Fausser : définition de fausser


Fausser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FAUSSER, verbe trans.

A.−
1. Vx. Fausser qqc.Manquer à (ses engagements). Fausser la foi donnée, une promesse. Le ciel m'a donné dans ma misère, un homme qui n'a jamais faussé sa parole (Mérimée, Jacquerie,1828, p. 339).Je manquai la première séance [d'un procès] plutôt que de retarder ma visite à Auteuil (...). Ainsi de la seconde fois et des suivantes (...); il me semblait que je faussais un rendez-vous d'honneur (Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 73).Il accompagna son récit de force malédictions sur la perfidie des femmes, sur la vanité des hommes (...) et sur les serments qu'on fausse (Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 95).
Emploi pronom. passif. C'est là que les souvenirs se délient et que les sermens se faussent; les projets héroïques (...) s'oublient sous ces cieux d'où pleut l'amour (Quinet, All. et Ital.,1836, p. 205).
En partic., usuel
Fausser (la) politesse à qqn. Manquer à la politesse en quittant quelqu'un sans prendre congé. Il ne me paraissait plus possible de fausser politesse à mes hôtes et de partir sans inventer quelque excuse (Gide, Isabelle,1911, p. 625).Ce qui est dur dans une évasion, si stricte soit la surveillance, ce n'est pas de fausser la politesse à ses gardiens (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 221).
Fausser compagnie. Quitter quelqu'un furtivement. Qui l'obligeait à les suivre? N'était-il pas libre de leur fausser compagnie? Le courage lui manquait (Rolland, J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p. 1271).
2. Vx et rare. Fausser qqn.Manquer d'égards, de justice envers quelqu'un. Que vous ai-je fait que vous m'ayez si méchamment faussé? Je vous ai donné le vin, vous m'avez rendu la lie (Quinet, Ahasvérus,1833, 2ejournée, p. 174).
B.− Rendre faux quelque chose.
1. [Du point de vue de la vérité, de l'authenticité]
a) Domaine abstr.Déformer la vérité, l'exactitude de quelque chose. Synon. altérer, déformer, déguiser.Fausser le vrai, la réalité. J'ai faussé l'histoire quant à sa mort [de Hannon]. Il fut bien, il est vrai, crucifié par les mercenaires, mais en Sardaigne (Flaub., Corresp.,1862, p. 70).À la vérité éternelle, ils substituent chacun leur vérité nationale. Autant de peuples, autant de vérités, qui faussent et tordent la vérité (Barbusse, Feu,1916, p. 376).Bien plus, qui nous assure que notre mémoire ne fausse pas, ne romance pas les faits? (Arnoux, Zulma,1960, p. 10):
1. J'insinue ou j'appesantis, je charge ou je diminue, je gauchis ou je fausse. La vérité ne peut sortir de mes mains que comme une femme de sa toilette, peinte, fardée, rembourrée, rétrécie d'un côté, élargie d'un autre. Taine, Notes Paris,1867, p. 309.
En partic. [Le compl. désigne une manifestation de l'esprit] Commettre une erreur, interpréter faussement. Fausser un calcul, le sens d'un texte, d'un mot. Dans un calcul arithmétique, l'erreur d'un chiffre ou de mille fausse de même le résultat (Constant, Esprit conquête,1813, p. 226).C'est fausser la pensée de Beethoven, qu'en modifier la ponctuation et le groupement des périodes (Rolland, Beeth.,t. 2, 1937, p. 435):
2. Saint-Loup souffrit horriblement de cette brouille, mais c'est une manière de dire qui est trop simple, et fausse par là l'idée qu'on doit se faire de cette douleur. Proust, Guermantes 1,1920, p. 121.
b) Domaine concr.Falsifier. Fausser un document. Malheureux!... Qu'a-t-il fait? − Dans sa sombre misère il osa fausser un écu (Borel, Rhaps.,1831, p. 177).Gare à ceux d'entre vous qui fausseraient le vote! (Hugo, Année terr.,1872, p. 177).En vue de prouver l'innocence d'un individu qui vous a avoué être coupable, dénaturer les faits, fausser les textes (Montherl., Démon bien,1937, p. 1271)
2. [Du point de vue d'une norme, de la justesse, de la perfection]
a) Domaine abstr.Faire perdre à quelque chose son aspect, son caractère normal, naturel; la rendre contraire à ce qu'elle doit être. Synon. dénaturer.Je n'ai vu mon père irrité que lorsqu'on faussait la justice (L. Daudet, A. Daudet,1911, p. ix).Vous ne voyez pas clair? Eh! Qui vous aurait appris à voir clair? Toute l'éducation des filles est faussée (Montherl., Lépreuses,1939, p. 1521).C'est la différence d'âge qui, révélée au fond d'un bel œil de velours, faussa nos rapports, gauchit notre lien amical [à Colette et à Marco] (Colette, Képi,1943, p. 60):
3. C'est un monde où toutes les valeurs sont faussées, où le respect de la personne n'a plus aucune place, où l'intérêt est l'unique mobile... Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 153.
En partic. [Le compl. désigne un attribut de la pers. ou une pers.] Fausser le caractère, la conscience, la nature, le goût de qqn. Synon. corrompre, gâter.Une âme dont rien n'avait faussé les sentiments (Balzac, Ferragus,1833, p. 127).L'exil déprime les caractères et fausse les intelligences (France, Révolte anges,1914, p. 144).Je ne voulais pas qu'une femme bigote faussât l'esprit de mes enfants (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 78):
4. J'ai tout fait d'abord pour ne pas me laisser encombrer, fausser, bref dénaturer par des influences fâcheuses. Barrès, Cahiers,t. 9, 1911-12, p. 70.
Emploi pronom. passif. À ce métier [de critique] l'esprit se fausse, l'intelligence perd sa lucidité rectiligne (Balzac, Muse départ.,1844, p. 214).
Spécialement
Fausser une note, une chanson. La chanter, la jouer faux. Un aveugle au coin d'une borne (...) Sur son flageolet (...) joue un ancien vaudeville Qu'il fausse imperturbablement (Gautier, Émaux,1852, p. 65).Emploi intrans. ou pronom. passif. Devenir faux. La note finale de chaque phrase (...) monte d'un quart de ton en faussant systématiquement (Sand, Mare au diable,1846, p. 19).Il [maintient] l'éternelle harmonie, écoutant d'une oreille et de l'autre, afin qu'aucune note ne se fausse (Claudel, Repos 7ejour,1901, III, p. 857).
P. méton. Fausser une voix, un instrument. Les rendre incapables d'exécuter des sons justes. Mais votre Érard, faussé par l'humide atmosphère, Appelle en sons douteux les soins de l'accordeur (Murger, Nuits hiver,1861, p. 122).Quand sa fille exécutait (...) quelqu'une de ses courses olympiques qui faussaient tous les pianos du voisinage (Feuillet, J. de Trécœur,1872, p. 8).Rends-moi ma fiancée, misérable! vociférait Tarzan, torturant ses cordes vocales faussées par la mue (H. Bazin, Lui,1950, p. 6).
P. ext. Ôter le caractère naturel. Une voix faussée par l'effort (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 935).
b) Domaine concr.Faire perdre (à un objet) sa forme normale; empêcher son fonctionnement. Synon. tordre, courber, bossuer.Fausser une épée, une cuirasse; fausser les ressorts d'une montre, les rouages d'une machine, un mécanisme. Ils frappaient sur mon dos comme sur une enclume! Heureusement mes gens sont venus, sans quoi ces vilains me faussaient mon armure (Mérimée, Jacquerie,1828, p. 127).Des militants ouvriers (...) venaient, de quelques coups de lime, fausser la pièce patiemment élaborée (Malraux, Espoir,1937, p. 779):
5. La cheminée [de la locomotive], dans la violence du choc, était entrée en terre; à l'endroit où il avait porté, le châssis s'était rompu, faussant les deux longerons... Zola, Bête hum.,1890, p. 225.
Emploi pronom. passif. Pierre a tellement forcé sur son volant que la direction s'est faussée (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p. 236).
[En parlant d'un organe] Déformer, tordre. Au retour de chacune de ses longues habituelles promenades [à cheval] une expression de triomphante méchanceté faussait tous les muscles de sa face (Baudel., Hist. extr.,1856, p. 328).
Rem. On rencontre ds la docum. qq. emplois intrans. de fausser. Ne pas se comporter, ne pas fonctionner d'une manière normale. Tout homme (...) doit se créer sans doute un caractère par l'éducation; mais il faut qu'il en pose les bases sur celui que lui a donné la nature; autrement (...) ce pourrait n'être plus qu'un instrument qui fausserait sans cesse (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 273). Un arbre qu'il abattait pour faire le feu a faussé en tombant, et ce sont des sauvages qui l'ont trouvé (...) assommé (Hémon, M. Chapdelaine, 1916, p. 51). Loué soit Dieu, qui m'a permis de me surprendre misérable et ridicule (...) : c'est toi, c'est toi qui m'as vu fausser! Mais cette profonde chute me relance vers en haut (Montherl., Maître Sant., 1947, III, 5, p. 652).
REM.
Faussé, ée, part. passé en emploi adj.a) [Correspond à fausser A] Tant de paroles données et faussées (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 601).b) [Correspond à fausser B 2] Casque, épée faussé(e); serrure faussée; cou faussé. C'étaient des laboureurs (...), pliés en deux sur le dos de leurs sillons. Ils relevaient tant bien que mal leurs reins faussés (Fromentin, Dominique,1863, p. 23).Esprit puéril et faussé, (...) tout ce qui sentait la machine, le théâtre et l'extraordinaire lui paraissait la marque qu'on était nourri dans un air de grandeur et de luxe (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 119).Ces toiles aux rapports [de couleurs] faussés mais encore admirables (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 136).
Prononc. et Orth. : [fose], (il) fausse [fo:s]. Ds Ac. dep. 1694. Homon. fossé. Étymol. et Hist. Ca 1100 « déclarer qu'une affirmation est fausse, démentir » (Roland, éd. J. Bédier, 3844); 1155 « provoquer une altération, endommager » li halbercs falsa (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 10076) ca 1135 falser a « faire preuve de duplicité, manquer à sa parole envers quelqu'un » (Cour. Louis, 1763 ds T.-L.); av. 1565 fausser compagnie (Tourneb., Les contents, 2, 2 ds Gdf. Compl.). Du b. lat. falsare (de falsus) « falsifier, altérer ». Fréq. abs. littér. Fausser : 381. Faussé : 252. Fréq. rel. littér. Fausser : xixes. : a) 362, b) 253; xxes. : a) 572, b) 824. Faussé : xixes. : a) 219, b) 254; xxes. : a) 395, b) 510. Bbg. Quem. DDL t. 1.

Fausser : définition du Wiktionnaire

Verbe

fausser \fo.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre faux.
    1. Déformer la réalité, la vérité ou l'exactitude de quelque chose.
      • Sa voix s’est faussée.
      • Fausser une cuirasse, La déformer par un choc sans la traverser.
      • Fausser une serrure, En abîmer un ressort, une vis, en brouiller le jeu.
    2. Rendre incapable d'exécuter un son juste.
      • Fausser une voix, un instrument, les rendre incapables d'exécuter des sons justes.
      • Mais votre [piano] Érard, faussé par l'humide atmosphère, appelle en sons douteux les soins de l'accordeur.
      • Rends-moi ma fiancée, misérable ! vociférait Tarzan, torturant ses cordes vocales faussées par la mue. — (H. Bazin, Lui, 1950)
  2. Interpréter faussement.
    • Fausser un texte, un calcul, le sens de la loi.
    • À cette époque de la vie, on a déjà été atteint plusieurs fois par l’amour ; il n’évolue plus seul suivant ses propres lois inconnues et fatales, devant notre cœur étonné et passif. Nous venons à son aide, nous le faussons par la mémoire, par la suggestion. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 16)
  3. (Vieilli) Manquer à (ses engagements).
    • Fausser la foi donnée, une promesse.
    • Fausser compagnie, quitter quelqu'un sans prendre congé.
    • Vous nous avez faussé compagnie en catimini.
    • Fausser quelqu’un, manquer d'égards, de justice envers quelqu'un.
    • Que vous ai-je fait que vous m'ayez si méchamment faussé ? Je vous ai donné le vin, vous m'avez rendu la lie.
    • (Emploi pronominal passif) C'est là que les souvenirs se délient et que les serments se faussent; les projets héroïques […] s'oublient sous ces cieux d'où pleut l'amour.
  4. Falsifier.
    • Fausser un document.
    • Gare à ceux d'entre vous qui fausseraient le vote !
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fausser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAUSSER. v. tr.
Rendre faux, déformer, altérer. La mauvaise éducation lui a faussé l'esprit. De mauvaises lectures lui ont faussé le jugement. Sa voix s'est faussée. Fausser une lame, un clou, un compas, Les faire plier, courber en sorte qu'ils ne se redressent point. Cette règle s'est faussée. Fausser une cuirasse, La déformer par un choc sans la traverser. Fausser une serrure, En abîmer un ressort, une vis, en brouiller le jeu.

FAUSSER signifie aussi Interpréter faussement. Fausser le sens de la loi, fausser un texte. Fig. et fam., Fausser compagnie à quelqu'un, Le quitter ou ne pas venir quand il compte sur vous. Vous m'avez faussé compagnie. Vous nous avez faussé compagnie.

Fausser : définition du Littré (1872-1877)

FAUSSER (fô-sé) v. a.
  • 1Rendre faux, rendre contraire à la vérité, en parlant des promesses faites, de la foi donnée. …Si beaux… Qu'il faille pour son bien que tu fausses ta foi, Régnier, Ép. I. Tu fausses ton serment Pour donner à son crime un juste châtiment, Mairet, Mort d'Asdrubal, I, 4. Damon… Ne pouvait se résoudre à fausser la promesse D'être fidèle à sa moitié, La Fontaine, Coupe. Non, non, n'ayez pas peur Que je fausse parole, Molière, le Dép. IV, 3.

    Fausser le sens de la loi, d'un texte, donner une fausse interprétation à une loi, à un texte.

    Familièrement. Fausser compagnie, proprement être faux, infidèle à une compagnie, et, par suite, quitter une compagnie sans prendre congé, ne pas se trouver à un rendez-vous. Amis, moins de cérémonie, Ou bien je fausse compagnie, Scarron, Virg. v. Quand je fausse pour vous compagnie à tout autre, Th. Corneille, Baron d'Albikrac, IV, 2.

    On le dit aussi pour signifier : ne pas faire ce qui était promis ou attendu. Lorsque, par impuissance ou par mépris, la nuit On fausse compagnie…, Régnier, Sat. X.

  • 2Rendre faux, détruire la justesse. Fausser la voix. Fausser l'esprit.
  • 3 Terme de jurisprudence féodale. Fausser la cour ou le jugement, soutenir qu'un jugement n'est pas équitable. On s'exposait beaucoup en faussant un jugement des pairs, Montesquieu, Espr. XXVIII, 17.
  • 4Courber, tordre un corps solide, de sorte qu'il ne se redresse plus de lui-même. Fausser une clef, une lame.

    Fausser une serrure, en gâter les ressorts par quelque effort.

    Enfoncer sans traverser. Les coups d'épée faussèrent ses armes en divers endroits, Bouhours, Aubusson, liv. III, dans RICHELET.

    Enfoncer en traversant. La flèche, faussant la cuirasse, lui entra bien avant dans le corps, Vaugelas, Q. C. IX, 5.

  • 5 V. n. Chanter faux. Un aveugle y chante en faussant La faridondaine, Béranger, Farid.
  • 6Se fausser, v. réfl. Être faussé. Des promesses qui se faussent, des serments qui se violent.

    Devenir faux. La voix de cet acteur commence à se fausser.

    Être tordu, enfoncé. La lame se faussa par la violence du coup.

    Terme militaire. Ne plus former une ligne droite, en parlant des rangs. Redresser les rangs qui se sont faussés.

HISTORIQUE

XIe s. Je si li fals [le jugement], od li m'en combatrai, Ch. de Rol. CCLXXX.

XIIe s. Quarrals [carreau] ne lance n'en puet [peut] maille fausser, Ronc. p. 50. Ja fu tex [tel] jors que [où] les dames amoient De leal cuer, sans feindre et sans fausser, Quesnes, Rom. anc. p. 87. Por vous [je] ferai une tel abaïe, Se nus [nul] i vient qui ait s'amor fausie, Ja del moustier n'en avera l'entrie [l'entrée], ib. p. 48. Mais tous leur sairemenz [ils] fauserent de legier, Sax. IV. Quant il est vostre huem liges, il vus deit fei porter, E tenir en tuz lius vostre honur e guarder ; E quant il volt tolir vostre curt e fauser, E apele autre curt, de ço l'poez grever, Th. le mart. 44. [Tu] Ne li deiz al busuing ne faillir ne falser, Rou, v. 4471.

XIIIe s. [Ils] ont l'histoire faussée, onque mais [je] ne vi si, Berte, I. Vous avez vostre convenance faussée envers moy, H. de Valenciennes, XXV. Et que li executeur ne puissent fausser le testament dont il sont executeur, il y a bone reson, Beaumanoir, XII, 26. Tout ainsi, qui veut fausser tesmoins, il doit lessier passer le premier tesmoing…, Beaumanoir, LXI, 54. Si un home viaut [veut] la court fausser, et dit que le jugement ou l'esgart ou la conoissance ou le recort que la court a fait est faus et desleaument fait…, Ass. de Jér. I, 179.

XIVe s. Et est moult plus à accuser que ne sont ceulz qui corrumpent ou falsent la monnoie, Oresme, Eth. 264.

XVe s. Le quel compaignon avait faulsé ou fait faulser à un jeune clerc certaines lettres royaulx, Du Cange, falsare. Ce fut chose moult estrange à luy de ainsi faulser sa foi et soy ainsi abaisser, J. de Troyes, Chron. 1472. Judas, plus ne te celeray, C'est de Jhesu qui tout fausse Notre loy et la seue [la sienne] essauce, la Passion de N. S. J. C. Prestement recommencerent leurs armes, et de celle rencontre le seigneur de Ternant donna si grand coup qu'il fauça le bacinet à jour, De la Marche, Mém. liv. I, p. 248, dans LACURNE, au mot coup.

XVIe s. Il r'alluma son courage, et, faulsant la presse, donna jusques à…, Montaigne, II, 33. Nostre intelligence se conduisant par la seule voye de la parole, celuy qui la faulse trahit la societé, Montaigne, III, 78. L'amende qui du commun consentement de nous tous avoit esté prescripte à l'encontre de celuy qui fausseroit compagnie, Cholières, Contes, après-dînée 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fausser »

Étymologie de fausser - Littré

Wall. fâser, faire manquement ; provenç. et portug. falsar ; espag. falsear ; ital. falsare ; du lat. falsare, de falsus, faux 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de fausser - Wiktionnaire

Du latin falsare (« falsifier »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fausser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fausser fose play_arrow

Conjugaison du verbe « fausser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe fausser

Évolution historique de l’usage du mot « fausser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fausser »

  • L’ambassadeur américain Kelly Craft a accusé la Russie et la Chine d ‘ »insensibilité et malhonnêteté à couper le souffle » et de fausser la réalité sur le terrain. News 24, La Russie et l'Occident se battent pour obtenir de l'aide dans la région rebelle de Syrie - News 24
  • En partenariat avec Haute-Garonne Tourisme, la "Carte aux trésors", ce jeu d’aventure où deux candidats sillonnent la France en hélicoptère, est tournée cette semaine en Haute-Garonne. Les participants étaient dans la Ville rose ce mardi matin. Pour ne pas fausser le jeu, les détails de l’émission sont confidentiels jusqu’à jeudi. ladepeche.fr, Pourquoi quatre hélicoptères ont tourné dans le ciel de Toulouse ce mardi - ladepeche.fr
  • Difficile de dire pourquoi ces deux chiens se sont attaqués à ce varan mais le reptile, après une vaine tentative de leur fausser compagnie en grimpant sur un arbre, a finalement fait face à ses agresseurs. , Deux chiens s’en prennent à un varan qui leur oppose une contre-attaque – vidéo - Sputnik France
  • Ce n’est qu’après avoir subi ces sévices que l’adolescente est finalement parvenue à leur fausser compagnie en courant, pour se réfugier au foyer. Interpellés en plusieurs étapes, les cinq suspects âgés de 15 et 16 ans ont reconnu les faits. Actu17 - L′info Police Sécurité Terrorisme., Castres : Une adolescente de 13 ans enlevée, séquestrée et victime d’un viol collectif
  • Ecrire, c'est mentir. Mentir est peut-être trop fort. Ecrire, c'est fausser. Etre exact, c'est bien rare. Toujours on est au-dessus ou au-dessous. De Paul Léautaud / Propos d'un Jour
  • Les mots disent ce qu'ils veulent dire. On les emploie par besoin, sans plus. Ou alors on les emploie pour fausser l'idée. De Yves Thériault / Agaguk
  • Une phrase bien écrite est celle dont on ne saurait enlever une syllabe sans fausser la mesure de la phrase. De Pierre Louÿs

Traductions du mot « fausser »

Langue Traduction
Corse distorsione
Basque desitxuratzen
Japonais 歪める
Russe искажать
Portugais distorcer
Arabe التشوه
Chinois 歪曲
Allemand verzerren
Italien distorcere
Espagnol distorsionar
Anglais distort
Source : Google Translate API

Synonymes de « fausser »

Source : synonymes de fausser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fausser »



mots du mois

Mots similaires