Révérer : définition de révérer


Révérer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉVÉRER, verbe trans.

Traiter avec le plus profond respect, montrer une grande révérence pour quelqu'un ou quelque chose. Révérer des écrivains, ses maîtres, des philosophes; révérer la liberté, l'action, le courage. Représentez-vous les rois de France rendant au pied d'un chêne la justice à leurs sujets, vous serez ému de ce spectacle, et vous révérerez cet exercice auguste et naïf d'une autorité paternelle (Constant, Princ. pol., 1815, p. 28).Il tenta un geste de bon fils, de fils qui révère sa mère en dépit de tout, et qui l'honore. Il lui présenta le bras pour l'aider à avancer (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 31).Part. passé adj. Mathilde, reconnoissante d'un don si précieux, l'attacha sur son sein avec une foi ardente, baisa la main révérée de qui elle le tenoit (Cottin, Mathilde, t. 1, 1805, p. 83).L'idée de visiter, au moins en pélerin, Chevreuse, les ruines de Port-Royal, et d'y chercher la trace des hommes révérés, ne pouvait me manquer (Sainte-Beuve, Volupté, t. 2, 1834, p. 190).
Empl. pronom. réfl. J'ai une trop saine opinion du peu que nous valons tous, pour faire de moi le moindre cas. D'ailleurs en mon particulier, je ne m'adore ni ne me révère (Sand, Corresp., t. 1, 1833, p. 238).
En partic. Honorer, respecter ce qui est revêtu des caractères du sacré. Synon. vénérer.Dans tous les temps, les peuples les plus célèbres ont révéré des livres ou des écritures, comme dépositaires de la parole divine (Bonald, Essai analyt., 1800, p. 104).Ainsi les Crow révèrent le soleil comme leur divinité la plus haute, lui adressent des prières et des offrandes (Lowie, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 354).Part. passé adj. L'idée seule de législation révélée n'implique-t-elle pas, avant tout la notion d'un législateur tout-puissant et révéré (Weill, Judaïsme, 1931, p. 91).
REM.
Révération, subst. fém.,hapax. Le fait de révérer, adoration, vénération. Dans le cas de Véronique, la psychologie linéamentaire d'une tendresse confiante se compliquait à l'égard de celui qui avait été son apôtre, d'une sorte de révération mystique (Bloy, Désesp., 1886, p. 232).
Prononc. et Orth.: [ʀeveʀe], (il) révère [-vε:ʀ]. Ac. 1694: reve-; dep. 1740: révé-. Conjug. v. abréger. Étymol. et Hist. 1404 (Nicolas de Baye, Journal, éd. Tuetey, I, p. 106). Empr. au lat.revereri « craindre avec respect », « respecter, révérer, avoir des égards pour ». Fréq. abs. littér.: 318. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 945, b) 300; xxes.: a) 260, b) 224.

Révérer : définition du Wiktionnaire

Verbe

révérer \ʁe.ve.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Honorer ; traiter avec un profond respect.
    • On saura aussi et on révérera les courtisanes sacrées ayant réjoui le plus grand nombre d’hommes ou de femmes. Et leurs noms, gravés sur le marbre, seront conservés pour la postérité. — (Renée Dunan, Ces Dames de Lesbos, 1928)
    • Révérer la mémoire de quelqu’un.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Révérer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉVÉRER. v. tr.
Honorer, traiter avec un profond respect. Révérer Dieu, les saints, les reliques, les images. Révérer les ministres de la religion. Révérer les puissances. Révérer les lois. Révérer les personnes d'une haute vertu. Révérer la vertu. Révérer la mémoire de quelqu'un.

Révérer : définition du Littré (1872-1877)

RÉVÉRER (ré-vé-ré. La syllabe vé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je révère, excepté au futur et au conditionnel : je révérerai) v. a.
  • Honorer avec un sentiment de crainte respectueuse. Ils [mes amants] m'ont su révérer si fort jusqu'à ce jour, Qu'ils ne m'ont jamais dit un mot de leur amour, Molière, F. sav. II, 3. Elle [l'Église catholique] défend expressément de croire aucune divinité ou vertu et efficace dans les images, pour laquelle elles doivent être révérées, ni d'y mettre et attacher sa confiance, Bossuet, Proj. de réun. des protest. Explic. des points de controv. Je veux confondre le monde par ceux que le monde même révère le plus… et ne lui veux donner pour le convaincre que des docteurs assis sur le trône, Bossuet, Duch. d'Orl. De quoi vous plaignez-vous, madame ? on vous révère, Racine, Brit. I, 2. Les cieux instruisent la terre à révérer leur auteur, Rousseau J.-B. Odes, I, 2. Locke est révéré dans toute l'Europe comme un sage, Voltaire, Dict. phil. Superstition.

    Il se dit des choses en un sens analogue. Alexandre révérait la vertu et la véritable gloire, Vaugelas, Q. C. VIII, 14. Pendant que le prince se croit le plus grand objet sur la terre des regards du genre humain, il en doit révérer l'attention, et considérer, dans chacun des hommes qui le regardent, un témoin inévitable de ses actions et de sa conduite, Bossuet, Polit. X, VI, 9. Les sujets ont cessé d'en révérer les maximes [de la religion], quand ils les ont vues céder aux passions et aux intérêts de leurs princes, Bossuet, Reine d'Anglet. Souvenez-vous de ces cabinets [la maison de Mme de Rambouillet] …où l'esprit se purifiait, où la vertu était révérée sous le nom de l'incomparable Arténice…, Fléchier, Duch. de Mont. Je l'ai vu révérer la cendre de mon père, Voltaire, Oreste, IV, 3.

HISTORIQUE

XIIe s. Altresi les destrenche e tue, Cum fait la fauz l'erbe menue ; Nes [ne les] redute ne nes revire, Od [avec] le cler brant en fait martire, Benoit de Sainte-Maure, II, 1115.

XVIe s. Chemine droit et revere justice, Amyot, Cimon, 11. La constance et la foy, de moy tant reverée, Desportes, Épitaphes, Diane, 7. Je ne vouldrois importuner une personne que j'ay à reverer et craindre, Montaigne, III, 372.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Révérer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉVÉRER, v. act. (Gram.) honorer, respecter, vénérer. Voyez l’article Révérence.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « révérer »

Étymologie de révérer - Littré

Ital. riverire ; du lat. revereri, de re, et vereri, craindre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de révérer - Wiktionnaire

Du latin revereor, composé de vereor et du préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « révérer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
révérer revere play_arrow

Conjugaison du verbe « révérer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe révérer

Citations contenant le mot « révérer »

  • Certes, le pays n’est pas le seul à révérer l’écrivain. Mais il est sans conteste un cas à part. L’Allemagne semble particulièrement envoûtée par Houellebecq, l’écrivain désabusé, dandy fumeur, rebelle impénitent, French lover. Ainsi son troisième mariage, en septembre, n’a pas échappé à la presse allemande. «Pourquoi Michel Houellebecq est le tombeur de ces dames. L’écrivain français s’est marié pour la troisième fois. Quel est son secret ?» titrait alors le site du Spiegel. Libération.fr, Pourquoi les Allemands révèrent Michel Houellebecq - Libération
  • Le ministère n’a pas manqué de révérer l’entraide et la solidarité de tous les Marocains résidant à l’étranger « dont ils ont fait preuve envers leur pays, leurs sœurs et frères marocains et tous les citoyens en général », ainsi de saluer l’ensemble des « initiatives distinguées et honorables qu’ils ont entreprises dans leurs pays d’accueil ». Welovebuzz, Marocains bloqués à l'étranger ? Cet article est pour vous - Welovebuzz
  • À dire vrai, je n'ai jamais compris ce ravissement à considérer le jour de sa naissance comme un événement à révérer. Si on m'avait demandé mon avis, si mes parents avaient eu la bonne idée de m'apostropher en me disant: «Mon enfant chéri, entre être et ne pas être, que préfères-tu donc?», je n'aurais pas hésité un instant et à ce jour, je serais encore à roupiller dans les couloirs du néant. Mais non, il a fallu absolument que je vive et que j'apprenne à cohabiter avec ce grand couillon, cet ahuri absolu qui porte mon nom. Slate.fr, Je hais les anniversaires, surtout le mien | Slate.fr
  • Nous étions quelques-unes et quelques-uns à l’École normale, souvent plus jeunes que lui mais toutes catégories professionnelles confondues, à révérer Jean‑Claude Chamboredon que nous appelions publiquement JCC (c’est ainsi qu’il signait) et familièrement Chambi. The Conversation, Sociologie : hommage à Jean‑Claude Chamboredon
  • Par sa fragilité et sa force cachée, Freia représente le mentor parfait au début du jeu. Si bien que l'on finit par la révérer, bien loin de se douter ce qu'elle prépare... Un de nos compagnons, Atton, nous met assez rapidement en garde contre elle, suspicieux de ses pouvoirs anormaux. Et le bougre n'avait pas tord : Kreia est en fait un adepte du côté sombre, finit par tuer tous les membres du conseil des Jedi, en devenant même l'ennemie principale du jeu. , Quand ton mentor est en fait une sacrée ordure | melty
  • Mais Mangin ne cherchait pas de maître, et n’était pas susceptible d’être pris pour tel par ceux-là mêmes qui eussent aimé le révérer. Cet essentiel sur lequel il n’a jamais cédé semble n’avoir été qu’à lui. À cet égard sa destinée est tout à fait singulière, comme celle de sa famille. Non seulement par l’ampleur des sacrifices consentis, et qui fait qu’entre toutes les tombes du cimetière du Montparnasse celle de la famille Mangin ne compte que des femmes, les hommes étant aux Invalides, ou enterrés là où ils sont tombés au combat (1), mais à cause du point secret où l’ensemble de ces sacrifices se nouent, et qui semble s’éloigner au fur et à mesure qu’on s’en approche. Ce n’est pas un patriotisme ordinaire. La Croix, Le long de la Seine : une destinée singulière
  • Pour cela, "Soit dit en passant" mérite vraiment d’être lu. Il éclaire d’un jour nouveau un personnage que l’on savait misanthrope et hypocondriaque (il ajoute : "claustrophobe, amer et incurablement pessimiste ; détestant la nature et l’idée de posséder une voiture") mais dont on ignorait largement l’enfance et le cheminement professionnel. Woody Allen a d’emblée le sens de la formule : "Mes parents étaient aussi mal assortis que Hannah Arendt et Frank Sinatra, ils n’étaient d’accord sur absolument rien, à part Hitler et mes bulletins scolaires." Il insiste : il était un gamin très sportif (champion de course à pied et très bon joueur de base-ball, affirme-t-il) et fou de cinéma mais certainement pas un intellectuel. Mauvais élève, il n’a fait son éducation qu’à sa presque majorité juste pour séduire les étudiantes dont il appréciait la vivacité. Et de dévorer alors Hemingway et Camus, Thomas Mann et Tourgueniev ; de révérer "Le rouge et le noir". La clé de son succès tient à la passion de l’écriture, qu’il a développée dès l’adolescence, la mettant au service d’humoristes en panne de blagues (seul bémol au livre : cela donne lieu à des pages un peu répétitives, les protagonistes étant pour la plupart inconnus en France). De fil en aiguille, Woody Allen s’est ouvert les portes du cinéma avec le très mauvais (il le dit) "What’s new Pussycat ?", en 1965, puis "Tombe les filles et tais-toi", "Prend l’oseille et tire-toi", etc. Avant d’acquérir le statut d’auteur respecté avec les chefs-d’œuvre "Annie Hall" et "Manhattan". Le cinéaste ne détaille pas la genèse et le tournage – étape qu’il adore pourtant – de chaque projet ; il ne s’intéresse pas à la technique et si peu à l’économique (ce qui lui vaudra des déboires avec une productrice, partie avec les bénéfices). Il se dit "imperfectionniste" : "J’aime tourner une scène, passer à la suivante, en finir et me tirer". Il ne lit pas les critiques ("perte de temps") car il a appris "à avoir confiance en (son) jugement". Les récompenses ? Il s’en moque. Dans le livre, il préfère dire tout l’amour qu’il porte aux acteurs et aux actrices, dont Louise Lasser et Diane Keaton, "adorable, drôle, totalement originale, authentique, pleine de fraîcheur" – intelligence et beauté à égalité. Tout le reste n’est que travail. Loin, très loin, des clameurs – et des rumeurs – de la ville. Le prochain Woody Allen, "Rifkin’s festival", sera présenté en septembre à Saint-Sébastien, où il a été tourné. Louis Garrel figure au générique, bravant l’opprobre qui frappe le réalisateur. Rien que pour ça, chapeau bas ! ladepeche.fr, Les confidences, drôles et amères, de Woody Allen - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « révérer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « révérer »

Langue Traduction
Corse revere
Basque revere
Japonais 尊敬する
Russe благоговеть
Portugais reverenciar
Arabe احترام
Chinois 尊敬
Allemand verehren
Italien riverire
Espagnol reverenciar
Anglais revere
Source : Google Translate API

Synonymes de « révérer »

Source : synonymes de révérer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « révérer »


Mots similaires