La langue française

Écueil

Sommaire

  • Définitions du mot écueil
  • Étymologie de « écueil »
  • Phonétique de « écueil »
  • Évolution historique de l’usage du mot « écueil »
  • Citations contenant le mot « écueil »
  • Traductions du mot « écueil »
  • Synonymes de « écueil »

Définitions du mot « écueil »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCUEIL, subst. masc.

A.− Tête de roche à fleur d'eau, dangereuse pour la navigation. Écueil sur lequel se brisent les vagues; côte, mer, eaux semées d'écueils; écueils signalés par des phares; îles et écueils du golfe normand. Synon. récif.Ainsi, longeant l'écueil (...) l'on voit un habile pilote Manœuvrer au milieu du dangereux récif (Dumas père, L'Orestie,1896, II, 5, p. 158).Une bouée à feu fixe récemment placée sur un écueil dangereux et immergé (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 109):
1. ... des portulans. C'étaient, en somme des guides, qui ne manifestaient aucun souci d'exactitude topographique ni d'échelle, mais présentaient tous les détails de la côte, avec les écueils et les phares. P. Rousseau, Hist. des transp.,1961, p. 134.
Rem. On rencontre ds la docum. une attest. d'emploi de ce mot en géol., p. anal. La plus basse des nappes internes apparaît souvent, dans les Préalpes (...) sous forme de lambeaux aujourd'hui isolés, qu'on appelle Klippes ou écueils parce qu'ils surgissent au milieu du flysch environnant (Lapparent, Abr. géol., 1886, p. 403).
P. ext., usuel. Banc de sable, de roches ou de coraux, haut-fond ou relief sous l'eau ou hors de l'eau, constituant un danger pour la navigation. Canal rempli d'écueils; passer dans, parmi les écueils; rencontrer, heurter un écueil; navire se brisant contre un écueil. Synon. récif, brisant2(cf. ce mot A), batture, chaussée (cf. ce mot B 1), roche(r).Cette semaine-là, qui fut brumeuse, une grosse barque de Nantes se perdit sur un écueil de la chaussée de Sein (Queffélec, Recteur,1944, p. 25).Il avait donné sur un écueil mal reconnu, par une mer très calme (Gracq, Syrtes,1951, p. 266):
2. ... dans les parages dangereux de l'île de Sein, semés de roches : six cuirassés, une trentaine de bâtiments légers, de sous-marins, tout à coup aveuglés et stoppant, à la merci du vent et des courants, au milieu d'un champ d'écueils. Valéry, Variété III,1936, p. 197.
SYNT. Écueil caché, invisible, couvert, dangereux, périlleux, redoutable, redouté, funeste, mortel.
P. métaph. [En parlant d'obj. ou d'abstractions dont la localisation rappelle les précédents] Son sommeil était dans son plein, (...) je ne me heurterais pas à des écueils de conscience recouverts maintenant par la pleine mer du sommeil profond (Proust, Prisonn.,1922, p. 72):
3. ... le trajet était hérissé de difficultés; il y avait des choses par terre, des tabourets renversés (...) des monceaux quelconques autour desquels il fallait cheminer, tout un archipel d'écueils; ... Hugo, Quatre-vingt-treize,1874, p. 107.
B.− Au fig., souv. au plur., littér. Obstacle dangereux, difficulté périlleuse. Affronter les écueils d'une politique, d'un projet, d'un sujet, d'un système, d'une entreprise, d'une carrière; la vie, le monde est plein(e) d'écueils; être pris entre deux écueils continuels. (Quasi-)synon. pierre d'achoppement, danger, piège, inconvénient.C'est un écueil où les plus avisés font naufrage (Ac.1835, 1878) :
4. Si cependant, dans quelques années, sa rivale [à la mécanique classique] triomphe, je me permettrai de vous signaler un écueil pédagogique que n'éviteront pas nombre de maîtres, en France tout au moins. Poincaré, La Mécan. nouv.,1909, p. 16.
5. Et c'est un rêve qui le met en garde contre le danger de desséchement intellectuel, qui était bien l'un des écueils de sa vie morale; ... Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 18.
SYNT. Écueil effrayant, glissant, inévitable, infranchissable, insurmontable, perfide, terrible, secret; triste écueil.
Prononc. et Orth. : [ekœj]. Buben 1935 § 65 signale que dans qq. provinces on prononce -cueil, -gueil par [-kεj], [-gεj] au lieu de [-kœj], [-gœj] qui est seul correct, p. anal. avec les mots dans lesquels -cu-, -gu- sert simplement à conserver le son de la gutturale (querrir, guerre). Cette rem. vaut également pour cueillir, accueil, cercueil (cf. ces mots) et pour orgueil. Enq. /ekøj/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1538 escueil (Est., s.v. scopulosus); 1604 au fig. écueil (Montchrestien, La Carthaginoise ds Tragédies, éd. Petit de Julleville, p. 146 ds IGLF). Empr. à l'a. prov.escueyll, attesté début xives. au sens propre et au sens fig. (R. Feraut, Vie de St Honorat ds Rayn.) qui, comme l'ital. scoglio (d'orig. ligure) et le cat. escull, remontent à un lat. vulg. *scŏclu, altération du class. scŏpŭlus « écueil » (du gr. σ χ ο ́ π ε λ ο ς), due, soit à une assimilation régressive du p au c, soit à une substitution du suff. -culus à la finale -pulus, moins fréquente (v. FEW t. 11, p. 325b; Bl.-W.5; Cor., s.v. escollo). La forme fr. isolée scoigle (ca 1550, Descr. du Nil ds Gdf. Compl., texte traduit de l'ital.) est une adaptation de l'ital. scoglio (v. FEW, loc. cit.). Fréq. abs. littér. : 851. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 833, b) 2 587; xxes. : a) 523, b) 353. Bbg. Rog. 1965, p. 59, 99. − Vidos 1939, p. 364, 369.

Wiktionnaire

Nom commun

écueil \e.kœj\ masculin

  1. (Marine) Rocher, banc de sable, de coquillages, de corail, que l’on rencontre dans la mer à la surface ou près de la surface des eaux, et contre lequel les navires courent le risque de se briser ou de s’échouer.
    • Au moment même où nous passions si près de cet écueil, la décoloration des eaux et leur mouvement irrégulier me prouvèrent que nous étions sur un petit fond, et qu’à chaque instant un choc fatal pouvait décider de notre sort. — (Voyage de Dumont d’Urville autour du monde raconté par lui-même, 1829)
  2. (Figuré) Choses dangereuses pour la vertu, l’honneur, la fortune, la réputation, etc.
    • […] ; mais, pour éloigner sans retour la conversation de l’écueil où elle l’avait vue sur le point d’échouer, elle dit à son mari d’un ton gracieux : […]. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
  3. Barrière, obstacle.
    • Nationalisme et Socialisme en tant que nouveaux credo du pouvoir, furent expérimentés et se révélèrent insuffisants, car tous deux, comme le réformisme avant eux, sombrèrent sur l’écueil de l’absolutisme. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.73)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCUEIL. (On prononce Ékeuye.) n. m.
Rocher, banc de sable, de coquillages, de corail, que l'on rencontre dans la mer à la surface ou près de la surface des eaux, et contre lequel les navires courent risque de se briser ou de s'échouer. Écueil dangereux. Naviguer dans une mer pleine d'écueils. Éviter un écueil. Donner sur un écueil. Ce vaisseau s'est brisé contre un écueil. Ce port est fermé par des écueils. Il se dit figurément des Choses dangereuses pour la vertu, l'honneur, la fortune, la réputation, etc. Le monde est plein d'écueils. C'est un écueil où les plus avisés font naufrage. Ce fut l'écueil de sa vertu.

Littré (1872-1877)

ÉCUEIL (é-keull, ll mouillées, et non é-keuye) s. m.
  • 1 Rocher et, par extension, banc de sable, de roches, de coquillage, de corail, qui, élevé à la surface ou près de la surface des eaux, présente aux navires qui passent le danger de s'y échouer ou même d'y périr, Jal Donner sur un écueil. Ce port est fermé par des écueils. Relever un écueil, prendre note de sa situation. Le cœur ingrat de ce héros Braverait l'effort de mes larmes Comme un superbe écueil brave celui des flots, Tristan, M. de Chrispe, II, 1. Sûr que tous les siens seront ralliés par sa victoire, par l'appât de ce riche butin, par l'étonnant spectacle de Moscou prisonnière, et par lui surtout, dont la gloire, du haut de ce grand débris, attirait encore comme un fanal sur un écueil, Ségur, Hist. de Napol. VIII, 9.
  • 2 Fig. Il se dit de tout ce qui est dangereux pour la vertu, l'honneur, la fortune, etc. Combien à cet écueil se sont déjà brisés ? Corneille, Cinna, I, 2. Et voir leur fier amas de puissance et de gloire, Brisé contre l'écueil d'une seule victoire, Corneille, Sertor. II, 1. La haine et la flatterie sont des écueils où la vérité fait naufrage, La Rochefoucauld, Mém. dans RICHELET. Voilà des écueils à ma constance, et ces écueils se rencontrent souvent, Sévigné, 19. Cet écueil qu'on trouve sur la fin de sa vie, Sévigné, 236. Ce tombeau fatal, écueil des grandeurs humaines, Fléchier, le Tellier. Des écueils de la cour ils sauvent sa vertu, Boileau, Sat. v. …Va pâlir sur la Bible, Va marquer les écueils de cette mer terrible, Boileau, Sat. VIII. La fausse gloire est l'écueil de la vanité, La Bruyère, XI. Tes yeux, sur ma conduite incessamment ouverts, M'ont sauvé jusqu'ici de mille écueils couverts, Racine, Brit. I, 4. Rhodes, des Ottomans ce redoutable écueil, Racine, Baj. II, 1. La foi qui paraît l'écueil de la raison, Massillon, Car. Vér. de la relig. Tout deviendra tentation ou écueil à votre faiblesse, Massillon, ib. Voc. Ainsi que saint Augustin, saint Jérôme trouva son écueil dans les voluptés du monde, Chateaubriand, Génie, III, IV, 2.

HISTORIQUE

XIVe s. Nature apprend au doigt à l'œil, à se tirer de cest escueil, Traité d'alch. 390.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « écueil »

Du latin scopulus (« rocher »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. escuelh, escueyll ; anc. catal. escoll ; espagn. escollo ; portug. escolho ; ital. scoglio ; du latin scopulus. Il y a dans l'ancien français un autre escueil, qui signifie action de rassembler, accueil, élan, et qui vient d'ex-colligere.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « écueil »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
écueil ekœj

Évolution historique de l’usage du mot « écueil »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « écueil »

  • La popularité est plus communément un écueil qu'une récompense. De Emile de Girardin
  • Les diamants sur une tête laide sont comme un phare sur un écueil ; ils avertissent. De Izarn de Freyssinet
  • Le navire qui n'obéit pas au gouvernail devra obéir aux écueils. De G. Torriano / Piazza universale di proverbi itiliani
  • Le mépris et la haine sont sans doute les écueils dont il importe le plus aux princes de se préserver. De Nicolas Machiavel / Le Prince
  • Et souvent, c'est l'effet des caprices du sort, Qu'au milieu des écueils on rencontre le port. De Thomas Corneille / Le Geôlier de soi-même
  • Pour se diriger parmi l'écueil des hommes, les femmes se servent de leurs yeux comme sextant, de leur sexe comme boussole et de leur bouche comme gouvernail. De Malcolm de Chazal / Sens Plastique
  • L'écueil majeur de l'occidental, c'est moins la raison que la personne. De Marie-Madeleine Davy / Un itinéraire à la découverte de l'intériorité
  • Ma mère, à toi je me confie. Des écueils d'un monde trompeur Écarte ma faible nacelle. Je veux devoir tout mon bonheur A la tendresse maternelle. De Alfred de Musset / A ma mère
  • Ne soyez ni confiant, ni banal, ni empressé, trois écueils ! La trop grande confiance diminue le respect, la banalité nous vaut le mépris, le zèle nous rend excellents à exploiter. De Honoré de Balzac / Le lys dans la vallée
  • Ce qu’en pense Les Inrocks : « Tourné juste avant l’élection de Bolsonaro, «Trois Étés» est une peinture de moeurs tout en équilibre, où l’acidité de la critique sociale ne parasite à aucun moment l’épaisseur de trait ni l’affection portée à ses personnages. (…) Le film évite l’écueil du manichéisme de classe (bourgeois affreux vs prolos admirables) pour lui substituer une étude à la fois plus complexe et accablante du système politique et économique actuel. » L'Essor Savoyard, Bellegarde: le ciné-club choisit une comédie pour clore sa saison! - L'Essor Savoyard
  • Jusqu’à présent, nous avions, pour gérer ce marché, institué, faut-il le rappeler en « priorité nationale » (mais faut-il vraiment le croire ?) un secrétaire d’Etat, Jean-Baptiste Lemoyne, rattaché au Quai d’Orsay. Il a fait le job durant la crise. Il l’a bien fait, même s’il a fallu batailler ferme et mouiller sa chemise (à carreaux), face à un Bercy pas totalement ouvert et enthousiaste. Il aura fallu déployer de grands talents de persuasion pour réussir à faire promulguer cette fameuse ordonnance sur les « avoirs », évitant ainsi aux voyagistes, agents de voyages l’écueil d’une faillite inéluctable. L'Echo Touristique, L’édito de Dominique Gobert : et un ministre du Tourisme, bordel ?
  • Si Kanye West peut techniquement se lancer, bien des écueils vont parsemer son parcours. Déjà, il est trop tard pour que son nom apparaisse sur les bulletins de vote de plusieurs États. Parmi ceux-ci, on retrouve New York, le Texas et l’Illinois, trois des États qui ont le plus de poids au collège électoral. Aussi bien dire que ses chances de victoire sont bien minces.  Le Journal de Québec, Kanye West: yes he can! | Le Journal de Québec
  • La négociation commence, mais il faut éviter l'écueil des lunettes de contrefaçon vendues à bas prix sur le Web... Les deux s'entendent finalement sur un site fiable et cette jeune conseillère de banque repartira avec 350 euros en liquide. « Un prix raisonnable », estime-t-elle. leparisien.fr, Au Carrefour Occasion des Ulis, la ruée sur les sacs et les bijoux - Le Parisien

Traductions du mot « écueil »

Langue Traduction
Anglais pitfall
Espagnol trampa
Italien trappola
Allemand falle
Chinois 陷阱
Arabe مأزق
Portugais armadilha
Russe западня
Japonais 落とし穴
Basque pitfall
Corse pitfall
Source : Google Translate API

Synonymes de « écueil »

Source : synonymes de écueil sur lebonsynonyme.fr
Partager