Adultérer : définition de adultérer


Adultérer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ADULTÉRER, verbe trans.

I.− Emploi trans. [Le suj. désigne une pers. ou une chose]
A.− [L'obj. désigne une matière] Dégrader une substance pure et active en y mêlant une ou plusieurs substances étrangères de moindre qualité :
1. Leurs études se développant, ils en vinrent à soupçonner les fraudes dans toutes les denrées alimentaires. Ils chicanaient le boulanger sur la couleur de son pain. Ils se firent un ennemi de l'épicier, en lui soutenant qu'il adultérait ses chocolats. G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 1, 1880, pp. 54-55.
2. Beauté de ce tissage où même la matière première est indigène et que rien ne vient adultérer. A. Gide, Voyage au Congo,1927, p. 823.
Spéc., DR. Falsifier. Adultérer des médicaments; adultérer des monnaies (par des alliages dépassant le taux légal) (cf. infra étymol.). D'une manière générale, le mot, employé au sens propre, relève de la langue du droit : adultérer, c'est frauder, en altérant d'une manière contraire aux dispositions légales ou réglementaires.
B.− Au fig. [L'obj. désigne le plus souvent une entité morale, except. une pers. ou un ensemble de pers.] Altérer la pureté originelle par le mélange d'éléments de moindre qualité :
3. [Le cardinal Boccanera] : − L'unité (...) ce n'est là que l'ambition furieuse et aveugle d'un conquérant qui élargit son empire, sans se demander si les nouveaux peuples soumis ne vont pas désorganiser son ancien peuple, jusque-là fidèle, l'adultérer, lui apporter la contagion de toutes les erreurs. É. Zola, Rome,1896, p. 455.
4. Le don est à bon droit suspect dans le capitalisme contemporain. Ce système a diffusé et intensifié à un degré jamais atteint le culte des vertus acquisitives et la passion du lucre; par son seul fonctionnement il adultère et déprise l'esprit de don. F. Perroux, L'Économie du XXesiècle,1964, pp. 392-393.
II.− Emploi pronom. (à sens passif). [Le suj. désigne une chose]
A.− Au propre :
5. Après que la mise en place fut effectuée, le soir, tout cela se concilia, se tempéra, s'assit : les boiseries immobilisèrent leur bleu soutenu et comme échauffé par les oranges qui se maintinrent, à leur tour, sans s'adultérer, appuyés et, en quelque sorte, attisés qu'ils furent par le souffle pressant des bleus. J.-K. Huysmans, À rebours,1884, p. 21.
B.− Au fig. :
6. On peut dire qu'avec Mallarmé, Proust, Gide, Valéry (par leurs doctrines, sinon leurs œuvres), Giraudoux, Suarès, les surréalistes et leurs descendants, nous possédons cette chose qui s'est adultérée dès le début de la littérature et dont seuls peut-être les alexandrins avaient donné l'exemple : le pur littérateur. J. Benda, La France byzantine,1945, p. 173.
Rem. Ac. t. 1 1932 note : ,,On dit plutôt aujourd'hui altérer.`` Le mot est signalé comme arch. par Pt Rob.
Prononc. − 1. Forme phon. : [adylteʀe]. Passy 1914 transcrit : adyltε ˑre ou -eˑre, avec [ε] ou [e] mi-longs. 2. Dér. et composés. − Adulter- : adultérateur, adultération, adultère, adultéresse, adultérieurement, adultérin, adultérinité, adultériser. 3. Forme graph. − Pour la répartition des graph. é/è dans le paradigme verbal, cf. abréger.
Étymol. ET HIST. − 1. a) 1350 « commettre l'adultère » (Gilles le Muisit, II, 101 ds Gdf. Compl. : Ches bienfais a David petit consideret Mais a, par droit avis, occis, adulteret), guère en usage d'apr. Fur. 1701; b) 1450 « détourner de la foi conjugale » (Monstrelet, Chronique, II, 160 ds Gdf. Compl. s.v. : adulterer l'épouse incorrompue), empl. jusqu'à la fin du xvies.; 2. 1751 (Encyclop. s.v. adultération : C'est un crime capital dans tous les pays d'adultérer la monnaie courante... Il est d'une conséquence infinie pour les malades de ne point acheter les médicaments des coureurs de pays, qui les vendent adultérés). Empr. au lat. adulterare au sens 1 dep. Caton (TLL s.v., 883, 63 : uxor tu si adulterares), au sens 2 dep. Plaute (ibid., 884, 14 : adulterare eum aibat rebus ceteris praeter symbolum).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 6.
BBG. − Bailly (R.) 1969. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Dupin-Lab. 1846. − Fromh.-King 1968. − Lav. Diffic. 1846. − Nysten 1814-20.

Adultérer : définition du Wiktionnaire

Verbe

adultérer \a.dyl.te.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (XIVe siècle) : Commettre un adultère. (Désuet) Corrompre une femme mariée[2].
  2. Gâter, altérer ce qui est pur.
    • La religion du Léonard n’est pas seulement […] une religiosité vague adultérée de superstitions; non, c’est une foi profondément sincère, consciente, recueillie …. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Je trouve absurde d’emprunter en l’adultérant le vocabulaire des siècles défunts. — (Arthur Honegger, Ecrits, Champion, p.251)
    • Ils se firent un ennemi de l’épicier, en lui soutenant qu’il adultérait ses chocolats. — (Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, 1881)
    • Cette volonté de chercher à refonder le web en mode « start-up » me paraît relever d’une conception « enchantée » du marché et de la concurrence, comme si les puissances économiques qui ont fait naître les plateformes toxiques avec lesquelles nous nous débattons n’allaient pas être en mesure de trouver le moyen d’adultérer une initiative comme Solid en cas de succès. — (Lionel Maurel, Rebooter le web sans changer de logiciel économique ?, 9 octobre 2018 → lire en ligne)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Adultérer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ADULTÉRER. v. tr.
Gâter, falsifier ce qui est pur. Adultérer les médicaments. On dit plutôt aujourd'hui ALTÉRER.

Adultérer : définition du Littré (1872-1877)

ADULTÉRER (a-dul-té-ré. La syllabe te prend un accent aigu, quand la syllabe qui suit est sonnante ; et un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette, excepté au futur et au conditionnel où l'accent aigu reste) v. a.
  • 1 Terme de pharmacie. Falsifier, mettre en place de substances actives et chères des substances inertes et moins chères.
  • 2En jurisprudence, adultérer les monnaies, adultérer les marchandises.
  • 3 Fig. Fausser, vicier. Il adultère tous les ouvrages de Dieu, Bossuet, Démons, 2.

    Régnier a dit adultériser : Voilà comme à présent chacun l'adultérise, Sat. V.

HISTORIQUE

XVe s. Et ne peut adulterer l'espouse incorrompue de Jesus-Christ, Monstrelet, t. II, f° 160.

XVIe s. Les nouvelles qui viennent de si lointain pays, ou se buffettent comme les vins, ou sont falsifiées comme les pierreries, ou sont adulterées comme tout, Despériers, Contes, I. Son amant la connaissant de bonne lignée et sage, au reste de la faute que lui mesme avoit commise, ne voulut point adulterer ni estre cause ailleurs d'un mauvais mariage [il l'épousa], Marguerite de Navarre, Nouv. 44.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « adultérer »

Étymologie de adultérer - Littré

Provenç. adulterar, avoutrar ; espagn. adulterar ; ital. adulterare ; de adulterare (voy. ADULTÈRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de adultérer - Wiktionnaire

(XVIe siècle) Dérivé du mot latin adulterare (commettre un adultère). Du XIVe au XVIIe siècle , adultérer avait le sens prépondérant de « commettre un adultère ». Littré indique qu'on a ensuite employé ce verbe sur le sens du mot latin voisin adulteratio : falsifier une monnaie (l'adulterator est le faux-monnayeur[1]) Puis, par extension, falsification de diverses choses, comme les médicaments.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « adultérer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
adultérer adyltere play_arrow

Conjugaison du verbe « adultérer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe adultérer

Évolution historique de l’usage du mot « adultérer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « adultérer »

  • Et à propos de chantier, d'outil, de marteau il y a des idées, des mots que vous martèlerez sans répit, depuis vos premières années de professeur jusqu'à ce mois dernier à Paris, quand après le massacre qui a endeuillé la France vous avez été appelé en consultation au ministère de l'Éducation nationale. Ce jour-là, lorsqu'il vous a été donné de parler, il m'étonnerait que vous ayez renoncé à cette profession: pour l'enfant, «la liberté n'est pas un point de départ mais d'arrivée». «C'est le maître dans sa classe, face aux élèves, qui fait le succès ou l'échec de l'école.» «L'école est un espace de paix et d'ordre, qui ne doit pas chercher à s'adultérer avec la turbulence sociale.» C'est de l'autorité qu'il s'agit évidemment. Quand vous aviez écrit cela, vous ne cherchiez pas à mettre ce mot à la mode: il s'y trouve pourtant, parce que la mode est à la tragédie. Comment parler au jeune garçon ou à la jeune fille qui refuse publiquement d'observer la minute de silence en hommage aux victimes du 7 janvier? Et qui brouille sa propre image? Et à qui même l'autorité ni la désobéissance ne suffisent plus? Le Figaro.fr, Réponse de M. Jean-Loup Dabadie au discours de M. Xavier Darcos
  • Rappelons qu’en 2008, c’est une pénurie de lait et une hausse des prix qui avaient incité certains acteurs de la filière à adultérer le lait à la mélamine. Web-agri, La Chine manque de lait payé jusqu'à 0,56 €/l
  • -quand tant d’autres se sont laissés adultérer par des influences étrangères.» , Lettres ouvertes - Quand Béatrix Beck enterrait André Gide - Libération.fr
  • Nous cherchons une peinture libérée de toute contingence de temps et de lieu, d'idéologie restrictive et conçue en dehors de toute ingérence littéraire, politique, philosophique ou autre qui pourrait adultérer l'expression et compromettre sa pureté. Radio-Canada.ca, Alfred Pellan, le magicien de la couleur, nous quittait il y a 30 ans | Radio-Canada.ca
  • En s’égosillant pour remettre en cause tous ces acquis démocratiques obtenus à coûts de sang et de cadavres d’innocentes personnes, c’est adultérer la démocratie en Côte d’Ivoire.Le RDR aujourd’hui aux commandes du Rhdp n’a pas le droit d’humilier les survivants en piétinant la sépulture de ses propres victimes dans le seul objectif de confisquer un pouvoir d’Etat dont la fin dépend de l’exercice que l’on a fait des mandats du Peuple. YECLO.com, "Que le RHDP s’abstienne d’humilier ceux qui sont morts pour le porter au pouvoir" - YECLO.com
  • Car certains pays d'origine sont suspectés d'"adultérer" (de frelater, donc) le nectar des butineuses, surtout des pays d’Asie, notamment la Chine et le Vietnam, tandis que des miels d’Allemagne, de Belgique, d’Argentine, du Canada ou des pays de l’Est (Pologne, Hongrie, Roumanie…) sont généralement considérés comme de bonne qualité. L'Obs, Vous pourrez bientôt repérer le "faux miel" : voilà comment
  • 6. Nos mouvements non-violents et légalistes sont accusés de racisme et de violence par le bloc conservateur où se retrouvent le pouvoir, des syndicats, des corporations d’imams, de blogueurs, de journalistes, d’hommes d’affaires, de dignitaires tribaux, etc. Le matraquage de l’opinion sous les discours de haine et de diabolisation des courants abolitionnistes, enracine, dans la société, le mépris du nègre, que la culture enseigne et reproduit, parfois sous couvert de religiosité. Ainsi, sommes-nous accusés de vouloir abâtardir l’univers arabo-musulman, d’en adultérer la pureté et la singularité.  senalioune.com, Mauritanie: conférence de presse du député et président Biram Dah Abeid

Traductions du mot « adultérer »

Langue Traduction
Italien adulterare
Anglais adulterate
Source : Google Translate API

Synonymes de « adultérer »

Source : synonymes de adultérer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « adultérer »


Mots similaires