Incompréhensible : définition de incompréhensible


Incompréhensible : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INCOMPRÉHENSIBLE, adj.

A. −
1. [Le plus souvent en parlant d'un inanimé abstr.; notamment d'un concept] Impossible ou extrêmement difficile à comprendre; qui ne se laisse pas (facilement) appréhender. Synon. abscons, impénétrable, incognoscible, inconcevable, inconnaissable, insondable.Doctrine, mystère, notion incompréhensible. On a raison, si c'est ainsi, de se moquer de ce qui est intellectuel, et de trouver incompréhensible tout ce qui n'est pas palpable (Staël, Allemagne, t. 4, 1810, p. 47).L'incompréhensible union du mouvement et de la pensée (Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 234).Pourquoi chercherions-nous dans l'espace, pour notre planète, des principes incompréhensibles de fécondation? (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955, p. 71).
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre :
1. ... si mes idées et mes conceptions étaient souvent impénétrables pour elle, les siennes aussi l'étaient pour moi; mon enfance, ma patrie, ma famille et mon foyer, tout cela resterait toujours pour elle l'incompréhensible et l'inconnu. Loti, Mariage,1882, p. 171.
2. En partic. [En parlant de Dieu, p. méton. de ses actes] Les voies de Dieu sont incompréhensibles (Ac.).Le Dieu incompréhensible et caché bien qu'éternellement manifesté, se communique à nous dans une révélation éternelle et successive (P. Leroux, Humanité, t. 1, 1840, p. viii).Témoin des jugements incompréhensibles et des colères de Dieu (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 179).Que Dieu soit incompréhensible, est-ce donc la plus forte raison pour qu'il existe? (Renard, Journal,1909, p. 1249).
Emploi subst. masc. sing. Qu'il ait voulu lui révéler [à l'homme] par là que lui, Dieu, est l'incompréhensible, et que le mystère était son vrai nom (Lamart., Raphaël,1849, p. 197).
Incompréhensible à, pour qqn.Je crois surtout que Dieu est très incompréhensible pour nous, et très caché (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 251):
2. ... que savons-nous de Dieu, de ce qu'il veut, de ce qu'il pense? Les civilisations disparaissent les unes après les autres et il garde le silence. Il est peut-être plus incompréhensible à l'homme que l'homme n'est incompréhensible à la fourmi ou à l'abeille... Green, Journal,1942, p. 220.
B. −
1. [En parlant d'un acte, d'un événement] Qui n'est pas compréhensible, dont on ne peut saisir les causes. Synon. inexplicable, obscur.Un acte incompréhensible, un suicide imprévu viennent déconcerter les conceptions commodes que nous nous étions faites sur des hommes sans histoire (Mounier, Traité caract.,1946, p. 63):
3. Comme notre tête est faible et s'effare, et s'égare vite, dès qu'un petit fait incompréhensible nous frappe! Au lieu de conclure par ces simples mots : « Je ne comprends pas parce que la cause m'échappe », nous imaginons aussitôt des mystères effrayants et des puissances surnaturelles. Maupass., Contes et nouv., t. 2, Horla, 1886, p. 1105.
Incompréhensible pour qqn.Cette catastrophe, incompréhensible pour ceux qui n'en avaient pas suivi comme moi la genèse (Joffre, Mém., t. 2, 1931, p. 319).
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. Ce qui est inexplicable. L'incompréhensible, pour elle, commençait à Maisons-Laffitte, dès la fin de cet été 1910. Alors qu'elle voyait Jacques plus épris chaque jour, plus obstiné à la conquérir (...) brusquement (...) il avait cessé de venir (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 173).
[Dans des tournures impers.] C'est, cela, il est/paraît incompréhensible que (+ prop. au subj.). Il est incompréhensible que cette femme-là ait eu sept enfants (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Inutile beauté, 1890, p. 1156).
2. [En parlant (du caractère, du comportement) d'une pers.] Qu'on ne peu comprendre, qui déconcerte. Synon. bizarre, déconcertant.Attitude, geste, rire incompréhensible. J'ai écrit à celle qui me console et qui peut-être se fatigue déjà de mes incompréhensibles tristesses (Du Camp, Mém. suic.,1853, p. 261):
4. Vous autres Français, vous êtes tellement incompréhensibles : vous passez de la gaieté à la tristesse si facilement. On ne peut jamais deviner les motifs de vos actions. Larbaud, F. Marquez,1911, p. 93.
Incompréhensible à, pour qqn.Ils étaient tous deux si silencieux et avaient une attitude si incompréhensible pour moi (Leroux, Parfum,1908, p. 93).Cet empereur qui n'a point d'amis, qui n'a même pas d'ennemis, qui juge de tout homme comme on juge d'un outil, est incompréhensible au courtisan (Alain, Propos,1928, p. 799).Obligé d'habiter cette ville et d'y poursuivre une activité incompréhensible à ses habitants (J. Bousquet, Trad. du silence,1935-36, p. 148).
P. ext. Qu'il est impossible de justifier, qui ne mérite aucune indulgence. Synon. inadmissible, inexcusable, injustifiable, intolérable.Je suis allé aussi entendre Duprez à l'Opéra, que mon incompréhensible paresse m'avait jusqu'alors empêché d'entendre (Barb. d'Aurev., Memor. 1, 1837, p. 174).Cette ignorance lui parut incompréhensible, presque monstrueuse (Estaunié, Empreinte,1896, p. 230).
C. − Dont la signification ne peut être saisie (intellectuellement); p. ext. dont le sens échappe. Synon. hermétique, inintelligible, obscur.
1. [En parlant d'un fait de discours] Langue, propos, texte incompréhensible. Ses poésies incompréhensibles et sa prose prétentieuse (Flaub., Éduc. sent.,1845, p. 268).La traduction de Schwob, pour être exacte, est obscure, presque incompréhensible par endroits (Gide, Journal,1922, p. 735).Élisabeth torturait Paul par un système de caches et d'allusions incompréhensibles à quelque chose d'agréable (Cocteau, Enf. terr.,1929, p. 117).
Incompréhensible à, pour qqn.Ces paroles sont bien mystiques, incompréhensibles peut-être à qui n'a pas le sens pieux d'un sacrement ineffable (E. de Guérin, Journal,1840, p. 333).Livre assez remarquable, mais écrit dans un jargon néo-zélandais quasi incompréhensible pour moi (Gide, Journal,1917, p. 634).Le « bon David » fut abasourdi. La lettre au général Conway lui était incompréhensible (Guéhenno, Jean-Jacques,1952, p. 207).
2. [En parlant du son de la voix et p. méton. d'une pers.] Synon. indistinct, inintelligible.Il ne sortait de sa bouche que des sons incompréhensibles. La femme le comprit pourtant (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 808).Sa langue est si rêche que la fin de la phrase se perd dans un chuintement incompréhensible (Bernanos, Mouchette,1937, p. 1324).La personne qui répond enfin est incompréhensible et par-dessus le marché ne comprend pas (Green, Journal,1948, p. 223).
REM.
Incomprenable, adj.,rare, synon. Peut-être ne lirez-vous ceci qu'après ma mort, et alors vous trouverez moins incomprenable, moins étrange pour vous, ce qui se passait en cette pauvre anachorète pendant sa vie, ce qu'elle vous contait de son âme (E. de Guérin, Journal,1839, p. 310).
Prononc. et Orth. : [ε ̃kɔ ̃pʀeɑ ̃sibl̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1314 au propre « (cancer) que l'on ne peut saisir, enlever » (Henri de Mondeville, Chirurgie, 2119 ds T.-L.), emploi isolé; 2. a) 1377 [ms. du xves.] « qui ne peut être compris, dont la pensée ne peut saisir l'essence » (Trad. de la Chirurgie de Lanfranc, ms. B.N. fr. 1323, fo1 ds Littré); b) 1521-22 emploi subst. (Marguerite d'Angoulême, Briçonnet, Correspondance, éd. Chr. Martineau et M. Veissière, t. 1, p. 115, 227); 3. 1678 « (personne) dont on ne peut comprendre les mobiles » (Mmede La Fayette, La Princesse de Clèves, 47 ds IGLF); 4. 1689 « impossible ou très difficile à comprendre, à expliquer » (Mmede Sévigné, Corresp., 25 sept., éd. R. Duchêne, t. 3, p. 706). Empr. au lat. de l'époque impérialeincomprehensibilis, au propre « qui ne peut être saisi », au fig. « qui ne peut être compris par la pensée ». Fréq. abs. littér. : 1 103. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 936, b) 1 008; xxes. : a) 1 957, b) 2 173.
DÉR. 1.
Incompréhensibilité, subst. fém.Caractère de celui ou de ce qui est incompréhensible. Incompréhensibilité de Dieu, d'un jargon. M. Cazin paraît, du reste, s'être douté de l'incompréhensibilité de sa toile (Huysmans, Art mod.,1883, p. 194).Nous apprenons du même coup l'inutilité et l'incompréhensibilité de la vertu (Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 240).[ε ̃kɔ ̃pʀeɑ ̃sibilite]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1reattest. 1521-22 (Marguerite d'Angoulême, Briçonnet, op. cit., p. 49, 140); soit dér. sav. de incompréhensible, suff. -ité*, soit empr. au b. lat. incomprehensibilitas de même sens (TLL; Blaise Lat. chrét.). Fréq. abs. littér. : 10.
2.
Incompréhensiblement, adv.D'une manière incompréhensible. Il lisait assidûment les drames de boulevard; plus ils se compliquaient d'intrigues incompréhensiblement extravagantes, puis il les aimait (Du Camp, Mém. suic.,1853, p. 70).Je pourrais faire de Voussard, vingt-cinq ans après qu'il a disparu, un portrait incompréhensiblement ressemblant (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 172).Il y avait, dans l'accent de Joseph, dans ses gestes, dans son allure, quelque chose d'incompréhensiblement faux, quelque chose d'artificiel et de choquant (Duhamel, Combat ombres,1939, p. 154).[ε ̃kɔ ̃pʀeɑ ̃sibləmɑ ̃]. 1reattest. 1521 (Marguerite d'Angoulême, Briçonnet, op. cit., p. 127); de incompréhensible, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér. : 14.

Incompréhensible : définition du Wiktionnaire

Adjectif

incompréhensible \ɛ̃.kɔ̃.pʁe.ɑ̃.sibl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui ne peut pas être compris.
    • La télépathie leur avait révélé sur Saturne des choses stupéfiantes. Sur Terre, ils ne découvraient que des faits incompréhensibles ou les faisant pouffer de rire. — (Benjamin De Casseres, Arcvad le terrible, traduction d’Émile Armand, dans Les Réfractaires, n°1, janvier 1914)
    • Considérant cela avec attention, il me vient d’abord en la pensée que je ne me dois pas étonner si je ne suis pas capable de comprendre pourquoi Dieu fait ce qu’il fait, et qu’il ne faut pas pour cela douter de son existence, de ce que peut-être je vois par expérience beaucoup d’autres choses qui existent, bien que je ne puisse comprendre pour quelle raison ni comment Dieu les a faites ; car, sachant déjà que ma nature est extrêmement faible et limitée, et que celle de Dieu au contraire est immense, incompréhensible et infinie, je n’ai plus de peine à reconnaître qu’il y a une infinité de choses en sa puissance desquelles les causes surpassent la portée de mon esprit : et cette seule raison est suffisante pour me persuader que tout ce genre de causes qu’on a coutume de tirer de la fin n’est d’aucun usage dans les choses physiques ou naturelles ; car il ne me semble pas que je puisse sans témérité rechercher et entreprendre de découvrir les fins impénétrables de Dieu. — (René Descartes, Méditations IV : Du vrai et du faux, 5)
    • C’est lui [Dieu] qui fait de grandes choses, qui en fait d’incompréhensibles et de miraculeuses qui sont sans nombre. — (Louis-Isaac Lemaistre de Sacy, Bible, Job, IX, 10)
    • Quelle chimère est-ce donc que l’homme ! Quelle nouveauté, quel chaos, quel sujet de contradiction ! Juge de toutes choses, imbécile ver de terre, dépositaire du vrai, amas d’incertitude, gloire et rebut de l’univers : s’il se vante, je l’abaisse ; s’il s’abaisse, je le vante, et le contredis toujours, jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il est un monstre incompréhensible'. — (Blaise Pascal, Pensées, seconde partie, article premier, V)
    • Tout ce qui est incompréhensible ne laisse pas d’être. — (Blaise Pascal, Pensées, art. XII, 9)
    • Incompréhensible que Dieu soit, et incompréhensible qu’il ne soit pas ; que l’âme soit avec le corps, et que nous n’ayons pas d’âme […] — (Blaise Pascal, ib. XXIV, 97)
    • Les absurdités où ils [les impies] tombent en niant la religion deviennent plus insoutenables que les vérités dont la hauteur les étonne ; et pour ne vouloir pas croire des mystères incompréhensibles, ils suivent l’une après l’autre d’incompréhensibles erreurs. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Oraison funèbre d’Anne de Gonzague, princesse palatine, 9 août 1685)
    • Il faut donc penser, chrétiens, qu’outre le rapport que nous avons du côté du corps avec la nature changeante et mortelle, nous avons d’un autre côté un rapport intime, et une secrète affinité avec Dieu, parceque Dieu même a mis quelque chose en nous, qui peut confesser la vérité de son être, en adorer la perfection, en admirer la plénitude ; quelque chose qui peut se soumettre à sa souveraine puissance, s’abandonner à sa haute et incompréhensible sagesse, se confier en sa bonté, craindre sa justice, espérer son éternité. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Anne d’Angleterre, duchesse d’Orléans, 21 août 1670)
    • Saint Paul avait bien appelé le corps humain ressuscité un corps spirituel (I Cor. xv, 44, 46) à cause des qualités divines, surnaturelles et supérieures aux sens dont il était revêtu ; à plus forte raison, le corps du Sauveur, mis dans l’Eucharistie d’une manière si fort incompréhensible, pouvait-il être appelé de ce nom. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Histoire des variations des Églises protestantes, livre IV, § 7, 1688)
    • Car c’est là, mes chers auditeurs, tout le secret de cette félicité incompréhensible dont jouiront les saints dans le ciel. — (Louis Bourdaloue, Sermon pour la fête de tous les saints : Sur la récompense des saints)
    • J’abuserais trop de ma faible raison, si je cherchais à comprendre pleinement l’Être qui, par sa nature et par la mienne, doit m’être incompréhensible. — (Voltaire, Première homélie : Sur l’athéisme, 1765)
  2. (Moins rigoureusement) Qui est très difficile à comprendre.
    • L’action des doses infinitésimales, quelque incompréhensible qu’elle paraisse aux meilleurs esprits, eu égard à son intensité, et quel que puisse être le caractère d’infinitésimalité qu’on lui suppose, aura toujours un résultat positif. — (Gaspard-François-Charles Arréat, Éléments de philosophie médicale ou théorie fondamentale de la science des faits médico-biologiques, 1858, page 524)
    • […], une bande de soldats venant à passer, nous sommes témoins d'une razzia en règle. Mes gens ont une forte envie d'y prendre part, et je suis obligé d'avoir recours aux menaces pour les en empêcher. Il leur est incompréhensible que je ne veuille pas profiter de cette occasion excellente de devenir propriétaire d'un petit troupeau, considérant presque comme impie de refuser ainsi un « don d'Allah ». — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 53)
    • La prestidigitation de certaines courtisanes réussit des tours incompréhensibles — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre II)
    • Subitement, du haut de notre perchoir, la cause de ce mouvement incompréhensible des glaces se révéla. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  3. Qualifie une personne dont on ne peut s’expliquer le caractère, la conduite.
    • Rabelais surtout est incompréhensible : son livre est une énigme. — (Jean de la Bruyère, I)

Nom commun

incompréhensible \ɛ̃.kɔ̃.pʁe.ɑ̃.sibl\ masculin singulier

  1. (Par substantivation) (Au singulier) Ce qui ne peut pas être compris.
    • Pourquoi former des êtres sensibles et malheureux ? Pourquoi le mal moral et le mal physique ? De quelque côté que je tourne mon esprit, je ne vois que l’incompréhensible. — (Voltaire, Dialogues et entretiens philosophiques, VII : Lucrèce et Posidonius, 1756)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Incompréhensible : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INCOMPRÉHENSIBLE. adj. des deux genres
. T. didactique. Qui ne peut être pleinement saisi par l'esprit. Dieu est incompréhensible. Les voies de Dieu sont incompréhensibles. Il signifie plus généralement Qui est très difficile à expliquer, à concevoir. Son raisonnement est vraiment incompréhensible. Sa conduite est tout à fait incompréhensible. Cette rédaction, ce traité est vraiment incompréhensible. Il se dit également d'une Personne dont on ne peut expliquer les inégalités, la conduite, les procédés. Cet homme est incompréhensible. C'est un caractère incompréhensible.

Incompréhensible : définition du Littré (1872-1877)

INCOMPRÉHENSIBLE (in-kon-pré-an-si-bl') adj.
  • 1Qui ne peut être compris. Sachant que ma nature est extrêmement faible et limitée et que celle de Dieu au contraire est immense, incompréhensible et infinie, Descartes, Médit. IV, 5. C'est lui [Dieu] qui fait de grandes choses, qui en fait d'incompréhensibles et de miraculeuses qui sont sans nombre, Sacy, Bible, Job, IX, 10. Jusqu'à ce qu'il [l'homme] comprenne qu'il est un monstre incompréhensible, Pascal, dans COUSIN. Tout ce qui est incompréhensible ne laisse pas d'être, Pascal, Pensées, art. XII, 9, édit. HAVET. Incompréhensible que Dieu soit, et incompréhensible qu'il ne soit pas ; que l'âme soit avec le corps, et que nous n'ayons pas d'âme…, Pascal, ib. XXIV, 97. Pour ne vouloir pas croire des mystères incompréhensibles, ils [les incrédules] suivent, l'une après l'autre, d'incompréhensibles erreurs, Bossuet, Anne de Gonz. Dieu a mis en nous… quelque chose qui peut se soumettre à sa souveraine puissance, s'abandonner à sa haute et incompréhensible sagesse…, Bossuet, Duch. d'Orl. Saint Paul avait bien appelé le corps humain ressuscité un corps spirituel à cause des qualités divines, surnaturelles et supérieures aux sens dont il était revêtu ; à plus forte raison le corps du Sauveur mis dans l'eucharistie d'une manière si fort incompréhensible pouvait-il être appelé de ce nom, Bossuet, Var. IV, § 7. Cette félicité incompréhensible dont jouiront les saints dans le ciel, Bourdaloue, Sur la récomp. des saints, 1er avent, p. 28. J'abuserais trop de ma faible raison, si je cherchais à comprendre pleinement l'être qui par sa nature et par la mienne doit m'être incompréhensible, Voltaire, 1re homél. athéisme.

    Substantivement. Pourquoi former des êtres sensibles et malheureux ? pourquoi le mal moral et le mal physique ? de quelque côté que je tourne mon esprit, je ne vois que l'incompréhensible, Voltaire, Dial. 7.

  • 2Dans une acception moins rigoureuse. Qui est très difficile à comprendre. Il a un procédé qui m'est entièrement incompréhensible, Sévigné, 584.
  • 3Il se dit d'une personne dont on ne peut s'expliquer le caractère, la conduite. Rabelais surtout est incompréhensible : son livre est une énigme, La Bruyère, I.

SYNONYME

ININTELLIGIBLE, INCOMPRÉHENSIBLE. Ce qui est inintelligible, l'est par un vice qui est dans la chose, ce qui est incompréhensible l'est par une faiblesse de notre esprit qui ne peut pas y atteindre ; cette différence est clairement indiquée dans l'exemple suivant : Ce mot inintelligible renferme beaucoup de venin : on dit d'une chose obscure et respectable, des mystères de la religion par exemple, qu'ils sont incompréhensibles, mais un homme religieux ne dira point qu'ils sont inintelligibles, Voltaire, Facéties, la Prière universelle, 2.

HISTORIQUE

XIVe s. Il [Dieu] crea en homme membres consemblables de proporcions incomprehensibles à entendement, Lanfranc, f° 1.

XVIe s. Cette incomprehensible puissance de la divinité, Montaigne, II, 252. Faisants estat… de veoir dans les secrets de la volonté divine les motifs incomprehensibles de ses œuvres, Montaigne, I, 248.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Incompréhensible : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* INCOMPRÉHENSIBLE, adj. (Gram. & Métaphysique.) qui ne peut être compris. Lorsqu’une proposition est incompréhensible, c’est ou la faute de l’objet, ou la faute des mots. Dans le premier cas, il n’y a point de ressource ; dans le second, il se faut faire expliquer les mots. Si les mots bien expliqués, il y a contradiction entre les idées, la proposition n’est point incompréhensible, elle est fausse ; s’il n’y a ni convenance ni disconvenance entre les idées, la proposition n’est point incompréhensible, elle est vuide de sens. Il est indécent d’en faire de semblable à des gens sensés. Il y a deux grands principes qu’il ne faut point perdre de vûe : c’est qu’il n’y a rien dans l’entendement qui n’y soit venu par la voie des sens, & qui par conséquent ne doive, en sortant de l’entendement, retrouver des objets sensibles pour se rattacher. Voilà en Philosophie le moyen de reconnoitre les mots vuides d’idées. Prenez un mot : prenez le plus abstrait ; décomposez le ; décomposez-le encore, & il se résoudra en dernier lieu en une représentation sensible. C’est qu’il n’y a en nous que des représentations sensibles, & des mots particuliers qui les désignent, ou des mots généraux qui les rassemblent sous une même classe, & qui indiquent que toutes ces représentations sensibles, quelque diverses qu’elles soient, ont cependant une qualité commune.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « incompréhensible »

Étymologie de incompréhensible - Littré

Lat. incomprehensibilis, de in… 1, et comprehensibilis, compréhensible.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de incompréhensible - Wiktionnaire

(XIVe siècle) Du latin incomprehensibilis, du préfixe in- « contraire de » et comprehensibilis « compréhensible ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « incompréhensible »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
incompréhensible ɛ̃kɔmpreɑ̃sibl play_arrow

Citations contenant le mot « incompréhensible »

  • La Juventus Turin ne pouvait pas rêver mieux. Victorieuse samedi de son voisin, le Torino (4-1), la Vieille Dame avait ensuite assisté à l'effondrement de la Lazio contre le Milan AC (0-3). De quoi déjà se projeter vers un nouveau titre de champion d'Italie, à huit journées de la fin du championnat. Ce dimanche, c'est l'Inter qui a fait une nouvelle fleur aux Bianconeri, en s'inclinant de manière incompréhensible contre Bologne (1-2). Francetvsport, Serie A : Naufrage incompréhensible de l'Inter Milan contre Bologne
  • Ce qui s’est passé hier soir à Nice avec une foule compacte pour le concert de the Avener est incompréhensible,invraisemblable et pour tout dire irresponsable ! Le HuffPost, Coronavirus: Le concert du DJ The Avener à Nice fait polémique | Le HuffPost
  • Ce jeudi, dans un communiqué commun, ils « affirment avec force qu’une décision de fermeture du site de Morlaix serait incompréhensible. Acter la fermeture d’un site historique et symbolique en Bretagne est un message catastrophique pour cette entreprise qui a bénéficié de 7 milliards d’euros de l’État sous forme de prêts. Et la crise sanitaire ne saurait servir d’excuse à ce choix. Il est impensable que l’État (actionnaire d’Air France) puisse financer avec de l’argent public : un plan social et des suppressions d’emplois dans un secteur d’activité stratégique, un démantèlement d’activités industrielles françaises (maintenance, formation,…) au profit de concurrents étrangers alors qu’il prône la relocalisation d’activités industrielles stratégiques, un renoncement à l’aménagement des territoires dont il doit être le garant ». Le Telegramme, Une fermeture du site de Hop ! Morlaix serait « incompréhensible », estime le Département - Fermeture Hop - Le Télégramme
  • L'incompréhensible, c'est ça le plus difficile. Nous ne le supportons pas. Nous avons peur de l'inexplicable comme du vide. De Louise Bouchard / Les images
  • On ne peut comprendre l’homme en-dehors de la nature, et la nature est incompréhensible sans l’homme. De Hamilton Wright Mabie
  • Un Dieu qui nous est absolument incompréhensible est un Dieu qui n'existe pas pour nous. De Victor Cousin / Introduction à l'histoire de la philosophie
  • Si les animaux n’existaient pas, ne serions-nous pas encore plus incompréhensibles à nous-mêmes ? De Georges-Louis Leclerc de Buffon
  • Ce qui est incompréhensible, c’est que le monde soit compréhensible. De Albert Einstein / Comment je vois le monde
  • Il y a deux types de problèmes dans la vie : les problèmes politiques sont insolubles et les problèmes économiques sont incompréhensibles. De Alec Douglas-Home / Discours
  • Tout ce qui n’est pas moi est incompréhensible. De Louis Aragon / Littérature - Mai 1920
  • J’ai enfin compris, clairement, qu’il y a des choses incompréhensibles. De José Artur
  • Un économiste est quelqu’un qui expose l’évidence en termes incompréhensibles. De Alfred Knopf
  • Ce qui reste éternellement incompréhensible dans la nature, c'est qu'on puisse la comprendre. De Albert Einstein
  • La philosophie donne des réponses incompréhensibles à des questions insolubles. De Thomas Adams
  • Dieu, c'est l'incompréhensible incontestable. De Victor Hugo / Choses vues
  • Savoir s'arrêter devant l'incompréhensible est la suprême sagesse. De Tchouang-Tseu
  • Tout vrai langage est incompréhensible. De Antonin Artaud / Ci-gît
  • Incompréhensible que Dieu soit, et incompréhensible qu'il ne soit pas. De Blaise Pascal
  • S'il se vante, je l'abaisse ; s'il s'abaisse, je le vante ; et le contredis toujours, jusqu'à ce qu'il comprenne qu'il est un monstre incompréhensible. Blaise Pascal, Pensées, 420 Pensées
  • Il n'y a rien d'incompréhensible. Isidore Ducasse, dit le comte de Lautréamont, Poésies, II

Traductions du mot « incompréhensible »

Langue Traduction
Corse incomprensibile
Basque ulertezina
Japonais 不可解
Russe непостижимый
Portugais incompreensível
Arabe غير مفهوم
Chinois 不可理解的
Allemand unverständlich
Italien incomprensibile
Espagnol incomprensible
Anglais incomprehensible
Source : Google Translate API

Synonymes de « incompréhensible »

Source : synonymes de incompréhensible sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « incompréhensible »


Mots similaires