La langue française

Dissuasion

Définitions du mot « dissuasion »

Trésor de la Langue Française informatisé

DISSUASION, subst. fém.

A.− Rare. Action de dissuader*; son résultat. Anton. persuasion.L'orateur, dans le genre délibératif, a deux principaux objets, la persuasion et la dissuasion (Ac.1835-1878).
B.− [En parlant d'une chose] De dissuasion. De nature à dissuader*. Un argument qui a une grande puissance de dissuasion (Dub.1967).
Spéc., ds le lang. milit. et pol. [À propos du potentiel militaire et partic. nucléaire] Dont l'existence doit suffire, par la seule crainte de représailles ou de guerre totale, à dissuader l'ennemi de toute agression, intimidation, occupation de territoire à des fins militaires. Force de frappe ou de dissuasion atomique, nucléaire; armement de dissuasion ou de représailles; stratégie de dissuasion (p. oppos. à stratégie de guerre classique, froide ou nucléaire). La possession de l'arme dite de « dissuasion » joue entre les grandes puissances le rôle d'une épée de Damoclés (Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p. 182):
Ainsi la guerre froide tire bénéfice de l'existence de tout le spectre des moyens de force, mais maintenant l'emploi de la force dans les limites de la guerre froide, c'est-à-dire dans l'abstention de l'emploi des armes classiques et nucléaires, grâce à la mise en œuvre constante de la stratégie de dissuasion. Beaufre, Dissuasion et stratégie,1964, p. 30.
Rem. 1. Cette loc. s'est répandue pour traduire l'adj. angl. deterrent, utilisé à propos d'armes, de puissance, de politique. 2. On emploie aussi le subst. seul : mécanisme de la dissuasion; lois propres à la dissuasion; dialectique d'action et de dissuasion. Dissuasion offensive par la possession d'une première frappe plausible, dissuasion défensive au niveau nucléaire (Id., ibid., p. 51).
P. ext., à d'autres domaines. Qui doit servir à dissuader quelqu'un de faire quelque chose. Mesures de dissuasion. À Varsovie des bistrots de dissuasion ont été installés à la périphérie d'un parc pour filtrer les visiteurs et n'accueillir dans le sanctuaire que les amateurs authentiques (Le Monde,5 oct. 1966ds Gilb., 1971).
Prononc. et Orth. : [disɥazjɔ ̃]. Pour [ss] double, cf. dissuader. Le mot est transcrit avec [ɑ] post. ds Pt Rob. et, facultativement, ds Warn. 1968. Fait partie des mots dans lesquels [ɑ] ne fait que se survivre (cf. Fouché Prononc. 1959, p. 85, 86). Le mot est admis ds Ac. 1694-1878. Étymol. et Hist. 1352-56 (P. Bersuire, T. Liv., ms. Ste Genev., fo157dds Gdf. Compl.). Empr. au lat. class.dissuasio « action de parler contre, de détourner ». Fréq. abs. littér. : 4. Bbg. Lugin (E.). Déterrent et dissuasion. Vie Lang. 1965, pp. 350-351. − Perrot (Général). Vocab. milit. Banque Mots. 1972, no4, p. 204.

Wiktionnaire

Nom commun

dissuasion \di.sya.zjɔ̃\ féminin

  1. Action de dissuader.
    • Il examine la législation, les mesures de dissuasion et les pratiques de détection sur le bord de la route des différents pays membres, ainsi que les mesures de prévention destinées à combattre l’usage de la drogue au volant. — (OCDE, Drogues au volant Détection et dissuasion: Détection et dissuasion, 2010)
  2. (Militaire) Action visant à empêcher un adversaire ou un ennemi potentiel d’accomplir une action hostile, par crainte des conséquences, en particulier de représailles par arme nucléaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

DISSUASION (di-ssu-a-zion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • Action de dissuader. Cette lettre, qui devait dessiller les yeux à cet amant passionné, augmenta sa flamme ; et, ne s'arrêtant pas encore aux dissuasions de sa maîtresse, il la poursuivit plus ardemment, Perroquet, Vie de R. Lulle, p. 6.

HISTORIQUE

XVIe s. Et comme les hommes difficilement s'esloignent de leurs inclinations, aussi les dissuasions dont userent les chefs furent differentes, Lanoue, 624.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dissuasion »

Lat. dissuasionem, de dissuasum, supin de dissuadere, dissuader.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin dissuasĭo (« action de dissuader, de détourner »), dérivé du verbe dissuadere (« déconseiller, dissuader, détourner »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dissuasion »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dissuasion disyazjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « dissuasion »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dissuasion »

  • Une dactylo est une personne dont la force de frappe ne représente pas toujours pour son patron une force de dissuasion. De Noctuel
  • Chacun sait que les armes de dissuasion ne sont efficaces que si l'on ne s'en sert pas. De Emil Michel Cioran / Des larmes et des saints
  • La force de frappe, ensuite. Elle incarne au plus haut degré cette souveraineté nationale puisqu'elle est mise en œuvre, seule, par un président élu au suffrage universel direct, suffrage qui le rend légitime pour son emploi. La force de frappe présidentielle a ainsi remplacé le sceptre royal. Sa crédibilité repose intégralement sur cette unicité de décision qui, elle-même, a engendré une dissuasion mise en œuvre verticalement et sans partage. Or, là aussi, la doctrine du "en même temps" a semé la confusion : le "dialogue stratégique" évoqué par le président laisse à penser, en France comme en Allemagne, que l'épée de la France pourrait devenir à terme une épée à deux mains, celle de Paris et de Berlin ou de Paris et de Bruxelles, alors que tout l'empêche de manière inébranlable : la technique comme la politique. Laisser prospérer ce type d'idées est s'exposer, soit à être cru et dépassé (les propos de M. Ischinger et de Wadephul sur l'européanisation de la force de frappe nationale le démontrent), soit à se rétracter au nom d'un levier qui, techniquement, empêche toute mutualisation et donc à passer pour un hypocrite. Comme la souveraineté qu'elle incarne, la force de frappe ne se partage pas. La Tribune, Souveraineté militaire : la France et son épée (1/3)
  • Nécessité, limite et danger d’un arsenal de dissuasion , Mercredi ! École buissonnière : Entre persuasion et dissuasion | NewsMada
  • «Nous sommes dans une situation de risque de guerre nucléaire plus élevé que pendant la guerre froide». C’est le constat brossé début juin par Marc Finaud, ancien diplomate français rattaché au Centre de politique de sécurité de Genève, dans l’émission Géopolitis de la RTS. En pleine crise sanitaire, les États-Unis, la Corée du Nord et Israël se sont distingués par de nouveaux tests de missiles. Selon cet expert, les dernières innovations militaires ont mis à mal la stratégie de la dissuasion nucléaire. Plus rapides et plus précis, les missiles peuvent désormais être utilisés dans une bataille nucléaire. «Le but n’est plus de les garder à titre préventif, mais bien de les employer». Qui plus est, plusieurs traités internationaux qui avaient permis de contrôler et de limiter la taille des arsenaux nucléaires depuis la guerre froide sont abandonnés, ou menacés de l’être, par Donald Trump. La vie autrement, Brûler de l’intérieur – La vie autrement
  • « En réalisant ce test, la France montre ses muscles sur sa capacité de créer des conséquences humanitaires et environnementales catastrophiques. Ce test est une nouvelle fois la démonstration que la politique de dissuasion se traduit par une acceptation de renoncer à l’ensemble des règles de droit international, dont le droit international humanitaire. » « Le coût de développement des forces de dissuasion ne cesse de progresser au détriment  d’une véritable sécurité humaine. En 2020 c’est 8 999 € par minute dépensée par l’ensemble des contribuables Français, en 2025 ce sera 11 415 € ! » « Il est urgent que la commission des Affaires étrangères mette en place la délégation permanente à la dissuasion nucléaire, à la non-prolifération, à la maîtrise de l’armement et au désarmement adoptée en juillet 2018. Ce format permettrait d’engager une plus grande transparence sur ce domaine qui reste bien opaque. Les parlementaires qui ont multiplié les tribunes pour « changer de monde » doivent agir au plus vite. Sinon, nous allons rester dans ce « monde d’avant » ; toujours sous la menace des armes nucléaires ». 7seizh.info, Penmarc'h-missile M51 : la France montre ses muscles sur sa capacité de créer des conséquences humanitaires et environnementales catastrophiques - 7seizh.info

Traductions du mot « dissuasion »

Langue Traduction
Anglais deterrence
Espagnol disuasión
Italien dissuadere
Allemand abschreckung
Chinois 威慑
Arabe الردع
Portugais dissuasão
Russe устрашение
Japonais 抑止
Basque larderia
Corse deterrenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « dissuasion »

Source : synonymes de dissuasion sur lebonsynonyme.fr

Dissuasion

Retour au sommaire ➦

Partager