Honorer : définition de honorer


Honorer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

HONORER, verbe trans.

A. −
1. Procurer de l'honneur (cf. ce mot I C 1), de la dignité, de la considération; contribuer à donner un caractère honorable à quelqu'un, à quelque chose.
a) [Le suj. désigne une pers.] Personne qui honore l'humanité, son pays, sa profession, son siècle; femme qui honore son sexe. Il ne confondra point le petit nombre de sages, dignes de toute la confiance de la nation, qui honorent encore l'Assemblée nationale, avec les adversaires de la révolution qui la déshonorent (Marat, Pamphlets, Dénonc. Malouet, 1790, p. 217).Le Poussin, le Lorrain, Philippe de Champaigne, les seuls grands peintres qui honorent ce siècle, où le génie de la race est abatardi par l'influence italienne mal comprise (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 59) :
1. ... cher monsieur, vous aurez demain la rosette d'officier de la Légion d'honneur. Je suis heureux que les hasards de la politique et de la vie me permettent de donner ce témoignage d'admiration à l'un des hommes qui honorent le plus les Lettres françaises. Renard, Journal,1900, p. 597.
b) [Le suj. désigne ce qui procure de l'honneur] Franchise, générosité, scrupule, sentiment qui honore qqn. Il n'avait jamais pardonné à Adélaïde (...) de n'avoir pas de ces seins lourds, de ces fesses bien larges, qui honorent les familles (Aymé, Jument,1933, p. 32) :
2. ... veille sur ma Laure (...). Si quelques vertus honorèrent ma vie, dis-lui que ma faute les effaça toutes; en lui racontant la cause de ma mort, garde-toi bien de l'excuser (...) : qu'elle sache que ce qui m'a perdue, est d'avoir coloré le vice des charmes de la vertu... Cottin, C. d'Albe,1799, p. 222.
Honorer qqn/qqc. de/par qqc.Ceux qui honorèrent leur pays par leur génie ou leurs vertus subirent l'outrage, la persécution, la captivité, l'exil, quelquefois la mort (A. France, Vie fleur,1922, p. 491).
2.
a) [Le compl. d'obj. désigne un animé]
Traiter avec considération, avec beaucoup d'égards; donner des marques de respect, d'estime; rendre hommage. Quand une pièce particulièrement belle était approchée, (...) il ne découpait pas seulement, il servait, envoyant le morceau le plus fin au convive qu'il voulait honorer ce jour-là (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 118).Il me paraît que le congrès mondial qui se prépare doit tenir à cœur tout particulièrement d'honorer les jeunes gens qui refusent de se prêter au jeu de la guerre (Gide, Journal,1933, p. 1180).Les masses vont s'ébranler aujourd'hui pour honorer la mémoire du désespéré (Mauriac, Journal 2,1937, p. 197) :
3. Il avait (...) d'insolubles scrupules à propos du quatrième commandement : Tes père et mère honoreras [it. ds le texte] Afin de vivre longuement. Oh, pour ce qui était de la longévité, il en faisait joyeusement le sacrifice! Mais cela suffisait-il pour sa rédemption? Car il était bien sûr qu'il n'honorait point son père... Aragon, Beaux quart.,1936, p. 58.
Honorer qqc. en qqn.Ils honorent en moi la puissance de l'argent, que je méprise, moi (Larbaud, F. Marquez,1911, p. 162).Sans parler des plus hautes distinctions qui me furent décernées par nos alliés (...) qui honoraient en ma personne l'armée française tout entière (Joffre, Mém., t. 2, 1931, p. 142).
En partic.
[Le suj. désigne une pers., le compl. un dieu, une divinité, un symbole divin] Rendre, célébrer un culte; considérer avec le respect dû aux ancêtres déifiés, aux choses sacrées. Honorer les dieux, l'église. Il voyait les moines honorer la Vierge, en bons clercs qu'ils étaient, par de savantes oraisons (A. France, Vie littér., t. 2, 1890, p. 269) :
4. Ils entendent par « élévation », cette « sorte d'oraison... qui se fait par voie d'admiration, d'adoration, de révérence, d'humble regard, d'hommage et d'honneur, et d'autres pratiques, qui tendent purement et simplement à honorer et glorifier Dieu (...) » Bremond, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 118.
Au passif. Pour qu'il ne fût pas dit que cette année la Vierge n'avait pas été honorée suivant les rites séculaires, ils [les moines] esquissèrent en longues files un mouvement de danse (Tharaud, Passant Éthiopie,1936, p. 148).
Emploi abs. Et ces noms, vous nous les avez fait perdre, qui nous auraient permis de tenir compte de leur efficace; car il ne s'agit pas de supplier mais d'honorer (Butor, Passage Milan,1954, p. 285).
Honorer un dieu, des idoles par qqc. Cette ville s'est honteusement prostituée aux idoles, qu'elle a honorées par des sacrifices humains et des turpitudes (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 999).
[Le suj. désigne l'hommage rendu] Très exactement, le culte honorait le dieu (Alain, Propos,1913, p. 156).
[Le compl. désigne un lieu] J'ai vu honorer en Italie la moindre chambre où coucha Garibaldi (Barrès, Cahiers, t. 1, 1897, p. 209).
Honorer qqn/qqc. de/par qqc.
Accorder une grâce, une faveur, une distinction qui procure de la considération, de l'estime. Honorer qqn de son attention, d'une charge, de sa confiance, de ses confidences, de sa protection, d'un titre. Je ne parlerais pas avec vous de tout cela si je ne savais que le tsar ne vous honore de sa faveur (G. Leroux, Roul. tsar,1912, p. 129).J'ai jadis piloté à Londres (...) un chef arabe qui m'honorait de son amitié (Maurois, Silences Bramble,1918, p. 35) :
5. Après avoir reçu et décoré les généraux français, il voulut bien voir également et honorer de ses distinctions, comme de ses paroles aimables, les officiers de mon état-major, et en particulier le colonel Weygand, le commandant Desticker. Foch, Mém., t. 1, 1929, p. 254.
Accorder une faveur qui flatte. Langlois les invita à honorer sa boutique de leur présence (Flaub., Bouvard, t. 2, 1880, p. 103).Myrrha (...) se hâta de faire des avances à monsieur le Hofmusicus. Ils le prièrent de vouloir bien honorer leur repas de sa présence (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 323).
Honorer une femme. Avoir des relations sexuelles avec elle. Il [le fabricant de chaussures] venait deux fois par mois à Paris pour ses affaires et il en profitait pour tromper sa femme; c'était une créature contrariante, qui voulait être honorée deux fois par semaine, et lui, il ne pouvait pas (Aymé, Mais. basse,1934, p. 148).
[En terme de politesse] Je vous prie d'agréer les sentiments dont je vous honore avec reconnaissance (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1333).
[Le suj. désigne l'honneur accordé] Ta confiance m'honore (Gracq, Syrtes,1951, p. 66).
b) [Le compl. d'obj. désigne un inanimé] Avoir de l'estime, de la considération. Synon. respecter.Honorer le mérite, les métiers, la poésie, la vérité, la vertu. Le pouvoir, trop heureux de paraître honorer les sciences et favoriser des talents qui ne lui donnent nul souci, les comble de rubans, de pensions et de chaires (Valéry, Variété II,1929, p. 113).
3.
a) Tenir un engagement. Honorer sa signature. Contre toutes les menaces, il a honoré son serment (Aymé, Vogue,1944, p. 50).Si ces messieurs n'honorent pas leur promesse, ce sera fini (Druon, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 25).
b) En partic. Acquitter, payer ce à quoi l'on s'était engagé. Honorer une lettre de change, un bon, une traite. Les services de répartition ont créé un stock important de riz − dit « stock de sécurité » − qui permettra d'honorer les tickets des consommateurs pour les mois à venir (L'Œuvre,18 mars 1941).
c) Payer à quelqu'un des honoraires qui lui sont dus. Il doit payer des assurances, honorer le notaire, acquitter périodiquement la note du marbrier qui a fait et qui entretient le monument de Nesles (Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, p. 112).Cf. honoraires ex. de Céline.
B. − Emploi pronom.
1. réfl. S'attirer de l'honneur, de la considération, de l'estime. N'êtes-vous pas d'avis, mon enfant, que c'est s'honorer soi-même, que de venir au secours d'un homme aussi estimable (Sénac de Meilhan, Émigré,1797, p. 1875).Par de tels procédés, l'auteur s'honore lui-même et consolide son œuvre (Flammarion, Astron. pop.,1880, p. 431).
S'honorer de.S'enorgueillir, éprouver de l'orgueil, de la fierté. Article très-amical de Julien Leclercq (...). On ne peut pas me défendre avec plus de générosité (...). Mon cher monsieur, vous êtes le premier, l'unique, jusqu'à ce jour, et je m'honore de solliciter votre amitié (Bloy, Journal,1894, p. 126).Choulette parut, l'air magnifique d'un de ces mendiants dont s'honorent les portes des vieilles villes (A. France, Lys rouge,1894, p. 168) :
6. ... il ne se passe guère de saison que je n'aille dîner (...) dans ce paysage limité par les quais Saint-Bernard et d'Austerlitz, et qui s'honore, outre le Jardin, d'une mosquée, d'un amphithéâtre gallo-romain qui date du temps d'Hadrien, d'une gare délaissée, d'un hôpital... Fargue, Piéton Paris,1939, p. 121.
2. réciproque. S'estimer. Cet attrait alors était réciproque [de Lamartine et M. Thiers]; ces deux grands esprits, partis de deux rivages opposés, se traitaient comme des hôtes d'un jour qui se font fête et qui s'honorent (Sainte-Beuve, Portr. contemp., t. 4, 1846-69, p. 114).
REM. 1.
Honorant, -ante, adj.C'est une voie honorante les rigueurs du Père éternel sur son Fils unique (Bremond, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 38).
2.
Honoration, subst. fém.Synon. de adoration.Après l'adoration ou l'honoration par toutes les sœurs, la bonne grâce du prieur victorin alla jusqu'à offrir à Madame de Port-Royal de lui donner quelques petits morceaux de la relique (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 93).L'honoration de saint Stanislas (Arnoux, Rêv. policier amat.,1945, p. 268).
3.
Honoré, -ée, part. passé et adj.[Terme de politesse que s'adressent des personnes occupant les mêmes fonctions; terme marquant le respect] Honoré(e) comtesse, confrère, maître, mère. Le portier dit que Sa Seigneurie venait malencontreusement de sortir une demi-heure à peine avant l'arrivée des huit honorés messieurs [des policiers] (Giono, Angelo,1958, p. 14).En terme de comm., avec ell. de lettre. En réponse à votre honorée du; mon honorée de ce jour. Dans le magasin, on entendait M. Eyssette qui dictait : − J'ai reçu votre honorée du 8 courant (A. Daudet, Pt Chose,1868, p. 30).
4.
Honorence, subst. fém.,hapax. « Nenni, de ma bouche », dit-elle, « laquelle est pour feu mon mari, parce qu'elle y a juré honorence et fidélité... » (Martin du G., Gonfle,1928, I, 4, p. 1184).
5.
Honorifié, -ée, adj.Telle est cette personne à qui le Christ en mourant prescrit qu'elle aille à notre rencontre comme une mère honorifiée, afin qu'elle prenne racine dans un peuple honorifié (Claudel, Poète regarde Croix,1938, p. 106).
Prononc. et Orth. : [ɔnɔ ʀe], (il) honore [ɔnɔ:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Cf. honneur. Étymol. et Hist. 1. 1remoitié xes. « rendre hommage par des marques de respect » (St Léger, éd. J. Linskill, 45); 2. « faire honneur, procurer de l'honneur » (Escoufle, 4 ds T.-L.); 3. 1723 honorer [une lettre de change] (Savary, Dict. de comm. ds FEW t. 4, p. 464b), cf. faire honneur* à [id.]. Empr. au lat.honorare « honorer, rendre hommage; gratifier; orner ». Fréq. abs. littér. Honorer : 1 759. Honoré : 808. Fréq. rel. littér. Honorer : xixes. : a) 3 582, b) 2 214; xxes. : a) 2 360, b) 1 815. Honoré : xixes. : a) 1 649, b) 1 071; xxes. : a) 1 081, b) 804.

Honorer : définition du Wiktionnaire

Verbe

honorer \ɔ.nɔ.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre honneur et respect.
    • Les personnes vraiment pieuses doivent se faire un devoir de prier pour l’Église et d’honorer leur évêque; elles doivent aussi prier pour l'avantage spirituel et temporel de l’État, et honorer leur Souverain. — (Vies des saints pour tous les jours de l’année, note de bas de page 526, 1846)
  2. (Simplement) Tenir en grande estime.
    • C’est un homme que j’honore extrêmement.
    • Croyez que personne ne vous honore plus que moi.
    • J’honore son mérite et sa vertu.
  3. Faire honneur à.
    • Il honore son pays, son siècle.
    • Il honore sa profession.
    • Elle honore son sexe.
    • Il honore plus sa place que sa place ne l’honore.
    • Une telle conduite vous honore.
    • Je m’honore d’être son ami.
    • Je m’honore de son estime.
    • C’est un titre dont elle s’est toujours honorée.
  4. Donner, accorder une chose qui est regardée comme une faveur, comme une grâce, comme une distinction. Dans ce sens il n’est souvent qu’un terme de respect ou de civilité.
    • Vous honorez du titre de sage un homme qui le mérite bien peu.
    • Elle n’a pas daigné l’honorer d’un regard, d’une réponse.
    • Il daigne m’honorer de son amitié, de sa confiance, de sa protection.
    • La lettre dont vous m’avez honoré.
    • Votre confiance m’honore.
  5. Marquer de son estime ou de sa considération.
    • Lorsque notre train « brûle » les petites stations qu’il n’honore que d’un coup de sifflet au passage, le major m’eût dit si telle ou telle n’avait point été le théâtre de faits de guerre. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. VI, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
  6. Tenir un engagement.
    • Si elle ne peut honorer sa parole, elle perd sa légitimité, sa crédibilité mais aussi son autorité. — (Anne-Catherine Oudart, Les Chargé(e) s de relation clientèle face à la lettre de réclamation, Presses universitaires du Septentrion, 2001, p. 124)
    • Onassis ne veut pas honorer sa signature ? Eh bien, il va voir ce qu’il en coûte de renier ses engagements... — (Jacques Benoist-Méchin, Le Roi Saud ou l'Orient à l'heure des relèves, Albin Michel, 2015)
  7. (En particulier) Payer la somme à laquelle on s’était engagé.
    • J’en ai rien à foutre de votre Mozart, je le connais pas ce mec-là, je l’emmerde !... Ou alors qu’il me prête du pognon pour honorer mes traites ! — (Bertrand Blier, Préparez vos mouchoirs, 1978)
    • Marché en expansion, le pays est courtisé par les États développés qui tous voient dans l’accroissement de leurs exportations le meilleur moyen d’honorer une facture énergétique de plus en plus lourde. — (Nicole Grimaud, La politique extérieure de l'Algérie (1962-1978), chapitre XI, Karthala Editions, 1984)

s’honorer transitif

  1. S’acquérir de l’honneur, de l’estime.
    • C’est s’honorer que d’agir si généreusement.

Verbe

honorer \Prononciation ?\

  1. Honorer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Honorer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HONORER. v. tr.
Rendre honneur et respect. Honorer Dieu. Honorer les saints. Honorer les reliques. Honorer Dieu dans ses saints. Honorer son père et sa mère. Honorer ses supérieurs. Honorer la mémoire de quelqu'un. Il signifie aussi simplement Tenir en grande estime. C'est un homme que j'honore extrêmement. Croyez que personne ne vous honore plus que moi. J'honore son mérite et sa vertu. Il signifie encore Faire honneur à. Il honore son pays, son siècle. Il honore sa profession. Elle honore son sexe. Il honore plus sa place que sa place ne l'honore. Une telle conduite vous honore. Je m'honore d'être son ami. Je m'honore de son estime. C'est un titre dont elle s'est toujours honorée. Il signifie, en outre, Donner, accorder une chose qui est regardée comme une faveur, comme une grâce, comme une distinction. Dans ce sens il n'est souvent qu'un terme de respect ou de civilité. Vous honorez du titre de sage un homme qui le mérite bien peu. Elle n'a pas daigné l'honorer d'un regard, d'une réponse. Il daigne m'honorer de son amitié, de sa confiance, de sa protection. La lettre dont vous m'avez honoré. Votre confiance m'honore.

S'HONORER signifie S'acquérir de l'honneur, de l'estime. C'est s'honorer que d'agir si généreusement. Le participe passé

HONORÉ, ÉE, s'emploie comme adjectif dans le commerce épistolaire. Ainsi on écrit quelquefois à un homme de la même profession que soi : Mon honoré confrère; et lorsqu'on veut témoigner de la déférence à quelqu'un, à cause de son âge, ou de sa science, ou de son talent : Mon cher et honoré maître, etc. Il se dit spécialement avec ellipse du mot Lettre. J'ai reçu votre honorée du...

Honorer : définition du Littré (1872-1877)

HONORER (o-no-ré) v. a.
  • 1Rendre honneur et respect. C'est là que sur mon trône avec plus de splendeur Je puis honorer Rome en son ambassadeur, Corneille, Nicom. III, 1. Honorez moins, seigneur, une âme criminelle, Corneille, Cinna, V, 3. Pour honorer saintement la mère de Dieu, il faut l'honorer judicieusement, Bourdaloue, Assompt. de la Vierge, Myst. Craignez Dieu et honorez les puissances, Bourdaloue, 6e dim. après l'Épiphan. Dominic. Auguste votre aïeul honora moins Livie, Racine, Brit. I, 1. Honore ton père et ta mère, si tu veux vivre longuement ; j'oserais dire : honore ton père et ta mère, dusses-tu mourir demain, Voltaire, Dict. phil. Pères, mères. Paraissez innocent ; il me sera bien doux D'honorer dans ma cour un héros tel que vous, Voltaire, Œdipe, II, 4.

    Il se dit aussi des choses auxquelles on accorde honneur. C'est en vain qu'on croit honorer la mémoire des gens de bien qui sont décédés, si l'on ne va recueillir les restes de leur esprit sur ces tombeaux où l'on rend les honneurs funèbres aux tristes dépouilles de leur corps mortel, Fléchier, Lamoignon. C'est ainsi que le roi Honore le mérite et couronne la foi, Racine, Esth. II, 5. Seigneur, honorez moins une faible conquête, Racine, Iphig. I, 2. Nérestan, Châtillon, et vous… de qui les pleurs Dans ces moments si chers honorent mes malheurs, Voltaire, Zaïre, II, 3. Mes mains peuvent d'un père honorer le tombeau, Voltaire, Oreste, I, 1.

  • 2Accorder des marques d'honneur, des distinctions. C'est ainsi que sera honoré celui qu'il plaira au roi d'honorer, Sacy, Bible, Esther, VI, 9. Il veut, pour m'honorer, la tenir [Hermione] de ma main, Racine, Andr. III, 1.

    Absolument. Le roi ne sait que c'est d'honorer à demi, Corneille, Hor. IV, 2.

    Fig. La lune s'était levée avec son croissant d'un argent si beau et si vif que les yeux en étaient charmés ; elle semblait vouloir honorer le soleil en paraissant claire et lumineuse par le côté qu'elle tournait vers lui, Bossuet, Concupisc. 32.

  • 3Accorder comme une distinction, comme une faveur. Les deux que j'honorais d'une si haute estime, Corneille, Cinna, IV, 1. J'eus soin de vous nommer, par un contraire choix, Des gouverneurs que Rome honorait de sa voix, Racine, Brit. IV, 2. De cette autre entreprise honorez mon audace, Racine, Mithr. III, 1. …Sa beauté, sa grâce tant vantée, Présents dont la nature a voulu l'honorer, Racine, Phèdre, II, 1. Il embrasse les genoux de cet homme qu'il ne daignait pas, une heure auparavant, honorer d'un de ses regards, Fénelon, Tél. XI. Honore d'un regard ton épouse fidèle, Voltaire, Tancr. V, 6. Si tes yeux [de Dieu] quelquefois Honorent d'un regard les peuples et les rois, Voltaire, Henr. X.

    Il se dit de la chose accordée comme honneur. Votre confiance m'honore.

  • 4Avoir beaucoup d'estime pour quelqu'un. Comme je leur dirai de vos nouvelles, je vous supplie très humblement, mademoiselle, d'en dire des miennes aux personnes que vous savez que j'honore et que j'aime le plus, Voiture, Lett. 38. Vous voudriez bien savoir qui est la personne qui en écrit de la sorte ; mais contentez-vous de l'honorer sans la connaître ; et, quand vous la connaîtrez, vous l'honorerez bien davantage, Pascal, Rep. aux 2 premières lettres. Un homme que j'honore, en qui je remarque les plus beaux talents, Bourdaloue, Instruct. Prudence du salut, Exhort. Quoi ! Rome et l'Italie en cendre Me feront honorer Sylla ! Rousseau J.-B. Ode à la Fort.
  • 5Donner un caractère honorable à une chose. Pour ce qui touchait sa personne, on voyait qu'il prenait à tâche d'honorer le seul nécessaire, par un retranchement effectif de toutes les superfluités, Bossuet, Cornet. Des âmes oisives qui n'achètent ces titres vains d'occupation et de dignité [des charges] que pour satisfaire leur orgueil et pour honorer leur paresse, Fléchier, le Tellier. Chose à la vérité incroyable, mais qui a été honorée de la foi des Romains, Hist. des Vestales, dans DESFONTAINES.

    Fig. et familièrement. Honorer l'aventure, y ajouter des circonstances qui l'embellissent. Ce tremblement de terre… a été mis là pour tenir compagnie aux foudres et pour honorer l'aventure, Fontenelle, Oracles, II, 3.

  • 6Faire honneur à, être l'honneur de. Aux temps les plus féconds en Phrynés, en Laïs, Plus d'une Pénélope honora son pays, Boileau, Sat. X.

    Il se dit aussi des choses qui font honneur. La mort de son fils même honora mon courage, Voltaire, Fanat. I, 1. Qu'il est doux de porter un nom qui nous honore, Chénier M. J. Gracques, I, 4.

  • 7Dans l'ancien langage de la politesse, témoigner ses respects. Si je ne m'efforçais de me donner à vous encore plus que jamais et d'ajouter quelque chose à l'affection dont je vous ai honoré toute ma vie, Voiture, Lett. 168. M. de Pompone a passé le jour ici, il vous aime, et vous honore, et vous estime parfaitement, Sévigné, 416. J'honore de tout mon cœur madame votre sœur, Bossuet, Lett. abb. 171. Dites à Mme de Ventadour combien je l'honore, Maintenon, Lett. à Mme de St-Géran, 27 août 1704.

    On ne dirait plus maintenant comme fait Voiture, honorer de son affection ; cette tournure serait prise à contre-sens, parce que honorer emporte l'idée d'honneur chez celui qui honore, et que personne ne veut se faire ce compliment à soi-même.

    Aujourd'hui, la formule de politesse où entre honorer, est : La lettre, la visite dont vous m'avez honoré. Je suis pénétré, monsieur, de tous les sentiments que je vois dans la lettre dont vous m'honorez de Versailles, premier de février, Voltaire, Lett. à M. Dupont, 14 fév. 1776.

  • 8 Terme de commerce. Accepter et payer avant la remise des fonds. S'il vous revient quelqu'une de mes lettres de change protestées, je vous prie de les honorer.
  • 9Dans le langage moderne, honorer un avocat, un médecin, lui payer ses honoraires.
  • 10S'honorer, v. réfl. Faire une chose qui honore. Il s'est honoré par cette action.

    S'attirer de la considération. Et pour comble d'horreur, elle a cru s'honorer ! Voltaire, Tancr. IV, 2.

    Tirer vanité, honneur d'une chose. Attachés sur vos yeux, s'honorer d'un regard Que vous aurez sur eux fait tomber au hasard, Racine, Brit. II, 2. Et qui de ma faveur se voudrait honorer ? Racine, Iphig. V, 2. On vient dans ce temple saint, non pas honorer le Dieu qui l'habite, mais s'honorer souvent soi-même d'un vain extérieur de piété, Massillon, Carême, Respect dans les temples. Souffrez que dans cet heureux jour Je m'honore à vos yeux du prix de mon courage, Ducis, Roméo, I, 3.

  • 11Avoir une estime réciproque l'un pour l'autre. Ces deux hommes se sont toujours honorés l'un l'autre.

HISTORIQUE

XIIe s. Franc, dist Rolant, bone gent honorée, Ronc. p. 48. Certes, dame, moult s'oneure Qui courtois est contre tort, Couci, IV. Car c'est adès toute m'intention, Dame, de vous honourer et servir, ib. XIII. L'arcevesques Thomas sovent le mercia De son bel acuilleir, e que tant l'onura, Th. le mart. 58. Sun estriu li teneit li reis al remunter ; E quant li arcevesques le voleit refuser : Nel lairrai, faiseit il, à ceste feiz ester : Mes pere [mon père] estes en Deu, je vus dei honurer, ib. 114.

XIIIe s. Li arcevesque a la messe cantée ; D'une once d'or l'a li cons [comte] honorée, Roman de Roncevaux, dans DU CANGE, Gloss. fr. Quant il oirent que li marchis venoit, si alerent encontre li et l'ennorerent moult durement, Villehardouin, XXVII. [Ceux qui firent la loi] honneurent ceulx qui bien font, Latini, Trés. p. 278. Dames honeurt [qu'il honore] et damoiseles, Mès ne se fie trop en eles, la Rose, 18889.

XVe s. Ils prirent congé [les Hainuyers] au roi, à madame sa mere, qui grandement les honorerent ; et les fit le roi accompagner de douze chevaliers, Froissart, I, I, 44.

XVIe s. Des nobles qui par leur vertu honorent leur noblesse, Montaigne, I, 130. Tableau qui honorerera tout le reste de cette besongne, Montaigne, I, 206. Cela me faict honorer à merveille la response de ce soldat…, Montaigne, I, 217. J'honore le plus ceulx que j'honore le moins [dans mes lettres, ceux à qui je donne le moins de formules de politesse], Montaigne, I, 292. Près de luy les approche, et les rend venerables [les savants], S'honorant d'honorer les hommes honorables, Ronsard, 663. Car, durant mes travaux, je prendroy patience, Voire et m'honoreroy de beaucoup endurer…, Desportes, Diane, I, 68.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Honorer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* HONORER, v. act. (Gramm.) donner des marques de soûmission, de respect, de vénération, & d’estime. On honore la mémoire des grands hommes par des éloges, par des monumens, & des cérémonies civiles. Un des préceptes du Décalogue promet une longue vie dans ce monde, à celui qui honorera son pere & sa mere. Les dieux ne veulent point être honorés par la cruauté, dit M. de Fenelon.

Honorer, en termes de Commerce de lettres de change, se dit de l’acceptation & du payement qu’on en fait par considération pour le tireur, quoiqu’il n’en ait point encore remis les fonds. S’il vous revient quelqu’une de mes lettres de change protestées, je vous prie de les honorer, c’est-à-dire de les accepter. Dictionn. de Commerce. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « honorer »

Étymologie de honorer - Littré

Berry, hanorer (han prononcé comme dans l'an) ; provenç. honorar, honrar, onrar, hondrar ; espagn. et portug. honrar ; ital. onorare ; du latin honorare. Dans le XVIe siècle, Palsgrave, p. 56, dit que dans honnorer (ainsi écrit) les deux n se prononcent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de honorer - Wiktionnaire

Du latin honorare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de honorer - Wiktionnaire

Du latin honoro.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « honorer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
honorer ɔnɔre play_arrow

Conjugaison du verbe « honorer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe honorer

Citations contenant le mot « honorer »

  • "Il aima la liberté" : c’est la formule qui est inscrite sur la tombe où il repose, à Vézelay, depuis quarante ans cette année. Max-Pol Fouchet, homme de lettres et de télévision, humaniste engagé, est décédé le 22 août 1980 à Avallon à l’âge de 67 ans. Cette formule, c’est aussi le point de départ de l’exposition qui lui sera consacrée dès ce vendredi 10 juillet 2020 à Avallon.  Une exposition muséale qui ne représente qu’une partie du vaste programme de commémoration mis sur pied par l’association des Amis de Max-Pol Fouchet pour honorer sa mémoire. On vous en dit plus sur la programmation.  www.lyonne.fr, Tout un été pour honorer la mémoire de Max-Pol Fouchet, poète et humaniste qui a vécu à Vézelay - Avallon (89200)
  • Ce dimanche auraient dû avoir lieu les Fêtes de Gayant avec la sortie des géants et le grand cortège dans les rues de Douai. En raison de la crise sanitaire, le rendez-vous a été reporté, à une plus petite échelle, à fin septembre. Ce matin, les porteurs de Gayant ont tenu à honorer leur tradition. La Voix du Nord, Douai: Malgré l’annulation de la fête, les porteurs de Gayant ont tenu à honorer leur tradition
  • Il a souligné que cette édition, qui se déroulera en Tunisie, honorera près de trente artistes de la plupart des pays du monde arabe tels que Abir Issa de Jordanie, Mohammed Ramadan d’Egypte, Susan Najmeddine de la Syrie et le poète irakien Shahat Al-Shammari et bien d’autres … Directinfo, Tunisie : 3ème édition du Festival Oscar Libya pour honorer les artistes arabes | Directinfo
  • Planter un arbre et mettre un panneau pour honorer un nouvel élu : c'est la tradition des mais. Historiquement répandue dans le grand Sud-Ouest et jusqu'en Limousin, elle sera cette année perpétuée plus tard que d'habitude à cause de la crise sanitaire. France Bleu, Perpétuée en Limousin, la tradition des mais pour honorer les élus n'a pas encore eu lieu en 2020
  • Honorez votre père, votre fils vous honorera de même. De Proverbe oriental
  • Il ne faut jamais blâmer la croyance des autres, c'est ainsi qu'on ne fait de tort à personne. Il y a même des circonstances où l'on doit honorer en autrui la croyance qu'on ne partage pas. De Bouddha
  • La médecine, c'est ingrat. Quand on se fait honorer par les riches, on a l'air d'un larbin ; par les pauvres, on a tout du voleur. De Louis-Ferdinand Céline / Voyage au bout de la nuit
  • Les principes servent à tyranniser, justifier, honorer, vilipender ou dissimuler les habitudes ; deux hommes qui ont au fond les mêmes principes peuvent les faire servir à des fins radicalement différentes. De Friedrich Nietzsche
  • Nous n’avons point à louer ni à honorer nos chefs, nous avons à leur obéir à l’heure de l’obéissance, et à les contrôler à l’heure du contrôle. De Alain
  • Ce qui me pousse vers la Seconde Guerre Mondiale, c'est l’envie d’honorer la résilience de la nature humaine. De Angelina Jolie / Paris Match, 31 décembre 2014
  • Ne pas honorer la vieillesse, c'est démolir la maison où l'on doit coucher le soir. De Alphonse Karr
  • Quand on veut honorer les gens, il faut que ce soit à leur manière, et non pas à la nôtre. De Jean-Jacques Rousseau / Lettres
  • Mais c'est l'effort de toute une vie de faire connaître et honorer son vrai moi. De Rabindranàth Tagore / Chitra
  • La religion catholique est la seule à honorer des saintes. Cela dit tout. De Alexandre Barivault / Considérations désobligeantes
  • L’homme, c’est les autres ; demander, c’est honorer ; donner, c’est aimer. De Proverbe burundi
  • Pour honorer les morts, les uns portent leur deuil, les autres leurs bijoux. De Gaston Andréoli
  • On doit honorer le chêne sous lequel on habite. De Proverbe islandais
  • Chanter, c’est comme honorer l’oxygène. De Björk
  • Tu te lèveras devant une tête chenue, tu honoreras la personne du vieillard et tu craindras ton Dieu. , Ancien Testament, Lévitique XIX, 32

Traductions du mot « honorer »

Langue Traduction
Corse per onurà
Basque ohore egiteko
Japonais 名誉へ
Russe в честь
Portugais honrar
Arabe لتكريم
Chinois 致荣耀
Allemand zu ehren
Italien onorare
Espagnol al honor
Anglais to honour
Source : Google Translate API

Synonymes de « honorer »

Source : synonymes de honorer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « honorer »


Mots similaires