Leurre : définition de leurre


Leurre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LEURRE, subst. masc.

A. −
1. FAUCONN. Morceau de cuir rouge en forme d'oiseau garni de plumes servant à faire revenir l'oiseau sur le poing du fauconnier. Synon. appât, appeau.Dresser un gerfaut, un faucon au leurre; l'oiseau fond sur le leurre. Il suffisait de savoir donner l'escap au faucon, le suivre à toutes jambes, le faire revenir au leurre et le placer avec adresse sur le poing de sa dame (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 168).
2. P. anal., PÊCHE. Appât artificiel utilisé pour la capture des poissons dans la pêche au lancer. Synon. amorce.Partir à la pêche avec une collection de leurres (Davau-Cohen1972).
B. − Au fig.
1. Artifice spécieux dont l'apparence séduisante est destinée à tromper. Synon. duperie, tromperie, mystification.
a) [À propos d'inanimés concr.] Tous les cosmétiques superficiels ne sont qu'un leurre. On a l'âge qu'on a (Amiel, Journal,1866, p. 208).Imaginée par cette déraison spéciale qu'est la chauvinite de l'art, cette école n'est donc qu'un attrape-nigauds, qu'un leurre (Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 308).
b) [À propos d'inanimés abstr.] Il suffit (...) de songer (...) Que toute ambition trompe l'effort humain, Que l'espoir est un leurre (Hugo, Feuilles automne,1831, p. 753).Si tu crois l'heure enfin sonnée où les autres hommes te regarderont comme un des leurs (...) ce ne sera qu'illusion que leurre rien n'est possible qu'un mensonge (Aragon, Rom. inach.,1956, p. 179).
2. Apparence séduisante faisant simplement illusion. Synon. mirage.Désir de vivre et d'être heureux, leurre et fallace (Moréas, Cantil.,1886, p. 113).Le ciel et tout ce qu'il contient matin et soir d'astres, de vents, d'oiseaux et de fumées est un leurre qui trompe sur la fuite du temps (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 28).
Prononc. et Orth. : [lœ:ʀ]. Homon. leur (pron. pers.), leur, leurs (adj. et pron. poss.). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1202 loire « ce qui attire » (Jean Bodel, Congés, éd. P. Ruelle, 166); 2. 1erquart du xiiies. fauconn. (Reclus de Molliens, Miserere, 5, 10 ds T.-L.); 1377 leurre (Gace de La Buigne, 7473, ibid.); 3. av. 1615 « artifice qui sert à attirer quelqu'un pour le tromper » (É. Pasquier, Recherches de la France, 496 ds IGLF). De l'a. b. frq. lôþr « appât », cf. le m. h. all. luoder « appât; ce qui attire (en gén.) ». Fréq. abs. littér. : 127. Bbg. Darm. Vie 1832, p. 98. - Hug. Lang. 1933, pp. 37-38. - Staaff (E.). Qq. rem. sur le passage d'eu atone à u en fr. In : [Mél. Wahlund (C.)]. Mâcon, 1896, p. 247. - Walt. 1885, p. 77.

Leurre : définition du Wiktionnaire

Nom commun

leurre \lœʁ\ masculin

  1. (Fauconnerie) Morceau de cuir rouge en forme d’oiseau, dont les fauconniers se servaient pour appeler les oiseaux de fauconnerie lorsqu’ils ne revenaient pas au réclame.
    • Jeter le leurre en l’air.
    • L’oiseau étant réclamé fond sur le leurre, vient au leurre.
    • Dresser un oiseau au leurre.
  2. Toute chose dont on se sert artificieusement pour attirer quelqu’un et le tromper.
    • On vous promet cet emploi, mais c’est un leurre.
    • Il ne se laissera pas prendre à ce leurre.
  3. (Pêche) Appât artificiel imitant un insecte ou un petit poisson, fixé à une ligne de pêche pour attirer le poisson.
    • On trouve dans cette boutique une extraordinaire variété d'appâts, d'esches, d'amorces et de leurres ; de quoi satisfaire le pêcheur le plus exigeant.
  4. (Militaire) Dispositif de contremesure.

Forme de verbe

leurre \lœʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de leurrer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de leurrer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de leurrer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de leurrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de leurrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Leurre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LEURRE. n. m.
T. de Fauconnerie. Morceau de cuir rouge en forme d'oiseau, dont les fauconniers se servaient pour appeler les oiseaux de fauconnerie lorsqu'ils ne revenaient pas au réclame. Jeter le leurre en l'air. L'oiseau étant réclamé fond sur le leurre, vient au leurre. Dresser un oiseau au leurre. Il se dit surtout et figurément d'une Chose dont on se sert artificieusement pour attirer quelqu'un et le tromper. On vous promet cet emploi, mais c'est un leurre. Il ne se laissera pas prendre à ce leurre.

Leurre : définition du Littré (1872-1877)

LEURRE (leu-r') s. m.

Terme de fauconnerie.

  • 1Morceau de cuir rouge, en forme d'oiseau, qui sert pour rappeler l'oiseau de proie lorsqu'il ne revient pas droit sur le poing. Son maître le rappelle et crie et se tourmente, Lui présente le leurre et le poing, mais en vain, La Fontaine, Fabl. XII, 12. Quoique l'alouette s'élève beaucoup, le hobereau vole encore plus qu'elle, et on peut le dresser au leurre comme le faucon et les autres oiseaux du plus haut vol, Buffon, Ois. t. II, p. 44.

    Oiseaux de leurre, ceux qu'on rappelle au leurre ; tels sont le faucon, le gentil-pèlerin, le gerfaut-lanier, le sacre, l'aigle et l'émerillon, par opposition aux oiseaux de poing, qui ne se dressent pas au leurre.

    Acharner le leurre, le garnir de chair ; le décharner, ôter le morceau de chair.

    Espèce de chasse à l'oiseau dans laquelle on emploie l'appât nommé leurre.

  • 2 Fig. Chose artificieusement présentée pour attirer et tromper. L'exemple est un dangereux leurre, La Fontaine, Fabl. II, 16. Quand, ébloui de ce leurre, il aurait une fois consenti à ce qui vous touche, il importerait peu ensuite qu'il se désabusât, Molière, l'Avare, IV, 1. L'étalage de l'espérance est le leurre de tous les pipeurs d'argent, Buffon, Ess. arith. mor. L'incertitude de l'avenir m'a toujours fait regarder les projets de longue exécution comme des leurres de dupe, Rousseau, Conf. IV. Il réduisait les conventions les plus sacrées des nations entre elles aux leurres d'une perfidie politique, Raynal, Hist. phil. X, 14.
  • 3 Terme de pêche. Appât factice attaché à l'hameçon.

HISTORIQUE

XIIIe s. Retiennent encore la pescherie de la riviere à loerre et à tous engins, tant comme l'abbe [l'abbé] sera en ville, Du Cange, lorra. Et fist [Jupiter] tornoiement es nues D'ostoirs, de faucons et de grues, Et les fist au loirre venir, la Rose, 20351.

XVe s. Je perdrai mon faucon dont je aurai grand ennui ; ni n'ai loirre ni ordonnance de quoi je le puisse reclamer, Froissart, II, II, 164.

XVIe s. Ceux qui, pour le seul regard du profit, se remuent comme un oiseau fait au branlement du leurre, Lanoue, 182. Et quand il n'y auroit que quatre ou cinq cens volontaires, qui de leur mouvement particulier allassent tous les ans es guerres, comme les oiseaux de leurre font à l'essor, cela seroit peu de chose, Lanoue, 187. Nous les en aimons mieulx [les femmes pour leur sagesse] ; il n'est point de pareil leurre que la sagesse non rude et renfrongnée, Montaigne, III, 336.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Leurre : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

LEURRE, s. m. terme de Fauconnerie ; c’est une figure garnie de bec, d’ongles & d’aîles, accompagnée d’un morceau de cuir rouge, qui ressemble un peu au faucon ; les Fauconniers l’attachent à une lesse par le moyen d’un crochet de corne, & s’en servent pour reclamer les oiseaux de proie ; on y attache de quoi les paître, c’est ce qu’on appelle acharner le leurre, parce que c’est un morceau de chair qu’on y met & qu’on nomme quelquefois rappel.

On dit aussi duire un oiseau au leurre, leurrer un oiseau, c’est le faire revenir sur le poing en lui montrant le leurre.

On dit leurrer bec au vent ou contre vent, à l’égard de l’autour & de l’épervier. V. nos Pl. de Chasses.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « leurre »

Étymologie de leurre - Littré

Génev. une leurre ; wall. lure ; provenç. loire ; ital. logoro ; angl. lure ; de l'anc. moyen allem. luoder, leurre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de leurre - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) De l'ancien français loire[1], issu de l'ancien bas-francique lôþr (« appât »). Comparer avec le moyen haut-allemand luoder (« appât, chose qui attire »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « leurre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
leurre lœr play_arrow

Citations contenant le mot « leurre »

  • Gervais Gilbert avait été arrêté en novembre dernier, à son domicile de La Baie, au Saguenay. Les policiers avaient reçu une information venant d’un individu de Québec. Cet individu, ayant eu vent de certaines histoires concernant l’accusé, aurait créé un faux profil Facebook pour pousser Gilbert à s’incriminer. Le faux profil était celui d’une adolescente de 12 ans. Finalement, ayant assez de matériel pour obtenir un mandat de perquisition, les policiers de Saguenay avaient saisi l’ordinateur de Gervais Gilbert et l’avaient arrêté. Il avait été accusé de leurre informatique sur une jeune fille de 12 ans, bien que cette victime soit fictive. Le Soleil, Des problèmes de connexion forcent le report d’un procès pour leurre d’enfant | Le fil des régions | Actualités | Le Soleil - Québec
  • Il a aussi dénoncé l’échec de la politique de gratuité des soins de santé : « 30 % du budget sera consacré à l’éducation soit 4500 milliards FCFA en 5 ans. La gratuité des soins est un leurre. Aujourd’hui il y a 143 femmes sur 1000 qui meurent lors de l’accouchement par manque de moyens ». Afriksoir, « La gratuité des soins au Burkina est un leurre, le HCRUN n’est pas utile, notre pays est endetté » : Les vérités crues du candidat Tahirou Barry – Afriksoir
  • Les appâts et leurres pour la traîne rapide au Thon Rouge Parmi l’immense diversité des leurres disponibles sur le marché, les décors modernes, holographiques et changeants des appâts modernes excitent la curiosité des poissons (Rapala X-Rap), les leurres souples siffleurs marchent bien, imitant l’affolement des poissons-fourrage (El Dingo) et le poids des leurres durs (Bonita), générateur de remous, en fait une valeur refuge… ActuNautique.com, Pêcher le Thon Rouge (5/5) - La pêche du Thon Rouge à la traîne - ActuNautique.com
  • Cet été, la Fédération de pêche de Meurthe-et-Moselle propose des initiations pêche pour les débutants. Venez profiter d'un afterwork à la pêche au canal de la Marne au Rhin à Nancy pour vous initier à la pêche au leurre artificiel à la recherche des perches, sandres et gobies. , Initiation peche au leurre : Peche a Nancy
  • L'Assemblée nationale a voté jeudi une mesure LREM pour réclamer des engagements écologiques "forts" aux grandes entreprises aidées par l'Etat face à la crise, mais la gauche y voit du simple "greenwashing" et un "leurre", faute de vraies contreparties. Boursorama, Contreparties écologiques: l'Assemblée demande des "engagements" aux entreprises, un "leurre" selon la gauche - Boursorama
  • Amour, humanité, mariage, idéal ; autant de mots pour cacher la révulsante hypocrisie de notre condition, autant de mots pour mieux se leurrer sur le bien-fondé de nos convictions. De Anonyme
  • Le vrai bonheur est un mythe. Mieux vaut alors se leurrer en se jouant à soi-même et aux autres un bonheur factice. De Madeleine Gérôme / Jouer sa vie
  • Heureux celui qui, aux moments difficiles de l'existence, peut se leurrer d'une espérance, fût-elle vaine ! De Lyse Longpré / La magie des ruines
  • Les couleurs dans la peinture sont des leurres qui persuadent les yeux, comme la beauté des vers dans la poésie. De Nicolas Poussin
  • Pour leurrer le monde, ressemble au monde ; ressemble à l'innocente fleur, mais sois le serpent qu'elle cache. De William Shakespeare / Macbeth
  • Une multitude est sans doute plus facile à leurrer qu'un seul homme. De Hérodote / Histoires
  • La vie de couple repose sur un leurre, une agression. Il s'agit pour chacun des deux comparses de prendre possession de l'autre, de relever un défi : Comment le changer ? Comment le faire devenir moi ? De Tahar Ben Jelloun / Lire - Mars 1999
  • L'automne a beau se parer, comme une vieille coquette, s'orner de feuillages pourpres ou mordorés, il n'est que leurre et trompe-l'oeil. De Harry Bernard / Juana, mon aimée
  • Ne nous leurre-t-on pas depuis des siècles à propos des avantages et de l'utilité de l'éducation ? De Adrien Therio / Un païen chez les pingouins
  • L'art est un leurre, la science est la base même et la condition sine qua non des progrès que notre société doit réaliser. De Alice Parizeau / Nata et le professeur
  • L'apparente immobilité d'un livre nous leurre : chaque livre est aussi la somme des malentendus dont il est l'occasion. De Georges Bataille / Sur Nietzsche
  • Toute libération trop facile est un leurre, parce qu'on recommence dès que l'échec précédent est oublié. De Gérard Gévry / L'Homme sous vos pieds
  • Les mots sont un leurre dangereux dans la bouche des fous. De Yolande Villemaire / La Constellation du cygne
  • La beauté n’est que simulacre, la jeunesse n’est qu’un leurre. De Marcel Gotlib / Ecrits fluides et rires glaciaux

Images d'illustration du mot « leurre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « leurre »

Langue Traduction
Corse atirna
Basque lure
Japonais ルアー
Russe приманка
Portugais atrair
Arabe إغراء، شرك، طعم
Chinois
Allemand locken
Italien adescare
Espagnol señuelo
Anglais lure
Source : Google Translate API

Synonymes de « leurre »

Source : synonymes de leurre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « leurre »



mots du mois

Mots similaires