La langue française

Ébriété

Sommaire

  • Définitions du mot ébriété
  • Étymologie de « ébriété »
  • Phonétique de « ébriété »
  • Évolution historique de l’usage du mot « ébriété »
  • Citations contenant le mot « ébriété »
  • Traductions du mot « ébriété »
  • Synonymes de « ébriété »

Définitions du mot ébriété

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉBRIÉTÉ, subst. fém.

État d'une personne ivre à la suite de l'absorption d'alcool. Nuit, période d'ébriété; en état d'ébriété flagrante. Synon. ivresse.Il y a, en fait d'ébriété, la magie noire et la magie blanche; le vin n'est que la magie blanche (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 325).La face du vendangeur au jour de son ébriété (Claudel, Corona Benignitatis,1915, p. 473).Elle [Thérèse] s'aperçut qu'il [Georges] louchait légèrement; ce défaut prêtait à sa physionomie, assez ordinaire, un charme, et ce regard trouble de l'ébriété (Mauriac, Fin nuit,1935, p. 82):
1. Car cette ébriété [de l'absinthe] qui le possédait [Barnier] n'était point l'ébriété du vin, ce n'était point une sensualité animale, une hébétude... Goncourt, Sœur Philomène,1861, p. 267.
2. Il s'était présenté chez une élève dans un état d'ébriété complète : à la suite de ce scandale, toutes les maisons lui furent fermées. Rolland, Jean-Christophe,Le Matin, 1904, p. 131.
P. métaph. Vive excitation, exaltation. Un bon nombre des psaumes ou cantiques, qui composent « L'Homme de Désir » [de Saint-Martin], pourraient passer pour de larges et mouvants canevas, jetés par notre illustre contemporain [Lamartine], dans un de ces moments d'ineffable ébriété où il chante (Sainte-Beuve, Portr. contemp.,t. 1, 1846-69, p. 279).La grâce enivre ce langage, mais d'une ébriété divine et qui reste lucide (Green, Journal,1941, p. 115):
3. Il existe une ébriété du mensonge politique. Comme entre deux vins, M. Guy Mollet se tient toujours entre deux contre-vérités. Mauriac, Bloc-notes,1958, p. 290.
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. ébriescent, ente, littér. Qui est marqué d'une légère ébriété. Ses évocations [du poète] ébriescentes de villes, de quais, de rails et d'entrepôts (L. Daudet, Maurras, 1928, p. 36).
Prononc. et Orth. : [ebʀiete], voir les observations sous ébrouer. Ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. Ca 1330 (Girart de Roussillon, 130 ds T.-L.). Empr. au lat. class.ebrietas, -ātis « ivresse ». Fréq. abs. littér. : 24. Bbg. Darm. 1877, p. 179. − Lew. 1960, p. 182, 183.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉBRIÉTÉ, subst. fém.

État d'une personne ivre à la suite de l'absorption d'alcool. Nuit, période d'ébriété; en état d'ébriété flagrante. Synon. ivresse.Il y a, en fait d'ébriété, la magie noire et la magie blanche; le vin n'est que la magie blanche (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 325).La face du vendangeur au jour de son ébriété (Claudel, Corona Benignitatis,1915, p. 473).Elle [Thérèse] s'aperçut qu'il [Georges] louchait légèrement; ce défaut prêtait à sa physionomie, assez ordinaire, un charme, et ce regard trouble de l'ébriété (Mauriac, Fin nuit,1935, p. 82):
1. Car cette ébriété [de l'absinthe] qui le possédait [Barnier] n'était point l'ébriété du vin, ce n'était point une sensualité animale, une hébétude... Goncourt, Sœur Philomène,1861, p. 267.
2. Il s'était présenté chez une élève dans un état d'ébriété complète : à la suite de ce scandale, toutes les maisons lui furent fermées. Rolland, Jean-Christophe,Le Matin, 1904, p. 131.
P. métaph. Vive excitation, exaltation. Un bon nombre des psaumes ou cantiques, qui composent « L'Homme de Désir » [de Saint-Martin], pourraient passer pour de larges et mouvants canevas, jetés par notre illustre contemporain [Lamartine], dans un de ces moments d'ineffable ébriété où il chante (Sainte-Beuve, Portr. contemp.,t. 1, 1846-69, p. 279).La grâce enivre ce langage, mais d'une ébriété divine et qui reste lucide (Green, Journal,1941, p. 115):
3. Il existe une ébriété du mensonge politique. Comme entre deux vins, M. Guy Mollet se tient toujours entre deux contre-vérités. Mauriac, Bloc-notes,1958, p. 290.
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. ébriescent, ente, littér. Qui est marqué d'une légère ébriété. Ses évocations [du poète] ébriescentes de villes, de quais, de rails et d'entrepôts (L. Daudet, Maurras, 1928, p. 36).
Prononc. et Orth. : [ebʀiete], voir les observations sous ébrouer. Ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. Ca 1330 (Girart de Roussillon, 130 ds T.-L.). Empr. au lat. class.ebrietas, -ātis « ivresse ». Fréq. abs. littér. : 24. Bbg. Darm. 1877, p. 179. − Lew. 1960, p. 182, 183.

Wiktionnaire

Nom commun

ébriété \e.bʁi.je.te\ féminin

  1. Fonctionnement anormal du cerveau provoqué par la consommation d’alcool.
    • Il était en état d’ébriété.
    • Conduire en état d'ébriété un véhicule est sévèrement réprimé par la loi.
    • Une douce ébriété régnait parmi la fête et le marquis appelait Fédéré Levasseur MON FRÈRE. — (Jules Claretie, Les Victimes de Paris, 1864)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉBRIÉTÉ. n. f.
Ivresse légère. Il était en état d'ébriété.

Littré (1872-1877)

ÉBRIÉTÉ (é-bri-é-té) s. f.
  • Terme didactique. État d'une personne ivre. Une légère ébriété.

HISTORIQUE

XVIe s. L'ebrieté et yvrognerie, Paré, XX, 25.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ébriété »

Provenç. ebrietat ; espagn. ebriedad ; ital. ebrietà ; du lat. ebrietatem, d'ebrius (voy. IVRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin ebrietas (« ébriété »), de ebrius, (« ivrogne »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ébriété »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ébriété ebriete

Évolution historique de l’usage du mot « ébriété »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ébriété »

  • Le philosophe est l’homme à jeun dans l’ébriété universelle. De Henri-Frédéric Amiel
  • Vivre signifie être conscient, joyeusement, jusqu'à l'ébriété. De Henry Miller
  • L’ébriété n’est jamais qu’un symptôme, pas une cause absolue. De Paul Auster / La Chambre dérobée
  • Ce lundi 15 juin, vers 23 h 15, un Carcassonnais, âgé de 50 ans, a été interpellé dans le quartier Saint-Jacques à Carcassonne alors qu'il tentait de dérober un cyclomoteur. Il avait déjà dégradé deux antivols. Sur lui, les policiers ont trouvé des outils lui permettant de réaliser le vol, ainsi qu'un couteau. En raison de son état d'ébriété, sa garde à vue a été différée. Ce mardi soir, le quinquagénaire se trouvait toujours dans les locaux du commissariat, en attente d'une instruction du parquet.  lindependant.fr, Carcassonne : en état d'ébriété, il tente de voler un cyclomoteur - lindependant.fr

Traductions du mot « ébriété »

Langue Traduction
Anglais drunkenness
Espagnol embriaguez
Italien ubriachezza
Allemand trunkenheit
Chinois 酒醉
Arabe السكر
Portugais embriaguez
Russe пьянство
Japonais 酩酊
Basque hordiqueriaz
Corse ubriachezza
Source : Google Translate API

Synonymes de « ébriété »

Source : synonymes de ébriété sur lebonsynonyme.fr
Partager