Imposture : définition de imposture


Imposture : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

IMPOSTURE, subst. fém.

Action de tromper; acte, discours d'un imposteur.
A. − Acte, parole qui tend à tromper autrui dans le but d'en tirer profit. Synon. duplicité, fausseté, tromperie, mensonge.Accuser (qqn) d'imposture; blâmer, démasquer, punir une imposture. Vous savez trop combien il me serait facile de confondre les imposture de vos vils espions (Courier, Lettres Fr. et Ital.,1807, p. 747).Dans le goût, teinté d'ironie que son frère affectait pour l'occultisme, Benjamin dénonçait une imposture ou une gaminerie, le tout de peu de portée (Abellio, Pacifiques,1946, p. 57) :
1. Tel (...) vend à terme pour un prix double de la valeur réelle; et, par imposture, il feint d'obliger ainsi son client, en âme charitable : c'est de l'usure; or l'usure est condamnable... Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 73.
P. ext. [À propos d'une œuvre artistique] Caractère d'une œuvre d'imitation inavouée. Tout y est, les pignons, les gargouilles, les fenêtres à meneaux, les voûtes à nervures, que sais-je, tout. Hélas! Un soleil tropical dévore ce monument d'imposture. Comment n'a-t-on pas compris qu'un climat comme celui de la Caroline réclamait un style colonial (Green, Journal,1937, p. 94).Les précautions prises pour sauvegarder l'« intégrité » à l'intérieur de ce mouvement (...) n'ont pas cependant rendu impossible le faux témoignage rageur d'un Aragon, non plus que l'imposture, du genre picaresque (Breton, Manif. Surréal., Prolégomènes à un 3eManif., 1942, p. 194).
P. méton. Cette œuvre même. Synon. faux, imitation.Seulement, la hauteur de la nef sauvait l'enfantillage de cette imposture, relevait la vulgarité de ce trompe-l'œil (Huysmans, En route, t. 1, 1895, p. 166).
Au fig. Mirage, illusion. Le génie de Goya veut arracher au monde son masque d'imposture, mais celui de Giotto veut lui arracher son masque de douleur (Malraux, Voix sil.,1951, p. 339).
Vieilli. Action de celui qui répand sur autrui des accusations mensongères. Synon. calomnie.Cette imposture causa un tel scandale, que plusieurs diplomates étrangers, qui avaient été témoins du contraire, le témoignèrent spontanément dans une déclaration publique (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 178).Chacun apporte avec soi le tribut exigé de calomnies et de déclamations. Un vaste système d'imposture est suivi persévéramment. On inquiète par de fausses alarmes les timides et les imbéciles (Lamennais, Religion,1826, p. 29).
B. − Attitude de celui qui cherche à tromper autrui sur sa propre personne, sur son caractère. Le Tartuffe de Molière aurait écrit son Testament spirituel dans les mêmes termes, mais seulement pour la galerie et s'il l'avait écrit au lit de la mort, du moins aurait-il réalisé pleinement l'horreur de cette imposture suprême (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 290).C'était m'enfoncer dans l'imposture. Condamné à plaire, je me donnais des grâces qui se fanaient sur l'heure; je traînais partout ma fausse bonhomie, mon importance désœuvrée, à l'affût d'une chance nouvelle (Sartre, Mots,1964, p. 67).
En partic. Attitude, action de celui qui se fait passer pour ce qu'il n'est pas, pour une autre personne. Synon. usurpation.Et voici un troisième cas d'imposture généalogique, celui des régimes d'usurpation et de mensonge occupés à se constituer une hagiographie (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 174) :
2. Jacques Collin, reprit Monsieur Camusot, vient d'être reconnu tout à l'heure par une personne, et s'il nie encore son identité, c'est, je crois, dans votre intérêt. Mais je vous demandais si vous saviez qui est cet homme dans le but de relever une autre imposture de Jacques Collin. Balzac, Splend. et mis.,1846, p. 452.
Prononc. et Orth. : [ε ̃pɔsty:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1174-76 emposture « tromperie » (Guernes de Pont Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 4713) rare et seulement en a. fr.; 2. 1534 imposture (Rabelais, Gargantua, éd. R. Calder, M. A. Screech, V. L. Saulnier, chap. 8, p. 66). Empr. deux fois au lat. d'époque imp.impostūra « id. », dér. du lat. class. impōnere au sens de « abuser (quelqu'un) ». V. FEW t. 4, pp. 597b-598a. Fréq. abs. littér. : 318. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 822, b) 230; xxes. : a) 296, b) 348.

Imposture : définition du Wiktionnaire

Nom commun

imposture \ɛ̃.pɔs.tyʁ\ féminin

  1. Ce que l’on impute faussement à quelqu’un dans le dessein de lui nuire.
    • Une autre calomniatrice se joignit à elle , & sçut donner de telles couleurs a ses impostures qu'elle les fit croire enfin à plusieurs. — (Adrien Baillet, Les Vies des saints : disposées selon l'ordre des calendriers, page 386, 1701)
  2. Doctrine destinée à séduire les hommes, à faire secte.
    • La Foi qui sert de fondement à toutes les Religions n'est qu'un principe d’erreurs, d’illusions et d’impostures. — (Jean Meslier, Le Testament, chap. X, édition de Rudolf Charles, t.1, p.66, 1864)
  3. Ouvrage fabriqué dans une intention de fraude et donné comme l’œuvre d'un auteur connu.
    • Les impostures littéraires.
  4. Action de tromper dans ses mœurs, dans sa conduite, afin d’en imposer et de se faire passer pour un autre homme qu’on n’est.
    • Sa figure mâle et noble exprimait des pensées larges, et sa physionomie n’était une imposture que pour sa femme. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • (Par extension)Il est difficile de se défende de l’imposture des sens.
    • Nous vivons depuis mai 1958 sur la plus grande duperie de l'histoire et depuis octobre 1962 sur la plus grande imposture. La cause du mal c'est la volonté tenace, bien que supérieurement camouflée, du Général de Gaulle. Il faut donc dénoncer à la masse, sans subterfuges et sans faux-fuyants, le responsable du mal dont meurent la République et la Liberté. — (Édouard Lebas, Combat, 17 mars 1963)
    • L’imposture et l’auto-illusion forment donc deux fabrications distinctes dont le point commun réside dans leur intentionnalité. À l'inverse, l’illusion constitue une « défaillance ordinaire » plus ou moins forte du cadre. — (Amaranta Cecchini, Intimités amoureuses à l'ère du numérique: Le cas des relations nouées dans les mondes sociaux en ligne, Éditions Alphil/Presses universitaires suisses, 2016, chap. 6)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Imposture : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IMPOSTURE. n. f.
Ce que l'on impute faussement à quelqu'un dans le dessein de lui nuire. Imposture manifeste. Réfuter une imposture. Il est facile de détruire cette imposture. Il se dit spécialement de Certaines doctrines destinées à séduire les hommes, à faire secte. Défiez-vous des impostures de ces faux docteurs. On l'emploie dans le même sens, en parlant de Certains ouvrages fabriqués dans une intention de fraude et donnés comme l'œuvre de quelque auteur connu. Les impostures littéraires. Il désigne aussi l'Action de tromper dans ses mœurs, dans sa conduite, afin d'en imposer et de se faire passer pour un autre homme qu'on n'est. Toute sa vie n'a été qu'une imposture continuelle. Démasquer l'imposture. L'imposture des faux Démétrius. Par extension, Il est difficile de se défende de l'imposture des sens.

Imposture : définition du Littré (1872-1877)

IMPOSTURE (in-po-stu-r') s. f.
  • 1Action de tromper, d'en imposer. Une grossière imposture. Va, ne présume pas que, quoi que je te jure, De tes nouveaux docteurs je suive l'imposture, Corneille, Poly. V, 2. Ah ! seigneur, est-il rien qui répare l'injure Que fait à l'innocence un moment d'imposture ? Corneille, Nicom. IV, 1. Que ne publieront point l'envie et l'imposture ? Corneille, Cid, III, 4. Et c'est trop condamner ma bouche d'imposture, Molière, Tart. IV, 3. Ce nom [de gentilhomme] ne fait aucun scrupule à prendre… pour moi… je trouve que toute imposture est indigne d'un honnête homme, et qu'il y a de la lâcheté à déguiser ce que le ciel nous a fait naître, Molière, Bourg. gent. III, 12. Votre bouche, dit-il, est pleine d'imposture, Racine, Phèdre, IV, 4.
  • 2 Particulièrement. Ce que l'on impute faussement à quelqu'un dans le dessein de lui nuire. Il est aisé de détruire cette imposture. Quelqu'un auprès de vous m'a fait cette imposture, Corneille, Ment. III, 5. Je suis ravi de voir qu'une telle imposture Ait laissé votre gloire et plus grande et plus pure, Corneille, Nicom. III, 8. Ils ont l'art de donner de belles couleurs à toutes leurs impostures, Molière, 2e placet au roi (sur Tartufe) Vous les verrez bientôt, féconds en impostures, Amasser contre vous des volumes d'injures, Boileau, Sat. IX. …Tout ce qu'il dit sont autant d'impostures, Racine, Plaid. II, 9.
  • 3Hypocrisie, tromperie dans les mœurs, dans la conduite. Toute sa vie n'a été qu'une imposture continuelle.
  • 4Action de tromper en se faisant passer pour un autre. L'imposture des faux Démétrius en Russie. Il épousa une maîtresse de la maison d'York, dont il fut encore aimé, même quand son imposture fut découverte, Voltaire, Mœurs, 117.
  • 5Figurément. Illusion, en bonne ou en mauvaise part. Semblable à ces amants trompés par le sommeil, Qui rappellent en vain, pendant la nuit obscure, Le souvenir confus d'une douce imposture, La Fontaine, Adonis. C'est là que, plus touché d'un ruisseau qui murmure Que de tous ces vains ornements Fils de l'art et de l'imposture, Je me fais des amusements, Chaulieu, à Mme de Lassay. De vos songes menteurs l'imposture est visible, Racine, Athal. II, 7. Des arts la magique imposture Fait éclore un autre univers, Sabatier, l'Enthousiasme, Ode.

REMARQUE

Bouhours (Nouv. Rem.) signalait imposture comme un mot nouveau que le public n'avait pas admis. On voit par l'historique qu'il est aussi ancien que la langue.

HISTORIQUE

XIIe s. Mais s'ele [la paix] fust bien clere e senz nule emposture, [ils] Ne eüssent fait as suens desonur ne enjure, Th. le mart. 125.

XVIe s. C'est don de Dieu que la divination ; voylà pourquoi ce devroit estre une imposture punissable d'en abuser, Montaigne, I, 238. …Sçachant qu'il y a plusieurs bourdes, faulsetés et impostures reçues au monde avec approbation et applaudissement, Charron, Sagesse, I, 45.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Imposture : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* IMPOSTURE, s. f. (Gram. Morale.) ce mot vient du verbe imposer. Or on en impose aux hommes par des actions & par des discours. Les deux crimes les plus communs dans le monde, sont l’imposture & le vol. On en impose aux autres, on s’en impose à soi-même. Toutes les manieres possibles dont on abuse de la confiance ou de l’imbécillité des hommes, sont autant d’impostures. Mais le vrai champ & sujet de l’imposture sont les choses inconnues. L’étrangeté des choses leur donne crédit. Moins elles sont sujettes à nos discours ordinaires, moins on a le moyen de les combattre. Aussi Platon dit-il, qu’il est bien plus aisé de satisfaire, parlant de la nature des dieux que de la nature des hommes, parce que l’ignorance des auditeurs prête une belle & large carriere. D’où il arrive que rien n’est si fermement cru que ce qu’on sait le moins, & qu’il n’y a gens si assûrés que ceux qui nous content des fables, comme alchimistes, prognostiqueurs, indicateurs, chiromantiens, medecins, id genus omne, auxquels je joindrois volontiers, si j’osois, dit Montagne, un tas d’interpretes & contrôleurs des desseins de Dieu, faisant état de trouver les causes de chaque accident, & de voir dans les secrets de la volonté divine les motifs incompréhensibles de ses œuvres ; & quoique la variété & discordance continuelle des événemens les rejette de coin en coin & d’orient en occident, ils ne laissent pourtant de suivre leur esteuf, & de même crayon peindre le blanc & le noir. Les imposteurs qui entraînent les hommes par des merveilles, en sont rarement examinés de près ; & il leur est toûjours facile de prendre d’un sac deux moutures. Voyez la suite du xxxj. chap. du I. livre des essais.

Imposture, en maladie, est une ruse ou artifice qu’on pratique pour paroître attaqué d’une maladie qu’on n’a pas. Les Medecins & les Chirurgiens, dans les rapports qu’ils sont obligés de faire en justice, doivent être très-attentifs à ne se point laisser tromper. Il y a dans les ouvrages de Galien un petit traité sur ce sujet. Jean-Baptiste Sylvaticus a composé une dissertation dans laquelle il donne des regles pour découvrir les maladies simulées : de iis qui morbum simulant deprehendendis. Tous les auteurs qui ont écrit avec quelque attention sur la medecine légale, n’ont point oublié les tromperies imaginées pour paroître malade. Fortunatus Fidelis, qui passe pour le premier qui ait écrit des questions medicales relatives à la Jurisprudence, a donné sur cette matiere des principes auxquels Zacchias, medecin de Rome, a ajoûté quelques détails. Mais ils ont tous été devancés dans cette carriere par notre fameux chirurgien Ambroise Paré, qui a spécialement écrit sur les impostures des gueux qui feignent d’être sourds & muets, qui contrefont les ladres, sur les artifices des femmes qui paroissent avoir des cancers à la mammelle, des descentes de matrice, & autres maux, pour exciter la compassion du peuple, & en recevoir de plus amples aumônes. Il est entré de l’art & de l’industrie jusque dans les moyens d’abuser le public par les voies les plus honteuses. En général, il y a trois motifs auxquels on peut rapporter tous les faits dont les auteurs ont fait mention ; la crainte, la pudeur & l’intérêt. C’est par la crainte du supplice qu’un criminel contrefait l’insensé ; par pudeur, une fille se plaint d’hydropisie, pour cacher une grossesse ; par intérêt, une femme se dit enceinte, & prend les précautions qui peuvent le faire croire, afin de pouvoir supposer un enfant, &c. Il y a beaucoup de circonstances délicates où il faut user d’une grande prudence, & être capable de discernement pour aller à la recherche de la vérité, & rendre aux juges un témoignage fidele & éclairé. Le motif présumé conduit à l’examen des différentes impostures qu’on a rangées sous trois genres, qui ont chacun leurs regles générales & particulieres. Le premier genre comprend les maladies dont la nature ne se manifeste pas, & qui n’ont d’autres signes de leur existence supposée que les plaintes & les cris de ceux qui s’en disent attaqués. On met dans le second genre des maladies réelles, mais factices ; & sous le troisieme, les apparences positives de maladies qui n’existent point, comme des échymoses artificielles pour s’être frotté de mine de plomb, des crachemens de sang simulés, &c. Il faut voir ces détails dans les livres qui en traitent, afin d’être en garde contre de pareilles supercheries, par lesquelles on pourroit être l’occasion de torts fort préjudiciables, par des jugemens portés avec légereté, faute de connoissances ou d’attention suffisante. (Y)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « imposture »

Étymologie de imposture - Littré

Lat. impostura (voy. IMPOSTEUR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de imposture - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin impostura. (1174-76) emposture « tromperie » en ancien français. (1534) imposture (Rabelais, Gargantua)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « imposture »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
imposture ɛ̃pɔstyr play_arrow

Citations contenant le mot « imposture »

  • Le « Ségur » est bel et bien une imposture. Les organisations d’infirmières et d’infirmiers n’ont d’ailleurs même pas été invitées. Une énième annonce prévoit une hypothétique augmentation de leurs salaires à l’automne, mais sera-t-elle à la hauteur ? Ils sont déjà inférieurs de 400 euros à la moyenne de ceux des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Rappelons que la France se situe au 29e rang de l’OCDE sur ce point. On sait qu’il n’y aura aucun effort pour l’hôpital psychiatrique, déjà dans un état lamentable. Les soignants seront plus que jamais tentés d’aller travailler dans des cliniques privées : quand un chef de service de l’hôpital public est payé 5 000 euros par mois, il peut gagner, pour certaines spécialités, jusqu’à 20 000 euros dans le privé. Un « mercato » de personnels soignants est d’ailleurs en train de se développer, épuisés et sous-payés, ils quittent le navire public. Charlie Hebdo, Ségur de la Santé : chronique d'une imposture annoncée - Charlie Hebdo
  • L’ex de Jenifer victime d’une imposture sur les réseaux Public.fr, L’ex de Jenifer victime d’une imposture sur les réseaux
  • Né de l’Esprit, le christianisme vit par l’Esprit. Ainsi, s’il accueille l’Esprit, tout coquin peut devenir bon larron. A contrario, en snobant l’Esprit, même le chrétien exemplaire vit l’imposture. Son cœur se durcit. Le père du mensonge est un parasite, qui refroidit l’âme et pervertit les élans idéalistes en narcissisme confit de piété. Alors, le bien-pensant se mue en mal aimant. "Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés" (Matthieu 23, 27). LaLibre.be, Églises chrétiennes : vivre d’Esprit ou d’imposture… - La Libre
  • « Alors que les écologistes sont arrivés avec moins de 12 % en 4e position au premier tour des élections municipales, la mairie du 12e arrondissement sera laissée à la candidate écologiste. Le choix des électeurs a donc été bafoué, il s’agit d’une véritable imposture », indiquent les élus dans un communiqué. Et de préciser : « Les habitants du 12e ont été trompés car jamais lors de la campagne, il n’a été question que Monsieur Emmanuel Gregoire n’assume pas le mandat de Maire (…) Un tel manque de transparence dans les engagements auprès des habitants est une atteinte à la démocratie ». , Elections municipales à Paris : La mairie du 12e arrondissement offerte aux Verts, la droite crie à l' « imposture »
  • Prétendre que la France serait un foyer de racisme qui se ferait au moyen de la violence policière et de discriminations institutionnelles est une imposture de la pire espèce. Contrepoints, La dérive de l’antiracisme est une imposture de la pire espèce | Contrepoints
  • Le siècle est fou. Fou de lâchetés, de démissions, de mensonges, d'impostures et de laideur, et ce qu'on appelle "crise de civilisation" n'est en vérité que le refus apeuré de toute hauteur. De Jean Cau
  • Il n'y a plus que la radio qui chante. La chanson a cessé d'être un art populaire pour devenir une industrie lourde, avec ses cartels, ses investissements, ses transferts de vedettes et son imposture organisée. De Gilbert Cesbron / Une sentinelle attend l'aurore
  • A un moment donné de notre existence, nous perdons la maîtrise de notre vie, qui se trouve dès lors gouvernée par le destin. C'est là qu'est la plus grande imposture du monde. De Paulo Coelho / L'Alchimiste
  • Si la poésie n'a pas bouleversé notre vie, c'est qu'elle ne nous est rien. Apaisante ou traumatisante, elle doit marquer de son signe ; autrement, nous n'en avons connu que l'imposture. De Andrée Chedid / Terre et poésie
  • La prétention qu’a le terrorisme d’agir au nom des pauvres est une flagrante imposture. De Jean-Paul II / La journée mondiale de la Paix - 1er janvier 2002
  • Lorsque l'on veut convaincre, la bonne foi et l'imposture vont parfois ensemble. De Eric-Emmanuel Schmitt / L'évangile selon Pilate
  • La crédulité se forge plus de miracles que l'imposture ne peut en inventer. De Joseph Joubert / Carnets
  • La simplicité affectée est une imposture délicate. De François de La Rochefoucauld / Maximes

Traductions du mot « imposture »

Langue Traduction
Corse impostura
Basque iruzur
Japonais 抑圧
Russe жульничество
Portugais impostura
Arabe دجال
Chinois 骗局
Allemand betrug
Italien impostura
Espagnol impostura
Anglais imposture
Source : Google Translate API

Synonymes de « imposture »

Source : synonymes de imposture sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « imposture »



mots du mois

Mots similaires