La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « ivresse »

Ivresse

Variantes Singulier Pluriel
Féminin ivresse ivresses

Définitions de « ivresse »

Trésor de la Langue Française informatisé

IVRESSE, subst. fém.

A. − État d'exaltation des facultés mentales résultant de l'absorption en grande quantité de boissons alcoolisées. Synon. ébriété, soûlerie (fam.).Ivresse cérébrale, capiteuse, délirante; ivresse des boissons, de l'alcool; ivresse des sens et de l'esprit; cuver son ivresse; état d'ivresse; débauche, délire, excitation, fumées de l'ivresse; abruti, appesanti, assoupi, engourdi, hébété par l'ivresse; sévir contre l'ivresse; yeux noyés d'ivresse. Cette créature pouvait bien avoir soixante ans, et était d'une taille moyenne et d'un hideux embonpoint; le visage, horrible à voir, avait une singulière expression de méchanceté railleuse; la bouche ricanait un cruel sourire où l'on démêlait les hébétements de l'ivresse que produit l'alcool (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 266).Près d'elle un guéridon avec un verre et une bouteille que Nanie a déjà plusieurs fois renouvelée. Elle boit lentement, silencieusement, posément. Elle regarde ses invités s'agiter. Elle jouit attentivement de l'ivresse du vin blanc qui monte si lentement qu'on n'en prend pas conscience (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 209):
1. Le lendemain, avec son ivresse mal cuvée de la veille, il repartait, tapait aux volets des consolations, se lâchait de nouveau dans une course furieuse, au milieu des petits verres, des canons et des litres, perdant et retrouvant ses amis, poussant des voyages dont il revenait plein de stupeur, voyant danser les rues, tomber la nuit et naître le jour, sans autre idée que de boire et de cuver sur place. Zola, Assommoir,1877, p. 628.
MÉD. Coma de l'ivresse. Perte de conscience, de sensibilité et de motilité provoquée par l'absorption de boissons alcooliques :
2. Lui-même, jusque-là, s'était méfié, n'avait pu admettre, comme les anciens, qu'un corps, imprégné d'alcool, dégageât un gaz inconnu, capable de s'enflammer spontanément et de dévorer la chair et les os. Mais il ne niait plus, il expliquait tout d'ailleurs, en rétablissant les faits; le coma de l'ivresse, l'insensibilité absolue, la pipe tombée sur les vêtements qui prenaient feu, la chaire saturée de boisson qui brûlait et se crevassait... Zola, Dr Pascal,1893, p. 206.
P. anal. Exaltation et déséquilibre mental provoqué par l'absorption de substances toxiques. Ils se figurent l'ivresse du haschisch comme un pays prodigieux, un vaste théâtre de prestidigitation et d'escamotage, où tout est miraculeux et imprévu (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 354).Sachez, mon cher monsieur, que le sang de la vigne ne suffit plus à troubler la sérénité de mon cerveau. Il faut à mon ivresse l'opium des Chinois, le haschich des Indiens et le raki des Polynésiens (Theuriet, Mar. Gérard,1875, p. 141).
B. − Au fig.
1. État d'exaltation psychique, provoqué par une passion. Ivresse dionysiaque, insensée, joyeuse, légère, lucide, lyrique, matinale, printanière, sexuelle, vertigineuse. Autrefois, les scènes de la nature me jetaient dans une ivresse amoureuse. J'aimais la nature comme une amante. Cette extase n'est plus aussi vive. Il y a des pages d'Atala et de René qui ont été écrites dans le délire d'une vraie passion pour la nature; elles ont été écrites dans l'ivresse (Chateaubriand ds Chênedollé, Journal,1808, p. 32).L'harmonisation de ces tons, de ces teintes, de ces irisations, ç'a été, une heure ou deux, chez moi une ivresse, une ivresse produite chez un coloriste par une griserie de couleurs... Il est vrai que cette ivresse, je l'ai encouragée par deux ou trois verres de fine champagne (Goncourt, Journal,1887, p. 670).Je sais que je lui donnais asile avec ivresse dans mon cœur, qu'elle s'y est blottie pour me mordre avec plus de joyeuse sûreté et s'est glissée rapidement loin de moi en m'abandonnant à la pire souffrance (Barrès, Jard. Oronte,1922, p. 149):
3. Je me suis longtemps demandé, songeant à Léon Schleiter, si l'ivresse de la popularité, la passion de l'influence, ou même le jeu des idées pouvaient vraiment faire hésiter un homme de haute culture entre deux destinées, deux carrières, deux fortunes, celle du savoir et celle du pouvoir, j'entends de ce pouvoir évident, sensible, grossier, qu'est le pouvoir public. Duhamel, Terre promise,1934, p. 45.
Au plur. Passions. Si je veux bâtir une cité je prends la pègre et la racaille et je l'ennoblis par le pouvoir. Je lui offre d'autres ivresses que l'ivresse médiocre de la rapine, de l'usure ou du viol (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 564).
2. Sensation d'euphorie, exaltation.
a) [P. réf. à une activité physique] Ivresse physique. Désabusé, je me truque pour ressentir encore, malgré le vieillissement qui me délabre, la jeune ivresse de l'alpiniste (Sartre, Mots,1964, p. 201):
4. La joie que donne le sport est une ivresse qui naît de l'ordre. Celle que vous ressentez à la lecture de ce poème qu'est une belle fiche physiologique. On rêve, pour dire cette joie, d'un style dont le pouvoir d'ivresse sortirait de sa précision... Montherl., Olymp.,1924, p. 260.
Ravissement de l'âme. Ivresse de l'extase. Je résolus de vivre comme Jean-Jacques Rousseau, de rien ou de peu, de retrancher à ma vanité, à mes vêtements, à ma nourriture tout ce que je voulais donner à la sainte ivresse de mon âme (Lamart., Raphaël,1849, p. 246):
5. Des personnes plus agréables causèrent un moment avec moi. Mais qu'étaient leurs paroles, qui, comme toute parole humaine extérieure, me laissaient si indifférent, à côté de la céleste phrase musicale avec laquelle je venais de m'entretenir? J'étais vraiment comme un ange qui, déchu des ivresses du paradis, tombe dans la plus insignifiante réalité. Proust, Prisonn.,1922, p. 258.
b) [P. réf. à une activité intellectuelle] Ivresse pensive, philosophique. La sublimité d'une large hypothèse ravira le philosophe, la délicatesse d'une théorie l'enchantera. Ses bonnes fortunes seront les découvertes d'ingénieuses formules, et ses débauches les entiers abandons aux ivresses de la fantaisie métaphysique (Bourget, Essais psychol.,1883, p. 159).De quelle ivresse n'exultait-il pas à l'idée qui naissait en lui d'un Zagreus épouvanté devant l'approche des Titans. Ah! comme il était repris par toute la beauté! comme il s'arrachait à l'amour! comme il « séparait de la chair l'idée suprême de la déesse »! comme il se sentait libre, enfin! (Louÿs, Aphrodite,1896, p. 42):
6. L'apparition des plus royales demeures de Notre-Dame, dans cette fétide embuscade d'Atar, peut bien consoler Maxence. Mais non! Il reste au fond de lui un sombre tourment. Que les faibles se nourrissent des plus nobles rêves! Lui, il veut la vérité avec violence. Il est saisi par la noble ivresse de l'intelligence, et cette fièvre d'esprit le travaille, d'aller à la véritable raison, à cette assurance très sereine de la raison bien assise. Psichari, Voy. centur.,1914, p. 104.
3. État second :
7. Cette mélopée émouvante, qui ressemble à un chant arabe, mais avec beaucoup plus de variété dans le mouvement et d'étendue dans la tessiture, c'est le chant flamenco, le plus pur moyen d'expression de la poésie andalouse, vers et musique improvisés par le chanteur, le plus souvent sans accompagnement. C'est un véritable état d'ivresse qu'engendre peu à peu un rythme marqué avec le bout des doigts sur les genoux ou sur le bord d'une table. T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 123.
Prononc. et Orth. : [ivʀ εs]. Ac. 1694, 1718 yvresse, puis i-. Étymol. et Hist. 1. 1121-34 « état d'une personne prise de boisson » (Philippe de Thaon, Bestiaire, 833 ds T.-L.); 2. ca 1160 « trouble de l'âme dû à une passion, à l'amour » (Eneas, 821, ibid.). Dér. de ivre*; suff. -esse1*. Fréq. abs. littér. : 2 447. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 533, b) 3 969; xxes. : a) 4 014, b) 2 850. Bbg. Sckomm. 1933, p. 145.

Wiktionnaire

Nom commun - français

ivresse \i.vʁɛs\ féminin

  1. État d’une personne ivre.
    • L’ivresse qui dure longtemps chez les Sauvages, et qui est pour eux une espèce de maladie, les empêcha sans doute de nous poursuivre durant les premières journées. — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • C’était une ivresse de respirer, de humer ces rayons solaires que le printemps rendait si vivifiants ! — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • À l’origine on ne vit dans les boissons fermentées qu’un moyen de se mettre en état d’ivresse. C’est l’étonnement provoqué sur des âmes simples par les propriétés exhilarantes de ces breuvages qui fit décerner à leurs inventeurs les honneurs divins. Tous les hommes ont le goût des excitants propres à leur procurer, avec l’oubli momentané de leurs maux, les jouissances d’une vie que l’imagination arrange quelques instants à son gré. L’ivresse, cette poésie des fonctions digestives, est même, selon une remarque de [[[w:Ernest Renan|Ernest]]] Renan, la seule forme sous laquelle les hommes sans culture puissent concevoir l’idéal. — (Louis Bourdeau, Histoire de l’alimentation, chap. V : Boissons distillées, coll. Études d’histoire générale, Félix Alcan, Éditeur, Paris, 1894)
    • Jamais il n’avait éprouvé une ivresse de volupté aussi aiguë et il eût voulu prolonger indéfiniment cette délicieuse torture. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
  2. (En particulier) (Plus courant) État d’une personne enivrée par l’abus d’alcool.
    • […] car, dans le naufrage de l’ivresse, on peut observer que l’amour-propre est le seul sentiment qui surnage. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • L’ivresse se lisait dans ses yeux, une ivresse crâne et satisfaite qui lui arrachait quelquefois de gros rires. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Les éléphants roses n'existent pas, l’ivresse n'abrite que les noirs serpents de la douleur et de la déchéance. On boit pour une seule raison : pas pour oublier que l'on boit, comme ce personnage du Petit Prince, mais pour oublier tout le reste et échapper à la dépression. — (Serge Reggiani, Dernier courrier avant la nuit, Éditions de l'Archipel, 1995, réed. revue & augmentée, 2003)
    • Fréquent et insupportable à l’urgence, un agité, saoul, méchant et sale, hurle des grossièretés […] Les gendarmes refusent de s’en occuper. L’ivresse qui est une infraction sur la voie publique devient une maladie à l’hôpital. — (Claude Chopin, L’Hôpital : allô quoi ?, Éditions Edilivre, 2017, p. 109)
  3. (En particulier) (Plus rare) Enthousiasme ; exaltation.
    • […] Le Kalevala est un véritable éblouissement, auquel cette traduction de Gabriel Rebourcet rend sa faconde et son ivresse furibarde. — (André Clavel, « L’Iliade boréale », dans L'Express n° 3081, 21 juillet 2010)
    • Des années de frénésie et de farouche indépendance, dans l’ivresse de ses neuves et intactes illusions. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 25)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IVRESSE. n. f.
État d'une personne ivre. Il n'est pas encore revenu de son ivresse. Être plongé dans l'ivresse. Fig., L'ivresse des passions, des grandeurs, du succès. Une douce ivresse. Dans l'ivresse du succès il oubliait tous ses soucis. On dit également L'ivresse des sens. Il s'est dit quelquefois, particulièrement, de l'Enthousiasme poétique. L'ivresse poétique.

Littré (1872-1877)

IVRESSE (i-vrè-s') s. f.
  • 1Ensemble des phénomènes que détermine un excès de boissons fermentées, depuis le trouble commençant de la raison jusqu'à l'état de délire, de sommeil involontaire et même de mort. Les gardes, assoupis dans leur infâme ivresse, Laissaient un accès libre à ma main vengeresse, Voltaire, Triumv. IV, 6. À travers son ivresse on voit qu'il ne manque ni d'esprit, ni d'une certaine éducation, Beaumarchais, Barb. de Sév. II, 15. Le comte : Fi donc ! tu as l'ivresse du peuple. Figaro : C'est la bonne ; c'est celle du plaisir, Beaumarchais, ib. I, 4.

    Fig. L'on prend [chez le guerrier] pour grandeur d'âme ou une férocité de naturel qui le rend intrépide, ou une ivresse de raison qui lui cache le danger…, Massillon, Panégyr. St Louis.

  • 2 Fig. Trouble produit dans l'âme par une passion, par une possession. De l'absolu pouvoir vous ignorez l'ivresse, Racine, Athal. IV, 3. Le libertinage des mœurs ne se soutient que par une ivresse qui ne dure pas, Massillon, Carême, Vérit. culte. Le réveil suit de près vos trompeuses ivresses, Et toutes vos richesses S'écoulent de vos mains, Rousseau J.-B. Odes, I, 15. Si le crime insolent dans son heureuse ivresse Écrasait à loisir l'innocente faiblesse…, Voltaire, Oreste I 2. Mon bonheur est détruit, l'ivresse est dissipée, Voltaire, ib. I, 4. Je l'ai vu des plaisirs chercher la folle ivresse, Voltaire, Triumv. I, 1. L'enthousiasme et l'ivresse étaient au dernier degré, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 1er juill. 1778. De cette noble ardeur que j'aime à voir l'ivresse ! Ducis, Roméo, I, 3. Les splendeurs de la cour et sa bruyante ivresse, Delavigne, Vêp. sicil. II, 1.

    On dit de même : l'ivresse des sens. Je vois que de ses sens l'impétueuse ivresse L'abandonne aux excès d'une ardente jeunesse, Voltaire, Adél. du Guesclin. I, 1.

  • 3L'enthousiasme poétique. Dans une poétique ivresse. Je les fis toutes deux [l'Iliade et l'Odyssée] plein d'une douce ivresse : Je chantais, Homère écrivait, Boileau, Poés. div. XX.

HISTORIQUE

XIIe s. Fust [soit] par ivresse, fust [soit] par ire, Assez tost oï Richard dire Que vilains comune faseient, Wace, Rou, 5975-6074.

XIIIe s. Et bien sacent [sachent] tuit que nus [nul] vilain cas de crieme n'est escusés par yvreche, Beaumanoir, VI, 25.

XIVe s. Nul secret n'est là où regne yvresse, Ménagier, I, 9.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ivresse »

(Date à préciser) Dérivé de ivre, avec le suffixe -esse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ivre ; provenç. yvreza, ybrieza ; ital. ebbrezza. Le latin ebrietatem aurait donné ivreté.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ivresse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ivresse ivrɛs

Fréquence d'apparition du mot « ivresse » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « ivresse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ivresse »

  • L’ivresse fait dire les mots qu’on aurait pu dire en étant sobre.
    Proverbe chinois
  • Interpellée pour ivresse publique et manifeste, elle s’est mise à outrager les forces de l’ordre lors de son placement en chambre de dégrisement, allant jusqu’à cracher à la figure de deux fonctionnaires.
    Faits-divers - Justice | Ivre, elle crache à la figure des policiers
  • Je tiens pour Hippocrate, Qui dit qu'il faut à chaque mois S'enivrer du moins une fois.
    Marc Antoine Girard, sieur de Saint-Amant — Débauche hippocratique
  • Il est 20 h 30, mardi. À L’Isle-sur-le-Doubs, les gendarmes sont appelés place François-Mitterrand où un habitant -défavorablement connu de leurs services- est signalé en état d’ivresse.
    Faits-divers - Justice | Ivre, il met la main aux fesses d’un pompier dans le fourgon
  • Une ivresse efface mille tristesses.
    Proverbe chinois
  • La jeunesse est une ivresse sans vin et la vieillesse un vin sans ivresse.
    Proverbe allemand
  • Les moeurs déréglées sont l'ivresse des mortels.
    Proverbe oriental
  • C'est une sorte d'ivresse, la violence.
    Claire de Lamirande — La pièce montée
  • Deux choses ne peuvent se cacher : l'ivresse et l'amour.
    Antiphane
  • La lucidité n’est rien d’autre qu’une ivresse de puissants.
    Jacques Attali — Nouv’Elles
Voir toutes les citations du mot « ivresse » →

Traductions du mot « ivresse »

Langue Traduction
Anglais drunkenness
Espagnol embriaguez
Italien ubriachezza
Allemand trunkenheit
Chinois 酒醉
Arabe السكر
Portugais embriaguez
Russe пьянство
Japonais 酩酊
Basque hordiqueriaz
Corse ubriachezza
Source : Google Translate API

Synonymes de « ivresse »

Source : synonymes de ivresse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ivresse »

Combien de points fait le mot ivresse au Scrabble ?

Nombre de points du mot ivresse au scrabble : 10 points

Ivresse

Retour au sommaire ➦