Fini : définition de fini


Fini : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FINI, IE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de finir*.
II.− Emploi adj.
A.− Achevé, arrivé ou conduit à son dernier état.
1. [En parlant d'une chose]
a) Conduit à sa fin, achevé une fois pour toutes. Travail, ouvrage fini. Voilà enfin ce long épisode fini (Stendhal, Souv. égotisme,1832, p. 18).Avec elles [les semailles] les grands travaux sont finis (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 252).
[Ds des expr. signifiant qu'un terme définitif est atteint]
C'est fini. Lorsqu'un savant allemand a traité un point d'histoire, c'est fini à tout jamais (Bloy, Journal,1900, p. 397).Mais que c'est bon aussi de mourir! Alors que c'est bien fini et que s'étend sur nous peu à peu l'obscurcissement comme d'un ombrage très obscur (Claudel, Annonce,1912, IV, 3, p. 95).
Rem. Pour la formule n, i, ni, c'est fini, cf. Quem. DDL t. 15.
C'en est fini de + subst. ou inf. Aujourd'hui, c'en est fini en littérature de la religion de la famille (Goncourt, Journal,1879, p. 28).La vie serait trop intolérable avec la certitude que c'en est fini de comprendre et que le même point d'interrogation est pour toujours posé sur l'horizon (Bourget, Essais psychol.,1883, p. 63).
Fini de...! [Avec inf.] Jusqu'ici on a parlé des paysans pour raconter des histoires comiques. Maintenant, fini de rire! (Renard, Journal,1906, p. 1078).
Fini...! [Avec subst.] Mais adios! Fini, le coprah! Fini, le caoutchouc! (Claudel, Part. midi,1949, III, p. 1125).
b) En partic. [En parlant d'une œuvre d'art] Achevé dans le dernier détail. Synon. fignolé; anton. ébauché, esquissé.C'est une toile lumineuse où tous les personnages et les objets prennent un relief étonnant. C'est fini en diable et c'est spacieux (Huysmans, Art mod.,1883, p. 169).Le cliché m'avait frappé par son aspect d'ouvrage de précision, fini et étincelant (Camus, Étranger,1942, p. 1202).
Emploi subst. masc. à valeur de neutre. Qualité de ce qui est achevé dans le dernier détail, à la perfection. Objections qu'on serait tenté d'élever sur le manque d'ordre, l'insuffisance et le peu de fini d'objets aussi essentiels (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 861).Un paravent japonais d'un fini précieux (Zola, Nana,1880, p. 1348).Ses yeux étincelants qui semblaient lui sortir de la figure, voyaient tout, réglaient tout, assuraient dans « le dîner au Grand-Hôtel » aussi bien le fini des détails que l'harmonie de l'ensemble (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 691).
2. [En parlant d'une pers.] Qui pousse une qualité (bonne ou mauvaise) à son plus haut degré. Même dans un homme comme Hugo, politicien fini, pourri de politique (Péguy, V.-M., comte Hugo,1910, p. 749).C'est un troupier fini et qui ne bavarde pas sur le service (Bourget, Sens mort,1915, p. 37).
B.− Qui a fait son temps, usé.
1. [Au physique]
a) [En parlant de choses] Costume fini. Et pourtant, autour d'eux, c'étaient des aspects de non-vie, de monde fini ou pas encore créé (Loti, Pêch. Isl.,1886, p. 62).Mais on sent que ce n'est pas une raison, et que c'est déjà vieux, fini (Renard, Journal,1900, p. 562).
b) [En parlant d'une pers.] Synon. usé, vidé (fam.).Il ne produit rien. On dit qu'il est « fini » (Rolland, Beethoven,1937, p. 92).Synon. condamné.Il dit qu'il est fini, qu'il ne guérira pas (Martin du G., J. Barois,1913, p. 249).
2. [Au moral] Déconsidéré, perdu de réputation. On racontait tout haut un scandale affreux. Ce pauvre Vandeuvres était fini (Zola, Nana,1880, p. 1405).J'achève de me perdre dans l'opinion... Je suis un homme fini (Curel, Nouv. idole,1899, III, 2, p. 238).
C.− PHILOS. et cour. Limité, délimité. Anton. illimité, infini.Tout devoir est fini. Il est limité par les autres devoirs (Durkheim, Divis. trav. soc.,1893, p. 218).Je ne dispose plus que d'un nombre fini de termes pour exprimer les nuances en nombre infini que mes impressions pourraient revêtir (H. Poincaré, Valeur sc.,1905, p. 224).L'homme, par suite de sa place limitée dans l'univers, être relatif et fini par essence (Martin du G., J. Barois,1913, p. 455).
Emploi subst. masc. à valeur de neutre. Fait d'être limité, ce qui est limité. Car dans le premier cas, la raison disparaît devant la foi, comme le fini devant l'infini (Renan, Avenir sc.,1890, p. 65).La notion de l'infini peut-elle être donnée par le fini, s'il ne contient pas un principe d'infini? (Montherl., Olymp.,1924, p. 261).
MATHÉMATIQUES
Ensemble fini. Qui est constitué par un nombre limité d'éléments. Le nombre cardinal, qui a son origine dans le dénombrement des ensembles finis, a été étendu aux ensembles infinis (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 16).
Nombre entier fini. Que l'on peut ,,obtenir par l'addition de l'unité à elle-même, soit unique, soit répétée un nombre de fois tel que l'une de ces répétitions soit la dernière`` (Lal. 1968). Ce rang doit venir après tous les rangs numérotés par des entiers finis (Gds cour. pensée math.,1948, p. 192).
Nombre réel fini. ,,Inférieur à quelque nombre entier fini`` (Lal. 1968).
Grandeur finie. Mesurable par un nombre réel fini. Mathématiciens et philosophes se heurteront sans succès au paradoxe de la grandeur finie composée d'une infinité de points dépourvus de grandeur (Bourbaki, Hist. math.,1960, p. 40).
REM. 1.
Finitisme, subst. masc.,philos. Système de pensée d'après lequel tout est limité. L'esprit tantôt nie aveuglément l'infini actuel au nom d'un finitisme sans conviction (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 41).
2.
Finitiste, adj. et subst.,philos. a) Adj. Qui admet le principe du finitisme. Analyse finitiste. La pensée moderne, qu'elle soit panthéiste, agnostique ou finitiste (Dict. théol. cath.t. 4, 1repart., 1920, p. 1295).b) Subst. masc. Partisan du finitisme. Classer les mathématiciens en finitistes et infinitistes (E. Borel, Paradoxes infini,1946, p. 8).
Prononc. et Orth. : [fini]. À propos du fém., on notait : ,,Les voyelles suivies d'un e muet final sont généralement fermées et quelque peu plus longues que si elles étaient seules (...) Les voyelles é, e(r), i, eu, u sont légèrement plus brèves [que les voyelles correspondantes suivies, dans l'orth., d'un e muet final], mais néanmoins fermées; ou est moyen`` (Rouss.-Lacl. 1927, pp. 140-142. Ds Ac. dep. 1718. Fréq. abs. littér. : 11 683. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 11 496, b) 19 576; xxes. : a) 20 617, b) 16 987. Bbg. Duch. Beauté. 1960, pp. 138-139. − Quem. DDL t. 15.

Fini : définition du Wiktionnaire

Adjectif

fini \fi.ni\

  1. Qui a une fin, limité.
    • Ce signal a une durée finie.
  2. (Philosophie) Qualifie un être qui est limité dans sa nature.
  3. (Vieilli) (Grammaire) Déterminé, défini.
    • L’indicatif, le subjonctif sont des modes finis.
  4. Achevé, fait, terminé.
    • Cette partie est finie, je peux passer à la suite.
    • Enfin ! n…i…ni, c’est fini… Je n’y pense plus… — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 140.)
  5. (En particulier) Qui a été soigneusement terminé.
    • Cet auteur travaille vite et pourtant ses ouvrages sont assez finis.
  6. (Par extension) Accompli, supérieur en son genre.
    • Éric B., cela semble acquis, s'est comporté avec Sandra Muller comme un gougnafier fini lors d'une soirée professionnelle où l'on se doute qu'il n'a pas carburé qu'à l'eau de Vittel. — (Maître Eolas, La condamnation de Sandra Muller dans l'affaire #BalanceTonPorc, 25 septembre 2019 → lire en ligne)
    • — C’est le père de la petite. Un con fini à ce qu’il paraît.
      — La connerie, ça finit jamais.
      — (Isabelle Mergault, dialogues du film Meilleur espoir féminin, de Gérard Jugnot, 2000)
  7. Dont la réputation est entachée ; foutu, perdu.
  8. Qualifie un homme affaibli, usé par l’âge, par les maladies, par les malheurs et dont il n’y a plus rien à attendre.
    • C’est un homme fini.
  9. Désuet, démodé.
    • C'est fini, les cassettes.

Nom commun

fini \fi.ni\ masculin

  1. Ensemble des choses limitées.
    • La métaphysique tout entière est attachée à la détermination de l'idée d'infini ; il n'est point de difficulté métaphysique qui ne naisse de l'opposition entre le fini et l'infini; …. — (Jules Simon, Introduction de: « Œuvres de Descartes », édition Charpentier à Paris, 1845)
  2. Excellence, achèvement soigneux.
    • Sa peau, […], annonçait une vraie sensibilité, justifiée par la nature de ses traits qui avaient ce fini merveilleux que les peintres chinois répandent sur leurs figures fantastiques. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Les danseuses espagnoles, bien qu’elles n’aient pas le fini, la correction précise, l’élévation des danseuses françaises, leur sont, à mon avis, bien supérieures par la grâce et le charme. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fini : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FINI, IE. adj.
Qui est limité, déterminé. En termes de Grammaire, Sens fini se dit par opposition à Sens incomplet ou suspendu. Mode fini se dit des Modes du verbe indiquant personne, nombre et temps. L'indicatif, le subjonctif sont des modes finis. Dans ce dernier sens il a vieilli. On dit plutôt Mode défini. En termes de Philosophie, Un être fini, Un être qui est limité dans sa nature. Substantivement, Le Fini par opposition à l'Infini. Il signifie aussi Qui a été soigneusement terminé. Cet auteur travaille vite et pourtant ses ouvrages sont assez finis. Dans cette acception aussi, il s'emploie comme nom pour signifier Excellence. Le fini d'un tableau, d'un ouvrage d'esprit. Par extension, dans le langage familier, il s'emploie en mauvaise part pour signifier Qui est accompli, supérieur en son genre. C'est un rusé, un coquin fini.

Fini : définition du Littré (1872-1877)

FINI (fi-ni, nie) part. passé de finir
  • 1Qui est à sa fin. Et l'on verra peut-être avant ce jour fini Ma passion vengée et votre orgueil puni, Corneille, Méd. II, 3. Et ce soir destiné pour la cérémonie Fera voir pleinement si ma haine est finie, Corneille, Rod. IV, 1. Vous vous disiez à vous-même que, certains engagements rompus, que, certaines bienséances finies, vous mettriez tout de bon ordre à votre conscience, Massillon, Carême, Samar. Je verrai donc mes maux ou comblés ou finis, Voltaire, Sémir. I, 6.

    Tout est fini, les choses sont dans un état tel, qu'il n'y a plus rien à y changer. Ou plutôt cet hymen me servira de loi : S'il s'achève, il suffit, tout est fini pour moi, Racine, Iphig. II, 1.

    Voilà qui est fini, toute hésitation a cessé. Voilà qui est fini, madame, vous me déterminez, Marivaux, Sec. surpr. de l'am. I, 7.

    Familièrement. Un homme fini, un homme qui n'a plus rien à attendre de l'avenir, dont la santé est détruite, dont le crédit est ruiné, dont l'esprit ne produira plus rien.

  • 2 Terme d'arts. Soigneusement terminé. Ce tableau est bien fini. Des pièces bien finies.

    Chez les sculpteurs, marbre fini, celui qui est terminé avec le petit ciseau et la râpe.

    Il se dit aussi des œuvres littéraires. Cet auteur travaille vite, et ses ouvrages ne sont pas assez finis.

  • 3 Terme de manége. Se dit d'un cheval complétement dressé.

    Dans le parler vulgaire. Qui atteint le plus haut degré, qui possède une qualité au plus haut degré. C'est un acteur fini ; et plus souvent, en mauvaise part : c'est un voleur fini, un gueux fini.

  • 4Qui a des bornes, qui n'est pas sans fin ou sans bornes. Il est clair que tout corps est fini, nous en voyons et nous en touchons les bornes certaines, Bossuet, Lib. arb. 4. Satisfaire une âme dont les désirs ne sont pas finis et qui ne se peut reposer qu'en Dieu, Bossuet, Sermons, 3e dim. après Pâq. Provid. préambule. Il est sujet à l'ignorance comme toutes les intelligences finies, Montesquieu, Espr. I, 4. Si le monde est fini, s'il y a du vide, la matière n'existe donc pas nécessairement, Voltaire, Phil. Newt. I, 1. Une chose finie est une chose qui a des bornes ; une chose infinie n'est que cette même chose finie à laquelle nous ôtons ces termes et ces bornes, Buffon, Ess. arith. mor.

    Terme de mathématique. Grandeur finie, celle qui a des bornes. Progression finie, celle qui n'est composée que d'un certain nombre de termes. Nombre fini, celui dont on peut exprimer la valeur.

  • 5 Terme de grammaire. Sens fini, se dit par opposition à sens suspendu.

    Modes finis, et plutôt modes définis, modes du verbe qui indiquent personne, nombre et temps, par opposition à l'infinitif et au participe, qu'on appelle modes indéfinis. L'indicatif est un mode fini.

  • 6 S. m. Le fini, ce qui a des bornes. Dans la vue de ces infinis, tous les finis sont égaux, Pascal, Pens. t. I, p. 261, édit. LAHURE. Le fini est-il, dans votre esprit, autre chose que l'image de quelque mesure bornée ? l'infini est-il autre chose que l'image de cette même mesure que vous prolongez sans trouver fin ? Voltaire, Dict. phil. Imagin. L'idée de l'infini ne peut venir que du fini ; c'est ici [dans les espèces vivantes] un infini de succession, un infini géométrique ; chaque individu est une unité, plusieurs individus font un nombre fini, et l'espèce est le nombre infini, Buffon, Hist. anim. Œuvres, ch. 2, t. III, p. 38, dans POUGENS. Entre le fini et l'infini, la distance est toujours infinie, et il n'y a que l'être existant par soi dont la perfection soit absolue, Bonnet, Œuv. mél. t. XVIII, p. 197, dans POUGENS.
  • 7 Terme d'arts. La qualité d'un ouvrage terminé avec soin. Ce travail est d'un beau fini. Cela manque de fini.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FINI. Ajoutez :
8 En termes de turf, être fini, se dit d'un cheval à bout de force. En bas de la côte, Bar-le-Duc était fini, Journ. offic. 30 mai 1872, p. 3564, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fini »

Étymologie de fini - Wiktionnaire

Participe passé du verbe finir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fini »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fini fini play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « fini »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fini »

  • Le magasin « a accusé une baisse de 60 % de ses ventes entre le 1er octobre 2019 et le 31 mai 2020 par rapport à la même période l'année précédente », précise-t-il. L'enseigne se voit donc contrainte « d'envisager la fermeture définitive du magasin de Barbès avec l'accompagnement des 34 collaborateurs concernés dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) », ajoute le communiqué. leparisien.fr, Paris : Tati Barbès, c’est fini - Le Parisien
  • M. Dubé a jugé bon de lancer un avertissement à ceux qui « pensent que la pandémie, c’est fini », et qui refusent de se plier aux règles : « En se laissant aller comme je le vois dans certains cas, on met la santé et la vie du monde en danger. On ne peut pas accepter ça après tous les sacrifices qui ont été faits par les Québécois. » Le Devoir, Fini l’alcool après minuit dans les bars | Le Devoir
  • L’ancien champion du monde français tourne définitivement la page des médias. sudinfo.be, Christophe Dugarry en a fini avec sa carrière dans les médias: «Le monde des médias, c’est terminé pour moi»
  • Les amants ne voient les défauts de leurs maîtresses que lorsque leur enchantement est fini. De François de La Rochefoucauld / Maximes
  • Capri, c’est fini, et dire que c’était la ville de mon premier amour. De Hervé Vilard / Capri c’est fini
  • Quand celui qui rit le dernier a fini de rire, personne ne rigole plus. De Pierre Dac
  • La femme est un sujet dont on n'a pas fini de faire le tour. De Henri Jeanson
  • La fin, quand c’est fini, comment le sait-on, comment fait-on, comment ça finit ? De Camille Laurens / Dans ces bras-là
  • Notre monde fini secrète des efforts individuels finis pour donner corps à un idéal. De Yehudi Menuhin
  • Mais que devient le rêveur quand le rêve est fini ? De Hubert Félix Thiéfaine
  • Un cadavre : produit fini dont nous sommes la matière première. De Ambrose Bierce
  • Quand le merle chante en mai, avril est fini ! De Proverbe belge
  • L’infini est un peu plus grand que le fini. De L. Langanesi
  • On n'a jamais fini de faire son devoir. De Amiral Touchard
  • Commencer, c'est avoir à moitié fini. De Horace / Livre I
  • Si on est pessimiste, on est fini. De Pavel Hak / Evene.fr - Septembre 2006
  • Le temps du monde fini commence. De Paul Valéry
  • Le fini ne se distingue de l'infini que par l'imperfection. Pierre Reverdy, En vrac, Éditions du Rocher

Traductions du mot « fini »

Langue Traduction
Corse finitu
Basque amaitutako
Japonais 終わった
Russe законченный
Portugais acabado
Arabe تم الانتهاء من
Chinois 完了
Allemand fertig
Italien finito
Espagnol terminado
Anglais finished
Source : Google Translate API

Synonymes de « fini »

Source : synonymes de fini sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fini »


Mots similaires