La langue française

Déshonorer

Définitions du mot « déshonorer »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉSHONORER, verbe trans.

A.− Porter atteinte à l'honneur de (quelqu'un). Synon. avilir, discréditer.
1. [Le compl. désigne une pers. ou l'une de ses caractéristiques] Si tu ne veux pas que, preuves en main et par un procès scandaleux, je déshonore ta mémoire, il faut que tu restitues sur-le-champ cette fortune (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 69).Telle est la légende accréditée sur un écrivain redoutable qu'il s'agit de déshonorer par tous les moyens (Bloy, Journal,1892, p. 31):
1. ... on sut qu'elle avait dit que Mmede Cambremer se moquait de lui, qu'il était la fable de son salon, qu'il allait déshonorer sa vieillesse, compromettre sa situation dans l'enseignement. Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 1092.
2. Les conjurés contestaient la régence de Blanche de Castille. Ils cherchaient à déshonorer la veuve de Louis VIII en répandant le bruit de son inconduite et lui reprochaient d'être une étrangère. Bainville, Hist. de France,t. 1, 1924, p. 69.
Emploi pronom. à valeur réfl. Perdre son honneur. Il ne le pourrait pas, non, il ne pourrait jamais le supporter, se déshonorer à ses yeux, en subissant leurs humiliations et leurs injustices (Rolland, Révolte,1907, p. 598).
2. [Le compl. désigne une collectivité] Stendhal déclara qu'en reculant devant la guerre, le gouvernement déshonorait le pays, et il donna sa démission de Français (Bourget, Essais psychol.,1883, p. 217).Nous en avons assez de ces camps de représailles qui déshonorent la vieille Europe des poètes et des musiciens (Mauriac, Bâillon dén.,1945, p. 418).
3. Spéc. [Le compl. désigne une jeune fille, une femme] La séduire, abuser d'elle. Aussi son amant va-t-il, par un viol exécrable, la flétrir et la déshonorer sur le cercueil même de son père (Musset, Revue des Deux-Mondes,1832, p. 610).Armand songeait déjà au bruit que cela ferait dans Sérianne quand il aurait déshonoré Suzanne. Ce serait facile, parce qu'il ne l'aimait pas (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 89).
B.− P. ext.
1. [Le compl. désigne un sentiment, une attitude, une manifestation de l'esprit ou de l'activité humaine] Causer du tort à, déprécier. La plaisanterie déshonore une œuvre, une critique grave et sérieuse est parfois un éloge, je saurai rendre votre article plus honorable (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 512).J'ai vu, en effet, trop d'écrivains déshonorer leur talent en faisant des imitations d'eux-mêmes (Green, Journal,1948, p. 138):
3. Toutefois je vous propose cette idée, que la moindre trace d'emphase ou d'enflure, comme on voudra dire, déshonore aussi bien la musique que la statuaire; encore plus clairement la musique, parce que la musique, (...) se déforme par le plus faible remous de colère, d'orgueil ou de vanité. Alain, Propos,1921, p. 325.
2. [Le compl. désigne un lieu, une construction] Dégrader, défigurer. Çà et là, un vieux puits de mine abandonné, déchiqueté par les pluies, déshonoré par les ronces (Verne, 500 millions,1879, p. 64).La laideur de ces statues déshonore la grâce du lieu (Montherl., Pte Inf. Castille,1929, p. 610):
4. ... une balustrade riche et massive qui s'étend tout le long du faîte, et remplace ces toits plats, irréguliers, pointus, bizarres, qui déshonorent toute architecture, qui brisent toute ligne harmonieuse avec l'horizon, dans nos assemblages d'édifices bizarres que nous appelons villes,... Lamartine, Voyage en Orient,t. 1, 1835, p. 74.
Prononc. et Orth. : [dezɔnɔ ʀe]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Fin xiies. deshonret (Sermons St Bernard, 72, 15 ds T.-L. [quod in se est, deum inhonorat]); début xiiies. deshonorez (2econtinuation de Perceval, éd. W. Roach, 24085). Dér. de honorer*; préf. dé(s)-*. Fréq. abs. littér. : 627. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 200, b) 920; xxes. : a) 968, b) 565.
DÉR.
Déshonorable, adj.,rare. [En parlant d'une action] . Synon. de déshonorant.Je ne veux rien voir. Je ne crois rien de déshonorable de ma mère (Mérimée, Jacquerie,1828, p. 370). Dernière transcr. ds DG : dé-zo-no-rabl'. Ds Ac. 1798-1878. 1reattest. ca 1265 (Brunet Latin, Trésor, II, 25, éd. Carmody, p. 195); de déshonorer, suff. -able*.
BBG. − Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, p. 29.

Wiktionnaire

Verbe

déshonorer \de.zɔ.nɔ.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire perdre l’honneur.
    • Les républicains triomphants ne déshonorèrent pas leur triomphe : ils veillèrent eux-mêmes à la sûreté de la bourgeoisie, qui tremblait pour sa vie et pour ses biens. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Cette action, son comportement, l’a déshonoré.
    • Vous le déshonorez par vos discours, par des médisances.
    • (Absolument)Un tel affront déshonore.
    • (Par extension)Ces révélations déshonorent sa mémoire.
  2. (En particulier) (Vieilli) Commettre une action, mener une vie qui fait déshonneur à sa famille, à son pays, etc.
    • Déshonorer sa famille par ses fréquentations.
  3. (En particulier) (Vieilli) Dégénérer de la vertu de ses ancêtres : faire déshonneur à leur mémoire.
    • Les funérailles religieuses du maréchal de Mac-Mahon ont eu le caractère d'une imposante et solennelle manifestation. Elles offraient un consolant contraste avec les apothéoses purement laïques dont Paris a été déshonoré, durant ces dernières années. — (A. de Montbrillant, Le Maréchal de Mac Mahon, Paris : éditions Saint-Raphaël/Neuville-sous-Montreuil : imprimerie Notre-Dame des Prés, 1894)
  4. (En particulier) (Vieilli) Abuser sexuellement d’une femme, d'une fille.
    • Cela vaut mieux que de cuire des hommes et de déshonorer des filles, comme a fait mon cousin don Carocucarador, inquisiteur pour la foi. — (Voltaire, Jenni)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉSHONORER. v. tr.
Perdre d'honneur. Cette action l'a déshonoré. Vous le déshonorez par vos discours. Déshonorer quelqu'un par des médisances. Absolument, Un tel affront déshonore. Par extension, Ces révélations déshonorent sa mémoire. Les excès qui ont déshonoré leur victoire. Déshonorer sa famille, Commettre une action, mener une vie qui fait déshonneur à sa famille. Déshonorer ses ancêtres, la mémoire de ses ancêtres, Dégénérer de la vertu de ses ancêtres, faire déshonneur à leur mémoire. Déshonorer une femme, une fille, Abuser d'elle. Une fille qui est déshonorée, Qui s'est laissé séduire.

Littré (1872-1877)

DÉSHONORER (dé-zo-no-ré) v. a.
  • 1Ôter à quelqu'un l'honneur, le priver de la considération, de l'estime. Cette action vous déshonore. être déshonoré par celle que j'adore, Corneille, Cinna, V, 2. Et me déshonorant par d'injustes alarmes, Pour attendrir mon cœur on a recours aux larmes, Racine, Iphig. III, 6.
  • 2Déshonorer une femme, la séduire, et aussi lui faire violence. Cela vaut mieux que de cuire des hommes et de déshonorer des filles, comme a fait mon cousin don Carocucarador, inquisiteur pour la foi, Voltaire, Jenni, 3.
  • 3Flétrir, dégrader. Déshonorer sa famille… Par un autre hymen vous me déshonorez, Corneille, Sertor. III, 4. Vous l'a-t-elle donné [ce titre] pour mériter sa haine En le déshonorant par l'amour d'une reine ? Corneille, Nicom. I, 2. De la main de ton père un coup irréparable Déshonorait du mien la vieillesse honorable, Corneille, Cid, III, 4. Je n'ose m'éblouir d'un peu de nom fameux Jusqu'à déshonorer le trône par mes vœux, Corneille, Sertor. II, 2. Toi d'avoir par sa mort déshonoré ta main, Corneille, Hor. V, 1. L'éclat du diadème et cent rois pour aïeux Déshonorent ma flamme et blessent tous les yeux, Racine, Bérén. III, 1. Il va du Dieu des morts déshonorer la couche, Racine, Phèdre, II, 5. Et ma gloire, plutôt digne d'être admirée, Ne doit point par des pleurs être déshonorée, Racine, Mithr. V, 5. Il est certain que ce péché, déshonorant nos corps, déshonore le corps de Jésus-Christ, Bourdaloue, Annonciat. de la Vierge, Myst. t. II, p. 96. Il déshonora le nom français chez les sauvages par une infâme perfidie, Raynal, Hist. philos. XV, 7.
  • 4Faire tort à. Les vices déshonorent les talents. Ces récits déshonorent la pudeur de vos oreilles, Massillon, Or. fun. Prof. 3. N'avoir jamais déshonoré l'usage de son esprit par aucun abus de la poésie, Gresset, Disc. de réception à l'Acad. On ne me verra point déshonorer sa cendre Par d'inutiles cris…, Voltaire, Triumv. IV, 5. Ces imaginations déshonorent la physique, Voltaire, Mœurs, Chang.
  • 5Ôter la beauté, l'éclat. Quelle affreuse pâleur déshonore sa face ! Roucher, Mois, 10. Les vertus les plus légères, s'il en est de telles, sont attachées comme la feuille au rameau qu'on déshonore en l'en dépouillant, Diderot, Règne de Claude et Néron, II, 6.

    Déshonorer des arbres, en couper la cime et les branches. Déshonorer une statue, la mutiler. Déshonorer un bâtiment, en altérer la forme.

  • 6Se déshonorer, v. réfl. Perdre l'honneur. Vous vous déshonorerez par une telle conduite. Je ne veux plus me déshonorer pour l'amour de vous ; et, si vous ne me faites des satisfactions de ce reproche, je suis résolu de vous écrire des lettres toutes pures d'amour, pleines de feux, Voiture, Lett. 28. Ce sont les opinions, ce sont les erreurs par lesquelles l'homme abusé se déshonore lui-même, Bossuet, Duch. d'Orl.

HISTORIQUE

XIIe s. Quant il vus volt tolir vostre curt e fauser, E apele autre curt, si le poez grever ; Car iluec vus volt il granment desonurer, Th. le mart. 44. Cum li reis fud venuz à sun palais, ses dix suignantes [concubines] que Absalon ses fiz out deshunurées, fist enclore, Rois, 197.

XIIIe s. Ciertes, dist li rois, c'est bien drois, et bien l'ai dessiervi, car par moi est la tiere de cha mer pierdue, et crestientés deshonnorée, Chron. de Rains, 38.

XVIe s. Dieu est grievement deshonnoré, si on se perjure en son nom, Calvin, Instit. 290. Le zele est une ardante affection de l'ame qui tend à l'honneur de Dieu et au salut du prochain, dont s'ensuit aussi qu'elle s'irrite quand on le deshonnore, Lanoue, 68. Par icelles [doctrines] Dieu est mesconnu et deshonnoré, Lanoue, 76. Ceux qui, portans ce magnifique titre de chrestien, le vont neantmoins deshonnorant par leurs iniquitez, Lanoue, 379. Dieu seroit (ainsi qu'on doit esperer) favorable à ceux qui l'adorent, contre ceux qui le deshonorent, Lanoue, 442. Cela n'estoit pas tant honorer sa mere que deshonorer son païs, Amyot, Alc. et Cor. 6. Lucius s'ala seoir es plus reculez sieges du theatre ; ce que voyant, le peuple en eut pitié et ne peut supporter de le voir ainsi deshonoré, Amyot, Flam. 38. Elle tourmenta et deshonora grandement son mari qui en estoit passionné de jalousie et d'amour, Amyot, Pyrrh. 60.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « déshonorer »

Dés… préfixe, et honorer ; provenç. desonorar, deshonrar, deshondrar ; esp. et port. deshonrar ; ital. disonorare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de honorer avec le préfixe dés-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « déshonorer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déshonorer desɔ̃ɔre

Évolution historique de l’usage du mot « déshonorer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déshonorer »

  • Quoi qu'on fasse, on ne peut se déshonorer quand on est riche. Denis Diderot, Le Neveu de Rameau
  • Nous vivons en un temps où, Dieu merci, une condamnation à mort ne déshonore plus personne. Henry Millon de Montherlant, Malatesta, II, 4, Malatesta , Gallimard
  • Il est mieux de mourir que de se déshonorer. De Anonyme / Anne de Bretagne
  • Quoi qu’on fasse, on ne peut se déshonorer quand on est riche. De Denis Diderot / Le neveu de Rameau
  • Aujourd’hui, les États-Unis sont déchirés et son président n’en finit plus de déshonorer son Histoire. L’homme brutal, fourbe et ignare a réussi le tour de force d’insulter tous les dirigeants des démocraties occidentales et de mépriser les alliés historiques de son pays. Le Journal de Montréal, Qui souhaite être américain? | Le Journal de Montréal
  • Pierre-Richard est son prénom, son patronyme étant Defays, celui d’une famille de la grande bourgeoisie de Valenciennes. Son grand-père paternel est P-DG d’une usine sidérurgique. Son père étant parti avant sa naissance, le 16 août 1934, il grandit entre la famille de sa mère, des immigrés italiens installés à Paris, et celle de son père, à Valenciennes, dans un château avec domestiques et chauffeur en limousine. Il n’a pas choisi Defays comme nom de scène pour ne pas déshonorer sa famille paternelle, qui voulait plutôt qu’il fasse Saint-Cyr ou Polytechnique… www.programme.tv/news, Pierre Richard : l'acteur du Grand blond avec une chaussure noire en six anecdotes - cinema - Télé 2 semaines

Traductions du mot « déshonorer »

Langue Traduction
Anglais dishonor
Espagnol deshonra
Italien disonore
Allemand entehren
Chinois 羞辱
Arabe العار
Portugais desonra
Russe бесчестие
Japonais 不名誉
Basque desohorea
Corse disonore
Source : Google Translate API

Synonymes de « déshonorer »

Source : synonymes de déshonorer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « déshonorer »

Déshonorer

Retour au sommaire ➦

Partager