tient pas`` (Ac. 1835-1935).
B. −
1. [À propos de qqn] Espérance que l'on conçoit des qualités ou des talents d'une personne. Être riche de promesses. Ce caractère si pur, si noble, si sensible, qui a tenu toutes les promesses de l'enfance (Krüdener, Valérie, 1803, p.262).Près de lui [le chanteur], l'autre [sa femme] ne semblait guère qu'une élève, admirablement douée, la promesse d'un génie futur (A. Daudet, Femmes d'artistes, 1874, p.84).On a dit que la beauté est une promesse de bonheur (Proust, Prisonn., 1922, p.140):
4. Tu passais dans le soleil, avec ta chevelure d'or; tu étais une promesse m'annonçant que tu me ferais connaître, un jour, la nécessité de cette création, de cette terre, de ces arbres, de ces eaux, de ce ciel, dont le mot suprême m'échappe encore... Zola, Faute Abbé Mouret, 1875, p.1407.
2. [À propos de qqc.] Assurance ou espérance que semblent donner certaines choses, certains événements. Promesse de beau temps. Ce soir-là, le crépuscule apportait, dans sa pâleur sereine, la promesse d'une splendide matinée (Zola, Faute Abbé Mouret, 1875, p.1472).En avril, quand on s'est mariés, les pêchers étaient en fleurs. Ils recommencent à fleurir, c'est une promesse (Ramuz, Derborence, 1934, p.58):
5. ... l'étrange appel que je ne cesserais plus jamais d'entendre comme la promesse qu'il existait autre chose, réalisable par l'art sans doute, que le néant que j'avais trouvé dans tous les plaisirs et dans l'amour même... Proust, Prisonn., 1922, p.263.
Plein de promesses. Une terre pleine de promesses. Le nom de la Grèce, plus encore que celui de l'Espagne ou de l'Italie, est plein de promesses (About, Grèce, 1854, p.2).Le cinéma, art plein de promesses, allait faire profiter de ses techniques toutes neuves le roman (Sarraute, Ère soupçon, 1956, p.12).
En partic. Promesse de.Annonce, signe de. Promesse de pluie, de vent. Toute rougeur mal placée, toute altération de la peau lui semblaient promesses de chancre (Arnoux, Double chance, 1958, p.168).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔmεs]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. Ca 1150 «action de promettre quelque chose» (Conte de Flore et de Blancheflor, éd. J.-L. Leclanche, 1405); 2. 1607 [éd.] «assurance ou espérance que semblent donner certaines choses, certains événements» (Malherbe, Prière pour le roy allant en Limozin ds Le Parnasse des plus excellens poetes de ce temps, t.1, fo32 vo). Empr. au b. lat. promissa, fém. «action de promettre quelque chose» (fin du ves. ds Blaise, Lat. chrét.), issu du plur. du subst. neutre promissum «id.», lui-même issu par subst., du part. passé de promittere, v. promettre. Fréq. abs. littér.: 3243. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5003, b) 3858; xxes.: a) 4212, b) 4922.

Wiktionnaire

Nom commun - français

promesse \pʁɔ.mes\ féminin

  1. (Sens propre) Action de promettre ; ou résultat de cette action.
    • Mettez-vous en garde contre ces belles promesses, elles cachent souvent la plus infame des tromperies. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Et il réfléchissait. Ce qui est inintelligible, se dit-il, c’est la disproportion qui existe entre les promesses que Jésus lui fit et les résultats qu’elles obtinrent. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Si Dimitri ne voulait pas épouser Phoebe, il aurait au moins dû avoir le courage de l’avouer et de rompre formellement sa promesse. Au lieu de cela, il avait opté pour le silence et l'hypocrisie, […]. — (Lucy Monroe , Pour l'honneur des Pétronides, traduit de l'anglais, dans le volume Séducteurs, éd. Harlequin, coll. Coup de Cœur, 2012)
  2. (Figuré) Ce que l'on espère obtenir.
    • Le talent, chez les hommes est donc à peu près, quant au moral, ce qu’est la beauté chez les femmes, une promesse. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Le curé de Melotte […] n’était plus craint. Ses foudres de carton, ses tonnerres lointains, l’évocation des bûchers infernaux, la promesse des félicités paradisiaques dans un éden, somme toute, passablement morne et fort problématique, ne faisaient plus guère frémir que quelques vieilles dévotes et les gosses de neuf à onze ans […]. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Parmi les fléaux qui s'abattent sur la vigne, le plus terrible, dans ses effets, est évidemment la grêle. Le vignoble est beau, et plein de promesses, et cinq minutes plus tard il n'en reste rien ; […]. — (Sachez soigner vos vignes grêlées, dans Almanach de l'Agriculteur français - 1932, p. 59, éditions La Terre nationale)
  3. (Droit) Engagement à terme.
    • Il faudrait, en premier lieu, répandre parmi nous, par le perfectionnement des institutions de crédit, l'usage des billets, des promesses, des reconnaissances. C'est dire que nos banques devraient cesser de vivre sous l'empire d'un monopole aussi absolu qu'injuste et funeste. — (Michel Gustave Partounau du Puynode, De la monnaie, du crédit et de l'impôt, page V, 1853)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROMESSE. n. f.
Action de promettre ou Résultat de cette action. Promesse verbale. Promesse par écrit. Faire de grandes promesses, de magnifiques promesses. Fausser sa promesse. Manquer, contrevenir à sa promesse. N'ajoutez nulle loi à ses promesses. Ce sont des promesses vaines, trompeuses, illusoires. C'est un homme prodigue de promesses, libéral en promesses. Sur la foi de vos promesses, j'ai tenté cette entreprise. Tenir sa promesse. Je me suis fié à votre promesse. Satisfaire à sa promesse. Remplir sa promesse, ses promesses. Être réservé dans ses promesses. Fidèle à sa promesse, en ses promesses. Violer sa promesse. S'acquitter de sa promesse, acquitter sa promesse. Me voilà quitte de ma promesse. Accomplir sa promesse. Revenir sur ses promesses. Rétracter une promesse. Il nous a quittés avec promesse de nous rejoindre bientôt. J'ai votre promesse. Je compte sur votre promesse. Il lui a donné une reconnaissance portant promesse. J'ai promesse de lui, j'ai obtenu de lui promesse qu'il s'occupera de votre affaire. Promesse de vente. C'est un homme à qui les promesses ne coûtent rien. Fig. et fam., Se ruiner en promesses, Faire beaucoup de promesses qu'on ne tient pas. Promesse de mariage, Engagement pris d'épouser une personne.

Littré (1872-1877)

PROMESSE (pro-mè-s') s. f.
  • 1Action de promettre. Dites-moi seulement s'il a sauvé mon frère, S'il m'a tenu promesse, Corneille, Pomp. v, 3. Ceux qui font ces promesses les tiennent, Pascal, Prov. X. Leurs discours [des prophètes] expriment très clairement la promesse de biens temporels, et ils disent néanmoins que leurs discours sont obscurs, Pascal, Pens. XVI, 5, éd. HAVET. Saint Thomas, traitant de la nature du vœu, établit cette différence entre le commandement et la promesse, que le commandement règle et détermine ce que les autres doivent faire à notre égard ; et la promesse, au contraire, ce que nous devons faire à l'égard des autres, Bossuet, Sermons, Soumission à la parole, 3. On ne m'abuse point par des promesses vaines, Racine, Iphig. IV, 6. Enfin, prince, je viens dégager ma promesse, Racine, Bérén. v, 3. Aux promesses du ciel pourquoi renoncez-vous ? Racine, Ath. I, 1. Essayez dès ce jour l'effet de mes promesses, Racine, ib. II, 7. Il a violé toutes ses promesses à l'égard de ses voisins, Fénelon, Tél. X. Borgia ne partit de Rome qu'après être assuré du duché de Valentinois… et d'une pension de vingt mille livres que lui donnait Louis XII, avec promesse de faire épouser à cet archevêque la sœur du roi de Navarre, Voltaire, Mœurs, 110. Ta promesse suffit, et je la crois plus pure Que les autels des dieux entourés du parjure, Voltaire, Mort de César, I, 1.

    Avoir promesse, se dit de celui à qui une promesse a été faite. Ils étaient toujours flattés, et ils avaient promesse que les Rochelois ne traiteraient pas sans eux, Anquetil, Ligue, II, 84.

    Donner promesse que, promettre que. S'il osait y manquer, je te donne promesse Qu'il pourrait bien ailleurs chercher une maîtresse, Corneille, Gal. du Pal. I, 11.

    Promesses du baptême, celles que l'Église exige des catéchumènes avant de leur conférer le baptême, et que font les parrains et les marraines.

    Fig. N'espérons plus, mon âme, aux promesses du monde, Malherbe, I, 3. La moisson de nos champs lassera les faucilles ; Et les fruits passeront la promesse des fleurs, Malherbe, II, 1.

    Fig. Se ruiner en promesses, promettre beaucoup, et ne rien tenir.

  • 2Promesse de mariage, écrit par lequel on s'engage à épouser une personne. Apprenez, monsieur, que, pour mon malheur, j'aime ce perfide, que j'ai de lui une promesse de mariage, Hauteroche, le Cocher, se. 23.
  • 3Billet sous seing privé par lequel on s'engage à payer une somme d'argent. Signer, déchirer une promesse. Je le priai de me prêter quatre cents pistoles, dont je lui fis ma promesse, et que je lui ai rendues depuis, Retz, Mém. t. III, liv. IV, p. 479, dans POUGENS.
  • 4Les enfants de la promesse, les élus. Dieu ne doit que suivant ses promesses ; il a promis d'accorder la justice aux prières ; jamais il n'a promis les prières qu'aux enfants de la promesse, Pascal, Pens. XXV, 55, bis.

HISTORIQUE

XIIIe s. Promesse sans don ne vaut gaires, la Rose, 4108. Et se m'amor vous prometoie, Jà voir promesse n'en tendroie, ib. 7252. Et Jehan n'a pas assés por paier les detes et les promesses c'on li demande, Beaumanoir, VI, 24.

XIVe s. Ne pensés pas à tel folie… La proumesse fallir ne poet, Jean de Condé, t. II, p. 236. Promesse est vent ; honneur n'a gloire, Et amours dort, c'est chose voire, Machaut, p. 53.

XVe s. Ceux de dedans durement oppressés et requis par plusieurs fois par le connestable qu'ils se rendissent, ou tous seroient morts, s'ils estoient prins par force ; c'estoient les promesses que le connestable promettoit par coustume, Froissart, liv. I, p. 458.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « promesse »

Prov. promessa ; espagn. promesa ; ital. promessa ; du lat. promissus, promis (voy. PROMETTRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin promissa (« promesse »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « promesse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
promesse promesse

Fréquence d'apparition du mot « promesse » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « promesse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « promesse »

  • Le rite a pour objet de rappeler à Dieu sa promesse.
    Jean Daniélou — Dieu et nous
  • Mieux vaut mille refus qu'une promesse non tenue.
    Proverbe chinois
  • Il est injuste et absurde de rendre les êtres comptables de leurs promesses.
    André Maurois — Climats, Grasset
  • La beauté n’est que la promesse du bonheur.
    Stendhal — De l’amour
  • Il faut tenir les promesses que l'on n'a pas faites.
    Georges Duhamel — Défense des lettres, Mercure de France
  • Le sage seigneur ne peut garder sa foi, ni ne le doit, si cette observance se tourne contre lui, et que les causes qui l'ont induit à promettre soient éteintes.
    Machiavel en italien Niccolo Machiavelli — Le Prince, XVIII Il Principe, XVIII
  • Une promesse donnée est une entrave à celui qui l'a faite.
    Elizabeth Gaskell — Les amoureux de Sylvia
  • Je mettais entre les excès toutes les promesses par lesquelles on retranche quelque chose de sa liberté.
    René Descartes — Discours de la méthode
  • Les compromis, c’est la promesse de devenir con.
    Patrick Alessandrin — 15 Août
  • N'espérons plus, mon âme, aux promesses du monde, Sa lumière est un verre, et sa faveur une onde […].
    François de Malherbe — Stances
Voir toutes les citations du mot « promesse » →

Traductions du mot « promesse »

Langue Traduction
Anglais promise
Espagnol promesa
Italien promettere
Allemand versprechen
Chinois 诺言
Arabe وعد
Portugais promessa
Russe обещание
Japonais 約束する
Basque promesa
Corse prumetti
Source : Google Translate API

Synonymes de « promesse »

Source : synonymes de promesse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « promesse »

Combien de points fait le mot promesse au Scrabble ?

Nombre de points du mot promesse au scrabble : 12 points

Promesse

Retour au sommaire ➦